Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

2016 : La préface

29 Janvier 2016, 23:31pm

Publié par rovahiga

Le président de la transition après le coup d’état de 2009 et surtout après cinq ans de règne absolu et sans partage, revient pour préparer les élections de 2018. Rien à dire, c’est encore son droit le plus strict. Les deux années hors du pouvoir servaient certainement à fructifier ses biens et investissements, à mettre au point sa prochaine stratégie et boucler son plan de financement loin des brouhahas.

Pour l’heure, on ne voit pas venir un autre candidat de parti ou indépendant digne de confiance et bien nanti de surcroit. Les prétendants « naturels » au poste suprême demeurent donc pour le moment : l’ancien exilé de l’Afrique du Sud, l’ex-président de la transition et le président de la république en poste qui, lui, mine de rien, est accroché au pouvoir depuis maintenant sept (07) ans ! Trois mastodontes qui vont peser de tout leur poids sur l’avenir politique du pays et par extension de la vie de chaque citoyen de ce pays.

Le régime actuel n’a pas eu tort de renforcer ses assises non seulement pour son quinquennat, mais surtout en vue de faire face aux « petits malheurs » qui ne manqueront pas de joncher les routes tout au long de son périple politique. 2018 c’est demain, et ce n’est certainement pas l’espace temps qui lui fera cadeau.

Hery Rajaonarimampianina s’affale de tout son long dans les tas d’ordures de la politique politicienne et s’y englue. Ni les partis d’opposition (qui sont-ils ?) toujours pas représentés de façon officielle à l’assemblée nationale et qui crient au scandale à tout bout de champ, ni la communauté internationale qui n’arrête pas d’envoyer des flèches dans le flanc du pouvoir pour marquer leur désapprobation contre la mauvaise gouvernance, ni surtout le ras-le-bol général de la majorité jadis silencieuse ne faciliteront les actions de l’actuel ou celles du futur gouvernement. Dire que 2018 n’est pas une priorité demeure une affirmation gratuite adressée aux nécessiteux pour leur mettre du baume au cœur.

Andry Rajoelina annonce la couleur, Hery Rajaonarimampianina se débat toujours dans la mélasse, et Marc Ravalomanana se bat pour récupérer et réhabiliter ses biens. Quelques matériels lui furent rendus par ceux qui les détenaient après seulement quatre jours de son appel. Un évènement touchant dans cet océan de malhonnêteté et de crime. Assez significatif tout de même.

On attend d’autre part les résultats « d’un prélèvement d’ADN » pour compléter les quatre roues d’un certain carrosse.

rov@higa

Commenter cet article