Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

Articles avec #commentaires

FRDL : MEA CULPA DES SIGNATAIRES DE LA FEUILLE DE ROUTE

17 Octobre 2011, 15:11pm

Publié par Ambroise Ravonison

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2011/10/frdl21.jpg

 

COMMUNIQUE

 

Pour la Légalité, la Liberté et la Paix

http://www.tananews.com/2011/10/frdl-%C2%AB-un-mea-culpa-des-signataires-de-la-feuille-de-route/

 

Nous sommes dans le cycle du processus de sortie de crise durable de la feuille de route de la Troïka. Nous n’avons que 15 jours pour montrer à la Communauté internationale qu’elle peut  avoir confiance en nous, car notre volonté est de mettre en place la nouvelle Transition Neutre, Consensuelle, Crédible et de Confiance.

De ce fait, le Front Républicain et Démocrate Légaliste  Centriste – Mouvance Légaliste demande à ce que  tous les politiciens signataires de la feuille de route et les médiateurs s’unissent rapidement et qu’ils fassent leurs Mea Culpa public en adressant leurs excuses à la Population Malagasy, ensemble ou individuellement.

Le FRDL-Mouvance Légaliste encourage les signataires du partenariat  de la « La Voie de la Raison pour la Défense de l’intérêt supérieur de la Nation et de la Population Malagasy » et du Pacte républicain d’ouvrir la voie de la réconciliation  en donnant publiquement l’exemple dans l’honnêteté, la confiance et la crédibilité.

Le FRDL-Mouvance Légaliste demande à Monsieur Zafy  Albert, initiateur de la Réconciliation nationale d’appuyer et de renforcer cette initiative en collaboration avec Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka etAndry Rajoelina.

 

Ensemble, sauvons notre Patrie et notre Nation

Vive la République,
Masina ny Tanindrazana

 

Tonton Ambroise Ravonison
FRDL-Mouvance Légaliste
Groupement Centriste Légaliste Indépendant
E-mail. : frdl.mouvancelegaliste@mail.com
Vive Madagascar

Voir les commentaires

DROLE D’ENFANTILLAGE

22 Mai 2011, 12:46pm

Publié par rovahiga

Dans le communiqué officiel, la SADC ne valide pas clairement cette feuille de route, mais elle n’y apporte pas non plus de modification. Elle demande une ultime rencontre entre les principaux acteurs de la crise : les anciens président Ravalomanana, Ratsiraka, et Zafy, et l’actuel président de transition Rajoelina.

Des fêtards oui ! Et qui voulaient-ils tromper sinon le peuple. Trouvez-nous un seul article à part ceux  publiés par la presse inconditionnelle au régime de fait qui justifierait autant de ferveur jusqu’à en faire des tapages nocturnes sans aucune autorisation de la préfecture de police et sans l’intervention de l’EMMOREG du généralissimo Richard Ravalomanana et nous en reparlerons. Voyez plutôt les extraits des  commentaires de la presse internationale ci-après pour se faire une idée de la crise de nerfs et d’euphorie collective déplacée de ceux qui boivent à la source les insinuations du « chef suprême bien aimé » des putschistes (qu’en dit notre ministre des affaires étrangères qui n’est tout de même pas de la même étoffe que le grand leader ?).

rov@higa  

 

  

La crise malgache ne sera pas résolue de l'extérieur

http://www.slateafrique.com/2199/crise-malgache-ne-sera-pas-resolue-de-l-exterieur

La communauté internationale renvoie les différents protagonistes de la crise politique à Madagascar autour d'une table. Un projet défendu par la société civile mais refusé par Andry Rajoelina.

Réunis à Windhoek en Namibie le 20 mai 2011, les chefs d’Etat de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) n’ont pas reconnu le régime de la Haute autorité de la transition (HAT) à Madagascar, pays qui avait été exclu de l’organisation après la prise du pouvoir d’Andry Rajoelina en mars 2009, grâce au soutien de l’armée. Cette décision pèse lourd car elle fait autorité auprès de la communauté internationale qui a délégué à la SADC une mission de médiation dans la crise malgache.

Loin de valider la feuille de route Leonardo Simao, le médiateur mozambiquain qu’elle avait dépêché sur la Grande Île, la SADC a «réitéré la nécessité d’un processus politique ouvert à tous pour trouver une solution définitive aux défis que rencontre le pays». Elle a invité à l’organisation d’une réunion à son siège à Gaborone au Botswana, avec toutes les parties malgaches.

C’est un revers diplomatique de plus pour le camp d’Andry Rajoelina, qui … (Suivre le lien)

 

*Commentaire : L’article suivant, celui de RFI veut plutôt aller dans le sens de l’interprétation de la HAT en semant le doute, mais ne change en aucun cas la vérité récitée par les autres articles de presse :

 

La SADC demande une ultime rencontre entres les acteurs de la crise malgache

http://www.rfi.fr/afrique/20110521-sadc-demande-une-ultime-rencontre-entres-acteurs-crise-malgache?ns_campaign=nl_AFRIQUE210511&ns_mchannel=newsletter&ns_source=emailvision&ns_linkname=lire-5&ns_fee=0

Par RFI

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) invite l’opposition malgache à se rallier à la feuille de route. C’est ce qui est ressorti du sommet de l’organisation régionale, vendredi 20 mai 2011, en Namibie. Un sommet extraordinaire qui devait se pencher sur la crise à Madagascar, en particulier sur la feuille de route de la médiation. Dans le communiqué officiel, la SADC ne valide pas clairement cette feuille de route, mais … (Suivre le lien)

 

Sommet de Windhoek- La feuille de route de Simao exclue

http://www.madatimes.com/index.php?option=com_content&view=article&id=312:sommet-de-windhoek-la-feuille-de-route-de-simao-exclue&catid=1:nation&Itemid=2

Retour à la case départ, et il n'y a pas de mais qui tienne. La Sadc en a décidé ainsi. D'après un communiqué de presse, les résolutions de la Sadc se font plus précises. Toutes les parties prenantes se donneront rendez-vous à Gaborone-Botsowana, dans les plus brefs délais.

En noir et blanc, la déclaration à la presse précise " l'exclusion apparente du processus de négociation de médiateur de la SADC, le Dr Leonardo Simao, qui a été critiqué pour partialité apparente envers le régime illégal dans le pays". Le Dr Simao a été le grand absent de ce sommet, malgré sa participation active dans les négociations à Madagascar.

Le sommet de Botsowana sera cette fois-ci co-dirigé par "le président Rupiah Banda de la Zambie, le président Jacob Zuma d'Afrique du Sud et l'ancien président Joachim Chissano, le médiateur de la SADC", autre point focal de la déclaration.

Suivant, la version officielle de cette déclaration à la presse, relative au sommet de Windhoek-Namibie.

 

Media Statement

Madagascar’s excluded political mouvances win SADC victory
The SADC Extraordinary Summit on Madagascar handed the country’s three major political “mouvances” a significant victory last night – with a decree that SADC find an “all-inclusive” political settlement to the crisis which has gripped the country since President Marc Ravalomanana was ousted in a coup d’etat just over two years ago.
Also significant in the SADC communiqué issued after the meeting, is the apparent exclusion from the negotiation process of SADC mediator, Dr Leonardo Simao, who has been criticised for apparent bias towards the illegal regime in the country.
SADC called for “an all-inclusive process” towards “finding a lasting solution of the challenges facing the country” – widely interpreted to mean that it has to include all of the major political actors.
SADC “mandated the SADC chairperson, chairperson of the SADC organ on Politics Defence and Security Cooperation and SADC mediator on Madagascar” to, “as soon as possible, convene a meeting with all Malagasy stakeholders to be held at SADC headquarters  in Gabarone, Botswana”.
This means that the meeting will be co-ordinated by President Rupiah Banda of Zambia, President Jacob Zuma of South Africa and former President Joachim Chissano, the SADC mediator.
Dr Simao’s name was notably absent when SADC thanked former Mozambican President Chissano for his continuing efforts to bring peace to the country.
There has been widespread criticism of Dr Simao and his alleged bias has been called into question by the major Malagasy political actors, who will see his apparent exclusion as a victory.

 

AUCUNE AVANCEE CONCRETE MALGRE LA FEUILLE DE ROUTE POUR MADAGASCAR

http://www.grandbaie.mu/2011/05/aucune-avancee-concrete-malgre-la-feuille-de-route-pour-madagascar/

Toutes les apparences laissent à penser que les déplacements des différentes délégations officielles de la HAT dans les pays de la SADC et autres n’ont servi à rien.

Les déclarations du ministre des Affaires étrangères de l’Ile Maurice, le Dr Arvind Boolell, en faveur de la feuille de route et son appel lancé à la communauté de la SADC et à la communauté internationale n’ont semble-t-il eu aucune conséquence sur l’examen de la feuille de route et du cas particulier de Madagascar.

En effet, la résolution de la réunion au sommet tant attendue de la SADC à propos du processus de sortie de crise a demandé une autre réunion. Très tard dans la nuit du vendredi 20 mai 2011, les chefs d’État et de gouvernement des pays de la SADC réunis de manière extraordinaire ont pris la décision de ne rien faire que de  … (Suivre le lien)

 

*Commentaire : Reprise d’un article de la presse locale de samedi :

 

Feuille de route : Dernière chance à Gaborone

http://lexpressmada.com/feuille-de-route-madagascar/23693-derniere-chance-a-gaborone.html

Les chefs d'État et de gouvernement de la SADC hésitent à trancher sur le dossier Madagascar. Ils s'en remettent à une rencontre de toutes les parties.

Et ça repart ! Le Sommet des chefs d'état et de gouvernement de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) qui s'est tenu hier en Namibie, à Windhoek, continue de tergiverser face à la crise malgache. Il n'a pas pris une résolution définitive sur la feuille de route comme l'avait fait le 31 mars la Troïka, son organe de coopération chargé de la politique, de la défense et de la sécurité.

« Le Sommet a chargé le président de la SADC, le président de la Troïka et le médiateur de la SADC sur Madagascar, de convoquer dans les meilleurs délais, une réunion avec toutes les parties prenantes malgaches », a indiqué le communiqué final hier. Celui-ci a « réitéré la nécessité d'un processus ouvert à tous en vue de … (Suivre le lien)

Voir les commentaires

APPEL DU MINISTERE DE LA DEFENSE

19 Novembre 2010, 09:44am

Publié par rovahiga

APPEL DU MINISTERE DE LA DEFENSE

 

ANTANANARIVO 19/11/10   09h38

 

*APPEL DU MINISTERE DE LA DEFENSE AUX CIVILS HABITANT AUX ALENTOURS DE LA BASE MILITAIRE DE LA BANI IVATO A VIDER LES LIEUX POUR TOUTE EVENTUALITE

 

*APPEL AUX EPOUSES ET ENFANTS DES FAMILLES MILITAIRES A QUITTER LEUR FOYER POUR LA MEME RAISON

 

*TOUTES LES ECOLES PUBLIQUES ET PRIVEES SONT FERMEES

Voir les commentaires

TOSA-KEVITRA / TRIBUNE LIBRE

25 Juin 2010, 23:06pm

Publié par rovahiga

Ho tohin’ilay TARATASY MISOKATRA HO AN’NY FITSRANA MALAGASY (LETTRE OUVERTE A LA JUSTICE MALAGASY)

 

« Pat » : 

Matahotra  ny vahoaka  hiorakoraka  azy  ny President n,ny dia nanangona olona miisa 150 isaky ny fokontany 192  izany hoe olona miisa eo amin'ny 28.800  eo ho eo   izany hoe  eto Antananarivo renivohitra  ary marihina fa TGV daholo ireo olona ireo ary karamaina vola 300.000 FMG  isan'olona  ary homena akanjo  mitovy sy saina kely  ary ireo olona ireo dia hanemitra ny arabe eny anosy   manomboka eo amin'ny rond point scaure point carre  ka hatreny amin'ny bureau ancien combattant  ary hiorakoraka  sy hioby ny filohany foza mandritra ny fisafoana ny andiatafika  na ny baiko amin'io dia   misy horaka efa nomanina  hatao mba hampisehoana fa maro mpanohana ny lehiben'ny foza ,ny olona ao mahamasian dia efa mandeha be ny fizarambola eny ambany tanana  amizao mba hoa ao mahamasina ary ny eny ambany tanana no homeana  vola hatramin'ny 10000ariary miaraka amin'ny sainampirenena raha mamaonjy ny 26 juin mahamasina natao mba hanamaro isa  ny foza  hidera ny filohan'ny foza ,fay ny zava nisy tent ambohijatovo  tà 29 mars dia nomana  io tetika vaovao io ny foza .Olona voakarama daholo no hanamorona ny  arabe  holalovany ny lehiben'ny foza mandritra ny 26 juin 2010

 

« Jo » :

Misaotra @ vaovao, tsy mahagaga ilay izy fa maharikoriko, i Madagasikara aloha dia nihemotra e na @ fomba fitantanana, na @ fomba fisainana...tsy manana fomba fijery mitily ny ho avy fa ny androany ihany dia samy manisika ampaosy.

Voir les commentaires

REACTION D'UNE LECTRICE (bois de rose)

3 Juin 2010, 14:37pm

Publié par rovahiga

REACTION DE « NADIA » à l’article paru dans Midi-Madagasikara :

« Port de Toamasina Départ demain de 79 containers de bois de rose »

Lu dans la presse : 

      CMA CGM piégé par le bois de rose 

            A court de recettes, le gouvernement malgache de transition cherche à tirer profit de tous les revenus possibles, y compris des taxes sur le commerce de bois de rose qu'il a pourtant lui-même interdit en mars. Le 30 avril, le ministre des finances, Hery Rajaonarimampianina, a écrit à l'Association professionnelle des banques pour réclamer la levée de l'interdiction bancaire frappant les exportateurs de bois de rose. D'après lui, ces interdictions empêchent les intéressés de participer à la campagne d'exportation de la vanille et "entravent le rapatriement des recettes provenant des exportations de bois de rose". De son côté, le premier ministre Camille Vital aurait écrit, début mai, à la compagnie maritime française CMA CGM, pour lui notifier la levée de l'interdiction d'exportation sur 79 des 91 conteneurs de bois de rose saisis à Toamasina en novembre 2009, car ses propriétaires se seraient engagés à payer les taxes dues. Alerté à propos de cette missive par des ONG, l'ambassadeur de France à Antananarivo, Jean-Marc Châtaigner, a écrit le 18 mai aux dirigeants de CMA CGM à Marseille pour les informer que le courrier que leur a adressé le premier ministre malgache "s'inscrit en totale contradiction avec le décret du 24 mars 2010" qui interdit la coupe, l'exploitation et l'exportation de bois de rose et d'ébène. Et il les a mis en garde contre "un nouveau transport de bois de rose par la société Delmas au départ de Madagascar". Raison : cela pourrait entraîner une nouvelle campagne internationale des ONG contre cette filiale de CMA CGM, ce qui serait dommageable pour l'image internationale de la compagnie maritime (LOI nº1282). Châtaigner a donc conseillé à CMA CGM de ne pas accorder une suite favorable "à cette requête dérogatoire (du premier ministre malgache, NDLR) qui pourrait paraître illégale au regard du décret du 24 mars 2010 et vous placer en difficulté". 

Voir les commentaires

Négociations ?

12 Avril 2010, 09:06am

Publié par communiqué

Mouvances

Rencontre entre les pro-Rajoelina et pro-Ravalomanana


 Les protagonistes tentent de renouer le dialogue. Des émissaires de Andry Rajoelina, président de la Haute autorité de la transition (HAT) et de l’ancien chef d'État, Marc Ravalomanana, se sont rencontrés dans un hôtel à Antananarivo, samedi. 
Les principaux concernés verrouillent l’information concernant la rencontre. Mais des sources proches du dossier confient que les discussions ont tourné autour de l’élaboration d’une esquisse de projet de sortie de crise entre les deux parties. «Chaque délégation est venue avec une proposition. Elles ont évoqué la manière de synthétiser les suggestions», ont-elles indiqué.
La nécessité de débloquer la situation est avancée comme moteur du rapprochement. «La situation est telle, que chacune des parties concernées doit faire des concessions et ne plus camper sur leur position respective», a soutenu un membre des mouvances impliquées dans les négociations. 
L’extension des discussions entre les autres mouvances politiques est évoquée. «Plusieurs réunions ont déjà eu lieu avant celle de samedi. D’autres rencontres avec les autres mouvances ont également eu lieu», a calmé un des responsables politiques au sein de l’une des deux mouvances concernées. Mais d’autres sources indiquent pour leur part, un projet d’extension des réunions aux autres mouvances afin de calmer les esprits. «Une rencontre entre les quatre chefs de file est également en vue», ont-elles soufflé.

Voir les commentaires

Déni rhétorique.

29 Mars 2010, 21:45pm

Publié par rovahiga

Quelques informations recueillies sur TV5 monde, viennent à illustrer nos propos dans la partie de poker qui se joue dans l’île, et pas seulement, car des réponses à nos questions s’y trouvent. Ainsi,  le 27 mars dernier, une émission de cette chaîne parlait entre-autre, de la situation qui prévaut à Madagascar, ou plutôt de la situation où se trouve « l’homme fort » du pays. Quatre journalistes de l’hexagone ont dessiné le profil politique de l’île et de son « président ». pour le premier d’entre eux, la réflexion d’un des responsables de la HAT qui disait « rien à faire des sanctions » résume assez bien l’état d’esprit de ces putschistes, car c’était bien un coup d’état. Ils s’engagent donc, dans une fuite en avant qui ne s’arrêtera pas quelque soit les sanctions additives qui viendront, et même si elles seraient renforcées.

Rajoelina donne l’impression d’être pris en otage par les vieux caïmans de son entourage politique. Dans une interview accordée à un autre journaliste durant son séjour à Paris en février dernier, il a semble-t-il annoncé sa volonté de mettre en place un gouvernement militaro-civil. La façon dont il en parlait, au lieu de dire par exemple, un gouvernement « civilo-militaire », ou plus convenablement un gouvernement civil avec quelques militaires, laissait paraitre qu’il y avait sans aucun doute un coup d’état. « Le masque était tombé, le vernis a craqué » confirmait le débateur de l’émission. C’était bien un coup d’état de la rue et de l’armée.

A la question de savoir si Rajoelina pourra tenir longtemps la position dans laquelle il se trouve, la   réponse fut : vraisemblablement oui. Il continuera sa fuite en avant, mais il a parfaitement tort. D’abord, il n’a pas l’étoffe d’un putschiste, et puis d’ailleurs, je me demande toujours pourquoi on l’appelle « l’homme fort de Madagascar », car je dirais plutôt, « l’homme faible du pays » reconnait l’intervenant. Tout dans ses affirmations, laisse paraitre un déni rhétorique facile. Comment compte-t-il « légitimer un pouvoir non légitime » ? Toujours sa fuite en avant, en organisant des élections qui devraient être justes et transparentes et à l’issue desquelles, il compte placer ses partisans de façon majoritaire à l’assemblée. Ce qui serait loin de la coupe aux lèvres. De toutes les façons, Rajoelina a tout faux ! Ainsi, en défiant comme il le fait la SADEC, il n’a même pas la force à lui  tourner le dos. Il oublie ou fait semblant d’oublier que Madagascar est une île et que la SADEC n’aurait aucune difficulté à imposer un blocus contre lui. Il faut rappeler d’autre part que 75% du budget de fonctionnement de ce pays dépend de l’aide internationale. Sans compter les ruptures comme l’AGOA , qui sont des factures qui se paieront tôt ou tard sur le plan social.

Que dire de l’armée ? La fuite en avant de Rajoelina implique un durcissement du régime et il s’appuie sur l’armée pour ce faire, mais une petite partie de l’armée et ce régime n’a qu’une base sociale très faible. Encore une fois, Rajoelina a tout, tout faux, vraiment.

 

Voilà donc ce qu’en pensent quelques grands journalistes français de différents horizons. Nous avons résumé et relaté cette émission à notre façon, mais sans nous écarter des arguments échangés.       

Voir les commentaires

Réveil.

23 Mars 2010, 15:00pm

Publié par rovahiga

Une belle prestation d’une association de jeunes de différentes régions, et composée de plusieurs représentants de « tantsaha » a été entendue hier soir sur les ondes d’une radio privée de la capitale. Ces jeunes revendiquent la réhabilitation des valeurs ancestrales et lutte contre le pouvoir illégal qui détourne selon eux, le sens profond de ces valeurs en prêchant le faux : des vérités, des logiques détournées, pour justifier leur forfait et se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible afin de ne satisfaire que leur égoïsme, leur haine, sans aucun égard  à la misère du peuple. Dans leur exposé, cette association fait appel à la prise de conscience de Rajoelina et consort, sinon ils prendront leurs responsabilités et affirment pouvoir en finir avec ce régime en peu de temps. Ils exhortent ainsi la population de toute l’ile à ne pas baisser les bras et à lutter ensemble contre « le mal ». Selon leurs dires, les paysans sont pleinement conscients du danger encouru par le pays, et ne se laisseront pas faire pour n’avoir plus rien à perdre. Ils affirment d’autre part, avoir été sortis de la pauvreté et commençaient à refaire leur vie pendant le régime sortant. Maintenant ils replongent dans les affres de la pauvreté à cause de l’incapacité du pouvoir illégal à gérer comme il faut le pays. Le riz sur lequel se base leur revenu se vend à des prix dérisoires, ils ont du mal à trouver les engrais qui leur sont indispensables et même s’il en trouve les prix sont hors de portée de leur bourse, comme la plupart des autres produits dont ils ont besoin. Par ailleurs l’insécurité est redevenue leur bête noire, les empêchant de travailler comme il se doit, car le peu d’éléments de la gendarmerie qui devaient les protéger ont été tous réaffectés à Antananarivo pour faire face aux manifestants des légalistes et anti-HAT. Ils ne peuvent plus sortir leur production car les routes sont coupées et le frais de transport tout à fait dissuasif. Avant, ils possédaient tous des téléphones portables, des postes de radio, des lecteurs de CD pour ceux habitant dans les zones électrifiées, ils commençaient à meubler leurs intérieurs. C’était seulement pendant le régime Ravalomanana que de telles réalité et  perspective étaient possibles depuis l’indépendance. La conscience que pareille niveau de vie n’était plus le seul apanage des citadins et des riches fermiers, nous a ouvert les yeux sur la façon dont les tenants du pouvoir successifs géraient la chose publique, et nous n’aurions de paix tant qu’ils ne fassent mieux que le régime Ravalomanana. Nous lançons un dernier avertissement à Rajoelina et le pouvoir de la HAT pour démissionner, car nous ne sommes plus d’accord à ce qu’ils reviennent à la table des négociations, disent-ils.

Ce genre de témoignage et de prise de responsabilité devrait nous réveiller tous de notre nonchalance, et nous pousse vers de meilleures dispositions. Il s’agit de la vie de la nation,  nous ne pouvons et ne devons pas attendre indéfiniment l’aide des autres. Les intervenants de cette émission radiophonique mettait en exergue le nombre très restreint du sexe dit fort et n’a pas hésité à le prendre à partie pour l’encourager et l’obliger à faire leur devoir envers la patrie.  

Voir les commentaires

Actualités du jour.

20 Février 2010, 21:48pm

Publié par rovahiga

Le coup d’état du Niger, va compliquer la vie de Rajoelina et consorts. La CI est maintenant acculée à prendre des décisions de rigueur, fermes et irréversibles pour montrer l’exemple et mettre la pression sur les nouveaux fauteurs du Niger. Mais tel qu’on le connait, notre président putschiste annoncera encore, non pas de nouvelles dispositions car il n’y en a plus, mais remettre sur « la platine » les litanies habituelles genre : « impossible », « pas peur », «le peuple en otage », « mes concessions »…

Alain Ramaroson qualifie le délai accordé par le GIC, avant de faire tomber les sanctions comme un acte de terrorisme. « Et bien, qu’il le fasse » dit-il avec aplomb. L’autre aile dure des légalistes, Henri Lecacheur lui, n’arrive pas à comprendre pourquoi faut-il courir après Rajoelina et lui faire des avances qui n’avancent en rien des solutions pour la sortie de crise, tandis qu’on prend le peuple en otage en jouant de ses malheurs.  

Le « Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana » (mouvement des leaders ecclésiastiques) lui, a réussi à remplir l’espace vert d’Antsonjombe de façon très honorable pour une manifestation cultuelle, qui n’a rien d’un spectacle comme savent le faire les politiciens en mal d’audience. La foi était bien présente et prête « à soulever des montagnes ni par la force, ni par le courage mais bien par mon Esprit » a dit le Christ, Roi de toute chose. C’était d’autant plus difficile, car des camions remplis des représentants des forces armées versaient dans l’intimidation dès très tôt le matin autour des lieux. Elles sont bien devenues des forces au service de l’homme fort du moment.

Pas de chance pour 
Andry Rajoelina. À peine est-il arrivé à résoudre (provisoirement) le problème des médecins qu’une autre grève lui tombe sur les bras. Sans doute enhardies par le traitement réservé à leurs confrères, les infirmières et les sages-femmes ont-elles aussi décidé de taper du poing  sur la table  http://tananews.com. 

Voir les commentaires