Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

Madagascar : Apaisement politique ?

7 Septembre 2012, 11:11am

Publié par rovahiga

Le pouvoir transitoire complètement à côté de la plaque, devrait passer la main à de meilleurs prestataires. Il s’agit d’une incompétence avérée  tout à fait insupportable ! A qui devrait-on faire appel quand toute l’armée fait aveu d’impuissance devant le danger auquel est exposé tout un peuple ? Combien faudrait-il de morts, que ce soit dans les rangs des civils et des forces de l’ordre que celui des dahalo, pour que les plus hauts gradés sortent une solution de leur réunion hebdomadaire ? Si les chiffres avancés donnent  1(un) élément des forces de l’ordre pour un périmètre d’occupation de 90 à 100km2 pour toute l’île. À Antananarivo cependant, lors des chaudes journées de répression, on compte facilement quatre à cinq camions de 30 soldats chacun pour 500m2. Une question de volonté ? 

 Pas plus tard que mercredi  à Ivato, l’arrivée de la délégation du TIM, après une réunion avec le nouveau président du parti à Johannesburg, un camion et quatre (bien quatre) 4x4 bourrés d’éléments des forces de l’ordre étaient venus voir daredare  si Marc Ravalomanana et sa famille étaient de ce vol. Même l’avion de la compagnie Air Link fut fouillé de fond en comble, jusque dans les sachets vomitoire. De quoi foutre la paranoïa aux dirigeants de cette compagnie !

 

Le régime HAT et leurs supporters, commencent à soupçonner  un dessous politique et pointent du doigt sans vergogne aucune  les pro-Ravalomanana d’être derrière ce fléau (?!?). Pendant ce temps, le président de la transition, chef suprême des armées (désarmé ?) fait le dos rond comme pour rejeter la faute à la Communauté Internationale qui ne lui accorde pas les fonds nécessaires afin qu’il puisse « faire son boulot ». Dans l’attente, il détourne les regards de façon éhontée en distribuant de l’argent à gauche et à droite (les terrains de sports, le JMJ de Diégo, …).

 

Remenabila « lui », ne se pose pas de question. Son défi contre l’armée régulière qui comporte des dizaines de « grands chefs », d’un « grand manitou » et de tout son bazar est lancé. Rien ne semble pouvoir l’arrêter, ni la préparation aux élections ni  encore moins les quelques éléments des forces de l’ordre envoyés « en diversion ». L’état y passera, mais il passera là !

 

C’est une idée de trouver coûte que coûte un lien entre les pro-Ravalomanana et les dahalo, mais trop enfantin et personne n’avalera la couleuvre. Comme celles  d’Ivato, les provocations vont pleuvoir du côté de Magro histoire de faire dire aux envoyés de la SADC que le retour de Ravalomanana présente des risques énormes et ne se prêtera pas à un apaisement politique.

 

rov@higa

 

Madagascar: Des villageois fiers du massacre de 100 voleurs de zébus

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/madagascar-des-villageois-fiers-du-massacre-de-100-voleurs-de-zebus_1157152.html

Le massacre de 100 voleurs de zébus est une fierté pour ces villageois d'une région reculée au sud-est de Madagacar. Prétextant la légitime défense, les autorités régionales n'envisagent pas de sanctions et félicitent la riposte des habitants …(Suivre le lien)

 

Madagascar : L'autorité semble impuissante face à l'insécurité grandissante

http://www.afriquinfos.com/articles/2012/9/6/madagascar-lautorite-semble-impuissant-face-linsecurite-grandissante-209320.asp

ANTANANARIVO (Xinhua) - L'autorité malgache semble impuissante face à l'insécurité grandissante, marquée par le vol de zébus dans la région du sud de Madagascar depuis quelques mois.

Les bandits voleurs de zébus, appelés "dahalo" en malgache, continuent de faire preuve de leur mauvaise réputation et saccagent tout à leur passage dans la partie sud du pays.

En juin dernier, la bande conduite par Remenabila, ancien garde de corps de l'ancien … (Suivre le lien)

 

   Belo-sur-Tsiribihina : Un autre commandant de Brigade et le commandant de la Compagnie 510 tués par balles

http://matv.mg/?p=3906

Trois éléments des Forces de l’ordre ont été tués dans une attaque de dahalo hier à Belo-sur-Tsiribihina, nous a-t-on rapporté. Il s’agissait entre autres de l’adjudant-chef Bruno Ravelojaona, commandant de brigade de la Gendarmerie de Belo, du Capitaine Albert Miandrizara commandant de la 510ème compagnie de l’Armée ainsi qu’un gendarme stagiaire qui ont été la cible des dahalo.
D’après les informations qui nous sont parvenues, les assaillants étaient au
… (Suivre le lien)

 

Madagascar : les razzias sur le bétail tournent au massacre sans précédent

http://www.jeuneafrique.com/actu/20120904T173635Z20120904T173633Z/madagascar-les-razzias-sur-le-betail-tournent-au-massacre-sans-precedent.html

Le sud de Madagascar, dans l'arrière-pays montagneux de Fort Dauphin, vit depuis longtemps au rythme des razzias de bétail mais la violence endémique suscitée par le trafic de zébus a atteint … (Suivre le lien)

 

Betroka : Le commandant de brigade tué !

http://midi-madagasikara.mg

Jamais dans l’histoire de Madagascar, les bandits des grands chemins ne se sont déchaînés que maintenant. Samedi matin, un accrochage s’est produit à Ambalavato, à 12 kilomètres de l’entrée de Betroka. D’un côté, les éléments des forces de l’ordre dirigés par le commandant de brigade de Betroka. De l’autre, les dahalo qui venaient de voler 700 têtes de zébus. Cet affrontement a coûté la vie à trois membres des forces de l’ordre dont le commandant de brigade. De sources concordantes, un autre gendarme ayant le grade de deux barrettes et un policier sont aussi tombés sous les balles des dahalo. Une autre source locale raconte que les dahalo sont restés sur un même endroit et continuent de provoquer leurs poursuivants. « Asaivo mankaty izay mbola sahy » littéralement « Qu’ils viennent nous chercher s’ils osent encore », c’est de cette manière que les bandits des grands chemins menacent les forces de l’ordre. La situation est tendue dans cette localité et les notables de Betroka lancent un appel de secours à l’endroit de l’administration centrale. Face à ce nouvel acte meurtrier des dahalo, de surcroît les forces de l’ordre en sont victimes, l’efficacité des commandos dépêchés dans le Sud pour la capture de Remenabila peut être remise en cause… (Suivre le lien)

 

Insécurité - 3 éléments des forces de l'ordre abattus par les dahalo à Belo sur Tsiribihina

Ce mardi 4 septembre, les médias relayent les informations en provenance de Belo sur Tsiribihina selon lesquelles, des dahalo ont sévi dans la nuit de dimanche à lundi à 5 km de Belo sur Tsiribihina et se sont heurtés aux forces de l'ordre. Dans la confrontation, trois éléments des forces de l'ordre ont trouvé la mort ; il s'agit d'un adjudant qui fait fonction de commandant de brigade de la Gendarmerie à Belo sur Tsiribihina, d'un capitaine de l'Armée qui est le commandant de 510è Compagnie militaire … (Suivre le lien)

 

Insécurité non résolue: Que les responsables démissionnent !

Plusieurs textes des lois régissant les responsabilités de chaque entité concernée dans la lutte contre l’insécurité ont été décortiqués hier au ministère des Forces armées à Ampahibe, lors de la réunion hebdomadaire des grands chefs des forces de l’ordre.

De cet examen, il est ressorti que « les forces de l’ordre agissent dans le respect de la charte républicain, c'est-à-dire dans le cadre de la loi et en conformité avec elle ». Et surtout, elles ne sont qu’un maillon de tout un réseau d’entités responsables  à qui la loi confie la gestion de l’insécurité.

C’est comme dire – et elles l’ont dit - que le partenariat avec … (Suivre le lien)

 

« Dahalo » : Remenabila se dirige-t-il vers Tana ?

http://midi-madagasikara.mg

Une forte rumeur a circulé depuis le week-end dernier que Remenabila et sa bande se dirigeraient actuellement vers la capitale. Elle s’est particulièrement propagée sur internet. L’information n’a pas été confirmée mais de source généralement informée, cette menace d’intrusion des dahalo aurait déjà été discutée à Ambohitsorohitra. Remenabila, ce chef de dahalo qui a tué plusieurs éléments des forces de l’ordre et dont la capture piétine, continue d’attirer l’attention des gens. Ces derniers temps, avec l’attaque meurtrière des dahalo dans le Sud, Remenabila devient … (Suivre le lien)

 

AMNESTY INTERNATIONAL : LE CAS MALGACHE

Région : L'analyse d'Amnesty International sur la situation à Madagascar

http://www.lemauricien.com/article/r%C3%A9gion-lanalyse-damnesty-international-sur-la-situation-%C3%A0-madagascar

…beaucoup d'observateurs disent que l'Etat de droit n'existe plus dans la Grande Ile.
Il existe une apparence de l'Etat de droit à Madagascar. Le judiciaire donne l'impression de fonctionner, mais on se rend facilement compte qu'on est dans un système de corruption où l'on peut, si on a les moyens et qu'on connaît les leviers, changer le cours des choses et faire un coupable devenir innocent. On cite l'exemple d'un politicien reconnu coupable de viol sur une mineure et qui est en liberté. La police bénéficie d'une impunité totale et l'on semble trouver cela normal. Cette acceptation du fait que la police a toujours raison existe, même chez les intellectuels malgaches que nous avons pu rencontrer. Nous avons rencontré un homme de loi qui nous a raconté que la police était venue voler, je dis bien voler, des ordinateurs dans son bureau. Et il n'a fait aucune démarche pour récupérer son bien parce que, selon lui, que cela ne servirait à rien. Il n'a rien fait sans doute parce qu'il a peur. Le fait que l'Etat paye quatre à
… (Suivre le lien)  

 

Liste des Français assassinés à Madagascar depuis 2012
http://www.guide-madagascar.com/c04/guide-madagascar.nsf/docs/8XFGP8YSOI?opendocument&subcat=&s=all&p=y
Les Français à Mada sont dans leur majorité des hommes aux coeurs gros comme des montagnes - Ils viennent à Mada pour se faire truander et savent qu'ils sont là pour être truandé. S'ils ont choisi d'être des porte feuilles ambulants c'est qu’ils sont généreux, aiment la vie, aiment aider les autres, aiment le soleil, les femmes et les rires sur les plages
… (Suivre le lien)

 

LIRE AUSSI :

Des voleurs de bétail abattus à Madagascar

Madagascar connaît une vraie guerre du zébu

Madagascar : Près de 100 morts après des affrontements entre ...

ALERTE - Madagascar: près de 100 morts ce week-end liés aux ...

86 voleurs de boeufs lynchés à mort à Madagascar

Voir les commentaires

IL FAUT SUPPRIMER LA H.C.C.

1 Septembre 2012, 17:00pm

Publié par GTT International Genève

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

 

IL FAUT SUPPRIMER LA H.C.C.

http://gtt-international.blogspot.com/2012/09/il-faut-supprimer-la-hcc.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+GttInternational+%28GTT+International%29

 

Par Fanomeza RAZAFIMANDIMBY

Chef de détachement de la Police Nationale et Chef d’escorte, Adjoint du Directeur de Sécurité à la HCC 

Incarcéré du 06/05/2009 au 11/08/2011 à Tsiafahy 



 

D'emblée, on peut affirmer que la HCC est à l'origine des problèmes politico-constitutionnelle que Madagascar connaît actuellement. Il y a au sein de cette institution certains membres, au nombre de trois, quasiment inamovibles qui y siègent depuis 1992, parmi eux l'actuel Président.

 

En effet, le renversement du Président Zafy Albert a été le fruit d'un complot bien organisé destiné à porter au pouvoir M. Ratsirahonana qui, rappelons-le, était l'ancien Président même de la Haute institution.

 

En 2001-2002, ce sont ces hauts responsables eux-mêmes qui avaient organisé les fraudes électorales à l'origine de la crise opposant les Présidents Ratsiraka et Ravalomanana.

 

Ensuite, ces hauts magistrats, sous la conduite de l'actuel Président, ont procédé à la proclamation des résultats et à l'investiture du Président Ravalomanana, le 22/02/2002. Après quoi, M. Rajaonarivony est devenu Président de la HCC.

 

Lors des législatives de 2006, la HCC avait ordonné la tenue de nouveaux scrutins, dans des conditions assez floues, dans les circonscriptions de Mananara-Nord et Maintirano car Zakahely Boniface et Voninahitsy Jean-Eugène l'avaient « dérangé ». Les résultats du premier scrutin furent confirmés.

 

La HCC provoque le désordre, elle ne fait que diviser et attiser la haine entre les Malagasy.

 

Le 17 mars 2009, vers 19h, deux des hauts magistrats cités plus haut se rendent au domicile de Andry Rajoelina. Dès le lendemain, ils sortent l’Arrêt qui accorde les pleins pouvoirs à ce dernier en tant que Chef de la Transition et ce, au mépris de la loi qui permet à la HCC de disposer d'un certain délai pour analyser la situation avant de prendre une décision définitive.

 

De plus, la HCC, en parfaite connaissance de cause, a délibérément accepté qu'un non-élu, Andry Rajoelina, porte l'écharpe du pouvoir suprême et prête serment.

 

Lorsque Andry Rajoelina dissout les deux chambres élues du Parlement (Assemblée Nationale et Sénat), la HCC n'a pas cherché à l’empêcher. En fait, Rajoelina a donné l'assurance aux trois hauts magistrats de pouvoir rester à leurs postes jusqu'à la fin de la Transition, tel est l’accord secret à Ambatobe (domicile de Andry Rajoelina).

 

L’attitude partisane de la HCC pose problème. Lorsque la situation se présente négativement pour la personne qu'elle soutient, la HCC s'esquive en prétextant son incompétence. Et, au contraire, elle n'hésite point à prendre une décision, abusive ou inopportune soit-elle, pour favoriser son allié.

 

Au moment où certains de ses membres sont injustement jetés en prison, la HCC a brillé par son silence, elle n'a pas daigné à réagir. La Haute institution, sous la coupe de ces trois hauts magistrats, a sacrifié l’intérêt national et la vérité au profit de l’intérêt personnel.

 

La seule et unique motivation des ces personnes est l'argent et nullement le sentiment patriotique, contrairement aux autres membres abusivement emprisonnés en faveur desquels le tribunal a pourtant prononcé la relaxe. C'est la preuve que la vérité et la loyauté ont triomphé.

 

Lors du dernier référendum (Novembre 2010) sur la Constitution,  la HCC n’a émis aucune objection malgré les graves irrégularités flagrantes constatées. Les simples cartes de la commune (sans la photo du titulaire) furent acceptées à la place de la carte d'identité nationale (le jour du vote). Des plaintes et requêtes furent déposées mais considérées comme irrecevables, malgré les avis critiques du KMF/CNOE. Ce dernier avait noté que c'étaient les pires consultations populaires que Madagascar ait connu. La CENI avait approuvé les résultats.

 

Lors d'une rencontre entre les partis politiques à Ivato, la HCC était présente, sans tenir compte du caractère d'impartialité que devrait adopter cette institution.

 

Quand la Feuille de Route fut signée, la HCC n'était pas sollicitée,  aucun rôle donc, même minime. On se demande alors, pourquoi cette institution reste une référence alors qu'elle n'est d'aucune utilité réelle. Nul article ne mentionne la HCC comme acteur dans la Feuille de Route. Pourtant, on la laisse commettre des actes répréhensibles et regrettables pour le pays.

 

Actuellement, la HCC n'accepte point les lois parlementaires "députés et sénateurs non élus". En clair, la HCC veut que ce soit ce Président traître et indigne qui dirigera aussi la CES. La CES, créée à l'occasion par la Feuille de Route, devrait encadrer les futures élections avec le CENI. Une interrogation de plus sur la crédibilité et surtout l'intégrité de la HCC.

 

Ces membres de la HCC n'ont aucune notion du patriotisme. Ils ne voient et ne vivent que pour leurs intérêts individuels. Quand, bien même, le pays vit dans le chaos et au bord d'une guerre civile, ils ne s'en soucient guère.

 

A l'heure actuelle, on assiste à des querelles et à de graves dysfonctionnements entre les institutions. La HCC s’éloigne de son rôle d’arbitre et préfère se taire.

 

L'appât du gain est au dessus de toute autre considération patriotique pour les membres de la HCC. Ce ne sont pas les institutions qui sont mauvaises, ce sont toujours les membres qui le sont.

 

Pour garder leurs acquis, places et privilèges, les militaires font maintenant de la politique. Ainsi, le CMDN vient de convier les politiciens et journalistes pour expliquer leur position face aux événements actuels.

 

Ce ne sont point les politiciens qui instrumentalisent l'armée, ce sont en fait les officiers de l'armée qui s'accrochent à leurs places. Les politiciens utilisent l'armée en les réduisant à une force de répression. L'armée n'est plus le défenseur ni le garant des institutions du pays, elle défend ses propres intérêts, ainsi que ceux des hommes du pouvoir.

 

Les officiers supérieurs font de la politique car ils participent activement aux débats et actes politiques. L’armée n'est plus "une force exécutoire" car à l'origine, elle fut dépendante des décisions politiques. Le CMDN ne devrait pas participer à des réunions politiques, ni créer des liens avec des partis, comme ce fut le cas lors de la Réunion à Ivato (pacte politique).

 

S'agissant de l'application de la Feuille de Route, le CMDN devrait refuser toute implication directe ou indirecte, et rester neutre. Il devrait respecter les décisions prises et veiller à leurs applications.

 

A vrai dire, dès la mise en place du CMDN, les dissensions apparurent pour aboutir  à plusieurs  conflits internes graves au sein des Forces de l'ordre. Ce fut le cas pour les "affaires" du FIGN, BANI, et RFI dernièrement. Les positions "politiques" du CMDN ont entrainé ces conflits, car ce dernier n'a pas pris ses vraies responsabilités. Ou pire, ses membres sont des "incapables", d'où le désordre qui règne au sein de l'armée actuellement.

 

 

Antananarivo, le 01er septembre 2012

 

 

 

 

                                           

Fanomeza RAZAFIMANDIMBY

 

 

Listes des sigles :

 

HCC :                      Haute Cour Constitutionnelle

CES :                       Cour Electorale Spéciale

CMDN :  Comité Militaire pour le Développement National

FIGN :                     Force d’Intervention de la Gendarmerie Nationale

BANI :                    Base AéroNavale d’Ivato

RFI :                        Régiment des Forces d’Intervention

CENI :                     Commission Electorale Nationale Indépendante

KMF/CNOE :         Comité National pour l’Observation des Elections.

 

Liens utiles sur la HCC :

 

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&frm=1&source=web&cd=1&cad=rja&sqi=2&ved=0CCMQFjAA&url=http%3A%2F%2Fdk1.ti1ca.com%2Fget%2F88.180.254.150%2Fgaad0g07%2FComplementPlainteNoel.pdf&ei=fBBBUM2VJIOWhQf6v4HoAw&usg=AFQjCNG1NK0V3WsVUVjr4lBf6IXpunGkjA&sig2=-j7lZ6b2vKwxPT-s__DQlA

 

http://storage.canalblog.com/43/47/448497/61109071.pdf?#zoom=81&statusbar=0&navpanes=0&messages=0

 

http://www.topmada.com/2009/03/la-hcc-remaniee-le-parlement-dissout/

Voir les commentaires

La normalisation passe par la 3° voie (Communiqué)

1 Septembre 2012, 13:25pm

Publié par rovahiga

Mouvement civique pour Madagascar FANORENANA Civil rights movement for Madagascar
 
01 septembre 2012    September, 1st 2012
Newsletter #1
 
 
 
 
« La normalisation passe désormais par la Troisième voie ! »
 
 
 
par Patrick RAJOELINA
 
 
Membre du Comité consultatif constitutionnel (CCC)  Président du mouvement civique FANORENANA « Refondation »
 
Après bientôt quatre années de crise, Madagascar continue sa longue descente vers la misère et le chaos. 
 
Chaos institutionnel avec le blocage des négociations (qui durent depuis plus de trois ans maintenant !) entre les deux protagonistes qui exercent le pouvoir depuis maintenant plus de dix ans. Ces deux-là, au fond, n’ont aucun intérêt à un règlement rapide de la situation : de son côté, Marc Ravalomanana gère sans trop de difficultés, semble-t-il, ses affaires depuis l’Afrique du Sud et du côté des nombreux « amis » de la HAT, on profite largement de l’effondrement de l’appareil d’Etat et on se découvre de grands talents en matière de pillage des ressources naturelles exportées illégalement, dénoncé dans un rapport particulièrement détaillé du Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique de 2011.
 
Chaos économique, avec depuis le début de cette crise, plus de 600.000 emplois directs (et encore plus d’emplois indirects) qui ont été perdus. De nombreux marchés internationaux sont passés sous le nez des industriels de Madagascar. La Grande île n’est toujours pas équipée d’Internet très haut débit (pourquoi ?!) qui lui permettrait pourtant de jouer pleinement la carte de la qualité de ses ressources humaines dans de nombreux secteurs de pointe…
 
Chaos social et sanitaire enfin, dans la mesure où la grande pauvreté de la population est porteuse de catastrophes sociales et surtout sanitaires. La situation sanitaire malgache dégradée représente d’ailleurs un risque important de propagation vers toute la zone sud-ouest de l’océan Indien (La Réunion, Maurice, les Seychelles…). 
 
Le temps de la normalisation est donc venu ! 
 
Cette normalisation passe désormais par la Troisième voie ! Elle est de l’intérêt supérieur du Pays, de sa souveraineté nationale et de sa cohésion sociale.
 
La Troisième voie s’inspire très simplement du cheminement de la transition de mai 1972.
 
La Troisième voie, c’est la suspension immédiate des institutions et la mise en place d’une structure patriotique de salut public. Elle sera composée du plus haut gradé de chacune des quatre armes (terre, air, mer, gendarmerie nationale) et de huit techniciens civils et militaires (dont la compétence technique est internationalement reconnue) en charge des fonctions régaliennes de l’Etat : travail/emploi, économie, défense/sécurité intérieure, diplomatie, santé/solidarité, éducation, justice. Aucune de ces 12 personnes ne pourra se présenter aux élections générales (présidentielles et législatives).
 
Cette structure patriotique de salut public aura trois missions essentielles : 
  • convoquer (un an après l’instauration de la Troisième voie) et préparer matériellement les élections générales (présidentielles et législatives) ;
  • restaurer la confiance de la communauté internationale en donnant des signes clairs de normalisation ;
  • apaiser le climat social dans les grandes villes du Pays grâce à un maintien de l’ordre public rigoureux qui comprend naturellement la lutte acharnée contre la corruption, la poursuite impitoyable des dahalo (et de leurs vrais commanditaires) et l’arrêt de l’exportation illicite de richesses naturelles.
Pour ce qui concerne les élections présidentielles, dans un souci légitime d’apaisement, la Troisième voie ne permettra à aucune des quatre personnes ayant exercé les plus hautes responsabilités (Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Andry Nirina Rajoelina) de se présenter. Naturellement, un casier judiciaire rigoureusement vierge sera demandé à chacun de ceux qui se présentent aux élections générales.
 
Durant tout le temps de cette période patriotique de salut public, les comptes publics (abondés par le retour de l’aide internationale) et tous les postes douaniers seront gérés intégralement par une entité technique internationale diligentée par l’Organisation des nations unies (ONU). 
Ainsi, après 4 années perdues à cause de cette « crise » qui n’en finit pas, la Troisième voie permettra de restaurer l’ordre public en donnant toutes ses responsabilités à notre Armée redevenue (enfin !) Mère de la Nation. 
 
La Troisième voie crédibilisera sa propre action (et la limitera dans le temps-: un an) en convoquant des élections libres et transparentes, desquelles auront été exclus notamment les deux protagonistes d’une crise que finalement ils alimentent eux-mêmes en n’ayant pas trouvé, en près de 4 ans, le début d’un accord à leurs querelles exclusivement personnelles qui prennent en otage 22 millions de nos Compatriotes. 
 
Enfin, la Troisième voie donnera à Madagascar la chance de pouvoir mettre un terme à une « crise » qui, plus qu’elle n’irrite la communauté internationale (dont les deux protagonistes se moquent de façon éhontée depuis de nombreux mois), donnera surtout au Peuple malagasy rassemblé la possibilité, dans le Fihavanana, de vivre paisiblement son développement économique et d’élire librement ses futures institutions ! 
 
Ho an’nyTanindrazana !
 
 
 
Contact :
Facebook : Fanorenana
Twitter : prajoelina2014

Mouvement civique pour Madagascar FANORENANA Civil rights movement for Madagascar
 
 
 
 
 
« Madagascar crisis : a Third Way for a fair Nation ! »
 
 
 
By Patrick RAJOELINA
 
 
Member of the Constitutional Comitee of Madagascar (co-author of the Constitution of the 4th Republic)
President of FANORENANA “Refoundation”, Civil Rights Movement (Madagascar)
 
After four years of crisis, Madagascar has further sunk into poverty and chaos.
 
Chaos, because of  the institutional deadlock in the negotiations between the two protagonists that have been carrying on for more than three years now! 
 
These two have no interest in solving the situation promptly : Marc Ravalomanana seems to be running his business from South Africa without too much difficulty, and many "friends" of the High Authority of the Transition (HAT) benefit greatly from the collapse of the state apparatus and have shown great talent in plundering natural resources (exported illegally as explained in a particularly detailed report of the US State Department published in 2011).
 
Economic Chaos : since the beginning of this crisis, more than 600,000 jobs have been lost. Many international markets have not been assigned to Madagascar. The Great Island has yet to be equipped with high speed Internet in spite of it being an essential tool to economic growth.
 
Social and Health Chaos : Great Poverty lead to social, but more importantly health catastrophes. The madagascan sanitary situation has extremely deteriorated and represents a significant risk to the entire southwestern Indian Ocean area (Reunion, Mauritius, Seychelles...).
 
It is time to go back to normalcy !
 
Only one direction : the Third Way ! It is designed in the country's best interest to regain its national sovereignty and social cohesion. It is an emergency. 
 
The Third Way takes its inspiration from the transition of May 1972.
 
The key figure : 12 !
 
4 of the most highly ranked military groups among the different army corpus (Army, Air Force, Navy, Gendarmerie) and 8 civil technicians and servicemen.
 
Brought together to serve the country !
 
The Third Way is the courageous work of men and women serving Madagascar and its people with justice and intelligence : a return to a functioning sovereign state : labor/employment, education, justice, economy, defence/homeland security, diplomacy and health/solidarity.
 
Three important missions:
  • To call forth and physically prepare presidential and legislative elections (one year after the establishment of the Third Way) ;
  • To restore the confidence of the international community in Madagascar by showing clear signs of normalization through sound institutional powers;
  • To appease the social climate in the country's major cities by maintaining a public order fighting corruption, relentlessly pursuing the dahalo (and their real sponsors) and stopping the illegal exportation of natural resources.
What the future holds after the instalment of The Third Way :
  • The preparation and organisation of the presidential elections will be held peacefully and in legitimacy ;
  • Blacklisting the four former presidents (Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana and Andry Nirina Rajoelina) from participating in the elections ;
  • Allowing in future candidates to present their program and ensuring their authenticity. It goes without saying that a virgin criminal record will be demanded.
Great importance will be given to the UN's international technical body to ensure transparency in the management of public accounts and cross-border trading. 
 
In this patriotic momentum, public accounts (capitalized by international aid revenue) and all customs affairs will be fully handled and managed by an international technical entity conducted by the United Nations (UN).
 
Thus, after four endless years, the Third Way will put an end to the crisis and assist in building the future of Madagascar:
 
  • By restoring public order and giving back all its responsibilities to our Army, finally, once again, Mother of our Nation ;
  • Offering concrete results with free and transparent elections within one year ;
  • Giving Madagascar the chance to live happily and free from corruption, the chance to finally benefit from an economic development and the chance to freely elect its future institutions allthewhile respecting of the Fihavanana and the people!
Ho an’nyTanindrazana !
 
 
 
Contact :
Facebook : Fanorenana
Twitter : prajoelina2014

Mouvement civique pour Madagascar FANORENANA Civil rights movement for Madagascar
 

Voir les commentaires