Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

MAIS QU’ATTEND DIEU ?

26 Mars 2012, 16:07pm

Publié par rovahiga

Et ça continue, pourquoi pas d’ailleurs ? C’est cela avoir les pleins pouvoirs ! Aucun peuple au monde ne supporterait le dixième de ce que les malgaches souffrent. Ici, on attend que Dieu fasse tout à sa place. Et pendant qu’une équipe de « politiciens » de grands chemins rafle, vole, viole, massacre tout sur leur passage en transgressant un à un les Dix Commandements chaque jour que Dieu fait et autant de fois que possible, mais qu’attend Dieu ?

 

Ces messieurs-dames jugent de par leur seule justice, frappent  les pauvres et les innocents avec la foudre de leur armée pour contraindre les gens à se mettre à genoux devant eux. Tout ce qui bouge le petit doigt, lève les yeux ou murmure un seul mot se fait enfermer en prison.

 

A travers cette tragédie malgache, cette extermination à petit feu, on reconnait mieux les autres peuples : français, allemands, anglais, mauriciens, tunisiens, chinois, indiens, russes, américains, africains … et on leur envie car avec ce que nous supportons, il aurait peut-être été mieux de se trouver du côté des plus forts, des colons et autres charognards.  Mais comme on ne choisit pas son appartenance et on s’adresse directement au Roi de l’univers, le Roi des Rois, Le Créateur Lui-même, pour que sa Justice, son Pardon, sa Miséricorde et son Amour nous sauve de cet enfer qui brûle un peu plus chaque jour.

 

Voyez ce qui suit, un exemple de ces drôles de patriotisme et de fierté qui nous condamnent à la misère sans autre procès ! Pendant qu’ils brassent des milliards et des milliards, les étudiants sont abandonnés à leur sort, les femmes et les enfants ne sont plus que des poupées gonflables, des esclaves à vie ! Les hommes n’en valent pas plus, ils n’ont qu’un seul droit : servir ceux qui règnent.

 

rov@higa

 

 

« MA FIERTE ! »

Courrier du lecteur : « Nécrologie Air Madagascar »

http://www.tananews.com/2012/03/courrier-du-lecteur-necrologie-air-madagascar/

 

Paix à ton âme, Air Madagascar !

Son personnel a l’immense douleur d’annoncer le décès de leur bien-aimée mère Air Madagascar ! 


Onitiana Realy a cru à un scoop lorsque, tout fièrement, et bardé de son ignorance, Andry Rajoelina a confirmé l’acquisition de deux A340 par Air Madagascar. Mais, pour les observateurs avertis, et surtout pour le personnel, cela n’en est guère un : les sombres desseins inavoués que réserve l’instance dirigeante à la Compagnie Nationale se sont confirmés par cette simple annonce ! Le glas a sonné pour Air Madagascar !

Les techniciens de tous domaines n’ont de cesse d’alerter la direction générale, mais celle-ci est restée sourde à leurs holàs ! Les alertes venaient de partout, mais le DG et le CA y ont étaient totalement insensibles ! Ils n’ont qu’un but : le vil objectif de démanteler Air Madagascar pour s’accaparer au plus tôt les activités les plus rentables du transport aérien à Madagascar.

À bien y réfléchir, nul n’est besoin d’accabler ni la France, ni Air France. Ce n’est pas leurs fautes si le ministre du Transport et le DG d’Air Madagascar sont aussi cupides et aussi incompétents ! Ils n’ont fait que profiter de la grande brèche ! Démunis de la moindre éthique et encore moins du moindre scrupule, le DG et le CA ont livré le fleuron de l’industrie malgache à l’ex-colon sur un plateau d’argent !

Une station radio a récemment traité le cas d’Air Madagascar dans ses émissions à fort taux d’écoute ! L’intervenante a traité avec précisions et détails les tenants et aboutissants de ce fameux et fumeux dossier. La journaliste a vraiment osé soulever et citer les points noirs qui sont tous vérifiés. Difficile d’espérer des analyses aussi poussées de la part de la presse écrite locale qui se contente de relayer les annonces tonitruantes du DG ou du ministre pour préserver leurs chances d’avoir les invitations et billets d’avion gratuits périodiques octroyés par la compagnie aérienne !

Le sujet Air Madagascar alimente les conversations dans les chaumières. Preuve que les Malgaches s’approprient comme leurs, la douleur et les craintes du personnel qui est fortement préoccupé et qui épuise tous les recours pour essayer de sauver Air Madagascar.

À quoi bon de sensibiliser les prétendus responsables en interne : les nouveaux directeurs sont tous à la botte du DG, et lui obéissent au doigt et à l’œil sans oser faire la moindre objection quand bien même les consignes dépassent l’entendement ! Leurs nominations prouvent d’ailleurs que le DG veut dérégler tout le système : la plupart sont nouveaux dans le domaine, et ceux qui s’y connaissent ne sont pas légitimés pour agir ou pour contrôler.

La petite copine de la Direction des Opérations au Sol, informaticienne de son état, a été parachutée à la tête de cette unité d’envergure par le DG afin de préparer la transformation de l’handling en filiale pour Ylias et Ravatomanga. Mais, elle a de l’ambition, et les deux compères risquent fort de se faire souffler le projet, car elle prépare le terrain pour sa propre société à Nosy Be !

Même topo pour le jeune loup de la Direction commerciale, dont les ambitions démesurées n’étaient un secret pour personne. Réputé par son manque d’expérience et son absentéisme, il est le parfait candidat candide pour le DG pour réaliser le démantèlement de la Compagnie.

En nommant un juriste à la tête de la Direction des Ressources humaines, le DG gagne sur tous les tableaux. À travers la nomination, il gagne la faveur des crédules, en donnant l’illusion de conférer à la direction un pouvoir plus étendu qu’elle n’aurait pas eu auparavant, mais ce n’est qu’une fine manœuvre : la dame est réputée pour son caractère prudent et timoré, et le DG sait qu’elle ne saura lui tenir tête, et qu’il saura lui faire déroger aux règles et procédures pour l’aider à parvenir à ses fins ! Voilà pourquoi des nominations et des organisations aberrantes passent les filtres d’usage !

Nombreuses nominations n’ont de valeur que les titres pompeux ! Chaque Direction s’arroge le droit de maîtriser le domaine d’activités convoité, qu’importe si celui-ci ne relève pas de facto de sa juridiction ! Pourtant le DG paye des vazaha et encore des vazaha pour aider les directions à mettre en place leur organisation, et voilà le résultat : des directions et des départements démultipliés, et autant de responsables à profusion ! Et dire que la petite compagnie MD a ce que les grandes n’ont pas : une responsable de l’organisation!!!!

Madarail doit bien se moquer d’Air Madagascar qui a récupéré son ex-DAF qu’elle a limogé ! L’intéressé est trop heureux d’avoir été récupéré par une compagnie aérienne, et n’a conscience qu’il n’a ni la rigueur ni la compétence adéquate et encore moins l’étoffe d’un DAF d’une compagnie aérienne. Il accepte sans broncher les engagements dispendieux du DG, qui tente de rassurer le personnel, en allouant nominations, missions, formations à tout va.

Le nouveau Directeur de l’IT revient d’une mission à Miami dont l’objet était d’assister à une conférence!!!! En ces temps plus que difficiles, assister à une conférence aux États-Unis est-il prioritaire ? Et à côté, la compagnie use de tous les stratagèmes pour pouvoir payer les charges courantes. Mais le DAF n’est qu’un béni oui-oui aveuglé par le DG ! Les banques primaires ne veulent plus cautionner la débâcle d’Air Madagascar, qui non seulement n’est plus bancable, mais ne respecte aucune rigueur budgétaire ni aucune orthodoxie financière ! Air Madagascar est allée jusqu’à ne pas reverser et utiliser les cotisations diverses du personnel !

Le Directeur des Opérations aériennes, très ambitieux et très retourne-veste, s’est plié aux désirs du DG et des syndicats des pilotes, en éliminant toutes les balises pouvant bloquer l’accession aux trônes des jeunes pilotes maffiosi ! Il n’est ainsi plus nécessaire de prouver la moindre expérience pour accéder aux hautes fonctions, et par voie de conséquence, aux rémunérations correspondantes ! On risque la dégradation de la sécurité de l’exploitation à ce rythme-là !

Ces directeurs savent-ils que les directions et les départements de support seront rasés une fois le démantèlement effectif. Savent-ils que tout ce dont ils bénéficient actuellement n’est que passager ? Tout est illusion et manipulation : le DG ment sciemment au personnel : il ne veut pas se mettre à dos le personnel au sol durant la phase transitoire, le temps que son projet aboutisse, il tente de rassurer les futurs licenciés pour les jeter comme de vieilles chaussettes, une fois qu’Air France s’appropriera Air Madagascar ! Le personnel n’aura qu’à faire ses valises et quémander un poste auprès des nouveaux employeurs : Air France, Ylias ou Ravatomanga.

Le ministre, le DG et les autres membres du CA, eux, n’auront pas à s’en faire avec leur matelas de commissions et gratifications qu’ils accumulent sans vergogne ! Les Iles Caïman ou les Bermudes leur ouvriront leurs portes !

Onitiana Realy a parlé au nom de tous les Malgaches avec une indignation difficilement réprimée quand elle a questionné le N° 1 de l’État : « Inona no takalony ? » (takalon’ny fividianana Airbus any amin’ny Air France). La question est une formalité car la réponse est claire : en acquérant deux A340 quadrimoteurs, vieux et abandonnés par Air France car chers à exploiter, l’Etat a cédé Air Madagascar, ses potentiels, ses revenus, et surtout l’axe Europe-Océan Indien ! L’État a sacrifié une fois de plus un patrimoine malgache à l’autel de l’enrichissement personnel et durable !

Les politiciens véreux et leurs vils complices en interne sont parvenus à leurs fins : durant leurs mandats passagers au sein d’Air Madagascar, ils se sont approprié toute la richesse de la compagnie, et l’a livrée pieds et poings liés, affaiblie et exsangue aux pieds de l’ennemi.

Ils ont oublié que contrairement à eux, le personnel d’Air Madagascar s’est donné corps et âme à Air Madagascar, et a lié sa vie à celle d’Air Madagascar. Le personnel lui, n’a qu’Air Madagascar, et ne vit que pour et grâce à Air Madagascar !

Ajoutez à la longue liste des chômeurs et sans revenus au moins mille personnes d’Air Madagascar !

Aucune veillée mortuaire n’est prévue, mais si vous avez fleurs et couronnes, envoyez-les au DG d’Air Madagascar : il a commencé en tant qu’horticulteur avant de devenir croque-mort au sein d’Air Madagascar !

Paix à ton âme, Air Madagascar !

 

 

PRESENTATION

Visitez ce site avant de passer à la suite, pour mieux comprendre le sentiment qui nous anime :

Malagasy mivoatra : http://gasy-ratsiferana.blogspot.com/

mardi 4 décembre 2007

QUI SUIS-JE

Lot 8, Manjaka Ilafy
Antananarivo Avaradrano – 103
MADAGASCAR

TEL BUR + 261 20 22 510 09/ 1005
TEL MOB + 261 33 12 880 03
Hugues Ratsiferana Né à Antananarivo le 11 mars 1965, marié, père de 3 enfants
Vision
Malagasy, une nationalité de fierté: Madagascar, pays mondialement le plus riche possède un environnement équilibré, ses hommes et ses produits sont le centre d’intérêt de la planète.
Objectifs
Madagascar est le sanctuaire de la nature et de l’humanité. Sa richesse nationale en croissance soutenue est valorisée, développée et sécurisée.
Le Malagasy est une personne reconnue en ses valeurs. Il est  … (Suivre le lien)

 

 

L’ABOUTISSEMENT

 

http://www.airmadagascar.com/wp-content/uploads/2011/04/Communique-new-DG-ok.gif  

 

IL N’Y A PAS DE FUMEE SANS FEU !

Air France bousculée sur son réseau le plus rentable

http://www.lefigaro.fr/societes/2010/06/09/04015-20100609ARTFIG00665-air-france-bousculee-sur-son-reseau-le-plus-rentable.php

 

La Lufthansa devrait étendre son influence en Afrique. Un continent qui, depuis le début de la crise économique, est la bouée de sauvetage de la compagnie française.

 

L'arrivée de Lufthansa en Afrique va contraindre Air France à se renforcer sur ses autres réseaux. Car depuis le début de la crise économique, l'Afrique est la bouée de sauvetage de la compagnie tricolore. C'est ce que révèle un document confidentiel de la compagnie dont Le Figaro s'est procuré une copie. En 2008-2009, les dix lignes les plus rentables de la compagnie ont été exclusivement africaines, à l'exception de Cayenne. Partout ailleurs, en Asie comme aux États-Unis, l'entreprise a perdu de l'argent. Conclusion : c'est l'ancien réseau d'UTA qui tire aujourd'hui Air France. L'ancienne compagnie absorbée en 1990 desservait déjà 24 villes africaines.

Paris-Luanda

Aujourd'hui, l'axe le plus rentable d'Air France en taux de marge (61%) est le Paris-Luanda mais celui qui rapporte le plus en valeur absolue est le Paris-Libreville (45 millions) du fait d'un nombre de fréquences plus important : quatre allers-retours par semaine contre deux. «Notre réseau long-courrier repose sur l'Afrique et dans une moindre mesure les Caraïbes, c'est-à-dire les marchés sur lesquels nous sommes en situation de quasi-monopole depuis des années, analyse un cadre d'Air France. Cette tendance a encore été renforcée par la crise économique.»

Depuis le début de la récession, la compagnie est déficitaire sur la plupart des lignes les plus prestigieuses et les plus concurrentielles. Entre avril 2008 et mars 2009, elle a perdu 5,4 millions d'euros sur le Paris-New York (JFK), 15,3 millions sur New Delhi et 21,3 millions sur Hongkong. Le Paris-Tokyo était en revanche bénéficiaire de 1,5 million. «Ces chiffres doivent toutefois être relativisés, explique un analyste. Ils intègrent le pire de la crise économique. Avec le retour des passagers de la classe éco vers la classe affaires, sur les vols long-courriers, des lignes américaines et asiatiques ont dû sortir du rouge.»

«Le nerf de la guerre»

En terme de réseau, le constat est le même puisque l'Asie et l'Amérique du Nord ont perdu à eux deux 218 millions d'euros en 2008-2009 tandis que l'Afrique a gagné 292 millions et la zone Caraïbes 92 millions. «Cette situation de dépendance structurelle vis-à-vis d'un marché nous rend très vulnérables», analyse un cadre de la compagnie.

Les lignes africaines d'Air France n'attirent pas uniquement les touristes. Une clientèle d'hommes d'affaires tire en effet les niveaux de marges du réseau africain vers le haut : celles des cadres travaillant sur les marchés pétroliers. «C'est le nerf de la guerre, explique un expert du réseau africain. Tout l'enjeu est d'aller chercher les spécialistes des forages, les géologues et les ingénieurs, de les faire transiter par Charles-de-Gaulle puis de les envoyer en Afrique en leur vendant des billets à prix d'or.»

Selon les spécialistes du secteur, deux destinations sont stratégiques : Houston au Texas et Aberdeen en Écosse, les deux capitales occidentales du pétrole. Houston a d'ailleurs été l'une des meilleures lignes américaines d'Air France-KLM en 2008-2009 avec 4% de pertes entre Paris et Houston mais 14% de bénéfices entre Amsterdam et le Texas.

LIRE AUSSI :

» Lufthansa s'attaque au pré carré africain d'Air France

Courrier du lecteur : « On veut faire couler Air Madagascar »

http://www.tananews.com/2012/03/courrier-du-lecteur-on-veut-faire-couler-air-madagascar/

 

Que veut-on faire d’Air Madagascar? La question se pose au vu des machinations des tenants actuels du pouvoir.

L’on ne sait que trop bien que les nominations des administrateurs des sociétés d’Etat malgaches ont plus systématiquement privilégié les affinités politiques pour promotion des intérêts personnels des hauts responsables du gouvernement que l’expertise et l’expérience nécessaires à la direction efficiente de ces entreprises. Mais, l’instance dirigeante actuelle d’Air Madagascar décroche la palme dans cette course effrénée à l’enrichissement personnel rapide et durable. Des dossiers bien fournis circulent actuellement dans la Capitale sur la mauvaise gestion, et pire, sur les malversations du Ministre du Transport et de ses acolytes au sein d’Air Madagascar. Le Pr Zafy a d’ailleurs dit en détenir une bonne partie.

Depuis sa nomination, le Ministre n’a fait que verrouiller le système, jusqu’à s’incruster et siéger dans le CA d’Air Madagascar, afin de décider des contrats bien juteux à son avantage. Pour ne citer que le contrat avec Euroatlantic dont il a négocié le coût, et dont il est le seul à en connaître les modalités financières. Ledit contrat a creusé un gouffre financier dans lequel Air Madagascar se noie depuis. Le B777 affrété n’était pas approprié au marché, et a occasionné des charges financières très lourdes à la Compagnie : dans l’incapacité technique de rallier directement l’Europe à Nosy-Be, Air Madagascar a dû mettre en place des appareils pour livrer les passagers à Nosy-Be au départ d’Antananarivo. Les coûts annexes inhérents à l’exécution du contrat sont faramineux et sont conclus avec les acolytes, pour ne citer que l’hébergement des équipages Euroatlantic à l’hôtel Colbert, appartenant à l’un des administrateurs de la Compagnie aérienne, et non auprès des hôteliers partenaires habituels plus économiques ! Tout point du contrat est objet à commission sonnante et trébuchante, et c’est Air Madagascar qui casque bien sûr !

Depuis quelques semaines, à une période où les voyageurs affluent, le B777 a été remplacé unilatéralement par l’affréteur par un B767 dont la performance technique est très limitée. Une escale technique est désormais obligatoire, et les passagers tolèrent très mal ce changement. Les conditions de vol et les prestations laissent à désirer et beaucoup ont dit adieu à la compagnie nationale. Beaucoup réclame réparation des préjudices, et les multiples incidents et irrégularités engendrés par le changement coûtent directement ou indirectement un bras à Air Madagascar mais le Ministre et le DG n’ont cure ! En interne, le personnel ne sait plus à quel saint se vouer car le système semble être pourri, et il ne peut que constater avec effarement les effets dévastateurs de l’incompétence du CA et du DG. Cette équipe semble choisir un avion comme ils choisissent un taxi-brousse pour une randonnée à la campagne.

Et pourtant le DG se targue de détenir une expérience de la Compagnie pour avoir commencé à la base de l’organisation, mais même ses pairs pilotes désespèrent face à ces agissements qui ternissent l’image et la notoriété des techniciens malgaches de l’industrie aéronautique. A sa prise de fonction, il a déclaré sortir la Compagnie de la fameuse liste Annexe B en trois mois sinon il se retirera : « tsy ny toerana no tadiaviko fa rehefa tsy vitako io dia hiala aho! » Cela fait presque huit mois qu’il est à la tête d’Air Madagascar et aucune évolution positive n’est constatée, et il est bien décidé à garder sa chaise !

L’organisation de la compagnie, qui vient à peine d’être mise en place, elle par contre, a bien gonflé car de nouvelles directions ont été mises en place ! Cerise sur le gâteau : des expatriés étrangers ont été recrutés et sont grassement payés. La nomination de l’ancien DG James Andrianalisoa, rémunéré comme un expatrié a été déjà fortement critiquée par les cadres, mais le DG ne s’est pas arrêté là !

L’envergure de l’organisation est surdimensionnée par rapport aux activités actuelles (même futures) d’Air Madagascar : pour une compagnie aérienne qui n’a même pas de vol cargo, le département fret a été transformé en direction ! Idem pour le département IT dont ni la mission ni les activités ne justifie sa redéfinition en tant que Direction. De nombreuses nominations aux fonctions de responsabilité ont été faites par le DG sans que ces postes ne figurent dans l’organigramme général ! Tous les copains qui sollicitent titre et rémunération conséquente obtiennent satisfaction : il suffit juste de brosser le DG dans le sens du poil, et de flatter son égo. Pourtant, officiellement il a fait adopter en interne comme valeurs : honnêteté, intégrité, respect et excellence.

Parlons « honnêteté » : les nombreuses nominations injustifiées aux postes de responsabilité sont-elles honnêtes vis-à-vis de la compagnie ?

Parlons « intégrité » : la gabegie et les malversations du Ministre et du DG ainsi que de leurs Dalton relèvent-elles de l’intégrité ?

Parlons « respect » : les recrutements externes occasionnant surcoûts inutiles et très préjudiciables à la santé financière d’Air Madagascar respectent-ils le personnel malgache ! Outre la nomination du sieur James Andrianalisoa, ex DG (rémunéré outrageusement au titre d’un expatrié or sans résultat concert ni probant jusqu’à ce jour) un tunisien a grossi le rang des directeurs, et il semblerait qu’un autre étranger devrait venir bientôt pour occuper une fonction de directeur!

La réalité est que le DG souffre d’un complexe qui l’empêche d’accepter la compétence des malgaches, et préfère s’entourer d’étrangers qui ne le connaissent pas, et en face de qui il peut se pavaner en tant que DG, exercice qu’il affectionne tant partout où il va.

Huit mois après sa nomination, Air Madagascar n’a pas encore finit d’instaurer sa nouvelle organisation, bon nombre des directions vient juste d’officialiser leur note d’organisation ! Notes qui s’apparentent juste à de la littérature puisque la réalité est tout autre, et les programmes trop ambitieux et trop prétentieux sont utopiques vu les moyens et l’environnement actuel. Le DG est le premier à ne pas respecter les principes de gestion qu’il aime blablater partout !

Plusieurs projets et programmes sont lancés mais ne sont guère pertinents ni au contexte économique malgache actuel ni aux problèmes prioritaires d’Air Madagascar. Ils ne font que générer des charges financières additionnelles qui vont dans les poches des prestataires et fournisseurs alliés du DG : nombreux exemples illustrent ce cas : l’achat de fournitures informatiques auprès de l’une de ses nombreuses muses et égéries basée en Chine, auprès de laquelle l’approvisionnement a été fait, sans qu’aucun appel d’offres n’ait été lancé préalablement !!! Les équipements qui y ont été achetés, et ne sont pas totalement opérationnels car ne sont pas compatibles avec le parc informatique existant d’Air Madagascar.

Avec la bénédiction du DG, ladite dame agit en tant qu’opérateur fret au nom et pour Air Madagascar, mais sur le dos de la Compagnie, et sans respecter les normes professionnelles en vigueur : les colis sont présentés aux comptoirs d’enregistrement avant les passagers sur des chariots bagages, et ne suivent pas le circuit réservé au fret ! Le système est légitimité par le DG car déclaré moins économique que les autres offres ! Bien sûr : si Air Madagascar offre le beurre et l’argent du beurre, le premier quidam peut faire une offre économique !

Le DG projette d’éliminer un bon nombre de partenaires et fournisseurs de la Compagnie, et de les remplacer par un groupe réduit de fournisseurs privilégiés composés d’amis et de compères! Ho lany ihany ny paiso an-kady fa aleo raofiko ho ahy daholo !

Entre autres projets du DG : déménager le siège d’Air Madagascar de l’avenue de l’Indépendance pour le transférer dans les locaux d’un opérateur économique indo-pakistanais très proche et très écouté du Phat, et acquérir des mobiliers auprès de la dame fournisseur en Chine !!!

Air Madagascar ne peut pas plus payer ses fournisseurs actuellement, et des vols ont failli être annulés car les prestataires ont menacé de ne plus traiter les vols d’Air Madagascar dans les escales extérieures sans le paiement des arriérés qui s’élèvent de jour en jour ! A titre de solution, comme à son habitude, Air Madagascar a juste changé de prestataires !

Le personnel est consterné, et se décourage car il est impuissant face aux ravages faits par le CA et le DG. Les beaux discours avec effet d’annonce sont très loin de la réalité, et l’on craint même que l’objectif de cette équipe et de dépouiller totalement la compagnie pour que certains puissent l’acquérir à un franc (euro ?) symbolique. Les deux conseillers très écoutés du Phat, dont l’un siège dans le CA font tout pour !

Toutes les manœuvres actuelles confirment ces craintes : des lignes et des lignes ont été écrites sur l’acquisition d’appareils par Air Madagascar mais le dossier traîne : après multiples annonces contradictoires de la part du DG et du Ministre, le choix d’Air France se précise beaucoup plus.

Le personnel a manifesté ses craintes et sa désapprobation de ce projet mais à quoi bon ? Il est impuissant face aux loups voraces que sont le DG et le Ministre. Les marchandages et les négociations des commissions de chacun des innombrables intermédiaires (locaux et étrangers) retardent encore la finalisation du dossier mais le contrat sera bien finalisé contre vents et marées !

Air France qui a annoncé une perte colossale de 151 millions d’euros sur la période de Janvier à Septembre 2011, a publié officiellement son plan de réduction de coûts et de restructuration. Ce plan intègre l’abandon progressif des A340 quadrimoteurs trop budgétivores qu’Air Madagascar s’est empressé d’acquérir, avec la promesse folle qu’une fois ces avions acquis auprès d’AF, MD sera retirée de la liste B!

Les donnes sont claires et démontrent à qui profite le crime ! En la personne du DG, parvenu, cupide et incompétent, le Ministre a fait entrer le loup dans la bergerie ! Ce dernier joue bien son rôle de marionnette malléable aux mains des manipulateurs !

Pleure ô ma douce Air Madagascar, ils vont finir par avoir ta peau !

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

UN EXPLOIT !

http://www.madagascar-tribune.com/Un-exploit,17277.html  

Obnubilé par Marc Ravalomanana, l’invité du Zoma d’Onitiana Realy de ce vendredi soir du 23 mars voit partout la main de celui-ci ; depuis les actes de banditisme et de brigandage dont des citoyens malgaches et des ressortissants étrangers sont victimes jusqu’aux tentatives d’assassinat dont des généraux des forces de l’ordre et lui-même auraient fait l’objet. Ces points ont été évoqués au fil du face-à-face par le président de la transition Andry Rajoelina qui n’a pu s’empêcher de focaliser l’attention des téléspectateurs sur l’époque Ravalomanana et les errements, détournements à des fins partisanes et personnelles et les présumés crimes de son prédécesseur.

C’est ainsi qu’en près de deux heures de discussions, Andry Rajoelina a réussi l’exploit de méconnaître tous les autres acteurs politiques et éventuels candidats aux présidentielles. Ainsi, il n’a pas été une seule fois cité aucun nom des personnalités qui ont déjà annoncé leur candidature aux présidentielles, entre autres Pierrot Rajaonarivelo, Monja Roindefo, Roland Ratsiraka ; alors même que ce n’étaient pas les thèmes triturés qui n’ont pas manqué (insécurité, conseils de gouvernement, actions sociales des chefs politiques…) voire les opportunités sur les présidentielles et l’amnistie. Serait-ce là l’expression de l’égocentrisme de l’homme ?

Commenter cet article