Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

PELE-MELE

29 Novembre 2010, 17:14pm

Publié par rovahiga

MUTINERIE D’IVATO

Le président Albert Zafy et l’ex-premier ministre de Rajoelina, Roindefo Monja sont convoqués aux bureaux de la Gendarmerie d’Ankadilalana suite à l’affaire des mutins d’Ivato. Le premier déclare ne pas vouloir s’y rendre et attend que les enquêteurs viennent le voir chez lui. Monja n’a pas non plus répondu à sa convocation. On est apparemment loin d’en finir avec cette affaire.

Rina Ranjeva, elle, devrait se présenter devant le tribunal demain dans l’après midi. Tandis que son père attendra le mois de décembre pour son procès.

 

PRISONNIERS POLITIQUES

Selon la presse, 350 prisonniers politiques ont été enregistrés depuis les 18 mois du pouvoir HAT, soit presque 20 personnes par mois ! Ce chiffre repartira en hausse d’ici la fin de l’année car l’affaire de la mutinerie d’Ivato n’est pas encore close. Sinon on se rattrapera l’année prochaine !

 

MEMORANDUM DE FETISON RAKOTO ANDRIANIRINA

SUIVRE :         http://bit.ly/fPDeEV

DESTITUTION DU BUREAU PERMANENT DU CONGRES DE LA TRANSITION ?

Raharinaivo Andrianantoandro l’actuel président du Congrès de la Transition de la HAT risquerait d’être le premier à ce poste à ne rester en place que le temps de deux cessions, si le projet de destitution du bureau permanent du CT qui se tramerait en coulisse se réalisait. Selon différentes sources, une centaine de signatures allant dans ce sens a été collectée jusqu’ici. Le parti TGV dément être pour quelque chose dans ce projet qui le priverait de son allié.

 

LE FFKM SUR SA LANCEE

Le FFKM (Fédération des Eglises de Madagascar) sera partie prenante en tant que médiateur lors de la prochaine table ronde pour la reprise des négociations sous l’égide de la SADC et du GIC. L’ESCOPOL, la plate-forme des partis politiques est aussi partante. Lalao Randriamampionona annonce cependant que l’arrestation des leaders des trois mouvances rend difficile les négociations et ne manquerait pas de produire des impacts négatifs dans la médiation. (Source : Ma-Laza)

Le pasteur Lala Rasendrahasina reprend la présidence du FFKM et cela jusqu’en 2012.

 

LES TROIS MOUVANCES

Les  mouvances  Zafy Albert, Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana organisent des  manifestations le 2 et 3 décembre prochains au stade MALACAM. Une demande d’autorisation a été déposée à la préfecture de police d’Antananarivo pour ce faire. On attend une réponse à cette demande dans les jours qui viennent.

Pour l’instant, les meetings se font dans la cour de la villa Elizabeth à Ivandry. Là même où l’EMMOREG doit passer pour « interviewer »  le professeur Zafy Albert … si nécessaire !!!

 rov@higa

Voir les commentaires

TANTELY ANDRIANARIVO RENONCE ?

29 Novembre 2010, 14:00pm

Publié par rovahiga

TANTELY ANDRIANARIVO RENONCE ?

 

http://www.matv.mg/wp-content/uploads/2010/09/320.jpg

 

Alors que tout indiquait qu’il avait repris son bâton de pèlerin, qu’il allait rameuter ses anciens partisans, amis et sympathisants pour la reconquête du pouvoir avec le soutien du grand stratège et ancien président de la république Didier Ratsiraka, Tantely Andrianarivo annonçait solennellement qu’il quitte la scène politique.

Une douche froide pour ceux qui voyait en lui un adversaire de taille à faire tomber le régime de la HAT aux prochaines élections présidentielles. A moins que ça ne soit justement la raison de ce recule. En effet, l’armée étant ce qu’elle est et les tenants du pouvoir ce qu’ils sont, le risque de devoir s’exiler une seconde fois ou de se faire arrêter pour troubles à l’ordre public, ou même pour des propos portant atteinte à la sureté de l’état serait trop cher payer.

Mais nous croyons qu’il n’est plus à l’abri d’un quelconque problème d’intimidation et de provocation et s’en est aperçu un peu tard. Pour reculer le plus loin possible toute échéance de ce genre, il préfère décrocher tout de suite.

La cause pourrait être « très politique » surtout. Souvenez-vous d’un certain diner (La Lettre de l’Océan Indien) dont l’hôte n’est autre que l’ambassadeur de France lui-même et au cours duquel Tantely Andrianarivo a passé avec brio l’orale imposée par la situation. La maitrise du dossier « Madagascar » qui lui a valu une certaine reconnaissance de la part de tous les convives (des diplomates de la Suisse, de la Russie, de l’UE, de l’Allemagne, du Sénégal, de la BM, du PNUD et bien sûr ceux de la France). C’était à l’issue de cette soirée que la nouvelle feuille de route que la France va proposer à la Communauté Internationale naquit. En d’autre terme, il recule pour mieux sauter suivant les résultats attendus des négociations, où décrocher définitivement.

 rov@higa

Voir les commentaires

Transcription de la communication du Président Ravalomanana du 27 Novembre

29 Novembre 2010, 11:39am

Publié par GTT International

Transcription de la communication du Président Ravalomanana du 27 Novembre

 

http://gtt-international.blogspot.com/2010/11/transcription-de-la-communication-du.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+GttInternational+(GTT+International)

 

Le président élu Marc Ravalomanana rejette la nouvelle feuille de route de la France 

Selon le président élu Marc Ravalomanana:

"27 états membres de l’Union Européenne sont prêts à nous aider. Un seul d’entre eux refuse les efforts développement réalisés jusqu’ici à Madagascar. 

On me propose 15 millions d’€ pour rentrer à Madagascar, me restituer ou me faire rembourser mes biens volés ou incendiés et le tout à condition que je ne me présente plus jamais comme candidat à la Présidentielle. 

Pour conclure il marque un dernier point:

« Je reviendrai à Madagascar car ma patrie et la terre de mes ancêtres sont à Madagascar»

Voir les commentaires

COSC-D (communiqué)

26 Novembre 2010, 22:53pm

Publié par COSC-D

VONDRON’OLOM-PIRENENA MIARO NY DEMOKRASIA

 

COALITION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE

POUR LA DEFENSE DE LA DEMOCRATIE

 

Communiqué

 

La Coalition des Organisations de la Société Civile pour la Défense de la Démocratie (COSC-D) a, avant le 17 Novembre 2010, toujours soutenu que seule, la concertation de manière franche et objective entre les représentants des entités composant la société malagasy permettront de mettre fin aux crises politiques cycliques à Madagascar et d’instaurer un environnement favorable au développement de chaque Région de l’île.

La plupart des membres de la COSC ont milité en 2009 pour le changement de la pratique politique et du système de gouvernance et l’instauration d’une véritable démocratie à Madagascar dont un des principes fondamentaux est l’effectivité d’une élection libre, transparente, fiable et crédible. Dans ce sens, ils ont participé aux assises nationales le 2 et 3 avril 2009 et à divers ateliers se rapportant à la confection du Code électoral.

Cependant, le Référendum du 17 Novembre 2010, qui fait partie d’un processus imposé par la HAT, a permis de constater que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) dans sa forme actuelle a raté son premier test et fait une démonstration éclatante de son incapacité à faire valoir ce changement. Elle a également manqué l’occasion de faire montre aux yeux de tous les observateurs de sa crédibilité et de son efficacité dans l’exercice de sa mission. C’est bieb dommage car elle aurait pu faire taire ainsi ses détracteurs qui, dès sa naissance, ont émis des doutes quant à son indépendance vis-à-vis de la HAT.

Par franchise ou naïveté, son président a lui-même reconnu des dysfonctionnements de la confection de la liste électorale. Gardienne du Code électoral, la CENI était la première à ne respecter ni la forme, ni le contenu, ni l’esprit du code en vigueur. Les normes reconnues internationalement d’une élection libre, transparente, démocratique n’ont pas été respectées durant tout le processus électoral.

Il est bien clair que les malgaches veulent le plus tôt possible en finir avec cette Transition. Mais organiser de cette façon ce Référendum qui, comme le reconnaît le KMF/CNOE s’avère être « la plus mauvaise consultation populaire jamais organisée à Madagascar », ne fait que rendre plus complexe la solution de sortie de crise. Dans ces conditions, il est difficile de donner, sans parti pris, du crédit aux résultats de ce Référendum. En conséquence, l’ensemble du processus de sortie de crise proposée par la HAT dont ce Référendum  constitue une des étapes principales, se trouve remis en cause.

Pour la COSC, qui en toute indépendance, a organisé les « Dinika Santatra » au niveau des 119 districts, le processus actuel ne tend pas vers l’apaisement souhaité. La voie suivie n’est pas de nature à instaurer la stabilité à moyen et à long terme recherchée, propre à favoriser la dynamique de changement recherché par la population.

 De ce fait, la COSC-D réitère son appel aux politiciens et responsables de tous les niveaux (civils et militaires) en les incitant instamment à prendre leurs responsabilités et à entamer un dialogue franc sous l’égide de la CNOSC et de la communauté internationale.

Incontestablement, Madagascar se trouve à un tournant décisif de son histoire et il importe de négocier au mieux des intérêts et de l’aspiration profonde du peuple malgache.

La CNOSC-D affirme sans ambages que la reconnaissance internationale est vitale pour la relance de la vie économique, la sécurité de la population, la stabilité du régime de la Transition et l’intérêt supérieur de la Nation.

 

Antananarivo le 25 Novembre 2010

Velompanahy Aristide
Rakotomavo José
Rasolo André

Voir les commentaires

LEONARDO SIMAO A IVATO

26 Novembre 2010, 15:14pm

Publié par rovahiga

LEONARDO SIMAO A IVATO

 

http://www.matv.mg/wp-content/uploads/2010/09/422.jpg

 

LEONARDO SIMAO A IVATO

Le Docteur Leonardo Simao à la tête de la délégation de la SADC vient de fouler à nouveau le sol malgache (Info RTA). Il vient s’informer de la réalité politique du pays comme à chaque fois. Après la déclaration d’hier du président de la HAT concernant cette mission, comme quoi «Les représentants de la  SADC sont tous les bienvenus à Madagascar s’ils ont l’intention de nous aider. Si au contraire ils prévoient de semer à nouveau des troubles dans le pays, je pense qu’ils feraient mieux de rester chez eux »(tananews), les gens sensés en rient sous cape de ces petites phrases qui se veulent  «assassines».  

 

LE JUGE DEVANT SON JUGE !

Un bon titre pour un film. Seulement là, c’est une réalité qui va créer des malaises chez beaucoup de nos compatriotes, surtout ceux de Tana. A-t-on idée de ce qu’on provoque comme réactions de la part de la communauté internationale de la Justice au vu des dossiers déjà bien fournis de la HAT au TPI et autres associations défendant les droits de l’homme ? Pour nous, plus il y a d’erreurs et de bêtises, plus les condamnations prendront une dimension énorme et …mieux cela vaudra !

 

DONS DE LA FRANCE POUR LE PEUPLE MALGACHE.

 

Des matériels offerts par la France pour faciliter les « négociations malgacho-malgache » :

 

20 casques d’intervention,

20 gilets pare-balles, 2 béliers,

1 bouclier d’intervention,

50 paires de gants d’intervention,

2000 cibles de tir,

1 serviette de protection en kevlar,

Des matériels divers d’entrainement (sport de combat),

2 pièges à balles gracieusement offerts par le détachement de gendarmerie de coopération française à Madagascar

(Source : tananews.com/)

 

LA PRESIDENT DE L’AMM, GUY MAXIME RALAISEHENO

Deux mois d’emprisonnement fermes ! C’est la peine infligée à Guy Maxime Ralaiseheno par le tribunal de la HAT à Anosy. C’est les minimum mesdames et messieurs ! Battre ce record, sans subir des préjudices corporels en plus et tout simplement impossible. Pour éviter les représailles, éviter de regarder les éléments des forces de l’ordre dans les yeux. En tout cas pour le maire d’Ankaraobato c’est foutu pour les élections communales à cause de son casier judiciaire défloré !

 

LES LEADERS DES TROIS MOUVANCES

Antanimora, Ambatolampy, Fianarantsoa puis Vatomandry, Fetison Rakoto Andrianirina, Zafilahy Stanislas et le Pasteur Edouard  Tsarahame ont visité quatre prisons en quelques jours pour des raisons « sécuritaires » (tananews). Finalement, ils sont reconduits à la prison d’Ambatolampy et ont pu rencontrer leur avocat, maitre Hanitra Razafimanantsoa, qui est persuadée que tous ces transferts n’étaient qu’une stratégie politique pour reporter la date du procès. Quant au directeur général de l’administration pénitentiaire, Ranaivo Andriamaroahina Tovonjanahary, il a insisté sur le fait que des menaces ont été proférées contre tous les lieux de détentions que des attaques se préparaient pour kidnapper ces trois chefs de file, mais ces derniers ont été  très bien traités, malgré quelques blessures dues à un accident de la circulation au niveau de Vatomandry, mais tout va bien puisqu’ils ont bénéficié de soins médicaux  à l’hôpital de Vatomandry même.  

 rov@higa

Voir les commentaires

NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE CONCOCTEE PAR LA FRANCE

26 Novembre 2010, 11:07am

Publié par rovahiga

 

 

NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE CONCOCTEE PAR LA FRANCE

 

 

Une bouée de sauvetage pour Andry Rajoelina et la HAT. Dans la logique et l’esprit bien français des  résultats du dernier référendum, « le peuple malagasy » a bel et bien légitimé le régime putschiste du pouvoir de fait. Il serait cependant intéressant de savoir si ces résultats auraient été les mêmes si la transition était géré conformément à la norme internationale, c'est-à-dire consensuelle et inclusive. Raison pour laquelle l’opposition en général et la Communauté Internationale ne reconnaissent pas ce référendum. C’est presque enfantin de vérité !

Seulement, ayant été la mère adoptive de l’enfant fort du pays, la France comme toute mère qui se respecte se doit de défendre son bébé jusqu’à la gauche. D’où l’entière responsabilité de la mère patrie sur ce qu’on vit à Madagascar depuis deux ans. Une mère responsable devrait interdire à ses enfants de saccager et de piller la maison du voisin jusqu’à l’incendier !

Voilà donc le sens de cette nouvelle feuille de route que la France va imposer au Groupe International de Contact (GIC) en particulier et de la Communauté Internationale en général. Le but n’est autre que celui défendu par la HAT depuis le putsch, à savoir : maintenir Rajoelina au pouvoir, conditionner les prochaines élections. En retour, les français veulent recomposer la CENI fortement critiquée depuis, et mettre en place un gouvernement plus accessible à leurs souhaits, c’est-à-dire sans autre pouvoir que celui de la gestion des affaires courantes et des élections. Le gros du pouvoir de la transition échapperait ainsi aux autres forces vives du pays trop extrémistes à leur goût. Pour Andry Rajoelina personnellement, la plus haute responsabilité pour gérer la patrie s’arrêtera à la fin de la transition sans l’interdire à se présenter pour d’autre poste et surtout échapper ainsi  à toute poursuite judiciaire éventuelle ( ?).    

 rov@higa

Voir les commentaires

Le dossier mutinerie d’Ivato pour se débarrasser de la menace Ranjeva ?

25 Novembre 2010, 09:43am

Publié par madonline.com/

 

Le dossier mutinerie d’Ivato pour se débarrasser de la menace Ranjeva ?

madonline.com/

 

Après l’audition des militaires concernés par la mutinerie d’Ivato, les autorités dirigées par l’incontournable colonel Richard Ravalomanana passent à l’offensive pour mettre la main sur des civils opposants à la HAT et qui militent pour la mise en place d’une « vraie » transition à Madagascar. Le professeur Raymond Ranjeva paie ses critiques qui ont discrédité fortement la HAT.

Tous ceux qui s’aventurent à s’exprimer ou agir contre l’autorité de fait sont arrêtés et jetés en prison. Leur véritable faute est de porter atteinte à la sûreté de la HAT ! Officiellement, le commandant de la CIRGN Analamanga parle d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Par ce chef d’inculpation qu’il qualifie d’incontournable et évident,  le colonel Richard Ravalomanana justifie les 15 jours de garde à vue dont font l’objet les officiers mutins. 

Six militaires ayant déjà fait l’objet d’un jugement civil ont été placés en détention. A part le colonel Coutiti qui n’a pas respecté sa restriction à résidence surveillée, les autres ont été condamnés par l’affaire du 07 février, coupable d’avoir défendu le palais présidentiel face à une foule venue prendre le pouvoir. Les enquêteurs ont procédé à une perquisition des domiciles des prévenus. Comme preuve à charge d’un coup d’Etat en préparation, ils ont trouvé des documents qui détaillent le fonctionnement du Comité militaire de salut public. 

Qu’est-ce que le professeur Raymond Ranjeva, l’ancien magistrat international, fait dans cette histoire ? Ayant fait de nombreuses sorties médiatiques pour dénoncer le forcing et l’unilatéralisme de la HAT, il a revendiqué la mise en place d’une vraie transition démocratique. Cela fait-il de lui un suspect dans cette affaire de coup d’Etat présumé. Selon le colonel Richard Ravalomanana, les enquêteurs essaient de déterminer un lien entre les officiers et le Pr Ranjeva. 

Des éléments aurait révélé que le Comité militaire de salut public du général Noël Rakotonandrasana aurait voulu donné à cet éminent juriste un premier rôle dans la gestion de la « vraie » transition. Les enquêteurs tentent de vérifier une rumeur selon laquelle le Pr Ranjeva avait assisté à une réunion avec ces officiers. Que fait alors la fille du magistrat international dans l’histoire au point d’être gardée à vue à la gendarmerie. Officiellement, c’est pour éviter tout contact entre le père et la fille, ce qui pourrait saboter l’enquête. 

Le colonel Ravalomanana s’est plaint des « propos irréfléchis » qui auraient été tenus par la fille Ranjeva à l’endroit des enquêteurs. Ces derniers temps, toute contestation contre les forces de la HAT se paie cher. « Il faut respecter les enquêteurs malgaches », ironise le colonel Ravalomanana par rapport à des gens qui ont une autre culture de la loi. La jeune femme aurait traité les enquêteurs d’incompétents. Le prétexte juridique des autorités pour atteindre l’opposant à la HAT peut en effet paraître trop gros. 

Le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie nationale a quant à lui fustigé le rôle des politiciens qui avaient appelé à la prise de responsabilité par l’armée. Cet appel aurait été le déclencheur de la mutinerie. Le général Randrianazary annonce que les officiers fautifs auront des sanctions militaires. Par la mutinerie avortée des officiers dont ceux qui ont porté Andry Rajoelina au pouvoir, l’autorité de fait veut-elle écarter un vrai adversaire. Le Pr Ranjeva constitue une grande menace, qui plus est local, d’atteinte contre la sûreté de la HAT.

 

Voir les commentaires

SADC heads do not recognize Madagascar referendum

25 Novembre 2010, 09:33am

Publié par The Botswana Gazette

SADC heads do not recognize Madagascar referendum 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6d/Africa_satellite_plane.jpg/90px-Africa_satellite_plane.jpg

 

The Botswana Gazette

http://gazettebw.com/index.php?option=com_content&view=article&id=8097:sadc-heads-do-not-recognize-madagascar-referendum-&catid=18:headlines&Itemid=2

 

 

The Extra-Ordinary Summit of Heads of State and Government of the South African Development Community(SADC) held in Gaborone Saturday, on the margins of the official opening of the SADC headquarters have resolved not to recognize the constitutional referendum which is being held in Madagascar to resolve the existing political standoff.

It also emerged South African President Jacob Zuma could not hold formal talks with conflicting parties in Zimbabwe’s political crises because Zambian President Rupiah Banda, who  chairs the Troika Organ, had inexplicably failed to attend the Summit attended by 6 SADC heads of state.

Banda was reportedly expected to arrive first amongst the SADC heads of state from Brazil but proceeded to Zambia and is yet to explain formally to the SADC secretariat what caused the last minute change in his schedule. Zimbabwean Prime Minister Morgan Tsvangirai did not attend the closed session talks for SADC heads of state nor did coalition partner Arthur Matumbara who also attended summit.

“If the referendum is held within the framework of the agreements reached at Maputo and Addis Abba between stakeholders there would be no problem. The problem is that the government of Andry Rajoelina has prepared to run the show unilaterally,” said the Southern African Development Community (SADC) Executive Secretary, Dr Tomáz Augusto Salomão.

He said, “The agreement had been for an independent body to run such as exercise. We do not recognize the referendum and the SADC mediator told them so on the 31st October 2010.”

The coup leader Andry Rajoelina formally installed as Madagascar's President on the 21st Mar 2009 is presenting voters with a new constitution that could see him in power indefinitely and Extra-ordinary Summit noted that the situation in Madagascar ‘remains fragile and unresolved.’

Despite all the mediation attempts which have been undertaken by SADC, agreements reached have allegedly been dishonored and violated on a number of occasions, notably by the High Transitional Authority(HTA).

The Extra ordinary summit has therefore called for the speedy establishment of a mediation office in Madagascar in order to support the dialogue process in the country.

It was also noted whilst there was progress in Zimbabwe in the implementation of the Global Political Agreement(GPA) reached between ZANU-PF, MDC-T and MDC-Mutambara in 2009, outstanding issues remain to be resolved and urged the parties to expedite finalization of such issues.

“The point is the SADC mediator and his team has to consult further with parties to see if they are in agreement with lifting of sanctions on Zimbabwe,” revealed Salomão.

South African President Jacob Zuma is expected to visit Zimbabwe next week to discuss further sticky points in the Global Political Agreement, in the hope of breaking down existing political impasse. A meeting of the Troika would then be convened as a matter of urgency.

SADC Heads of State also reiterated their belief in the idea of gradual continental integration taking place over time with the strengthening of economic regional commission's first.

“Let us not build the house from the roof but build the foundation first,” said Salomão.

SADC member states also reiterated their belief SADC is a viable building block for the ultimate achievement of African integration.

“The construction of the SADC Headquarters is yet another practical step to strengthen our regional economic community as one of the building blocks for continental integration. I believe that as a region, we should continue to take additional steps towards that noble objective, namely continental integration,” said SADC Chairperson and President of Namibia Hifikepunye Pohamba.

He said, “Ten years ago, the AU unanimously adopted a resolution that called for member states to hoist the AU flag alongside their national flags at all public buildings and to sing the AU anthem together with their national anthems at all official functions. I am happy to say that Nambia has complied with this resolution since its adoption. I would therefore like to humbly request your excellencies that all SADC member states should also do the same.”

Voir les commentaires

SAUVEZ MADAGASCAR DU TOTALITARISME ABSOLU

24 Novembre 2010, 18:56pm

Publié par GTT International

APPEL A LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE: Sauvez Madagascar du totalitarisme absolu

 

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

Malagasy Mandresy, Madagasikara Afaka

Peuple Malagasy Gagnant. Madagasikara Libre

Winner Malagasy People. Free Madagasikara

 

Nous attirons l’attention de la Communauté Internationale sur la gravité de la situation politique à Madagascar qui bascule vers un totalitarisme musclé.

Le mercredi 17 Novembre 2010 , l’armée légale a fait une déclaration pour la création d’un Comité Militaire pour le Salut Public (CMSP) afin d’arrêter l’engrenage dans laquelle les putschistes dirigés par Rajoelina ont entraîné Madagascar.

Le samedi 20 novembre 2010, alors que le CMSP est en pleine négociation avec un représentant du pouvoir putschiste, les milices privées d’Alain RAMAROSON et les Forces d’Intervention Spéciale en ont profité pour attaquer le camp militaire.

Les putschistes ont d’abord profité de cet événement pour mettre en pratique sa politique d’épuration des membres de l’opposition. Ainsi :

  • l’ancien procureur de la Cour Pénale Internationale, Ranjeva Raymond et sa fille sont arrêtés.
  • trente officiers et sous officiers légalistes, qualifiés par la HAT de « mutins », sont emprisonnés et ont subi des actes de tortures. Le Général Raoelina, témoin gênant pour la HAT dans l’affaire du 7 février 2009 est dans un état comateux,
  • le Président et maire élu de l’AMM (Association des Maires de Madagascar), Guy Maxime Ralaiseheno, a été arrêté avec brutalité et conduit également en prison alors qu’il s’apprêtait à lire son discours devant des manifestants pacifiques à Analakely,
  • trois leaders politiques de la mouvance légaliste, Fetison Rakoto Andrianirina, Zafilahy Stanislas et Pasteur Edouard Tsarahome sont détenus dans un endroit inconnu depuis plusieurs jours. On leur reproche d’être les responsables directs des troubles du jeudi 11 novembre consécutifs au refus des autorités putschistes d’accorder l’autorisation de manifester au stade Malacam,
  • depuis quelques jours, l’enceinte privée qui hébergeait les manifestations des légalistes a été fermée par la HAT,
  • la presse n’est pas épargnée car la censure a été ré-instituée et des menaces de fermeture ou avis de mise en demeure pèsent sur certains organes de presse dont les stations MATV, Fréquence Plus et TVplus.

Nous dénoncons:

  •  
    • la volonté du putschiste Rajoelina de briser l’opposition, plus particulièrement les pro-Ravalomanana,
    • la diversion pour faire passer les résultats non significatifs du référendum,
    • les appuis ouverts et la complaisance des médias français au régime putschiste.

Nous faisons appel à la Communauté Internationale pour dissuader tout pays, notamment la France d’apporter toute forme de soutien (matériel, médiatique, financier et humain) destiné à maintenir ou à légitimer les putschistes au pouvoir:

  •  
    • la désinformation systématique de la part des médias français dans le traitement des informations,
    • l’envoi des parlementaires français au titre d’observateurs alors même que les instances internationales ont refusé à l’unanimité de cautionner ce pseudo-référendum,
    • l’envoi de matériels d’armement et des mercenaires en renfort aux milices privées et forces d’oppression de la HAT.

Nous demandons que la France cesse toute intervention ou ingérence dans la politique nationale malagasy. Madagascar est un pays INDEPENDANT et SOUVERAIN avec les droits et égards qui y sont liés.

Devant cette situation dramatique, nous implorons la Communauté Internationale pour qu’elle agisse le plus vite possible afin de mettre un terme à ce régime dictatorial. Concrètement, nous demandonsl’intervention urgente de la BRIGADE de la SADC, seule à même de pouvoir restaurer l’ordre et la sécurité, mettre hors d’état de nuire et désarmer les FIS et milices armées de Rajoelina. La Communauté Internationale ne peut rester insensible face au drame que vit actuellement le peuple Malagasy sinon, ce serait de la non assistance à peuple en danger. Les Malagasy ne supportent plus les intimidations et les exactions, viols, pillages qu’ils subissent depuis 20 mois !

La situation est explosive et risque à tout moment de basculer dans la violence ou pire, dans la guerre civile dont les conséquences peuvent être catastrophiques. Nous demandons que des actions concrètes soient prises.

 

GTT INTERNATIONAL – Collectif de la Diaspora

15, rue des Savoises

Genève – SUISSE

Président: Gilbert Darsot Rasolofoniaina
Vice-Président: Raharimbahoaka Andriahobijaona

 

Voir les commentaires

Le général Raoelina dans un état grave

24 Novembre 2010, 12:26pm

Publié par L'Express de Madagascar

Tsiafahy

 

Le général Raoelina dans un état grave

L’EXPRESS DE MADAGASCAR

http://www.lexpressmada.com/tsiafahy-madagascar/18515-le-general-raoelina-dans-un-etat-grave.html

 

Le général Raoelina et le lieutenant-colonel Coutiti se trouvent dans un état critique, à Tsiafahy. Ils présentent des blessures et des traces de coups.


Le général Raoelina se trouve dans un état presque végétatif. « Il ne pouvait pas prononcer un mot à son arrivée à la maison de force de Tsiafahy, samedi », indique le général Ranaivo Tovonjanahary, directeur général de l’administration pénitentiaire, hier dans un entretien. « Depuis, il a repris du poil de la bête. Actuellement, il a retrouvé la parole », poursuit-il. Au passage, l’officier supérieur a mis en avant qu’il relève de sa responsabilité de faire soigner les détenus souffrants. 

Cet ancien Directeur de la sécurité présidentielle et conseiller de l’ancien président, Marc Ravalomanana, avant son éviction, était recherché pour le massacre du 7 février. 

Les gendarmes s’en lavent

Après la reddition des officiers mutins du Salut national à la BANI Ivato, le général Raoelina est arrivé à Tsiafahy, inconscient. « Son corps était couvert d’hématomes. Son visage, enflé. Il s’est plaint de douleurs à la poitrine », indique le directeur de l’administration pénitentiaire. 

Le lieutenant-colonel Coutiti Assolant a été victime du même sort. Lorsqu’il a repris ses esprits, il s’est plaint de douleurs aux côtes et à la cuisse. Il avait des bleus au visage. « Le colonel Coutiti était quasi-muet lorsqu’il est arrivé Tsiafahy. Maintenant, il peut aligner quelques phrases », rassure le général Ranaivo Tovonjanahary. 

Les gendarmes s’en lavent les mains sur les maltraitances infligées à ces officiers supérieurs mutins. 

« Ils ont été d’emblée conduits au camp de la gendarmerie à Ankadilalana, lorsqu’ils se sont rendus », explique le colonel Ravalomanana, commandant de la circonscription régionale de la gendarmerie, hier à Ankadilalana. « Ceux qui devaient être conduits à Tsiafahy ne sont pas descendus du véhicule. Il m’était impossible de voir dans quel état ils étaient », enchaîne-t-il. Il souligne qu’il a défendu aux militaires de lever la main sur ces officiers. En revanche, il a fait remarquer que certains avaient continué à darder des menaces. « Je ne sais pas ce qui a pu se passer lorsqu’ils les ont convoyé à Tsiafahy », ajoute-t-il. 

Des représentants de la Croix Rouge internationale surveillent de près l’état de santé de ces officiers.

 

Seth Andriamarohasina

Mercredi 24 novembre 2010

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>