Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Madagascar : … la poire en deux !

Publié le par rovahiga

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSw2rUHVnPlDUEhTq9ihFA2OEyNQUaI1vgPMlobIZRhisPGkTw7xIozeQ

 

 

Marius Fransman passe un savon aux deux principaux protagonistes de la crise, avant de mettre un baume au cœur de Marc Ravalomanana en réitérant « qu’il n’imagine pas d’élections libres et transparentes sans son retour ! »

 

Au pays, l’ESCOPOL plateforme réunissant plusieurs partis politiques et LE LEADER FANILO parti politique classé parmi les plus importants ont chacun de leur côté donnaient une conférence de presse. En peu de mots, ces deux groupements proches du régime Rajoelina ont fait appel à tous les belligérants de cesser toute provocation et animosité pour enfin se mettre ensemble à reconstruire le pays.

 

Pour le parti du PT, la position reste statique et n’est pas près de lâcher prise : élections avant tout, Ravalomanana plus tard ! C’est dire que la réunion de Pretoria revêt une importance capitale sur laquelle repose tout l’avenir de la patrie malgache.

 

Quant à notre avis, la haine et la mauvaise foi ne devront plus hypothéquer une vraie réconciliation, et qui n’en veut pas doit partir en exil.

 

rov@higa

 

Madagascar : pour Fransman, la sortie de crise passe par la réconciliation !

http://www.topmada.com/2012/01/madagascar-resume-de-la-conference-de-presse-de-marius-fransman-24-janvier-2012/

 

Résumé de la conférence de presse de Marius Fransman en Afrique du Sud ce 24 janvier 2012, après le retour avorté de Marc Ravalomanana le 21 janvier.

Marius Fransman demande à Marc Ravalomanana et à Andry Rajoelina d’agir de manière responsable. Le dirigeant de la Troïka de la SADC, juge irresponsable pour Andry Rajoelina de parler d’arrestation alors qu’on est en plein processus d’amnistie et de réconciliation à Madagascar. Marius Fransman déplore aussi l’initiative de Marc Ravalomanana, qu’il estime « malheureux et irresponsable »

« Nous n’imaginons pas d’élections libres et transparentes sans le retour de Marc Ravalomanana à Madagascar », poursuit-il.

Marius Fransman conclut : « le retour de Marc Ravalomanana est sans conditions, il faut régler la contradiction entre le projet d’amnistie et sa condamnation ».

Source : Sebastien Hervieu (@sebHervieu / Le Monde)

Publié dans FLASH INFO

Partager cet article
Repost0

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (23/01/12)

Publié le par rovahiga

ARTICLES REMARQUES - JANVIER 2012

23 janvier 2012

<>Les éditorialistes de la presse malgache s'interrogent sur les conséquences que le retour avorté de Marc Ravalomanana et la décision de sa mouvance de suspendre sa participation à toutes les institutions de la transition risque d'avoir pour le devenir du processus. La feuille de route est menacée dans son fondement. Sans la mouvance Ravalomanana (et les mouvances Zafy et Ratsiraka qui n'étaient déjà pas pleinement représentées), elle n’a plus rien de consensuel ni d’inclusif... Echantillon des réactions :
23 01 12 - L'Express - Lova Rabary Rakotondravony - Notam or not notam
23 01 12 - L'Express - Chronique de Vanf - Scénario du possible
23 01 12 - Mada.pro - Le Courrier - N. Randria - Des cracks ou...le contraire
23 01 12 - MaMada.pro - Ma-Laza - Ravalo a fait demi-tour
23 01 12 - Madagate - Ralahady Ravalomanana - Le Zorro de Pacotille


<>  16 01 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Attention à l'électionnisme mora
Pour les apparatchiks du régime ou pour les diplomates, les élections ont été présentées lors des cérémonies de voeux comme la porte de sortie de la crise. Sur le principe, tout le monde est d’accord. Toutefois, il serait utile de ne pas se verser dans un « électionnisme mora ». Appeler à faire des élections pour le plaisir de faire des élections, sans se soucier si le contexte est suffisamment apaisé pour les permettre, ne peut être que dangereux. Si le régime n’a ni la capacité ni la volonté de les organiser dans les règles de l’art, quelle est la solution ? Parler de sortie de crise implique de parler d’élections équitables, et parler d’élections équitables ne pourra se faire en éludant le sujet de la candidature de Marc Ravalomanana. Dans les évocations de solutions possibles pour tenter de rendre un peu plus crédibles des élections beaucoup pensent que la solution viendra de l’étranger : élections organisées par l’ONU, observation internationale... D’autres demandent que la communauté internationale fasse pression pour obliger le pouvoir à revenir à une pratique plus orthodoxe en matière de respect de la démocratie et des droits de l’homme. Foutaises, estime l'auteur. La communauté internationale a fait montre depuis 3 ans de son incapacité à démenteler les réseaux qui phagocytent la vie du pays...

<>doc 12 01 12 - Tribune - Edito - Sahondra Rabenarivo - A la lecture du rapport de l'OIF
Ce rapport d'étape sur l'évaluation du processus électoral ,en date du 15 septembre, n'a été rendu disponible que tout récemment. Du texte dense et très technique, il se dégage deux points saillants. Le rapport note en particulier que "la situation de la Transition malgache présente une singularité notoire avec la cohabitation d’une nouvelle constitution et d’un accord politique où, contrairement à la pratique commune des situations de transition, le nouveau texte constitutionnel a précédé l’adoption de l’accord politique". Il pointe ensuite du doigt la montée en puissance institutionnelle difficile et pas tout à fait réussie de la CENI, une méga-institution montée de toute pièce sans statut juridique suffisant, et sans moyens financiers comme humains.
Rapport complet de l'OIF :
Rapport d'évaluation du processus électoral - Rapport d'étape du 15/09/11 ( 65 p.)

-------------------------------------------------------
<> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente.
-------------------------------------------------------


-
09 01 12 - Charlie Hebdo du 02/01/12 - Enquête - Bernard Tapie cherche des pépites à Madagascar
Le journal satirique français affirme que lors de sa visite à l'Elysée début décembre 2011, Andry Rajoelina aurait déclaré aux journalistes : «Oui, Bernard Tapie a de nombreux projets à Madagascar. Il est intéressé par le secteur de l’immobilier, comme le projet “Résidence des résidents”, et aussi dans les mines. Et il souhaite aussi ouvrir une de ses écoles à Madagascar». Rappelé par Charlie-Hebdo il déclare au téléphone : «Oui, j’ai des envies à Madagascar. Oui, dans les mines, mais je vous en dirai plus quand j’aurai acheté».Le journal rappelle que l’histoire a commencé en janvier 2011 par un voyage éclair de l'homme d'affaires dans la Grande île, en jet privé, reçu avec tous les honneurs par le président de la HAT.

-
09 01 12 - Newsmada - Opinion - Gaëtan R. - Les faux militaires de l'opposition
La libération des prisonniers politiques devient le nouveau refrain de l’opposition et dans ce cas d’espèce, elle éprouve une soudaine affection pour les militaires placés en détention. La feuille de route a décidément bon dos. Par on ne sait quelle magie, cet accord hautement politique, rédigé à l’intention de forces politiques et proposé à la signature de chefs politiques comporterait, selon l’opposition, des dispositions en faveur des militaires. Un militaire ne peut être membre d’un parti politique. Par définition, il est neutre selon son statut. On peut alors demander à l’opposition à quels militaires détenus politiques elle fait référence.

-
07 01 12 - La Vérité - Hery Mampionona - Prisonnier politique : une notion à définir
Le sujet figure, avec celui du retour des exilés politiques, parmi les points de la feuille de route les plus rebattus et  dont la non-concrétisation est considérée par des acteurs politiques comme une entorse à la mise en œuvre de l'Accord. Celui-ci, dans son article16, enjoint seulement les autorités à mettre un terme aux « poursuites judiciaires en cours engagées à l’encontre des membres de l’opposition qui pourraient apparaître comme fondées sur des motifs politiques ».  La question de fond est de savoir quelle définition donner à la notion de « détenu politique » ou de « prisonnier politique ». Le Conseil de l'Europe a défini 5 critères qui pourraient éclairer le débat.

-
06 01 12 - RSF - Fin d'année 2011 tendue pour les médias malgaches
"Les fêtes de fin d’année ont eu un goût amer pour la presse malgache. Une série de mises en garde adressées aux médias par divers membres du pouvoir font craindre un durcissement des relations entre autorités, qu’elles soient politiques ou militaires, et journalistes, alors que 2012 sera une année électorale très attendue. Ces incidents traduisent la fragilité de la situation actuelle. (…) Nous demandons au pouvoir – en premier lieu le ministère de la Communication – de respecter les critiques et commentaires sans multiplier les mises en garde, les avertissements et les menaces de retour de la censure". L’organisation appelle "les médias à faire preuve de professionnalisme et demande à tous les acteurs du secteur de l’information de ne pas nourrir les tensions, de privilégier le dialogue, et de conserver des relations apaisées".

<>   03 01 12 - Blog d'Alain Rajaonarivony - Madagascar : Happy Juien Day
La fin de l’année a été palpitante pour les Malgaches car Andry Rajoelina n’a cessé de louvoyer pour la mise en place de la feuille de route, concoctée sous l’égide de la SADC. Afin d’obtenir enfin la reconnaissance internationale, valant absolution et respectabilité, il s'y conforme avec mauvaise grâce, tout en usant de toutes les ficelles pour empêcher le retour du dernier président élu. Après la mise en place du gouvernement Beriziky, la France a embrayé aussitôt la promotion du désormais ex-putschiste. La stratégie de la France a consisté dès 1896, début officiel de la colonisation, à détruire les racines et les élites des Malgaches. Mais les familles et traditions princières qui ont été ostracisées durant la colonisation et les 50 ans d’indépendance reviennent petit à petit sur le devant de la scène, avec une solidarité et une cohésion des dynasties des quatre coins de l’Ile. L'article s'attarde sur le rôle que joue le Palais de le Reine dans l'imaginaire collectif et le symbolisme du vol de la couronne royale, ainsi que sur les rapports ambigus des dirigeants de l'époque moderne avec la royauté Merina. Il revient aussi sur les ambiguités de la diplomatie française, la Françafrique, en insistant sur la différence d'appréciation de la diplomatie américaine par rapport au pouvoir issu du coup d'Etat.

-
03 01 12 - L'Express - Courrier des lecteurs - André Rasolo - Madagascar et la SADC dans l'impasse
Pour le porte-parole de la société civile (CNOSC), beaucoup de malgaches se posent des questions sur la capacité de la SADC à trouver une solution viable et durable à la crise. Exceptée la médiation dirigée par Joachim Chissano qui a pu concrétiser l’accord de Maputo signé en aout 2009 par les 4 chefs de mouvance, la SADC a montré son incohérence interne et les limites de sa connaissance de la situation malgache. Depuis octobre 2011, elle observe un silence significatif. Malgré la mise en place d’un gouvernement dit d’union nationale, malgré l’élargissement du CT et CST jusqu’à plus de six cent membres, plusieurs signes montrent que Madagascar va traverser une zone de turbulence de tous les dangers. Mettons-nous autour d’une table (comme le proposent les 3  anciens présidents) pour établir ensemble les conditions favorables en vue d’organiser des élections crédibles. Créons un processus dynamique du pardon et de réconciliation, gage de notre volonté de vouloir vivre ensemble, conclut-il.

-
02 01 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. La liberté de fermer sa gueule
La dernière semaine de 2011 a été marquée par une tension assez vive au niveau des médias. Le directeur du Courrier de Madagascar a été convoqué pour être auditionné par la gendarmerie. Le Ministère de la communication a envoyé une lettre de mise en demeure à la chaîne TV Plus, réputée pour la quaité de ses émissisons, Sa directrice a été sommée de présenter des excuses publiques pour avoir osé émettre des commentaires sur les vacances de la famille présidentielle. À ceci s’ajoute un long communiqué du ministre de la communication sous forme de leçon de journalisme. L'éditorialiste rappelle que le pouvoir s'était fait le champion en 2009 de la liberté des médias et de la liberté d'expression...

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

Madagascar: Communiqués GTT-International Genève

Publié le par rovahiga

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

 

1/- Le GTT International interpelle la Communauté Internationale

 

2/- L'ambassade des Etats Unis persiste et signe pour exiger le retour des exilés politiques


 

MADAGASCAR


Le GTT International interpelle la Communauté Internationale

Arrêtez la légitimation du putsch et écoutez la voix du peuple Malagasy




Nous, GTT INTERNATIONAL GENEVE, exprimons notre profonde indignation face à la tournure des événements de ces derniers jours.

En effet, nous avons la preuve, une fois de plus ce samedi 21 janvier 2012, et la Communauté Internationale en est témoin, que Rajoelina et ses complices ont agi en voyous criminels, faisant fi de l’engagement International et méprisant les droits élémentaires  civiques au plus haut degré des 20 millions de Malagasy.

En empêchant le Président Ravalomanana  de revenir au pays en fermant l'aéroport d'Antananarivo–Ivato peu de temps avant l'atterrissage de l'avion présidentiel, le pouvoir putschiste a violé la feuille de route qu'il a lui même signée. Car dans son article 20, la dite feuille de route stipule le retour sans conditions de tous les exilés politiques y compris bien entendu le Président Ravalomanana.

Nous assistons donc à une rupture unilatérale de l'accord conclu sous l'égide de la Communauté Internationale et nous demandons à cette dernière d'en prendre acte.

La vie d’une nation aux mains de quelques personnes, aidée par des militaires acquis à leur sinistre dessein, et surtout soutenue par une puissance étrangère, est insoutenable à terme.

Les agissements des forces de l'ordre, et des milices privées relèvent d’une brutalité à caractère tyrannique. Les jets de lacrymogène et aspersion de poudre toxique pour disperser la population pacifique ont fait plusieurs blessés graves et surtout une victime : un père de famille de deux enfants. Une dizaine de personnes ont également été arrêtées.

La SADC continue de faire appliquer une feuille de route fortement contestée, dans son contenu et sa mise en oeuvre, par l’opposition et même par des partis proches de Rajoelina. De plus, le régime putschiste l’utilise pour accaparer  tous les pouvoirs, piller les ressources naturelles du pays et accentuer les répressions envers la population, notamment des journalistes.

Par ailleurs, nous déplorons l’empressement de certains pays à vouloir reconnaître ce régime putschiste par la présentation des lettres de créance par leurs Ambassadeurs. Cette reconnaissance officielle renforce le régime de fait dans la légitimation de ses actions.

En outre, force est de constater que Rajoelina n’a ni les compétences ni la volonté pour diriger le pays vers des élections libres et transparentes.

A plusieurs reprises,  le Président Ravalomanana a déclaré que son retour à Madagascar s'inscrit dans un cadre pacifique pour apporter sa contribution à la recherche d'une issue favorable et durable à la crise. Rajoelina, sans surprise, a choisi la voie conflictuelle plutôt que celle de l'apaisement.

La descente massive dans la rue de plus d’un million de personnes pour accueillir le Président Ravalomanana à son retour d’exil, prouve que ce dernier est incontournable pour garantir une paix durable.

Au vu  de ces éléments, nous demandons à la Communauté Internationale:

·         de revoir au plus vite leur position concernant une sortie de crise juste et équitable en  faisant appliquer la Feuille de Route dans sa totalité, sans omission ni interprétation.

·         d’arrêter toute forme de reconnaissance à ce régime répressif qui ne fait que conduire le pays et ses habitants vers  un abîme humanitaire et politique.  

·         de soutenir toutes les voies permettant l’apaisement et l’environnement favorables à la tenue des élections transparentes et libres, acceptées par tous.

·         d’appuyer par tous les moyens le dialogue malgacho-malgache à travers l’organisation, à Antananarivo, d’un Sommet réunissant les quatre chefs de mouvance ainsi que toutes les entités issues de la société civile pour une solution définitive à la crise,


Le retour à la normalisation de la vie de la nation malagasy à l’issue de ces futures élections libres, transparentes et acceptées par tous est l’objectif ultime de tout démocrate.
C’est dans ce sens que nous lançons à la Communauté Internationale d’intervenir pour réagir rapidement.



GTT INTERNATIONAL – GENEVE
15, rue des savoises
1205 GENEVE – CH

http://gtt-international.blogspot.com/ 

 

 

 

L'ambassade des Etats Unis persiste et signe pour exiger le retour des exilés politiques

 

http://gtt-international.blogspot.com/

Les Etats-Unis regrettent le fait que CNN ait circulé un reportage qui reflète de manière incorrecte les points de vue officiels de notre pays concernant le retour du Président Ravalomanana à Madagascar.  Les Etats-Unis tiennent à noter que le retour sans condition de tous les exilés politiques figure parmi les clauses convenues entre toutes les parties à la Feuille de route proposée par la SADC.  Les Etats-Unis continuent à soutenir les efforts de la SADC visant à résoudre la crise à Madagascar.

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

Madagascar : Combines douteuses et fuite en avant

Publié le par rovahiga

 

 

On sait très bien où la PT veut en venir :

-Les autorités sud africaines ne permettraient jamais l’arrestation sur son sol de Marc Ravalomanana,

-Le jugement et le mandat d’arrêt contre ce dernier n’ont aucune valeur pour avoir été prononcés par un tribunal incompétent,

-L’arrestation de l’ex-président provoquerait un trouble trois plus gros que ne l’imagine le PT et serait une atteinte à l’ordre public.

 

De par ces constats, le mieux pour la PT serait de le maintenir en dehors des frontières le plus longtemps possible, le temps que les élections se tiennent sans sa présence (si élection il y aura). D’où l’énorme bluff d’aller l’accueillir en Afrique du Sud en sachant que cela n’a aucune chance de se réaliser, mais l’essentiel c’est de gagner du temps. On est loin de croire que les forces de l’ordre étaient fins prêts pour l’arrestation à Ivato. Il se trouve que la PT tablait sur un nombre insignifiant de ceux qui iraient à Ivato après leurs annonces d’une arrestation musclée dans tous les médias. Ce qui aurait permis une opération plutôt aisée. Très impressionnés par cette foule immense de plusieurs centaines de mille, il a fallu trouver immédiatement une solution pour que Marc Ravalomanana ne rentre pas à Madagascar, vint alors le NOTAM.

 

Le but de tous ces micmacs est de gagner du temps et pousser la candidature de Ravalomanana en marge de l’égalité, car ne respectant pas le délai de résidence au pays d’au moins six mois avant les élections.

 

rov@higa

 

Présidence de la transition : Communiqué sur le cas de Monsieur Marc Ravalomanana

http://www.madagascar-tribune.com/Communique-sur-le-cas-de-Monsieur,16979.html

La présidence de la transition, par son chargé de communication, a publié un communiqué qui veut éclairer l’opinion sur les décisions et mesures prises ce samedi 21 janvier à l’endroit de l’avion d’Air Links qui avait à son bord Marc Ravalomanana. Ce dernier ayant donc réussi à échapper au piège qui lui avait été tendu, doit, si on devait croire ou accorder un crédit à ce qui est dit dans le communiqué ci-dessous, s’attendre à ce que des officiers de police judiciaire malgache viennent l’arrêter en Afrique du Sud. Ci après ce communiqué.

 

Face aux risques de troubles certains, générés par les partisans de Monsieur Marc RAVALOMANANA face à des éléments des Forces de l’ordre déterminés à maintenir l’ordre public dans les environs de l’aéroport international d’Ivato et consécutivement à la nécessité impérieuse d’exécuter un mandat de Justice ayant force exécutoire, il a été décidé de provisoirement fermer l’aéroport international d’Ivato et il a été indiqué à la Compagnie aérienne Air Link de, dans un premier temps, atterrir à l’aéroport international de Morondava pour non seulement permettre aux autorités de police judiciaire d’exécuter le mandat d’arrêt décerné contre Monsieur Marc RAVALOMANANA mais encore et surtout pour attendre à ce que la situation revienne à la normale aux environs de l’aéroport international d’Ivato, avant que l’aéronef et les passagers restants de Air Link puissent y atterrir en toute sécurité.

En tout cas, les hauts responsables de Air Link ont été préalablement informés, par lettres officielles et à deux reprises, par les autorités malgaches que ces dernières sont déterminées à exécuter le mandat d’arrêt décerné à l’encontre de l’un des passagers, en l’occurrence Monsieur Marc RAVALOMANANA, et que cette opération pourrait ainsi mettre en danger tant leur aéronef que les passagers.

De son propre chef, le Commandant de bord du vol Air Link SA 8252 de ce Samedi 21 Janvier 2012 a ainsi décidé de reprendre le cap sur Johannesburg.

Arrivés à l’aéroport international de Johannesburg, tous les passagers ont débarqué sauf Monsieur Marc RAVALOMANANA qui a déclaré vouloir joindre, coûte que coûte, Madagascar.

Comme les autorités malgaches ont déjà manifesté leur ferme volonté de laisser Monsieur Marc RAVALOMANANA rentrer sans conditions à Madagascar, selon les dispositions du Paragraphe 20 de la Feuille de route, tout comme elles restent également catégoriques quant à leur détermination d’exécuter le mandat d’arrêt décerné contre celui-ci, en application des termes du Paragraphe 45 de la même Feuille de route, les mêmes autorités malgaches souhaitent envoyer un avion spécial à Johannesburg pour ramener Monsieur Marc RAVALOMANANA à Madagascar afin qu’il soit présenté devant la Justice malgache.

Les démarches afférentes vont ainsi immédiatement être entamées auprès du Gouvernement sud-africain.

 

La transition malgache en mauvaise posture après le retour avorté de Marc Ravalomanana

http://www.rfi.fr/afrique/20120123-transition-malgache-mauvaise-posture-apres-le-retour-avorte-ravalomanana?ns_campaign=nl_AFRIQUE230112&ns_mchannel=newsletter&ns_source=emailvision&ns_linkname=lire-4&ns_fee=0

Par RFI

Une nouvelle session du Parlement malgache débute lundi 23 janvier, deux jours après que Marc Ravalomanana a été empêché de rentrer d’exil, son avion ayant été interdit de se poser à Antananarivo. Elle doit reprendre l'examen d'une loi sur la commission électorale indépendante. Mais suite à l'épisode de samedi, la mouvance de l’ancien président a annoncé la suspension de sa participation aux institutions de transition.

 

Marc Ravalomanana est toujours en Afrique du Sud, et ses proches ont annoncé qu’ils suspendaient leur participation aux institutions, fragilisant ainsi le caractère inclusif de la transition.

Le prochain Conseil des ministres sera donc réduit, et il s’annonce houleux, le chef du gouvernement de consensus, Jean Omer Beriziky s’étant désolidarisé de la manière dont ... (Suivre le lien)

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (22/01/12)

Publié le par rovahiga

FLASH INFO - MARC RAVALOMANANA EMPECHE D'ATTERRIR A ANTANANARIVO

http://justmad.canalblog.com/archives/2012/01/22/23302109.html

 

22 janvier 2012

 22/01 -  Les autorités malgaches ont interdit l'espace aérien du pays à l'ancien président, contraint de regagner Johannesburg, son point de départ. Ses partisans, qui l'attendaient par milliers à l'aéroport d’Ivato, ont en conséquence annoncé qu'ils suspendaient leur participation aux institutions de la transition. « Le vol n'a pas été autorisé à entrer dans l'espace aérien de Madagascar », a dit à l'AFP le porte-parole de SA Airlink, une filiale de la compagnie nationale sud-africaine SAA. Il a du rebrousser chemin aux 2/3 de son parcours. 5 aéroports importants, dont celui d'Antananarivo, ont été fermés à l'heure où devait atterrir l'avion. Le « Notam » aurait été émis par le président de la Transition lui-même et pas par le gouvernement, affirme le premier ministre. Interrogé par Marc Ravalomanana et son entourage sur la possibilité d’atterrir à Maurice ou au Mozambique, le pilote n’aurait donné aucune réponse satisfaisante, alimentant un soupçon de collusion entre la compagnie aérienne sud-africaine et le pouvoir de transition. Pour Madagate, la compagnie avait été prévenue de la menace de « Notam » et le pilote savait qu'il allait devoir rebrousser chemin. A chaud, devant quelques journalistes présents à bord, dont l’envoyé spécial du Monde, Marc Ravalomanana s’est écrié : « C'est la preuve que ce gouvernement ne respecte pas la feuille de route, pourquoi ne peut-on pas atterrir ? Tous les exilés sont normalement autorisés à rentrer ! Il y a un million de Malgaches qui m'attendent à l'aéroport [quelques milliers selon des observateurs] ». « Rajoelina n'a pas la volonté politique de résoudre la crise à Madagascar. Le monde peut en être témoin ! », en mettant directement en cause Andry Rajoelina. L’ancien président a ensuite mis plus de deux heures pour quitter l’appareil, exigeant des garanties du gouvernement sud-africain, arguant que les autorités de Pretoria ne l’ont pas invité à revenir et que sa sécurité n’est plus assurée. Ses conseillers ont alors enchaîné les coups de fil. Marius Fransman, vice-ministre sud-africain de la coopération internationale et chef de la délégation de la médiation de la Troïka de la SADC a pu être joint. Tout d'un coup, le silence s’est fait. C’était le président sud-africain Jacob Zuma, qui se dit disposé à faire pression sur le régime malgache lors du prochain sommet de l’UA à Addis-Abeba d’ici la fin du mois.« La stratégie est désormais de faire le plus de bruit possible à l'extérieur avec cette histoire », résume un conseiller. A Madagascar, la mouvance annonce au même moment qu'elle suspend sa participation aux institutions de la transition. Le président de la Chambre basse, Mamy Rakotoarivelo, accuse Andry Rajoelina de violer constamment la feuille de route. Le président déchu appelle la communauté internationale et notamment la SADC à « condamner » ce coup de force et à « prendre une décision ferme ». Marc Ravalomanana s'était pourtant montré confiant quelques heures plus tôt avant d'embarquer. « Je viens de discuter avec le premier ministre. il a dit que tout est OK », avait-il affirmé à des journalistes rassemblés dans l'aérogare.

 Dans un communiqué, la présidence affirme que face aux risques de troubles à l’aéroport d’Ivato, il a été demandé « à la compagnie aérienne Air Link, dans un premier temps, d’atterrir à l’aéroport international de Morondava pour non seulement permettre aux autorités de police judiciaire d’exécuter le mandat d’arrêt décerné contre Marc Ravalomanana mais encore et surtout pour attendre à ce que la situation revienne à la normale aux environs de l’aéroport international d’Ivato, avant que l’aéronef et les passagers restants de Air Link puissent y atterrir en toute sécurité. (…) Les hauts responsables d’Air Link ont été préalablement informés, par lettres officielles et à deux reprises, par les autorités malgaches que ces dernières sont déterminées à exécuter le mandat d’arrêt décerné à l’encontre de l’un des passagers, en l’occurrence Marc Ravalomanana, et que cette opération pourrait ainsi mettre en danger tant leur aéronef que les passagers ».

 Gilbert Raharizatovo, ancien ministre de la Communication de la HAT, a qualifié « d’improvisation dangereuse » la décision du pouvoir de fermer les aéroports de Madagascar à 10 minutes de l’atterrissage prévu de l’avion dans lequel avait embarqué l’ancien président.

 Madagate rappelle qu’en 2006 Pierrot Rajaonarivelo avait subi semblable mésaventure sur l’aéroport de Toamasina. De la part du régime Ravalomanana ! « Comme quoi, Didier Ratsiraka a raison : nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes », conclut le site.

  La présidence annonce qu’elle souhaite envoyer un avion spécial en Afrique du Sud pour ramener l’ancien président et le présenter à la justice : « Comme les autorités malgaches ont déjà manifesté leur ferme volonté de laisser Marc Ravalomanana rentrer sans conditions à Madagascar, selon les dispositions du paragraphe 20 de la feuille de route, tout comme elles restent également catégoriques quant à leur détermination d’exécuter le mandat d’arrêt décerné contre celui-ci, en application des termes du paragraphe 45 de la même feuille de route, les mêmes autorités malgaches souhaitent envoyer un avion spécial à Johannesburg pour ramener Marc Ravalomanana à Madagascar afin qu’il soit présenté devant la justice malgache. Les démarches afférentes vont ainsi immédiatement être entamées auprès du Gouvernement sud-africain ».

 Le premier ministre Omer Beriziky indique que pour l'application de l'article 20 de la feuille de route, une concertation entre toutes les parties devraient avoir lieu.

  Voir le reportage de l'envoyé spécial du quotidien français Le Monde qui était à bord de l'avion avec une équipe de journalistes étrangers er sud-africains :

  - 21 01 12 -  Le Monde.fr - A bord de l'avion détourné de l'ex-président malgache Ravalomanana


Vidéo AFP
:http://video.liberation.fr/video/4a846cea8f3s.html

Vidéo Euronews : http://fr.euronews.net/2012/01/21/marc-ravalomanana-empeche-de-rentrer-a-madagascar/

Vidéo TV Plus Madagascar :

http://a19.video4.blip.tv/2340000746296/Tvplusmadagascar-journalDu21Janvier2012327.mp4

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

Madagascar : Rajoelina marque … contre son camp !

Publié le par rovahiga

http://collectif-gtt.org/fg/alt/3IVATO-21-01-12/P1080936.JPG

Photo:  http://gtt-international.blogspot.com/  

 

Une nouvelle semaine amère pour les partisans de Marc Ravalomanana qui était obligé de retourner en Afrique du Sud. La déception s’installait pour anéantir des mois d’espoir et des investissements énormes pour certains, surtout ceux qui venaient de leur province profonde pour voir leur héros débarquer à Ivato. Mais cette petite lueur qui éclaircit leurs  ténèbres ne voulait pas s’éteindre et leur maintient en vie.

 

Tout bien réfléchi, ils se surprennent à voir ce petit feu prendre petit à petit de l’ampleur pour leur faire découvrir une vérité : ils viennent de marquer un autre point essentiel contre leurs adversaires de toujours, les putschistes. Après avoir subi les pires humiliations, et avaler leur orgueil, ils prennent conscience de la suite qu’aura cet évènement malheureux. Rajoelina et consorts viennent de marquer dans leur propre but !

 

Dans les heures qui suivaient l’arrivée de Marc Ravalomanana dans son pays d’exil, les rumeurs colportaient des messages de réconfort pour eux et de condamnations contre le PT (Président de la Transition). Ces messages commencent à affluer et venaient de toutes les grandes places de l’échiquier diplomatique mondial. A commencer par le gouvernement de la transition qui indique de façon indiscutable que le « coup » du NOTAM, qui porte d’ailleurs sa signature, venait de la présidence. Vient après, le communiqué de presse du député européen Louis Michel qui dénonce le non respect de la « feuille de route » par le gouvernement en place à Madagascar.

 

L’espoir renait et avec lui, le chemin de la victoire s’éclaircit. La roue tourne et ils ne regrettent plus ce mauvais moment passé le long de la route de l’aéroport d’Ivato, où l’un d’entre eux a perdu sa vie à cause apparemment du jet de grenades lacrymogène des forces de l’ordre. Viendra le jour du bilan de tous ces morts et blessés, ainsi que des dégâts énormes subis par la patrie.

 

Première réaction internationale : Ravalomanana, Rajoelina, Zafy Albert, Omer Beriziky et Mamy Rakotoarivelo sont convoqués par la Troïka pour une réunion d’urgence à Pretoria. Il est certain que ce ne serait pas pour féliciter ce beau monde, mais on en reparlera.

 

rov@higa  

 

A bord de l'avion détourné de l'ex-président malgache Ravalomanana

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/01/21/a-bord-de-l-avion-detourne-de-l-ex-president-malgache-ravalomanana_1632905_3212.html

L'avion n'atterrira pas. Marc Ravalomanana se lève, le visage fermé.Sébastien Hervieu 

Le matin même, Marc Ravalomanana avait pourtant réussi cette fois-ci à obtenir sa carte d'embarquement, qui lui avait été refusé il y a un an. Confiant, l'ex-homme fort de la Grande Île avait même ajouté : "J'ai parlé ce matin au premier ministre malgache, et il m'a dit que tout était ok". A ses côtés, on rappelle qu'il n'y a "aucune base légale" pour l'arrêter une fois sur place.

Quand l'avion s'arrache du tarmac de l'aéroport de Johannesburg, M. Ravalomanana embrasse plusieurs fois sa femme, Lalao, assise à côté de lui au premier rang. La fin de trois années d'exil depuis  … (Suivre le lien)

 

Communiqué de presse : Louis Michel dénonce le non respect de la « feuille de route »

http://live.tananews.com/asides/communique-de-presse-louis-michel-denonce-le-non-respect-de-la-feuille-de-route-par-le-gouvernement-en-place-a-madagascar/

En interdisant à l’ancien président de Madagascar, Marc Ravalomanana, l’espace aérien malgache et le retour à Madagascar pour « apporter l’apaisement », le gouvernement en place viole une fois de plus les prescriptions de la feuille de route.  Ces dernières qui visent  notamment à la mise en place de mesures d’apaisement, au retour sans condition et dans la sécurité des exilés politiques, au retour de l’ancien Président Ravalomanana,  à l’élargissement des  … (Suivre le lien)

 

Jean Omer Beriziky, Premier ministre malgache, s’explique sur le retour avorté de Ravalomanana

http://www.newsmada.com/afp-jean-omer-beriziky-sexplique-sur-le-retour-avorte-de-ravalomanana/

AFP
Par Guillaume Thibault


Ce 21 janvier 2012, l’avion de Marc Ravalomanana, ancien président malgache a été contraint de retourner à Johannesburg, en Afrique du Sud, faute d’obtenir une autorisation d’atterrir à Madagascar. Dans ce refus, Marc Ravalomanana a vu une « preuve que le gouvernement ne respectait pas la feuille de route » et qu’il devrait pouvoir rentrer dans son pays « sans conditions ». Jean Omer Beriziky, Premier ministre du Gouvernement de transition de Madagascar, ancien ambassadeur auprès de l’Union européenne, revient sur les circonstances de  … (Suivre le lien) 

 

Réunion d’urgence à Pretoria : les leaders politiques malgaches convoqués

http://live.tananews.com/asides/reunion-durgence-a-pretoria-les-leaders-politiques-malgaches-convoques/

 La Troïka a convoqué une réunion d’urgence qui verra demain la présence des leaders politiques malgaches. Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina, Omer Beriziky, Mamy Rakotoarivelo, au même titre que le Pr Albert Zafy ont reçu leurs invitations.

 

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

Omer Beriziky : Fanambarana ofisialy

Publié le par rovahiga

http://www.matv.mg/wp-content/uploads/2012/01/315.jpg

 

http://live.tananews.com/asides/omer-beriziky-declaration-officielle-sur-les-evenements-divato-en-malgache/  

Eo anatrehan’ny trangan-javatra teny amin’ny seranam-piara-manidina Ivato, dia tiako ny manao izao fanambarana izao.
Manao antso avo amintsika vahoaka Malagasy tsy ankanavaka ny tenako, indrindra ny eto andrenivohitra mba ho tony sy ho malina.
Marina fa misy fahadisoam-panantenana ho an’ireo izay nanantena ny fahatongavan’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana noho ny antony tsy nahatanteraka ny fiverenany aty an-tanindrazana.
Ny andininy faha 20 amin’ny tondrozotra dia mametraka mazava tsara ao anatin’ny fampitoniana ny fodian’ny filoha teo aloha Marc RAVALOMANANA. Tsy maintsy tanterahina amin’ny fifampidinihina amin’ny ankolafy rehetra izany mba hisian’ny fifanarahana.
Ny Governemanta dia hanohy hatrany ny ezaka izay ataony amin’ny fitadiavana vahaolana amin’ny fampiharana an’io andininy faha 20 n’ny tondrozotra io. Anisan’izany ny fodian’ny filoha teo aloha Marc RAVALOMANANA.
Dia mbola manainga ny tsirairay hikatsaka hatrany ny filaminana sy fandriam-pahalemana ao anatin’ny fifandeferana aho.
Re izao fa nisy fanànan’orinasa simba teny amin’ny faritra Ivato.
Meloina tanteraka ny teo-javatra toy izany.
Ary eto, dia misaotra ny mpitandro ny filaminana amin’ny fandraisany andraikitra ampahamendrehana, ny tenako, sy ny ezaka mbola ho ataony.
Aoka hotandrovantsika hatrany ny soatoavina maha-malagasy sy ny Tanindrazana iombonana ka samia hotahian’Andriamanitra isika mianankavy.

 

PRIMATURE : Cellule Communication

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

MADAGASCAR: Communiqué du GTT La Réunion

Publié le par rovahiga

COMMUNIQUE

http://tsimokagasikara.wordpress.com/2012/01/22/madagascar-communique-du-gtt-la-reunion/

Devant l’arrogance d’ Andry Rajoelina (et ses acolytes) qui n’hésite pas à fouler aux pieds une Feuille de Route qu’il a signée lui-même, en sortant à la dernière minute un NOTAM pour empêcher Ravalomanana de rentrer comme prévu ce Samedi 21 Janvier 2012, et le suprême mépris qu’il affiche pour le peuple malgache ;

 

Face aux valses hésitation de la Communauté internationale à intervenir d’une façon efficace comme elle le fait, ou a fait ailleurs ; Lybie, Afghanistan, Irak, Côte-d’Ivoire, et partout en Afrique ;

 

Nous sommes convaincus que la communauté internationale COLLABORE activement avec ce régime putschiste derrière les rideaux, pour préparer les intérêts de ses membres influents siégeant au sein le Conseil de Sécurité, au mépris d’une population de 20 millions d’habitants au bord de l’inanition ; et n’utilisant le mot « démocratie » que lorsqu’elle décide d’intervenir.
Face à cette indifférence devant la situation d’une population en danger, nous appelons le Peuple malgache :
à ne plus croire qu’en lui-même ; et tout faire pour libérer les prisonniers politiques, la levée de la suspension des médias ainsi que le retour de Ravalomanana ;

à se donner la main pour arracher des mains du putschiste, sa liberté, son choix et sa dignité ;
à dénoncer par tous les moyens tout acte, toute collaboration des putschistes avec l’étranger, ou avec les nationaux acquis à leur cause, à tous les niveaux et sur tout le territoire ;
à réclamer la suppression du CT et du CST dont les membres ne représentent ni sa voix, ni son choix, ni ses intérêts ;
à réclamer le retour des militaires dans leurs casernes, et la suppression des mercenaires au sein de l’armée ;
à réclamer la réduction des partis politiques en  deux ailes ; démocrate et républicain, avant les élections pour assurer la transparence et éviter les partis sangsues (plus de 300 actuellement). Ce sont ces partis qui se disent politiques qui abritent les mercenaires de tout genre.

 

Vive Madagascar Libre et Indépendant

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

Madagascar: Articles et réactions

Publié le par rovahiga

http://dk1.ti1ca.com/get/92.196.104.32/0mmhygpr/vih_12_120121_Fiverenan

Photo: tim-madagascar.org

 

L’ex-président malgache Ravalomanana empêché de rentrer au pays

http://faxdz.com/lex-president-malgache-ravalomanana-empeche-de-rentrer-au-pays

L’ex-président malgache Marc Ravalomanana n’a pas pu rentrer dans son pays samedi après près de trois ans d’exil, car l’avion qui devait le ramener à Antananarivo n’a pas été autorisé à atterrir et a dû rentrer à Johannesburg.

Ses partisans, qui l’attendaient par milliers à l’aéroport de la capitale malgache, ont en conséquence annoncé qu’ils suspendaient leur participation aux institutions de transitions mises en place ces derniers mois après la signature par les différents partis d’une « feuille de route » destinée à sortir la Grande Ile de la crise.

« Le vol n’a pas été autorisé à entrer dans l’espace aérien de Madagascar », a dit … (Suivre le lien)

 

Natahotra ny masony !

http://fijery.wordpress.com/2012/01/21/natahotra-ny-masony/  

« Rehefa te hividy ny lohany, aza matahotra ny masony » avait dit avec (im)pertinence Mamy Rakotoarivelo il y a deux semaines lors des cérémonies de vœux à Iavoloha (1). Expression bien malgache qui signifie que quand on prend une décision importante, on ne doit pas avoir peur d’en assumer les conséquences. C’était une façon intelligente de faire allusion aux atermoiements du régime hâtif au sujet de l’application de la feuille de route, avec ses deux pas en avant et ses trois pas en arrière. Les événements du week-end en donnent un exemple concret de contradictions au sein du régime. Comme si le pays était dirigé par des gens instables…

La première contradiction concerne l’interprétation du fameux article 20 de la Feuille de route. Certains y voient un appel à l’apaisement, d’autres y lisent une autorisation de procéder à l’arrestation. Il est donc … (Suivre le lien) 

 

A bord de l'avion détourné de l'ex-président malgache Ravalomanana

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/01/21/a-bord-de-l-avion-detourne-de-l-ex-president-malgache-ravalomanana_1632905_3212.html#xtor=AL-32280515  

Envoyé spécial dans les airs entre Johannesburg et Antananarivo

Ce samedi, à bord de l'avion emportant Marc Ravalomanana vers sa terre natale malgache, le déjeuner a déjà été servi, les passagers s'assoupissent, lisent ou conversent. Le vol SA 8252 a déjà parcouru les deux-tiers de son trajet. Derrière les hublots, le bleu de l'océan Indien.

Soudainement, la porte du cockpit s'ouvre, et un membre de l'équipage, un gilet jaune fluorescent sur le dos, apparaît. "Nous devons faire demi-tour, ils ont fermé l'aéroport", lance-t- il à la délégation accompagnant l'ex-président malgache. Un attroupement se forme à l'avant de l'aéronef. Marc Ravalomanana, cravate bleu, chemise rayée, se lève à son tour. Le visage est fermé.

Dans les rangs, l'agacement est perceptible, mais pas la surprise. Tous se doutaient qu'Andry Rajoelina, l'actuel président du pays, serait prêt à tout pour … (Suivre le lien)

 

Retour de Marc Ravalomanana : L’amiral Didier Ratsiraka intervient

http://www.madagascar-tribune.com/L-amiral-Didier-Ratsiraka,16976.html

L’ancien président Didier Ratsiraka n’a pu s’empêcher d’intervenir par téléphone en direct depuis Paris pour en quelque sorte appeler tout le monde à la raison. Il faut dire depuis quelques jours, les propos des uns et des autres sont enflammés et très alarmants. On parlait même de risques de guerre civile à craindre ou de journée de tous les dangers. Le général Andrianafidisoa sur TV Plus ce 20 janvier dans l’émission « invité du zoma » a même été plus loin, en faisant des révélations plus qu’alarmantes car il a évoqué des scénarii d’assassinat avec ou sans le retour de Marc Ravalomanana lors de cet accueil de l’exilé d’Afrique du Sud ce 21 janvier à l’aéroport d’Ivato. En tout cas, il a dit qu’il préfère faire ces révélations inquiétantes pour mettre tout le monde en garde car personne ne sortira vainqueur dans cette situation … (Suivre le lien)

 

 

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Madagascar: Le 21janvier 2012

Publié le par rovahiga

L  E    N  O  T  A  M

 

http://ariniaina.mondoblog.org/files/2012/01/ScreenHunter_11-Jan.-21-14.591.jpg

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>