Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

ESPOIR ?

31 Décembre 2010, 17:15pm

Publié par rovahiga

 

Sauf contre-indication de la part du président de la HAT qui présentera ses vœux à la nation malagasy ce soir, et de quelques « politiciens » genre Pierre Tsiranana car il faut de tout pour faire un monde, et malgré les calculs machiavéliques de certains, les premiers mois de la nouvelle année qui frappe à nos  portes  verront se matérialiser l’un des vœux les plus chers de tout un peuple : la mise en place d’une vraie transition et les premiers pas d’une réconciliation nationale. Il est loin de la coupe aux lèvres, mais jamais nous n’avons été si près d’une solution concertée. Pourrions-nous supporter d’autre déception ?

 

L’heure de la vérité a sonné pour ceux qui ont chanté faux. Ce qui explique la réticence avouée de ceux qui cherchent à se qualifier eux-mêmes d’obstacles au progrès et au développement du pays. Ils savent bien qu’ils ne compteront plus pour grand-chose dans la mise en place de la IVè république et sont condamnés à disparaitre dans la masse des inconnus d’où ils sont venu.

 

Quand le directeur de cabinet du ministre des  finances et du budget, Rajaonson Hugues, ne cache plus les dégâts causés par le non reconnaissance internationale de la transition, la perte de millions de dollars journalière qui en découle de l’économie malgache et celle de la confiance des investisseurs étrangers, c’est que la situation est grave et exige un certain réalisme patriotique à nos politiciens comme à ceux qui fondent leur carrière sur le gain mal acquis. Plus révélateur, ce haut fonctionnaire n’hésite pas à féliciter le rapprochement entre les belligérants de ces derniers jours pour trouver une solution à la crise.

 

La messe est dite. Ou on avance tous ensemble, ou personne n’ira loin.

 

Nous ne pouvons cependant finir cette année sans une pensée émue à tous ceux qui sont privés de liberté pour avoir osé crier leur indignation, leur soif de justice et leur espoir d’une vie meilleure.

rov@higa

Voir les commentaires

NOS MEILLEURS VOEUX

31 Décembre 2010, 10:58am

Publié par rovahiga

 

RENDEZ - VOUS  AU  03 JANVIER  2011

 

http://cr.linter.fr/image/objdbcarte/image/180/782/975782.jpg

 

 

PASSER DE TRES BONNES FETES DE FIN ET DE DEBUT D'ANNEE

 

rov@higa

Voir les commentaires

MOUVANCE ET TRANSITION

29 Décembre 2010, 17:58pm

Publié par rovahiga

 

 

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2010/12/belair.jpg

 

Nous avons mis en évidence la photo de Raharinaivo Andrianatoandro et Mamy Rakotoarivelo dans le précédent article sans trop le vouloir, mais finalement, de ces deux leaders d’opinion dépendra aussi les prochaines démarches quant à l’intégration de la mouvance Ravalomanana à la transition. En effet, comme un enfant qui défend à ce qu’on touche à ses jouets, le président du CT actuel veut marquer son territoire : « les actuels « TIM Ravalomananistes » devront le reconnaitre en tant que Président légal du parti, puisque le « TIM » qu’il dirige est le seul qui soit reconnu par le régime, toujours selon ses propos… » (Source Tananews). Du côté des « Ravalomananistes », ils exigent la dissolution de l’actuel Congrès de la Transition pour la mise en place d’un autre plus approprié. Pour mémoire, ces deux personnalités occupent chacun le poste de dirigeant du parti TIM coupé en deux. Une belle bataille en perspective qui influera sur la question de l’amnistie et de la réconciliation nationale.

 

L’ombre du MFM.

La mouvance Ravalomanana composée d’autres partis pour ne citer que le plus influent, nous avons nommé le MFM qui vient tout juste de célébrer ses 38 ans d’existence et qui reste un des fidèles piliers de Ravalomanana, devrait s’exprimer sur l’évolution de la situation au sein de la mouvance, et peser de tout son poids sur ce qu’il va croire être adéquate concernant certaine question de « souveraineté » de la mouvance ou de l’ensemble des mouvances légalistes. A défaut de la bénédiction de ces dernières, nous assisterons en direct à la désintégration définitive de l’approche mouvance. Un autre point de marqué pour les stratèges de la HAT. L’absence des membres du MFM dans les nominations des responsables de la mouvance Ravalomanana au lendemain du clash du TIM et leur apparition de moins en moins constatée semblent en effet indiquer que le MFM s’est retiré de la scène provisoirement, et que leur réapparition ne se fera plus sous le joug des mouvances, mais il réapparaitra.

 

La remise sur les rails de la mouvance Ratsiraka.

Des observateurs tablaient sur le mois de Janvier pour voir l’Amiral regagner le pays. Le délai nous semble plus probable et la réhabilitation de la résidence de Faravohitra pour l’accueillir entrerait plutôt dans la logique de raisonnement du pouvoir en place, rien que pour matérialiser l’idée de barrer la route à Ravalomanana. Didier Ratsiraka l’accepterait-il ? En tout cas, la mouvance Ratsiraka semble suspendue à ce retour qui certainement, redynamisera et le parti AREMA et à un degré moindre la mouvance. Il serait d’ailleurs intéressant de savoir si la mutation du paysage politique actuelle ne serait pas tout simplement une anticipation à cet évènement.

 

La mouvance Zafy Albert en embuscade.

C’est la seule mouvance qui a le moins souffert de la désertion  de certains de ses membres et Zafy Albert le seul chef de file qui bénéficie  d’un certain égard de la part du pouvoir de fait. Rappelons que Andry Rajoelina était venu le consulter à plusieurs reprises de son propre chef et que si les résultats n’étaient pas au rendez-vous, le professeur ne manquait pas de lancer des critiques acerbes contre le président de la HAT. Rien n’indique si le rapport entre les deux hommes s’est empiré ou au contraire, s’il s’était amélioré. Toujours est-il que la mouvance de l’ex-président de la république, fidèle à elle-même, semble vouloir rester au dessus de la mêlée avant de jouer ses cartes à fonds. A travers ces Mada-raid, le professeur  n’en doutons pas, a placé des jalons tout au long de ces périples. Reste à savoir ce qu’ils valent. Quant à s’intégrer à la transition, il ne ferait rien sans « invitation » en bonne et due forme, et ce serait à ses conditions mais pas à celle des autres. Et pourtant rien ne se fera sans lui non plus ! Le souhait de bienvenue du général Rasolosoa Dolin aux trois mouvances semble donc un peu prématuré.

 

rov@higa

     

Voir les commentaires

PRESSIONS OU PAS

29 Décembre 2010, 12:25pm

Publié par rovahiga

http://u.jimdo.com/www31/o/s05214760ce221b35/img/ibcdc698498442cbb/1283493312/std/image.jpg http://www.courrierdemada.com/mg/images/stories/c2979.jpg

 

Pressions  internationales ou pas, on se presse aux portillons (l’appel de la sirène)  pour s’intégrer à la transition en place. Reste à se draper de la toge de la compréhension mutuelle et à définir si les nouveaux arrivants auront l’honneur de siéger à « l’avara-patana » (lieu réservé aux invités d’honneur) ou pas.

 

La rencontre de deux heures entre l’ESCOPOL conduit par Alain Andriamiseza (ex-membre des trois mouvances) et La mouvance Ravalomanana (conduit par son secrétaire général Mamy Rakotoarivelo ex-député de Madagascar) augure d’une suite favorable à la sortie de crise. Selon Mamy Rakotoarivelo, il s’agissait d’une rencontre préalable qui était destinée à accorder les violons avant de poursuivre en profondeur les discussions lors de prochaines réunions. Les deux parties se sont mis d’accord pour mettre en place un « Comité restreint » qui décidera du sort de ce rapprochement. Apparemment, l’intégration de la mouvance Ravalomanana dans la transition ne devrait pas poser des problèmes pour des raisons tout à fait politiques. Le général Dolin Rasolosoa s’est exprimé dans ce sens : « … cette intégration constituerait une étape importante dans la résorption de la crise » et plus loin, « la communauté internationale devrait alors appuyer la démarche par des mesures d’accompagnement budgétaires ». Les mots sont lâchés, Le but est clair.

 

Quant à l’ESCOPOL, où en sont les craquelures constatées dans cet édifice ? Ce qu’on constate aujourd’hui, c’est  l’initiative prise par  l’aile Alain Andriamiseza qui a permis le rapprochement avec la mouvance Ravalomanana. Là encore il s’agissait de joindre l’utile à « l’agréable ». Alain Andriamiseza et ses compagnons se parent de l’habit de vrais réconciliateurs, tout en faisant un pied de nez à l’autre aile. Et comme nous l’avions prédit, l’aile Andriamiseza renforce du coup ses bases dans la transition. Voir ci-après  l’extrait de notre article :  

 

ESCOPOL, AVEC DES SI …

http://rovahiga.over-blog.com/article-escopol-avec-des-si-63533324.html

L’ESCOPOL était pourtant ce qui donnait un tant soit peut l’image d’un embryon de démocratie dans l’empire du TGV. Dommage, car au pire des scénarii pour la quatrième république version TGV, l’ESCOPOL UNIFIE aurait pu tenir tête aux ténors de la HAT pour empêcher le monopole du pouvoir. Tout cela dans l’hypothèse où une nouvelle feuille de route pour la transition inclusive et consensuelle ferait chou blanc. Dans le cas contraire, l’ESCOPOL ou une de ses ailes dissidentes gagnerait à se rallier aux dernières recrues des trois mouvances qui projetteraient de prendre le train en marche.

 Avec des si… !

 

On n’attend plus que les résultats de la pêche en gros qui verrait au bout de l’hameçon la reconnaissance de la communauté internationale enrobée de millions d’euros ! Mais ce n’est pas encore gagné. Des conditions préalables très consistantes seront exigées et pourraient d’ailleurs faire capoter les choses :

-Retrait définitif des chefs de file (Zafy Albert, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et surtout Andry Rajoelina) de la candidature aux élections présidentielles,

-Réconciliation nationale, grand pardon et amnistie générale …

 

Des problèmes subsistent encore pour l’avènement de la vraie transition consensuelle et inclusive. Pour ne citer que les deux autres mouvances Zafy et Ratsiraka. Mais à bien y réfléchir, ils feront moins de chichi que la mouvance Ravalomanana qui elle, devrait faire face à l’aile extrémiste de sa mouvance jusqu’à ce que l’ex président Ravalomanana s’exprime de façon claire et nette sur ses décisions.

 

  rov@higa

Voir les commentaires

Le triomphe des dictatures ?

28 Décembre 2010, 12:23pm

Publié par Les Inconditionnels de Madagascar

Madagascar Résistance - lettre n° 43 : 

http://static.blog4ever.com/2010/02/390826/artimage_390826_2586326_201003192206499.jpg

Le triomphe des dictatures ?

 

Ce 21ème siècle sera-t-il celui du triomphe des dictatures dans le monde ? Angoissante question. Une question que l’on n’aurait pas imaginé pouvoir se poser après la défaite des régimes fasciste et nazi en Europe à l’issue de la seconde guerre mondiale et après l’effondrement de l’URSS. Et cependant, cette question peut se poser aujourd’hui, car il flotte de nouveau sur tous les continents une ambiance malsaine : les discours xénophobes, racistes et liberticides ressurgissent et même s’amplifient aux Etats-Unis, en Europe, au Moyen Orient, en Asie et en Afrique.

 

LES VALEURS DEMOCRATIQUES SONT MAL DEFENDUES PAR LEURS « CHAMPIONS »

 

L’histoire nous montre que de tels discours ont souvent amené à l’instauration de régimes dictatoriaux, notamment dans les Etats où les valeurs et la culture démocratiques n’ont pas eu le temps de s’enraciner profondément. Ce qui est aujourd’hui le cas pour la majorité des pays de notre planète. Les Etats-Unis et l’Europe, puissances dominantes du 20ème siècle après l’effondrement de l’URSS, étaient apparus au reste du monde comme les « champions » (dans le sens de « défenseurs ») des valeurs démocratiques. Et malgré les critiques légitimes que l’on pouvait émettre sur la démocratisation à marche forcée qu’ils imposèrent à certains pays, sans tenir compte de leurs réalités historiques, économiques et sociales, aboutissant ainsi à une perversion de la démocratie, le respect des droits humains, de la liberté individuelle, ainsi que la nécessaire redevabilité des dirigeants politiques devant leurs citoyens, étaient devenus des aspirations communes à tous les peuples.

 

Or, en cette fin de la première décennie du 21ème siècle, la Chine, désormais première puissance mondiale, est porteuse, elle, d’un modèle opposé à ces aspirations démocratiques. Ce qui risque fort de conforter les dirigeants des nombreux pays non démocratiques qui se trouvent aujourd’hui sur tous les continents, que ces pays soient émergents ou encore sous-développés. De plus, la détermination des démocraties occidentales à défendre fermement leurs valeurs morales, sociales et politiques est affaiblie de l’intérieur par les tenants des thèses fascistes ou néonazies qui retrouvent un terreau favorable à leur propagande, avec les retombées aux Etats-Unis et en Europe de la crise née des excès du capitalisme financier, mais aussi du nouveau rapport des forces économiques au niveau mondial. Mais plus que les extrémistes, c’est le cynisme des gouvernements occidentaux et la perte de crédibilité qui en résulte, qui est le plus grand ennemi intérieur des valeurs démocratiques de leurs pays.

 

Article du Canard enchaîné en date du 15/12/2010 :

 

« Africanophiles, encore un effort !

Impressionnante, la mobilisation internationale, de l’ONU à la France, en passant par Washington et Moscou, sur la Côte d’Ivoire, pour défendre Ouattara (gratifié de 54% des voix) contre le mauvais perdant Gbagbo. C’est à peine si l’on s’est aperçu que, dans la même Afrique, deux autres scrutins nationaux suscitaient – pour leur déroulement et leur résultat presque stalinien – les doutes des experts et des démocrates. En Egypte, le parti au pouvoir a remporté – presque sans rival – 95% des voix aux législatives. Au Burkina Faso, le président Compaoré, sacré à la faveur d’un putsch, vingt-trois ans plus tôt, s’est fait réélire avec plus de 80% au premier tour… Cette année, les présidentielles, pimentées de lourdes irrégularités au Soudan (en avril) et au Togo (en février), n’ont pas soulevé de tempêtes diplomatiques. Pas plus, en 2009, que les scores mobutuesques obtenus par les chefs d’Etats sortants du Congo (70%), d’Algérie (90%) et de Tunisie (89,6%). Sans parler du Gabon, où, selon divers spécialistes, dont un ex-conseiller Afrique de Chirac, « on a inversé les scores des candidats arrivés premier et deuxième ».

Bien sûr, une poussée de vigilance démocratique de temps en temps vaut mieux que pas de poussée du tout. Mais pour les peuples des autres pays, dans lesquels l’élection est une parodie, le sentiment d’abandon n’est que plus grand. Quant aux rares Etats africains qui jouent le jeu – Ghana, Bénin, Mali, Sénégal, Guinée -, ils doivent se sentir de plus en plus isolés… » J. F. J.

 

Impressionnante, la mobilisation internationale, de l’ONU à la France, en passant par Washington et Moscou, sur la Côte d’Ivoire, pour défendre Ouattara (gratifié de 54% des voix) contre le mauvais perdant Gbagbo. C’est à peine si l’on s’est aperçu que, dans la même Afrique, deux autres scrutins nationaux suscitaient – pour leur déroulement et leur résultat presque stalinien – les doutes des experts et des démocrates. En Egypte, le parti au pouvoir a remporté – presque sans rival – 95% des voix aux législatives. Au Burkina Faso, le président Compaoré, sacré à la faveur d’un putsch, vingt-trois ans plus tôt, s’est fait réélire avec plus de 80% au premier tour… Cette année, les présidentielles, pimentées de lourdes irrégularités au Soudan (en avril) et au Togo (en février), n’ont pas soulevé de tempêtes diplomatiques. Pas plus, en 2009, que les scores mobutuesques obtenus par les chefs d’Etats sortants du Congo (70%), d’Algérie (90%) et de Tunisie (89,6%). Sans parler du Gabon, où, selon divers spécialistes, dont un ex-conseiller Afrique de Chirac, « on a inversé les scores des candidats arrivés premier et deuxième ».

 

Bien sûr, une poussée de vigilance démocratique de temps en temps vaut mieux que pas de poussée du tout. Mais pour les peuples des autres pays, dans lesquels l’élection est une parodie, le sentiment d’abandon n’est que plus grand. Quant aux rares Etats africains qui jouent le jeu – Ghana, Bénin, Mali, Sénégal, Guinée -, ils doivent se sentir de plus en plus isolés… » J. F. J.

 

 

CESSER DE JOUER AVEC LES VALEURS DEMOCRATIQUES SOUS PEINE DE LES CONDAMNER A DISPARAITRE

 

Cet article du Canard enchaîné rejoint ce que nous écrivions dans notre Lettre n°41 sous le titre « Le respect des électeurs n’est pas le même pour Paris selon que l’on se trouve en Côte d’Ivoire ou à Madagascar ».

 

Toutefois, l’absence de Madagascar parmi les rares Etats africains cités par cet hebdomadaire - pourtant parmi les mieux informés de France - comme ayant joué le jeu de la démocratie, illustre à quel point l’omerta imposé par Paris sur le combat des démocrates malgaches est efficace. En effet, les Malgaches ont non seulement joué le jeu, mais ils l’ont fait par une opposition à l’oppression à la fois déterminée et non violente dès 1972, ensuite en I991 et enfin en 2001 et 2002. Cette lutte non violente, rarissime dans le monde actuel, et qui a permis l’instauration de régimes démocratiques entre 1992 et 1996 et entre 2002 et 2009 mérites d’être rappelée.

 

La même omerta est de nouveau appliquée aujourd’hui pour protéger les auteurs du coup d’Etat de 2009 à Madagascar, ce qui

n’a pas permis au Canard enchaîné de disposer des informations pour faire figurer le récent référendum constitutionnel, organisé par les putschistes malgaches contre la volonté des opposants et celle de la communauté internationale, dans le sombre palmarès des mauvais coups portés à la démocratie.

 

Dans notre précédente Lettre, nous nous élevions également contre cette iniquité de « la vigilance démocratique » de la part de la communauté internationale. (Voir encadré ci-dessous).

 

« La différence de traitement entre le cas actuel de la Côte d’Ivoire et celui de Madagascar démontre la capacité de la France à peser dans les décisions internationales en matière de sanctions : presque deux années après le coup d’Etat à Madagascar, et en dépit de la condamnation unanime de la communauté internationale, seule l’Union Africaine a appliqué le gel des avoirs et le refus de visa à l’encontre des auteurs du coup d’Etat et de ceux qui les soutiennent. On crie au scandale (et cela en est un) devant les agissements de la Haute Cour Constitutionnelle ivoirienne à la solde de Gbagbo, mais des élus français en service commandé se font les défenseurs zélés d’un référendum constitutionnel manipulé de bout en bout par les putschistes malgaches. (Voir nos Lettres n°36 et 39). Outre les sanctions financières globales d’usage, les sanctions individuelles sont tombées immédiatement sur Gbagbo et les membres de son gouvernement sous forme de gel de leurs avoirs en Europe et aux Etats-Unis, mais les putschistes malgaches ainsi que leurs conseillers et hommes de main circulent librement en Europe et en Amérique du Nord. Leurs avoirs n’ont pas été gelés et ils ont eu largement le temps de mettre leurs biens mal acquis à l’abri dans des pays amis comme la France ou dans des paradis fiscaux. » (Madagascar Résistance n°42 – décembre 2010)

 

LES VALEURS DEMOCRATIQUES PEUVENT ET DOIVENT SURVIVRE

 

Selon Churchill, « La démocratie est un mauvais système, mais c’est le moins mauvais de tous ».

Vouloir être libre de penser, d’agir, de s’exprimer, de choisir ses représentants et ses dirigeants, cela a toujours été et rester toujours le désir de toutes les femmes et de tous les hommes. Cette volonté a soutenu tous leurs combats depuis la nuit des temps, sur tous les continents, par delà les différences de races, de cultures et de religions.

 

Ce besoin fondamental de liberté nous paraît aujourd’hui de nouveau gravement menacé dans le contexte économique et politique mondial qui prévaut. Et comme nous l’avons déjà écrit, les Africains nous paraissent être parmi les plus vulnérables, face à ce retour en force des adversaires de la démocratie dans le monde.

 

Alors, de deux choses l’une : soit les Etats-Unis et l’Europe démocratique (car une partie de l’Europe ne l’est pas) veulent voir leurs valeurs sociales et politiques survivre, soit ils se résignent à leur disparition progressive.

Le premier cas de figure ne sera possible que si d’autres peuples, à travers le monde, les partagent et les défendent de concert avec eux. Par contre, si les Etats-Unis et l’Europe démocratique se transforment en îlots entourés d’une marée de pays aux valeurs contraires, ils seront submergés par le nombre.

 

Voilà pourquoi ils doivent cesser de considérer les pays non encore émergents, notamment en Afrique, comme de simples réservoirs de matières premières dont ils pourraient continuer à jouer impunément à leur guise. Car cette « Realpolitik » qui pousse aujourd’hui les Etats-Unis et l’Europe à pratiquer le « deux poids, deux mesures » face aux atteintes aux droits de l’homme, les amène en réalité à faire discréditer leurs propres valeurs démocratiques, ce qui relève d’une vision très courte et suicidaire de leur intérêt vital.

 

Leur intérêt, à terme, est au contraire d’aider ces pays non encore émergents à devenir des partenaires dans tous les domaines.

Des partenaires dont le poids économique leur permettrait alors de faire entendre des voix alliées dans la lutte qui s’annonce entre les tenants de la démocratie et ses adversaires au niveau mondial.

 

Les Inconditionnels de Madagascar,

À l’Ile de la Réunion

Voir les commentaires

Lettre ouverte aux membres du GIC, de la SADC et de la CI

27 Décembre 2010, 10:56am

Publié par GTT International

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

Lettre ouverte aux membres du GIC-Madagascar, de la SADC et de la Communauté Internationale

 

 

Malagasy Mandresy, Madagasikara Afaka

Peuple Malagasy Gagnant. Madagasikara Libre

Winner Malagasy People. Free Madagasikara

Mesdames, Messieurs,

En premier lieu, nous tenons à saluer les efforts déployés par le GIC et notamment la délégation de la SADC dirigée par M. SIMAO dans la recherche de solution à la crise politique malagasy qui dure maintenant 21 mois. A l’issue de sa dernière mission sur place du 12 au 17 décembre 2010, permettez-nous de vous faire part de nos analyses et réflexions mais aussi nos préoccupations quant à l’évolution de la situation et ce, afin que vous et votre équipe puissiez en tenir compte dans votre décision.

Loin de critiquer la mission de la délégation, il s’agit pour nous de dénoncer l’attitude des autorités de fait. Ces dernières ont encore une fois défié outrageusement la Communauté Internationale en persistant dans leur unilatéralisme habituel sous prétexte qu’une démarche a été engagée par le peuple malagasy. Ce qui signifie en clair que la mission menée par la SADC ne présente aucune utilité. Les faits attestent cette affirmation.

En effet, un décret fixant les modalités des élections législatives pour le 16 mars 2011 a été pris le 14 décembre 2010 alors même que les émissaires de la SADC étaient en pleine consultation de tous les protagonistes afin de les convaincre à se retrouver autour de la table des négociations. La HAT a attendu le départ de ces derniers pour publier le dit décret le 19 décembre.

Rappelons que le processus électoral décidé unilatéralement par la HAT a commencé par le pseudo référendum du 17 novembre dernier, largement boycotté et non reconnu par les instances internationales. Et c’est ce que les putschistes de la HAT essaient d’imposer aux yeux de la Communauté Internationale pour asseoir légitimement leur pouvoir.

A l’évidence, il s’agit d’un mépris total teinté d’arrogance de la part des putschistes vis à vis de la SADC, de la Communauté Internationale et des autres mouvances.

Il est clair que par ses actions répétées, Rajoelina et consorts ne souhaitent en aucun cas participer à toute action inclusive et consensuelle. Nous ne pouvons accorder indéfiniment notre confiance à ces personnes qui n’hésitent pas à renier chroniquement leur engagement.

Au vu de ces éléments, plus que jamais, nous demandons formellement à la Communauté Internationale :

· d’appliquer sans délai et de façon effective les sanctions prononcées par l’Union Africaine à l’encontre des 109 personnes impliquées dans le putsch avec Rajoelina en tête,

· de prendre ses responsabilités en faisant bloc, à l’instar de ce qui se passe en Côte d’Ivoire, contre les putschistes afin de les obliger à se soumettre aux dispositions convenues.

· de prendre les mesures nécessaires à la sécurisation humaine.

Si la Communauté Internationale considère que M. Gbagbo incarne l’illégitimité à l’issue des élections pour le moins litigieuses, que dire alors de M. Rajoelina qui est l’auteur d’un coup d’Etat ? Car, faut-il le rappeler que c’est bel et bien un coup d’Etat unanimement reconnu par la Communauté Internationale dont il s’agit pour Madagascar. Aussi, nous estimons qu’après avoir assassiné la Démocratie, Rajoelina et sa clique méritent aussi une action unanime et ferme de la part de la Communauté Internationale.

En outre, nous demandons l’intervention urgente et immédiate de la BRIGADE de la SADC, seule à même de pouvoir restaurer l’ordre et la sécurité, mettre hors d’état de nuire et désarmer les FIS (Forces d’Intervention Spéciale) et les milices armées auteurs d’exactions et intimidations diverses.

Mesdames, Messieurs,

En 21 mois de combat contre ce régime dictatorial, le peuple malagasy a besoin de vous. Nous n’osons pas imaginer un seul instant que la Communauté Internationale puisse l’abandonner dans sa lutte pour recouvrer la liberté et la démocratie ainsi que le retour à l’ordre constitutionnel avec le retour du Président démocratiquement élu Marc Ravalomanana.

Enfin, compte tenu de ses intérêts économiques, la France ne peut rester neutre dans ce processus de sortie de crise. Aussi, nous exigeons qu'elle en soit exclue.

GTT INTERNATIONAL – Collectif de la Diaspora

15, rue des Savoises

Genève – SUISSE

Président: Gilbert Darsot Rasolofoniaina
Vice-Président: Raharimbahoaka Andriahobijaona

Voir les commentaires

Fiarahabana krismasy ny filoha Marc Ravalomanana

27 Décembre 2010, 10:44am

Publié par GTT International

Miarahaba ny vahoaka Malagasy rehetra manerana ny Nosy aho sy manerana izao tontolo izao ! 

 

http://tiatanindrazana.com/uploads/une(16).jpg

 

(Dika malalaka ny firarian-tsoa nataon'ny PRM (Tiako-I-Madagasikara)

Miarahaba ny vahoaka Malagasy rehetra manerana ny Nosy aho sy manerana izao tontolo izao ! Amin'ity andro krisimasy ity, vanim-potoana iray lehibe amintsika kristianina, ny fahatsiarovana ny naterahan'ny Mpamonjy, izay fantantsika rehetra ary inoantsika rehetra fa nomen'Andriamanitra ho
antsika, hisolo heloka antsika, hamonjy antsika amin'ny zavatra rehetra, hanampy atsika ary indrindra indrindra hampiray atsika indray Aminy.

Koa amin'izao fotoan-tsarotra izay diavin'ny firenentsika izao dia mahafaly ahy indrindra ny miarahaba antsika vahoaka Malagasy rehetra, tratry ity krisimasy 2010 ity.Mahafaly ahy indrindra no miantso ny vahoaka Malagasy rehetra mba samy andinin-tena ary hanitsy sy hamaritra mazava ny lalana tokony hizorantsika mba hamerenana indray ilay fifankatiavana toy ny nitiavan'Andriamanitra antsika, nanolorany zanany lahitokana ho antsika.

Amin'ity krisimasy 2010 ity no hiarabako ny vahoaka Malagasy iray manontolo amin'ny fahasahiana sy ny herim-po ananany ka ijoroany mandrakariva ny fitakina amerenana ny ara-dalàna sy hiverenan'ny fandriam-pahalemana eto amin'ny tany sy ny fanjakana.Amin'ity andro krisimasy ity no isaorantsika ny firenen-drehetra eran-tany, tsy ela akory fa vao alina ny Papa ray masina no nanao hafatra ho an'izao tontolo izao indrindra fa ho antsika Malagasy mba hisian'ny fandriam-pahalemana eto amin'ity Nosy malalantsika ity.Koa mahafaly ahy ny miarahaba ny vahoaka malagasy rehetra tratry ity krismasy 2010 ity. Enga anie hitondra antsika ho amin'ny fandriam-pahalemana amin'ny alalan'ny fifankantiavana sy fandrindrana ny fihavanana indray, hanafoana tanteraka ny fankahalana ao am-potsika ao ary ampijoro marina ny finoana sy ny faharetana ary indrindra indrindra ny fanantenana , mba ananantsika izany finoana izany dia mangataka mafy amin'Andriamanitra isika ampijoroany antsika sy ametrahany antsika amin'ny toerana sahaza ny vahoakan'Andriamanitra dia ilay toeran'ny fifankatiavana ilay toeran'ny fisian'ny fihavanana.Mangataka mafy amin'Adriamanitra ary isika mba iverenan'ny fandriam-pahalemana eto amin'ity Nosy malalantsika ity.

Ry vahoaka malagasy amin'izao fifampiarabantsika tratry ny krisimasy izao tsy ny kristianina irery ihany fa isika manontolo mihitsy dia samy handray andraikitra ahatsiaro tena fa tsy maintsy miankina amintsika tsirairay avy aloha ny hisian'ny fifankatiavana sy ny fifamelana ary ny analavirantsika ny fankahalana. Nanolotra ny zanany lahitokana ho antsika Adriamanitra hapijoro sy haneho antsika ny lalana tokony hizorana ary fahafoizan-tenantsika ary indrindra ny ametrahantsika amin'ny toerana sahaza azy, izany hoe tombotsoam-pirenena izany, izany hoe fitiavana ny taranaka izany. Miantso antsika Malagasy rehetra ary aho mba hiray feo sy hiombom-bavaka ka izao krisimasy izao no vanin'andro isian'ny fifankatiavana isian'ny fandriam-pahalemana, miantso atsika rehetra ary aho amin'izao fifampiarabatsika , miantso atsika rehetra ary aho amin'ity krisimasy ity mba ho krisimasy sambatra tokoa anie, mba ho krisimasy feno fanantenana tokoa anie , ary mba ho krisimasy tena anjakana ato am-potsika izany fifankatiavana izany, hanampy antsika, homba atsika ary tsy hahafoy
hahasaraka atsika anie Andriamanitra amin'izany, hijoroana ary ny fahatokisana azy izany koa dia mametraka ny fiainan'ny firenentsika sy ny fiainantsika tsirairay avy fa mahefa ny hery rehetra Izy ary mahavita ny zavatra mahagaga toy izao mitranga tamin'ny nahaterahan'ny Tompo izao.
Homba antsika mandrakariva anie Andriamanitra ary isika rehetra dia ho samy tratry ny krisimasy mitsingeringerina indray hihaona soamantsara. Izany fiarahabana hataoko izany dia miantefa amintsika rehetra rehetra ami'izao fahasahiranana amin'izao tsy fisiana amin'izao fitomanina fangirifiriana mahazo ny an'ireo olona any amin'ny toeram-pitsaboana; mahazo ireo malagasy any am-poja ary indrindra indrindra ny mahazo antsika ehetra amin'ny tebiteby isan'andro noho ny tsy fisian'ny fandriampahalemana.

Mahatokia ahy minoa ahy, ary ho tafaverina soa amantsara eto amin'ity firenentsika ity ny fandriam-pahalemana ny fifankatiavana ary indrindra indrina ny famerenana indray amin'ny laoniny ny fiainan'ny vahoaka Malagasy ary indrindra indrindra ny famerenana idray ny fiainan'ny firenentsika mba hanjakan'ny filaminanana sy ny fandriampahalemana.


Homba antsika mandrakariva anie Andriamanitra ho amin'izao fiarahabana tratry ny krisimasy izany .Samy ho tahin'Andriamanitra.

GTT International

Voir les commentaires

Pas de reconnaissance sans une transition consensuelle et inclusive

27 Décembre 2010, 09:57am

Publié par Naika Eliane

Communiqué de Naika Eliane

 

http://tiatanindrazana.com/uploads/eliane_naika.jpg

 

Ces prochains jours sont traditionnellement dédiés à la fête. Mais ils marquent aussi la fin d'une année sombre pour Madagascar. Je voudrais m'adresser particulièrement aux victimes et aux familles des victimes de la crise politique, du régime de la terreur et aussi aux victimes des catastrophes naturelles notamment de la famine dans le Sud. L'avenir parait sombre mais en chacun de tout citoyen sommeille l'énergie qui nous permettra de le rendre meilleur. Pour 2011, agissons ensemble pour prendre notre avenir en main, misons sur la solidarité malagasy et gagnons ensemble la liberté de Madagascar.

 

La population de Madagascar continue d'être la victime de manipulations pour la prise de pouvoir unilatérale, une dictature commanditée par des intérêts étrangers. Je tiens à encourager mes soeurs et frères malagasy : nous restons solidaires du choix du peuple et de la vision apportée pour Madagascar par le Président Ravalomanana.

Lors son passage, le Dr Simao, représentant le GIC et la Communauté Internationale, a réitéré qu'il n'y aura pas l'ombre d'une reconnaissance internationale tant qu'une transition consensuelle et inclusive ne sera mise en place pour garantir une paix durable.

 

La Communauté internationale refuse toute action unilatérale. Tout récemment, l'Union Africaine, les Etats-Unis et l'Europe ont publiquement refusé le « référendum constitutionnel» de la HAT. Il n'y a pas de reconnaissance de la « 4ème république ».

 

Le Président Marc Ravalomanana et son parti, Tiako-i-Madagasikara, œuvrent uniquement dans la mise en place de cette transition consensuelle et inclusive et pour un retour à la table de négociations. Tout membre du Tiako-i-Madagasikara ne peut se déroger de cette ligne ou agir sans le mandat du président Ravalomanana.

Il n'est en aucun cas question de participer à une quelconque participation aux institutions illégales mises en place unilatéralement par la HAT.

Les membres du Tiako-i-Madagasikara qui ont choisi de rejoindre les institutions de la HAT ont bien dû constater qu'ils ne sont pas suivi par la population et que leurs agissements n'ont pas ramené la reconnaissance internationale attendue par la HAT.

 

Il est donc bien clair que ces agissements dictés par des intérêts individuels à court terme n'est pas la solution attendue par la communauté internationale. Ceci devrait servir d'avertissement à ceux qui sont tentés de refaire cette expérience.

 

Personne n'est pas dupe et sait faire la différence entre une volonté populaire et une volonté individuelle de qui que ce soit.

 

En tant que membre du Tiako-i-Madagasikara, je demande à tous les citoyens Malagasy de continuer d'œuvrer main dans la main dans le sens d'une solution durable afin que Madagascar retrouve le chemin de la liberté, à commencer par le retour du président élu Marc Ravalomanana et la libération de tous les prisonniers politiques.

 

Naika Eliane

Sénatrice de Madagascar

Membre de Tiako i Madagasikara 

Voir les commentaires

NOEL DE TOUS LES ESPOIRS

24 Décembre 2010, 16:48pm

Publié par rovahiga

JOYEUX NOEL A TOUS !

 

 

Et la semaine s’achève une fois de plus avec cet arrière goût d’inachevé et l’amertume d’une déception qui devient de plus en plus dure à avaler. Si nos politiciens promettent une année meilleure, nous restons engourdis par la douleur des familles qui doivent continuer à vivre sans leurs bien aimés enfermés en prison. A ces derniers et à toute leur famille, nous leur dédions la journée de demain, le Noël de tous les espoirs, celui des pauvres et des faibles. Un Noël qui apportera le réconfort et le miracle de Dieu plein de compassion. Nous sommes tous des détenus, des prisonniers, ce sont les murs qui diffèrent. Et tant que la Justice et la liberté ne reviennent, personne ne peut se targuer d’être à l’abri d’une mauvaise surprise.

Pensez à ceux qui sont meurtris dans leur chair, blessés dans leur cœur, à tous ceux qui ont disparus et qui ont fait de leur corps le bouclier de son prochain, afin qu’il puisse voir venir des lendemains autres, pleins de vie et de promesse au-delà de nos différences, au-delà de nos différends.   

 

rov@higa

 

Voir les commentaires

Madagascar Oil Limited (communiqué)

24 Décembre 2010, 15:58pm

Publié par A. (France)

 

NOT FOR RELEASE, PUBLICATION OR DISTRIBUTION, DIRECTLY OR INDIRECTLY, IN OR INTO THE 

UNITED STATES, AUSTRALIA, CANADA OR JAPAN 

 .

17 December 2010

Madagascar Oil Limited 

(“Madagascar Oil” or the “Company”) 

Licence Update 

The board of directors of Madagascar Oil is today providing an update regarding the group’s 

licences.   

Following a meeting between the Ministry of Mines and Hydrocarbons (the “Ministry”) and 

Madagascar Oil in Antananarivo late on Thursday 16 December 2010, the Ministry has indicated that 

it is interested in acquiring from the Company all of its licences excluding Bemolanga, being blocks 

3104, 3105, 3106 and 3107. There can be no guarantee that any price agreed for such an acquisition 

will be representative of the fair value of such assets. However, the Company has obtained legal 

advice that all of its licences are valid and that the obligations on both parties are legally binding. 

Madagascar Oil intends to robustly defend its position.  

Pending the resolution of such discussions, the Company has requested that trading in its ordinary 

shares on AIM be suspended with immediate effect. A further announcement will be made in due 

course.

- Ends - 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>