Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

Quelle Justice ?

31 Mars 2012, 17:00pm

Publié par rovahiga

Attribution de la «Sakoa»: Le CDE dénonce des pratiques mafieuses dans l’octroi du permis d’exploitation

http://www.matv.mg/?p=40722

 

«Le cas du charbon de la  Sakoa est un exemple-type de pratique mafieuse», a souligné Serge Zafimahova, Président du Club Développement et Ethique, au cours d’une conférence de presse qu’il a  tenue hier, à Ambatomena. 

Des personnes du pouvoir ou proches du pouvoir ont obtenu 8 millions de dollars de commission ou de pot-de-vin, c’est selon,  suite au permis d’exploitation,  octroyé vendredi dernier, à PAM Sakoa, a laissé entendre notre interlocuteur. Quatre millions de dollars seront payables plus tard.

Le MCM, pour sa part, attend son permis d’exploitation. Des personnes en haut lieu sont actuellement en train de se disputer, sur ce cas, à cause des spéculations. Certains veulent bloquer l’octroi des permis en réclamant d’abord leur part du gâteau, si d’autres veulent délivrer lesdits permis afin de jouir des avantages que cela pourrait leur procurer.

A partir du moment où il y a corruption, le BIANCO doit intervenir

Selon le Président du CDE, aucun permis d’exploitation ne devrait être octroyé en cette période de transition. L’article 8 de la feuille de route stipule que «le Gouvernement de Transition sera chargé de l’administration des affaires courantes du pays et la mise en place des conditions nécessaires pour des élections crédibles, justes et transparentes en coopération avec la communauté internationale. Il s’abstiendra de prendre de nouveaux engagements à long terme, ceux-ci ne relevant que de la compétence du futur Gouvernement à l’issue des élections »

Le permis d’exploitation est pourtant d’une durée de 40 ans, plus  20 ans, reconductible à l’infini. Ce qui constitue un engagement de l’Etat à long terme. Or deux permis ont été octroyés  à PAM Sakoa (charbon), d’une part,  et à Toliara Sand (ilménite), d’autre part, selon les précisions apportées hier.

Serge Zafimahova n’a pas manqué de souligner que nos réserves de charbon ont été évaluées entre 500 millions et 1 milliard de tonnes dans les années 50- 60, alors que les réserves prouvées annoncées dernièrement font état de 180 millions de tonnes. Une minoration expresse des réserves qui en dit long.

Le Président du CDE estime qu’il faudrait changer le Code minier et la loi sur les grandes mines pour aller vers le contrat de partage de production. Le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar ne doit pas être juge et partie, a-t-il ajouté.

Le CDE dénonce également des irrégularités dans le projet Mainland que nous rapporterons prochainement.

Voir les commentaires

MAIS QU’ATTEND DIEU ?

26 Mars 2012, 16:07pm

Publié par rovahiga

Et ça continue, pourquoi pas d’ailleurs ? C’est cela avoir les pleins pouvoirs ! Aucun peuple au monde ne supporterait le dixième de ce que les malgaches souffrent. Ici, on attend que Dieu fasse tout à sa place. Et pendant qu’une équipe de « politiciens » de grands chemins rafle, vole, viole, massacre tout sur leur passage en transgressant un à un les Dix Commandements chaque jour que Dieu fait et autant de fois que possible, mais qu’attend Dieu ?

 

Ces messieurs-dames jugent de par leur seule justice, frappent  les pauvres et les innocents avec la foudre de leur armée pour contraindre les gens à se mettre à genoux devant eux. Tout ce qui bouge le petit doigt, lève les yeux ou murmure un seul mot se fait enfermer en prison.

 

A travers cette tragédie malgache, cette extermination à petit feu, on reconnait mieux les autres peuples : français, allemands, anglais, mauriciens, tunisiens, chinois, indiens, russes, américains, africains … et on leur envie car avec ce que nous supportons, il aurait peut-être été mieux de se trouver du côté des plus forts, des colons et autres charognards.  Mais comme on ne choisit pas son appartenance et on s’adresse directement au Roi de l’univers, le Roi des Rois, Le Créateur Lui-même, pour que sa Justice, son Pardon, sa Miséricorde et son Amour nous sauve de cet enfer qui brûle un peu plus chaque jour.

 

Voyez ce qui suit, un exemple de ces drôles de patriotisme et de fierté qui nous condamnent à la misère sans autre procès ! Pendant qu’ils brassent des milliards et des milliards, les étudiants sont abandonnés à leur sort, les femmes et les enfants ne sont plus que des poupées gonflables, des esclaves à vie ! Les hommes n’en valent pas plus, ils n’ont qu’un seul droit : servir ceux qui règnent.

 

rov@higa

 

 

« MA FIERTE ! »

Courrier du lecteur : « Nécrologie Air Madagascar »

http://www.tananews.com/2012/03/courrier-du-lecteur-necrologie-air-madagascar/

 

Paix à ton âme, Air Madagascar !

Son personnel a l’immense douleur d’annoncer le décès de leur bien-aimée mère Air Madagascar ! 


Onitiana Realy a cru à un scoop lorsque, tout fièrement, et bardé de son ignorance, Andry Rajoelina a confirmé l’acquisition de deux A340 par Air Madagascar. Mais, pour les observateurs avertis, et surtout pour le personnel, cela n’en est guère un : les sombres desseins inavoués que réserve l’instance dirigeante à la Compagnie Nationale se sont confirmés par cette simple annonce ! Le glas a sonné pour Air Madagascar !

Les techniciens de tous domaines n’ont de cesse d’alerter la direction générale, mais celle-ci est restée sourde à leurs holàs ! Les alertes venaient de partout, mais le DG et le CA y ont étaient totalement insensibles ! Ils n’ont qu’un but : le vil objectif de démanteler Air Madagascar pour s’accaparer au plus tôt les activités les plus rentables du transport aérien à Madagascar.

À bien y réfléchir, nul n’est besoin d’accabler ni la France, ni Air France. Ce n’est pas leurs fautes si le ministre du Transport et le DG d’Air Madagascar sont aussi cupides et aussi incompétents ! Ils n’ont fait que profiter de la grande brèche ! Démunis de la moindre éthique et encore moins du moindre scrupule, le DG et le CA ont livré le fleuron de l’industrie malgache à l’ex-colon sur un plateau d’argent !

Une station radio a récemment traité le cas d’Air Madagascar dans ses émissions à fort taux d’écoute ! L’intervenante a traité avec précisions et détails les tenants et aboutissants de ce fameux et fumeux dossier. La journaliste a vraiment osé soulever et citer les points noirs qui sont tous vérifiés. Difficile d’espérer des analyses aussi poussées de la part de la presse écrite locale qui se contente de relayer les annonces tonitruantes du DG ou du ministre pour préserver leurs chances d’avoir les invitations et billets d’avion gratuits périodiques octroyés par la compagnie aérienne !

Le sujet Air Madagascar alimente les conversations dans les chaumières. Preuve que les Malgaches s’approprient comme leurs, la douleur et les craintes du personnel qui est fortement préoccupé et qui épuise tous les recours pour essayer de sauver Air Madagascar.

À quoi bon de sensibiliser les prétendus responsables en interne : les nouveaux directeurs sont tous à la botte du DG, et lui obéissent au doigt et à l’œil sans oser faire la moindre objection quand bien même les consignes dépassent l’entendement ! Leurs nominations prouvent d’ailleurs que le DG veut dérégler tout le système : la plupart sont nouveaux dans le domaine, et ceux qui s’y connaissent ne sont pas légitimés pour agir ou pour contrôler.

La petite copine de la Direction des Opérations au Sol, informaticienne de son état, a été parachutée à la tête de cette unité d’envergure par le DG afin de préparer la transformation de l’handling en filiale pour Ylias et Ravatomanga. Mais, elle a de l’ambition, et les deux compères risquent fort de se faire souffler le projet, car elle prépare le terrain pour sa propre société à Nosy Be !

Même topo pour le jeune loup de la Direction commerciale, dont les ambitions démesurées n’étaient un secret pour personne. Réputé par son manque d’expérience et son absentéisme, il est le parfait candidat candide pour le DG pour réaliser le démantèlement de la Compagnie.

En nommant un juriste à la tête de la Direction des Ressources humaines, le DG gagne sur tous les tableaux. À travers la nomination, il gagne la faveur des crédules, en donnant l’illusion de conférer à la direction un pouvoir plus étendu qu’elle n’aurait pas eu auparavant, mais ce n’est qu’une fine manœuvre : la dame est réputée pour son caractère prudent et timoré, et le DG sait qu’elle ne saura lui tenir tête, et qu’il saura lui faire déroger aux règles et procédures pour l’aider à parvenir à ses fins ! Voilà pourquoi des nominations et des organisations aberrantes passent les filtres d’usage !

Nombreuses nominations n’ont de valeur que les titres pompeux ! Chaque Direction s’arroge le droit de maîtriser le domaine d’activités convoité, qu’importe si celui-ci ne relève pas de facto de sa juridiction ! Pourtant le DG paye des vazaha et encore des vazaha pour aider les directions à mettre en place leur organisation, et voilà le résultat : des directions et des départements démultipliés, et autant de responsables à profusion ! Et dire que la petite compagnie MD a ce que les grandes n’ont pas : une responsable de l’organisation!!!!

Madarail doit bien se moquer d’Air Madagascar qui a récupéré son ex-DAF qu’elle a limogé ! L’intéressé est trop heureux d’avoir été récupéré par une compagnie aérienne, et n’a conscience qu’il n’a ni la rigueur ni la compétence adéquate et encore moins l’étoffe d’un DAF d’une compagnie aérienne. Il accepte sans broncher les engagements dispendieux du DG, qui tente de rassurer le personnel, en allouant nominations, missions, formations à tout va.

Le nouveau Directeur de l’IT revient d’une mission à Miami dont l’objet était d’assister à une conférence!!!! En ces temps plus que difficiles, assister à une conférence aux États-Unis est-il prioritaire ? Et à côté, la compagnie use de tous les stratagèmes pour pouvoir payer les charges courantes. Mais le DAF n’est qu’un béni oui-oui aveuglé par le DG ! Les banques primaires ne veulent plus cautionner la débâcle d’Air Madagascar, qui non seulement n’est plus bancable, mais ne respecte aucune rigueur budgétaire ni aucune orthodoxie financière ! Air Madagascar est allée jusqu’à ne pas reverser et utiliser les cotisations diverses du personnel !

Le Directeur des Opérations aériennes, très ambitieux et très retourne-veste, s’est plié aux désirs du DG et des syndicats des pilotes, en éliminant toutes les balises pouvant bloquer l’accession aux trônes des jeunes pilotes maffiosi ! Il n’est ainsi plus nécessaire de prouver la moindre expérience pour accéder aux hautes fonctions, et par voie de conséquence, aux rémunérations correspondantes ! On risque la dégradation de la sécurité de l’exploitation à ce rythme-là !

Ces directeurs savent-ils que les directions et les départements de support seront rasés une fois le démantèlement effectif. Savent-ils que tout ce dont ils bénéficient actuellement n’est que passager ? Tout est illusion et manipulation : le DG ment sciemment au personnel : il ne veut pas se mettre à dos le personnel au sol durant la phase transitoire, le temps que son projet aboutisse, il tente de rassurer les futurs licenciés pour les jeter comme de vieilles chaussettes, une fois qu’Air France s’appropriera Air Madagascar ! Le personnel n’aura qu’à faire ses valises et quémander un poste auprès des nouveaux employeurs : Air France, Ylias ou Ravatomanga.

Le ministre, le DG et les autres membres du CA, eux, n’auront pas à s’en faire avec leur matelas de commissions et gratifications qu’ils accumulent sans vergogne ! Les Iles Caïman ou les Bermudes leur ouvriront leurs portes !

Onitiana Realy a parlé au nom de tous les Malgaches avec une indignation difficilement réprimée quand elle a questionné le N° 1 de l’État : « Inona no takalony ? » (takalon’ny fividianana Airbus any amin’ny Air France). La question est une formalité car la réponse est claire : en acquérant deux A340 quadrimoteurs, vieux et abandonnés par Air France car chers à exploiter, l’Etat a cédé Air Madagascar, ses potentiels, ses revenus, et surtout l’axe Europe-Océan Indien ! L’État a sacrifié une fois de plus un patrimoine malgache à l’autel de l’enrichissement personnel et durable !

Les politiciens véreux et leurs vils complices en interne sont parvenus à leurs fins : durant leurs mandats passagers au sein d’Air Madagascar, ils se sont approprié toute la richesse de la compagnie, et l’a livrée pieds et poings liés, affaiblie et exsangue aux pieds de l’ennemi.

Ils ont oublié que contrairement à eux, le personnel d’Air Madagascar s’est donné corps et âme à Air Madagascar, et a lié sa vie à celle d’Air Madagascar. Le personnel lui, n’a qu’Air Madagascar, et ne vit que pour et grâce à Air Madagascar !

Ajoutez à la longue liste des chômeurs et sans revenus au moins mille personnes d’Air Madagascar !

Aucune veillée mortuaire n’est prévue, mais si vous avez fleurs et couronnes, envoyez-les au DG d’Air Madagascar : il a commencé en tant qu’horticulteur avant de devenir croque-mort au sein d’Air Madagascar !

Paix à ton âme, Air Madagascar !

 

 

PRESENTATION

Visitez ce site avant de passer à la suite, pour mieux comprendre le sentiment qui nous anime :

Malagasy mivoatra : http://gasy-ratsiferana.blogspot.com/

mardi 4 décembre 2007

QUI SUIS-JE

Lot 8, Manjaka Ilafy
Antananarivo Avaradrano – 103
MADAGASCAR

TEL BUR + 261 20 22 510 09/ 1005
TEL MOB + 261 33 12 880 03
Hugues Ratsiferana Né à Antananarivo le 11 mars 1965, marié, père de 3 enfants
Vision
Malagasy, une nationalité de fierté: Madagascar, pays mondialement le plus riche possède un environnement équilibré, ses hommes et ses produits sont le centre d’intérêt de la planète.
Objectifs
Madagascar est le sanctuaire de la nature et de l’humanité. Sa richesse nationale en croissance soutenue est valorisée, développée et sécurisée.
Le Malagasy est une personne reconnue en ses valeurs. Il est  … (Suivre le lien)

 

 

L’ABOUTISSEMENT

 

http://www.airmadagascar.com/wp-content/uploads/2011/04/Communique-new-DG-ok.gif  

 

IL N’Y A PAS DE FUMEE SANS FEU !

Air France bousculée sur son réseau le plus rentable

http://www.lefigaro.fr/societes/2010/06/09/04015-20100609ARTFIG00665-air-france-bousculee-sur-son-reseau-le-plus-rentable.php

 

La Lufthansa devrait étendre son influence en Afrique. Un continent qui, depuis le début de la crise économique, est la bouée de sauvetage de la compagnie française.

 

L'arrivée de Lufthansa en Afrique va contraindre Air France à se renforcer sur ses autres réseaux. Car depuis le début de la crise économique, l'Afrique est la bouée de sauvetage de la compagnie tricolore. C'est ce que révèle un document confidentiel de la compagnie dont Le Figaro s'est procuré une copie. En 2008-2009, les dix lignes les plus rentables de la compagnie ont été exclusivement africaines, à l'exception de Cayenne. Partout ailleurs, en Asie comme aux États-Unis, l'entreprise a perdu de l'argent. Conclusion : c'est l'ancien réseau d'UTA qui tire aujourd'hui Air France. L'ancienne compagnie absorbée en 1990 desservait déjà 24 villes africaines.

Paris-Luanda

Aujourd'hui, l'axe le plus rentable d'Air France en taux de marge (61%) est le Paris-Luanda mais celui qui rapporte le plus en valeur absolue est le Paris-Libreville (45 millions) du fait d'un nombre de fréquences plus important : quatre allers-retours par semaine contre deux. «Notre réseau long-courrier repose sur l'Afrique et dans une moindre mesure les Caraïbes, c'est-à-dire les marchés sur lesquels nous sommes en situation de quasi-monopole depuis des années, analyse un cadre d'Air France. Cette tendance a encore été renforcée par la crise économique.»

Depuis le début de la récession, la compagnie est déficitaire sur la plupart des lignes les plus prestigieuses et les plus concurrentielles. Entre avril 2008 et mars 2009, elle a perdu 5,4 millions d'euros sur le Paris-New York (JFK), 15,3 millions sur New Delhi et 21,3 millions sur Hongkong. Le Paris-Tokyo était en revanche bénéficiaire de 1,5 million. «Ces chiffres doivent toutefois être relativisés, explique un analyste. Ils intègrent le pire de la crise économique. Avec le retour des passagers de la classe éco vers la classe affaires, sur les vols long-courriers, des lignes américaines et asiatiques ont dû sortir du rouge.»

«Le nerf de la guerre»

En terme de réseau, le constat est le même puisque l'Asie et l'Amérique du Nord ont perdu à eux deux 218 millions d'euros en 2008-2009 tandis que l'Afrique a gagné 292 millions et la zone Caraïbes 92 millions. «Cette situation de dépendance structurelle vis-à-vis d'un marché nous rend très vulnérables», analyse un cadre de la compagnie.

Les lignes africaines d'Air France n'attirent pas uniquement les touristes. Une clientèle d'hommes d'affaires tire en effet les niveaux de marges du réseau africain vers le haut : celles des cadres travaillant sur les marchés pétroliers. «C'est le nerf de la guerre, explique un expert du réseau africain. Tout l'enjeu est d'aller chercher les spécialistes des forages, les géologues et les ingénieurs, de les faire transiter par Charles-de-Gaulle puis de les envoyer en Afrique en leur vendant des billets à prix d'or.»

Selon les spécialistes du secteur, deux destinations sont stratégiques : Houston au Texas et Aberdeen en Écosse, les deux capitales occidentales du pétrole. Houston a d'ailleurs été l'une des meilleures lignes américaines d'Air France-KLM en 2008-2009 avec 4% de pertes entre Paris et Houston mais 14% de bénéfices entre Amsterdam et le Texas.

LIRE AUSSI :

» Lufthansa s'attaque au pré carré africain d'Air France

Courrier du lecteur : « On veut faire couler Air Madagascar »

http://www.tananews.com/2012/03/courrier-du-lecteur-on-veut-faire-couler-air-madagascar/

 

Que veut-on faire d’Air Madagascar? La question se pose au vu des machinations des tenants actuels du pouvoir.

L’on ne sait que trop bien que les nominations des administrateurs des sociétés d’Etat malgaches ont plus systématiquement privilégié les affinités politiques pour promotion des intérêts personnels des hauts responsables du gouvernement que l’expertise et l’expérience nécessaires à la direction efficiente de ces entreprises. Mais, l’instance dirigeante actuelle d’Air Madagascar décroche la palme dans cette course effrénée à l’enrichissement personnel rapide et durable. Des dossiers bien fournis circulent actuellement dans la Capitale sur la mauvaise gestion, et pire, sur les malversations du Ministre du Transport et de ses acolytes au sein d’Air Madagascar. Le Pr Zafy a d’ailleurs dit en détenir une bonne partie.

Depuis sa nomination, le Ministre n’a fait que verrouiller le système, jusqu’à s’incruster et siéger dans le CA d’Air Madagascar, afin de décider des contrats bien juteux à son avantage. Pour ne citer que le contrat avec Euroatlantic dont il a négocié le coût, et dont il est le seul à en connaître les modalités financières. Ledit contrat a creusé un gouffre financier dans lequel Air Madagascar se noie depuis. Le B777 affrété n’était pas approprié au marché, et a occasionné des charges financières très lourdes à la Compagnie : dans l’incapacité technique de rallier directement l’Europe à Nosy-Be, Air Madagascar a dû mettre en place des appareils pour livrer les passagers à Nosy-Be au départ d’Antananarivo. Les coûts annexes inhérents à l’exécution du contrat sont faramineux et sont conclus avec les acolytes, pour ne citer que l’hébergement des équipages Euroatlantic à l’hôtel Colbert, appartenant à l’un des administrateurs de la Compagnie aérienne, et non auprès des hôteliers partenaires habituels plus économiques ! Tout point du contrat est objet à commission sonnante et trébuchante, et c’est Air Madagascar qui casque bien sûr !

Depuis quelques semaines, à une période où les voyageurs affluent, le B777 a été remplacé unilatéralement par l’affréteur par un B767 dont la performance technique est très limitée. Une escale technique est désormais obligatoire, et les passagers tolèrent très mal ce changement. Les conditions de vol et les prestations laissent à désirer et beaucoup ont dit adieu à la compagnie nationale. Beaucoup réclame réparation des préjudices, et les multiples incidents et irrégularités engendrés par le changement coûtent directement ou indirectement un bras à Air Madagascar mais le Ministre et le DG n’ont cure ! En interne, le personnel ne sait plus à quel saint se vouer car le système semble être pourri, et il ne peut que constater avec effarement les effets dévastateurs de l’incompétence du CA et du DG. Cette équipe semble choisir un avion comme ils choisissent un taxi-brousse pour une randonnée à la campagne.

Et pourtant le DG se targue de détenir une expérience de la Compagnie pour avoir commencé à la base de l’organisation, mais même ses pairs pilotes désespèrent face à ces agissements qui ternissent l’image et la notoriété des techniciens malgaches de l’industrie aéronautique. A sa prise de fonction, il a déclaré sortir la Compagnie de la fameuse liste Annexe B en trois mois sinon il se retirera : « tsy ny toerana no tadiaviko fa rehefa tsy vitako io dia hiala aho! » Cela fait presque huit mois qu’il est à la tête d’Air Madagascar et aucune évolution positive n’est constatée, et il est bien décidé à garder sa chaise !

L’organisation de la compagnie, qui vient à peine d’être mise en place, elle par contre, a bien gonflé car de nouvelles directions ont été mises en place ! Cerise sur le gâteau : des expatriés étrangers ont été recrutés et sont grassement payés. La nomination de l’ancien DG James Andrianalisoa, rémunéré comme un expatrié a été déjà fortement critiquée par les cadres, mais le DG ne s’est pas arrêté là !

L’envergure de l’organisation est surdimensionnée par rapport aux activités actuelles (même futures) d’Air Madagascar : pour une compagnie aérienne qui n’a même pas de vol cargo, le département fret a été transformé en direction ! Idem pour le département IT dont ni la mission ni les activités ne justifie sa redéfinition en tant que Direction. De nombreuses nominations aux fonctions de responsabilité ont été faites par le DG sans que ces postes ne figurent dans l’organigramme général ! Tous les copains qui sollicitent titre et rémunération conséquente obtiennent satisfaction : il suffit juste de brosser le DG dans le sens du poil, et de flatter son égo. Pourtant, officiellement il a fait adopter en interne comme valeurs : honnêteté, intégrité, respect et excellence.

Parlons « honnêteté » : les nombreuses nominations injustifiées aux postes de responsabilité sont-elles honnêtes vis-à-vis de la compagnie ?

Parlons « intégrité » : la gabegie et les malversations du Ministre et du DG ainsi que de leurs Dalton relèvent-elles de l’intégrité ?

Parlons « respect » : les recrutements externes occasionnant surcoûts inutiles et très préjudiciables à la santé financière d’Air Madagascar respectent-ils le personnel malgache ! Outre la nomination du sieur James Andrianalisoa, ex DG (rémunéré outrageusement au titre d’un expatrié or sans résultat concert ni probant jusqu’à ce jour) un tunisien a grossi le rang des directeurs, et il semblerait qu’un autre étranger devrait venir bientôt pour occuper une fonction de directeur!

La réalité est que le DG souffre d’un complexe qui l’empêche d’accepter la compétence des malgaches, et préfère s’entourer d’étrangers qui ne le connaissent pas, et en face de qui il peut se pavaner en tant que DG, exercice qu’il affectionne tant partout où il va.

Huit mois après sa nomination, Air Madagascar n’a pas encore finit d’instaurer sa nouvelle organisation, bon nombre des directions vient juste d’officialiser leur note d’organisation ! Notes qui s’apparentent juste à de la littérature puisque la réalité est tout autre, et les programmes trop ambitieux et trop prétentieux sont utopiques vu les moyens et l’environnement actuel. Le DG est le premier à ne pas respecter les principes de gestion qu’il aime blablater partout !

Plusieurs projets et programmes sont lancés mais ne sont guère pertinents ni au contexte économique malgache actuel ni aux problèmes prioritaires d’Air Madagascar. Ils ne font que générer des charges financières additionnelles qui vont dans les poches des prestataires et fournisseurs alliés du DG : nombreux exemples illustrent ce cas : l’achat de fournitures informatiques auprès de l’une de ses nombreuses muses et égéries basée en Chine, auprès de laquelle l’approvisionnement a été fait, sans qu’aucun appel d’offres n’ait été lancé préalablement !!! Les équipements qui y ont été achetés, et ne sont pas totalement opérationnels car ne sont pas compatibles avec le parc informatique existant d’Air Madagascar.

Avec la bénédiction du DG, ladite dame agit en tant qu’opérateur fret au nom et pour Air Madagascar, mais sur le dos de la Compagnie, et sans respecter les normes professionnelles en vigueur : les colis sont présentés aux comptoirs d’enregistrement avant les passagers sur des chariots bagages, et ne suivent pas le circuit réservé au fret ! Le système est légitimité par le DG car déclaré moins économique que les autres offres ! Bien sûr : si Air Madagascar offre le beurre et l’argent du beurre, le premier quidam peut faire une offre économique !

Le DG projette d’éliminer un bon nombre de partenaires et fournisseurs de la Compagnie, et de les remplacer par un groupe réduit de fournisseurs privilégiés composés d’amis et de compères! Ho lany ihany ny paiso an-kady fa aleo raofiko ho ahy daholo !

Entre autres projets du DG : déménager le siège d’Air Madagascar de l’avenue de l’Indépendance pour le transférer dans les locaux d’un opérateur économique indo-pakistanais très proche et très écouté du Phat, et acquérir des mobiliers auprès de la dame fournisseur en Chine !!!

Air Madagascar ne peut pas plus payer ses fournisseurs actuellement, et des vols ont failli être annulés car les prestataires ont menacé de ne plus traiter les vols d’Air Madagascar dans les escales extérieures sans le paiement des arriérés qui s’élèvent de jour en jour ! A titre de solution, comme à son habitude, Air Madagascar a juste changé de prestataires !

Le personnel est consterné, et se décourage car il est impuissant face aux ravages faits par le CA et le DG. Les beaux discours avec effet d’annonce sont très loin de la réalité, et l’on craint même que l’objectif de cette équipe et de dépouiller totalement la compagnie pour que certains puissent l’acquérir à un franc (euro ?) symbolique. Les deux conseillers très écoutés du Phat, dont l’un siège dans le CA font tout pour !

Toutes les manœuvres actuelles confirment ces craintes : des lignes et des lignes ont été écrites sur l’acquisition d’appareils par Air Madagascar mais le dossier traîne : après multiples annonces contradictoires de la part du DG et du Ministre, le choix d’Air France se précise beaucoup plus.

Le personnel a manifesté ses craintes et sa désapprobation de ce projet mais à quoi bon ? Il est impuissant face aux loups voraces que sont le DG et le Ministre. Les marchandages et les négociations des commissions de chacun des innombrables intermédiaires (locaux et étrangers) retardent encore la finalisation du dossier mais le contrat sera bien finalisé contre vents et marées !

Air France qui a annoncé une perte colossale de 151 millions d’euros sur la période de Janvier à Septembre 2011, a publié officiellement son plan de réduction de coûts et de restructuration. Ce plan intègre l’abandon progressif des A340 quadrimoteurs trop budgétivores qu’Air Madagascar s’est empressé d’acquérir, avec la promesse folle qu’une fois ces avions acquis auprès d’AF, MD sera retirée de la liste B!

Les donnes sont claires et démontrent à qui profite le crime ! En la personne du DG, parvenu, cupide et incompétent, le Ministre a fait entrer le loup dans la bergerie ! Ce dernier joue bien son rôle de marionnette malléable aux mains des manipulateurs !

Pleure ô ma douce Air Madagascar, ils vont finir par avoir ta peau !

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

UN EXPLOIT !

http://www.madagascar-tribune.com/Un-exploit,17277.html  

Obnubilé par Marc Ravalomanana, l’invité du Zoma d’Onitiana Realy de ce vendredi soir du 23 mars voit partout la main de celui-ci ; depuis les actes de banditisme et de brigandage dont des citoyens malgaches et des ressortissants étrangers sont victimes jusqu’aux tentatives d’assassinat dont des généraux des forces de l’ordre et lui-même auraient fait l’objet. Ces points ont été évoqués au fil du face-à-face par le président de la transition Andry Rajoelina qui n’a pu s’empêcher de focaliser l’attention des téléspectateurs sur l’époque Ravalomanana et les errements, détournements à des fins partisanes et personnelles et les présumés crimes de son prédécesseur.

C’est ainsi qu’en près de deux heures de discussions, Andry Rajoelina a réussi l’exploit de méconnaître tous les autres acteurs politiques et éventuels candidats aux présidentielles. Ainsi, il n’a pas été une seule fois cité aucun nom des personnalités qui ont déjà annoncé leur candidature aux présidentielles, entre autres Pierrot Rajaonarivelo, Monja Roindefo, Roland Ratsiraka ; alors même que ce n’étaient pas les thèmes triturés qui n’ont pas manqué (insécurité, conseils de gouvernement, actions sociales des chefs politiques…) voire les opportunités sur les présidentielles et l’amnistie. Serait-ce là l’expression de l’égocentrisme de l’homme ?

Voir les commentaires

MISY INONA AO MORONDAVA ?

16 Mars 2012, 10:50am

Publié par rovahiga

Izahay moa miasa any Morondava dia manamafy ity vaovao voalazan’I MAlanto ity :

CEG centre no nisehoan’ny demonia voalohany. Izao izy efa mahazo ny ecole ao amin-dry Masera. Jeunes filles de 12 à 15 ans no iantombohany ary tena ampijalijaliany eo. Misy manonona anaran’olona ireo ankizivavy démoniaque ireo araka ny vaovao azoko, dia avy hatrany dia mifindra any ilay demonia.

 Tena mijaly be izao I Morondava ary mihorohoro ny raiamandrenin’ny Mpianatra.

 Mba mangataka raha misy azo ataon’ny SAFIF foibe amin’izany na ny SAFIF Synodam-paritany na izay afaka manome tanana rehetra amin’ny fiadiana amin’ny devoly ary mangataka indnridra antsika rehetra htondra ambavaka ny ady fa tena mbola tsy misy ohatr’izany hoy ry zareo avy any an-toerana.

 Dia samy h tahian’Andriamanitra

 EStelle

 

 

Bien chers tous.

 

Que la grâce et la paix soient avec nous tous.

 

Chers amis, je viens de recevoir un coup de fil annonçant une triste nouvelle sur Morondava, et cela a été confirmé par le pasteur de la CEIM lui-même juste à l'instant. 

 

En ce moment, le diable fait des ravages dans les écoles publiques, CEG, et beaucoup d'enfants sont possédés à cause de ça et font des crises. Mais cela ne s'est pas arrêté là, mais les écoles privées aussi sont atteintes, et la situation est dramatique, et c'est là où nous devons intervenir par la prière. Tous les chrétiens de toutes confessions sont mobilisés pour faire face à cette situation.

 

Les autorités sont dépassées et elle font appel aux églises, mais si elles tardent, elle doivent se rabattre sur d'autres solutions, féticheurs et autres. 

 

Les démons disent qu'il y en a encore beaucoup qui vont arriver par bateau, 8 mais par la foi en Jésus Christ, nous les arrêtons. Et par la foi, Christ vaincra, nous vaincrons.

 

Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable.

 

S'il vous plaît, partager ce sujet et ensemble prions par la foi et avec foi.

 

Que le Seigneur nous bénisse tous.

 

Serge

   

 

 

 

 

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (16/03/12)

16 Mars 2012, 10:34am

Publié par rovahiga

ARTICLES REMARQUES - MARS 2012

16 mars 2012

<> doc  15 03 12 - UNICEF - Une étude pour favoriser l'inclusion de tous les enfants dans le cycle primaire (EPP)
Cette étude nationale sur l’exclusion scolaire et les moyens d’inclusion au cycle primaire se situe à un moment de grandes difficultés et d’incertitudes pour Madagascar. L’impact de la crise que subit actuellement le pays a de profondes conséquences tout particulièrement sur la santé, la nutrition ou encore l’accès à l’eau de ses enfants. L’éducation paye également un très lourd tribut à cette situation et à ce jour plus d’un enfant sur quatre n’a pas accès aux écoles primaires. Si cette étude explicite l’ampleur et les mécanismes de l’exclusion au cycle primaire, celle-ci souligne également tous les efforts entrepris par l’ensemble des acteurs des communautés, des écoles et des ménages pour rendre l’éducation plus inclusive. Avec plus d’un million d’enfants non-scolarisés, l’exclusion scolaire au cycle primaire est l’un des problèmes les plus importants du système éducatif malgache. Déjà problématique auparavant, la situation a considérablement empiré depuis la crise de 2009 : le taux net de scolarisation au primaire n’est plus que 73,4% en 2010 contre 83.3% en 2005. Pour l’année 2010, près de 700,000 enfants sont sortis du système scolaire entre le CP 1 et le CM 1.

<> doc
  13 03 12 - Nations Unies - Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation - Additif
Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, a effectué une mission officielle à Madagascar du 18 au 22 juillet 2011, à l'invitation de la HAT. Les conclusions préliminaires (13 p.) ont été postées sur le blog Justmad le 22/07/11. L'additif est daté du 23/12/11. Il traite de la situation de l'insécurité alimentaire, décrit l’impact des catastrophes naturelles ainsi que de la crise politique. Une section est consacrée aux orientations stratégiques de la politique nationale de nutrition, les suivantes  étudient les programmes publics de soutien à l'agriculture et à l’élevage, les politiques foncières, les politiques de structuration de la filière riz, les accords de pêche. Il se penche enfin sur l'impact des sanctions internationales en vigueur au moment de la mission. Des recommandations sont adressées au gouvernement malgache ainsi qu’aux donateurs, bailleurs de fonds, organisations internationales et partenaires de développement.

- 12 03 12 - L'Express - Chronique de Vanf - "Directoire militaire" n'est pas un gros mot
Comment sortir de cette crise ? Quels interlocuteurs pour faire entendre raison aux belligérants ? Quel accord qui ait force exécutoire ? Trois années de question sans réponse. Trois années d'incertitude permanente. Trois années d'absence d'autorité, de perte de repères, de délitement des valeurs. Deux forces, l'une confessionnelle, l'autre militaire, ont toujours occupé une place stratégique dans cette crise-ci, et dans les précédentes. Le chroniqueur rejoint les nombreux appels de ces derniers jours émanant de la classe politique et de la société civile en faveur d'une prise de responsabilité "du sabre et du goupillon". "Le mot «laïcité» n'est pas un dogme irréfragable au-delà du bon sens et «directoire militaire» n'est pas un gros mot", conclut-il.

- 10 03 12 - Communiqué de l'AOSC : "La CENIT n'est pas indépendante"
L’Alliance des OSC dirigée par Lalao Randriamampionona conteste les modalités de désignation des membres de la société civile nommés à la CENI-T. L’annonce intervient quelques jours avant la prestation de serment des nouveaux membres de la Commission. L’Alliance déplore « le manque de transparence dans la nomination de ses membres, l’ingérence et la pression » qui ont affecté le processus de vote. Elle exige l’organisation de nouvelles élections au sein à la société civile et se dit déterminée à saisir le Conseil d’État. Lalao Randriamampionona déplore une nouvelle fois que les revendications et propositions formulées par l’AOSC bien avant l’élaboration des textes sur la CENIT n’aient pas été prises en compte. D’autres entités de la société civile ont cependant admis entériné les textes qui régissent la nouvelle Commission, à l’image du CNOE.

- 09 03 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Farces de l'ordre
"Les tracts sont de retour. Et de quelle façon ! Il suffit qu'on les éparpille à travers la ville pour que tout le monde tremble de peur, sue de frayeur, aie froid dans le dos. Faute de pouvoir s'exprimer librement en public, tous ceux qui ont à dire sur la situation actuelle se trouvent contraints de recourir à cet artifice peu élogieux pour se faire entendre. Avec la conjoncture difficile actuelle et la fébrilité d'une opinion dont la lucidité est diluée par trois années de crise et de sous-alimentation, la sauce prend facilement. (…) Le pouvoir se complaît à montrer son autorité dans la répression qui trahit en fait sa faiblesse. (…) À défaut de pouvoir se manifester, la contestation prend cette forme de terrorisme invisible contre lequel il est difficile de lutter et qui se mêle au banditisme violent et impitoyable, conséquence d'une inégalité sociale de plus en plus criante".

- 06 03 12 -  Tribune - Edito - Patrick A. - Soldatesque
Des sous-officiers, regroupés au CAPSAT, réclament la suppression des retenues sur soldes. « Nous voulons la suppression des impôts sur nos salaires selon notre statut. Nous réclamons également le rappel des retenues sur salaires depuis 2005 », a déclaré un sous-officier affilié au COSOFAM (sorte de syndicat ou association des sous-officiers). Un mouvement de sous-officiers en tenue de combat, est né sur le site de Soanierana mais il semble avoir pris une autre dimension : plusieurs sous-officiers issus d'autres régiments ont rejoint les rangs de leurs frères d'armes, munis de leur paquetage. Ils ont pour l’instant refusé de s'exprimer de manière officielle. Les autorités prennent au sérieux ce mouvement. Au-delà des revendications salariales, le général Lucien Rakotoarimasy, ministre des Forces armées, soupçonne d'autres motifs derrière le mouvement. « Quelque part, on essaye de manipuler ces revendications », a-t-il avancé avant de lâcher les termes de « déstabilisation » voire de "tentative de renversement » du régime". Un mouvement qui rappelle étrangement les prémisses des évènements de mars 2009...

<>
05 03 12 - Hostilité des Etats Unis sur la stratégie intérimaire de la Banque mondiale
La stratégie intérimaire de la Banque mondiale pour la période 2012-2013 n'a pas l'aval des États-Unis. Ils veulent empêcher ce réengagement. L'ambassade des États-Unis a ainsi manifesté à travers un communiqué son point de vue par rapport à la décision de la Banque, le 21 février, de revenir sur la suspension des financements pour ses 14 projets en cours, décidée en 2009 (voir revue de presse février 2012 p 26). Pour la Banque, il devient urgent de lutter contre l’aggravation de la pauvreté, la détérioration de l’accès aux services sociaux et le développement de la mauvaise gouvernance. L'illégitimité du régime en place et le constat d'une prise d'ampleur de la traite des personnes ont été avancés par l'ambassade pour expliquer cette réticence. « Il y a un risque de voir des gens considérer par erreur l’assistance de la Banque mondiale comme un signal de soutien au régime de fait, ce qui peut donner la voie aux dirigeants de fait pour détourner des ressources loin de la fin à laquelle elles étaient destinées, tout en continuant de tirer profit de certaines activités illégales », souligne-t-il.
Voir l'édito de Tribune du 05/03/12 : 05 03 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - Chosification

<>
  05 03 12 - La Banque mondiale annonce la reprise de financement pour tous ses projets suspendus
Constatant les impacts de la suspension des aides dans différents secteurs depuis la crise, la Banque mondiale annonce la reprise de financement pour tous ses projets suspendus. Le portefeuille actuel de la Banque est composé de 14 projets d'un montant global de 900 millions de dollars. Le solde non décaissé, à disposition, s'élève à 220 millions de dollars. Une restructuration du portefeuille sera réalisée. Des fonds de certains projets seront alloués à des secteurs prioritaires. Cette reprise des décaissements entre dans le cadre du programme intérimaire de la Banque qui s'étale de début 2012 à juin 2013.

- 05 03 12 - La Gazette - Edito - Adelson Razafy - Que d'appels à l'Armée !
Multiplication frappante des appels à l’Armée ces derniers jours. Le phénomène, en fait, est omniprésent depuis le début de la transition, car même des personnalités connues comme Marc Ravalomanana, Zafy Albert et Monja Roindefo se sont déjà livrés à cet exercice. Mais ces temps-ci, le nombre de ceux qui demandent aux militaires « de prendre leurs responsabilités » a véritablement explosé.

<> 02 03 12  - JL Hariniaina et S.Zafimahova - Le projet d’exploitation d’ilménite par Mainland Mining
Le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar, avec l’aval du ministère de l’Énergie et des Mines a lancé l’appel d’offre concernant l’ilménite de Manakara le 26 Juillet 2008. L’attribution de l’appel d’offres a eu lieu courant 2010 sans transparence. Face au malaise social provoqué par l’implantation douteuse et illégale de la Société Mainland à Mangatsiotra, district de Manakara (région Vatovavy Fitovinagny), la note a pour objet de mettre en contexte ce projet et de fournir des éclaircissements techniques (environnemental, social et culturel) et-juridiques (lois et réglementation en vigueur) face à la politisation de l’affaire par les intérêts particuliers qui s'affrontent. Les auteurs recensent 25 violations flagrantes du cahier des charges environnemental (CCE) du projet.

- 01 03 12 - Midi - Rajaofera Eugène - Guerre de juristes autour de l'amnistie
Le comité d’experts dont la mise en place a été décidée lors du conseil de gouvernement dispose d’une semaine pour reformuler le projet de loi d’amnistie élaboré par le ministère de la Justice. Il est composé des juristes proposés par la primature et les entités signataires de la feuille de route. Du côté des groupements signataires, les discussions sont âpres. Pour le parti TGV, l’accent doit être mis sur le fait que les crimes de sang ne peuvent être amnistiés, une référence à peine voilée à l’ancien président. Tandis que les partisans de Marc Ravalomanana continuent de soutenir que celui-ci n’a nul besoin d’amnistie, en ce sens qu’il n’a commis aucune infraction de ce genre et que les verdicts prononcés à son encontre concernant notamment les événements du 7 février 2009 ne sont pas valides. On craint fort que ces juristes de la Nation passent fi des grands principes de droit qui entrent en jeu dans l’élaboration d’une loi d’amnistie, en ne servent que les intérêts politiques de leurs entités d’origine.

- 01 03 12 - Tribune - Edito Hery Randriamalala - La "bolabolacratie"
Le 8 août dernier, le président Rajoelina prenait une ordonnance extrêmement répressive à l’encontre du trafic de bois de rose, de nature à rassurer les plus sourcilleux des défenseurs de l’environnement ainsi que les bailleurs de fonds. Deux semaines plus tard, le 22 août, le ministre de l’Environnement a tenu lui aussi des propos très fermes lors d’une rencontre avec les exploitants forestiers. Mais lorsque le Premier ministre s'est rendu dans la Sava le 5 janvier 2012, les trafiquants ont tout mis en oeuvre pour inféchir sa position. Le revirement du pouvoir s'est concrétisé dans l'arrêté tant décrié du 18 janvier ouvrant à nouveau la voie aux exportations de bois précieux. Après la théocratie (le pouvoir aux religieux), la pétromonarchie (pays où seul le pétrole est roi), la narcocratie (le pouvoir aux trafiquants de drogue), Madagascar innove et invente la « bolabolacratie » : le pouvoir aux trafiquants de bois de rose, qui se confondent maintenant avec l’État. Il devient clair que la solution au problème de la protection des forêts malgaches ne se trouve plus à Madagascar, mais en Chine.

-------------------------------------------------------

 <> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente

 ------------------------------------------------------

Voir les commentaires

Collectif des Professeurs et Professeurs Titulaires des Universités de Madagascar

15 Mars 2012, 11:34am

Publié par rovahiga

(Voir le communiqué en français en 2è partie)

 

FANAMBARANA

 

Izahay mpikambana ao amin’ny « Collectif des Professeurs et Professeurs Titulaires des Universités de Madagascar » dia mahatsapa tsara ny olana sy ny fahasarotana lalovan’ny firenena amin’izao krizy mianjady aminy izao.

Mahita ary tohina ny « Collectif des Professeurs » manambara fa vaohosihosy tanteraka ny zon’olombelona sy ny fahafahana miteny eto Madagasikara.

Ny tsirairay, mahatsiaro ny tokony handraisana andraikitra dia manana izay heveriny hamoahana an’i Madagasikara ao anatin’izao krizy lalina izao.

Amin’ny maha-oniversitera azy, dia manohana ireo olona tsara sitrapo manao sorona ny ainy, maneho hevitra sy manolotra vaha-olana iraisana sy tsy manavaka ny « Collectif des Professeurs ».

Anisan’izany ny mpikambana iray ato amin’ny « Collectif des Professeurs » dia ny Profesora fanta-daza, RANJEVA Raymond, izay anisan’ny mpanorina ny « Collectif des Professeurs» tamin’ny taona 1980. Mankasitraka ny herimpo nananany ny «Collectif des Professeurs» ary mihevitra fa tokony hajaina ny hevitry ny Malagasy rehetra, indrindra fa izay manolotra vaha olana ialana amin’izao Krizy mahatsiravina iainana efa ho telo taona izao.

Ny « Collectif des Professeurs » dia manameloka tanteraka ny antsojay natao sy mbola atao amin’ny tenany sy ny fianakaviany, ary mamerina ny fitakiana atao amin’ny mpanao politika hampitsahatra ny fampiasan-kery sy ny fampihorohoroana, ka hiverina amin’ny soatoavina Malagasy dia ny « fihavanana », ary hiroso amin’ny tena fifamelana marina. 

 

Natao androany 14 martsa 2012

Ny Filoha nasionaly

Rakotomalala Minoson

 

Professeur Titulaire

 

 

COMMUNIQUÉ :

 

Nous, membres du « Collectif des Professeurs et Professeurs Titulaires des Universités de Madagascar », sommes plus que conscients des problèmes et des difficultés que rencontre le pays face à la crise qu’il traverse actuellement.

Le « Collectif des Professeurs » constate amèrement que les droits de l’homme et la liberté individuelle sont bafoués à Madagascar.

Chaque citoyen, conscient et responsable, a ses propres idées et ses propositions de sortie de crise. Aussi, en tant qu’universitaires, au nom de la liberté d'opinion, qui est un droit inaliénable et universel, sommes nous solidaires des personnes de bonne volonté qui, au risque de leur vie, font des déclarations ou des propositions pour avancer des solutions inclusives et consensuelles.

Un de nos membres, l’illustre Professeur RANJEVA Raymond, qui a fondé notre association en 1980, figure parmi ces gens de bonne volonté. Nous approuvons son courage et estimons que l’on doit respecter l’opinion de tout Malgache, surtout quandil s’agit de solutions pour nous sortir de cette crise infernale qui dure depuis déjà trois ans.

Le « Collectif des professeurs » condamne fermement l’acharnement flagrant contre sa personne et sa famille et réitère toujours que les actuels responsables politiques doivent mettre un terme à l’usage permanent de la force et de la terreur, pour se tourner enfin vers une réelle mise en application du «fihavanana» et de la réconciliation nationale.

 

Fait le 14 mars 2012.

 

Le Président National

Rakotomalala Minoson

 

Professeur Titulaire

Voir les commentaires

Appel à manifestation GTT réunis à Paris

15 Mars 2012, 11:21am

Publié par rovahiga

http://4.bp.blogspot.com/-6xULZcAox_c/T2Dl4ILOqdI/AAAAAAAABHE/WdQ9PkB4kzg/s320/Manif173.PNG

 

 

APPEL POUR UNE MANIFESTATION UNITAIRE POUR MADAGASCAR

 

 

Samedi 17 mars 2012 

De 11 h à 15 h 

Place du Châtelet

PARIS 1er – Métro : Châtelet

 

http://gtt-international.blogspot.com/2012/03/appel-pour-une-manifestation-unitaire.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+GttInternational+%28GTT+International%29

17 Mars est la date du putsch consommé de Rajoelina et consorts. 3ans après, le pays est dans le chaos. Près de deux millions de personnes sont victimes de la perte de travail, Une cinquantaine de détenus politiques croupissent toujours en prison, les violations flagrantes des droits de l'homme s'accumulent de jour en jour. Notamment le président Ravalomanana et sa famille sont sciemment empêchés par Rajoelina et son gouvernement unilatéral de revenir à Madagascar

MALGACHE ET AMIS DE MADAGASCAR

Nous vous invitons à rejoindre les Malgaches du monde entier qui vont manifester à Paris (1er) ce samedi 17 mars à la Place du Chatelet de 11h30 à 15h pour montrer au peuple français et au monde entier que Madagascar se trouve au bord du gouffre par la faute de leurs dirigeants

Cette manifestation est suivie d'une Conférence – Débat organisée par la FETAF (Fédération des Travailleurs Africains de France) et animée par Abdoulaye LELOUMA DIALLO, représentant de l'organisation de l'Unité Syndicale Africaine(O.U.S.A) au B.I.T de GENÈVE sur le thème des « Ingérences étrangères en Afrique et les guerres d'occupation ». Lieu : Bourse du Travail , 3 rue du Château d'eau – Paris (10ème) – Métro : Château d'eau.

Comptant sur votre présence

 

Nous vous remercions.

Voir les commentaires

Communiqué: Patrick Rajoelina pour le 30 mars 2012

15 Mars 2012, 11:10am

Publié par rovahiga

En collaboration avec le blog "Madagascar à 360°" (Le Monde) : http://fanorenana.blog.lemonde.fr

 

 

 

le vendredi 30 mars 2012 à 19h30 

La Fédération protestante des malgaches de France, avec le soutien de l'Eglise Réformée de France organise une série de rencontres pour l'année 2012 sur le thème "Des hommes nouveaux – Un monde nouveau".

Dans ce cadre, elle vous invite au Colloque prévu sur le sujet :

 "Françafrique toujours ou Co-développement désormais?

le vendredi 30 mars 2012 à 19h30

Maison paroissiale au 27, rue de l'Annonciation, Paris 16(métro La Muette).

Avec Patrick RAJOELINA, Juriste, Membre du Conseil constitutionnel (CCC) de Madagascar (corédacteur de la Constitution de la Quatrième République de Madagascar), 

et Paul MARCHAL, Ingénieur conseil, Professeur, Membre fondateur de France Initiative Réseau.

------------------------------------------------

Le samedi 14 avril 2012 à 15h30

Dans le cadre des "débats citoyens", le MDM France invite

Patrick RAJOELINA,

Président du mouvement civique FANORENANA "Refondation" (fondé le 29 mars 2000)

et concepteur de la Troisième voie

Autour du thème :

"La jeunesse Malagasy, quel avenir ?"

------------------------------------------------

Et toujours (présent !), dans le cadre de la campagne électorale en France :

Patrick RAJOELINA

Délégué général et cofondateur de LA DIAGONALE

poursuit son lobbying intensif auprès de ses interlocuteurs européens et francophones en faveur d'un règlement rapide de la crise malgache...

A bientôt, donc !

Voir les commentaires

ATTENTION DANGER !

11 Mars 2012, 12:28pm

Publié par rovahiga

Contournons le grand complot pour supprimer nos droits civiques et politiques

 

Oui, nous sommes encore et, hélas !, toujours bloqués ! Mais la faute à qui ? La réponse crève les yeux. Inutile de se cacher derrière son petit doigt pour éviter de désigner clairement le fauteur de trouble, que dis-je, le confiscateur de pouvoir, le faussaire de la démocratie, le faiseur de misère: Monsieur Rajoelina et sa bande ! Tant que le nœud gordien qui noue le peuple entier dans le joug et l'aliénation n'est pas tranché, rien ne pourra être solutionné conformément au droit, en application des principes fondamentaux d'une gouvernance convenable, en accord avec les exigences de liberté et des valeurs morales.

Tant d'aménagements prétendument "raisonnables" ont été proposés et voués à l'échec que désormais, sans tourner autour du pot, il est impératif  de sauter le pas, dans le cadre de la Feuille de Route ou en dehors d'elle, pour la solution qui s'impose en trois actes successifs et résolus: la neutralisation ou la suspension immédiate des institutions de la Transition actuelle; la mise en place tout aussi immédiate d'un Gouvernement provisoire de Salut Public décidée lors d'un Sommet des 4 Chefs (Messieurs Zafy, Ratsiraka, Ravalomanana et Rajoelina) placé sous le parrainage de la communauté internationale ou d'une organisation ou personnalité volontaire dotée d'une autorité reconnue; l'organisation subséquente d'une élection présidentielle, suivie d'une élection générale, placées sous la supervision de la communauté internationale sur appel du Gouvernement provisoire.

Orientons nos réflexions dans cette direction, ne tergiversons plus sur les moyens de mise en œuvre, et n'ajournons plus les actions nécessaires au triomphe de la démocratie  ! Le temps presse et la misère du peuple exige qu'on ne se trompe plus sur les personnes. Précisément à cet égard, personne n'a le droit ni la légitimité de confisquer au peuple son droit le plus absolu de choisir librement et sans réserve ni entrave la personne à qui il souhaite accorder sa confiance. C'est pourquoi, nul ne peut sélectionner, conditionner, restreindre ou limiter, a fortiori nominativement, ce libre choix hérité des droits du citoyen et des droits politiques, ce conformément aux instruments internationaux et aux principes fondamentaux de notre charte fondamentale. En réalité, ceux qui y seraient tentés n'agiraient pas mieux qu'un comploteur ou qu'un tricheur puisque qu'ainsi on envisagerait tout simplement de piper les dés du jeu démocratique !  Et puis, ceux-là doivent se convaincre définitivement que le temps des faiseurs de rois ou de reines est irrémédiablement terminé ! 

Alors, Mesdames et Messieurs les concepteurs, médiateurs, facilitateurs, observateurs et autres acteurs publics de la scène intérieure comme de la communauté internationale, dans cette grave crise malgache, prenez vos responsabilités vis à vis du peuple malgache. Et ce peuple malgache, nous l'invitons à la plus grande vigilance afin que ses droits ne soient plus galvaudés. N'oubliez pas que la souveraineté repose en vous et que nul ne saurait vous y substituer, et qu'il vous appartient à vous et à vous seuls, notamment en vertu de la charte des nations unies et de tous les instruments internationaux relatifs aux droits des peuples, de vous autodéterminer au regard du destin que vous voulez pour votre nation !

Nul alors n'est besoin d'expliquer ni de donner des arguments justifiant le pourquoi et le comment de l'absolu nécessité que quiconque jouit de ses droits civiques peut, s'il le souhaite, se présenter sans restriction à toutes élections. Dans cette mesure, ce n'est pas parce que nous avons deux anciens présidents qu'il leur serait interdit, même nous souvenant des erreurs qu'ils avaient commises, de briguer à nouveau, s'ils le souhaitent, la charge suprême de la République. Savez-vous que pour ce qui le concerne, le mandat présidentiel dont est détenteur pour une seconde fois Marc Ravalomanana a certes terminé son cours fin janvier 2012, mais dès lors que légalement il n'a jamais été empêché et qu'il pas de successeur élu, ne serait-ce que le principe de la continuité de l'Etat le place dans la position de celui à qui incombe la charge d'assurer l'interim, et qu'en cette qualité il est libre, s'il le souhaite, de se présenter lui même au suffrage du peuple ? En tout état de cause, et pour les mêmes raisons qu'exposées précédemment, et au surplus en vertu de la Feuille de Route, nul n'a le droit de l'empêcher de concourir à la prochaine consultation électorale. Enfin, le peuple n'a-t-il pas suffisamment manifesté, à travers les démonstrations de soutien qu'il continue  de lui exprimer et qu'il démontre avec constance aux yeux de tous, que la légitimité lui est reconnue ou que, tout au moins, il le souhaite ardemment comme présidant à nouveau aux destinées de la nation ?

Attention, donc, au danger du déni de justice et de démocratie !

Mesdames et Messieurs, ne nous démontrez pas en déniant tout cela que vous avez peur de la Démocratie ! Dans le cas contraire, le Zébu malgache serait en droit d'user de ses cornes pour pourfendre l'injustice. Alors, l'Histoire, qui retient déjà les effets des hésitations récentes, saura faire elle également justice des manquements des uns et des autres. Par contre, en vous saisissant de vos propres responsabilités dans lesquelles nous attendons que vous ancriez vos actes, l'Histoire vous retiendra dans ses nobles annales avec la reconnaissance de tout un peuple.



                                                                 Rabesaina Haja

(Gasy Tia Tanindrazana)

Voir les commentaires

UN COQ QUI CHANTE FAUX !

9 Mars 2012, 19:47pm

Publié par rovahiga

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRWsnSIv9ZUaloMpWpgssqiDhb6ZamkJ5DthQTq3_QZ4-tnHIZSRnWf-kA

 

 

 

« La France, spectateur et non acteur de la crise malgache »  dixit Jean Marc Châtaignier ambassadeur de France en terre  conquise  de Madagascar. Mais « Pour restaurer la bonne gouvernance », il faut qu’il y ait une mauvaise gouvernance et c’est là que la France a  su agir en toute « bonne foi ». En tout cas, le rôle de spectateur de la France ne trompera personne et il est trop tard pour laver l’affront. On saura nettoyer le passage de la Françafrique dans un proche avenir. Tous ceux qui se sont acoquiné avec les colonisateurs sont hyper-identifiés et paieront pour être devenus des traitres à la patrie.

 

Mais là où on veut venir, c’est sur l’avenir à court terme du soi-disant « président de la transition ». La mission actuelle de l’OIF n’a semble-t-il pas hésiter une seule seconde à rejeter la Constitution de la IVè république. Oui ce socle où repose « la légitimité » même de Andry Rajoelina ! Hugo Sada l’a dit : «l’OIF n’a ni financé le référendum, ni envoyé des observateurs à Madagascar lors de cette consultation populaire unilatérale »

 

Une  certaine réalité ou une réalité certaine semble  se dessiner  à partir de ces données. On n’est pas loin de croire que la France serait entrain de se débarrasser du président de la transition soit parce qu’il ressemblerait  trop à « un coq qui chante faux » ou parce que « le contrat s’arrête là » tout bonnement. Mais alors, qui serait « l’honorable candidat » car il existe bel et bien à ne pas en douter ? Wait and see comme dirait les français.

 

rov@higa

 

Processus électoral : La Francophonie attend l'amnistie

http://lexpressmada.com/processus-electoral-madagascar/32663-la-francophonie-attend-l-amnistie.html

L'organisation internationale de la Francophonie (OIF) accompagnera Madagascar dans le processus électoral après l'adoption de l'amnistie. Elle est disposée à passer la vitesse supérieure.

Une piqûre de rappel dans la mise en œuvre de la Feuille de route. L'Orga­nisation internationale de la Francophonie (OIF) remémore le caractère incontournable de l'amnistie avant toute élection.
« Tout dépend de la volonté des Malgaches de se réconcilier. L'OIF n'attend plus que cela. Elle est déjà prête [pour accompagner le processus électoral] », a soutenu Edem Kodjo, chef de délégation de la mission de l'OIF, émissaire spécial d'Abdou Diouf, secrétaire général de cette organisation, hier, à Anosy.
L'ancien premier ministre togolais évite de se prononcer sur les tenants et aboutissants de ses évaluations à l'issue des quatre jours de consultation des acteurs politiques. Mais il expose, d'une  
(Suivre le lien) 

Voir les commentaires

EXPLOSION A L’EPISCOPAT D’ANTANIMENA !

9 Mars 2012, 11:30am

Publié par rovahiga

Une forte déflagration retentit vers 4h30 du matin selon le reportage d’un journaliste d’une station de radio privée de la capitale. L’Episcopat d’Antanimena fut la cible de ce jet d’explosif perpétré à partir d’une voiture qui roulait lentement jusqu’à hauteur de l’enceinte de l’Episcopat. Les occupants du bâtiment ne purent sortir qu’après une bonne dizaine de minutes appréhendant une suite à cet attentat. Fort heureusement on n’a enregistré que des dégâts matériels.

 

L’équipe des forces de l’ordre officiant sur les lieux n’a pu donner d’autres précisions, même pas le genre d’explosif employé, préférant attendre la fin des constats et de l’enquête.

 

 

rov@higa

Voir les commentaires

1 2 > >>