Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rov@higa

Articles avec #dans le courrier

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (06/07/12)

6 Juillet 2012, 15:51pm

Publié par justmad

ARTICLES REMARQUES - 1ER AU 7 JUILLET 2012

 

5 juillet 2012

06 07 12 - Tribune - Opinions - J. Rava - L'arbre américain cache une forêt d'intérêts
Ni démocrate ni républicain. En 236 années d’indépendance, les Etats-Unis ne comprennent toujours pas que Ravalomanana n’entre dans aucune de leurs deux mouvances politiques. On ne comprend pas que le « gendarme du monde » veuille asphyxier le pays le plus pauvre du monde et prendre fait et cause pour un serpent à sonnettes. Il faudrait être américain pour ne pas se rendre compte que Marc Ravalomanana est tout sauf un démocrate ou un républicain convaincu. Cela n’empêche pas les Etats-Unis de prendre fait et cause pour un milliardaire devenu président. Il y a sans doute là une similitude de culture. Ravalomanana est un self made man, une incarnation « coloured » du rêve américain. Mais à Madagascar, il y a aussi et surtout un féroce combat entre les lobbies non seulement d’obédience américaine, mais aussi française, chinoise, japonaise.... La Grande île représente ces pays qui n’ont pas encore trouvé leurs marques et dont la faiblesse institutionnelle favorise une nouvelle colonisation rampante.

<>
 05 07 12 - La Gazette - Courrier des lecteurs - Mino R. - La fortune de Ravalomanana aux enchères politiques
Un train peut en cacher un autre. Les intérêts de la mouvance Ravalmoanana ne sont pas les intérêts de Marc Ravalomanana. C’est le dernier paradoxe qui bloque la sortie de crise. On pensait que les manœuvres de blocage jouaient  en faveur des intérêts politiques de l’ex-président, elles serviraient plutôt à retarder l’heure d’un règlement des comptes. Paradoxalement, aucun membre éminent de sa mouvance n’a  intérêt à voir  Ravalomanana débarquer à l’aéroport dans l’immédiat. C’est une simple affaire de gros sous et non de souci de l’ordre public, ni de politique politicienne.  Un éventuel retour de l’ex mettrait fin à la curée dont sa fortune fait l’objet depuis 2009 ainsi qu’à la manne du financement des troubles. Les primaires de l’élection présidentielle montrent le bout du nez. Avant même la tenue de la rencontre Andry Rajoelina-Marc Ravalomanana, la guerre  de la succession est donc déjà ouverte.

03 07 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Bac à pleurs
Le Congrès dans la dèche, quoi de plus normal avec les sessions extraordinaires à n'en plus finir. À ce rythme les deux sessions ordinaires deviendront des exceptions et vice-versa. Les sessions extraordinaires sont devenues pratiquement mensuelles. À peine la cinquième entamée que des parlementaires signalent déjà qu'il en faudra une sixième. Les élèves n'ont pas la chance des parlementaires. Ils doivent réussir du premier coup et l'université est devenue un institut privé de l'État où l'entrée se fait par concours...Quant à l'armée, elle n'a d'yeux que pour les promotions.

02 07 12 - L'Express - Courrier des lecteurs - André Rasolo - Allons aux élections
Nous sommes dans un régime de Transition, sous sanction de la Communauté Internationale. La HAT a organisé un référendum constitutionnel le 17 novembre 2010, sans que celui-ci soit reconnu. Il est normal que la HAT cherche à présent l’aval de l’ONU avant de sortir un calendrier électoral. En 2010, les experts de l’ONU ont demandé 11 mois de préparation . En 2011, ils ont réitéré la même exigence. Et en 2012, ils proposent de jumeler les législatives et les présidentielles en mai-juin 2013.Que faut-il faire pendant ces 11 mois maintenus d’année en année ? Le rapport des experts de l’ONU devrait être porté à la connai­ssance du public pour que les Malgaches, et particulièrement les candidats, puissent suivre et évaluer à temps les travaux de la CENIT . À partir de là, on comprendra les raisons de ces 11 mois de préparation exigée. L'auteur propose de suivre ces recommandations pour les présidentielles mais il suggère d'organiser d'ici fin 2012 des élections communales et législatives, sous réserve de l'aplication de 10 mesures pour fiabiliser le scrutin.

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR

15 Juin 2012, 10:04am

Publié par Justmad

ARTICLES REMARQUES - JUIN 2012

 

 

 

- 14 06 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Etat de sièges
Les forces armées sont envoyés sur plusieurs fronts pour montrer ce qu'ils ont dans le ventre. Jusqu'ici ils se sont amusés à mater les opposants en les aspergeant de bombes lacrymogènes ou à tuer des soit-disant bandits qui sont souvent des innocents. Depuis quelques jours ils passent un test grandeur nature. Ils sont ainsi à Didy pour chasser les exploitants miniers qui ont mis à sac la réserve forestière pour dénicher du saphir. Les forces armées sont également en croisade contre des dahalo à Befotaka Sud où elles ont essuyé de lourdes pertes en vies humaines. Ce sont les manifestants d'Ambohijatovo et du 13-Mai qui se frottent les mains. Comme il faut envoyer presque tout l'effectif de l'Emmo/nat et du Gsis pour venir à bout de ces dahalo, la voie sera peut-être libre pour des actions de contestation dans la capitale...

- 13 06 12 - Jeune Afrique - Opposition cherche leader désespérément
La politique a horreur du vide. Comme les anciens présidents sont aux abonnés absents, de nouvelles figures de la contestation malgache apparaissent, dont la turbulente journaliste Lalatiana Rakotondrazafy. Elle n'incarne pas l'alternative politique : Il y a trois ans, elle était la pasionaria d'Andry Rajoelina. Sur les ondes de Radio Viva (appartenant à Rajoelina), c'est elle qui appelait à descendre dans la rue pour faire tomber Ravalomanana. Elle faisait encore office de conseillère du président. Mais, depuis, une brouille est survenue et la journaliste a également profité du vide laissé par les trois anciens présidents qui menaient l'opposition jusque-là. Pour cela, elle recycle les ficelles de 2009.

- 13 06 12 -  Les dégâts de l’industrie minière canadienne à Madagascar
Gwen Schulman du site canadien Addax, site de nouvelles sur l’Afrique basé à Montréal, parle avec Mamy Rakotondrainibe du Collectif pour la défense des terres malgaches sur les dégâts humains et environnementaux qui résultent des activités de la société minière canadienne Sherritt International à Ambatovy. Durée : 15 mn
Lien : http://addax.wordpress.com/2012/06/06/madagascar-les-degats-de-lindustrie-miniere-canadienne/

- 12 06 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Transition à perpétuité
Les Malgaches sont condamnés à une peine de quatre ans de transition forcée à perpétuité. À en juger le rapport des experts onusiens, il est interdit d'organiser des élections avant mai 2013. Il fallait s'y attendre étant donné que onze mois est un délai standard pour tenir des élections valables en Afrique. Pour les Nations Unies, il n'y a pas de marchandage possible. C'est à prendre ou à laisser en dépit du chronogramme dressé par la Cenit. Ce n'est donc pas l'éventuelle face-à-face entre Rajoelina et Ravalomanana qui va pouvoir réduire ce délai et permettre l'organisation d'une élection. À moins peut-être que les deux enfants prodigues acceptent de déclarer forfait pour les présidentielles.

<>   12 06 12 -Nations Unies - Report of the electoral needs assessment mission to Madagascar 22/04 au 08/05/12
Le rapport de mission des Nations Unies préconise des élections jumelées en mai-juin 2013. Ce calendrier va à contre-courant du calendrier partiel de la CENIT. « La mission des Nations Unies recommande de ne pas organiser des élections durant la période des pluies. Elle propose que les élections présidentielles et législatives soient tenues simultanément en mai-juin 2013 afin de marquer la fin de la Transition et le renouvellement des institutions de l’État au niveau national », relate le rapport qui met en exergue que le jumelage des deux principales élections nécessite une telle durée. Le document mentionne également que le contexte actuel n’est pas encore propice à la tenue de scrutins : " L’environnement politique à Madagascar et le contexte spécifique de la mise en oeuvre de la feuille de route fait apparaître un potentiel de violence lié aux élections. Ce potentiel violent se trouverait probablement à son plus haut niveau si les deux principaux acteurs politiques, les Présidents Rajoelina et Ravalomanana, devaient être candidats tous les deux".  Le rapport invite la SADC « à de plus fréquentes visites à Madagascar » pour renforcer le processus de facilitation et de médiation. Cette nouvelle donne perturbe les acteurs politiques, pro-régimes et opposition réunis. La question se pose de savoir si la CENIT conservera la possibilité d’arrêter un calendrier qui n’aurait pas l’aval de la communauté internationale.

- 09 06 12 - Biblio : Sylvain Urfer, « Madagascar une culture en péril ? ». L’essai de 139 p., illustré par le photojournaliste franco-malgache Rija Solo, est l’occasion pour le jésuite du SeFaFi, qui vit et travaille à Madagascar depuis 40 ans,  de brosser un portrait général de l’identité en mutation de la Grande Ile. La nation malgache est en recherche de son unité. L’auteur revient des siècles en arrière pour appuyer sa thèse. Le constat risque de faire grincer des dents : la société malgache est qualifiée de fermée et sclérosée
Interview de Sylvain Urfer par RFI : http://www.rfi.fr/emission/20120610-madagascar-recherche-son-identite

<> doc
  08 06 12 - Friedrich Ebert Stiftung - Harisoa Rasamoelina - Croyances et instrumentalisation à Madagascar
Le respect du fihavanana, concept quasi sacré, difficilement traduisible, serait l’une des caractéristiques qui nous distingue le plus des autres peuples du monde. Pourtant, cette perception est-elle juste ou n’est-elle que le fruit d’une de nos croyances ? L’utilisation quasi abusive du concept de raiamandreny manifeste également une croyance fortement ancrée selon laquelle seuls les aînés détiennent l’autorité légitime. Pour nous rassurer, nous avons alors le besoin de considérer nos dirigeants comme étant des raiamandreny "père et mère". Enfin, nos croyances concernant nos diversités ethniques et la structuration en castes de nos sociétés, qu’elles soient réelles ou imaginaires continuent d’alimenter notre imagination et conditionnent nos rapports aux Autres. Ces croyances, qui déterminent nos attitudes et nos comportements, ont joué un rôle important dans le développement et l’internalisation d’autres concepts plus modernes, tels que la Nation, la démocratie, les valeurs républicaines, l’Etat… Les 50 années d’indépendance et la pauvreté généralisée, les crises sociopolitiques qui secouent régulièrement le pays, ainsi que la difficulté manifeste de progresser dans le processus de démocratisation nous amènent à nous poser les questions légitimes sur notre devenir si nos croyances continuent d’influencer aussi négativement nos choix.

- 08 06 12 - Newsmada - Opinion - Réconciliation nécessaire
Le Conseil du «Fampihavanana» Malagasy (CFM) ou Conseil National pour la Réconciliation (CNR) va bientôt être mis sur pied. Il va devoir remuer la boue sur laquelle repose l’histoire politique de Madagascar. Les Malgaches sont réputés un peuple pacifique, mais les violences, les pillages, les incendies, bref, la mort, jalonnent le parcours de leurs institutions. Sur 10 chefs d’Etat, un seul aura été choisi par voie électorale et selon les dispositions constitutionnelles. C’est donc un demi-siècle d’indépendance et de république que le CFN devra passer en revue et analyser pour atteindre ses objectifs d’une réconciliation nationale véritable.

- 07 06 12 - L'Express - Courrier des lecteurs - Raharinaivo Andrianatoandro - Au delà de l'indignation, la colère
L'ancien membre du Congrès, de sensibilité "légaliste", fait part de son point de vue sur la rencontre annoncée entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Quelle est la raison de cette rencontre. Quel est son objectif ? La feuille de route a été ratifiée par le Parlement, elle a donc force de loi. Dès lors que va-t-on encore négocier ? Au départ, la communauté internationale a considéré qu’il y avait deux protagonistes, puis quatre, et enfin une vingtaine avec la feuille de route. Maintenant, on revient à deux qui doivent décider du sort de Madagascar. Madagascar serait-il un pays d’expérimentation de solutions politiques non éprouvées ? Mais jusqu’où peut-on faire confiance à un ancien et actuel chef d’État qui ont occulté leurs devoirs et obligations liés à leur qualité et fonction au profit de considérations autres que patriotiques ? Pour éviter que l’on ne revienne dans une crise cyclique, il serait peut-être sage et prudent d'envisager que ni l'un ni l'autre ne se présentent aux élections à venir.

- 06 06 12 - Tribune - Tribune libre - E.V. - Que cache le train Beriziky ?
Omer Beriziky est-il encore l’homme de la situation ? En période de crise, le pourrissement est l’annonce d’une fin imminente. C’est la situation actuelle de la Grande Ile. Madagascar est « l’homme malade » de l’Afrique, le pays figure en queue de peloton de la course vers le développement. Ce n’est pourtant pas faute de potentialités, la Grande Ile en regorge. Le phénomène consterne toujours les ambassadeurs qui se sont succédés depuis l’Indépendance. Tout est donc question d’hommes et, surtout, de gouvernance. La crise actuelle est le résultat de cinquante ans de ploutocratie et kleptocratie. Le règne de l’argent et le pouvoir aux voleurs constituent les mamelles de la vraie-fausse démocratie instaurée à coups d’élections truquées pour voler la souveraineté populaire. Le Premier ministre Omer Beriziky inquiète en laissant planer le doute sur la qualité de ses… qualités. Les observateurs restent perplexes quand le chef de gouvernement refuse d’agir ou réagit de façon inexplicable sinon incongrue. La nation a tout le temps de mourir tranquille en attendant que Beriziky se décide à jouer son rôle.

<>   04 06 12 - Sommet extraordinaire de Luanda -  Les résolutions de la SADC
Le Sommet de la SADC réuni à Luanda le 1er juin valide le scénario de l’ouverture de discussions urgentes entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana pour débloquer la situation. Il mandate pour ce faire le médiateur de la SADC, l’ancien président mozambicain Joaquim Chissano et la Troïka.Il s’agit d’une « question d'urgence, afin d'assurer la pleine application de la feuille de route et de créer un environnement propice à la tenue d’élections crédibles, libres et équitables ». La mise en œuvre des mesures d’apaisement, l’amnistie, l’arrêt des poursuites judiciaires à connotation politique et le retour des exilés devraient, entre autres, figurer à l’ordre du jour. Les deux protagonistes ont fait savoir récemment leur disposition à discuter, un scénario improbable il y a quelques mois encore. L’initiative de la SADC semble mettre sur la touche, au moins pour l’instant, Didier Ratsiraka et Albert Zafy ainsi que les autres signataires de la feuille de route. Le récent déplacement à New-York d’Andry Rajoelina n’aura pas été complètement inutile. Il aura au minimum amené les durs du régime à se préparer psychologiquement à un « accord politique », pour reprendre la formule utilisée par Andry Rajoelina à l’issue de son entretien avec Ban Ki-Moon.

Voir les commentaires

Déclaration des Coprésidents de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

30 Mai 2012, 15:17pm

Publié par rovahiga

http://appablog.files.wordpress.com/2012/05/053012_1146_dclarationd1.jpg?w=500

 

 

Déclaration des Coprésidents de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

concernant la situation politique à Madagascar 

 

http://appablog.wordpress.com/2012/05/30/declaration-des-copresidents-de-lassemblee-parlementaire-paritaire-acp-ue-concernant-la-situation-politique-a-madagascar/

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 30 mai 2012/African Press Organization (APO)/ — M. Louis Michel et M. Musikari Kombo, Coprésidents de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE rappellent l’importance de respecter l’intégralité de la feuille de route et la nécessité de prendre de toute urgence les mesures d’apaisement qui y figurent, notamment, la cessation immédiate des persécutions des opposants, la libération de tous les détenus politiques, l’ouverture des radios et des télévisions privées non acquises à la cause du pouvoir, la restructuration de toutes les institutions sur base de l’équilibre du pouvoir, le retour sans condition des exilés politiques y compris le Président Marc Ravalomanana, sans lesquelles la tenue d’élections démocratiques reconnues par la communauté internationale n’est pas possible.

 Ils rappellent le rôle incontournable de la SADC dans l’exécution de la feuille de route et son obligation de prendre toutes les mesures y afférentes, y compris le recours aux sanctions en cas de non respect des dispositions.

 Ils appellent à la tenue d’un sommet inclusif des quatre chefs de file politique à Antananarivo afin de mettre un terme par le dialogue malgacho-malgache à la crise interminable conformément aux recommandations de la SADC.

 Les Coprésidents réitèrent leurs préoccupations quant à la nécessité de mettre fin aux souffrances du peuple malgache.

 SOURCE :

ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (25/05/12)

25 Mai 2012, 10:54am

Publié par Justmad

ARTICLES REMARQUES - MAI 2012

25 mai 2012

<> doc   25 05 12 -Département d'Etat américain - Country Reports on Human Rights Practices for 2011
Le département d’ État américain officialise sur son portail son rapport sur le respect des droits de l’homme à Madagascar.
Le constat n’a guère changé : la Transition fait les frais du constat portant sur l’année 2011. « Les exécutions sommaires, les arrestations et détentions arbitraires ainsi que l’ incapacité des citoyens de choisir leurs gouvernants », figurent en pole position de ses inquiétudes. Le département d’État étaye son rapport par des exemples qui ont fait les actualités, de l’interdiction de rentrer au pays de Marc Ravalomanana au cas de la liberté de la presse, de la parole et de rassemblement, avec une pique adressée à Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communication, coupable aux yeux de Washington d’avoir « retiré » des licences audiovisuelles, en passant par le retour mouvementé de Tojo Ravalomanana. Parmi les autres cas de violation figurent notamment les mauvaises conditions carcérales, la longueur des détentions préventives, l’insuffisance d’indépendance de la justice, la corruption et l’impunité.

<> doc   24 05 12 - Amnesty International - Rapport mondial 2012 - Madagascar
Amnesty International rend public son rapport annuel de référence sur la situation des droits humains dans le monde. Il rend compte de la situation des droits humains dans 155 pays et territoires. Le chapitre consacré à Madagascar aborde les points suivants, relatifs aux évènements de l'année 2011 : contexte, homicides illégaux, mort en détention, détention sans jugement, conditions carcérales, peine de mort, droits des enfants, arrestations et détentions arbitraires, liberté d’expression – médias.
Pour consulter le rapport mondial, par contient ou pays : http://www.amnesty.org/fr/annual-report/2012/introduction

<>
24 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Marc Déposé
Tim is money. La société Tiko l'a appris à ses dépens : la cour d'appel a confirmé sa mise à mort. Après les pillages lors du tristement célèbre Lundi noir dont il a été la principale victime, ses unités ont presque toutes cessé de fonctionner. En 3 ans, ses arriérés fiscaux se sont élevés à 107 milliards Ar que lui réclame aujourd'hui la DGI. Un montant astronomique que Tiko n'est pas en mesure de régler et qui équivaut peut-être à son chiffre d'affaires depuis sa création ou à l'investissement que l'État a injecté au nom du fameux 3P cher à Ravalomanana et qu'il a mis à profit pour étendre son empire. La décision de la justice sera appliquée dans les meilleurs délais. Autrement dit, les immobilisations de Tiko seront saisis par l'État et vendues aux enchères publiques.

- 24 05 12 - L'Express & Madagate - Déclaration de Catherine Ashton, Haute Représentante de l'UE
L’Union européenne encourage la sortie de crise à travers la médiation de la Troïka de la SADC, sur base de la feuille de route. Pour la seconde fois ce mois, cependant, elle évoque ses préoccupations vis-à-vis de la Transition. L'« Europe » s’est manifestée en ce début de semaine afin de pointer les chefs de l’exécutif dans son collimateur, égratignant une fois de plus la gestion de la Transition par les deux premiers responsables visés. Mais c’est dans sa globalité que le processus basé sur la feuille de route est mis à mal, le porte-parole de Catherine Ashton allant jusqu’à évoquer « un moment critique » de sortie de crise. Elle appelle les acteurs politiques de tous bords à faire preuve de responsabilité.

- 22 05 12 - Tananews - Free FM - Une impression de déjà vu : Les mêmes cartes qu'Andry Rajoelina
L’insurrection des journalistes de Free FM contre le régime a débuté il y a de cela quelques semaines. Aujourd’hui, les évènements de 2009 semblent ressurgir pour donner une impression de déjà-vu. Quoi que les journalistes de Free FM puissent dire, que leur mouvement soit soutenu ou non par des citoyens volontaires, un tel projet ne suit pas le cours du hasard. Lalatiana Rakotondrazafy et Fidel Razarapiera sont certainement deux des mieux placés pour connaitre les stratégies montées contre le régime Ravalomanana en 2008, puisqu'à l'époque ces animateurs avaient activitement contribué à sa chute.

<>
  22 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Complexe de dupe
Pourquoi le cycle de la crise se raccourcit-il ? La réponse est toute simple. Depuis 2002, l'étoffe politique de celui ou de ceux qui manipulent la crise va en décroissant. Le mirage qui l'entoure ne met pas longtemps pour être démystifié laissant place à une terrible désillusion. Le messie qu'on attendait s'est vite transformé en une horrible croque-mitaine, en un monstre hideux dont on a envie de se débarrasser dans les plus brefs délais. Il est clair que la situation ira en empirant si les choses ne se normalisent pas rapidement. Ceci passe par un terme à cette Transition mais dans les règles de l'art. La pauvreté est assez grave pour qu'on puisse se permettre une nouvelle prolongation de trois ans...

- 20 05 20 - RFI - Interview de Ralison Andriamandranto, coordonnateur du SeFaFi. Des élections oui. Mais quand, comment et avec qui ? Ces questions divisent les Malgaches. Dans une semaine, le 28 mai, la commission électorale doit annoncer le calendrier élaboré avec l'appui des experts des Nations Unies. Questions abordées : la possibilité d'organiser les législatives dès cette année, les pistes pour obtenir la dépersonnalisation du conflit entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, l'échec de la société civile dans la gestion de la crise.
Lien : http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201205/CAP_OCEAN_INDIEN_20_05_Ralison_ANDRIAMANDRANTO.mp3

- 19 05 12 - Code de déontologie des publications de L'Express de Madagascar
Code de déontologie publié à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. "Puisque la liberté de la presse découle de deux droits humains fondamentaux, la liberté d’expression et le droit à l’information, elle nous donne des droits. Droits que nous ne saurons séparer des devoirs et responsabilités inhérents à la profession du journaliste. Le respect des droits d’autrui, les valeurs démocratiques, l’ordre public et le bien-être général sont les seules limites que nous nous imposons. Le code de déontologie du Groupe L’Express de Madagascar que nous présentons aujourd’hui, (...) définit les grandes lignes des principes que nous nous efforçons de respecter dans l’exercice de notre métier " écrit le quotidien en préambule.

- 18 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Pour une démocratie à la Malgache
 En 50 ans de retour à l’Indépendance, Madagascar a subi 5 crises violentes pour se défaire d’un Chef d’État en exercice : crises de 1972, 1991, 2002 et 2009, sans oublier l’assassinat de Ratsimandrava en 1975. Censée être l’expression de la volonté de la majorité, la démocratie à Madagascar tend de plus en plus à être l’otage de minorités : celles qui ont de l’argent, celles qui estiment être les seuls à détenir la clé du Paradis, celles qui une fois arrivées au pouvoir souhaitent y prendre racine, ou encore celles estiment avoir le droit d’exiger le pouvoir par la force. Analyse des causes et des effets et balises pour une IVème République qui garantisse véritablement l'instauration d'un système démocratique.

- 14 05 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - 40 ans, âge de maturité théorique
Il y a quarante ans, les étudiants se levaient pour réclamer la démocratisation de l’enseignement et la fin de l’hégémonie de la langue française. Le 13 mai 1972, des milliers de manifestants se rendirent sur la grande place de l’Hôtel de ville de la capitale pour réclamer la libération d’étudiants arrêtés et envoyés au bagne. Une manifestation réprimée par les forces de l’ordre qui tirèrent sur la foule, faisant près de 40 morts et de nombreux blessés. Un événement charnière dans l’histoire de la Grande Ile puisqu’il conduisit à la fin de la première République. Des pouvoirs tomberont-ils encore sur la place du 13 mai ? Cela n’est pas impossible : motivés si nécessaire financièrement, quelques mécontents pour y venir est facile et peut rapporter gros.

- 12 05 12 - Newsmada - Lettre du chef de la mouvance Ravalomanana au chef du bureau de liaison de la SADC
Mamy Rakotoarivelo justifie le retrait temporaire des ministres et des parlementaires de la mouvance Ravalomanana de toutes les institutions de la Transition. "Nous ne sommes pas sûrs que la SADC réalise la gravité de la situation; que la situation socio-économique à Madagascar a atteint un stade critique et que la situation est en train de se détériorer d’une manière systématique", écrit-il.

<> doc
11  05 12 -Déclaration de la Troïka de la SADC
La Troïka se félicite des progrès accomplis depuis 8 mois pour amener Madagascar plus près de la normalité constitutionnelle mais elle déclare rester "profondément préoccupée" par les "importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente avant que Madagascar ne puisse organiser des élections libres et équitables". Elle déplore qu'au cours des derniers mois la cohabitation ait été insuffisante entre les parties prenantes dans les institutions de la Transition. "Elle implore donc les chefs de file dans le pays de faire preuve du leadership politique nécessaire pour mettre fin à l'impasse actuelle et trouver une solution dans l'intérêt de la nation Malagasy. (...) Cela implique que les parties prenantes travaillent ensemble et agissent avec intégrité en tenant compte des intérêts de tous les Malgaches".

- 11 05 12 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Le "Fihavanana" ne suffira plus
Le crime paie ! C’est une conclusion évidente pour beaucoup de Malgaches. Tandis que la majeure partie de la population s’enfonce dans le désespoir et la misère, les nouveaux riches affichent insolemment leur réussite fulgurante. Les villas poussent comme des champignons et tout le monde connaît les bases de cette richesse voyante : trafics en tout genre, spoliation des terres des paysans, corruption, commissions occultes, détournements de fonds, meurtres, abus de pouvoir… De même, la cause première de tout cela est clairement définie : le coup d’état du 17 mars 2009... L'auteur annonce la lancement lancer du «Mouvement des Citoyens Patriotes Malagasy» qui se propose de reprendre le flanbeau du combat mené par Nadine Ramaroson, vicitme d'un accident dont les causes ne sont toujours pas élucidées.  

- 09 05 12 - Les Amis de la Terre - L'Europe cherche à sécuriser son accès aux "terres rares"
Madagascar est l'objet de nombreuses convoitises : projets de monocultures énergétiques pour agrocarburants, projets de sables bitumineux avec Total et maintenant, projets d'exploitation de "terres rares". Après avoir fait pression sur la Chine, qui a annoncé restreindre ces exportations de terres rares, l'Europe cherche à prendre le contrôle de nouvelles mines, notamment à Madagascar, pour y extraire ces minerais indispensables à la fabrication de produits high tech. Les Amis de la Terre dénoncent une nouvelle fois la stratégie européenne qui vise à sécuriser l'importation de matières premières bon marché malgré les impacts environnementaux et sociaux liés à leur exploitation. L'Europe devrait plutôt chercher à en réduire la consommation.

 <> doc 09 05 12 - Madagate - La loi d'amnistie pour la réconciliation nationale
Le texte de loi avait été voté mi-avril par le Parlement de la Transition, sans amendement.  A l’issue d’un désaccord sur l’article 5 portant sur les infractions non amnistiables. Les parlementaires de la mouvance Marc Ravalomanana n’ont pas participé au vote . La loi a été promulguée le 3 mai par le président de la Transition.

- 08 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Mai...lédiction
Tout semble concourir à un recommencement de l'histoire. 40 ans après le 13 mai 1972, les évènements se précipitent et prennent exactement la même allure, toute proportion gardée et avec des motivations différentes. A la base se trouvent des mouvements estudiantins qui n'avaient rien de politique au départ mais qui avaient fini par abattre la première République. Au fur et à mesure que la date mythique du 13 mai approche, les divers foyers de tension gagnent en intensité. Les crises dans la crise semblent assez mal gérées et risquent de trouver un dénominateur commun pour devenir un vaste mouvement de contestation populaire.

- 07 05 12 - Le Figaro - Madagascar, nouvelle frontière pétrolière
Madagascar, le Mozambique ou l’Ouganda évoqués cette semaine dans une conférence internationale sur le pétrole, l’International Oil Summit. Impensable il y a peu. Et pourtant, ces pays figurent sur la nouvelle carte pétrolière du monde. L’Afrique de l’Est devient une nouvelle frontière de l’or noir. La crise politique a fait fuir des compagnies comme Exxon mais Total, Shell et deux compagnies indépendantes explorent le sous-sol malgache. Il existe 18 projets onshore (sur terre) et 8 offshore.

- 04 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - "Je te lèche, je te lâche, je te lynche"
Pour célébrer la Journée mondiale pour la liberté de la presse, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a cru bon de s’afficher avec Harry Rahajason (dit Rolly Mercia), ministre de la Communication, qui venait de faire placer en garde à vue deux animateurs de la radio Free FM. Ils ont été accusés de tout ce qu’on aurait pu également et légalement mettre sur le dos de la Radio-Viva, propriété d'Andry Rajoelina, depuis les évènements de janvier 2009, précédant sa prise de pouvoir. Les deux compères de Free FM ont fait leurs armes de journalistes subversifs dans « Anao ny fitenenana », une émission (aujourd’hui disparue) de la Radio Viva où ils officiaient en compagnie de celui qui est devenu le ministre de la Communication...  Amitiés à géométrie variable de la vie politique malgache. Amis aujourd’hui, adversaires demain, en attendant après-demain que des alliances contre nature se créent entre anciens ennemis pour attaquer un ennemi commun.

- 04 05 12 - L'Express - Dr Ratsivoson : "La culture de l'égalité exige une politique cohérente du travail"
Médecin de formation et inspecteur du travail, la consultante et formatrice en matière de législation sociale et de normes internationales du travail fait le point sur la situation de la discrimination, dont les femmes peuvent faire l’objet dans le milieu du travail à Madagascar.

- 03 05 12 - Appel urgent du Syndicat des Professionnels Diplômés en Travail Social (Spdns)
Le  Syndicat alerte ses partenaires sur la situation de Mme Soanjara Aimée Louisiane (26 ans) qui a quitté le Liban le 26 Avril 2012 après avoir travaillé dans ce pays depuis juillet 2009, en laissant à Madagascar sa petite fille de 5 ans. D’après les dires d’une compagne de voyage malgache qui se trouvait dans l’avion reliant le Liban au Caire, Mme Soanjara a manifesté des troubles mentaux. En arrivant à l’aéroport du Caire, elle a été accompagnée par la Police jusqu’à sa place dans l’avion du Caire à Johannesbourg. Au moment où les hôtesses ont fermé la porte de l’avion, cette jeune femme a sauté en laissant un petit sac où se trouvait son billet d’avion et depuis elle est introuvable. Le SPDTS lance un appel à toute personne qui pourrait l'aider dans ses recherches en Egypte.
04/05 : Le SPDTS annonce que la jeune fille a été retrouvée. Elle est hospitalisée en psychiatrie et souffre de tuberculose et de problèmes cardiaques. D'autes cas sont en cours de traitement, pour des personnes de retour qui se plaignent d'abus sexuels.

<>
  03 05  12 - Tribune - Collectif Tany - Pour une réparation des dégâts humains et environnementaux et pour une responsabilisation accrue de Sherritt Ambatovy
La société canadienne Sherritt International, désormais en « joint- venture » avec la société japonaise Sumitomo, la société sud-coréenne Kores et la société canadienne SNC Lavalin, ont signé un contrat avec le gouvernement malgache en 2006 pour l’extraction de cobalt et de nickel à Ambatovy. La construction des différentes infrastructures s’est achevée en 2011 : des mines d’extraction à ciel ouvert du côté d’Ambatovy - Moramanga, un pipeline de 220 km qui emmènera le minerai sous forme de « pulpe » vers l’usine de traitement de Tanandava à 10 km de Toamasina - une fonderie hydro-métallurgique utilisant des produits contenant du soufre, dont certains sont toxiques - avant l’embarquement du cobalt, du nickel et du sulfate d’ammonium au port. Les résidus seront conservés à perpétuité près de l’usine de traitement. Les apports du projet ont été très médiatisés mais les dégâts sur l’environnement, sur la santé et sur la vie des populations liés à la phase de construction n’ont été connus du grand public que lorsque les essais en vue de la production ont occasionné des fuites de dioxyde de soufre au moins à 4 reprises, entraînant le décès de 2 adultes et de 2 bébés et rendant malades une cinquantaine de personnes entre le 26 février et le 13 mars 2012. 
Le sujet a été mis à l'ordre du jour du conseil des ministres du 2 mai. Andry Rajoelina a fait part de ses interrogations : " suite aux impacts et incidents rencontrés et constatés dernièrement, (...) disposons-nous réellement de la compétence nécessaire pour approuver la conformité de la mise en service de cette usine ? Concrètement, quels sont les résultats obtenus suite à l'analyse des impacts et des incidents cités supra ? Quels sont les avis des Experts ? Les éléments de réponse et d'analyse (...) seront ainsi à apporter au prochain conseil des ministres pour débats avant toute décision de délivrance d'autorisation définitive".

- 03 05 12 - Les Nouvelles - Conjoncture : l'ambiance politique est délétère
La vie nationale de ces dernières semaines a été marquée par une succession d’événements qui, pour de nombreux observateurs, constituent des signes annonciateurs d’une détérioration de la situation globale du pays. Rien ne va plus sur sur la Grande Ile, où règne une ambiance plus ou moins délétère.

- 02 05 12 - Madagate - Plainte déposée au pénal contre Marc Ravalomanana en Afrique du Sud - Communiqué
L’avocat sud-africain Erleigh, représentant les victimes de la fusillade du 7 février 2009 devant le palais présidentiel, a déposé le 27 avril une plainte pénale contre l’ancien président Marc Ravalomanana auprès du directeur national du ministère public en Afrique du Sud. 7 plaignants, soutenus par l’Association des martyrs de la place Antaninarenina, demandent qu’une enquête, mettant en cause l’ancien président de Madagascar Marc Ravalomanana, soit faite, relative aux allégations faisant état des massacres constituant un crime contre l’humanité.
Le site propose un lien vers le texte intégral de la plainte, en anglais (34 p.)

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (22/05/12)

22 Mai 2012, 14:17pm

Publié par rovahiga

ARTICLES REMARQUES - MAI 2012

 

22 mai 2012

 

<>  22 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Complexe de dupe
Pourquoi le cycle de la crise se raccourcit-il ? La réponse est toute simple. Depuis 2002, l'étoffe politique de celui ou de ceux qui manipulent la crise va en décroissant. Le mirage qui l'entoure ne met pas longtemps pour être démystifié laissant place à une terrible désillusion. Le messie qu'on attendait s'est vite transformé en une horrible croque-mitaine, en un monstre hideux dont on a envie de se débarrasser dans les plus brefs délais. Il est clair que la situation ira en empirant si les choses ne se normalisent pas rapidement. Ceci passe par un terme à cette Transition mais dans les règles de l'art. La pauvreté est assez grave pour qu'on puisse se permettre une nouvelle prolongation de trois ans...

- 20 05 20 - RFI - Interview de Ralison Andriamandranto, coordonnateur du SeFaFi. Des élections oui. Mais quand, comment et avec qui ? Ces questions divisent les Malgaches. Dans une semaine, le 28 mai, la commission électorale doit annoncer le calendrier élaboré avec l'appui des experts des Nations Unies. Questions abordées : la possibilité d'organiser les législatives dès cette année, les pistes pour obtenir la dépersonnalisation du conflit entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, l'échec de la société civile dans la gestion de la crise.
Lien : http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201205/CAP_OCEAN_INDIEN_20_05_Ralison_ANDRIAMANDRANTO.mp3

- 19 05 12 - Code de déontologie des publications de L'Express de Madagascar
Code de déontologie publié à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. "Puisque la liberté de la presse découle de deux droits humains fondamentaux, la liberté d’expression et le droit à l’information, elle nous donne des droits. Droits que nous ne saurons séparer des devoirs et responsabilités inhérents à la profession du journaliste. Le respect des droits d’autrui, les valeurs démocratiques, l’ordre public et le bien-être général sont les seules limites que nous nous imposons. Le code de déontologie du Groupe L’Express de Madagascar que nous présentons aujourd’hui, (...) définit les grandes lignes des principes que nous nous efforçons de respecter dans l’exercice de notre métier " écrit le quotidien en préambule.

- 18 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Pour une démocratie à la Malgache
 En 50 ans de retour à l’Indépendance, Madagascar a subi 5 crises violentes pour se défaire d’un Chef d’État en exercice : crises de 1972, 1991, 2002 et 2009, sans oublier l’assassinat de Ratsimandrava en 1975. Censée être l’expression de la volonté de la majorité, la démocratie à Madagascar tend de plus en plus à être l’otage de minorités : celles qui ont de l’argent, celles qui estiment être les seuls à détenir la clé du Paradis, celles qui une fois arrivées au pouvoir souhaitent y prendre racine, ou encore celles estiment avoir le droit d’exiger le pouvoir par la force. Analyse des causes et des effets et balises pour une IVème République qui garantisse véritablement l'instauration d'un système démocratique.

- 14 05 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - 40 ans, âge de maturité théorique
Il y a quarante ans, les étudiants se levaient pour réclamer la démocratisation de l’enseignement et la fin de l’hégémonie de la langue française. Le 13 mai 1972, des milliers de manifestants se rendirent sur la grande place de l’Hôtel de ville de la capitale pour réclamer la libération d’étudiants arrêtés et envoyés au bagne. Une manifestation réprimée par les forces de l’ordre qui tirèrent sur la foule, faisant près de 40 morts et de nombreux blessés. Un événement charnière dans l’histoire de la Grande Ile puisqu’il conduisit à la fin de la première République. Des pouvoirs tomberont-ils encore sur la place du 13 mai ? Cela n’est pas impossible : motivés si nécessaire financièrement, quelques mécontents pour y venir est facile et peut rapporter gros.

- 12 05 12 - Newsmada - Lettre du chef de la mouvance Ravalomanana au chef du bureau de liaison de la SADC
Mamy Rakotoarivelo justifie le retrait temporaire des ministres et des parlementaires de la mouvance Ravalomanana de toutes les institutions de la Transition. "Nous ne sommes pas sûrs que la SADC réalise la gravité de la situation; que la situation socio-économique à Madagascar a atteint un stade critique et que la situation est en train de se détériorer d’une manière systématique", écrit-il.

<> doc
11  05 12 -Déclaration de la Troïka de la SADC
La Troïka se félicite des progrès accomplis depuis 8 mois pour amener Madagascar plus près de la normalité constitutionnelle mais elle déclare rester "profondément préoccupée" par les "importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente avant que Madagascar ne puisse organiser des élections libres et équitables". Elle déplore qu'au cours des derniers mois la cohabitation ait été insuffisante entre les parties prenantes dans les institutions de la Transition. "Elle implore donc les chefs de file dans le pays de faire preuve du leadership politique nécessaire pour mettre fin à l'impasse actuelle et trouver une solution dans l'intérêt de la nation Malagasy. (...) Cela implique que les parties prenantes travaillent ensemble et agissent avec intégrité en tenant compte des intérêts de tous les Malgaches".

- 11 05 12 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Le "Fihavanana" ne suffira plus
Le crime paie ! C’est une conclusion évidente pour beaucoup de Malgaches. Tandis que la majeure partie de la population s’enfonce dans le désespoir et la misère, les nouveaux riches affichent insolemment leur réussite fulgurante. Les villas poussent comme des champignons et tout le monde connaît les bases de cette richesse voyante : trafics en tout genre, spoliation des terres des paysans, corruption, commissions occultes, détournements de fonds, meurtres, abus de pouvoir… De même, la cause première de tout cela est clairement définie : le coup d’état du 17 mars 2009... L'auteur annonce la lancement lancer du «Mouvement des Citoyens Patriotes Malagasy» qui se propose de reprendre le flanbeau du combat mené par Nadine Ramaroson, vicitme d'un accident dont les causes ne sont toujours pas élucidées.  

- 09 05 12 - Les Amis de la Terre - L'Europe cherche à sécuriser son accès aux "terres rares"
Madagascar est l'objet de nombreuses convoitises : projets de monocultures énergétiques pour agrocarburants, projets de sables bitumineux avec Total et maintenant, projets d'exploitation de "terres rares". Après avoir fait pression sur la Chine, qui a annoncé restreindre ces exportations de terres rares, l'Europe cherche à prendre le contrôle de nouvelles mines, notamment à Madagascar, pour y extraire ces minerais indispensables à la fabrication de produits high tech. Les Amis de la Terre dénoncent une nouvelle fois la stratégie européenne qui vise à sécuriser l'importation de matières premières bon marché malgré les impacts environnementaux et sociaux liés à leur exploitation. L'Europe devrait plutôt chercher à en réduire la consommation.

 <> doc 09 05 12 - Madagate - La loi d'amnistie pour la réconciliation nationale
Le texte de loi avait été voté mi-avril par le Parlement de la Transition, sans amendement.  A l’issue d’un désaccord sur l’article 5 portant sur les infractions non amnistiables. Les parlementaires de la mouvance Marc Ravalomanana n’ont pas participé au vote . La loi a été promulguée le 3 mai par le président de la Transition.

- 08 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Mai...lédiction
Tout semble concourir à un recommencement de l'histoire. 40 ans après le 13 mai 1972, les évènements se précipitent et prennent exactement la même allure, toute proportion gardée et avec des motivations différentes. A la base se trouvent des mouvements estudiantins qui n'avaient rien de politique au départ mais qui avaient fini par abattre la première République. Au fur et à mesure que la date mythique du 13 mai approche, les divers foyers de tension gagnent en intensité. Les crises dans la crise semblent assez mal gérées et risquent de trouver un dénominateur commun pour devenir un vaste mouvement de contestation populaire.

- 07 05 12 - Le Figaro - Madagascar, nouvelle frontière pétrolière
Madagascar, le Mozambique ou l’Ouganda évoqués cette semaine dans une conférence internationale sur le pétrole, l’International Oil Summit. Impensable il y a peu. Et pourtant, ces pays figurent sur la nouvelle carte pétrolière du monde. L’Afrique de l’Est devient une nouvelle frontière de l’or noir. La crise politique a fait fuir des compagnies comme Exxon mais Total, Shell et deux compagnies indépendantes explorent le sous-sol malgache. Il existe 18 projets onshore (sur terre) et 8 offshore.

- 04 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - "Je te lèche, je te lâche, je te lynche"
Pour célébrer la Journée mondiale pour la liberté de la presse, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a cru bon de s’afficher avec Harry Rahajason (dit Rolly Mercia), ministre de la Communication, qui venait de faire placer en garde à vue deux animateurs de la radio Free FM. Ils ont été accusés de tout ce qu’on aurait pu également et légalement mettre sur le dos de la Radio-Viva, propriété d'Andry Rajoelina, depuis les évènements de janvier 2009, précédant sa prise de pouvoir. Les deux compères de Free FM ont fait leurs armes de journalistes subversifs dans « Anao ny fitenenana », une émission (aujourd’hui disparue) de la Radio Viva où ils officiaient en compagnie de celui qui est devenu le ministre de la Communication...  Amitiés à géométrie variable de la vie politique malgache. Amis aujourd’hui, adversaires demain, en attendant après-demain que des alliances contre nature se créent entre anciens ennemis pour attaquer un ennemi commun.

- 04 05 12 - L'Express - Dr Ratsivoson : "La culture de l'égalité exige une politique cohérente du travail"
Médecin de formation et inspecteur du travail, la consultante et formatrice en matière de législation sociale et de normes internationales du travail fait le point sur la situation de la discrimination, dont les femmes peuvent faire l’objet dans le milieu du travail à Madagascar.

- 03 05 12 - Appel urgent du Syndicat des Professionnels Diplômés en Travail Social (Spdns)
Le  Syndicat alerte ses partenaires sur la situation de Mme Soanjara Aimée Louisiane (26 ans) qui a quitté le Liban le 26 Avril 2012 après avoir travaillé dans ce pays depuis juillet 2009, en laissant à Madagascar sa petite fille de 5 ans. D’après les dires d’une compagne de voyage malgache qui se trouvait dans l’avion reliant le Liban au Caire, Mme Soanjara a manifesté des troubles mentaux. En arrivant à l’aéroport du Caire, elle a été accompagnée par la Police jusqu’à sa place dans l’avion du Caire à Johannesbourg. Au moment où les hôtesses ont fermé la porte de l’avion, cette jeune femme a sauté en laissant un petit sac où se trouvait son billet d’avion et depuis elle est introuvable. Le SPDTS lance un appel à toute personne qui pourrait l'aider dans ses recherches en Egypte.
04/05 : Le SPDTS annonce que la jeune fille a été retrouvée. Elle est hospitalisée en psychiatrie et souffre de tuberculose et de problèmes cardiaques. D'autes cas sont en cours de traitement, pour des personnes de retour qui se plaignent d'abus sexuels.

<>
  03 05  12 - Tribune - Collectif Tany - Pour une réparation des dégâts humains et environnementaux et pour une responsabilisation accrue de Sherritt Ambatovy
La société canadienne Sherritt International, désormais en « joint- venture » avec la société japonaise Sumitomo, la société sud-coréenne Kores et la société canadienne SNC Lavalin, ont signé un contrat avec le gouvernement malgache en 2006 pour l’extraction de cobalt et de nickel à Ambatovy. La construction des différentes infrastructures s’est achevée en 2011 : des mines d’extraction à ciel ouvert du côté d’Ambatovy - Moramanga, un pipeline de 220 km qui emmènera le minerai sous forme de « pulpe » vers l’usine de traitement de Tanandava à 10 km de Toamasina - une fonderie hydro-métallurgique utilisant des produits contenant du soufre, dont certains sont toxiques - avant l’embarquement du cobalt, du nickel et du sulfate d’ammonium au port. Les résidus seront conservés à perpétuité près de l’usine de traitement. Les apports du projet ont été très médiatisés mais les dégâts sur l’environnement, sur la santé et sur la vie des populations liés à la phase de construction n’ont été connus du grand public que lorsque les essais en vue de la production ont occasionné des fuites de dioxyde de soufre au moins à 4 reprises, entraînant le décès de 2 adultes et de 2 bébés et rendant malades une cinquantaine de personnes entre le 26 février et le 13 mars 2012. 
Le sujet a été mis à l'ordre du jour du conseil des ministres du 2 mai. Andry Rajoelina a fait part de ses interrogations : " suite aux impacts et incidents rencontrés et constatés dernièrement, (...) disposons-nous réellement de la compétence nécessaire pour approuver la conformité de la mise en service de cette usine ? Concrètement, quels sont les résultats obtenus suite à l'analyse des impacts et des incidents cités supra ? Quels sont les avis des Experts ? Les éléments de réponse et d'analyse (...) seront ainsi à apporter au prochain conseil des ministres pour débats avant toute décision de délivrance d'autorisation définitive".

- 03 05 12 - Les Nouvelles - Conjoncture : l'ambiance politique est délétère
La vie nationale de ces dernières semaines a été marquée par une succession d’événements qui, pour de nombreux observateurs, constituent des signes annonciateurs d’une détérioration de la situation globale du pays. Rien ne va plus sur sur la Grande Ile, où règne une ambiance plus ou moins délétère.

- 02 05 12 - Madagate - Plainte déposée au pénal contre Marc Ravalomanana en Afrique du Sud - Communiqué
L’avocat sud-africain Erleigh, représentant les victimes de la fusillade du 7 février 2009 devant le palais présidentiel, a déposé le 27 avril une plainte pénale contre l’ancien président Marc Ravalomanana auprès du directeur national du ministère public en Afrique du Sud. 7 plaignants, soutenus par l’Association des martyrs de la place Antaninarenina, demandent qu’une enquête, mettant en cause l’ancien président de Madagascar Marc Ravalomanana, soit faite, relative aux allégations faisant état des massacres constituant un crime contre l’humanité.
Le site propose un lien vers le texte intégral de la plainte, en anglais (34 p.)

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (18/05/12)

18 Mai 2012, 10:35am

Publié par rovahiga

ARTICLES REMARQUES - MAI 2012

18 mai 2012

- 18 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Pour une démocratie à la Malgache
 En 50 ans de retour à l’Indépendance, Madagascar a subi 5 crises violentes pour se défaire d’un Chef d’État en exercice : crises de 1972, 1991, 2002 et 2009, sans oublier l’assassinat de Ratsimandrava en 1975. Censée être l’expression de la volonté de la majorité, la démocratie à Madagascar tend de plus en plus à être l’otage de minorités : celles qui ont de l’argent, celles qui estiment être les seuls à détenir la clé du Paradis, celles qui une fois arrivées au pouvoir souhaitent y prendre racine, ou encore celles estiment avoir le droit d’exiger le pouvoir par la force. Analyse des causes et des effets et balises pour une IVème République qui garantisse véritablement l'instauration d'un système démocratique.

- 14 05 12 - Tribune - Edito - Patrick A. - 40 ans, âge de maturité théorique
Il y a quarante ans, les étudiants se levaient pour réclamer la démocratisation de l’enseignement et la fin de l’hégémonie de la langue française. Le 13 mai 1972, des milliers de manifestants se rendirent sur la grande place de l’Hôtel de ville de la capitale pour réclamer la libération d’étudiants arrêtés et envoyés au bagne. Une manifestation réprimée par les forces de l’ordre qui tirèrent sur la foule, faisant près de 40 morts et de nombreux blessés. Un événement charnière dans l’histoire de la Grande Ile puisqu’il conduisit à la fin de la première République. Des pouvoirs tomberont-ils encore sur la place du 13 mai ? Cela n’est pas impossible : motivés si nécessaire financièrement, quelques mécontents pour y venir est facile et peut rapporter gros.

- 12 05 12 - Newsmada - Lettre du chef de la mouvance Ravalomanana au chef du bureau de liaison de la SADC
Mamy Rakotoarivelo justifie le retrait temporaire des ministres et des parlementaires de la mouvance Ravalomanana de toutes les institutions de la Transition. "Nous ne sommes pas sûrs que la SADC réalise la gravité de la situation; que la situation socio-économique à Madagascar a atteint un stade critique et que la situation est en train de se détériorer d’une manière systématique", écrit-il.

<> doc
11  05 12 -Déclaration de la Troïka de la SADC
La Troïka se félicite des progrès accomplis depuis 8 mois pour amener Madagascar plus près de la normalité constitutionnelle mais elle déclare rester "profondément préoccupée" par les "importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente avant que Madagascar ne puisse organiser des élections libres et équitables". Elle déplore qu'au cours des derniers mois la cohabitation ait été insuffisante entre les parties prenantes dans les institutions de la Transition. "Elle implore donc les chefs de file dans le pays de faire preuve du leadership politique nécessaire pour mettre fin à l'impasse actuelle et trouver une solution dans l'intérêt de la nation Malagasy. (...) Cela implique que les parties prenantes travaillent ensemble et agissent avec intégrité en tenant compte des intérêts de tous les Malgaches".

- 11 05 12 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Le "Fihavanana" ne suffira plus
Le crime paie ! C’est une conclusion évidente pour beaucoup de Malgaches. Tandis que la majeure partie de la population s’enfonce dans le désespoir et la misère, les nouveaux riches affichent insolemment leur réussite fulgurante. Les villas poussent comme des champignons et tout le monde connaît les bases de cette richesse voyante : trafics en tout genre, spoliation des terres des paysans, corruption, commissions occultes, détournements de fonds, meurtres, abus de pouvoir… De même, la cause première de tout cela est clairement définie : le coup d’état du 17 mars 2009... L'auteur annonce la lancement lancer du «Mouvement des Citoyens Patriotes Malagasy» qui se propose de reprendre le flanbeau du combat mené par Nadine Ramaroson, vicitme d'un accident dont les causes ne sont toujours pas élucidées.  

- 09 05 12 - Les Amis de la Terre - L'Europe cherche à sécuriser son accès aux "terres rares"
Madagascar est l'objet de nombreuses convoitises : projets de monocultures énergétiques pour agrocarburants, projets de sables bitumineux avec Total et maintenant, projets d'exploitation de "terres rares". Après avoir fait pression sur la Chine, qui a annoncé restreindre ces exportations de terres rares, l'Europe cherche à prendre le contrôle de nouvelles mines, notamment à Madagascar, pour y extraire ces minerais indispensables à la fabrication de produits high tech. Les Amis de la Terre dénoncent une nouvelle fois la stratégie européenne qui vise à sécuriser l'importation de matières premières bon marché malgré les impacts environnementaux et sociaux liés à leur exploitation. L'Europe devrait plutôt chercher à en réduire la consommation.

 <> doc 09 05 12 - Madagate - La loi d'amnistie pour la réconciliation nationale
Le texte de loi avait été voté mi-avril par le Parlement de la Transition, sans amendement.  A l’issue d’un désaccord sur l’article 5 portant sur les infractions non amnistiables. Les parlementaires de la mouvance Marc Ravalomanana n’ont pas participé au vote . La loi a été promulguée le 3 mai par le président de la Transition.

- 08 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Mai...lédiction
Tout semble concourir à un recommencement de l'histoire. 40 ans après le 13 mai 1972, les évènements se précipitent et prennent exactement la même allure, toute proportion gardée et avec des motivations différentes. A la base se trouvent des mouvements estudiantins qui n'avaient rien de politique au départ mais qui avaient fini par abattre la première République. Au fur et à mesure que la date mythique du 13 mai approche, les divers foyers de tension gagnent en intensité. Les crises dans la crise semblent assez mal gérées et risquent de trouver un dénominateur commun pour devenir un vaste mouvement de contestation populaire.

- 07 05 12 - Le Figaro - Madagascar, nouvelle frontière pétrolière
Madagascar, le Mozambique ou l’Ouganda évoqués cette semaine dans une conférence internationale sur le pétrole, l’International Oil Summit. Impensable il y a peu. Et pourtant, ces pays figurent sur la nouvelle carte pétrolière du monde. L’Afrique de l’Est devient une nouvelle frontière de l’or noir. La crise politique a fait fuir des compagnies comme Exxon mais Total, Shell et deux compagnies indépendantes explorent le sous-sol malgache. Il existe 18 projets onshore (sur terre) et 8 offshore.

- 04 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - "Je te lèche, je te lâche, je te lynche"
Pour célébrer la Journée mondiale pour la liberté de la presse, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a cru bon de s’afficher avec Harry Rahajason (dit Rolly Mercia), ministre de la Communication, qui venait de faire placer en garde à vue deux animateurs de la radio Free FM. Ils ont été accusés de tout ce qu’on aurait pu également et légalement mettre sur le dos de la Radio-Viva, propriété d'Andry Rajoelina, depuis les évènements de janvier 2009, précédant sa prise de pouvoir. Les deux compères de Free FM ont fait leurs armes de journalistes subversifs dans « Anao ny fitenenana », une émission (aujourd’hui disparue) de la Radio Viva où ils officiaient en compagnie de celui qui est devenu le ministre de la Communication...  Amitiés à géométrie variable de la vie politique malgache. Amis aujourd’hui, adversaires demain, en attendant après-demain que des alliances contre nature se créent entre anciens ennemis pour attaquer un ennemi commun.

- 04 05 12 - L'Express - Dr Ratsivoson : "La culture de l'égalité exige une politique cohérente du travail"
Médecin de formation et inspecteur du travail, la consultante et formatrice en matière de législation sociale et de normes internationales du travail fait le point sur la situation de la discrimination, dont les femmes peuvent faire l’objet dans le milieu du travail à Madagascar.

- 03 05 12 - Appel urgent du Syndicat des Professionnels Diplômés en Travail Social (Spdns)
Le  Syndicat alerte ses partenaires sur la situation de Mme Soanjara Aimée Louisiane (26 ans) qui a quitté le Liban le 26 Avril 2012 après avoir travaillé dans ce pays depuis juillet 2009, en laissant à Madagascar sa petite fille de 5 ans. D’après les dires d’une compagne de voyage malgache qui se trouvait dans l’avion reliant le Liban au Caire, Mme Soanjara a manifesté des troubles mentaux. En arrivant à l’aéroport du Caire, elle a été accompagnée par la Police jusqu’à sa place dans l’avion du Caire à Johannesbourg. Au moment où les hôtesses ont fermé la porte de l’avion, cette jeune femme a sauté en laissant un petit sac où se trouvait son billet d’avion et depuis elle est introuvable. Le SPDTS lance un appel à toute personne qui pourrait l'aider dans ses recherches en Egypte.
04/05 : Le SPDTS annonce que la jeune fille a été retrouvée. Elle est hospitalisée en psychiatrie et souffre de tuberculose et de problèmes cardiaques. D'autes cas sont en cours de traitement, pour des personnes de retour qui se plaignent d'abus sexuels.

<>
  03 05  12 - Tribune - Collectif Tany - Pour une réparation des dégâts humains et environnementaux et pour une responsabilisation accrue de Sherritt Ambatovy
La société canadienne Sherritt International, désormais en « joint- venture » avec la société japonaise Sumitomo, la société sud-coréenne Kores et la société canadienne SNC Lavalin, ont signé un contrat avec le gouvernement malgache en 2006 pour l’extraction de cobalt et de nickel à Ambatovy. La construction des différentes infrastructures s’est achevée en 2011 : des mines d’extraction à ciel ouvert du côté d’Ambatovy - Moramanga, un pipeline de 220 km qui emmènera le minerai sous forme de « pulpe » vers l’usine de traitement de Tanandava à 10 km de Toamasina - une fonderie hydro-métallurgique utilisant des produits contenant du soufre, dont certains sont toxiques - avant l’embarquement du cobalt, du nickel et du sulfate d’ammonium au port. Les résidus seront conservés à perpétuité près de l’usine de traitement. Les apports du projet ont été très médiatisés mais les dégâts sur l’environnement, sur la santé et sur la vie des populations liés à la phase de construction n’ont été connus du grand public que lorsque les essais en vue de la production ont occasionné des fuites de dioxyde de soufre au moins à 4 reprises, entraînant le décès de 2 adultes et de 2 bébés et rendant malades une cinquantaine de personnes entre le 26 février et le 13 mars 2012. 
Le sujet a été mis à l'ordre du jour du conseil des ministres du 2 mai. Andry Rajoelina a fait part de ses interrogations : " suite aux impacts et incidents rencontrés et constatés dernièrement, (...) disposons-nous réellement de la compétence nécessaire pour approuver la conformité de la mise en service de cette usine ? Concrètement, quels sont les résultats obtenus suite à l'analyse des impacts et des incidents cités supra ? Quels sont les avis des Experts ? Les éléments de réponse et d'analyse (...) seront ainsi à apporter au prochain conseil des ministres pour débats avant toute décision de délivrance d'autorisation définitive".

- 03 05 12 - Les Nouvelles - Conjoncture : l'ambiance politique est délétère
La vie nationale de ces dernières semaines a été marquée par une succession d’événements qui, pour de nombreux observateurs, constituent des signes annonciateurs d’une détérioration de la situation globale du pays. Rien ne va plus sur sur la Grande Ile, où règne une ambiance plus ou moins délétère.

- 02 05 12 - Madagate - Plainte déposée au pénal contre Marc Ravalomanana en Afrique du Sud - Communiqué
L’avocat sud-africain Erleigh, représentant les victimes de la fusillade du 7 février 2009 devant le palais présidentiel, a déposé le 27 avril une plainte pénale contre l’ancien président Marc Ravalomanana auprès du directeur national du ministère public en Afrique du Sud. 7 plaignants, soutenus par l’Association des martyrs de la place Antaninarenina, demandent qu’une enquête, mettant en cause l’ancien président de Madagascar Marc Ravalomanana, soit faite, relative aux allégations faisant état des massacres constituant un crime contre l’humanité.
Le site propose un lien vers le texte intégral de la plainte, en anglais (34 p.)

Voir les commentaires

DECLARATION DE LA TROIKA DE LA SADC du 11 MAI 2012

15 Mai 2012, 12:36pm

Publié par rovahiga

(14-05-2012) -

Le Comité Ministériel de l’Organe (CMO) Troïka de la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC) (ci-après dénommé la Troïka) félicite l’achèvement de la mission d'évaluation de l'Organisation des Nations Unies pour voir le niveau de préparation de Madagascar à organiser des élections libres et équitables. À cet égard la SADC souhaite exprimer sa gratitude pour l'excellent travail accompli par l'équipe de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

L'achèvement de cette étape est la dernière d'une litanie d'exemples de réussites-clés au cours des 8 derniers mois pour amener Madagascar plus près de la normalité constitutionnelle, y compris:
1) La signature et l'adoption de la Feuille de Route de la SADC pour mettre fin à la crise à Madagascar et la signature du Cadre de mise en œuvre par 10 des 11 acteurs politiques.
2) La nomination d'un Premier Ministre de consensus parmi les Mouvances d'opposition et la formation d'un gouvernement de consensus représentant toutes les parties prenantes sur une base équitable.
3) La mise en place d'un Parlement de consensus et la nomination du président du Congrès de la Transition parmi l'opposition
4) La mise en place de la CENIT
5) L'adoption de la loi d'amnistie

Notant ce qui précède, la Troïka reste toutefois profondément préoccupée car, s'il y a eu beaucoup de progrès pour assurer l’application progressive de la Feuille de Route, il reste d'importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente avant que Madagascar ne puisse organiser des élections libres et équitables. Cela inclut:
Au cours des derniers mois, la cohabitation a été insuffisante entre les parties prenantes dans les institutions de la transition i.e. : le Président de la Transition, le Premier Ministre de consensus, le gouvernement de consensus et le Parlement de consensus, ainsi qu’avec les dirigeants des deux Chambres.

La Troïka implore donc les chefs de file dans le pays de faire preuve du leadership politique nécessaire pour mettre fin à l'impasse actuelle et trouver une solution dans l'intérêt de la nation Malagasy. Cela implique que les parties prenantes travaillent ensemble et agissent avec intégrité en tant que gouvernement transitoire d’union en tenant compte des intérêts de tous les Malgaches, et non en prenant des décisions isolées par pur intérêt politique.

La Troïka exhorte en outre que la loi d'amnistie adoptée par le Parlement, ainsi que tous les autres articles en instance (qui n'ont pas encore été mis en œuvre) comme stipulé dans la Feuille de Route doivent être appliquées urgemment. A cet égard, la Troïka note que la question de l'amnistie est inextricablement liée à certains des articles en instance non encore appliquées telles que l'article 20, car la question de la souveraineté doit être prise en compte.

De même, la Troïka est préoccupée par le climat politique de ces derniers jours avec les grèves et de manifestations d'étudiants. Alors que nous éprouvons de l’empathie avec certaines des questions soulevées, ainsi que l'impatience des masses étant donné qu'il y a eu plus de 3 années d'instabilité accrue, la Troïka lance un appel aux dirigeants et aux participants de ces manifestations ainsi qu’à la société civile à être disciplinée et de s'abstenir de continuer sur la trajectoire actuelle. La Troïka fait, en outre, appel aux dirigeants du gouvernement transitoire de montrer de la retenue nécessaire lors des échanges avec les étudiants, les grévistes et la société civile.

La Troïka pense que les actions mentionnées ci-dessus aboutiront une dégradation continue de la situation, déstabilisant le processus de la Feuille de Route.

La Troïka est également troublée par quelques-unes des mesures prises récemment par certains des signataires et parties prenantes à la Feuille de route, affirmant que la Feuille de Route a échoué, ce qui a encore aggravé la crise susmentionnée.

La Troïka note en outre une tendance inquiétante de certains acteurs et signataires de la Feuille de route qui ont seulement apporté un soutien partiel au processus, lorsque cela convient à leur personne et aux intérêts de leur parti politique. La Troïka rappelle que les parties prenantes et les signataires de la Feuille de Route ont une obligation morale politique, en tant que dirigeants envoyés par leurs circonscriptions et le peuple Malgache en général, à mettre en œuvre la Feuille de Route dans son intégralité.

La Troïka demeure convaincue que la Feuille de Route est encore la seule voie légitime vers la normalité constitutionnelle et que les retards et les difficultés rencontrés actuellement et dans le passé sont liés aux intérêts personnels et des partis de certains des dirigeants des Mouvances et des parties prenantes, plutôt qu’à la Feuille de Route elle-même. Troïka est fermement d'avis que les défis peuvent être surmontés grâce à un compromis politique mûr et un consensus mutuel.

Considérant ce qui précède, la Troïka met en garde toutes les parties prenantes qu'elle prendra les clauses de pénalité nécessaires tel que stipulées dans la Feuille de Route contre toute partie prenante qui continue d'entraver l’application de la Feuille de Route.

Nous rappelons de nouveau aux parties prenantes qu'elles doivent agir non seulement en termes de la lettre de la Feuille de Route, mais plus important encore suivant l'esprit de la Feuille de Route. Cela inclut les principes de l'inclusivité, l'impartialité, l'intégrité, la crédibilité, de consensus et le plus important, le compromis.

La Troïka toutes les parties prenantes à être disciplinés, patients et à faire preuve du leadership politique nécessaire en ces temps difficiles. La Troïka espère que le Président de la Transition, le Premier ministre, le gouvernement transitoire d'union, le Parlement de la Transition et tous les autres dirigeants des institutions de transition ainsi que les principaux dirigeants de Mouvances prennent rapidement l'entière responsabilité de s'assurer que Madagascar est en mesure d'organiser des élections libres et équitables dès que possible. Cela implique d'aider à instaurer un environnement politique plus positif et favorable ainsi que d'assurer la mise en œuvre rapide du plan technique pour des élections libres, justes et crédibles, tel que stipulé par l'équipe de l'Organisation des Nations Unies (ONU).

La Troïka constate que Madagascar est à un carrefour critique et nous ne pouvons pas nous permettre de perdre les progrès réalisés. La Troïka insiste en outre que, comme le leadership déployé, toutes les parties prenantes ont une responsabilité non seulement envers leur propre circonscription, mais au regard de l'avenir de la nation malgache dans son ensemble. Leurs actions et inactions futures se traduira dans leur pays soit par un progrès vers la voie de la prospérité ou par une spirale vers le bas sur la voie de la pauvreté.

En conclusion, la Troïka de la SADC implore donc les dirigeants des Mouvances, les intervenants et les signataires ainsi que tous les autres dirigeants de la société civile d'être décisifs, courageux et audacieux, ce implique parfois de prendre des décisions impopulaires mais qui seront dans les meilleurs intérêts de la nation malgache dans son ensemble et non pour le seul intérêt de leurs partis politiques.

En allant de l'avant, la Troïka en appelle urgemment à la communauté internationale de fournir l'assistance technique et les soutiens nécessaire en termes de compétence pour veiller à ce que Madagascar tienne des élections libres, justes, crédibles et impartiales dans les meilleurs délais.

À cet égard, la Troïka de la SADC va convoquer d’urgence des réunions de toutes les institutions multilatérales concernées (SADC, UA, UE) et des participants internationaux, qui ont, jusqu’à ce jour, donné leur plein appui à la Feuille de Route, pour que Madagascar s’accorde à propos d'une date pour de la tenue d'élections libres, justes et crédibles.

Publié par le Bureau de Liaison de la SADC

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (15/05/12)

15 Mai 2012, 11:53am

Publié par rovahiga

REVUE DE PRESSE - 1ERE QUINZAINE DE MAI 2012

 

15 mai 2012

LES POINTS FORTS DE LA QUINZAINE

Les entités signataires de la feuille de route se sont retrouvées à 2 reprises pour tenter de s’accorder sur l’application des articles de le feuille de route qui constituent un obstacle majeur à la poursuite du processus, ceux qui portent sur les mesures d’apaisement, l’arrêt des poursuites judiciaires et le retour de Marc Ravalomanana. Rencontres qui se sont tenues dans une ambiance tendue. Les formations proches du pouvoir ont boycotté la seconde rencontre.

 

La CENIT s’efforce d’accélérer la mise en place de ses démembrements. Sa présidente n’a pas renoncé à organiser une élection d’ici la fin de l’année, elle est appuyée dans sa démarche par les chefs de région et des organisations de la société civile comme le SeFaFi. Le calendrier et l’ordre des élections seront arrêtés en fin de mois à l’issue des missions internationales d’évaluation qui de déroulent actuellement. L’UE devrait faire connaître le montant de sa contribution financière, sous réserve que soient levés les derniers obstacles politiques, notamment les questions liées à la mise en œuvre de la loi d’amnistie. Depuis le démarrage de l’opération délivrance de cartes identité nationale et de copies d’acte de naissance, en 2010, le ministère de l’Intérieur annonce que 2.360.000 électeurs auront pu être inscrits sur les listes. La présidente de la CENIT annonce que la liste électorale ne sera pas refondue mais seulement révisée.

 

La session parlementaire ordinaire s’est ouverte en l’absence de la mouvance Ravalomanana, qui a reçu instruction de se retirer temporairement de toutes les institutions de la Transition, jusqu’à ce que la Troïka de la SADC se prononce sur le mémorandum qu’elle lui a fait parvenir. Le Parlement aura notamment à examiner le projet de loi sur Comité pour le Fampihavanana malagasy (CFM), laborieusement élaboré par l’exécutif et sans la participation de la mouvance de l’ancien président.

 

La tentative de rassemblement de la mouvance Ravalomanana du 28 avril place de la Démocratie a provoqué des troubles au centre-ville, les manifestants ont été pourchassés mais aucun incident grave n’a été déploré. 3 manifestants ont été arrêtés puis relâchés. La présence sur les lieux de 2 représentants du bureau local de la SADC a suscité de vives réactions du pouvoir. A l’occasion de le Fête du travail, les partisans de la mouvance sont sortis de l’enceinte du Magro pour se rendre sur la place du 13-Mai, bravant une nouvelle fois les autorités. Les forces de l’ordre se sont montrées discrètes et la manifestation s’est déroulée dans le calme. Un nouveau meeting de la mouvance, le 12 mai, place de la Démocratie, n’a pu se tenir. Les lieux étaient fortement gardés par les forces de l’ordre. Les dirigeants ont invité la foule à se diriger vers le Magro de Behoririka. Des irréductibles ont, en chemin, décidé de s’attarder sur l’avenue de l’Indépendance, provoquant quelques incidents. La journée du 13 mai, 40ème anniversaire de la chute de la Ière République, a été relativement calme, les forces de l‘ordre se sont abstenues d’intervenir contre quelques « casseurs ». Les plus déterminés des opposants ont regretté que leurs leaders se soient esquivés durant ces 2 journées, ils se sentent trahis et l’ont fait bruyamment savoir.

 

L'escalade s’est poursuivie entre le régime et la mouvance Ravalomanana, avec la décision de ses représentants de ne plus siéger dans les institutions de la Transition. Le fonctionnement du gouvernement Beriziky s’en est trouvé affecté et le premier ministre leur a fait parvenir une lettre de rappel pour les mettre face à leurs responsabilités. Les relations auraient pu se détériorer un peu plus avec les tracasseries policières que la DST a imposé de nouveau à l’homme d’affaire américain John Ferry à son retour à Madagascar. Il est considéré comme proche de Marc Ravalomanana et de son fils Tojo qui négocie actuellement le redémarrage du groupe Tiko. L’ambassade des États-Unis s’est montrée très active pour obtenir sa remise en liberté. La mouvance, mise à mal par l’adoption de la loi d’amnistie, a multiplié les initiatives pour faire pression sur le régime et la SADC. Une mobilisation qui n’est pas étrangères à l’annonce d’une nouvelle visite de Marius Fransman, vice-ministre sud-africain chargé des Relations internationales et de la coopération.

 

L’opposition a annoncé la constitution d’un « front » composé des anciennes « Trois mouvances », du Mouvement des ecclésiastiques (HMF), du Monima de l’ancien PM de la Transition Monja Roindefo. Ils font le constat qu’« Andry Rajoelina, président de la Transition, constitue le blocage vers une résolution de la crise ». Des voix se font entendre à nouveau pour exiger que les prochaines élections soient organisées par une entité indépendante, ce qui impliquerait la démission d’Andry Rajoelina et la mise à l’écart de la mouvance Ravalomanana.

 

Le SEFAFI dénonce l’absence de volonté des acteurs politiques de sortir de la crise et de la Transition. L’organisation a mis sévèrement en cause les hommes politiques de tous bords lors de la présentation de son recueil de communiqués publiés au cours de l’année 2011, intitulé « L’ année de la honte ». Le FFKM indique pour sa part ne plus vouloir rester insensible à la conjoncture politique, il entend prendre ses responsabilités mais cette déclaration d’intention est jugée bien tardive : voici 2 mois que les Eglises s’interrogent sur le rôle qu’elles pourraient jouer dans le processus de sortie de crise…

 

L’appel de l’universitaire Raymond Ranjeva a recueilli 20.000 signatures. Son « mouvement de citoyens » se fixe pour objectif de mettre un terme à la situation dans laquelle se trouve le pays, et ce, dans le respect du droit international. Il est nécessaire selon lui de mettre en place une enquête internationale portant sur la matérialité des fais constitutifs de la crise afin d’éviter pour l’avenir la répétition d’actions de prise de pouvoir par la force. Le mouvement prône également la mise en place d’une transition neutre, composée de techniciens expérimentés.

 

La SADC, après une période d’attentisme que lui reproche les forces politiques, s’est déclarée « profondément préoccupée » par l’impasse actuelle et brandit la menace de sanction à l’encontre des leaders politiques qui ne jouent pas le jeu. Elle déplore une « cohabitation insuffisante » entre les parties prenantes et invite les acteurs à rectifier le tir. « Il reste d’importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente avant que Madagascar n’organise des élections libres et équitables ». Le bureau local de la SADC a été renforcé pour préparer la venue prochaine de Marius Fransman. La mouvance Ravalomanana a adressé une lettre au chef du bureau de liaison de la SADC pour justifier son retrait temporaire des institutions, en attendant que des mesures concrètes soient prises pour, dit-elle, faire respecter « l’esprit et de la lettre de la feuille de route ».L’UE a également manifesté son inquiétude quant à la préparation du cadre électoral et à l’adoption de mesures d’apaisement. Elle se dit préoccupée par l’attitude de la mouvance Ravalomanana et la non-participation de la mouvance Zafy au processus de sortie de crise.

Les bombes artisanales ont refait leur apparition, visant une station de pompage de la Jirama, des véhicules de l’Institut Français de Madagascar et un grand magasin d’électronique. Un couple franco-mauricien a été enlevé et une rançon a dû être versée pour obtenir leur libération. Deux « ombiasy » [sorciers] auraient voulu intenter à la vie d’Andry Rajoelina, ce qui ne convainc guère la presse. Ils ont été interpellés, annonce le directeur de la DST, au domicile du ministre de la Pêche, membre de la mouvance Zafy, qui dénonce un coup monté. Le climat d’insécurité continue à préoccuper la population et les opérateurs du tourisme.

 

Le jugement de deux personnalités de la mouvance Ravalomanana, Manandafy Rakotonirina, du MFM, et Ihanta Randriamandrato, actuelle ministre de l’Elevage, a été reporté. Les deux prévenus, inculpés de « destruction des biens d’autrui et de rassemblement sans autorisation », ont refusé de comparaître. Le président du MFM est inculpé en outre d’usurpation de titre pour s‘être proclamé premier ministre des « légalistes » place de la Démocratie en 2009. Cette convocation est intervenue au lendemain de la rencontre entre la mouvance et le premier ministre à l’issue de laquelle celui-ci avait promis d’enclencher la procédure d’arrêt des poursuites judiciaires à connotation politique. Un courrier a été adressé en ce sens à la ministre de la Justice.

 

Mamy Rakotoarivelo, président du Congrès, est convoqué devant la Cour criminelle le 18 mai.

Le procès de la mutinerie de la FIGN du 20 mai 2010 n’a pas apporté d’éclaircissements sur la supposée somme de 500 millions Ar qui est au cœur de l’affaire. le colonel Andrianjafy, accusé d’avoir été l’instigateur de la mutinerie, a écopé d’une peine de 6 ans de travaux forcés ainsi que de 5 années d’interdiction de sortie du territoire pour levée de troupe armée. Accusé initialement d’« incitation à la guerre civile », l’inculpation a été commuée en acte de « rébellion ».13 autres gendarmes mutins ont été condamnés à 5 années de travaux forcés et autant d’interdiction de sortie du territoire pour rébellion. Tous les civils inculpés ont bénéficié d’une relaxe, soit pure et simple, soit au bénéfice du doute.

 

Lalatiana Rakotondrazafy et Fidèle Razara Pierre, animateurs de la station radio Free FM, ont été placés en garde à vue le 3 mai, Journée mondiale de la liberté de la presse. Ils ont été convoqués suite à la plainte déposée par Mamy Ravatomanga, président du groupe Sodiat, proche d’Andry Rajoelina, qui leur reproche de l’avoir mis en cause dans une émission quotidienne de la station. A leur remise en liberté, ils ont demandé le limogeage du ministre de la Communication, exigence appuyée par le syndicat des journalistes (SJM) dont Lalatiana Rakotondrazafy est secrétaire générale. Ils réclament la réouverture des stations radios et TV fermées par le régime de Transition comme par le régime Ravalomanana. Leur défense a déposé à son tour une plainte auprès du Bianco contre l’auteur de la requête. RSF est intervenu en faveur des animateurs. Les animateurs devront être convoqués à nouveau, suite à une plainte déposée par la PDG de la société Kraomita Malagasy pour « diffusion de fausses nouvelles et pour diffamation par voie de presse ». En outre, une procédure a été engagée pour faire expulser la station du terrain qu’elle occupe. Le 1er anniversaire de la station, le 13 mai, s’est déroulé sans incident. L’appel au limogeage du ministre ne fait pas l’unanimité dans le monde de la presse, plusieurs organes ont pris leur distance. Le SJM et Free FM annoncent l’organisation d’une manifestation devant la stèle de la liberté de presse dans le quartier de Soarano. Le ministre a saisi la Commission spéciale à la communication audiovisuelle (CSCA) qu’il préside. Il entend faire la démonstration que le SJM et Free FM sont désavoués par la majorité des organes de presse et des journalistes et il réaffirme que la liberté de la presse n’est pas menacée.

 

Le premier ministre a annoncé la mise en place d’une commission interministérielle chargée du contrôle et du suivi de toutes les actions relatives aux principes et respects des droits de l’homme. Elle aura pour objectifs de « démontrer la volonté ferme du gouvernement de respecter et faire respecter les principes des droits de l’homme ; de motiver le retour de Madagascar dans le concert des Nations ; ainsi que de trouver des solutions concrètes et pérennes aux problèmes liés aux droits humains à Madagascar (trafic humain, kidnapping, tourisme sexuel, droits des employés migrants…) ».

 

La crise politique semble virer progressivement en une crise sociale et économique profonde. Roland Ratsiraka, vice-président du CST, en rend responsable le pouvoir qui donne l’impression, par ses annonces et inaugurations, « qu’il a de l’argent ».

 

Le conflit des enseignants du primaire et du secondaire s’est durci. Le gouvernement affirme ne pas être en mesure de satisfaire des revendications jugées exorbitantes. Les grévistes ont été menacés de sanctions, ils ont déposée une plainte de réserve auprès du Conseil d'État. L’organisation des examens pourrait être compromise. Un groupe muni de grenades offensives a tenté de s’en prendre aux élèves manifestant au centre-ville de la capitale. Un ex-parlementaire du Congrès ainsi qu’un membre en fonction du CST seraient les principaux cerveaux de cet attentat avorté.

 

La rentrée universitaire demeure hypothétique, les enseignants-chercheurs vont achever en juin l’année universitaire 2010/2011 mais menacent de se remettre en grève si tous les engagement pris par le ministère ne sont pas respectés.

 

Le syndicat des paramédicaux et des médecins fonctionnaires, ainsi que le syndicat des magistrats menacent le pouvoir de déclencher à nouveau un mouvement de grève.

L’Union des Coopératives des Transporteurs Urbains (UCTU) de la capitale a lancé un mot d’ordre de grève qui a été annulé au dernier moment.

 

es risques sanitaires et environnementaux liés au traitement des minerais par Sherritt ont mobilisé le collectif Tany. Le conseil des ministres a été contraint d’évoquer ce dossier. Les Amis de la terre interpellent l’Europe sur les risques environnementaux et sociaux de l’exploitation des terres rares si le modèle chinois n’est pas remis en cause.

 

30.000 exploitants illicites de saphir ont envahi le noyau dur d’une aire protégée à Ambatondrazaka, dénonce l'Alliance Voahary Gasy. Expulsés une première fois, ils sont revenus en force. La situation est devenue incontrôlable.

Les compagnies membres du groupe thaïlandais Panafrican mining (PAM) ont officialisé leur adhésion au processus EITI. Elle figureront dans le rapport de réconciliation 2012 mais aucune des compagnies chinoises ne s'est encore prononcée officiellement, parmi elles Wisco, titulaire du permis du gisement de fer de Soalala, ce qui risque de provoquer la radiation de Madagascar, un an après avoir été suspendu, le 24 octobre2011.

 

Suite à un vol de bois de rose saisis par les autorités, 14 personnes ont été auditionnées. Elles ont cité 3 suspects, mandatés pas des exploitants de bois précieux. Plus de 200 individus, soupçonnés d'avoir participé à ce vol, auraient déserté Antalaha, laissant sur place femmes et enfants.

 

Tojo Ravalomanana, fils de l’ancien président, annonce la reprise prochaine des activités du groupe Tiko qui occupait 3.000 salariés avant la chute du régime. Le redémarrage reste toutefois suspendu au règlement d’un contentieux fiscal avec le pouvoir. La justice a donné gain de cause aux Impôts, Tiko a interjeté appel.

 

Une enveloppe financière de 100 millions d’euros, faisant partie des 570 millions d’euros du 10ème FED, destinée à soutenir la population la plus vulnérable, sera débloquée à partir de juillet. Cet appui financier couvrira les secteurs de l’éducation, de la sécurité alimentaire, de la société civile, de la réhabilitation de pistes et d’infrastructures routières. Ce déblocage a été obtenu grâce au constat de mise en œuvre progressive de la feuille de route. Une reprise graduelle des financements de l’UE sera effectuée au-delà de ces 100 millions d’euros si l’UE constate une évolution satisfaisante du processus de sortie de crise d’ici la fin de l’année.

 

Les économistes universitaires déplorent la situation économique du pays. Ils proposent de prendre les rênes des ministères économiques. Ils mettent l'accent sur la chute considérable du PIB per capita, passé de 400 dollars en 1960 à moins de 250 dollars en 2011. Cette situation explique l'ampleur alarmante que prend le taux de pauvreté : 76,5% contre 68% en 2008. 82,2% de la population rurale vit avec 0,40 euros par jour, au-dessous du seuil de pauvreté. « L'imminence d'une crise sociale grave n'est pas à écarter », explique l’un des universitaires. 

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (12/05/12)

12 Mai 2012, 10:47am

Publié par Justmad

ARTICLES REMARQUES - MAI 2012

 

12 mai 2012

- 12 05 12 - Newsmada - Lettre du chef de la mouvance Ravalomanana au chef du bureau de liaison de la SADC
Mamy Rakotoarivelo justifie le retrait temporaire des ministres et des parlementaires de la mouvance Ravalomanana de toutes les institutions de la Transition. "Nous ne sommes pas sûrs que la SADC réalise la gravité de la situation; que la situation socio-économique à Madagascar a atteint un stade critique et que la situation est en train de se détériorer d’une manière systématique", écrit-il.

<> doc11  05 12 - Déclaration de la Troïka de la SADC
La Troïka se félicite des progrès accomplis depuis 8 mois pour amener Madagascar plus près de la normalité constitutionnelle mais elle déclare rester "profondément préoccupée" par les "importants défis politiques qui nécessitent une solution urgente avant que Madagascar ne puisse organiser des élections libres et équitables". Elle déplore qu'au cours des derniers mois la cohabitation ait été insuffisante entre les parties prenantes dans les institutions de la Transition. "Elle implore donc les chefs de file dans le pays de faire preuve du leadership politique nécessaire pour mettre fin à l'impasse actuelle et trouver une solution dans l'intérêt de la nation Malagasy. (...) Cela implique que les parties prenantes travaillent ensemble et agissent avec intégrité en tenant compte des intérêts de tous les Malgaches".

- 11 05 12 - Blog d'Alain Rajaonarivony, journaliste - Le "Fihavanana" ne suffira plus
Le crime paie ! C’est une conclusion évidente pour beaucoup de Malgaches. Tandis que la majeure partie de la population s’enfonce dans le désespoir et la misère, les nouveaux riches affichent insolemment leur réussite fulgurante. Les villas poussent comme des champignons et tout le monde connaît les bases de cette richesse voyante : trafics en tout genre, spoliation des terres des paysans, corruption, commissions occultes, détournements de fonds, meurtres, abus de pouvoir… De même, la cause première de tout cela est clairement définie : le coup d’état du 17 mars 2009... L'auteur annonce la lancement lancer du «Mouvement des Citoyens Patriotes Malagasy» qui se propose de reprendre le flanbeau du combat mené par Nadine Ramaroson, vicitme d'un accident dont les causes ne sont toujours pas élucidées.  

- 09 05 12 - Les Amis de la Terre - L'Europe cherche à sécuriser son accès aux "terres rares"
Madagascar est l'objet de nombreuses convoitises : projets de monocultures énergétiques pour agrocarburants, projets de sables bitumineux avec Total et maintenant, projets d'exploitation de "terres rares". Après avoir fait pression sur la Chine, qui a annoncé restreindre ces exportations de terres rares, l'Europe cherche à prendre le contrôle de nouvelles mines, notamment à Madagascar, pour y extraire ces minerais indispensables à la fabrication de produits high tech. Les Amis de la Terre dénoncent une nouvelle fois la stratégie européenne qui vise à sécuriser l'importation de matières premières bon marché malgré les impacts environnementaux et sociaux liés à leur exploitation. L'Europe devrait plutôt chercher à en réduire la consommation.

 
<> doc09 05 12 - Madagate - La loi d'amnistie pour la réconciliation nationale
Le texte de loi avait été voté mi-avril par le Parlement de la Transition, sans amendement.  A l’issue d’un désaccord sur l’article 5 portant sur les infractions non amnistiables. Les parlementaires de la mouvance Marc Ravalomanana n’ont pas participé au vote . La loi a été promulguée le 3 mai par le président de la Transition.

- 08 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Mai...lédiction
Tout semble concourir à un recommencement de l'histoire. 40 ans après le 13 mai 1972, les évènements se précipitent et prennent exactement la même allure, toute proportion gardée et avec des motivations différentes. A la base se trouvent des mouvements estudiantins qui n'avaient rien de politique au départ mais qui avaient fini par abattre la première République. Au fur et à mesure que la date mythique du 13 mai approche, les divers foyers de tension gagnent en intensité. Les crises dans la crise semblent assez mal gérées et risquent de trouver un dénominateur commun pour devenir un vaste mouvement de contestation populaire.

- 07 05 12 - Le Figaro - Madagascar, nouvelle frontière pétrolière
Madagascar, le Mozambique ou l’Ouganda évoqués cette semaine dans une conférence internationale sur le pétrole, l’International Oil Summit. Impensable il y a peu. Et pourtant, ces pays figurent sur la nouvelle carte pétrolière du monde. L’Afrique de l’Est devient une nouvelle frontière de l’or noir. La crise politique a fait fuir des compagnies comme Exxon mais Total, Shell et deux compagnies indépendantes explorent le sous-sol malgache. Il existe 18 projets onshore (sur terre) et 8 offshore.

- 04 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - "Je te lèche, je te lâche, je te lynche"
Pour célébrer la Journée mondiale pour la liberté de la presse, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a cru bon de s’afficher avec Harry Rahajason (dit Rolly Mercia), ministre de la Communication, qui venait de faire placer en garde à vue deux animateurs de la radio Free FM. Ils ont été accusés de tout ce qu’on aurait pu également et légalement mettre sur le dos de la Radio-Viva, propriété d'Andry Rajoelina, depuis les évènements de janvier 2009, précédant sa prise de pouvoir. Les deux compères de Free FM ont fait leurs armes de journalistes subversifs dans « Anao ny fitenenana », une émission (aujourd’hui disparue) de la Radio Viva où ils officiaient en compagnie de celui qui est devenu le ministre de la Communication...  Amitiés à géométrie variable de la vie politique malgache. Amis aujourd’hui, adversaires demain, en attendant après-demain que des alliances contre nature se créent entre anciens ennemis pour attaquer un ennemi commun.

- 04 05 12 - L'Express - Dr Ratsivoson : "La culture de l'égalité exige une politique cohérente du travail"
Médecin de formation et inspecteur du travail, la consultante et formatrice en matière de législation sociale et de normes internationales du travail fait le point sur la situation de la discrimination, dont les femmes peuvent faire l’objet dans le milieu du travail à Madagascar.

- 03 05 12 - Appel urgent du Syndicat des Professionnels Diplômés en Travail Social (Spdns)
Le  Syndicat alerte ses partenaires sur la situation de Mme Soanjara Aimée Louisiane (26 ans) qui a quitté le Liban le 26 Avril 2012 après avoir travaillé dans ce pays depuis juillet 2009, en laissant à Madagascar sa petite fille de 5 ans. D’après les dires d’une compagne de voyage malgache qui se trouvait dans l’avion reliant le Liban au Caire, Mme Soanjara a manifesté des troubles mentaux. En arrivant à l’aéroport du Caire, elle a été accompagnée par la Police jusqu’à sa place dans l’avion du Caire à Johannesbourg. Au moment où les hôtesses ont fermé la porte de l’avion, cette jeune femme a sauté en laissant un petit sac où se trouvait son billet d’avion et depuis elle est introuvable. Le SPDTS lance un appel à toute personne qui pourrait l'aider dans ses recherches en Egypte.
04/05 : Le SPDTS annonce que la jeune fille a été retrouvée. Elle est hospitalisée en psychiatrie et souffre de tuberculose et de problèmes cardiaques. D'autes cas sont en cours de traitement, pour des personnes de retour qui se plaignent d'abus sexuels.

<>
  03 05  12 - Tribune - Collectif Tany - Pour une réparation des dégâts humains et environnementaux et pour une responsabilisation accrue de Sherritt Ambatovy
La société canadienne Sherritt International, désormais en « joint- venture » avec la société japonaise Sumitomo, la société sud-coréenne Kores et la société canadienne SNC Lavalin, ont signé un contrat avec le gouvernement malgache en 2006 pour l’extraction de cobalt et de nickel à Ambatovy. La construction des différentes infrastructures s’est achevée en 2011 : des mines d’extraction à ciel ouvert du côté d’Ambatovy - Moramanga, un pipeline de 220 km qui emmènera le minerai sous forme de « pulpe » vers l’usine de traitement de Tanandava à 10 km de Toamasina - une fonderie hydro-métallurgique utilisant des produits contenant du soufre, dont certains sont toxiques - avant l’embarquement du cobalt, du nickel et du sulfate d’ammonium au port. Les résidus seront conservés à perpétuité près de l’usine de traitement. Les apports du projet ont été très médiatisés mais les dégâts sur l’environnement, sur la santé et sur la vie des populations liés à la phase de construction n’ont été connus du grand public que lorsque les essais en vue de la production ont occasionné des fuites de dioxyde de soufre au moins à 4 reprises, entraînant le décès de 2 adultes et de 2 bébés et rendant malades une cinquantaine de personnes entre le 26 février et le 13 mars 2012. 
Le sujet a été mis à l'ordre du jour du conseil des ministres du 2 mai. Andry Rajoelina a fait part de ses interrogations : " suite aux impacts et incidents rencontrés et constatés dernièrement, (...) disposons-nous réellement de la compétence nécessaire pour approuver la conformité de la mise en service de cette usine ? Concrètement, quels sont les résultats obtenus suite à l'analyse des impacts et des incidents cités supra ? Quels sont les avis des Experts ? Les éléments de réponse et d'analyse (...) seront ainsi à apporter au prochain conseil des ministres pour débats avant toute décision de délivrance d'autorisation définitive".

- 03 05 12 - Les Nouvelles - Conjoncture : l'ambiance politique est délétère
La vie nationale de ces dernières semaines a été marquée par une succession d’événements qui, pour de nombreux observateurs, constituent des signes annonciateurs d’une détérioration de la situation globale du pays. Rien ne va plus sur sur la Grande Ile, où règne une ambiance plus ou moins délétère.


- 02 05 12 - Madagate - Plainte déposée au pénal contre Marc Ravalomanana en Afrique du Sud - Communiqué
L’avocat sud-africain Erleigh, représentant les victimes de la fusillade du 7 février 2009 devant le palais présidentiel, a déposé le 27 avril une plainte pénale contre l’ancien président Marc Ravalomanana auprès du directeur national du ministère public en Afrique du Sud. 7 plaignants, soutenus par l’Association des martyrs de la place Antaninarenina, demandent qu’une enquête, mettant en cause l’ancien président de Madagascar Marc Ravalomanana, soit faite, relative aux allégations faisant état des massacres constituant un crime contre l’humanité.
Le site propose un lien vers le texte intégral de la plainte, en anglais (34 p.)

Voir les commentaires

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (09/05/12)

9 Mai 2012, 14:32pm

Publié par rovahiga

ARTICLES REMARQUES - MAI 2012

 

9 mai 2012

 <> doc 09 05 12 - Madagate - La loi d'amnistie pour la réconciliation nationale
Le texte de loi avait été voté mi-avril par le Parlement de la Transition, sans amendement.  A l’issue d’un désaccord sur l’article 5 portant sur les infractions non amnistiables. Les parlementaires de la mouvance Marc Ravalomanana n’ont pas participé au vote . La loi a été promulguée le 3 mai par le président de la Transition.

- 08 05 12 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Mai...lédiction
Tout semble concourir à un recommencement de l'histoire. 40 ans après le 13 mai 1972, les évènements se précipitent et prennent exactement la même allure, toute proportion gardée et avec des motivations différentes. A la base se trouvent des mouvements estudiantins qui n'avaient rien de politique au départ mais qui avaient fini par abattre la première République. Au fur et à mesure que la date mythique du 13 mai approche, les divers foyers de tension gagnent en intensité. Les crises dans la crise semblent assez mal gérées et risquent de trouver un dénominateur commun pour devenir un vaste mouvement de contestation populaire.

- 07 05 12 - Le Figaro - Madagascar, nouvelle frontière pétrolière
Madagascar, le Mozambique ou l’Ouganda évoqués cette semaine dans une conférence internationale sur le pétrole, l’International Oil Summit. Impensable il y a peu. Et pourtant, ces pays figurent sur la nouvelle carte pétrolière du monde. L’Afrique de l’Est devient une nouvelle frontière de l’or noir. La crise politique a fait fuir des compagnies comme Exxon mais Total, Shell et deux compagnies indépendantes explorent le sous-sol malgache. Il existe 18 projets onshore (sur terre) et 8 offshore.

- 04 05 12 - Tribune - Edito - Ndimby A. - "Je te lèche, je te lâche, je te lynche"
Pour célébrer la Journée mondiale pour la liberté de la presse, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a cru bon de s’afficher avec Harry Rahajason (dit Rolly Mercia), ministre de la Communication, qui venait de faire placer en garde à vue deux animateurs de la radio Free FM. Ils ont été accusés de tout ce qu’on aurait pu également et légalement mettre sur le dos de la Radio-Viva, propriété d'Andry Rajoelina, depuis les évènements de janvier 2009, précédant sa prise de pouvoir. Les deux compères de Free FM ont fait leurs armes de journalistes subversifs dans « Anao ny fitenenana », une émission (aujourd’hui disparue) de la Radio Viva où ils officiaient en compagnie de celui qui est devenu le ministre de la Communication...  Amitiés à géométrie variable de la vie politique malgache. Amis aujourd’hui, adversaires demain, en attendant après-demain que des alliances contre nature se créent entre anciens ennemis pour attaquer un ennemi commun.

- 04 05 12 - L'Express - Dr Ratsivoson : "La culture de l'égalité exige une politique cohérente du travail"
Médecin de formation et inspecteur du travail, la consultante et formatrice en matière de législation sociale et de normes internationales du travail fait le point sur la situation de la discrimination, dont les femmes peuvent faire l’objet dans le milieu du travail à Madagascar.

- 03 05 12 - Appel urgent du Syndicat des Professionnels Diplômés en Travail Social (Spdns)
Le  Syndicat alerte ses partenaires sur la situation de Mme Soanjara Aimée Louisiane (26 ans) qui a quitté le Liban le 26 Avril 2012 après avoir travaillé dans ce pays depuis juillet 2009, en laissant à Madagascar sa petite fille de 5 ans. D’après les dires d’une compagne de voyage malgache qui se trouvait dans l’avion reliant le Liban au Caire, Mme Soanjara a manifesté des troubles mentaux. En arrivant à l’aéroport du Caire, elle a été accompagnée par la Police jusqu’à sa place dans l’avion du Caire à Johannesbourg. Au moment où les hôtesses ont fermé la porte de l’avion, cette jeune femme a sauté en laissant un petit sac où se trouvait son billet d’avion et depuis elle est introuvable. Le SPDTS lance un appel à toute personne qui pourrait l'aider dans ses recherches en Egypte.
04/05 : Le SPDTS annonce que la jeune fille a été retrouvée. Elle est hospitalisée en psychiatrie et souffre de tuberculose et de problèmes cardiaques. D'autes cas sont en cours de traitement, pour des personnes de retour qui se plaignent d'abus sexuels.

<>
  03 05  12 - Tribune - Collectif Tany - Pour une réparation des dégâts humains et environnementaux et pour une responsabilisation accrue de Sherritt Ambatovy
La société canadienne Sherritt International, désormais en « joint- venture » avec la société japonaise Sumitomo, la société sud-coréenne Kores et la société canadienne SNC Lavalin, ont signé un contrat avec le gouvernement malgache en 2006 pour l’extraction de cobalt et de nickel à Ambatovy. La construction des différentes infrastructures s’est achevée en 2011 : des mines d’extraction à ciel ouvert du côté d’Ambatovy - Moramanga, un pipeline de 220 km qui emmènera le minerai sous forme de « pulpe » vers l’usine de traitement de Tanandava à 10 km de Toamasina - une fonderie hydro-métallurgique utilisant des produits contenant du soufre, dont certains sont toxiques - avant l’embarquement du cobalt, du nickel et du sulfate d’ammonium au port. Les résidus seront conservés à perpétuité près de l’usine de traitement. Les apports du projet ont été très médiatisés mais les dégâts sur l’environnement, sur la santé et sur la vie des populations liés à la phase de construction n’ont été connus du grand public que lorsque les essais en vue de la production ont occasionné des fuites de dioxyde de soufre au moins à 4 reprises, entraînant le décès de 2 adultes et de 2 bébés et rendant malades une cinquantaine de personnes entre le 26 février et le 13 mars 2012. 
Le sujet a été mis à l'ordre du jour du conseil des ministres du 2 mai. Andry Rajoelina a fait part de ses interrogations : " suite aux impacts et incidents rencontrés et constatés dernièrement, (...) disposons-nous réellement de la compétence nécessaire pour approuver la conformité de la mise en service de cette usine ? Concrètement, quels sont les résultats obtenus suite à l'analyse des impacts et des incidents cités supra ? Quels sont les avis des Experts ? Les éléments de réponse et d'analyse (...) seront ainsi à apporter au prochain conseil des ministres pour débats avant toute décision de délivrance d'autorisation définitive".

- 03 05 12 - Les Nouvelles - Conjoncture : l'ambiance politique est délétère
La vie nationale de ces dernières semaines a été marquée par une succession d’événements qui, pour de nombreux observateurs, constituent des signes annonciateurs d’une détérioration de la situation globale du pays. Rien ne va plus sur sur la Grande Ile, où règne une ambiance plus ou moins délétère.

- 02 05 12 - Madagate - Plainte déposée au pénal contre Marc Ravalomanana en Afrique du Sud - Communiqué
L’avocat sud-africain Erleigh, représentant les victimes de la fusillade du 7 février 2009 devant le palais présidentiel, a déposé le 27 avril une plainte pénale contre l’ancien président Marc Ravalomanana auprès du directeur national du ministère public en Afrique du Sud. 7 plaignants, soutenus par l’Association des martyrs de la place Antaninarenina, demandent qu’une enquête, mettant en cause l’ancien président de Madagascar Marc Ravalomanana, soit faite, relative aux allégations faisant état des massacres constituant un crime contre l’humanité.
Le site propose un lien vers le texte intégral de la plainte, en anglais (34 p.)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>