Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

Communiqué de Ravonison Ambroise (Tonton)

30 Juin 2010, 19:46pm

Publié par Ravonison Ambroise

Ravonison Ambroise ferme sur ses convictions

http://www.tananews.com/  

Message adressé à tout le Peuple
Malagasy  TIA TANINDRAZANA et à
tous ceux qui vivent sur le sol de
Madagascar

 

RY HAVAKO MALALA !
PEUPLE SOUVERRAIN

Je fais la déclaration suivante en tant que citoyen légaliste Malagasy épris de Liberté et de Paix.

Je continue à me dresser contre toute forme d’agression institutionnelle et constitutionnelle, contre toute forme d’illégalité et toute forme anti-démocratique.

Je suis pour le respect de la République, de l’Etat de Droit, et des Droits Universels. C’est pourquoi j’insiste sur le fait que le seul recours pour sortir rapidement de la crise qui nous mine depuis 17 mois est le retour à l’ordre constitutionnel, à la Légalité et à la Démocratie.

De ce fait, je demande à ce que la Charte des valeurs, la Charte de la Transition et les Accords politique de Maputo  soient respectés et appliqués dès maintenant, car se sont les accords spécifiques de la constitution de transition consensuelle et inclusive INCONTESTABLE, pour une relecture de la Constitution de la IIIème République avalisée par le Groupe International de Contact, aboutissant à une reconnaissance internationale.

J’invite tous les Malagasy TIA TANINDRAZANA ainsi que toute la population vivant sur le sol Malagasy de s’unir et de revendiquer cette application pour l’intérêt supérieur de notre Patrie.

Je demande donc à tous, d’adhérer à cette requête pour que toutes formes de communications, d’actions et de revendications démocratiques pacifiques tant diplomatiques que politique aillent dans le sens du rassemblement et de l’unité pour un grand pardon,  vérité et réconciliation nationale.

 

Tonton Ambroise RAVONISON

Président du Front Républicain Démocrate Légaliste

Voir les commentaires

Madagascar : une politique économique et industrielle

30 Juin 2010, 13:04pm

Publié par Afriscoop

Madagascar : des spécialistes appellent à une politique économique et à une stratégie industrielle

http://www.afriscoop.net/

Madagascar célèbre le cinquantième anniversaire de son indépendance ce mois de juin, des spécialistes ont lancé à cette occasion un appel pour l’adoption d’une politique économique et d’une stratégie industrielle pour le développement du pays.

Dr. Hugues Rajaonson, directeur du cabinet du ministre des Finances et Budget, un spécialiste en économie de l’environnement, politique économique et financière, a expliqué à Xinhua que l’absence de politique économique et de stratégie a causé la régression économique de Madagascar.

"Nous sommes contentés de demander l’aide internationale... On n’a jamais essayé de mettre en place un système de production à objectif industriel", a-t-il déploré.

"On a des potentiels énergétiques qu’on n’a jamais exploités. On a beaucoup de fleuves qui peuvent donner jusqu’à 20 à 30 gigawatts. On n’a jamais construit. On s’est contenté de construire de petites routes. On n’a jamais donné l’occasion aux industries de se développer. Les taux d’intérêt des banques sont très élevés, qui n’incitent pas les entreprises malgaches à faire des investissements. Le système économique et financier ne permet pas aux secteurs privés de se développer", a-t-il expliqué.

La productivité médiocre dans le secteur agricole, la baisse des prix des produits agricoles par rapport aux prix des produits industriels, sont à l’origine de la pauvreté des paysans, a-t-il ajouté.

A côté de cela, aucun effort de politique agricole et politique économique n’a été fait par les gouvernements successifs. "Je confirme ce que j’avais déjà dit depuis longtemps, il n’y a jamais eu de politique économique à Madagascar", a signalé M. Rajaonson. Jamais de document de politique économique, mais seulement quelques documents initiés par la banque mondiale et le FMI, sur la réduction de la pauvreté.

Le "country manager" de la Banque mondiale à Madagascar, Adolfo Brizzi, a dit que Madagascar n’arrive pas à réussir son développement parce qu’elle n’a pas de connectivité, en termes de circulation des biens et des personnes, en termes d’information. Parce que la capacité à recevoir et comprendre cette information ainsi que l’accès aux services de la santé, à l’eau potable et à l’énergie sont faibles.

Il a ajouté que le décollage économique de Madagascar est difficile à imaginer sans une gestion opportuniste et rationnelle de sa biodiversité environnementale, ses ressources minières, son potentiel agricole et son réservoir de main d’œuvre.

Harimanana Raniriharinosy, expert en sciences politique, a indiqué que "d’une manière générale Madagascar est pauvre parce que les responsables n’ont pas su mettre en exergue la richesse intellectuelle du pays".

Madagascar a le professeur Raoelina Andriambololona, qui est un grand physicien spécialiste du nucléaire, connu dans le monde. Madagascar a également le professeur Raymond Ranjeva, qui était vice-président de la Cour internationale de justice..., a-t-il noté.

Voir les commentaires

Actualités: La Presse du 30/06/10

30 Juin 2010, 11:16am

Publié par rovahiga

les-nouvelles.com/

CHOIX VESTIMENTAIRE DE RAJOELINA

Un symbole politique ?

Les gestes, les paroles, même le choix vestimentaire d’une haute personnalité pourraient être une forme de communication. Le choix des habits du président de la Haute autorité de la Transition, samedi dernier, lors des cocktails dinatoires à Iavoloha, intrigue des observateurs. Pourquoi un tel choix, et s’agit-il justement d’un symbole politique ?

Bien sûr, pour la grande majorité, il s’agit d’un choix vestimentaire comme tant d’autres, et le numéro un d’Iavoloha n’est pas non plus dans l’obligation de justifier sa sélection. Mais pour certains, le type de vêtement constitue un symbole politique comme ce fut le cas au temps de la royauté. Il faut rappeler que la veste d’Andry Rajoelina est similaire à celle que les princes malgaches portaient à leur époque. Il s’agit peut-être d’une simple coïncidence en cette période de célébration du cinquantenaire de l’Indépendance et surtout en cette période transitoire. Tout ce que la majorité espère c’est que la quatrième République sera un symbole de la démocratie et non un symbole de la monarchie.

 

lexpressmada.com/

La reprise pour les trois mouvances

La reprise des activités politiques se dessine dans le camp de l'opposition. Les dirigeants des trois mouvances comptent donner un nouveau souffle à leur mouvement de contestation au régime, après la fête nationale. Mais ils vont sans doute, réajuster leur stratégie, avant de se manifester. 
Le chef de délégation de la mouvance Ravalomanana aux négociations, Fetison Rakoto Andrianirina, a ainsi confié la tenue d'une séance de travail entre dirigeants politiques, ce jour. Mais il a affiché une prudence sur la question. Il s'est contenté d'annoncer la continuité de la mobilisation en province. « Nous allons établir le programme avant de poursuivre la tournée nationale», a-t-il affirmé hier au téléphone. 
En réalité, les déplacements de la délégation conduite par l'ancien chef d'État, Albert Zafy, dans d'autres circonscriptions avaient été promis, lors des rencontres avec les partisans, lors de la dernière mission dans le Nord. Fetison Rakoto Andrianirina avait prévenu à cette occasion les adhérents au mouvement, qu'une consigne serait donnée prochainement. Une manière de préparer l'opinion sur une éventuelle forte mobilisation. 
Dans deux mois 
Victor Hong, de la mouvance Zafy a aussi déclaré que la continuité de la tournée en province est impérative. Mais la concrétisation du programme n'est pas encore fixée. En attendant la prise de décision, Victor Hong a soulevé que toutes les manifestations menées par les trois mouvances consistent en l'assainissement de l'exercice de la politique au pays. 
De son côté, Jean Louis Rakotoamboa du Teza, absent de la capitale depuis un certain temps, a déclaré n'être pas encore au courant de la réunion, ce jour. « Je viens juste de rentrer d'un déplacement », a-t-il expliqué. 
Le partisan de Marc Ravalomanana a, cependant révélé, que les dirigeants locaux du mouvement restent en contact avec l'équipe de médiation étrangère, dont celle de la Communauté de développement d'Afrique Australe (SADC). Il assure une sortie de crise au plus tard au mois d’août.

 

Proposition pour la Grande Muette : des Généraux retraités résignés

Le «groupe d'anciens responsables au sein des Forces armées» ayant lancé des propositions relatives aux Forces armées, confie ne pas vouloir faire un autre pas en avant si les autorités ne donnent pas suite à leur démarche. 
«Nous avons demandé une audience auprès du président de la Haute autorité de la transition. Pour l'instant, il n'y a pas de réponse», a indiqué un des officiers généraux concernés, hier. «S'il n'y a pas de réponse de sa part, nous restons au stade actuel de nos intentions», ajoute-t-il. 
Les 10 et 11 mai, une douzaine d'officiers généraux en retraite dont Iandro Fenomanana, Abel Nirina Radavidson, Désiré Rakotoarijaona, Ackram Mohajy Andriamandaminy ou encore Olaf Zafitsiarendrika se sont réunis à Ankerana. Ils ont fait une déclaration renfermant des propositions pour l'unité, la neutralité, la réconciliation et l'apaisement au sein de la Grande muette. Ils ont, entre autres, proposé la création d'une institution, une sorte de comité de sages, pour garantir ces projets. 
Les membres du «groupe d'anciens responsables au sein des Forces armées» ont déjà fait le tour des actuels responsables au sein de la Grande muette, y compris au sein du gouvernement. Une demande d'audience a été déposée auprès de Andry Rajoelina, président de la HAT, pour exposer l'initiative, mais celle-ci n'a pas encore reçu de réponse. 
L'un des initiatiateurs de la déclaration regrette l'attitude des autorités. «Partout ailleurs, les «seniors» sont sollicités pour partager leurs expériences, qu'elles soient bonnes ou mauvaises afin de rectifier le tir. Apparemment, ce n'est pas encore le cas chez nous», déplore-t-il. «Nous avons émis le souhait de voir des Forces armées beaucoup plus neutres. Ce qui n'est pas encore tout à fait le cas», ajoute-t-il.

 

 

courrierdemada.com/

Raymond Ranjeva : "La discorde s'aggrave"

"Sincèrement, je suis d'avis que la Communauté internationale serait mieux inspirée de soutenir le processus malgache de guérison au lieu de faire pression en faveur d'une fausse bonne solution : l'organisation dans la hâte d'élections alors que le pays n'est pas encore apaisé". Ces propos sont de Raymond Ranjeva, Professeur émérite de droit public et de science politique de l'Université d'Antananarivo, vice Président (2003-2006) et Juge de la Cour internationale de Justice de la Haye (1991-2009) interview par le confrère suisse José Ribaud.

Cet éminent juriste de rappeler que le pays est encore en crise malgré  les manoeuvres déployées pour tenter de faire croire qu'une vie normale aurait repris ses droits : foires, organisations de spectacles.

"Il a déploré un contraste scandaleux de l'état de pauvreté dans lequel se trouve la population avec le spectacle offert par les nouveaux riches. Raymond Ranjeva de constater que le cœur n'y était pas malgré l'appel des" autorités dites de la transition" à célébrer dans l'allégresse les cinquante ans d'indépendance du pays. "La déception prévaut, la discorde s'aggrave, la misère perdure et la colère populaire menace d'exploser à tout moment", a-t-il fait remarquer. L'aspiration du peuple malgache après plus de 15 mois de crise politique se résume au rétablissement de l'Etat de droit qui favorisera le retour de la paix intérieure, la reconnaissance internationale, la sécurité, le développement économique, le progrès social et l'exercice des libertés citoyennes. Des choses qu'Andry Rajoelina, censé diriger le pays depuis bientôt 500 jours sans légitimité démocratique, s'est révélé incapable de réaliser.

 

Calmer le jeu ?

Le 23 juin dernier, la Cour Criminelle Ordinaire a décidé de renvoyer pour sa prochaine session le procès concernant le carnage du 07 février 2009 au palais présidentiel d'Ambohitsorohitra. Et pourtant la HAT a, semble-t-il, manifesté une ferme volonté d'en découdre avec le président déchu Marc Ravalomanana, accusé numéro un dans cette affaire. Selon des indiscrétions, cette marche en arrière ne résulte pas d'un souci de prendre en considération les remarques des avocats de l'ex-président qui dénoncent le non respect des procédures judiciaires dans le traitement de ce dossier. La pression viendrait des autorités françaises qui ont demandé à la HAT de calmer un peu le jeu.

 

 

les-nouvelles.com/

SORTIE DE CRISE

Le MFM avance de nouvelles propositions

Le parti MFM, où l’on retrouve Rabenja Rapelanoro et Manandafy Rakotonirina, a adressé au chef de file de l’équipe du groupe international de contact (Gic), Joaquim Chissano, de nouvelles propositions de sortie de crise.

Comment reconstituer le sommet des quatre chefs de file pour mettre en place le gouvernement de transition vers la démocratie ? C’est la question posée par le parti MFM de Manandafy Rakotonirina qui adresse au chef de file de l’équipe du groupe international de contact (Gic), Joaquim Chissano, de nouvelles propositions de sortie de crise.

Tout en répondant lui-même à la question, le MFM estime que « la responsabilité de régulariser la vie de la nation relève désormais des trois mouvances, parties déliées de leurs engagements vis-à-vis de la partie qui refuse d’exécuter son obligation.

« La charte des valeurs est maintenue entre les trois mouvances, de même que la charte de Maputo et l’acte additionnel d’Addis Abeba, avec les rectificatifs qu’exige la situation, sans la 4è mouvance… »

Lahiniriko à la tête de la mouvance Rajoelina ?

Pour la reconstitution du sommet des chefs de file, le MFM avance que la seule référence acceptable est le résultat du suffrage universel lors des élections présidentielles de décembre 2006. « Jean Lahiniriko a été classé deuxième après le président démocratiquement élu. On peut, par conséquent, estimer que Jean Lahiniriko dispose de la légitimité et peut prétendre valablement succéder à Andry Rajoelina à la tête de la mouvance Rajoelina… « Après Pretoria, des changements importants sont intervenus… Le ministre des Forces armées, comme le secrétaire d’Etat à la gendarmerie sont remplacés. Par conséquent, il est nécessaire de faire participer les autorités des forces armées, de la gendarmerie et de la police nationale, à la prochaine réunion des quatre chefs de file, pour qu’à l’issue de ladite réunion, elles s’engagent à garantir la force exécutoire de la mise en œuvre des résolutions qui y seront décidées par les quatre mouvances ».

Mais en l’état actuel des choses, il est plutôt difficile de croire à l’aboutissement de ces propositions du MFM. Par ailleurs, on voit mal Jean Lahiniriko accepter d’être à la tête d’une mouvance Rajoelina, dissoute de fait depuis le 12 mai par son ex-chef de file.

Chose curieuse en tout cas : le MFM veut écarter la 4e mouvance (celle de Rajoelina) du processus de sortie de crise, mais semble en même temps courtiser l’ancien président de l’Assemblée nationale, Jean Lahiniriko, pour faire renaître cette mouvance. Il faudrait alors savoir où il veut en venir exactement ?

Laisser la décision au peuple

Certains observateurs ont confié hier qu’à travers sa proposition pour une éventuelle accession de Jean Lahiniriko à la tête de la mouvance Rajoelina, le MFM chercherait plutôt à faire entrer celui-ci en conflit avec Andry Rajoelina tout en semant la confusion au sein de toutes les formations de cette mouvance.

Mais le MFM semble avoir oublié que même les formations de la mouvance Rajoelina n’ont plus parlé de l’existence de celle-ci depuis la déclaration de leur chef, Andry Rajoelina. Il avait d’ailleurs précisé qu’il ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle mais dorénavant président de la Transition et exclue de nouvelles négociations entre les quatre mouvances. Car, pour Andry Rajoelina, il faudrait laisser la décision de sortie de crise au peuple. Objet du dialogue national qu’il a annoncé, mais dont la tenue ne semble pas encore se profiler, du moins en ce qui concerne la date.

Andry Rajoelina avait encore avancé que seule l’organisation dans les meilleurs délais possibles des élections constitue une issue crédible et véritablement démocratique à la crise.

Le MFM ne renie pas cette organisation des élections mais fait remarquer dans ses propositions : « Il est de principe que la mission d’un gouvernement de transition est d’expédier les affaires courantes et de préparer les élections dans les meilleures conditions de transparence, de liberté et de participation de la population… »

SARKOZY, ZUMA ET CHISSANO : Nouvelle feuille de route

« La France est devenue de plus en plus active dans le cadre de la recherche d’une solution à la crise politique malgache. Mais l’Afrique du Sud ne reste pas non plus les bras croisés et le Groupe International de Contact veut achever à tout prix et le plus tôt possible, le chapitre de la crise malgache » (ma-LAZA)

Nicolas Sarkozy, Jacob Zuma et Joaquim Chissano se sont convenus de préparer conjointement une nouvelle feuille de route en vue de sortir de la crise. Cette initiative est appuyée par l’Union Africaine et la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADEC). Chissano devrait bientôt se déplacer à Madagascar pour convaincre Andry Rajoelina. Cette nouvelle proposition contrairement à celle présentée à pretoria conserverait l’esprit des accords de Maputo et d’Addis Abeba. Rappelons que Rajoelina avait laissé entendre que sa mouvance est théoriquement dissoute.

Source ma-LAZA

Voir les commentaires

Face au destin.

29 Juin 2010, 12:41pm

Publié par rovahiga

Les fêtes de l’indépendance coïncident avec la fin du premier semestre. Et nous revoilà face à nouveau à nos devoirs, à nos problèmes et à notre survie. Plus le temps passe, plus les dirigeants du pouvoir de fait s’enrichissent et plus le peuple s’amaigrit faute de manger à sa faim et beaucoup tombe dans la misère absolue. Référendum, élections, conférences régionales et conférence nationale, Union Africaine, Communauté Internationale… ? Des « illusions » qui semblent s’éloigner de plus en plus dans la tête de la population malagasy. C’était comme si le salut ne viendrait de nulle part. Il y aurait eu longtemps que cette image ne se traduise par la réalité, si le président de la HAT se convertissait en rassembleur au lieu de s’entêter à recevoir et ne rien donner. Ainsi, le fameux « Andao hifanome tànana » (Donnons-nous la main) ne voulait rien dire  d’autre que : « Raiso ny tànako, fa tsy manan-komena aho ! » (Prenez ma main, je n’ai rien à vous donner !), mais alors pourquoi perdre du temps à appeler à la solidarité ?  Si ce jeune homme se sent dans la peau d’un homme d’état, ou se prend comme un Ray aman-dreny, il se sacrifierait pour l’unité, donc le bien de son peuple. Hélas de tel langage s’apparenterait à une traitrise envers lui-même.

En fait, il ne vit plus la réalité et se sent dans le futur, il est déjà dans la IV république, dans son costume de souverain drapé de cape orné d’or et de diamant, cette terre promise où tous les problèmes disparaissent comme par enchantement, là où les coups d’état n’existent pas, là où l’opposition n’a pas le droit de cité. 

Un chef, un grand chef, malgré son jeune âge se doit de respecter la valeur humaine, s’il est un citoyen honnête et respectable. Il lui est interdit de tourner le dos à un seul ressortissant malagasy victime d’un mauvais traitement que ce soit dans son pays, au Liban ou n’importe où dans le monde. Ce que nous avançons ici est sûrement vieux et obsolète dépassé et moyenâgeux pour notre trop jeune président. Il est là où il le voulait, il y restera et fera « le bonheur des malagasy », l’autre moitié en tout cas. Quand à la deuxième, ce n’est certainement pas ces messieurs de la communauté internationale qui changeront quoi que ce soit. Après tout, c’est notre malheur pas le leur ! Tssss !!!

Pour l’heure, les trois mouvances tournent en rond, le  CCC (Conseil Consultatif Constitutionnel) dépend du CENI, qui lui dépend des Ray aman-dreny Mijoro « fa tsy mandeha ». Résultats, toutes les dates avancées pour les élections et autre référendum sont reportées pour une énième fois. Quant à l’Union Africaine et la SADEC, elles vont se réunir peut-être pour fixer d’autres échéances qui ne seront pas les dernières. Consolation : l’autre  monsieur, à force d’attendre, va prendre de l’âge et il en serait plus mur et plus raisonnable. « Courage, fuyons ! ». 

Voir les commentaires

MADAGASCAR: Toujours en quête de stabilité

29 Juin 2010, 11:07am

Publié par rovahiga

Madagascar toujours en quête de stabilité

http://www.droitshumains-geneve.info/

 

26 juin 10 - En proie à des coups d’État en série depuis son Indépendance, le 26 juin 1950, Madagascar cherche toujours sa stabilité. Elle est aidée par la Confédération, à travers un programme de soutien à l’économie locale.

Mamy Andriatiana et Sandra Titi-Fontaine/InfoSud-Syfia - « Malgré la pauvreté et l’instabilité, je ne déplore jamais notre indépendance. Si chère, si précieuse, elle n’a pas de prix », assure le colonel Sabotsy. Et l’ancien combattant de désigner du doigt sa large cicatrice à la jambe, souvenir d’un coup de baïonnette reçu au moment de l’insurrection de 1947, prélude à l’acquisition de l’indépendance par la Grande île, le 26 juin 1960. Le pays n’a en effet jamais connu d’alternance en douceur. Presque tous les dix ans, Madagascar change de Constitution et de République, sous la pression populaire.

Dernière crise en date, le basculement chaotique du pouvoir en 2009, de l’ancien président Ravalomanana en faveur d’Andry Rajoelina, qui vaut toujours au pays d’être suspendu de certaines institutions internationales, comme la Francophonie. Pour Serge Zafimahova, président de l’association Club développement et éthique (CDE), « les Malgaches n’ont plus confiance dans leurs dirigeants. Ils doutent de la vérité des urnes et ils ne peuvent plus s’exprimer dans les médias publics »

Faible contrôle des institutions

À chaque chute de régime, la continuité de l’État est mise à mal. Au pouvoir, « les nouveaux dirigeants cherchent à dénigrer et à effacer par tous les moyens les réalisations de leurs prédécesseurs », affirme Zafimahova. Un véritable suicide économique. Selon l’Institut national de la statistique, deux ménages malgaches sur trois vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le taux d’alphabétisation des plus de 15 ans est tombé de 81,4 % en 1992 à 71% entre 2003 et 2008, selon l’ONU. De moins en moins instruit, le peuple connaît à peine ses droits et ses devoirs.

Analyste à l’université d’Antananarivo, Lily Razafimbelo voit dans cette inquiétante évolution "un manque crucial de culture de l’alternance et du résultat." Personne ne serait préparé à diriger. Depuis l’indépendance, aucun président n’est issu du sérail politique. Et la faiblesse des moyens de contrôle des institutions ferait le lit du népotisme, de l’enrichissement illicite et du clientélisme politique.

A l’instar de nombreuses colonies de l’Hexagone, la plupart des postes stratégiques sont restés aux mains des administrateurs français après 1960, cela grâce à des accords de coopération financière et militaire. Si Éric Rakotoarisoa, vice-président de l’université d’Antananarivo, reconnaît cependant les efforts « d’appui au développement » de l’ex-métropole depuis la fin de la colonisation », il estime que dans le contexte actuel « d’intégration régionale et mondiale, s’ouvrir à d’autres pays est devenu primordial ».

La décentralisation, une tradition suisse

A Madagascar, la coopération hélvète remonte à la fin des années 60. Mais en 1998, l’engagement de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) s’est progressivement réduit pour se focaliser sur un programme spécial, baptisé SAHA, dont la coordination a été confiée à la Fondation Suisse Intercoopération dès 2001. Ce vaste projet de développement rural touche environ 1’200 groupements de paysans et 400 communes dans 6 régions du pays. « Au niveau national, nous appuyons le processus de décentralisation, tradition suisse par excellence : sur la base du modèle de la Confédération, il s’agit de renforcer le pouvoir des communes », souligne Giorgio Bianchi, chef adjoint de la division Afrique orientale et australe de la DDC.

Reboisement, construction de centres d’alphabétisation, barrages hydro-agricoles… Selon la DDC, près de 50’000 familles dans les campagnes ont vu leurs revenus augmenter grâce aux effets du programme SAHA, tandis que 250 communes ont amélioré leur offre de service à la population, comme la délivrance de certificat de naissance ou l’affichage des tarifs des services administratifs.

En 2012, SAHA prendra fin. Mais pour Bianchi, « les financements ne s’arrêteront pas de manière abrupte, et il n’est pas exclu que le pays puisse bénéficier d’autres projets soutenus par la Suisse. Même s’il est possible que d’autres bailleurs reprennent une partie des financements ».

Voir les commentaires

L'actualité: La Presse du 29/06/10

29 Juin 2010, 10:47am

Publié par rovahiga

MADA PRO

FETE NATIONALE FRANCAISE

Le Président Rajoelina se rendra à Paris où se trouvent déjà les militaires malgaches qui vont défiler aux Champs-Elysées

« La relation entre la France et Madagascar s’enracine dans une histoire commune, et j’ai tenu à ce que cet anniversaire particulier (le 50ème anniversaire de l’indépendance de la Grande Ile, ndlr) soit pour la France l’occasion de rendre hommage et d’exprimer solennellement sa reconnaissance envers les troupes africaines et malgaches qui ont combattu pour sa liberté. Je me réjouis à ce sujet de la participation d’un détachement des forces armées malgaches au défilé du 14 juillet aux côtés de leurs frères d’armes africains et français ».

Ce passage du message de félicitations, envoyé la semaine dernière par Nicolas Sarkozy à Andry Rajoelina, confirme que des éléments de l’armée malgache défileront sur l’avenue des Champs-Elysées lors de la Fête nationale française.

Concrètement, une partie de la délégation malgache qui participera à cette cérémonie a quitté le pays hier Il s’agit de quarante militaires issus de différents corps de l'Armée et de la Gendarmerie . C’est le Colonel Samuel Razafimanantsoa, chef de corps du 1er RTS, qui est leur chef de délégation. Mise à part la participation à ce défilé aux Champs-Elysées, d’autres activités figurent également au menu de ce déplacement. Il y aura des rencontres et des échanges d'expérience avec les délégations des autres pays.

Selon Midi Madagasikara, la deuxième délégation partira la semaine prochaine. Ce sera une délégation officielle, dirigée par le président Andry Rajoelina, et composée essentiellement des hauts responsables au sein des Forces armées. Le quotidien souligne, par ailleurs, que cette invitation confirme la «reconnaissance» de la France envers le régime transitoire actuel.

Par ailleurs, notons que les militaires étrangers n’ont pas finalement défilé le 26 juin dernier à Antananarivo. Leur absence était la principale fausse note de la parade militaire de Mahamasina. L'invitation des militaires étrangers adressée aux quatre pays de la Commission de l'Océan Indien (COI) a pourtant été annoncée par le ministre des Affaires étrangères Hippolyte Ramaroson, et confirmée par le ministre des Forces armées Lucien Rakotoarimasy.

 

FAITS DIVERS

L’ancien président Didier Ratsiraka déplore un incendie criminel à sa résidence privée d’Ambodiatafana

 (MADA.pro) La résidence privée de l’ancien président Didier Ratsiraka a Ambodiatafana (à 22 km de Toamasina, sur la RN 5) a pris feu hier après-midi. Les sapeurs-pompiers qui ont éteint le sinistre ont annoncé qu’il n'y a pas eu beaucoup de dégâts. Les flammes ont seulement dévoré le plafond de la salle de réception de la résidence, Par ailleurs, on ne déplore aucune victime.

Il semblerait que c’est un court-circuit qui est à l’origine du sinistre. . Mais, de son exil parisien, Ratsiraka estime qu’il s’agit d’un incendie criminel. «C'est un acte de sabotage pur et simple, a-t-il souligné.. Ce doit être un acte fait pour empêcher mon retour à Madagascar » . Et d’ajouter : « Il ne faut pas duper le public et encore moins le propriétaire. La thèse d’un court-circuit est impossible vu que la propriété est privée d'électricité depuis des années, le régime Ravalomanana ayant refusé de payer les factures de la Jirama après mon départ pour Paris ».

Le 5 juillet 2002, Didier Ratsiraka a quitté sa résidence privée d'Ambodiatafana construite en 2001 pour partir en exil en France. Après la première rencontre des protagonistes de la crise malgache à Maputo qui lui a accordé une amnistie, l’ancien président a indiqué qu'il ne rentrera pas au pays tant que sa résidence d'Ambodiatafana n'est pas réhabilitée. « C'est la seule Résidence privée que j'ai pu construire durant mes mandats à la magistrature suprême ».a-t-il fait alors savoir.

 

courrierdemada.com/

26 juin à Mahamasina : Des spectateurs payés ?

Plusieurs personnes se sont amassées à l'extérieur du stade de Mahamasina, ce samedi 26 juin 2010, pour acclamer le président de la Haute Autorité de la Transition (HAT), Andry Rajoelina, avant et après les revues de troupe, pour la tenue du défilé militaire, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l'Armée et de l'Indépendance de Madagascar. 
Après que le président de la HAT ait rejoint sa place à l'intérieur du stade et le défilé commencé, les personnes qui ont acclamé Andry Rajoelina, sont aussi entrées à l'intérieur du stade. Elles se sont mises à la queue leu leu, comme  exécutant un défilé pré organisé. Quelques personnes les ont encadrées les dirigeant vers le stade, tout en donnant des instructions. Quel ordre ! Quelle discipline ! Un calme extraordinaire ! Ce qui n'est pas sans soulever des questions. Ces personnes sont-elles venues là de leur plein gré et de leur propre initiative ? Est-ce que les ovations et applaudissements ont été  sincères et gratuits ? Pourquoi ont-elles besoin d'être guidées et dirigées comme les membres d'un orchestre ?
Rumeurs

Face à ce constat et ces interrogations, des informations circulent aussi sur Internet, comme quoi, à l'occasion de la journée de samedi 26 juin 2010, la HAT aurait recruté 150 personnes dans chacun des 192 fokontany de la Commune Urbaine d'Antananarivo (CUA), Ce qui fait 28 800 personnes, pour acclamer Andry Rajoelina avant et après la revue des troupes à Mahamasina. Si les informations sur Internet seraient exactes, les 28 800 personnes qui ont acclamé Andry Rajoelina auraient reçu chacune 60 000 Ariary ou 300 000 Fmg, sans parler de leurs habillements, des fanions. Donc la HAT aurait dépensé 1 728 000 000 d'Ariary soit 8 640 000 000 Fmg. Les soupçons portent même jusqu'à la bonne foi des personnes qui ont assisté au défilé militaire. Personne n'a hué le défilé, contrairement à ce qui s'est passé à Ambohijatovo, lors de la commémoration du 29 mars. Au contraire, la troupe de la Circonscription Inter-Régionale de la Genda-rmerie Nationale (CIRGN) d'Antananarivo, sous le commandement du Colonel Richard Ravalomanana, a même été acclamée comme un héros, lors de leur passage. 
Les légalistes soupçonnent une opération de recrutement effectuée dans les quartiers de la capitale. En tout cas, ce ne sont que des soupçons et ils n'ont pu être vérifiés.

 

Andry Rajoelina : Enième demande d'aide à Mouammar Kadhafi

Une fois de plus, le président de la HAT, Andry Rajoelina, a sollicité les bons offices du président libyen, Mouammar Kadhafi, dans la négociation avec la communauté internationale.

Le président de la HAT a envoyé un message au guide libyen. Un message qui a été publié ce samedi 25 juin dernier par l'Agence de presse libyenne (JANA) et repris par des sites d'information africains sur Internet. Tout en demandant de l'aide, le message de Andry Rajoelina informe aussi le guide libyen de sa décision de ne pas se présenter à l'élection présidentielle. Le locataire d'Ambohitsorohitra explique sa décision, dans son message, par une volonté d'éviter de prolonger la crise qui secoue le pays actuellement.
Andry Rajoelina a précisé dans son message que cette décision, fut un choix difficile, mais sa fibre nationaliste l'y a poussé face à la gravité de la situation. Andry Rajoelina a indiqué que sa participation à ces élections aurait eu un autre effet dans le cas où l'ex-président Marc Ravalomanana s'y présenterait.

Elimination

Le patron d'Ambohitsorohitra a estimé que la candidature du président déchu Marc Ravalomanana, à la prochaine élection présidentielle, est "inadmissible pour le peuple malgache, étant donné que les blessures du passé ne sont pas encore  totalement guéries et cela prolongerait la crise politique et mettrait le pays dans un état de confrontation pouvant conduire à une guerre civile".

"Une décision de ne pas se présenter aux élections présidentielles pour l'ex-président Ravalomanana garantira des élections calmes et paisibles", a indiqué Andry Rajoelina. Selon toujours lui, l'association qu'il a créée, le Tanora Gasy Vonona (TGV), ainsi que ses alliés participeront aux différentes élections, ce qui permettra d'honorer les engagements qu'ils ont pris sur la place du 13 mai.

 

midi-madagasikara.mg/

CRISE : JOAQUIM CHISSANO A TANA CETTE SEMAINE

Les fêtes sont passées, la crise reste. L'absence samedi dernier à Mahamasinad'une grande partie des représentations diplomatiques à Madagascar constitue encore une fois la preuve que les autorités de fait souffrent de la reconnaissance internationale, faute d'une solution consensuelle et inclusive à la crise. Et ce, malgré la lettre de félicitations adressée au président de la HAT,Andry Rajoelina, par le président français Nicolas Sarkozy à l'occasion du Cinquantenaire de l'Indépendance malgache, une lettre qui ne vaut pas reconnaissance. Sauf changement, le médiateur Joaquim Chissano rejoindrait Tana cette semaine après avoir reporté son déplacement suite à la demande de la HAT, une demande qui a permis à cette dernière d'oublier temporairement les vicissitudes de la crise en laissant les Malgaches jubiler pendant la célébrationde la fête nationale.

Forces armées et Police nationale. Sans attendre la venue de Joaquim Chissano, le MFM de Manandafy Rakotonirina a soumis à ce médiateur international des propositions visant à relancer le dialogue entre les 4 chefs de file desmouvances. Dans ses propositions, le parti « Mpitolona ho amin'ny Fandrosoan'i Madagasikara » suggère qu'après la démission de Andry Rajoelina, Jean Lahiniriko, classé deuxième après le président déclaré démocratiquement éluMarc Ravalomanana, dispose de la légitimité pour prétendre valablement à succéder au locataire d'Ambohitsorohitra à la tête de la mouvance Rajoelina. Par ailleurs, le « Mafana » du dernier Premier ministre de Marc Ravalomananajuge qu'il est nécessaire de faire participer les autorités des forces armées, laGendarmerie et la Police nationale à la prochaine réunion des 4 chefs de file, « pour qu'à l'issue de ladite réunion, elles s'engagent à garantir la force exécutoire de la mise en œuvre des résolutions qui y seront décidées ».

Port Louis ou Pretoria. En fait, la prochaine venue de Joaquim Chissano a été précédée, il y a un mois de cela, d'une mission effectuée par Nuno Tomasso, l'émissaire du médiateur de la SADC. Cet émissaire a recueilli des propositions des 4 mouvances en vue de relancer les négociations. Nuno Tommaso a reçu successivement au Carlton les délégations des mouvances, celle de Rajoelinaayant été représentée par Zaza Ramandimbiarison, directeur de cabinet deAndry Rajoelina. Une semaine après le passage de cet émissaire de Joaquim Chissano, ce dernier a réuni son staff à Pretoria (Afrique du Sud) pour fixer le calendrier du prochain dialogue. Ledit dialogue pourrait se dérouler, d'après les bruits qui circulent, soit à Pretoria (Pretoria II), soit à Port-Louis (île Maurice). Mais, rien n'est officiel jusqu'à présent. On saura tout après le passage du médiateur Joaquim Chissano à Tana.

 

lexpressmada.com/

AUDIT DES MARCHES PUBLICS :

ONZE MINISTERES DANS LE COLLIMATEUR

 

Une première au sein de l'Administration malgache. L'Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) effectue depuis le 21 juin un contrôle a posteriori de la procédure de passation des marchés publics. Les inspecteurs feuillettent les dossiers y afférents dans onze ministères et trois Institutions. Ils sont à la recherche d'anomalies et de cas de corruption. L'opération durera jusqu'au 15 juillet mais les inspections pour cette première vague prendront fin le 30 juin. 
Une deuxième vague de ministères fera l'objet de la même inspection après cette date. « Nous avons mandaté des inspecteurs chevronnés de l'ARMP pour effectuer les contrôles. En cas de corruption flagrante, l'affaire sera transmise directement au Bureau indépendant 
anti-corruption (Bianco). Les concernés risquent alors la prison », avertit Bien Aimé Raoelijaona, directeur général de l'ARMP.
Marchés sous surveillance
Les départements les plus budgétivores font partie des premiers concernés par cet audit des marchés publics. L'Éducation nationale en fait partie ainsi que la Santé et le ministère des Affaires étrangères. La présidence de la Haute autorité de transition (HAT) est également soumise au contrôle avec le Sénat. Ce dernier est actuellement le bureau des membres de la HAT. 
Les inspecteurs doivent chercher plusieurs formes de fraudes ou d'anomalies dans leurs investigations sur tout ce qui touche les achats effectués par l'Adminstration. Parmi les cas de fraudes les plus connus figurent la favorisation d'un soumissionnaire par le responsable des marchés publics (PRMP). Cela concerne la procédure ou le choix du type de marché. Un appel d'offre fermé ou un marché de gré à gré, par exemple, doit être justifié selon les critères prévus dans le code des marchés publics. Il y a aussi les marchés fictifs ou le saucissonnage des achats pour permettre à des « amis » de profiter des marchés. 
« En tout cas, les inspecteurs ont détecté de nombreuses anomalies dans la procédure. On verra s'il y a des cas flagrants de corruption. Sinon on en profitera pour améliorer la formation des PRMP sur le code des marchés publics », souligne Razafy Miarana, coordonateur général des activités au sein de l'ARMP.
Ce contrôle des marchés publics, le premier dans l'histoire de Madagascar revêt une importance particulière pour l'ARMP. Elle doit pouvoir démontrer sa réelle autorité dans ce domaine et se mettre au-dessus de toute pression politique.

 

lagazette-dgi.com/

AUGUSTIN ANDRIAMANORO : SA SOCIETE EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE

Ancien ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies, Augustin Andriamananoro est qualifié par la presse parisienne d’avoir accumulé des déboires.

Selon la « Lettre de l’Océan Indien » (LOI) en début de ce mois, à part son limogeage au gouvernement de la Transition, l’homme a vu aussi sa société, dénommée Osmosis Business Solutions (OBS) mise en redressement judiciaire. OBS étant une société informatique qu’il avait fondée en France avec son compatriote Marcel Ramanantsoa.  LOI avance que c’est la société française Archibald qui en est le mandataire judiciaire depuis le 10 mai dernier.

Considéré comme un proche d’Andry Rajoelina, Augustin Andriamananoro semble ne pas être inquiété par ce « scandale ». Il vient d’ailleurs de mener l’organisation des cérémonies du cinquantenaire de l’Indépendance. Et dans le monde des médias, M. Andriamananoro y est pour quelque chose dans le lancement de l’hebdomadaire

« L’observateur ». Un journal qui roule à 120% pour Andry Rajoelina.

 

TRESOR PUBLIC : LA VERITE SUR LE FAUX AVIS DE CREDIT ?

Il y a environ 3 mois, le Trésor public a été victime d’une escroquerie. Il s’agit d’un faux avis de crédit qui a été payé par la Trésorerie régionale de Mahajanga. Tout a commencé quand la trésorière régionale s’est vue remettre en mains propres un bordereau de transfert relatif à un avis de crédit au bénéfice des militaires.

Devant l’urgence évoquée par les bénéficiaires, le chef de région de Boeny est intervenu auprès de la trésorière générale en vue d’un règlement rapide. Ce qui fut fait en dépit d’un défaut de procédure jugée au départ minime.

En effet, un avis de crédit n’est jamais transmis en mains propres mais doit suivre le circuit officiel du Trésor public qui a par ailleurs adopté ce système d’avis de crédit au lieu de procéder à un transfert physique coûteux et risqué de fonds de la paierie générale d’Antananarivo à la subdivision où réside le bénéficiaire.

C’est au retour de courrier pour la balance des comptes que le payeur général d’Antananarivo a constaté que le bordereau de transfert et l’avis de crédit sont faux. Une enquête a été aussitôt diligentée. Renvoyée une fois, l’affaire sera jugée devant le Tribunal ce jour. On espère alors que la vérité éclate au grand jour : qui est ou sont les responsables de ce faux avis de crédit ? Quel rôle ont joué les militaires qui ont encaissé l’argent ?

L’on rappelle que cette affaire a mobilisé l’ensemble du personnel du Trésor public qui a observé une journée de grève pour sensibiliser les autorités compétentes et l’opinion en général, les textes en vigueur mettant en cause la responsabilité personnelle des agents en cas de problème qu’ils soient fautifs de leur acte ou non.

 

LANTO RAKOTOMAVO : « On prépare les 50 ans à venir… »

Lanto Rakotomavo, secrétaire nationale du mouvement TGV, a assisté au spectacle de feux d’artifice à Anosy, vendredi dernier. Elle nous ainsi livré ses impressions : « de rudes travaux nous attendent après les festivités, nous allons préparer les 50 ans à venir ».

Lanto Rakotomavo a aussi indiqué qu’elle participera pleinement au « Dinika santatra » qui se tiendra au niveau des chefs-lieux de district. Toutefois, la dame a révélé que son association ne défendra pas une proposition de constitution bien précise, mais elle essaiera d’ouvrir un grand débat sur les bases de la future République.

« Afin de renforcer le socle de la nouvelle constitution, nous allons ouvrir le débat sur les symboles même de la République, telle les couleurs du drapeau national, la devise, l’hymne national » a affirmé Lanto Rakotomavo. Elle veut aussi apporter une nouvelle vision et reformer la pratique politique en indiquant que le devoir d’un parti est l’éducation de la population à travers des débats.

 

afriscoop.com/

DÉFILÉ DU 14 JUILLET À PARIS 

Le président de la Haute Autorité de Transition (HAT) malgache, Andry Rajoelina, pourrait ne pas être présent au défilé militaire sur les Champs-Elysées à l’occasion de la fête nationale française le 14 juillet prochain.

Le général Lucien André Rakotoarimasy, ministre de la Défense nationale du gouvernement transitoire, conduira la délégation malgache pour assister à cette cérémonie à Paris.

A la présidence malgache, un responsable de la communication a annoncé toutefois que l’on attend encore l’invitation officielle de Paris.

"Cette invitation devrait nous parvenir au plus tard cette semaine. Ce sera après qu’on statuera sur la décision à prendre. Tous les chefs d’Etat africains devraient être invités à ce grand rendez-vous", a affirmé ce responsable.

Pour l’ambassade français à Antananarivo, la décision sur une éventuelle invitation ou non du président de la HAT à Paris ne sera prise qu’au dernier moment, comme ce fût le cas avant le sommet de France-Afrique à Nice.

"Le cas de Madagascar est particulier par rapport aux autres chefs d’Etat africains", explique un responsable de l’ambassade.

Par ailleurs, une quarantaine de militaires malgaches se sont envolées pour Paris lundi matin où ils participeront au défilé sur les Champs-Elysées, avec leurs homologues des anciennes colonies françaises.

Le président de la HAT aurait pu assister à ce défilé français mais à cause de la non reconnaissance de la Communauté Internationale du pouvoir transitoire actuel à Madagascar, il a dû renoncer à l’invitation des rencontres internationales. La dernière en date était le sommet France-Afrique qui s’est tenu à Nice au mois de mai dernier. 

 

madamatin.com/

Vie nationale - Retour de la politique

Les festivités sont finies.
Qu’elles aient été belles ou non, tout porte à croire que le pays est de nouveau replongé dans les affres des questions politiques encore brûlantes. Déjà, le débat se focalise sur la présence des ambassadeurs étrangers lors de la grande parade militaire de Mahamasina. En effet, des proches de la transition n’ont pas manqué d’affirmer que celle-ci se place dans le cadre général de la reconnaissance internationale du régime transitoire. On affirme que cette dernière est un processus et que tôt ou tard elle sera complète. En revanche, du côté de l’opposition, on argumente qu’il s’agit d’une ingérence dans les affaires internes malgaches voire même un soutien indirect à des dirigeants pourtant déjà sanctionnés par la majorité des partenaires extérieurs du pays. Au-delà de tels débats qui confirment la bipolarisation de la vie politique malgache, c’est la question de la résolution définitive de la crise politique qui risque de créer encore une fois des tensions. Pour le régime transitoire, la seule voie reste la feuille de route lancée par le Président de la HAT qui prévoit la définition d’une nouvelle Constitution et un calendrier électoral précis. Lors de son discours à la nation, samedi dernier, Andry Rajoelina est encore revenu sur l’importance de doter le pays d’une Loi fondamentale crédible permettant aux futurs régimes politiques de s’asseoir sur une base solide. Mais d’ores et déjà, les trois mouvances annoncent qu’il n’y aura pas de Constitution digne de ce nom si elle n’est pas définie d’une manière consensuelle et inclusive, tel qu’il a été recommandé par les accords politiques de Maputo et d’Addis-Abeba. Dans la configuration actuelle de la transition, l’opposition au régime pense que les conditions ne sont donc pas encore réunies. Elle entend ainsi exercer une pression sur la transition afin que son principal dirigeant, Andry Rajoelina, consente à revenir à la table des négociations. Joaquim Chissano ne manquera pas de revenir sur ce sujet dans les semaines voire dans les jours qui viennent, lui qui veut réussir à tout prix sa médiation pourtant très critiquée et critiquable. En effet, le retour en force des questions politiques peut venir des pressions qu’exercera une partie de la communauté internationale notamment les pays membres de la SADC qui n’ont pas caché leur hostilité vis-à-vis de l’actuel régime. Une fois la Coupe du Monde de football clôturée, l’Afrique du Sud pourra revenir à la charge en exerçant une pression sur les autres pays du continent voire même ses partenaires européens pour les amener à isoler la transition malgache. Dans ce cadre, il faudra au Président de la HAT hâter la mise en œuvre de son plan de sortie de crise sinon le pays risque de connaître d’autres tensions politiques graves.

Voir les commentaires

Le Collectif Pour Madagascar (Réunion)

28 Juin 2010, 14:35pm

Publié par Collectif pour Madagascar

http://www.zinfos974.com/photo/2192386-3056464.jpg?v=1277694362

http://www.zinfos974.com/photo/2192386-3056473.jpg?v=1277694482

Lors de la fête malgache du Barachois, dimanche, le Collectif pour Madagascar a tenu à montrer aux Réunionnais que tous les Malgaches n'avaient pas le cœur à la fête ce jour-là. Sur le stand alloué au Collectif, ses membres ont exposé des photos et vidéos rappelant chronologiquement la situation dans laquelle se trouvent les Malgaches depuis le début des troubles à Madagascar en janvier 2009, le coup d'Etat de mars 2009 jusqu'à aujourd'hui. 

C'était aussi l'occasion pour le Collectif d'informer les Réunionnais qui semblaient découvrir la réalité qu'endurent les Malgaches au quotidien. Le Collectif a expliqué au public que Madagascar est en état de ruine sur tous les plans, causé par un régime de terreur qui n'a pour objectif que de mettre à genoux les institutions et l'économie malgache. 

A cette occasion, les membres du Collectif ont porté des brassards noirs en signe de deuil et hissé un drapeau malgache en berne en guise de solidarité avec le peuple malgache oppressé. Ces mêmes membres ont considéré que faire la fête, en ce moment le plus sombre de toute l'histoire de Madagascar, était une insulte au peuple malgache, que dépenser des sommes énormes en invitant des vedettes internationales était une nouvelle démonstration de la totale incompétence d'Andry TGV et de son équipe de putschistes.

 

http://www.zinfos974.com/photo/2192386-3056474.jpg?v=1277694532

Le collectif pour Madagascar n'a pas le coeur à la fête

http://www.zinfos974.com/Le-collectif-pour-Madagascar-n-a-pas-le-coeur-a-la-fete_a18968.html

http://www.zinfos974.com/photo/2192386-3056476.jpg?v=1277694600


Voir les commentaires

Appel à SEM.BAN KI MOON Secrétaire Général de l’ONU

28 Juin 2010, 11:15am

Publié par rovahiga

Appel à SEM.BAN KI MOON Secrétaire Général de l’ONU

 

Excellence,

 

C’est dans un contexte particulier teinté de tristesse que le peuple Malagasy commémore, en ce 26
juin 2010, le 50ème anniversaire de l’indépendance de Madagascar. Ce devait être une fête
mémorable mais avec la démocratie assassinée et les droits de l’homme continuellement bafoués,
c’est un sentiment d’amertume qui prévaut.
Nous nous permettons alors de vous adresser cet appel pour attirer votre attention, voire vous alerter
sur la situation qui subsiste dans le pays depuis le mois de janvier 2009, début de la crise politique.
Rappelons que :
• plus d'une centaine de personnes victimes d’arrestations arbitraires suite aux évènements de
2009 sont encore détenues en prison,
• la justice malagasy est devenue un outil politique de répression, dénoncée officiellement par
le Syndicat des Magistrats
• la torture systématique des prisonniers politiques reste impunie,
• des journalistes de l’opposition, arrêtés suite aux affrontements du 20 mai 2010 se trouvent
en prison. Ces affrontements se sont soldés par une dizaine de victimes dont un responsable
de l’église protestante abattu lâchement d’une balle dans le dos. Un autre membre de la
même communauté a, quant à lui, subi de terribles actes de tortures avant d’être jeté en
prison,
• une station de radio, l’une des rares porte-paroles de l’opposition, fermée définitivement
privant ainsi tout moyen d’expression pour cette dernière. Les radios libres sont fermées les
uns après les autres.
• les milices armées au service de la Haute Autorité de Transition continuent leurs exactions et
intimidations habituelles contre la population, les journalistes, les leaders politiques, les
hommes d'église et les militaires.
Aussi, nous vous demandons, Excellence, d’user de votre influence auprès des tenants de l’autorité
de fait pour faire libérer sans conditions les prisonniers politiques et faire cesser les intimidations et
persécutions régulières auxquelles la population est confrontée.
Nous vous demandons également d’oeuvrer auprès de la Communauté Internationale pour que les
sanctions prises à l’encontre des putschistes soient effectivement appliquées par tous les Etats
membres de l'ONU.
Enfin, au nom de tous les Malagasy épris de Justice, de Dignité et de Liberté, nous vous invitons à
nous accompagner dans notre quête d’une réelle liberté d’expression et d’opinion et dans notre lutte
pour recouvrer nos droits fondamentaux et ramener une paix et une sécurité durables dans notre
pays.
GTT International-Collectif de la Diaspora Malagasy
15 rue des savoises 1204 Geneve, SUISSE,
 collectifgtt@gmail.com

Voir les commentaires

Kabarin'ny Filoha Ravalomanana: 26 jona 2010

28 Juin 2010, 10:59am

Publié par rovahiga

http://lh4.ggpht.com/_REwio5fRG7I/SuWiUjZV4ME/AAAAAAAAAIU/08NlzMArEeQ/s144-c/LePresidentMarcRAVALOMANANA.jpg

Photo GTT-iNTERNATIONAL

 

Ny voalohan-teniko ry vahoaka Malagasy dia ny fisaorana an’Andriamanitra lehibe . Izy tokoa no tompon’ny fahefana sy ny fandaharana ka na dia tao anatin’ny fahasahiranana sy ny fijaliana aza ny vahoaka Malagasy dia tratr’izao asaramanitra izao.koa “Arahabaina tratry ny tsingerin-taonan’ny fahaleovantena 26 jona 2010. Arahabaina manokana ihany koa ny foloalindahy izany mankalaza izany faha 50 taonan’ny tafika Malagasy izany. Iarahantsika mahalala ny zavamisy eto amin’ny firenentsika ary fantantsika tsara fa tsy misaraka ny fahaleovantena sy ny fankalazana ny fetin’ny foloalindahy. Andro iray izay ahafahantsika mandinika sy mamakafaka tsara ny zavamisy eto amin’ny tany sy ny fanjakana izao. Koa miantso manokana ny foloalindahy aho mba hampihatra marina ny faneva izay natao, ny fianianana izay natao dia “Ho an’ny Tanindrazana”, fotoana anankiray izay isintonako ny sainareo izao ary fotoana anankiray izay isaorako manokana ireo izay tsy nikely soroka fa nitady sy niantso ny hamerenana amin’ny laoniny izany foloalindahy izany sy ny hampahafantarana izany fifampitondrana eo anivon’ny foloalindahy izany.......

Hitanay, hitan’izao tontolo izao ny hetsika nataonareo koa dia misaotra betsaka ary miantso anareo lehiben’ny commandement aho mba hiray hina tsara ny tafika Malagasy mba ahatanteraka ilay teny hoe: ianareo no “Tandroka Aron’ny Vozona” ary kitro ifaharan’ny firenena koa amin’izao fahasahiranana manjo ny firenentsika izao handray ny andraikitra sahaza anareo anie ianareo rehetra ary tsy homba ny atsy na ny aroa fa tena hampiseho tokoa fa tena “Tandroka Aron’ny Vozona”. Isika Malagasy rehetra dia samy mahita sy mahatsapa ny manjo ny firenentsika, izao tontolo izao dia mahafantatra tsara ny manjo sy mahazo ny vahoaka Malagasy. Herintaona sy tapany izay lasa tany tsisy fanjakana satria tsy ankasitrahan’izao tontolo izao ny fanjakana tsy ara-dalàna mijoro. Tany tsy fehezin-dalàna intsony ny firenentsika samy manao izay saim-pantany . Tsy atokisan’ny vahoaka intsony , eny fa na dia ny fitsarana aza , lasa fitaovam-pamoretana hanenjehana sy hanagadrana tsy amin’ny antony, voahitsakitsaka tanteraka ary voahosihosy ny zo maha-olombelona . Noporofoin’ny firenen-drehetra izay nivory tany Genève izany tamin’ny faha 10 volana jona lasa teo ary nohamarinina sy nohamafisin’ireo parlementaire eropeana. Nampiharina tamin’ireo mpitondra tsy ara-dalàna any Madagasikara ny sazy mba ahatonga azy ireo hiverina amin’ny fifampidinihina . Misy fiantraikany amin’ny fiainan’ny vahoaka Malagasy tsirairay nefa izany koa miantso anareo aho, ny tombontsoa ambonin’ny firenena, ilay fitiavan-tanindrazana marina no tokony no hifantoka ao an-tsain’ny tsirairay avy ary ny hanangana firenena tena vanona no tanjontsika mianakavy koa tonga ny fotoana amin’izao fankalazantsika ny faha 50 taonan’ny fahaleovantena izao; mba tsy ho fahaleovantena sarintsariny fa tena fahaleovantena tanteraka, fahaleovantena tsy tsabatsabahan’ny hafa fa fahaleovantena hahamasi-mandidy ny Malagasy. Diso hevitra tanteraka ny fanagadràna tsy amin’ny antony ireo mpanao gazety izay manao ny asany ka milaza ny zavamisy. Tena mamoafady, tsy fanao ny fanenjehana sy famonoana ireo mpitondra fivavahana raha mijoro sy mitsangana ho vavolombelona izy ireo ka milaza ny zavamisy ary mananatra ny vahoaka Malagasy. Mahatratra 48 eo ho eo ny isan’ireo manamboninahitra miaramila, zandary, polisy mbola eny am-ponja ary eo amin’ny 163 eo ho eo ny isan’ireo mbola migadra . Midika izany fa mbola ao dia ao ny disadisa , tsy fitoviam-pijery ary mahatonga ny fifankahalàna . Tsy afaka hilaza izany isika fa mihavana ny Malagasy amin’ity andron’ny 26 jona ity, andro iray ankalazantsika ny faha 50 taonan’ny fahaleovantenantsika. Henoy ny feon’ny fieritreretana fa “Masina ny Tanindrazana”ary lehibe dia lehibe ny firaisankina sy ny fifankatiavana. Aleo very tsikalakalam-bola toy izy very tsikalakalam-pihavanana . Tonga ary ny fotoana hahatonga antsika samy handinin-tena ary hampivondrona na indray ilay firaisankina. Ny hafa aty ivelany aza toy ny vondrona sadc, firaisambe afrikanina, eropeana ary amerikana, ny asiatika mivondrona manampy antsika maika ve fa isika samy Malagasy? Hitan’izao tontolo izao koa ireo fanambarana nataon’ny société civile izay manana fahavononana tokoa amin’ny fitadiavana izay vahaolana, mankahery anareo izahay. Tsy ny fandaniana vola be hanafarana ny artista na ny mpanao zavakanto akory no hanafaka ny fahasahiranana sy ny fahoriana mianjady amin’ny vahoaka Malagasy. Mandalo ihany ireny fa ny zavadehibe amin’ny vahoaka Malagasy dia ny hivoahana amin’izao fahasahiranana sy ny fahoriana mianjady aminy izao noho ny fisarahana amin’ny fianakaviana. Zavadehibe amin’ny vahoaka Malagasy ny fahitany asa ary zavadehibe amin’ny vahoaka Malagasy ny fampianarana ny zanaka. Ankehitriny anefa,hoy aho hoe tsisy asa, tsisy vola miditra , tsy afaka hampianatra ny ankizy vokatry ny sazy izay mihatra amin’izao fitondrana tsy ara-dalàna izao, tompon’andraikitra amin’izany isika mianakavy. Tonga ny fotoana hampivondronantsika indray ilay hery ahatonga antsika hifanazava, hifampidinika ary hametrahantsika amin’ny maha izy azy ny firenentsika satria masina ny tanindrazana. Koa manantitrantitra ny antso atao amin’ny foloalindahy aho mba hifampidinika ary hifananatra fa izay no zava-dehibe hamerenana indray ny fitsipi-pifehezana sy ny fifampitondrana eo anivon’ny foloalindahy sy ny mpitandro ny filaminana. Koa enga anie mba samy hahatsiaro tena ary handinika ny zavamisy isika. Ny hanangana firenena tena vanona no tanjona ataontsika mianakavy ary mahatoky isika fa hiverina hanampy antsika indray ireo firenen-dehibe , mpamatsy vola ahatonga ny firenena malalantsika hiroso amin’ny fampandrosoana marina sy maharitra ka dia ho tanteraka soa aman-tsara anie izany. HOMBA ANTSIKA ANDRIAMANITRA

Voir les commentaires

Actualités: La Presse du 28/06/10

28 Juin 2010, 10:44am

Publié par rovahiga

http://www.basyvava.com/s/cc_images/cache_2776270863.jpg?t=1277703194

Photo: BASY VAVA

basyvava.com/

Ilay DAMA ve ity sa Kim Il sung! 

Niova filamatra indray ny tovolahy teo amin'y fiankajoana tamin'ity indray mitoraka ity.

MArihina fa maso Ivoha telo no tonga nanatrika ny matso teny eMahamasina, Lafrantsa, Tiorka ary senegaly.

Tsy nandray anjara tamin'ny matso kosa ny FIS sy ny FIGN

midi-madagasikara.mg/

KASSAV A MAHAJANGA : ANDRY RAJOELINA SIFFLE PAR LES SPECTATEURS

Les Majungais étaient venus nombreux au concert de Kassav qui a eu lieu, jeudi dernier. Pour ces derniers, c’était une aubaine car assister au show d’ungroupe aussi célèbre ne se représente pas deux fois. Le pouvoir en place leur a donc fait un grand cadeau et c’est certainement pour cela que le président de la HAT avait décidé d’entrer par téléphone en direct pour adresser  un message aux spectateurs. La TVM a diffusé l’intervention et sur le court passage qui est passé, on a pu entendre la réaction hostile de la foule qui a couvert de huées et de sifflets les mots prononcés par Andry Rajoelina

 

TOUR DE PISTE : RAJOELINA S’EST…DEFILE

Le face-à-face pour ne pas dire le match entre pro-HAT et 3 mouvances attendu avant-hier, n'a pas eu lieu. La sélection de « Ramose », de Deba et du Prof. a finalement renoncé à « jouer » au stade de Mahamasina où il y avait du reste à l'entrée, des fouilles au corps jusqu'au contenu des sacs. Dissuadant du ...coup, certains « supporters » qui comptaient brandir des banderoles anti-HAT et/ou hostiles à la présence de certains ambassadeurs dans la tribune centrale.

Candidat. On se demande d'ailleurs si des personnes portant des T. shirts du Tim ou de son fondateur, auraient été admis dans les gradins. Contrairement aux militants du TGV qui étaient coiffés de bobs frappés du logo de l'ancien candidat à la mairie de Tana et brandissant au nom du « hambompom-pirenena et du fitiavan-tanindrazana », des petits drapeaux aux couleurs nationales.

Terrain. De leur côté, de peur sans doute de ne pas faire le plein sur le lointain et grand terrain de Magro Tanjombato, l'équipe des 3 mouvances à ossature « Zanak'i Dada » a préféré évoluer sur le petit terrain de Magro Behoririka. Brandissant à bras le corps des portraits du Président déchu et déçu. Des reliquats de la dernière campagne électorale qui n'avaient pas la moindre chance de parvenir jusque dans les gradins du stade de Mahamasina où il était, par contre, impossible de parer à d'éventuels sifflets.

Vahoaka. C'était peut-être pour cela que le traditionnel tour de piste destiné à saluer « le vahoaka » dans les gradins, ne figurait pas dans l'itinéraire du command car à bord duquel se trouvait, Andry Rajoelina. En effet, après avoir passé la troupe en revue du côté du Lac Anosy, il s'est ...défilé dans la tribune centrale où il ne courait pas le risque d'être hué ou sifflé par les invités qui l'ont, au contraire, gratifié d'un « standing ovation ».

Look. Il, c'est évidemment le président de la HAT - un spécialiste de l'événementiel - qui a visiblement voulu donner une touche particulière sinon personnelle à ce 50e anniversaire de l'Indépendance. Pour ne citer que la veste qu'il a portée lors de son allocution télévisée et pendant le cocktail dînatoire. Un look qui, outre le col Mao et n'était-ce l'absence d'épaulettes, rappelait l'uniforme des Sudistes américains avec les boutons dorés ainsi que les galons sur les manches, mais aussi le style de Radama 1er.

courrierdemada.com/

Communiqué de Monsieur Raharinaivo Andrianatoandro porte parole du TIM

L'année 2010 est marquée par la célébration du 50ème anniversaire de l'Indépendance de Madagascar et celle de l'Armée Malagasy. A cette occasion, nous tenons a souhaiter a l'Armée Malagasy une célébration digne de sa neutralité et de son soucis permanent de veiller aux biens et personnes de notre Nation.

Nous souhaitons malgré les turpitudes des récents événements de 2009 et 2010, d’excellentes réjouissances prévues a cet effet, a tous les corps et métiers de la grande muette.

Félicitations et vive les 50 prochaines années !

Vive Madagascar !

courrierde mada.com/

ENCORE UN ODIEUX SCANDALE

- Le ministère des finances  aurait  écrit à un opérateur sino malagasy de Toamasina  pour que   celui-ci ne paie  les taxes sur le bois de rose ( jusqu’à présent il ne paie que 10 millions d’ariary par conteneur au lieu de 72 millions d’ariary), en sus ce dernier veut se faire rembourser de 5 milliards d’ariary , en contrepartie de bons du trésor qu’il a en sa possession, ces 5 milliards d’ariary en 2005 auraient servi à financer la minoterie du groupe Tiko (MANA) , au Port de Toamasina

- Aujourd’hui, la direction générale du trésor estime que le bon du trésor en question est un faux  et qu’elle est réticente à ce que règlement soit fait ,le directeur général refuse d’obtempérer malgré  la pression de plus en plus pressante du ministre de tutelle, deux banques de dépôts seraient  sollicitées pour effectuer cette opération, la BNI et la BOA, une affaire qui met à mal donc de nouveau  les relations au sein de ce ministère.

- Mai cerise sur le gâteau, il semblerait que les 300 tonnes de bois précieux saisis aux Comore appartiennent encore à cet opérateur célèbre.  Les autorités malgaches mettent en ce moment  l’accent sur l’importance accordée par les autorités malgache à la fameuse gouvernance forestière, plus particulièrement dans la filière bois précieux et Il arrive également au moment du lancement officiel de la campagne. Il existe déjà des lois bien définies dans la grande île concernant le commerce de bois de rose.  Des opérateurs réussissent encore à le sortir frauduleusement, c’est qu’il existe des réseaux et des complicités dont on connaît les tenants et aboutissants.

- Le port d'Anjouan, a déjà enregistré deux transit de marchandise de bois précieux frauduleux  en provenance de Madagascar qui est un des plus proche des côtes malgaches, mérite incontestablement l’attention Du gouvernement, car il devient la plaque tournante de tous les trafics en tous genres.

lexpressmada.com/

DISCOURS PRESIDENTIEL : UN CLIN D’ŒIL AUX MILITAIRES

Andry Rajoelina, président de la Haute autorité de la transition (HAT) lance une offensive de charme en direction de la Grande muette. Il annonce une mesure particulière pour les militaires et pour les gendarmes concernant l’âge de la retraite de ces derniers. 
« La décision a été prise pour proroger d’un an l’âge de départ à la retraite des militaires et gendarmes », a déclaré Andry Rajoelina au cours du « cocktail dînatoire » à Iavoloha samedi. « Ceci a pour objet d’appliquer les résolutions prises lors des assises militaires à Ivato », ajoute-t-il.
 
Les mesures annoncées par Andry Rajoelina vont plus vite que la musique si l’on réfère aux déclarations du général Lucien Rakotoarimasy, ministre des Forces armées la veille. « Les textes confectionnés à la suite des résolutions des assises militaires sont prêts. Mais il faut une loi, donc un parlement, pour les adopter », avait-il lancé vendredi en marge de la présentation du Comité militaire de défense nationale (CMDN). Mais voilà le président de la HAT qui prend les devants par le biais d’une ordonnance.
 
Le président de la HAT annonce également d’autres initiatives en faveur des forces armées. Outre l’habituelle journée de repos pour ceux qui ont défilé, il a octroyé une remise de peine de 15 jours aux éléments des forces armées frappés de sanctions militaires.
 
Mesures et dispositions
À l’occasion du cinquantenaire des Forces armées, Andry Rajoelina a remis des lots de matériels à ces dernières. Certains véhicules roulants, comme ceux fabriqués en Chine, ont été aperçus au défilé à Mahamasina.
 
À part les mesures pour la Grande muette, Andry Rajoelina a également annoncé des dispositions touchant les civils. Il octroie une remise de peine de trois mois à tous les condamnés de droit commun.
 
Dans la matinée, au cours de son discours à la Nation du 26 juin, Andry Rajoelina n’a pas annoncé de mesures particulières. Il a souligné l’importance de l’élaboration d’une Constitution pérenne acceptée par tous. Il a, au passage, lancé une pique aux anciens dirigeants, en dressant un constat d’échec de développement depuis 50 ans à cause des « luttes politiques intestines ».

LEGALISTES : RAVALOMANANA COURTISE L’ARMEE

Dans le cadre du 50ème anniversaire de l'indépendance, il a prononcé son discours en ne laissant pas le président de la Haute Autorité de la Transition (HAT), Andry Rajoelina, occuper seul le terrain. Il s'est adressé plutôt aux forces armées qu'à la nation. Un autre message a été aussi envoyé aux manifestants de Magro de Behoririka. 
Marc Ravalomanana a fait un constat d'anarchie depuis un an et demi en avançant que 48 officiers de la gendarmerie, de l'armée ainsi que de la police sont encore détenus en prison. Il a, ainsi, lancé un appel aux forces armées et aux chefs des commandements afin qu'ils prennent leurs responsabilités tout en faisant preuve de neutralité.
 
Contestation radicale
« Même la Justice devient actuellement un instrument de répression. Mais les pays étrangers n'ont pas approuvé une telle pratique. Ils ont manifesté leur contestation lors de la réunion des parlements européens et à travers la prise de sanctions à l'encontre de Madagascar », a-t-il déclaré.
L'ancien chef d'État a porté aussi des critiques sur le programme de célébration du cinquantenaire de l'indépendance, établi par le régime en place. « Dépenser beaucoup d'argent pour faire venir des artistes étrangers ne résoudra pas les difficultés vécues par les Malgaches. Créer des emplois et s’occuper de l'enseignement de leurs enfants leur importe plus », a-t-il soutenu en remettant en cause l'initiative d'organiser des festivités grandioses pour la fête nationale.
 
Dans l'enceinte du Magro à Behoririka, les « légalistes » venus nombreux, particulièrement pour la fête nationale ont accueilli aussi avec enthousiasme l'intervention téléphonique de Marc Ravalomanana à partir de l'Afrique du Sud samedi après-midi. Le dirigeant politique a soulevé à cette occasion l'ingérence d'autres pays dans la gestion des affaires nationales. Il a fait allusion, entre autres, à la France qui semblerait prendre une position favorable au processus de sortie de crise adoptée par la HAT.
 
« Quelle que soit intention d'organiser des élections ou une conférence nationale, aucun pays ne l'acceptera jamais », a-t-il rassuré les manifestants pour leur demander de ne pas baisser les bras.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>