Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

Articles avec #communique

2013 : l’année de « l’éclaircissement » ! (communiqué)

6 Janvier 2013, 12:30pm

Publié par Patrick Rajoelina

2013 : l’année de « l’éclaircissement » !

par Patrick RAJOELINA, membre du Comité consultatif constitutionnel (CCC),

Président du mouvement civique FANORENANA « Refondation »


Pour beaucoup de politiciens, l’année 2013 sera difficile et même amère. En effet, au bout de 4 ans de crise (que certains d’entre eux ont cyniquement et méthodiquement organisé), il est temps de siffler la fin de la récréation et de rentrer dans une période « normale ». Le Président de la Transition a d’ailleurs dit, dans ses vœux de fin d’année, que cette cérémonie serait la dernière de la Transition.

Finie donc cette Transition que certains proches du Chef de l’Etat ont le cynisme criminel de faire durer ? On verra.

Cela étant, les temps à venir seront les temps des Patriotes… comme l’a dit le Président de la Transition dans son discours de fin d’année. Le temps des Patriotes signifie d’abord nettoyer les Ecuries d’Augias et en finir avec le « bois-de-rosisme » (la corruption) qui pollue notre économie nationale depuis… des décennies ! Certains proches du Chef de l’Etat (ceux qui ont également servi les précédents régimes !), savent de quoi je veux parler. La lutte contre la corruption, d’où qu’elle vienne, est la première priorité pour 2013. Il faut maintenant essayer de (re)construire UNE NATION SAINE !

La deuxième priorité est de mettre fin à cette Transition. Tout le monde en est d’accord. Et l’une des solutions est le passage aux urnes le 8 mai prochain. Chacun s’y est engagé (les politiciens malagasy, la communauté internationale, la société civile…). Ces élections auront-elles lieu… et dans quelle configuration ? Andry Nirina Rajoelina ira-t-il ? Quid de Marc Ravalomanana qui est en embuscade en Afrique du Sud ? Les deux protagonistes travestiront-ils les élections en poussant chacun leur « poulain »… quitte à ce que le « poulain », une fois élu les fasse juger et traînés en prison ! Ce serait drôle ! Mais c’est très souvent comme cela que ça se passe ! Ces élections du 8 mai 2013, si elles ont lieu, sont donc encore aujourd’hui entourées de beaucoup de « mystères » !

La troisième priorité est de faire redémarrer l’économie, de veiller à la situation sanitaire de nos compatriotes (beaucoup d’épidémies menacent les plus fragiles) et de faire revenir l’aide internationale. Cela n’est pas gagné… en l’état actuel de notre situation politique chaotique ! La remise en ordre de notre société malagasy ne pourra se faire, chacun le sait, que dans un cadre serein et stabilisé. Un cadre animé par des équipes neutres, compétentes, crédibles ayant une véritable expérience internationale.

Ces trois priorités pour 2013 (tenue d’élections claires, libres et transparentes, lutte contre la corruption et remise en ordre de notre société) sont les conditions minimum pour que notre Pays ne sombre pas dans un vrai chaos meurtrier où l’on verra des Malagasy affronter d’autres Malagasy. C’est cependant un risque réel dont se moquent ouvertement certains Barons de la Transition… 

Ho an’ny Tanindrazana !

Voir les commentaires

Lettre ouverte à la SADC et à la Communauté Internationale

19 Décembre 2012, 21:52pm

Publié par GTT International Genève

Malagasy Mandresy, Madagasikara Afaka 

Peuple Malagasy Gagnant. Madagasikara Libre

Winner Malagasy People. Free Madagasikara

 


Lettre ouverte à la SADC et à la Communauté Internationale

 

Elections présidentielles: Le GTT International-Genève exhorte la CI à respecter les droits civils et politiques de tous les Malagasy sans exception

 

 

Nous nous indignons contre les résolutions prises par la SADC lors du récent sommet extraordinaire de Dar Es Salaam, sous l’impulsion du chef de la médiation Joachim Chissano, qui imposent au président Ravalomanana de ne pas se présenter aux élections de 2013.  

 

Nous, peuple Malagasy, revendiquons auprès de  la Communauté Internationale notre droit d’élire et de choisir librement notre dirigeant. Cette situation qui vise à écarter notre Président élu est tout simplement criminel.

 

Depuis 2009, nous n’avons cessé de dénoncer les manœuvres de la France relayées par la SADC  pour écarter le Président Ravalomanana. Ce dernier est en effet, pour la grande majorité des Malagasy, est le seul capable à leurs yeux de pouvoir les extraire de leur misère actuelle.

 

L’exclusion d’un candidat potentiel, en l’occurence Mr Ravalomanana, signifie de facto le rejet de la Feuille de Route, dans son esprit. Car tous les articles doivent être appliqués scrupuleusement, à la lettre, selon les Accords signés à Maputo.

 

Actuellement, c’est donc de façon flagrante que c’est la SADC qui ne respecte plus la feuille de route.

 

Le peuple légaliste Malagasy s’insurge contre cette injustice et cette insulte à sa dignité et n’acceptera aucune élection dans ces conditions.

 

Aussi, nous demandons à la Communauté Internationale de refuser tout financement d’opérations électorales tant que les mesures d’apaisement ne sont pas effectives et notamment:

 

1. La libération de tous les prisonniers politiques sans exception,

2. Le retour de tous les exilés avant toute élection et la possibilité pour tous y compris pour le président Ravalomanana d’exercer sans aucune pression et librement leurs droits civils et politiques.

 

Au nom du peuple Malagasy souverain et pour une sortie de crise rapide:

- nous demandons la réalisation de ces points cruciaux AVANT LA FIN DE L’ANNEE 2012,

- nous réclamons des sanctions concrètes contre ceux qui entravent l’application de la feuille de route,

- nous exigeons le retour dans les plus brefs délais du Président Ravalomanana et ce, avec toutes les mesures de sécurité qui s’imposent.

 

Seules les élections libres, transparentes et acceptées par tous sont les gages d’une sortie de crise honorable. Faute de quoi, nous considérons que Madagascar et son Président élu sont les OTAGES de la FRANCE et de la SADC.

 

 

GTT INTERNATIONAL – GENEVE

Collectif des Patriotes Malagasy
15, rue des Savoises
GENEVE – SUISSE

http://gtt-international.blogspot.com/

collectifgtt@gmail.com

 

Voir les commentaires

Madagascar must end mass killings and ...

20 Novembre 2012, 16:56pm

Publié par rovahiga

http://appablog.files.wordpress.com/2012/11/112012_1209_madagascarm1.jpg?w=500

 

Madagascar must end mass killings and investigate security forces 

http://appablog.wordpress.com/2012/11/20/madagascar-must-end-mass-killings-and-investigate-security-forces/

LONDON, United-Kingdom, November 20, 2012/African Press Organization (APO)/ Madagascar’s rampaging security forces must be brought under control in the south of the country, Amnesty International said after widespread state killings of civilians over cattle theft, and a failure to protect hundreds from mass communal murder.

 

Official sources have claimed that ongoing ‘Operation Tandroka’, which started in September, has seen 40 cattle thieves (dahalos) killed and 76 arrested in the southern region of Anosy. Cattle-rustling gangs reportedly killed 14 state security officers earlier in the year.

 

However, witnesses have told Amnesty International that elderly people, the physically disabled, children, and others unable to flee their homes were burned alive when security forces indiscriminately set fire to villages as part of the military operation.

 

“We are hearing of punishment and persecution of individuals and communities in the south which could amount to human rights abuses on an appalling scale,” said Christian Mukosa, Amnesty International’s Africa Programme Researcher, who has just returned from Madagascar.

 

“The government has to rein in its security forces and launch an independent investigation into these allegations.”

 

In one of the many raids on villages in September, security forces burned 95 homes in Elonty district, and killed at least 11 people including a six year old girl, witnesses say.

 

During the attacks, crops have been destroyed and at least one school has been razed. Officials claimed that only cannabis farms were destroyed by their forces.

 

Security forces have also extrajudicially executed suspects during the raids, Amnesty International has been told, including one physically disabled person in Numbi village in September, and the parents and wife of a high-profile suspect in Mahaly district in October.

 

Forces involved in the alleged extrajudicial killings include the Special Intervention Forces.

 

At least 250 people have also been killed throughout the year around the southern town of Fort-Dauphin, in what the authorities describe as communal clashes sparked by cattle-thefts. Amnesty International fears the number could be far higher.

 

At least two witnesses told Amnesty International that authorities were informed about the imminence of an attack on one village by its neighbours in which at least 86 people were hacked to death by machetes, but did nothing to prevent it.

 

“Those responsible for these massive violations, including senior members of the security forces, must be brought to justice,” said Mukosa. “The government should call on the international community including the UN to help establish a truly independent investigation.”

 

The months of violence present serious concerns for the security of civilians in the region ahead of presidential elections planned for May 2013.

 

SOURCE  

Amnesty International

Voir les commentaires

IL FAUT SUPPRIMER LA H.C.C.

1 Septembre 2012, 17:00pm

Publié par GTT International Genève

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

 

IL FAUT SUPPRIMER LA H.C.C.

http://gtt-international.blogspot.com/2012/09/il-faut-supprimer-la-hcc.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+GttInternational+%28GTT+International%29

 

Par Fanomeza RAZAFIMANDIMBY

Chef de détachement de la Police Nationale et Chef d’escorte, Adjoint du Directeur de Sécurité à la HCC 

Incarcéré du 06/05/2009 au 11/08/2011 à Tsiafahy 



 

D'emblée, on peut affirmer que la HCC est à l'origine des problèmes politico-constitutionnelle que Madagascar connaît actuellement. Il y a au sein de cette institution certains membres, au nombre de trois, quasiment inamovibles qui y siègent depuis 1992, parmi eux l'actuel Président.

 

En effet, le renversement du Président Zafy Albert a été le fruit d'un complot bien organisé destiné à porter au pouvoir M. Ratsirahonana qui, rappelons-le, était l'ancien Président même de la Haute institution.

 

En 2001-2002, ce sont ces hauts responsables eux-mêmes qui avaient organisé les fraudes électorales à l'origine de la crise opposant les Présidents Ratsiraka et Ravalomanana.

 

Ensuite, ces hauts magistrats, sous la conduite de l'actuel Président, ont procédé à la proclamation des résultats et à l'investiture du Président Ravalomanana, le 22/02/2002. Après quoi, M. Rajaonarivony est devenu Président de la HCC.

 

Lors des législatives de 2006, la HCC avait ordonné la tenue de nouveaux scrutins, dans des conditions assez floues, dans les circonscriptions de Mananara-Nord et Maintirano car Zakahely Boniface et Voninahitsy Jean-Eugène l'avaient « dérangé ». Les résultats du premier scrutin furent confirmés.

 

La HCC provoque le désordre, elle ne fait que diviser et attiser la haine entre les Malagasy.

 

Le 17 mars 2009, vers 19h, deux des hauts magistrats cités plus haut se rendent au domicile de Andry Rajoelina. Dès le lendemain, ils sortent l’Arrêt qui accorde les pleins pouvoirs à ce dernier en tant que Chef de la Transition et ce, au mépris de la loi qui permet à la HCC de disposer d'un certain délai pour analyser la situation avant de prendre une décision définitive.

 

De plus, la HCC, en parfaite connaissance de cause, a délibérément accepté qu'un non-élu, Andry Rajoelina, porte l'écharpe du pouvoir suprême et prête serment.

 

Lorsque Andry Rajoelina dissout les deux chambres élues du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat), la HCC n'a pas cherché à l’empêcher. En fait, Rajoelina a donné l'assurance aux trois hauts magistrats de pouvoir rester à leurs postes jusqu'à la fin de la Transition, tel est l’accord secret à Ambatobe (domicile de Andry Rajoelina).

 

L’attitude partisane de la HCC pose problème. Lorsque la situation se présente négativement pour la personne qu'elle soutient, la HCC s'esquive en prétextant son incompétence. Et, au contraire, elle n'hésite point à prendre une décision, abusive ou inopportune soit-elle, pour favoriser son allié.

 

Au moment où certains de ses membres sont injustement jetés en prison, la HCC a brillé par son silence, elle n'a pas daigné à réagir. La Haute institution, sous la coupe de ces trois hauts magistrats, a sacrifié l’intérêt national et la vérité au profit de l’intérêt personnel.

 

La seule et unique motivation des ces personnes est l'argent et nullement le sentiment patriotique, contrairement aux autres membres abusivement emprisonnés en faveur desquels le tribunal a pourtant prononcé la relaxe. C'est la preuve que la vérité et la loyauté ont triomphé.

 

Lors du dernier référendum (Novembre 2010) sur la Constitution,  la HCC n’a émis aucune objection malgré les graves irrégularités flagrantes constatées. Les simples cartes de la commune (sans la photo du titulaire) furent acceptées à la place de la carte d'identité nationale (le jour du vote). Des plaintes et requêtes furent déposées mais considérées comme irrecevables, malgré les avis critiques du KMF/CNOE. Ce dernier avait noté que c'étaient les pires consultations populaires que Madagascar ait connu. La CENI avait approuvé les résultats.

 

Lors d'une rencontre entre les partis politiques à Ivato, la HCC était présente, sans tenir compte du caractère d'impartialité que devrait adopter cette institution.

 

Quand la Feuille de Route fut signée, la HCC n'était pas sollicitée,  aucun rôle donc, même minime. On se demande alors, pourquoi cette institution reste une référence alors qu'elle n'est d'aucune utilité réelle. Nul article ne mentionne la HCC comme acteur dans la Feuille de Route. Pourtant, on la laisse commettre des actes répréhensibles et regrettables pour le pays.

 

Actuellement, la HCC n'accepte point les lois parlementaires "députés et sénateurs non élus". En clair, la HCC veut que ce soit ce Président traître et indigne qui dirigera aussi la CES. La CES, créée à l'occasion par la Feuille de Route, devrait encadrer les futures élections avec le CENI. Une interrogation de plus sur la crédibilité et surtout l'intégrité de la HCC.

 

Ces membres de la HCC n'ont aucune notion du patriotisme. Ils ne voient et ne vivent que pour leurs intérêts individuels. Quand, bien même, le pays vit dans le chaos et au bord d'une guerre civile, ils ne s'en soucient guère.

 

A l'heure actuelle, on assiste à des querelles et à de graves dysfonctionnements entre les institutions. La HCC s’éloigne de son rôle d’arbitre et préfère se taire.

 

L'appât du gain est au dessus de toute autre considération patriotique pour les membres de la HCC. Ce ne sont pas les institutions qui sont mauvaises, ce sont toujours les membres qui le sont.

 

Pour garder leurs acquis, places et privilèges, les militaires font maintenant de la politique. Ainsi, le CMDN vient de convier les politiciens et journalistes pour expliquer leur position face aux événements actuels.

 

Ce ne sont point les politiciens qui instrumentalisent l'armée, ce sont en fait les officiers de l'armée qui s'accrochent à leurs places. Les politiciens utilisent l'armée en les réduisant à une force de répression. L'armée n'est plus le défenseur ni le garant des institutions du pays, elle défend ses propres intérêts, ainsi que ceux des hommes du pouvoir.

 

Les officiers supérieurs font de la politique car ils participent activement aux débats et actes politiques. L’armée n'est plus "une force exécutoire" car à l'origine, elle fut dépendante des décisions politiques. Le CMDN ne devrait pas participer à des réunions politiques, ni créer des liens avec des partis, comme ce fut le cas lors de la Réunion à Ivato (pacte politique).

 

S'agissant de l'application de la Feuille de Route, le CMDN devrait refuser toute implication directe ou indirecte, et rester neutre. Il devrait respecter les décisions prises et veiller à leurs applications.

 

A vrai dire, dès la mise en place du CMDN, les dissensions apparurent pour aboutir  à plusieurs  conflits internes graves au sein des Forces de l'ordre. Ce fut le cas pour les "affaires" du FIGN, BANI, et RFI dernièrement. Les positions "politiques" du CMDN ont entrainé ces conflits, car ce dernier n'a pas pris ses vraies responsabilités. Ou pire, ses membres sont des "incapables", d'où le désordre qui règne au sein de l'armée actuellement.

 

 

Antananarivo, le 01er septembre 2012

 

 

 

 

                                           

Fanomeza RAZAFIMANDIMBY

 

 

Listes des sigles :

 

HCC :                      Haute Cour Constitutionnelle

CES :                       Cour Electorale Spéciale

CMDN :  Comité Militaire pour le Développement National

FIGN :                     Force d’Intervention de la Gendarmerie Nationale

BANI :                    Base AéroNavale d’Ivato

RFI :                        Régiment des Forces d’Intervention

CENI :                     Commission Electorale Nationale Indépendante

KMF/CNOE :         Comité National pour l’Observation des Elections.

 

Liens utiles sur la HCC :

 

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&frm=1&source=web&cd=1&cad=rja&sqi=2&ved=0CCMQFjAA&url=http%3A%2F%2Fdk1.ti1ca.com%2Fget%2F88.180.254.150%2Fgaad0g07%2FComplementPlainteNoel.pdf&ei=fBBBUM2VJIOWhQf6v4HoAw&usg=AFQjCNG1NK0V3WsVUVjr4lBf6IXpunGkjA&sig2=-j7lZ6b2vKwxPT-s__DQlA

 

http://storage.canalblog.com/43/47/448497/61109071.pdf?#zoom=81&statusbar=0&navpanes=0&messages=0

 

http://www.topmada.com/2009/03/la-hcc-remaniee-le-parlement-dissout/

Voir les commentaires

La normalisation passe par la 3° voie (Communiqué)

1 Septembre 2012, 13:25pm

Publié par rovahiga

Mouvement civique pour Madagascar FANORENANA Civil rights movement for Madagascar
 
01 septembre 2012    September, 1st 2012
Newsletter #1
 
 
 
 
« La normalisation passe désormais par la Troisième voie ! »
 
 
 
par Patrick RAJOELINA
 
 
Membre du Comité consultatif constitutionnel (CCC)  Président du mouvement civique FANORENANA « Refondation »
 
Après bientôt quatre années de crise, Madagascar continue sa longue descente vers la misère et le chaos. 
 
Chaos institutionnel avec le blocage des négociations (qui durent depuis plus de trois ans maintenant !) entre les deux protagonistes qui exercent le pouvoir depuis maintenant plus de dix ans. Ces deux-là, au fond, n’ont aucun intérêt à un règlement rapide de la situation : de son côté, Marc Ravalomanana gère sans trop de difficultés, semble-t-il, ses affaires depuis l’Afrique du Sud et du côté des nombreux « amis » de la HAT, on profite largement de l’effondrement de l’appareil d’Etat et on se découvre de grands talents en matière de pillage des ressources naturelles exportées illégalement, dénoncé dans un rapport particulièrement détaillé du Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique de 2011.
 
Chaos économique, avec depuis le début de cette crise, plus de 600.000 emplois directs (et encore plus d’emplois indirects) qui ont été perdus. De nombreux marchés internationaux sont passés sous le nez des industriels de Madagascar. La Grande île n’est toujours pas équipée d’Internet très haut débit (pourquoi ?!) qui lui permettrait pourtant de jouer pleinement la carte de la qualité de ses ressources humaines dans de nombreux secteurs de pointe…
 
Chaos social et sanitaire enfin, dans la mesure où la grande pauvreté de la population est porteuse de catastrophes sociales et surtout sanitaires. La situation sanitaire malgache dégradée représente d’ailleurs un risque important de propagation vers toute la zone sud-ouest de l’océan Indien (La Réunion, Maurice, les Seychelles…). 
 
Le temps de la normalisation est donc venu ! 
 
Cette normalisation passe désormais par la Troisième voie ! Elle est de l’intérêt supérieur du Pays, de sa souveraineté nationale et de sa cohésion sociale.
 
La Troisième voie s’inspire très simplement du cheminement de la transition de mai 1972.
 
La Troisième voie, c’est la suspension immédiate des institutions et la mise en place d’une structure patriotique de salut public. Elle sera composée du plus haut gradé de chacune des quatre armes (terre, air, mer, gendarmerie nationale) et de huit techniciens civils et militaires (dont la compétence technique est internationalement reconnue) en charge des fonctions régaliennes de l’Etat : travail/emploi, économie, défense/sécurité intérieure, diplomatie, santé/solidarité, éducation, justice. Aucune de ces 12 personnes ne pourra se présenter aux élections générales (présidentielles et législatives).
 
Cette structure patriotique de salut public aura trois missions essentielles : 
  • convoquer (un an après l’instauration de la Troisième voie) et préparer matériellement les élections générales (présidentielles et législatives) ;
  • restaurer la confiance de la communauté internationale en donnant des signes clairs de normalisation ;
  • apaiser le climat social dans les grandes villes du Pays grâce à un maintien de l’ordre public rigoureux qui comprend naturellement la lutte acharnée contre la corruption, la poursuite impitoyable des dahalo (et de leurs vrais commanditaires) et l’arrêt de l’exportation illicite de richesses naturelles.
Pour ce qui concerne les élections présidentielles, dans un souci légitime d’apaisement, la Troisième voie ne permettra à aucune des quatre personnes ayant exercé les plus hautes responsabilités (Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Nirina Rajoelina) de se présenter. Naturellement, un casier judiciaire rigoureusement vierge sera demandé à chacun de ceux qui se présentent aux élections générales.
 
Durant tout le temps de cette période patriotique de salut public, les comptes publics (abondés par le retour de l’aide internationale) et tous les postes douaniers seront gérés intégralement par une entité technique internationale diligentée par l’Organisation des nations unies (ONU). 
Ainsi, après 4 années perdues à cause de cette « crise » qui n’en finit pas, la Troisième voie permettra de restaurer l’ordre public en donnant toutes ses responsabilités à notre Armée redevenue (enfin !) Mère de la Nation. 
 
La Troisième voie crédibilisera sa propre action (et la limitera dans le temps-: un an) en convoquant des élections libres et transparentes, desquelles auront été exclus notamment les deux protagonistes d’une crise que finalement ils alimentent eux-mêmes en n’ayant pas trouvé, en près de 4 ans, le début d’un accord à leurs querelles exclusivement personnelles qui prennent en otage 22 millions de nos Compatriotes. 
 
Enfin, la Troisième voie donnera à Madagascar la chance de pouvoir mettre un terme à une « crise » qui, plus qu’elle n’irrite la communauté internationale (dont les deux protagonistes se moquent de façon éhontée depuis de nombreux mois), donnera surtout au Peuple malagasy rassemblé la possibilité, dans le Fihavanana, de vivre paisiblement son développement économique et d’élire librement ses futures institutions ! 
 
Ho an’nyTanindrazana !
 
 
 
Contact :
Facebook : Fanorenana
Twitter : prajoelina2014

Mouvement civique pour Madagascar FANORENANA Civil rights movement for Madagascar
 
 
 
 
 
« Madagascar crisis : a Third Way for a fair Nation ! »
 
 
 
By Patrick RAJOELINA
 
 
Member of the Constitutional Comitee of Madagascar (co-author of the Constitution of the 4th Republic)
President of FANORENANA “Refoundation”, Civil Rights Movement (Madagascar)
 
After four years of crisis, Madagascar has further sunk into poverty and chaos.
 
Chaos, because of  the institutional deadlock in the negotiations between the two protagonists that have been carrying on for more than three years now! 
 
These two have no interest in solving the situation promptly : Marc Ravalomanana seems to be running his business from South Africa without too much difficulty, and many "friends" of the High Authority of the Transition (HAT) benefit greatly from the collapse of the state apparatus and have shown great talent in plundering natural resources (exported illegally as explained in a particularly detailed report of the US State Department published in 2011).
 
Economic Chaos : since the beginning of this crisis, more than 600,000 jobs have been lost. Many international markets have not been assigned to Madagascar. The Great Island has yet to be equipped with high speed Internet in spite of it being an essential tool to economic growth.
 
Social and Health Chaos : Great Poverty lead to social, but more importantly health catastrophes. The madagascan sanitary situation has extremely deteriorated and represents a significant risk to the entire southwestern Indian Ocean area (Reunion, Mauritius, Seychelles...).
 
It is time to go back to normalcy !
 
Only one direction : the Third Way ! It is designed in the country's best interest to regain its national sovereignty and social cohesion. It is an emergency. 
 
The Third Way takes its inspiration from the transition of May 1972.
 
The key figure : 12 !
 
4 of the most highly ranked military groups among the different army corpus (Army, Air Force, Navy, Gendarmerie) and 8 civil technicians and servicemen.
 
Brought together to serve the country !
 
The Third Way is the courageous work of men and women serving Madagascar and its people with justice and intelligence : a return to a functioning sovereign state : labor/employment, education, justice, economy, defence/homeland security, diplomacy and health/solidarity.
 
Three important missions:
  • To call forth and physically prepare presidential and legislative elections (one year after the establishment of the Third Way) ;
  • To restore the confidence of the international community in Madagascar by showing clear signs of normalization through sound institutional powers;
  • To appease the social climate in the country's major cities by maintaining a public order fighting corruption, relentlessly pursuing the dahalo (and their real sponsors) and stopping the illegal exportation of natural resources.
What the future holds after the instalment of The Third Way :
  • The preparation and organisation of the presidential elections will be held peacefully and in legitimacy ;
  • Blacklisting the four former presidents (Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana and Andry Nirina Rajoelina) from participating in the elections ;
  • Allowing in future candidates to present their program and ensuring their authenticity. It goes without saying that a virgin criminal record will be demanded.
Great importance will be given to the UN's international technical body to ensure transparency in the management of public accounts and cross-border trading. 
 
In this patriotic momentum, public accounts (capitalized by international aid revenue) and all customs affairs will be fully handled and managed by an international technical entity conducted by the United Nations (UN).
 
Thus, after four endless years, the Third Way will put an end to the crisis and assist in building the future of Madagascar:
 
  • By restoring public order and giving back all its responsibilities to our Army, finally, once again, Mother of our Nation ;
  • Offering concrete results with free and transparent elections within one year ;
  • Giving Madagascar the chance to live happily and free from corruption, the chance to finally benefit from an economic development and the chance to freely elect its future institutions allthewhile respecting of the Fihavanana and the people!
Ho an’nyTanindrazana !
 
 
 
Contact :
Facebook : Fanorenana
Twitter : prajoelina2014

Mouvement civique pour Madagascar FANORENANA Civil rights movement for Madagascar
 

Voir les commentaires

Lettre ouverte à la Communauté Internationale (24/08/12)

24 Août 2012, 15:33pm

Publié par GTT International Genève

MADAGASCAR

 

Lettre ouverte à la Communauté Internationale

 

Après le Sommet de Maputo, le GTT INTERNATIONAL – GENEVE met en garde contre toute manœuvre dilatoire destinée à empêcher la candidature du Président RAVALOMANANA

 

Les résolutions prises par la Troïka de la SADC à l’issue du 32ème Sommet de Maputo les 17 et 18 août 2012, que d’aucuns considéraient comme le moment décisif après les multiples rencontres infructueuses, ne sont pas à la hauteur de nos attentes dans la résolution de la crise malagasy. A la lecture du bref paragraphe consacré au cas de Madagascar, nous déplorons effectivement son caractère laconique et vague qui n'apporte pas de solution concrète à la crise.

 

Bien que la SADC prône « la mise en œuvre urgente et intégrale de la Feuille de Route », les lacunes suivantes subsistent et méritent d'être relevées :

  • aucune sanction n'a été prononcée à l'encontre du régime putschiste, le véritable facteur de blocage, qui impose sa politique unilatérale et refuse toute soumission aux Accords conclus, contrairement à la mouvance Ravalomanana qui a fait beaucoup de concession,
  • la Troïka de la SADC a avalisé le calendrier électoral proposé par la CENIT alors qu'aucune mesure d'apaisement n'a été concrètement mise en œuvre comme le prévoit la Feuille de Route,
  • aucune élection crédible et acceptée par tous ne pourra être organisée en si peu de temps,
  • l'article 20 de la Feuille de Route stipule « le retour inconditionnel et immédiat » du Président Ravalomanana or, la SADC le soumet, à présent, à l'avis d'une mission d'évaluation envoyée sur place pour mesurer les risques d'affrontement. C'est une mesure aussi contradictoire qu'inutile car retarder le retour du Président risquerait de provoquer le mécontentement populaire.

Ces mesures s'apparentent alors à une manœuvre dilatoire destinée à empêcher la candidature du Président Ravalomanana, manœuvre contre laquelle nous mettons en garde.

 

Au vu de ces éléments, nous EXIGEONS que la SADC :

  • mette en place des mesures d'accompagnement concrètes pour l'exécution de la Feuille de Route,
  • sanctionne sans délai ce régime putschiste y compris les sanctions individuelles,
  • ordonne la mise en œuvre des mesures d'apaisement prévues (ouverture des médias de l’opposition, la liberté d’expression et la libération des prisonniers politiques, retour des éxilés politiques),
  • prenne ses responsabilités en ramenant, elle-même, le Président Ravalomanana à Madagascar avec les mesures de sécurité qui s’imposent,
  • garantisse la candidature du Président RAVALOMANANA aux présidentielles,
  • organise la tenue à Madagascar d'une rencontre malgacho-malgache menée par une organisation reconnue pour sa compétence en matière de médiation comme la FFKM et impliquant des membres de la société civile ainsi que des leaders politiques ayant une légitimité certaine notamment les anciens chefs d'Etat élus démocratiquement,
  • laisse au Sommet malgacho-malgache le soin de déterminer et d'organiser de nouvelles élections crédibles, transparentes et acceptées par tous.

 

Par ailleurs, nous demandons à l'ensemble de la Communauté Internationale de s'abstenir de tout financement des élections dans les conditions actuelles pour les raisons citées précédemment. Nous nous adressons plus particulièrement à Mme Fatma Samoura, représentante des Nations Unies à Madagascar qui venait d'annoncer le déblocage prochain de 15 millions de dollars à cet effet.

 

Enfin, rappelons que le peuple malgache est otage d'une bande de voyous armés qui foulent aux pieds toutes les lois y compris les droits fondamentaux. Les mécontentements sont visibles, les foyers de grèves gagnent toute l'île et Madagascar est dangereusement au bord de la guerre civile.

 

Genève, 23 août 2012



GTT INTERNATIONAL- Collectif de la diaspora Malagasy
15 rue des savoises
1205 Geneve

collectifgtt@gmail.com

Voir les commentaires

MADAGASCAR Réaction du GTT INTERNATIONAL – GENEVE ...

7 Juin 2012, 10:14am

Publié par GTT International

Alerte !!!

La SADC s'éloigne de la recherche d'une sortie de crise consensuelle et inclusive

 

Nous tenons d’abord à remercier la SADC de s’être penchée sur le cas de Madagascar lors du Sommet extraordinaire de Luanda du 01 juin 2012.

Les Résolutions qui sont prises lors de ce Sommet sont censées résoudre la situation de blocage actuelle marquée par le refus de l'opposition de se soumettre aux pratiques unilatérales des putschistes. Les Résolutions soulignent notamment l’importance de la mise en œuvre intégrale de la Feuille de Route signée en septembre 2011. Pourtant, la SADC préconise également une rencontre entre le Président Ravalomanana et le putschiste en chef Rajoelina.

Quelle est, en fait, l'utilité d'une telle rencontre ? Aucun fait nouveau ne justifie cette rencontre à deux. Nous ne sommes plus au stade des retrouvailles ou des pourparlers, il y en a déjà eu plusieurs depuis Maputo I (avril 2009) sans succès. Le camp Rajoelina, soutenu activement par la France, a toujours répondu par la mauvaise volonté et le mépris, n'hésitant point à renier sa propre signature aussitôt revenu au pays. Si bien que Rajoelina et ses amis ont toujours appliqué sans discontinuité l’unilatéralisme.

En somme, au lieu d’apporter des solutions de fond, la SADC a préféré ménager les putschistes en prenant des décisions qui s'éloignent de la consensualité au risque de provoquer le mécontentement des autres parties prenantes à la crise et de la faire perdurer inutilement.

Aussi, nous demandons à la SADC de se conformer aux recommandations de la Communauté Internationale à l'instar de l’ACP/UE qui a prôné dans sa Déclaration à l’issue de sa 23ème session qui s’est tenue à Horsens (Danemark) et à laquelle nous adhérons à savoir, la tenue urgente à ANTANANARIVO d’un Sommet malgacho-malgache réunissant les principaux acteurs ayant une légitimité certaine notamment les deux anciens Chefs d’Etat (les Présidents Zafy et Ratsiraka) et le Président Ravalomanana.

Il en va de même pour l’exigence de la mise en œuvre intégrale des dispositions de la Feuille de Route. A ce propos, la priorité doit être accordée à l’application des articles 16, 17 et 20 et la SADC doit surtout sécuriser le retour sans conditions ni délai du Président élu RAVALOMANANA et de tous les exilés politiques ainsi que la libération de tous les prisonniers politiques sans exception.

Pour tous éléments, la SADC doit faire preuve d’autorité et de fermeté face aux putschistes qui ne respectent aucun engagement. Elle doit prendre toutes les mesures et les dispositions qui s’imposent notamment des sanctions pour garantir le bon déroulement du processus. Bref, la SADC doit prendre ses responsabilités, il y va de sa crédibilité.

 

GTT INTERNATIONAL - GENEVE - Collectif des Patriotes Malagasy

15, rue des Savoises

1205 GENEVE - SUISSE

collectifgtt@gmail.com

http://gtt-international.blogspot.com/

Voir les commentaires

Madagascar: Union européenne / Déclaration du porte-parole de Catherine Ashton

23 Mai 2012, 16:53pm

Publié par Appablog

Union européenne / Déclaration du porte-parole de Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union, sur Madagascar

 http://appablog.wordpress.com/2012/05/23/union-europeenne-declaration-du-porte-parole-de-catherine-ashton-haute-representante-de-lunion-sur-madagascar/

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 23 mai 2012/African Press Organization (APO)/ — Le porte-parole de Catherine Ashton, Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission a fait ce jour la déclaration suivante:

 

“La Haute Représentante réitère son soutien à la médiation de la Troïka de la SADC menée par le Vice-ministre sud-africain Fransman pour la mise en œuvre de la Feuille de Route au Madagascar. Elle se félicite de l’adoption de la loi sur l’amnistie et de la mise en place de la Commission Electorale (CENIT), et attend avec intérêt les recommandations de la mission d’identification des besoins électoraux des NU.

 

La Haute Représentante partage les préoccupations de la Troïka, sur les problèmes qui en ce moment retardent la mise en œuvre consensuelle et inclusive de la Feuille de route.

 

Elle vise notamment la cohabitation difficile entre le Président de la Transition et le Premier Ministre, les dysfonctionnements persistants entre et au sein des institutions de la Transition, la suspension de la participation de la Mouvance de l’ex-président Ravalomanana et l’absence continue de participation de la Mouvance de l’ex-président Zafy.

 

Les retards dans la mise en œuvre de la loi d’amnistie ainsi que dans l’adoption d’autres mesures d’apaisement politique par les autorités de la transition, sont également au cœur des préoccupations de Mme. Ashton.

 

Ainsi le processus de sortie de crise est venu à un moment critique. La Haute Représentante exhorte tous les acteurs politiques malgaches à faire preuve de responsabilité et de sens du compromis. Elle les appelle à être prêts, s’il le faut, à subordonner leurs ambitions politiques immédiates aux intérêts supérieurs de la Nation et du peuple malgache.

 

SOURCE 

European Council

Voir les commentaires

HETSIKY NY MPITONDRA FIVAVAHANA (HMF): ANTSO

16 Mai 2012, 14:50pm

Publié par rovahiga

HETSIKY NY MPITONDRA FIVAVAHANA
MOUVEMENT DES LEADERS RELIGIEUX

hetsikynympitondrafivavahana@yahoo.fr
Téléphone: 033 09 101 91 – 033 72 019 76

 

 

‘’Raha misy maharesy ny irery aza , ny roa tsy ho leony tsy akory ,ary ny mahazaka teo olana tsy mora tapahina ‘’ (Mpitoriteny 4 : 12)

.

‘’ATAMBARO NY HERY, HANDRESEN’NY FAHAMARINANA’’
NY HETSIKY NY MPITONDRA FIVAVAHANA DIA MANASA NY MALAGASY TIA FAHAMARINANA REHETRA, HIARA-MIVAVAKA HO AN’NY FIRENENA

 

 

Sabotsy 19 Mey 2012
Manomboka amin’ny 1 Ora Atoandro
Sehatra Maitso ,Gradin FJKM Anosivavaka Ambohimanarina

 

 

Ilain’ny Tompo Ianao – Hilazao ny namana !

Voir les commentaires

FFKM (Communiqué)

12 Mai 2012, 15:58pm

Publié par FFKM

Ho aminareo anie ny Fahasoavan’ny Tompo Jesoa.


Taorian’ny antso maro izay niantefa tamin’ny Fiangonana eo anivon’ny FFKM mba handray andraikitra amin’ny fandaminana ny raharam-pirenana dia nanendry ny Sampan’asa Ekiomenika momba ny Fiainam-Pirenena (SEFIP) izahay Raiamandreninareo mba hihaino ny feo sy ny hetahetan’ireo rehetra manana tolo-kevitra hahafahana mandray fanapahan-kevitra matotra hiainan’ny vahoaka Malagasy rehetra ao anatin’ny fiadanana sy ny fahamarinana ary fihavanana.

Rehefa naravona ny hevitra dia tsapan’ny maro fa miaina ao anatin’ny fahantrana sy ny fijaliana ary ny tsy fandriampahalemana ny ankamaroan’ny Malagasy ankehitriny ary simba ny soatoavina amin’ny fanajana ny raiamandreny. Manoloana ny irak’Andriamanitra izay noraisiny dia mijoro tsy am-pihambahambana hitory ny làlan’ny fahamarinana ka manitsy sy manoro làlana ny zanaky ny fiangonana sy ny zanak’ity firenena malalantsika ity. Arak’izany dia manao izao fanambarana izao ny FFKM:
Lany andro mifanditra sy miaro ny toerany ireo mpanao politika ao anaty sy ivelan’ny andrim-panjakàna. Misy ny alaim-panahy hanao izay hanalavana ny faharetan’ny tetezamita mba hahazoana tombontsoa manokana fa tsy mijery ny tombontsoam-bahoaka. Irinay indrindra anefa ny hitsinjovanareo marina ny vahoaka malagasy rehetra.

Manaitra manokana ny sain’ireo Andrim-panjakan’ny Tetezamita, indrindra ny Filohan’ny Tetezamita, ny praiministra sy ireo mpikambana ao amin’ny Governemanta, ny Filan-kevitra Ambonin’ny Tetezamita ary ny Kongresin’ny Tetezamita izay eo am-pandinihina ny volavolan-dalàna mikasika ny fampihavanana izahay fa tsy ny fametrahana rafitra ihany no hampisy fitoniana eto amin’ny firenena fa ny fananana toe-po hifampiaiky heloka, hibebaka ary hifamela izay atao ao anatin’ny fanandratana ny fahamarinana ka hitondra ho amin’ny fampihavanana marina.

Mampiraviravy tànana ny vahoaka ny mahita sy mandre ny fifanolanana sy tsy fitovian-kevitra matetika eo amin’ny Filohan’ny Tetezamita sy ny Praiministra ary ireo mpiara-miasa akaiky amin’izy ireo. Tsy mendrika anareo ny mifanilika andraikitra manoloana ny olana ara-piaraha-monina izay mitombo andro aman’alina.

Voahitsakitsaka ny zo fototra mahaolombelona ka tsy afaka manantena ny ho voaaro eny amin’ny fitsarana ny madinika.Tsy voahaja ny fahaleovantenan’ny fitsarana mba hanao ny asany araka ny lalàna, ny rariny sy ny hitsiny. Ny fanirianay dia ny mba hijoro ka tsy hiray tsikombakomba amin’ny tsy mety ianareo tompon’andraikitra mpanantanteraka.

Voatapim-bava na voarahona izay rehetra miteny sy mitsikera ny fomba fitantanana ny raharaham-pirenena. Maro ny haino aman-jery nakatona mandrak’ankehitriny; tsy vitsy ireo nomena fampitandremana satria manohintohina ny fanao ratsin’ireo mihevitra azy ho tsy maty manota ao anatin’ny fitondrana. Noho izany dia mankahery ny vahoaka tsy an-kanavaka ny FFKM amin’izao vanim-potoana sarotra diavin’ny firenena izao mba hanana finoana sy fanantenana an’Andriamanitra ka hahasahy hijoro sy hiteny ireo tompon’andraikitra isan-tokony mba hifampiresahan’izy ireo ny amin’ny famahana ny olana lavareny. Ho anareo mpanao gazety sy mpampita vaovao ary mpanabe kosa dia irinay mba hanatanteraka ny asanareo araka ny tokony ho izy ianareo ka tsy ho lasa fitaovana fampiadiana fa ho andry iray amin’ny fampihavanana.

Mampanahy ny mahita ny fampiasan-kery tafahoatra ataon’ny mpitandro ny filaminana isak’izay misy fanehoan-kevitra ataon’ny olona kanefa ny jiolahy dia efa mahasahy manao ny asa ratsiny amin’ny andro mazava ary mahasahy manambara mialoha ny fihaviany mihitsy aza. Voahitsakitsaka noho ny ataonareo ny tena demokrasia. Koa manainga anareo izahay mba hitandro filaminana am-pahendrena amin’ny fiarovana ny vahoaka sy ny fanananany ka ho sahinareo ny hijoro hiaro izay rehetra nifaharahana ho tombontsoan’ny firenena.

Mampahatsiaro ireo rehetra mahasahy mandatsaka aina noho ny resaka vola sy resaka politika ihany koa izahay. Aoka ho tsaroanareo mandrakariva fa an’Andriamanitra ny aina ka tsy misy olombelona afaka manamarina ny famonoany ny ain’ny hafa na dia iray aza. Averinay etoana fa ny fitsimbinana ny aina no anisan’ny fototry ny fihavanana malagasy ka tsy ekenay ary toherinay ny fanararaotam-pahefana sy ny fampiasan-kery tsy amin’antony mazava mba hisian’ny fitoniana.

Miantso ny mpanao politika rehetra koa ny fiangonana mba tsy ho sakana amin’ny famahana ny olana ara-politika na ireo ao anatin’ny fitondram-panjakana, na ireo tsy ao anatiny satria ny vy tsy mikitrana irery.

Maneho ny alahelony amin’ny faharavan’ny soatoavina ara-pivavahana sy ny soatoavina malagasy noho ny fitaomana ny olona hamono eritreritra amin’ny fisotroana zava-pisotro maha-mamo, ny fanararaotana ny fahasahiranan’ny olona ka andrisihina azy hiloka sy hitady harena tampoka amin’ny lalao an-tsapaka ka anadinoana ny fanabeazana azy hanana toe-tsaina mihary sy mijoro amin’ny maha-izy azy ny FFKM.

Miantso manokana anareo vondrona iraisam-pirenena izahay mba hanaovanareo ho laharam-pahamehana ny tombontsoan’ny firenena malagasy amin’ny famahana izao krizy izao.

Tsy mitsahatra mandray andraikitra amin’ny maha-fiangonana mpaminany sy mpitily azy ny FFKM ka hiroso handray andraikitra mivantana amin’ny fikatsahana vahaolana amin’ny krizy izay efa naharitra ela teto Madagasikara ka miantso ny rehetra mba hanoina ny antsony.

Ho aminareo mandrakariva anie ny fiadanana.


Natao teto Antananarivo, anio faha-11 may 2012
Pastora Dr RAKOTO Endor Modeste
Filohan’ny FLM
Ny Mpitandrina RASENDRAHASINA Lala Haja
Filohan’ny FJKM

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>