Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

VAOVAO TOKONY HO FANTATRA

31 Janvier 2011, 23:32pm

Publié par rovahiga

Appel à manifestation samedi 5/2 14h Paris Bastille

 

 

http://collectif-gtt.org/file/20110205flyerpetit.jpg

 

31/01/2011 : ankolafy telo : hamafisina ny firisan-kina

http://collectif-gtt.org/

Miezaka mafy ny mpanongam-panjakana hampisara-bazana  ny ankolafy telo. Ampiadiany avokoa na ny samy ao anaty ankolafy iray na ireo ankolafy telo. Efa ambivitra manko ny fahaverezan’I TGV sy ny ekipany ka mitsipaka farany izy ireo. Tsy tokony hozarazarain’ny fiantsoana ny herivelona misy azy ireo mpiara-mitolona mba ahafahana manohitra izany fampisaham-bazana izany. Tsy tokony manaiky hampiadin’ny tombontsoa sy ny kajy politika ny mpitarika rehetra. Antananarivo dia renivohitr’I Madagasikara izany hoe iombonan’ny Malagasy tsy vaky volo ary tokony ho fitaratra amin’izany fiombonana izany ny ankolafy telo. Raha sanatria ka mbola misy manao kajikajy politika dia aoka tsy ifamitaka amin’ny vahoaka satria efa be izay dina nifanaovana izay.

 

31/01/11 : Iharan’ny antsojay ihany koa ny zanaky ny Atsimo Atsinanana

Tsy hita popoka ny folo mianadahy zanaky ny Sud-Est amin’izao fotoana izao satria « interpelé » teo Ranomafana Ifanadiana ny fiara nitondra azy ireo. Nihazo ny faritra niaviany izy ireo rehefa avy nanatanteraka hetsika lehibe teto an-drenivohitra nitakiana ny famoahana ny Lt-Col. Charles Andrianasoavina sy ireo gadra politika rehetra hatramin’ny niantombohan’ny krizy 2009. Fantatra ihany koa fa misy mpianatra ao amin’ny ENAM Androhibe avy amin’iny faritra iny tsy hita popoka hatramin’ny Alakamisy teo. Amin’izao fototna izao dia mandrangitra tanteraka ny ady eo amin’ny Sud-Est sy  ny  Merina ny radion’i TGV satria mieritreritra izy ireo fa izany no hampivaky ny tolona ka ahafahany mahazo ny fandresena. Iverenan’izy ireo hatramin’ny tantara tany aloha be tany ka mety hiteraka fifanolanana amin’ireto foko Malagasy roa tonta ireto. Mbola hevidratsin’ny menasofina ihany ny fahitana izao araky ny zarazarao hanjakany ka hamerenan’izy ireo indray ny fanjanahana eto Madagsikara. Amin’izay fotoana izay dia afaka manararaotra ny harena rehetra izy ireo ary ho tompony mangataka atiny ny vahoaka Malagasy.

Toe-tsaina lomorina …

Tsy handairan’izany fampiadiana foko izany intsony ny Malagasy amin’izao fotoana. Tsy misy tsy mahalala fa i TGV sy ny namany  no nanapotika ny firenena fa tsy misy idiran’ny Malagasy hafa. Ka izy ireo no  iantefan’ny fampandrenesana sy ny antso atao’ny zanaky ny atsimo atsinananana fa tsy ny Merina velively araky ny iezahana ivoizana azy. Ny Lehiben’ny faritra Vatovavy Fitovinany koa dia miditra amin’ity lalao maloto ity ary nanambara fa hanakana hatramin’ny farany ny hetsika rehetra itakiana ny famoahana ny Lt-Kol Charles sy ny gadra politika rehetra. Na izany aza tafatsangana tamin’ny 30 janoary teo ihany ny Biraon’ny « Grand Sud-Est » tao Manakara ary misy Raiamandreny sy Ampanjaka ao anatiny.

 

Ampamoaka nataon-dry Kly Charles Dinihina any Addis Abeba

http://www.tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3381&idcat=2&une=1

31/01/2011

Mitodika any Addis Abeba misy ny foiben-toeran’ny Firaisambe Afrikanina ny sain’ny mpanara-baovao maro.

Anatiny tanteraka amin’ny fihaonambeny faha-16 mantsy ny Vondrona Afrikanina, izay andinihana akaiky ireo raharaha manahirana aty Afrika, indrindra ny ao Côte d’Ivoire. Tamin’ny andro voalohan’ny fivoriana omaly alahady no nahavoafidy an’i Teodoro Obiang Nguema, filoham-pirenena am-perinasa any Guinée Équatoriale (in-telo voafidy ary tonga teo amin’ny fitondrana tamin’ny alalan’ny fanonganam-panjakana) ho filohan’ny Firaisambe Afrikanina mandritra ny herintaona, nandimby toerana an’i Bingu Wa Mutharika, filohan’i Malawi. Nandefa taratasy izay novakiana nandritra ity fihaonana an-tampony any Addis Abeba ity ny filoha Ravalomanana, mampahafantatra ny zava-misy eto Madagasikara taorian’ny ampamoaka nataon’ireo manamboninahitra ambony isany, ny jeneraly Rakotonandrasana Noël sy ny kly Andrianasoavina Charles ary manazava amin’ireo filoham-pirenena sy filoham-panjakana ary vahiny manan-kaja miatrika ity fihaonana an-tampony faha-16-n’ny Firaisambe Afrikanina ity ny anton’ireo fitoriany mikasika ny fanonganam-panjakana nitranga teto ny taona 2009.

Manoloana ny toe-draharaha misy ankehitriny dia heveriko, hoy ny filoha Ravalomanana, fa mendrika hahalala ny antony sy ny fototr’izao krizy izao ny Malagasy. Nanamafy an-tsoratra ny tenany fa misokatra ary vonona hatrany amin’ny fifampidinihana saingy mihevitra kosa izy fa zon’ny vahoaka Malagasy ny mahalala ny marina ary rariny loatra izany, koa matoky ny fitsarana sy mpitsara Malagasy izy amin’izany.

 

Tsy azo ekena eto amin’ity firenena ity ny kolontsain’ny tsimatimanota, ary mendrika izany tany tan-dalàna izany i Madagasikara, hoy ny filoha Ravalomanana. “Koa zava-dehibe ny hivoahan’ny marina ary dia handeha mora ho azy ny fifamelana sy fifampihavanana satria mifankafantatra tsara ny rehetra, iza no nanao inona ?”, hoy izy nanohy ny fanazavany. Andrasana izay ho fehin-kevitry ny mpizaika amin’ity anio ity, izay hifaranan’ny fivoriana. Mandritra izany eto an-toerana dia miditra amin’ny herinandro farany ny iraka fanelanelanana tarihin’ny Dr Leonardo Simao, avy amin’ny vondrona SADC. Maro koa ireo hevitra mivoaka etsy sy eroa amin’ny famahana ny krizy eto ankoatra ny fanerena ataon’ny vondron-kery eto anatiny manoloana ny fikatsoan’ny raharaham-pirenena.

 

Niatrika ny fotoam-panokafana ity fihaonana an-tampony faha-16 ity ny filoham-pirenena frantsay, Nicolas Sarkozy, izay sady mitarika ny vondrona G8 no mitarika ny vondrona G20 ihany koa, toy izany koa ny Sekretera jeneralin’ny Firenena Mikambana, Ban Kimoon, sy ireo filohana fikambanana iraisam-pirenena toy ny tale jeneralin’ny Banky iraisam-pirenena, Rtoa Ngozi Okonjo-Iweala, teratany nizeriana.

Voir les commentaires

En finir avec la Transition (Communiqué)

31 Janvier 2011, 16:46pm

Publié par SEFAFI

SEHATRA FANARAHA-MASO NY FIAINAM-PIRENENA

SeFaFi

 

Observatoire de la Vie Publique

Lot III R 45 ter Tsarafaritra, Tsimbazaza, Antananarivo 101

Tél/fax : 22 548 88 Email : sefafi@gmail.com

 

En finir avec la Transition

 

Au seuil de 2011, Madagascar entame une troisième année de Transition, et ses politiciens sont toujours à la recherche d’une problématique sortie de crise. Il n’est sans doute pas excessif d’en conclure que les hommes politiques continuent à entretenir le désaccord, tout en profitant au maximum d’une situation qui profite au plus grand nombre d’entre eux. Après ces 24 mois d’attente, où en sont le pays, les institutions et les citoyens ? A ce jour, trois avancées significatives vers une solution définitive méritent d’être mentionnées. La première est relative à la mise en place de la CENI (Commission Électorale Nationale Indépendante). Son inexpérience a été flagrante lors du dernier scrutin, et des améliorations peuvent être apportées à son organisation et à son fonctionnement. Ceci étant, il est souhaitable que les diverses oppositions acceptent de l’intégrer. La seconde concerne l’adoption de la constitution de la IVème République le 17 novembre 2010. Que l’on y soit favorable ou hostile, ce texte a été adopté au suffrage universel. En dépit de ses faiblesses et ses incohérences, il est désormais la constitution de Madagascar. La

troisième avancée est la création des assemblées qui ont remplacé la Haute Autorité de Transition : le CT (Congrès de la Transition, 256 membres, censé tenir lieu d’Assemblée nationale) et le CST (Conseil Supérieur de la Transition, 90 membres, censé tenir lieu de Sénat). Ces institutions, dépourvues de légitimité populaire, sont là pour aider à la gestion courante du pays et à la mise en place rapide des institutions démocratiques prévues par la nouvelle Constitution. Elles ont donc vocation à disparaître au plus vite, au profit d’élus du peuple. Halte à la boulimie des politiciens Mais depuis la création de ces institutions provisoires, le citoyen médusé assiste à une surenchère boulimique dans la revendication des places et des avantages matériels. A croire que les politiciens ont perdu le plus élémentaire patriotisme, et jusqu’au sens de la mesure et de la décence. Leur seul objectif

semble être de s’installer, pour consolider et accroître leurs privilèges Du point de vue des rémunérations, circulent les chiffres les plus extravagants. Combien ont touché les membres de la HAT : 20 à 25 millions d’Ariary par mois, sans compter les indemnités en grand nombre, les per diem et autres 2 avantages annexes ? Combien touchent les membres du CT et du CST ? Le silence

et le refus de transparence de la part de tous les concernés, anciens et nouveaux, inquiètent. Qu’ont-ils donc à cacher, sinon des rémunérations sans proportion avec le salaire normal d’un travailleur, même qualifié, et des avantages dont la seule liste connue devrait faire honte à leurs bénéficiaires : indemnités de logement et de déplacement, primes pour le carburant et les consommations téléphoniques, assistants parlementaires, etc. La Transition justifie son arrivée au pouvoir par le besoin de changement manifesté par les citoyens. Les rémunérations des politiques devraient constituer le premier terrain d’application de cette volonté de changement, en mettant un terme aux dérives dont abusent les politiciens. Ils ne sont pas élus, faut-il le redire encore, et à ce titre ils ne sont représentatifs de rien et de personne. Leurs salaires devraient donc être à la mesure du travail fourni. Est-il normal que des politiciens anonymes gagnent plus qu'un chef d'entreprise ? Et si l’on demandait aux citoyens, qui

payent leurs politiciens par le biais de leurs impôts, quel salaire maximum ils consentiraient à accorder aux politiciens, tous avantages compris ? Et voici que ces gens, qui ne sont pas élus mais se targuent de parler et de décider au nom du peuple, marchandent à nouveau des prétentions exorbitantes. Rien ne justifie des émoluments aussi faramineux, car ils n’ont pas à se déplacer dans une quelconque circonscription, n’étant élus par personne. Ils n’ont pas à faire de réunions pour rendre compte de leur activité parlementaire, puisqu’ils n’ont pas de mandat électoral. Mais peut-être exigent-ils ces subsides pour mieux financer leur future campagne électorale ? C’est dire assez que leur travail de congressistes et de conseillers est loin d'être leur préoccupation primordiale !

Du point de vue de l’effectif de ces assemblées, les prétentions sont tout aussi inacceptables. Ne parle-t-on pas de 500 congressistes, près de 200 conseillers, ainsi que d’un gouvernement dit d’union nationale de 50 ministres ? Notons

au passage que le récent gouvernement d’union nationale de la Tunisie en Transition, mis en place quelques jours après la démission de Ben Ali, compte 19 membres. Pourquoi en faudrait-il 50 à Madagascar, et deux ans après le début                                                                                                                                                                                                    de la Transition, sinon pour satisfaire le plus grand nombre d’ambitions personnelles? Quel aveu d’incompétence et

d’inconscience…Outre qu’il n’existe dans la capitale aucune infrastructure pouvant accueillir en permanence une assemblée de 500 parlementaires (et combien d’assistants parlementaires ?), pourquoi multiplier ces postes finalement inutiles ? Les politiciens qui y ont été nommés n’ont aucun droit à y rester, ils peuvent être remplacés par d’autres qui seraient estimés plus « représentatifs » des différents courants politiques. Les partis concernés n’ont pour la plupart aucune légitimité populaire, ne s’étant jamais soumis au verdict des urnes. Il s’en créé tous les jours, groupuscules qui édictent leurs exigences : même si certaine presse se fait l’écho de l’un ou l’autre, de quel droit et au nom de qui parlent-ils ? En attendant que des élections législatives leur donnent et la légitimité de parler et le pourcentage des sièges auxquels ils peuvent prétendre, un représentant par parti officiellement enregistré serait largement suffisant au sein du Congrès de la Transition. Enfin, Congrès et Conseil Supérieur de la Transition sont censés ne durer que quelques mois seulement, s’il est vrai que députés et sénateurs doivent être élus en 2011. A quoi bon, dans ces conditions, multiplier les sinécures ? Une institution transitoire se doit d’être limitée dans ses effectifs, exemplaire dans son fonctionnement, économe de l’argent public, modeste dans ses projets, et transparente dans ses décisions. 3Il vaudrait la peine de procéder à une analyse coûts/avantages qui compare le coût d’une opération pour le pays, avec les avantages qu’il en retire. Si le coût de la Haute Autorité de Transition et des actuels CST et CT était et est sans proportion avec les résultats obtenus, à plus forte raison l’est-il si l’on considère le projet de porter ces assemblées à 100 et 500 membres, avec un gouvernement de 50 ministres. Il serait facile, si nos dirigeants autoproclamés pratiquaient la transparence promise, de savoir ce que coûtent ces institutions, et ce que coûteront celles à venir. En contrepartie, quel bénéfice en a tiré le pays, combien de lois ont-elles été adoptées, en quoi les conditions de vie de la population se sont-elles améliorées? Il conviendrait aussi de mentionner les mesures qui n’ont pas été prises, en matière d’insécurité interne, de pillage des ressources naturelles, de détournement de fonds publics, etc.

Sortir du transitoire

Il tarde aux citoyens de voir s’achever une Transition gérée par des responsables cooptés, que certains s’efforcent pourtant de faire durer. Car un citoyen veut des dirigeants issus de son libre choix, alors que les dirigeants désignés ne sont représentatifs que d’eux-mêmes. Que le Président de la Transition prenne donc ses responsabilités : c’est à lui qu’il revient de mener cette Transition à son terme. Qu’il cesse d’apparaître comme l’otage d’un entourage à la réputation douteuse. Qu’il assume les pouvoirs que lui donne la nouvelle constitution dans ses dispositions transitoires (art. 165), pour imposer un cadre électoral réaliste et définitif. Depuis un an, le citoyen éberlué assiste au défilé d’échéances annoncées, jamais tenues, toujours reportées. A ce jour, aucune date n’a été respectée, et nul ne sait aujourd’hui, si ce n’est que 2011 est décrétée « année électorale », quand auront lieu les échéances majeures : législatives et présidentielles, municipales et régionales... Ces reniements successifs ont un effet déplorable mais mérité sur la crédibilité des responsables de la Transition, et accréditent l’idée que leur seul objectif est de se maintenir à la place qui est la leur. Mener la Transition à terme implique, plus que jamais, l’imposition et le respect scrupuleux d’un calendrier électoral qui ne soit pas systématiquement remis en question. Il revient à ceux qui sont en charge de l’Etat d’obliger tous les acteurs à s’y conformer. C’est pour cela qu’ils sont en charge d’une Transition, afin qu’elle se termine au plus vite.

Se pose également, dans ce contexte, la question des relations qu’entretient la classe politique avec l’argent. Le Bianco a récemment fait savoir que seuls 7 ministres avaient satisfait à l’obligation de déclarer leur patrimoine au moment d’entrer en fonction. Il est logique d’en conclure que ceux qui ne se sont pas conformés à la loi ont des choses à cacher. Pourquoi la justice s’en prend-elle alors aux petits délinquants, lorsque ceux qui dirigent l’Etat ne se conforment pas à la loi ? De même, avant les élections municipales avortées du 20 décembre 2010, les candidats s’étaient insurgés parce qu’il leur fallait justifier de l’état 211-bis, qui prouve qu’ils ont bien payé leurs impôts et leurs taxes ; et le pouvoir de la Transition avait cédé à leurs demandes, les dispensant de cette obligation. Les citoyens savent désormais que non seulement la grande majorité de nos hommes politiques ne sont pas en règle avec le fisc, mais que le pouvoir entérine cette illégalité flagrante de la part de futurs élus du peuple ! Nos hommes politiques n’auraient-ils donc plus ni déontologie ni éthique ? Ce qui est transitoire ne doit pas durer. Une Transition de deux ans, sans qu’aucun scrutin pour la mise en place d’institutions pérennes n’ait été tenu, témoigne de l’échec de l’ensemble de la classe politique. Car les blocages viennent de tous les politiciens, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition. Le citoyen est largement au courant de ce qui oppose les uns et les autres : le partage du « gâteau ». En effet, chacun s’estime en droit d’accaparer les postes les plus juteux pour lui et pour les siens. Absence de vision nationale et mépris du bien commun, égocentrisme et boulimie financière, refus de laisser la place aux jeunes quand arrive le grand âge, tout cela concourt à l’échec des régimes successifs, qui pourrait être aussi celui de l’actuelle Transition. On ne cessera de le dire, toute la classe politique est en cause. Il en va de même, malheureusement, de la société civile. Loin de respecter l’apolitisme qui fait leur identité, nombre d’associations sont devenues le paravent d’engagements politiques, ou l’antichambre en vue d’accéder au pouvoir.

Les mêmes travers se retrouvent dans le corporatisme des grands corps de la nation, au détriment de leur raison d’être qui est le service désintéressé au profit de la patrie et des citoyens. Les revendications de magistrats, enseignants chercheurs, militaires, médecins et paramédicaux, administrateurs civils, journalistes et ecclésiastiques, ne sont-elle pas le résultat de la surenchère des politiques ? De ces travers, il est urgent de sortir. Mais qui le veut sincèrement ? le SeFaFi propose alors de renoncer au mythe de l’unanimité, et de reconnaître que les opinions sont diverses et parfois inconciliables. Il faudra donc que ceux qui ne sont pas d’accord avec le régime de la Transition s’érigent en partis d’opposition et soient reconnus comme tels par les autres, dans l’esprit de l’article 14 de la nouvelle constitution. Ainsi seront reconnus les droits du pouvoir et la légitimité de l’opposition.

 

Antananarivo, le 21 janvier 2011

Ralison ANDRIAMANDRANTO

Gatien HORACE

Roger Bruno RABENILAINA

Ketakandriana RAFITOSON

Henri RAHARIJAONA

Annie RAKOTONIAINA

Noro RAZAFIMANDIMBY

Sylvain URFER

Présidente d’honneur :

Madeleine RAMAHOLIMIHASO

 

Voir les commentaires

LE KIOSQUE DU BLOG : 31/01/11

31 Janvier 2011, 11:59am

Publié par rovahiga

Sommet de l'UA : la crise malgache éclipsée.

http://www.sobika.com/edito.php?idnews=17508

La crise malgache n'est pas la préoccupation première de l'Union Africaine, actuellement en sommet à Addis Abeba. Les crises tunisiennes, égyptiennes et ivoiriennes sont passées par là monopolisant l'actualité africaine. Pendant ce temps là, le Niger organise ce lundi ces élections présidentielles, un an après son coup d'Etat...seulement dirions nous vu de Madagascar ! Preuve que la crise malgache n'intéresse … (Suivre le lien)

 

Marc Ravalomanana : « Mon retour est imminent ».

http://www.tananews.com/2011/01/marc-ravalomanana-«-mon-retour-est-imminent-»/

L’on n’a pas encore pu soutirer grand-chose de la feuille de route concoctée par le GIC et les entités politiques, étant tenue secrètes par ses géniteurs. Cependant, le dernier appel de Marc Ravalomanana à Moramanga en fin de semaine intriguera … (Suivre le lien)

 

Changement : l’Union africaine baisse culotte !

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=9869:changement-lunion-africaine-baisse-culotte-&catid=57:la-une

L’Union africaine ne vaut rien. Oui, l’organisation panafricaine ne peut plus hausser la voix en tant que représentante d’environ un milliard d’habitants. Tant les contestations entendues parmi les pays membres de l’organisation sont significatives. En tout cas, les évènements de ces derniers jours donnent raison aux … (Suivre le lien)

 

Coopération régionale : Xavier-Luc Duval dans nos murs

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=9867&Itemid=55

Hier à l’hôtel Colbert, Xavier-Luc Duval, vice-premier ministre mauricien en même temps ministre de l’Intégration sociale, a tenu à rencontrer les médias locaux. L’on ne voit pas vraiment l’intérêt de ce point de presse tenu si tard dans la nuit (vers 22h 15) et qui a duré à peine 10 minutes s’il s’agissait uniquement d’annoncer à … (Suivre le lien)

 

Union africaine : un dictateur à sa tête

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=9868&Itemid=55

Qu’on se le dise : l’Afrique est en train de changer. Une Afrique qui veut se débarrasser  de ses dictateurs. Ben Ali est parti. Hosni Moubarak est en passe également de prendre le chemin de l’exil. D’autres chefs d’Etat, sûrement, vont être, tôt tard, délogés de leurs palais présidentiels, car ils en ont plusieurs.

Mais, hier, lors du sommet de l’Union africaine (UA) on ne semble pas avoir compris les … (Suivre le lien)

 

LEONARDO SIMAO : « Ce n’est pas encore une Transition »

http://les-nouvelles.com/spip.php?article7379

Samedi dernier au Colbert, l’émissaire de la Sadc, Léonardo Simao, s’est exprimé clairement sur la situation politique malgache. Selon lui, à Madagascar, « Il n’y a pas encore de Transition ».

L’équipe de la médiation de la Sadc persiste et signe. Jusqu’à présent, la communauté internationale qu’il représente au cours des différentes consultations n’a pas encore … (Suivre le lien)

 

SOMMET UA : Le cas de Madagascar n’est pas au menu

http://les-nouvelles.com/spip.php?article7378

En dépit du fait que Léonardo Simao ait déjà envoyé son rapport de mission relative à la Grande île auprès de l’Union africaine, il semble que le cas de Madagascar n’a pas été programmé au cours des deux jours de session du sommet de l’Union africaine à qui a commencé hier à Addis-Abeba, Ethiopie.

La 16e session ordinaire de l’Union africaine se limite en effet au … (Suivre le lien)

 

Pierrot Rajaonarivelo ; « Je suis toujours le Secrétaire national de l’AREMA »

http://www.madagascar-tribune.com/Je-suis-toujours-le-Secretaire,15413.html

Pour qui sonne le glas, pourrait-on dire. La célébration en grande pompe du premier anniversaire de la plate-forme MDM présidé par Pierrot Rajaonarivelo, a été l’occasion d’un appel au grand rassemblement. « Je suis toujours le Secrétaire national de l’AREMA » déclare-t-il. Et comme pour démontrer sa … (Suivre le lien)

 

Candidature de Andry Rajoelina aux présidentielles : La campagne est lancée

http://www.madagascar-tribune.com/La-campagne-est-lancee,15407.html

Les « Tanora Farimbona » ont appelé ce vendredi 28 janvier 2011 à ce que Andry Rajoelina, président de la Haute autorité de transition (HAT) et président de la transition conformément à la Constitution de la 4e République, exerçant les fonctions de chef de l’Etat jusqu’à la mise en place de toutes les institutions, se porte candidat aux prochaines présidentielles.

La principale raison avancée est qu’il faut que … (Suivre le lien)

 

Pasteur Lala Rasendrahasina : « Il n’est pas encore question de médiation »

http://www.lexpressmada.com/pasteur-lala-rasendrahasina-madagascar/20468--il-n-est-pas-encore-question-de-mediation-.html

Récemment investi président du FFKM, Lala Rasendrahasina fait le point. Il donne des précisions sur les relations des églises entre elles et avec l’État.

Avec le recul, deux ans après les événements de 2009, que pensez-vous des relations entre les Églises composant le FFKM ?

Tout a déjà été dit à la FJKM Ambohipotsy (*). Ce sont les actes qui … (Suivre le lien)

 

Environnement : Le WWF retrousse ses manches

http://www.lexpressmada.com/environnement-madagascar/20456-le-wwf-retrousse-ses-manches.html

Richard Hughes, tel est le nom du nouveau représentant résident du WWF à Madagascar. Fort de 25 ans d'expérience dans le domaine du développement, le nouveau représentant veut renforcer les 48 années d'activités du WWF à Madagascar. « Le WWF a investi beaucoup d'argent durant ces années d'existence à Madagascar. Ainsi il faut renforcer les … (Suivre le lien)

 

Toliara : Alerte à l’inondation

http://www.lexpressmada.com/toliara-madagascar/20479-alerte-a-l-inondation.html

Après les pluies incessantes de ces derniers jours, Toliara risque de se retrouver sous les eaux.

Alerte générale à Toliara depuis Samedi après-midi. La menace d’inondation est toute proche. À cause des fortes précipitations de ces derniers temps, la digue de Fiherenana a connu une rupture ,sinon un éboulement sur plus de 450m au niveau d’Ankororonga, à 12 km au Nord-Ouest de Toliara entre le village de Miary et le pont de Belaland. Du coup, la ville est … (Suivre le lien)

 

Front Républicain Démocrate Légaliste : Des projets sociaux en cours

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=13315:front-republicain-democrate-legaliste-des-projets-sociaux-en-cours&catid=46:les-autres-titres

Féru de patriotisme, le président fondateur du parti politique "Front Républicain Démocrate Légaliste", Ambroise Ravonison (Tonton Amroise), vient d'annoncer une intensification des projets de développement social qu'il a démarré avant son départ forcé pour l'étranger durant … (Suivre le lien)

 

Immigration clandestine

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=13316:immigration-clandestine&catid=44:chut

Un ressortissant comorien s'est fait arrêter à Majunga par la police malgache, il y a 15 jours à la sortie d'un match de football et ce, à la demande des autorités françaises. Ce citoyen comorien est en fait un dangereux trafiquant de clandestins entre Anjouan et Mayotte. Il a à son actif plus de 200 passages entre les 2 ports et plus de … (Suivre le lien)

 

Voir les commentaires

POURQUOI LES PLAINTES SUR LE COUP D’ETAT

31 Janvier 2011, 09:33am

Publié par Marc Ravalomanana

REPOBLIKAN’i MADAGASIKARA

Tanindrazana – Fahafahana – Fandrosoana

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Le Président

 

POURQUOI LES PLAINTES SUR LE COUP D’ETAT

 

La Mouvance Marc RAVALOMANANA assume ses responsabilités malgré les critiques dont elle fait l’objet actuellement en raison des plaintes déposées auprès du Doyen des juges d’instruction du tribunal d’Antananarivo et sous prétexte que ces plaintes sont inopportunes dans le contexte de négociations pour sortir de la crise qui frappe le pays depuis deux ans.

 

Mais nous sommes convaincus que quelque soit le contexte et l’ambiance politique, le citoyen a le droit de connaître les origines de la crise et les responsabilités de chacun.

 

Par ailleurs, à travers ces plaintes, la Mouvance veut confirmer qu’elle est contre la culture de l’impunité, qu’elle tient à un Madagascar véritable État de droit et que surtout elle veut croire en une Justice indépendante, sécurisante, fiable avec des magistrats responsables et imperméables à toute velléité d’instrumentalisation politique.

 

Notre démarche ne tend nullement à nuire aux négociations menées par la médiation internationale tant sur son opportunité que sur le fond. Au contraire, elle s’avère nécessaire, car de par ses traditions et sa culture, le malagasy ne sait pardonner que s’il sait qui a fait quoi exactement. Ensuite, ce serait une erreur de soulever ces questions une fois le gouvernement d’union nationale mise en place, car il y aurait alors risque de sabordage du gouvernement en raison des suspicions qui resteraient récurrentes.

 

Par contre, si tout le monde se reconnaît avant de travailler ensemble, le processus de recherche de vérité et de réconciliation se fera plus aisément dans la mesure où siéger ensemble au sein de ce gouvernement exige de tout un chacun la tolérance entre tous.

 

Il n’y a pas d’ange ni de démon et nous estimons qu’il est temps d’en finir avec la diabolisation unilatérale de la mouvance et de ses leaders pour une appréciation plus saine de la situation par le public.

 

A travers les révélations du général RAKOTONANDRASANA Noël, du Colonel Charles RANDRIANASOAVINA, du Directeur de sécurité de la HCC, Ralitera ANDRIANANDRAINA, de l’Inspecteur principal de police, Fanomeza RAZANADIMBY, ainsi que les aveux de Monsieur Masimana MANANTSOA, ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement Roindefo, il apparaît, ainsi que la Mouvance l’a toujours affirmé, qu’il n’y a jamais eu de mouvement populaire spontané dans tout le pays comme l’a toujours soutenu Andry Rajoelina et consorts. Seul le centre de la commune urbaine d’Antananarivo a connu des troubles vraiment graves.

 

Il n’y eut jamais de «ras le bol populaire ». Il y avait un complot conçu et organisé par un groupe de politiciens soutenus par quelques militaires et probablement par des partenaires étrangers, quelques opérateurs économiques et des magistrats de la Haute Cour Constitutionnelle dont l’apothéose était le coup d’État du 17 mars 2009.

 

Toutes les accusations de dictature, abus de pouvoir, d’enrichissement illicite, de cession illégale du territoire, etc. portées contre le Président et autres dignitaires de l’État n’étaient que des prétextes fallacieux pour camoufler le coup d’État.

 

Il y a coup d’État dès lors que le dirigeant en place, légitimement et démocratiquement élu doit partir sous la contrainte, contrainte qui peut revêtir plusieurs formes.

 

Il n’y eut jamais de démission du Président de la République. Quelqu’un qui démissionne ne donne pas ses ordres à son successeur. Pourtant, c’était la lettre et l’esprit de l’ordonnance n02009-001, avec un transfert de pouvoir limité dans le temps et la mission claire d’organiser des élections.

 

Cette ordonnance transférant certains pouvoirs à un Directoire Militaire était la seule décision rationnelle qui s’imposait en considérant l’armée comme la seule institution républicaine encore fiable dans la mesure où seul un camp dénommé CAPSAT a connu une mutinerie sur les dizaines de camps militaires et les différents corps de l’armée sur tout le territoire national.

 

Depuis mars 2009 de simples citoyens, des magistrats, des avocats, des politiciens n’ont eu de cesse de dénoncer le coup d’État avec des preuves souvent construites sur la base théorique des textes constitutionnels et légaux ou par des faits relatés par les médias.

 

Il y eut un coup d’État et même la Haute Cour Constitutionnelle l’a reconnu a posteriori dans sa décision 03/HCC/D2 du 23 avril 2009 en considérant que ni l’ordonnance n°2009-00 1 adoptée par le Président Ravalomanana, ni le transfert des pouvoirs du directoire militaire à Andry Rajoelina, ni l’installation de Andry Rajoelina n’est conforme à la Constitution. Et qu’ainsi, rien n’a été fait dans le respect de la Constitution dans la mise en place du pouvoir de facto actuel.

 

En décidant de la sorte, la Haute Cour Constitutionnelle était revenue sur sa première position contenue dans sa « lettre » du 18 mars 2009 adressée à Andry Rajoelina où elle déclarait « valides » l’ordonnance faite par le Président Marc Ravalomanana qui a transféré les pleins pouvoirs à un directoire militaire et l’ordonnance par laquelle ledit directoire a transféré ces pouvoirs à Andry Rajoelina.

 

La décision n°03/HCC/D2 du 23 avril 2009 était une véritable décision juridictionnelle contrairement à la lettre du 18 mars citée plus haut.

La Haute Cour Constitutionnelle conforte ainsi la position de la communauté internationale sur le régime de la transition et confirme l’existence du coup d’État.

 

Depuis deux ans le peuple Malgache se sent insulté par le viol par les armes dans son choix démocratique du Président de la République et des parlementaires. Et les tenants du pouvoir de facto ont érigé un régime policier comme tout putschiste, à savoir:

propagande de stigmatisation et de diabolisation pennanente du Président de la république Marc RAVALOMANANA et de son équipe

interdiction et répression de toutes manifestations, d’expressions d’opinions différentes que la leur que ce soit dans la rue ou dans tous les medias

Or ce type de comportement est insupportable pour le malgache qui tarde peut-être à réagir, mais est capable de réaction très violente pour sa patrie et ses enfants. La France en sait quelque chose, elle qui n’a eu aucun répit pour réprimer les contestations pendant les 65 ans de colonisation au point d’en arriver au génocide de 1947 qui a terni encore plus son image dans la conscience patriotique malgache en général.

 

Le même phénomène est train de se répéter actuellement envers les putschistes qui, entre autres exactions, sont en train de s’enrichir honteusement sur le dos du peuple malgache.

 

D’autres preuves sur la corruption de la Haute Cour Constitutionnelle, la trahison de certains responsables étatiques, etc. commencent à affluer, mais nous les réservons pour l’instant à la Justice pour la sécurité des témoins et pour ne pas les altérer.

28 janvier 2011

 

Marc RAVALOMANANA

Chef de file de la Mouvance Ravalomanana

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR

30 Janvier 2011, 19:05pm

Publié par Justmad.canalblog.com

http://justmad.canalblog.com/

 

SURVOL HEBDO N°04 – DU 24 AU 30 JANVIER 2011

LA CRISE POLITIQUE

 

 ± Médiation : une nouvelle feuille en cours de finalisation. Les différentes sensibilités seraient conviées à adhérer à un accord élaboré à partir des propositions collectées lors des consultations des émissaires de la Sadc avec les groupements politiques. L’unanimité des quatre mouvances ne semble plus exigée par la communauté internationale, qui considère que le temps des négociations est révolu. Consensualité ne signifie pas unanimité et ceux qui refuseraient d’adhérer au processus devraient faire le choix de se constituer officiellement en opposition. La désignation du chef de gouvernement d'union nationale dépendrait de l’adhésion des parties à cette démarche. La mouvance Ravalomanana admet que «l’unanimité n’est pas possible » mais il n’est pas question pour elle de faire de la figuration dans les institutions remaniées et élargies. Dans le camp Rajoelina, on ne semble pas vouloir aller plus loin qu’une simple ouverture : toute autre exigence ne serait qu’« une volonté pure et simple de faire obstacle au processus ».

L’ambassadeur de France déclare que « cette fois, l’accord est proche », il félicite les médiateurs de la Sadc pour leur persévérance. La reconnaissance internationale et la levée des sanctions seraient effectives dès la mise en œuvre du processus menant vers les élections crédibles.

± Pour la CNOSC, 10 mois sont nécessaires pour préparer des élections crédibles répondant aux normes internationales. « Il y a des sacrifices à faire, et des conditions s’imposent à la classe politique », déclare l’organisation. «Plus de 3,5 millions d'électeurs ne sont pas encore recensés dans les listes actuelles », déclare un porte-parole. « Près de 8 millions d'euros de financement, destinés aux élections malgaches, sont prêts au niveau de l’UE », affirme-t-il.

± Les partisans de Marc Ravalomanana s’en prennent à la ministre de la Justice qui a enfreint son obligation de réserve en faisant part de son opinion sur la plainte du lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina, relative au renversement du pouvoir en mars 2009. Une plainte qualifiée « d’attaque contre le peuple ». Elle accuse le clan Ravalomanana de vouloir éterniser la crise. « L’intervention de Christine Razanamahasoa s’apparente à une pression sur les juges. […] Pourquoi le lieutenant-colonel, qui est aujourd'hui emprisonné, n’a-t-il jamais été mis en cause quand il était dans le camp de la HAT ? », a réagi Mamy Rakotoarivelo. Les révélations de l’officier ont provoqué le trouble dans la classe politique.

± Marc Ravalomanana dépose une plainte à l'encontre du général Noël Rakotonandrasana. Après avoir déposé une 1ère plainte contre le lieutenant-colonel Charles Randrianasoavina pour avoir reconnu sa participation au coup d’Etat, l’ex-président a déposé une plainte similaire visant le général Noël Rakotonandrasana qui a reconnu avoir participité lui aussi au coup d’Etat. « Tous deux ont joué des rôles déterminants dans les nombreux actes criminels qui ont entraîné, en mars 2009, le renversement d’un gouvernement démocratiquement élu, puis, l’instauration d’un régime illégal », indique son communiqué.

± Amnistie générale ou sélective ? Le flou demeure sur la mise en œuvre de la résolution de la « Conférence nationale ». Son inscription à l'ordre du jour de la session extraordinaire du Parlement reste incertaine, même si le sort des ex-détenus et exilés politiques doit être tranché dans la perspective des prochaines échéances électorales. Le projet de loi élaboré par la Commission « Réconciliation nationale » du CT évoque une réconciliation historique impliquant les « olo be » et les « ampanjaka » ainsi qu'une réconciliation par région et par district à laquelle toutes les forces vives participeraient.

± Le pasteur Lala Rasendrahasina, homme clé du coup d’Etat, élu à la présidence tournante du Ffkm. Il appelle au pardon et à la réconciliation. Connu pour être proche de Marc Ravalomanana qui « reste toujours vice-président du Fjkm », il a échoué dans sa tentative d’aller se réconcilier avec le lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina sur son lieu de détention. La lettre de celui-ci revendiquant sa responsabilité dans le coup d’Etat est considérée par le pasteur comme un acte de repentance.

 

Droits humains, gouvernance

 ± 2ème renvoi pour le procès de Fetison Andrianirina et consorts. Ils comparaitront le 8 février. Leur dossier se trouvait encore à la Cour d’appel et n’avait pas été transmis au juge… Me Hanitra Razafimanantsoa proteste contre ce report. Elle souligne que le procès aurait pu avoir lieu le 23 novembre si ses clients n’avaient pas été déplacés en divers lieux après leur arrestation. Mamy Rakotoarivelo dénonce une instrumentalisation de la Justice et lance un appel à la communauté internationale, qualifiant ce report de « manœuvre dilatoire ». Sur les 21 prévenus dans cette affaire de manifestation non autorisée, seuls 3 leaders sont encore en détention préventive. Dans les jours précédents, le Comité de solidarité avait organisé des débats avec des défenseurs des droits de l’homme et pris contact avec les médiateurs de la Sadc et les chancelleries. « La Justice et l’Armée sont devenues des instruments de répression à des fins politiques entre les mains de la HAT », avait-t-il affirmé. Il conditionne la reprise des pourparlers de sortie de crise à la libération des « détenus politiques », considérés comme des prisonniers d’opinion.

± Guy Maxime Ralaiseheno, président de l’Association des maires (AMM), sort de prison. Il avait été incarcéré 2 mois suite à une manifestation « non autorisée ». Le maire comptait exercer à nouveau son mandat mais le ministre de l’Intérieur a signé sa suspension et son remplacement par le 1er adjoint. L’élu considère que seul le tribunal administratif est habilité à le démettre, il dépose un recours en Conseil d’Etat. Le ministère avait indiqué qu’il ne pouvait être réintégré qu’après « une amnistie ou une révision de procès ». « Pas question pour la HAT de laisser ce héros et ancien prisonnier politique continuer à avoir des influences sur les autres maires toujours en place », conclut Madonline.

± La crise aggrave la violence envers les enfants. Celle-ci a enregistré une forte augmentation depuis 2009, rapporte la chef du service central de la protection des mineurs. Les agressions sexuelles sur mineurs ont doublé. « Nombreux sont les parents qui ont divorcé à cause d'un problème financier. La mère ou le père a perdu son emploi suite aux fermetures d’entreprises. Les enfants sont ainsi laissés parfois à leur propre compte sans aucune protection », déplore-t-elle. L’abandon scolaire à explosé, les parents ne pouvant plus faire face à leurs charges. Des rumeurs d’empoisonnement et de rapts ont terrorisé les enfants.

± Le taux de pauvreté en augmentation. Il est passé de 67,7 à 76,5% entre 2005 et 2010 L’augmentation du nombre d’enfants qui travaillent est constatée par cette enquête financée par le Pnud et l’Unicef.

± Rapatriement des employées de maison du Liban : le gouvernement décide d’affréter un avion spécial. Parmi les premiers passagers, 15 femmes détenues dans les prisons libanaises et une soixantaine d’autres hébergées à l’Institut Catholique du Liban pour raisons humanitaires ; elles auraient été torturées et violentées. Le président de la HAT a ordonné au ministre de la Fonction publique, du travail et des lois sociales, de lancer un appel urgent aux parents et familles des personnes travaillant au Liban qui souhaitent rentrer. Les agences de placement mises en cause seront fermées. L’Etat prendra en charge l’assistance judiciaire des personnes qui souhaitent poursuivre leur ancien employeur. 46 jeunes femmes ont pu être rapatriées depuis le début janvier selon le SPDTS. Un corps a encore été ramené au pays.

± Dans la capitale, plus de la moitié des ménages confrontée à la violence conjugale. Une enquête révèle que 65% des femmes sont sujettes à cette forme de violence. La plupart des victimes gardent le silence. Un réseau de 23 associations entend conduire des activités de sensibilisation, avec l’appui technique de l'Environnement, Développement et activité de l'Océan Indien (ENDA-OI).

± Le Sefafi veut en finir avec la Transition. Il fait part une nouvelle fois de sa perception de la vie nationale et dénonce l'échec de l’ensemble de la classe politique. Alors que la Transition entame sa troisième année d'existence, la période est propice à toutes les exactions et malversations. Il critique également la neutralité et l’indépendance de la société civile, la qualifiant de politique, « ce qui est contraire à son identité ». Il considère cependant que la création de la CENI, l’adoption d’une nouvelle Constitution par voie référendaire et la mise sur pied d’une « Parlement » constituent des avancées positives, que l’opposition aurait tort de ne pas reconnaître.

 

Activité économique et sociale

 ± Eviter que la crise politique ne devienne une crise alimentaire. Le gouvernement décide de mettre sur le marché une importante quantité de sucre et de riz pour tenter de stopper la hausse des prix et dissuader les spéculateurs. L’opération « riz à 1.180 Ar » n’a pas donné les résultats escomptés, les stocks mis en vente étant insuffisants. Une importante cargaison de riz, dont le prix a été négocié par l’Etat, est attendue et sera distribuée à des grossistes « fiables ». L’Etat va prendre en charge les importations de sucre, espérant ainsi ramener son pris à 2.000 Ar le kg (contre 3.200 actuellement). Ces décisions vont à l’encontre des principes libéraux prônés par le Fmi et la Banque mondiale mais, fait-on remarquer, Madagascar ne fait que s’inspirer du modèle mauricien, dont le gouvernement importe directement ses produits essentiels avant de le vendre aux distributeurs. La subvention des PPN importés serait également à l’étude. La piste la plus probable aujourd'hui serait l'extension de l'application d'un taux de change unique, méthode déjà employée pour les importations de pétrole. D'après le bilan de ses responsables, 180.000 personnes ont déjà bénéficié du projet « Tsena Mora» [vente de PPN à prix réduit] en 3 mois d'existence.

± Déficit public maîtrisé au détriment des dépenses publiques. Avec un déficit de 2% du PIB et une relative stabilité de la plupart des variables financières, la situation semble sous contrôle, rapporte la Banque mondialeMais cette réduction des déficits a un coût : les dépenses publiques ont diminué de 12% par rapport à 2009 et d’un tiers par rapport à 2008. Les dépenses publiques ne représentent plus que 12% du PIB officiel. Ce dernier ignorant l’économie informelle, le gouvernement ne contribue en fait qu’à 6 ou 7% de l’économie nationale, (contre 20 à 25% préconisé). L’étude met en évidence le nombre croissant d’entrepreneurs qui jugent le crime, les cambriolages et le désordre comme une contrainte majeure. La faiblesse de l’État s’explique aussi par un rendement fiscal insuffisant, et la « surprenante faiblesse » des royalties versées à l’État pour l’exploitation des ressources minières, laissant supposer l’existence de fraudes et une absence de transparence.

± La réforme foncière en panne. L’arrêt du MCA a freiné la création des guichets fonciers et les nouveaux textes ne sont pas promulgués. En 2010, 2 millions de plaintes ont été déposées pour des litiges fonciers.

± La coopération décentralisée avec la France se poursuit. Une forte délégation de présidents de régions et de députés, conduite par le président (PS) de l’association des régions de France, a été reçue par Andry Rajoelina, en présence de l’ambassadeur. Une présence perçue par certains comme une nouvelle preuve du double jeu de la France. Les interventions de la France dans le cadre de la coopération décentralisée ont doublé entre 2006 et 2010. 23 collectivités territoriales françaises sont impliquées.

 

 

Voir les commentaires

Les 3 défis de 2011 (Communiqué)

29 Janvier 2011, 23:00pm

Publié par Patrick Rajoelina

Retrouvez cet article sur : http://fanorenana.blog.lemonde.fr/

 

Par Joël ANDRIANTSIMBAZOVINA

Président délégué du Cercle des constitutionnalistes

Professeur agrégé des facultés de droit,

Patrick RAJOELINA,

Président du mouvement civique FANORENANA,

Membres du Comité consultatif constitutionnel (CCC)

 

2011 une année d’apaisement, de rassemblement et de construction.

2011 une année de construction d’un espace refondé de dialogue politique où chacun dispose de la liberté de s’exprimer.

2011 une année (enfin) de fondation d’une économie moderne soucieuse du social où chacun, en toute liberté, trouvera sa place.

Ce ne sont pas des paroles creuses ou des vœux pieux, voire naïfs. C’est un impératif ! Notre nation ne peut plus souffrir de vivre dans la confrontation. Notre Peuple ne peut plus être balloté par les humeurs calculatrices des politiciens de tous bords. Notre Image internationale ne peut plus continuer à se dégrader.

2009 a été une année d’affrontements malheureux, le résultat de plusieurs décennies d’errements.

2010 a été une année d’amorce de dialogue pour repartir d’un bon pied. Elle a notamment permis l’adoption de la Constitution avec la participation de plus d’un Malagasy sur deux et un résultat de près de 75% de votes favorables. Une participation honorable par rapport aux taux de participation à ce type de scrutin dans le passé à Madagascar, et même dans les démocraties classiques qui pratiquent le référendum. C’est une bonne base pour permettre à tous lesMalagasy de tracer leur destin en relevant trois défis majeurs.

Rassembler la Nation

Le socle de notre Civilisation malagasy est le Fihavanana. Ce n’est pas un terme générique permettant la fluidité des loyautés, source de toutes les dérives. Il doit être pris à sa juste valeur… avec beaucoup de rigueur. Il doit guider chacune des actions des pouvoirs publics, à savoir : rassembler toutes les composantes de la Nation Malagasy, quelles que soient les origines géographiques de chacun, son appartenance ethnique ou son choix politique, philosophique ou religieux. Le maître mot de l’année 2011 doit être RASSEMBLER !

Mais ce rassemblement se construit. Il se construit en donnant la parole à chacun, en écoutant tout le monde et en faisant toujours l’effort d’aller vers l’autre, vers ses idées, vers ses préoccupations et surtout en respectant l’Histoire politique de chacun. Mais il est vrai que l’on ne peut discuter, construire et rassembler qu’avec celles et ceux qui acceptent le dialogue.

Réussir la Démocratie par les urnes

Le deuxième défi de notre Pays pour 2011 est la poursuite des consultations populaires. Le pari et le calendrier du référendum du 17 novembre dernier ont été tenus. Le défi de la construction des nouvelles Institutions nées de la nouvelle Constitution doit être poursuivi et réussi. L’élection des membres de notre Parlement (Assemblée nationale, Sénat), de l’exécutif et de nos collectivités territoriales constitue un impératif catégorique.

La sérénité des débats, le sérieux des propositions et le calme de la Paix civile constituent une condition du bon déroulement des scrutins. La participation de toutes et de tous à ces élections démocratiques dans le respect de la Constitution et sans exclusion est indispensable à la construction de notre Destin pour les années à venir. Ce moment solennel pour une Patrie à la croisée des chemins ne devrait être ni boycotté par quelques uns ni être accaparé par quelques autres. Chaque Patriote doit impérativement y participer !

Construire une économie moderne soucieuse du social

Ainsi, la Nation rassemblée et la Démocratie confortée par des élections libres, transparentes et sincères nous permettront (enfin) de bâtir une économie moderne tenant compte des besoins sociaux des Malagasy. Notre économie ne pourra plus souffrir de cette instabilité politique qui mine notre pays depuis plusieurs dizaines d’années.

Nous devons construire une économie qui donne du travail à chacun, qui crée des richesses pour le Pays et qui soit en mesure d’affronter les nouveaux défis du XXIème siècle (autosuffisance alimentaire, éducation, accès à l’eau, à l’énergie, à la santé…). Le peuple Malagasy dispose de ressources naturelles pour tout cela. Il est prêt à relever ces défis par son travail courageux. Encore faut-il qu’il dispose de la liberté et des moyens de le faire. Et ces moyens sont la stabilité politique, la Paix civile et la démocratie renforcée.

Pour conclure, nous voulons souhaiter à chacune et à chacun, à sa famille et à ses proches, une belle année 2011 ! Qu’elle soit une année de partage, d’espoir et de tolérance. Que chaque citoyen malagasy, à Madagascar et dans le monde, puisse prendre part au(x) débat(s) et participer à la Refondation du pays. Ho an’ny Tanindrazana !

Voir les commentaires

MARC RAVALOMANANA : De Toamasina, Manakara, Moramanga

29 Janvier 2011, 22:18pm

Publié par GTT International

 

Interventions du président élu MARC RAVALOMANANA à Toamasina,a Manakara et à Moramanga cette semaine

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

Semaine du 26 janvier: Les interventions du président élu MARC RAVALOMANANA à Toamasina,à Manakara et à Moramanga ont ranimé l'espoir de la population Malagasy de ces régions.

Le président Ravalomanana sort d'Antananarivo et est intervenu dans plusieurs régions de Madagascar. Toamasina, Manakara, Alaotra Mangoro sont les premiers bénéficiaires de ses interventions. Le président est acclamé partout.

 

les Apanjaka de ces régions sont venus en masse écouter le président Ravalomanana. Les représentants des groupements locaux étaient au grand complet.

 

La population et ses représentants ont tenu à être rassuré directement par le président qu'il reviendra prochainement à Madagascar continuer ce qu'il a commencé: Reconstruire Madagascar avec la population malagasy.

 

Voir les commentaires

5 Février à PARIS POUR LE PRESIDENT ELU MARC RAVALOMANANA

29 Janvier 2011, 19:43pm

Publié par GTT International

5 Février: Rendez Vous à PARIS organisé par tous les GTTs qui soutiennent le président élu

Marc Ravalomanana

 

http://s1.lemde.fr/image/2009/10/28/546x273/1259617_3_e60a_l-ex-president-malgache-marc-ravalomanana-vit.jpg

 

2 taona izao, manohy ny asany ny mpandroba fahefana sy ny mpivarotra tanindrazana : famonoana ny Malagasy, fanapenam-bava ny Malagasy, fampidirana amponja tsy amin'antony, fanaovana herisetra sy horohoro, fanitsakitsahana ny zo maha olombelona sy ny hasin'ny firenena ary ny demokrasia.

 

Isika aty dilam-bato no andrandrain'ireo mpiray tanindrazana haneho eo anatrehan'izao tontolo izao ny horohoro sy ny fijalian'ny Malagasy noho ireo toetra mamohetra ireo.

 

Ny asabotsy 5 febroary ho avy izao : mila anao i Madagasikara hisolo vava ireo mpiray tanindrazana aminao, ireo ray aman-dreninao, ireo iray tampo aminao, ireo namanao any an-tanindrazana, ary ho an'ny taranakao. Inona àry no havalinao ?

 

Fotoana iray, ora vitsy no angatahiny aminao amin'izao taom-baovao izao. Raha tsy mankasitraka izao toe-javatra izao ianao, raha te-hampandresy ny fahamarinana sy ny ara-dalàna ianao, dia atsaharo ny resaka, ajanony ny fisentoana, raiso ny andraikitrao, taomy ny namanao malagasy na hafa firenena : mila ampahafantarina izao tontolo izao fa manana ny hasiny sy ny zony ny Malagasy, mila mijoro isika hampandray andraikitra ireo vondrona iraisam-pirenena isan-tsokajiny manoloana ny fanonganam-panjakana izay efa nohapangainy, ary hampanaja azy ireo ny ara-dalàna sy ny safidim-bahoaka malagasy. Tsy ny afrikana, tsy ny eropeana, tsy ny amerikana sns no hanao izany fa isika Malagasy.

 

Raha tsy mijoro hanohitra ny tsy rariny ianao, raha tsy hiloa-bava hanameloka ny tsy rariny ianao dia ho naman'ny mpiray tsikombakomba amin'ny tsy rariny. Koa fidio anio izay misy anao.

 

Ny toerana malalaka dia holazaina aoriana fa eto Paris no hanaovana izany, manomboka amin'ny 2 ora tolakandro ka hatramin'ny 5 ora hariva.

 

Ireo GTT mitambatra miaraka amin'ny Filoha Ravalomanana no mikarakara fa isika Malagasy mpanohana ny ara-dalàna no tompon'ny hetsika.

Voir les commentaires

CONVICTIONS ET DECLARATIONS

29 Janvier 2011, 16:04pm

Publié par rovahiga

http://images.google.com/images?q=tbn:U6Y4KpcmpjJbmM::collectif-gtt.org/contrib/ravatomangaroland2.jpg

 

L’impunité

A l’instar de Roland Ravatomanga et de Ihanta Andriamandranto de la mouvance Ravalomanana sur une chaine TV privée, Benjamin Andriamihanta un autre membre de cette mouvance a tenu à se prononcer sur l’état des négociations en cours. Sur le fond, les trois déclarations se rejoignent pour affirmer que les plaintes déposées par Marc Ravalomanana ne constituent en rien un blocage des négociations au contraire, cela rejoint l’exigence du parti TGV et ses satellites d’éviter de se livrer à la culture de l’impunité. Toute faute doit être sanctionnée y compris et surtout un coup d’état. Un pardon national ou une réconciliation doit découler d’un constat des erreurs et fautes commises, car chacun gagnerait à reconnaitre d’abord leur forfait et procéder plus logiquement au pardon. Ceci est valable pour toutes les mouvances et à tous les intéressés, mais pas seulement pour une seule mouvance. Raison pour laquelle les aveux du lieutenant-colonel Charles Andriantsoavina et du général Noël Rakotonandrasana doivent être pris en considération et ont motivé les plaintes déposées devant le tribunal, « L’aveu étant reine des preuves » !

Un seul TIM

Les deux premiers cités répondaient à une question posée par l’animateur de service sur la dislocation du parti TIM, en attestant que le TIM est UN et indivisible de par son statut, ses règlements intérieurs et son bureau politique. Toutes les décisions doivent être débattues par l’assemblée générale qui est la plus haute instance du parti. Ceux qui ne sont plus d’accord avec les résolutions prises ou les textes régissant le parti, sont libres de le quitter pour fonder leur propre parti. Si à quelque moment que ce soit, la majorité des membres aient décidé de leur donner raison, la direction du parti devrait s’atteler à rectifier le tir et procéder au changement voulu. Plusieurs des dissidents ayant suivi Raharinaivo Andrianatoandro ont décidé de faire machine arrière et de réintégrer le parti, d’ailleurs ceux qui ont été suspendus auront la chance de se défendre devant le conseil de discipline du parti.

Effritement des partisans

Selon Roland Ravatomanga, tous les rassemblements du parti TIM ou des trois mouvances de ces derniers temps démentiront ces affirmations. La vérité est que les gens ont peur de tomber face à face avec les fusils et de se faire arrêter, et on ne peut pas leur reprocher cet état de chose. S’ils pouvaient s’exprimer démocratiquement, cela aurait changé le cours de l’histoire. Quant à la relation des trois mouvances, tout est pour le mieux. Chaque parti qui les forme est libre en temps que tel de résoudre les problèmes selon leur particularité. C’est la règle.

 

http://images.google.com/images?q=tbn:BDO8lSX2yftVqM::www.matv.mg/wp-content/uploads/2010/11/711.jpg

 

Fou, pas fou ?

Dans une déclaration à part, Tabera Randriamanantsoa est allé droit au but. Charles Andrianasoavina qu’on accuse de façon éhontée de ne pas avoir toute sa tête est un natif du sud-est. Si cela était vrai, tous les habitants du sud-est seraient fous y compris le chef d’état major de l’armée Ndrianarijaona André et le commandant de la gendarmerie nationale Bruno Razafindrakoto Willfrid ! N’oubliez pas que c’est le lieutenant-colonel Charles qui a porté ces gens là au pouvoir. Nous avons une philosophie et les valeurs qui sont les nôtres. De ce fait, nous faisons face à notre responsabilité sur la crise dans laquelle se trouve le pays. Tout le monde, qui qu’il soit, est responsable de cette crise et personne ne devrait se targuer de monopoliser la vérité ! « Libérez le lieutenant-colonel … »  lancèrent les représentants des natifs du sud-est au président de la HAT « … car vous jouez avec le feu ! »  

rov@higa

Voir les commentaires

LE KIOSQUE DU BLOG : 29/01/11

29 Janvier 2011, 10:36am

Publié par rovahiga

http://images.google.com/images?q=tbn:Yzpsa6KJMAmc0M::i303.photobucket.com/albums/nn125/berarwen/nelson_mandela.jpg

 

La santé de Nelson Mandela suscite l'inquiétude des Sud-Africains

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110127122938/sante-nelson-mandela-fondation-mandela-afrique-du-sudla-sante-de-nelson-mandela-suscite-l-inquietude-des-sud-africains.html

Nelson Mandela est resté hospitalisé ces deux dernières nuits pour une raison inconnue. Âgé de 92 ans, il subit des examens médicaux de routine, selon sa fondation. Un de ses proches explique cependant qu'il est très malade, mais pas mourrant.

Officiellement, il ne s’agissait que d’« examens de routine ». Mais quand on s’appelle Nelson Mandela, qu’on a 92 ans, et qu’on est une icône mondiale, le moindre rhume peut … (Suivre le lien)

 

Rasendrahasina-Andrianasoavina : Entrevue manquée à Tsiafahy

http://www.lexpressmada.com/rasendrahasina-andrianasoavina-madagascar/20439-entrevue-manquee-a-tsiafahy.html

Le nouveau président du Conseil chrétien des églises (FFKM) a voulu être un bon exemple. À la suite de son appel au pardon dimanche à Ambohipotsy, le pasteur Lala Rasendrahasina a essayé de rencontrer le lieutenant-colonel Charles Andrianasoavina, son « principal ennemi » dans les pires moments des évènements de 2009. Mais la première … (Suivre le lien)

 

Sortie de crise : Un accord assorti d'engagements

http://www.lexpressmada.com/sortie-de-crise-madagascar/20440-un-accord-assorti-d-engagements.html

L'accord final que devraient signer les parties malgaches et la communauté internationale, met en exergue les engagements de chacun.

Les échanges de point de vue et négociations se poursuivent. Aux dernières nouvelles, un accord, momentanément qualifié de « final », est en préparation. Lors de son passage au Centre d'études diplomatiques et stratégiques (Ceds), l'émissaire de la Sadc, le Dr Leonardo Simao a laissé entendre qu'il existe un … (Suivre le lien)

 

SORTIE DE CRISE : Pour Jean-Marc Châtaigner, l’accord est proche

http://les-nouvelles.com/spip.php?article7345

En marge de la conférence de presse sur la coopération décentralisée entre les régions Itasy et Aquitaine, l’ambassadeur de France Jean-Marc Châtaigner a exprimé son optimisme sur le processus de sortie de crise. Il a dit avoir le sentiment que « cette fois, l’accord est proche ».

L’ambassadeur de France a salué le travail des émissaires de la Sadc Joachim Chissano et Leonardo Simao, estimant qu’ils « ont fait tous les efforts pour rapprocher les points de vue et dont le … (Suivre le lien)

 

LA POLITIQUE EN BREF : La mission de la Sadc ne devrait pas se limiter aux consultations et à la médiation

http://les-nouvelles.com/spip.php?article7343

Toliara mijoro. Face à certaines déclarations concernant la décision du parti d’intégrer les institutions de la Transition, les membres du « Toliara mijoro » ont réaffirmé, par voie de communiqué de presse, hier, qu’ils demeurent partisans de la mouvance Albert Zafy. Selon eux, les personnes minoritaires qui ont fait de telles … (Suivre le lien)

 

Pas de vengeance dites-vous?

http://www.tananews.com/2011/01/pas-de-vengeance-dites-vous/

Le Front Républicain et Démocrate Légaliste n’a pas le Culte de l’Injustice, ni de l’Impunité.

Le Rassemblement autour de « L’Union Sacrée du Fihavanana » pour le Pardon et la Paix ne veut pas dire que l’on doit Vendre notre Âme au Diable, et oublier tous nos compatriotes Assassinés.

Nous tenons à remercier l’Alliance Politique des Légalistes d’avoir eu en mémoire que des  compatriotes sont … (Suivre le lien)

 

La HAT fait sa loi pour contrôler l’économie et les opérateurs

http://www.madonline.com/article.php?article_id=4700&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+(Madagascar+Online+:+Le+premier+magazine+d'actualité+en+ligne,+spécialisé+sur+Madagascar)

L’interventionnisme de l’Etat HAT sur les affaires économiques inquiète les opérateurs. Sur fonds de populisme et au nom de l’intérêt de l’Etat cachant des intérêts privés, des décisions antiéconomiques sont prises ces derniers temps. Comme l’autorité de fait a un pouvoir absolue, légiférant à souhait et à tout va, sans être tenue à respecter la … (Suivre le lien)

 

Médiation de la SADC : vers une feuille de route validant les faits accomplis de la HAT ? http://www.madonline.com/article.php?article_id=4699&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+(Madagascar+Online+:+Le+premier+magazine+d'actualité+en+ligne,+spécialisé+sur+Madagascar)

Face à la détermination de l’autorité de fait à avancer unilatéralement et à ne plus faire de la reconnaissance internationale une obsession, la mission de médiation de la SADC a fléchi sa position. Les critères d’inclusivité et de consensualité sont toujours de mise mais c’est l’application qui risque de changer. Les résolutions de la conférence nationale des TGV et le référendum de la république de transition ne sont … (Suivre le lien)

 

La transition de crise appauvrit encore plus les malgaches http://www.madonline.com/article.php?article_id=4698&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+(Madagascar+Online+:+Le+premier+magazine+d'actualité+en+ligne,+spécialisé+sur+Madagascar)

L’enquête des ménages sur la situation de la pauvreté à Madagascar n’a pas révélé de miracle. Le nombre de malgaches pauvres a augmenté de 8% entre 2005 et 2010. L’impact socio-économique de la crise politique qui s’enlise depuis 2009 se précise.

Madagascar est un pays pauvre et il l’est de plus en plus. A preuve le taux de pauvreté a atteint les 76,5% en 2010. La référence mondiale pour déterminer la pauvreté est le fait que … (Suivre le lien)

Albert Camille Vital : « On connaît la position de la Banque Mondiale »

http://www.tananews.com/2011/01/albert-camille-vital-«-on-connait-le-position-de-la-banque-mondiale-»/

« A partir des expériences existantes dans le monde, une telle mesure présente des risques importants du fait de la nature monopolistique de l’intervention, et ce n’est donc pas la meilleure pratique disponible pour lutter contre les fraudes éventuelles ». Tel a été l’opinion du Country Manager de la Banque mondiale, Adolfo Brizzi, à l’endroit de la mise en place de la passerelle unique internationale. Le ministre intérimaire de … (Suivre le lien)

 

Opérateurs en téléphonie : Suspension des insertions publicitaires

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=13274:operateurs-en-telephonie--suspension-des-insertions-publicitaires&catid=43:a-la-une

A partir du début de ce mois de février 2011, les trois opérateurs téléphoniques exerçant à Madagascar, d'un commun accord, suspendront leurs insertions publicitaires dans la presse. Cette décision a été déjà annoncée depuis plusieurs jours. Aujourd'hui, des organes de presse de la capitale ont reçu une notification en ce sens. Ainsi la presse va être la première victime du désaccord entre le … (Suivre le lien)

 

PLADDC : "Il n'y a pas d'Etat à Madagascar"

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=13273:pladdc--qil-ny-a-pas-detat-a-madagascarq&catid=34:politique&Itemid=60

Durant ces deux dernières années de crise, la Plateforme pour la Défenses des Droits des Consommateurs (PLADDC) n'a effectué aucun commentaire malgré ses devoirs envers la société. Ratolojanahary dit Tolotra, président de cette plateforme nous a donné des explications quant à son silence. Selon ses propos, cette décision  de ne … (Suivre le lien)

 

COUP FRANC

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=9837:coup-franc&catid=68:coup-franc

Alors que l’Afrique avance, se réveille, Madagascar  est … (Suivre le lien)

 

Courrier des lecteurs: Bois de rose à Fort-Dauphin : et si « Fagnomba » se substituait aux forces de l’ordre ?

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=9823&Itemid=55

Monsieur Le Chef de Région, vous avez fait arrêter des camions  transportant des bois de palissandre à  Amboasary-sud, à Ihosy , à Fianarantsoa… etc (au fait, ces bois  sont-ils toujours gardés sous séquestre ?). Vous êtes même allé jusqu’à intercepter un camion militaire (de l’Armée Malagasy) chargé de bois de rose  et à faire … (Suivre le lien)

 

Kidnapping: Des fonctionnaires impliqués !

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=9838:kidnapping-des-fonctionnaires-impliques-&catid=57:la-une&Itemid=1

Le coup de filet de la Force d’intervention Spéciale (FIS) de ces derniers jours qui a conduit à l’arrestation de trois personnes suspectées d’avoir organisé l’enlèvement des ressortissants Karana, a mis de l’espoir au sein de la communauté karana.

Les trois kidnappeurs (Bôly, Zakir et Nazir) ont été placés sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy, hier soir, après avoir été déféré au parquet du tribunal Anosy. Les trois malfaiteurs ont donc … (Suivre le lien)

 

rov@higa

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>