Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Communauté Européenne: Communiqué

Publié le par rovahiga

http://www.dinosoria.com/pays/drapeaux/europe.jpg

 

 

L'UNION EUROPEENNE
A ADOPTÉ LA PRÉSENTE DÉCISION:


Article premier
La décision 2010/371/UE est modifiée comme suit:
1) À l'article 3, la deuxième phrase est remplacée par le texte suivant:
"Elle demeure en vigueur pendant la période s'étendant jusqu'au 6 décembre 2012, sans
préjudice de son réexamen régulier durant cette période.".
2) Les mesures appropriées précisées dans la lettre figurant à l'annexe de la décision
2010/371/UE du 7 juin 2010 sont remplacées par les mesures appropriées précisées à l'annexe
de la présente décision.

Article 2
La présente décision entre en vigueur le jour de son adoption.

Fait à Bruxelles, le 5 décembre 2011.
Par le Conseil
Le président
M. Dowgielewicz
[1] JO L 317 du 15.12.2000, p. 3.
[2] JO L 287 du 4.11.2010, p. 3.
[3] JO L 317 du 15.12.2000, p. 376.
[4] JO L 169 du 3.07.2010, p. 13.
[5] JO L 146 du 1.6.2011, p. 2.
--------------------------------------------------
ANNEXE

LETTRE AU PRÉSIDENT DE LA TRANSITION

 

Monsieur le Président,

L'Union européenne (UE) attache la plus grande importance aux dispositions de l'article 9 de l'accord de partenariat entre les membres du groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, d'une part, et la Communauté européenne et ses États membres, d'autres part, signé à Cotonou le 23 juin 2000 et modifié à Ouagadougou, Burkina Faso, le 22 juin 2010 (ci-après dénommé "accord de partenariat ACP-UE"). Le respect des droits de l'homme, les institutions démocratiques et l'État de droit constituent des éléments essentiels de l'accord de partenariat ACP UE et, par conséquent, le fondement de nos relations.

Par un courrier en date du 16 juin 2011, l'Union européenne vous a informé de sa décision 2011/324/UE de proroger jusqu'au 6 décembre 2011 les mesures appropriées, au sens de l'article 96, paragraphe 2, point c), de l'accord de partenariat ACP-UE.

Depuis cette date, l'Union européenne a suivi de près la situation politique dans votre pays et a soutenu activement les efforts de médiation, consentis notamment par la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) et appuyés notamment par la Commission de l'Océan Indien et les autres partenaires africains, qui ont finalement permis la signature, le 16 septembre 2011, de la feuille de route pour la sortie de crise à Madagascar, telle qu'amendée et explicitée quant au retour à Madagascar de tous les citoyens malgaches en exil pour des raisons politiques suite au sommet de la SADC des 11 et 12 juin 2011.

L'Union européenne a salué cette signature qui ouvre la voie à un processus de transition qui devra aboutir à la tenue d'élections crédibles, libres et transparentes permettant le retour rapide à l'ordre constitutionnel. L'Union européenne a rappelé qu'elle restait disponible pour appuyer politiquement et financièrement et pour accompagner le processus de transition, en réponse à l'appel que la SADC et l'Union africaine (UA) devraient lancer, et en étroite collaboration avec la communauté internationale. L'Union européenne se tient prête à
intensifier le dialogue politique avec les autorités de transition issues de la mise en oeuvre de la feuille de route, afin d'examiner les conditions et les modalités de cet accompagnement.

Conformément aux articles 4, 5, 6 et 8 de la feuille de route, les nominations d'un premier ministre de consensus et d'un gouvernement de transition constituent des étapes cruciales dans la mise en oeuvre du processus; ceux-ci étant chargés de mettre en place les conditions nécessaires en vue de l'organisation d'élections crédibles, justes et transparentes, en coopération avec la communauté internationale.

L'accompagnement politique et financier de l'Union européenne est conditionné au respect par
la partie malgache des engagements exposés comme suit:

Engagements de la partie malgache | Engagements de l'Union européenne |
Signature de la feuille de route | Déclaration du porte-parole du haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (HR) (réponse positive saluant la signature et montrant la disponibilité pour l'accompagnement politique et financier de la mise en oeuvre de la transition, conditionné par son accomplissement) Premiers contacts de haut niveau avec les autorités malgaches (visite de deux ministres malgaches) |

Identification/formulation des programmes en appui aux populations vulnérables (programme santé, éducation, nutrition, programme d'appui à la société civile, programme sécurité alimentaire/infrastructures rurales, programme pistes rurales haute intensité de main d'œuvre (HIMO)) sous le 10ème Fonds européen de développement (FED) pour un montant d'environ 100 millions d'EUR et les lignes budgétaires Identification des programmes d'accompagnement de la transition sous le 10ème FED et les lignes budgétaires Identification des programmes de coopération au développement sous le 10ème FED notamment via la facilité de coopération technique (FTC) de 6 millions d'EUR (dans les domaines d'intervention spécifiés par les programmes indicatifs nationaux (PIN) du 10ème FED) et les lignes budgétaires et les opérations de la Banque européenne d'investissement |

Nomination du premier ministre de consensus et du gouvernement de transition d'unité nationale | Reconnaissance de la légitimité du président de la transition et du gouvernement de transition, permettant la présentation des lettres de créance de l'ambassadeur de l'UE à Madagascar Réponse positive et participation active de l'UE, en consultation avec la SADC et l'UA, pour coordonner une réponse conjointe de la communauté internationale Identification des mesures d'appui électoral sous divers instruments dont notamment l'instrument de stabilité, en fonction des disponibilités financières Formulation des projets d'accompagnement
de la transition sous le 10ème FED et les lignes budgétaires Formulation des programmes de coopération au développement sous le 10ème FED (dans les domaines d'intervention spécifiés par le PIN du 10ème FED) et les lignes budgétaires |

Mise en place du parlement de transition et de la commission électorale nationale indépendante (CENI) et, élaboration et mise en oeuvre avec l'appui des Nations unies (ONU) (rapport de la mission d'évaluation électorale) d'un cadre électoral crédible | Si le rapport de la mission d'évaluation électorale de l'ONU est jugé satisfaisant et le calendrier électoral réaliste:
Inclusion de Madagascar dans la liste des pays prioritaires pour une mission d'observation électorale de l'UE en 2012, et par conséquent, confirmation de la volonté de l'UE d'envoyer une mission d'observation électorale de l'UE, en fonction des disponibilités financières et des résultats d'une mission exploratoireFormulation des mesures d'appui électoral sous divers instruments dont notamment l'instrument de stabilité, en fonction des disponibilités financières |

Adoption d'une loi d'amnistie ratifiée par le parlement de transition et adoption par ledit parlement d'une loi pour définir les conditions de mise en oeuvre de la démission du président de la transition, du premier ministre et du gouvernement de transition, s'ils décident de se porter candidats aux élections |
Identification/formulation d'actions d'appui à la réconciliation nationale et démocratisation |
Tenue des élections législatives et présidentielles |
Envoi d'une mission d'observation électorale de l'UE, en fonction des disponibilités financières |
Proclamation des résultats des élections |
Déclaration du HR sur le déroulement et résultats des élections, avec appréciation de leur crédibilité Dans le cas d'une appréciation positive des élections, lancement de la procédure d'abrogation de la décision au titre de l'article 96 de l'accord de partenariat ACP-UE et de la décision de la Commission européenne de reprise des
fonctions de l'ordonnateur national |
Président, gouvernement et parlement nouvellement en place et retour à l'ordre constitutionnel|
Déclaration de l'UE, par le HR et le Commissaire en charge du développement, saluant le retour à l'ordre constitutionnel et confirmant la normalisation totale des relations entre l'EU et le Madagascar, avec reprise complète de la coopération au développement Abrogation de la décision au titre de l'article 96 de l'accord de partenariat ACP-UE et de la décision de la Commission de reprise des fonctions de l'ordonnateur national |

Nous vous exhortons, ainsi que tous les partenaires politiques malgaches, à poursuivre avec la plus grande persévérance vos efforts pour mettre en oeuvre la feuille de route le plus rapidement possible, afin de permettre à l'Union européenne d'accompagner le processus de transition consensuel et neutre pour la sortie de crise à Madagascar.
L'Union européenne a décidé de remplacer les mesures appropriées précisées dans la lettre figurant à l'annexe de la décision 2010/371/UE par les mesures appropriées suivantes:
- l'aide humanitaire et d'urgence n'est pas affectée,
- la Commission européenne mettra en oeuvre certains projets et programmes bénéficiant directement à la population,
- l'appui budgétaire prévu dans les PIN des 9ème et 10ème FED reste suspendu,
- les projets et programmes déjà en cours au titre du 9ème FED continuent à être exécutés, à l'exception des actions et paiements impliquant directement le gouvernement et ses agences, avec une révision possible en fonction de l'évolution de la situation politique. Les modifications et avenants aux contrats en cours sont examinés au cas par cas,
- les projets régionaux sont évalués au cas par cas,
- la mise en oeuvre des PIN du 10ème FED est conditionnée au respect des engagements de la partie malgache, tels que spécifiés dans la matrice ci-dessus. Ledit respect enclenchera progressivement la réponse de l'Union européenne en ce qui concerne la reprise progressive des programmes de coopération au développement, les mesures d'accompagnement de la transition, notamment en matière de soutien du processus électoral, et à terme, la reprise complète de la coopération au développement avec la mise à disposition de Madagascar de
l'essentiel des fonds alloués.
Ces mesures demeureront en vigueur pendant une période de douze mois, mais elles pourront être réexaminées à tout moment en fonction des développements positifs ou négatifs de la situation politique à Madagascar.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de notre très haute considération.

Pour l'Union européenne
Pour le Conseil
Pour la Commission

 

PRIERE CORRIGER LE TITRE:  " UNION EUROPEENNE:  COMMUNIQUE "

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

Madagascar : « J’ai fait un rêve … »

Publié le par rovahiga

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2009/11/chefs_file.jpg

 

 

L’invitation pour le 100è anniversaire de l’ANC semble arriver au bon moment. « Le sommet » des quatre chefs de file des mouvances pourrait-il se tenir à Johannesburg demain 8 janvier ? De façon informelle oui, pourquoi pas pour le bien du pays. Mais le courage et la volonté politique seront-ils au rendez-vous ?

Rien de moins sûr. Pourtant voilà une opportunité qui ne se présentera pas de sitôt. Le peuple malgache dans son immense infortune appelle de tous ses vœux ce « sommet ». Pour des hommes qui se veulent d’état, le bien être du pays devrait passer avant leur ambition personnelle. Ils en sont capables sans mauvaise foi. Pour une seule fois devant l’histoire, ils passeront pour des héros et donner la plus belle des leçons à toutes les générations à venir, la dérobade ne sera pas de mise.

Imaginez au retour, les voir descendre ensemble tous les quatre de l’avion, tout souriant, chanter ensemble et faire les 36 pompes en mouvements d’ensemble dans une ambiance survoltée, des cris, des larmes et des embrassades à n’en plus finir entre l’AV7 et les trois mouvances ! Trop beau n’est-ce-pas ? Sinon, le NOTAM pour tout le monde !!!

« Jai fait un rêve… » Izay mihomehy eo dia boka ! (celui qui rit le premier tiendra la chandelle –traduction libre-)

rov@higa


Rajoelina / Ravalomanana: Un face-à-face inopiné
http://www.matv.mg/
À l’occasion de la célébration du centenaire du parti sud-africain ANC (African National Congress) pour les 07 et 08 Janvier 2012, quelques hautes personnalités politiques malgaches seront conviées aux festivités.
Les regards des observateurs sont braqués aujourd’hui sur l’Afrique du Sud où un face à face entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina est attendu. Cette rencontre entre les deux personnalités malgaches est inévitable étant donné que les autorités sud-africaines ainsi que les hauts responsables du parti politique sud-africain ANC (le parti majoritaire en Afrique du Sud) ont prévu d’inviter ces deux … (Suivre le lien)

Centenaire de l'ANC : Des chefs de mouvance invités
http://lexpressmada.com/centenaire-de-l-anc-madagascar/30772-des-chefs-de-mouvance-invites.html
Andry Rajoelina, président de la transition, et l’ancien président Marc Ravalomanana, seront tous les deux au Pays Arc-en-ciel ce week-end.
L’homme fort de la Tran­si­tion et sa suite devaient avoir quitté la Grande île ce matin, selon le communiqué de 
la Présidence. Andry Rajoelina est invité par le président sud africain, également président de l’African national 
congress (ANC), à assister à la cérémonie de célébration du centenaire de la formation politique au pouvoir à Bloemfontein, aux côtés d’une vingtaine de chefs d’État, toujours selon le communiqué de la Présidence.
Mokgheti Monaisa, ancien ambassadeur de l’Afrique du Sud, avait déjà … (Suivre le lien)

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

MUTINERIE, IMPUNITE, CORRUPTION, ILLEGALITE, ANTICONSTITUTIONALITE

Publié le par GTT International Genève

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

 

http://gtt-international.blogspot.com/2012/01/mutinerie-impunite-corruption.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+GttInternational+%28GTT+International%29

 

 

Telle est, en quelques mots, la situation qui prévaut à Madagascar depuis 2009. Et quand on interroge les responsables de cette situation (à savoir ceux qui ont pris le pouvoir par la force et qui s’y trouvent sans être élus jusqu’à présent) leur réponse est simple : ceux qui y étaient avant nous (notamment Ravalomanana) faisaient la même chose.

A mon humble avis, les illégalités et anti constitutionnalités viennent essentiellement de la Haute Cour Constitutionnelle malgache elle-même. En effet, au lieu de constater les illégalités et anticonstitutionnalités des transferts du pouvoir au Directoire militaire par le Président Marc Ravalomanana (contraint par les militaires mutins), au Maire de Tana Andry Rajoelina, en passant par les militaires mutins de CAPSAT, les membres de cette Haute Institution ont « pris acte » selon leur soi-disant « intérêt supérieur de la Nation » de toutes ces illégalités et anticonstitutionnalités manifestes de 2009 sans oser dire urbi et orbi que tout cela a été complètement anticonstitutionnel.

De ce fait, la HCC, au lieu de dire le droit, elle a crée le droit (à la place du peuple malgache) en investituant à Mahamasina un Président de la Haute Autorité de Transition (sans aucune autre base juridique légale que leur volonté et celle de Norbert Ratsirahonana ; même pas un Référendum pour entériner ce choix arbitraire), et ce président investi de manière illégale supprime (par Décret ) tous les organes élus (Assemblée nationale et Sénat) , du jamais vu jusque là dans le monde contemporain.

Le Président de la HAT a tous les pouvoirs en ce moment : pouvoir exécutif il en est le chef ; pouvoir judicaire : il a changé par décret tous les chefs de Juridiction : un certain Ramilison Max (poulain de Ratsirahonana) comme Président du Conseil d’Etat (à la place de Madame Noro Robinson) de manière rocambolesque et illégale. Les magistrats (connus pour leur antiRavalomanana primaire) que sont Ramangason Jean-Marie (Procureur de la République à Tana) et Rakotonavalona Ranary Robertson comme Procureur Général auprès de la Cour d’Appel de Tana (qui gesticulent en ce moment pour régler ce problème épineux entre la Police et le SMM à propos de l’assassinat du Juge Michel Rehavana à Tuléar par certains policiers).

Le procureur Ranary a même siégé (au niveau du parquet de la Cour Criminelle Ordinaire) pour juger en catimini les affaires de la tuerie du 07 février à Ambohitsorohitra pour sortir uniquement une condamnation perpétuelle au président déchu pour que ce dernier ne puisse plus se représenter aux élections (procès manifestement politique et cela m’étonne que le SMM ne s’insurge pas contre une telle façon de juger).

Comment les magistrats qui ont siégés à cette CCO ont-ils accepté de siéger dans une telle juridiction qui est complètement illégale et anticonstitutionnelle (pour juger un chef d’Etat inculpé pour des faits pendant l’exercice de ses fonctions) ? Et s’ils ont siégé quand même (pour une raison ou une autre), pourquoi ont-ils tout simplement instruit « à charge » pour condamner Ravalomanana qui n’était même pas dans le palais présidentiel ce jour là ?, et pourquoi ceux qui ont amené la foule devant ce palais présidentiel d’Ambohitsorohitra (préalablement déclaré zone rouge) n’ont pas du tout été inquiété ?, ne serait-ce qu’à titre de « témoin » ?

C’est le Colonel Charles Randrianasoavina qui donne la réponse à toutes ces questions : « la corruption ». Dans ces « aveux » et « témoignages » le Colonel Charles Randrianasoavina disait que le Haut Conseiller de la Haute Cour Constitutionnelle a reçu des « milliards ». Au lieu de juger ce Colonel trop bavard et baroudeur, la tristement célèbre (pour ses injustices et incompétence) ministre de la justice de la HAT, Christine Razanamahafaly l’a déclaré « fou » (avant les médecins et les juges) et l’a jeté dans le cachot de Tsiafahy (en ce moment le colonel lutte entre la vie et la mort à l’hôpital à l’Ile de la Réunion.)

Le Président de la HAT dispose aussi de tout le pouvoir législatif. J’ai beau regardé un peu partout (dans l’histoire du monde contemporain), mais je n’ai jamais vu des organes législatifs (Sénat ou Assemblée) où tous les membres sont nommés par le chef de l’Exécutif (même les pays totalitaires comme l’ancien URSS, la Chine, ou Cuba) ont fait un simulacre d’élection au sein de leur organe communiste respectif pour composer le Législatif, jamais une nomination directe par le chef de l’exécutif.

Et le chef de la HAT distribue les postes comme il distribue des bonbons à des enfants sages : un tel au CST un tel au CT etc… (C’est l’image de la fameuse 4 éme République malagasy si rien ne change cette année 2012). Il en fait de même pour les grades des militaires, les étoiles tombent de partout pour ceux qui soutiennent le régime, et la prison pour ceux qui sont contre. Ceux qui soutiennent toutes ces illégalités sont gratifiés de différentes manières (même leur trafic de bois de rose et détournement de deniers publics ne sont pas poursuivis; les ressources naturelles malgaches sont bradées aux plus offrants sans aucun appel d’offre préalable (existe-t-il encore une Inspection Générale de l’Etat et une Cour des Comptes à Madagascar ?).

La dernière contradiction et illégalité de la HCC malgache, c’est cette décision n° 15-HCC/D3 du 26 décembre .2011 :

De prime abord, il faut dire que cette HCC est elle-même illégale, car selon la Constitution en vigueur (celle de la 3ème République) son mandat est largement expiré en 2009 : les Membres sont élus et désignés par le Président de la République, CSM, Sénat, Assemblée pour 7 ans non renouvelable en 2002 (c’est un délai constitutionnel, et en vertu du principe du parallélisme des formes, ce délai ne peut être modifié que par une autre disposition constitutionnelle). Ces membres de la HCC actuelle sont actuellement au poste par la seule volonté d’Andry Rajoelina. Donc, c’est normal, qu’ils sont là pour satisfaire la volonté de Andry Rajoelina et son mentor Ratsirahonana Norbert contre vents et marrés. Ils doivent trouver des « justifications » à toutes les illégalités commises par ce régime de fait :

Dans la décision citée ci-dessus, la HCC fait l’amalgame entre « feuille de route », « Constitution », « droit interne », « droit international ».

La HCC « prend acte » de l’insertion dans l’ordonnancement juridique interne de la feuille de route signée par les acteurs politiques malgaches le 17 septembre 2011 par le biais de la loi n° 2011.

D’abord, Madagascar est toujours dans une « TRANSITION » vers la normalité constitutionnelle, il n’est pas encore sorti de l’auberge, car la Constitution a été violée et écartée comme un vulgaire chiffon. Ainsi je me demande, dans quel ordonnancement juridique interne ces Hauts Conseillers insérèrent ils cette feuille de route signée par des « politiciens malgaches » et la SADC ?

Signée par des politiciens (en dehors de tout organe étatique compétent), cette feuille de route est un acte privé) ; ensuite, signé sous l’égide de la SADC (et avec celle-ci) cette feuille de route est une « convention internationale » qui lie ces politiciens signataires et la SADC.

De ce fait, la HCC n’a rien à dire à ce sujet. Tout cela sort de sa compétence (appréciation d’un acte privé et interprétation d’une convention internationale entre partenaires privés et une organisation régionale). Elle l’a reconnu elle-même dans un de ses considérants que « tout conflit dans l’interprétation des dispositions de la feuille de route, la SADC demeure l’organe compétent ». Ainsi la question se pose de savoir pourquoi elle s’immisce dans une chose qui ne lui concerne pas ?

A partir du moment où les gouvernants de fait malgache actuels ont accepté cette feuille de route, celle-ci doit être la « NORME FONDEMENTALE » de sortie de crise et de Transition. La principale mission de tout ce beau monde (non-élu et désigné par une seule personne) au sein de l’Exécutif, Judicaire, Législatif consiste à organiser une élection juste transparente équitable acceptée par tous (les électeurs malgaches et la Communauté Internationale) initié par la SADC sous les normes juridiques mises en place par les signataires de cette feuille de route.

A ce propos, les anciens Présidents Didier Ratsiraka, Zafy Albert et Marc Ravalomanana et le Professeur Ranjeva Raymond ont raison de dire que la sortie de crise doit être précédée par des mesures d’apaisement telles que réunion au sommet de quatre protagonistes (réconciliation nationale), élargissement des prisonniers politiques, liberté de presse, d’opinion et d’expression. Peut-on organiser une élection libre sans liberté de réunion et d’expression ?

Sans ces mesures d’apaisement, gageons que Madagascar va encore s’acheminer vers un simulacre d’élection (pour entériner simplement la situation de fait des putschistes au pouvoir), donc plongeon vers l’abîme de la barbarie, de la loi de la jungle, la guerre civile à n’en plus finir comme la plupart des autres pays africains actuels (anciennement colonisés par la France et la Belgique).

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

Madagascar : Rallumer le feu

Publié le par rovahiga

"Rallumer la mèche ?" Patrick A. de tribune-madagascar.com résume de façon simple sur la forme, mais ô combien significative sur le fond les évènements que nous avions vécus en fin et début d’année, mais aussi sur la suite. Des évènements épisodiques qui nous laissent sur notre faim comme il se doit dans pareils cas. Les grèves et leurs ultimatums, les prisonniers politiques, les NOTAM, la CENI, la « bombe », les cérémonies de présentations de vœux pas moins de quatre pour le seul PHAT ! Presque toute une semaine d’échange de discours, d’applaudissements et de cocktails ! C’est à rendre jaloux ceux qui n’ont pas encore reçu leur salaire et autres primes.

Ces retrouvailles d’Iavoloha laissent penser que beaucoup va être dit sur la crise politique qui prévaut et les solutions qui « s’imposeront », car on voit mal d’autres idées proposées par les invités prendre le dessus sur celles de leur illustre hôte. Ainsi, tout ce qui sera dit devrait être « bu » par l’assistance bon gré, malgré. Bref, une autre façon de faire avaler certaines pilules.

Du côté de l’opposition, le professeur Zafy Albert va recevoir pour la même occasion, le tout Tàna et plus pour les échanges de vœux. Il a été précisé que les invitations sont bien « inclusives » sans exclusion ! Le seul ex-président de la république élu présent sur le sol malgache ratisse large et va pouvoir mesurer littéralement ce qui lui reste comme audience. Exercice périlleux s’il en est. Espérons qu’Ambohijatovo sera très exigu, de grandes déclarations devraient en sortir ce dimanche là. Ici, il s’agit plutôt de rallumer le feu !

rov@higa

 

 

Rallumer la mèche ?
http://www.madagascar-tribune.com/Rallumer-la-meche,16908.html
Par Patrick A.

 

Bon gré mal gré, et même si elle n’a jamais été totale, le trêve des confiseurs se poursuit.
Les juges poursuivent leur grève, suivis par d’autres corporations portant leurs revendications propres ; mais les hommes et femmes politiques seront restés relativement prudents et discrets pendant ces deux dernières semaines. L’on aura notamment noté deux points : les ultimatums qui avaient été fixés avec une date limite au 31 décembre pour la libération des prisonniers politiques n’ont pas encore été suivis d’effets visibles, et il a été confirmé que le NOTAM contre Marc Ravalomanana avait été discrètement levé, mais ... (Suivre le lien)

Publié dans Opinion

Partager cet article
Repost0

Madagascar : Relent de censure, RSF réagit

Publié le par rovahiga

Cette odeur nauséabonde qui empestait les fêtes de fin d’année a été ressentie jusqu’à Reporters Sans Frontière qui comme à son habitude réagit sans délai. Si des institutions de cet acabit prennent chaque fois la peine de prévenir que de guérir, qu’en est-il des autres classées dans la catégorie de loin supérieure et puissante de par leur envergure et leur pouvoir en matière de moyens matériels et financiers pour s’acquitter de leur devoir d’anticipation afin d’éviter les conflits, les crises politiques, et les guerres civiles ?

Nous voulons mettre à l’index la Communauté Internationale et ses démembrements désignés pour nous sortir de la crise que nous traversons depuis trois ans. Trois ans ! Combien d’années leur faut-il pour agir et mettre un terme à la misère d’un peuple due à un coup d’état que la même Communauté a condamné à plusieurs reprises. L’autre exemple vient de ces reports incessants de la mise en place du bureau de liaison de la SADC à Antananarivo. Attendu depuis des mois, les mauvaises langues disent qu’elle attend que tout soit réglé avant de décider de s’implanter ! ben tiens ce serait plus facile …

rov@higa

 

 

http://appablog.files.wordpress.com/2012/01/010512_1144_madagascaru1.jpg

 

 

Madagascar / Une convocation, des mises en garde : fin d’année 2011 tendue pour les médias malgaches
http://appablog.wordpress.com/2012/01/05/madagascar-une-convocation-des-mises-en-garde-fin-dannee-2011-tendue-pour-les-medias-malgaches/

PARIS, France, 5 janvier 2012/African Press Organization (APO)
Les fêtes de fin d’année ont eu un goût amer pour la presse malgache. Une série de mises en garde adressées aux médias par divers membres du pouvoir font craindre un durcissement des relations entre autorités, qu’elles soient politiques ou militaires, et journalistes, alors que 2012 sera une année électorale très attendue.
 
“Il est regrettable que l’année 2011, pourtant globalement calme pour la presse, s’achève ainsi. Les incidents de la dernière semaine de l’année traduisent la fragilité de la situation actuelle, alors même que la transition politique n’est pas terminée. A l’aube d’une année 2012 au cours de laquelle devraient se tenir les élections attendues depuis plusieurs mois, nous demandons au pouvoir – en premier lieu le ministère de la Communication – de respecter les critiques et commentaires sans multiplier les mises en garde, les avertissements et les menaces de retour de la censure”, a déclaré Reporters sans frontières.
 
“Dans ce contexte, nous rappelant des violences de 2009 dans lesquelles la presse avait joué un rôle non négligeable, Reporters sans frontières appelle les médias à faire preuve de professionnalisme et demande à tous les acteurs du secteur de l’information à ne pas nourrir les tensions, à privilégier le dialogue, et à conserver des relations apaisées”, a ajouté l’organisation.
 
Le 24 décembre 2011, le service de communication du ministère des Forces armées a diffusé un communiqué menaçant la presse de représailles suite à des articles contenant, selon lui, de “fausses informations” : “Des mesures seront prises à l’encontre des journaux ou stations audiovisuelles qui publient délibérément des fausses informations susceptibles de troubler l’ordre public”.
 
Trois jours plus tard, le ministre de la Communication, Harry Laurent Rahajason, ancien journaliste mieux connu sous le pseudonyme de “Rolly Mercia”, a également publié un communiqué dans lequel il dénonce la propagation de “fausses nouvelles par voie de presse”. Sont cités Malaza Madagascar, La Vérité, Tananews et le Courrier de Madagascar, médias qui, selon lui, sont coupables de relater des “faits imaginaires” et des “incriminations gratuites”.
 
Le 29 décembre, Franck Ramarosaona, directeur de publication du Courrier de Madagascar, a été convoqué à la gendarmerie où il a été questionné pendant plusieurs heures. Le journal avait publié deux jours auparavant un article intitulé “Gouvernance : le bordel s’installe en haut-lieu”, pour lequel le ministre de la Communication avait par ailleurs exercé son droit de réponse. Le même jour, la directrice de publication de TV Plus, Onitiana Realy, recevait une mise en demeure signée du ministre de la Communication pour avoir évoqué les vacances à l’étranger du président de la Haute Autorité de transition, Andry Rajoelina, et de sa famille.
 
Dans un nouveau communiqué adressé aux médias le 30 décembre, intitulé “Actions incomprises du ministre de la Communication”, Harry Laurent Rahajason a justifié ces mesures et s’est défendu contre les critiques qui lui discutent la légitimité de donner des leçons de journalisme.
 
La Présidence a par ailleurs fait part de sa volonté de créer une entité chargée “d’informer en permanence le public sur la vision par le Président et de la Présidence de la Transition des réalités du pays”, ainsi qu’une cellule de veille stratégique.

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

Madagascar: Le droit au non droit

Publié le par rovahiga

http://www.antananarivo.usembassy.gov/uploads/lA/Jn/lAJnQHhJChod9RG9qHXOcA/Picture-099.jpg

 

 

Ou la légalité illégitime ! Lorsque la loi « bafoue » la dignité humaine, elle n’est plus juste. Toute une procédure devrait alors être déclenchée pour « rectifier, suspendre ou annuler » la loi incriminée. L’article ci-après intitulé : « Pourquoi il faut constitutionnaliser la désobéissance civile » éclaircira ce qui est avancé ici pour expliquer ce « pourquoi » qui implique un débat démocratique.

Mais quoi de plus explicite que de citer un exemple qui illustre nos propos. En deuxième partie de ce post vous trouverez un autre article qui porte le titre : «John Ferry : Éric Wong met les points sur les « I ». Le devoir d’un officier supérieur de la gendarmerie nationale qui de bonne foi (?) ne cherche qu’à faire son boulot dans l’application stricte de la loi. Malheureusement pour lui, il y a eu dérapage dans ce sens où l’incriminé, un opérateur économique étranger, a été trop vite soupçonné d’être un mercenaire à la solde de l’ex-président Ravalomanana. Pour ce faire, il fut simplement reconduit à la frontière après qu’aucun document ni autres preuves n’ont pu être fournis contre lui.

Gageons que plusieurs cas similaires peuplent nos prisons. Ces victimes du zèle et du manque de discernement traduisent bien la signification de la mauvaise application de la loi. De quoi philosopher sur un autre problème : « l’état policier ».

rov@higa

 Pourquoi il faut constitutionnaliser la désobéissance civile
http://www.rue89.com/2011/12/22/pourquoi-il-faut-constitutionnaliser-la-desobeissance-civile-227534
Manuel Cervera-Marzal, Chercheur
La désobéissance civile désigne une action politique illégale et non-violente fondée sur des motifs de conscience et destinée à modifier une loi ou à contester l'ordre juridique dans son ensemble.
Elle est aujourd'hui pratiquée par les militants du Réseau éducation sans frontières (RESF) qui n'hésitent pas à risquer jusqu'à cinq ans de prison pour protéger des familles immigrées en situation irrégulière menacées par la politique xénophobe du gouvernement … (Suivre le lien)


John Ferry : Éric Wong met les points sur les « I »
http://www.tananews.com/2012/01/john-ferry-eric-wong-met-les-points-sur-les-i/
Alors que la polémique sur le ressortissant américain John Ferry a été tue, le chargé des affaires de l’ambassade américaine n’a pas manqué de ressasser le sujet pour remettre les points sur les « I ». Celui contre qui le Général Richard Ravalomanana s’est acharné ne s’avère pas être plus mercenaire que n’importe quel autre homme d’affaires.
La récidive
À en croire les propos du premier responsable de l’ambassade américaine, ce n’était pas la première fois le mois de novembre 2011 que John Ferry s’est rendu à Madagascar, et il … (Suivre le lien)

Publié dans Opinion

Partager cet article
Repost0

VAOVAO TSARA HO FANTATRA (03-04/01/12)

Publié le par rovahiga

http://www.collectifgtt.fr/wp-content/uploads/P22100393.jpg

 

 

04/01/2012 : Me. Hanitra Razafimanantsoa : “ny Ankolafy RAVALOMANANA aloha hatreto no azo antoka fa hamerina ny Filoha” (+vidéo)
http://collectif-gtt.org/content/04012012-me-hanitra-razafimanantsoa-ny-ankolafy-ravalomanana-aloha-hatreto-no-azo-antoka-fa-
Taorian’ny savorovoro nitranga teny an-kianja omaly dia nisy ny fametrapetrahana ny tokony ho fiaraha-miasa eo anivon’ny Ankolafy androany. Nanomboka tany amin’ny foibe tany Belair izany ny maraina ary nitohy teny amin’ny Kianjan’ny Finoana ny toloakandro. Nomarihin’ny Me. Hanitra ary fa “misy manana tombontsoa amin’ny fikorontanan’ny Ankolafy RAVALOMANANA amin’izao fotoana izao”. Nanteriny anefa fa tsy maintsy misy ny fandrindrana asa amin’ny fitarihana ny tolona fa tsy afaka manao gaboraraka mba tsy hiomehezan’ny mpanongam-panjakana. Araka ny nambaran’ny Me. Hanitra ihany dia tolo-tanana ny an’ny hery politika na Ankolafy hafa raha toa ka tena mikatsaka marina ny hiverenan’ny Filoha RAVALOMANANA izy ireo.
Toa misy aloka fisalasalana mikasika ny fahamatoarana eo amin’ny fiarahana amina vondrona na ankolafy politika hafa ny lahateny nentin’ny Me. Hanitra Razafimanantsoa teo amin’ny Kianjan’ny Finoana androany. Ny andaniny tamin’ny mpifanandrina nandritra ny savorovoro omaly mantsy dia manatanteraka fivoriana antsokosoko any amina ankolafy hafa hono raha  ny resaka mandeha eny an-kianja ihany. Fandaminana vaovao ary manomboka eto no handrindran’ny foibe ny fandraisam-pitenenana manoloana ny vahoaka mba hisorohana ny fahafaham-baraka sy ny fitaran’ny fisalasalana eo amin’ny vahoaka mpitolona. Voatendry handrindra izany I Guy Maxime Ralaiseheno, Manoela ary Jeanson izay mifanerasera akaiky amin’ireo rafitra ifotony any amin’ny fokontany toy ny KMFB.

04/01/2012 : Niampanga-tena i TGV (+vidéo)
http://collectif-gtt.org/content/04012012-niampanga-tena-i-tgv-vid-o
Tsy nisy zava-tsoa azo tamin’ny kabarin’i  TGV tamin’ny asaramanitra na dia efa ny tondro zotra aza no nametraka azy ho filohan’ny tetezamita. Nanomboka any amin’ny karaman’ny mpiasam-panjakana ka hatramin’ny goavana indrindra dia ny fitoniana politika sy sosialy izay andry iankinan’ny tetezamita milamina sy azo antoka dia lamokany avokoa. Eny na dia ny olana eo amin’ny mpitsara sy ny mpitandro filaminana aza dia tsy nahitany vahaolana haroso. Raha toa ka tena tonga saina marina amin’ny zavatra teneniny izy dia ny filazana fa « ny mpanao politika miady seza no mampikatso ny famahana ny krizy” no  hany fahamarinana nambarany.

Sary Magro androany (Suivre le lien)

Raha tsiahivina mantsy ny tantara hatramin’ny 2009 no mankaty dia izy no tena lohalaharana amin’ny fampikatsoana ny fivoahana amin’ny krizy. Ny fibodoana seza no tena angadiny ary io no tena tsy ahitana ny vahaolana amin’izao krizy izao. Ohatra iray amin’izany ny fiziriziriany tsy hanatanteraka izay fifanarahana politika rehetra naroso manoloana izao tontolo izao eny na dia efa nosoniaviny aza. Mbola namafisiny izany fiadiana seza izany hatramin’ny fananganana ireo andrim-panjakana rehetra mijoro amin’izao fotoana ireo satria tsy nanaiky mihitsy I TGV raha tsy nanisika “quota” manokana amin’ny maha-filohan’ny tetezamita azy hono. Tsy azo hadino manko ireo mpanompo mahafatra-po sy mpiaraka homana rehetra ka dia atao amboletra avokoa izao fisandohana fahafan’olom-boafidy izao.

03/01/2012 : Magro Behoririka : nahamenatra ny zava-niseho ... (+vidéos)
http://collectif-gtt.org/content/03012012-magro-behoririka-nahamenatra-ny-zava-niseho-vid-os
Nanjary sehatra nifamalian’ny nahazo seza sy ny tsy nahazo ny teo amin’ny Kianjan’ny Finoana androany. Toa tsy dia nisy nahita ireo vahoaka efa niaritra ny mafy tao anatin’ny telo  taona fa ireo nahazo toerana nanamarin-tena ary ny tsy nomena toerana nanenjika izay nahazo. Araka ny “fifanasana vangy”nifanaovan’izy ireo sy ny feo avo re nanakoako na dia tsy nanoloana ny fanamafisam-peo mivantana aza dia toa nikasa ny hanao hetsika lehibe ilay vondrona antsoina hoe “Vahoaka Miray” izay ahitana fikambanana maromaro. Nokianin’ireo mpitarika anefa izany satria tsy tany amin’ny foibe tany Belair hono no nanaovana ny fivoriana nanapahana ny hanatanterahana izany hetsika izany.

Sary androany (Suivre le lien)

Tsy dia nankasitrahin’ireo olom-boatendry rahateo ny fikasana hidina eo amin’ny Kianjan’ny 13 May izay lehibe indrindra amin’ny fandaharam-potoanan’ny VAMI. Ankoatra izay dia toa nohamarin’ny depiote iray  fa ny iray tamin’ireo mpandrindra ao amin’ity vondrona ity no nilaza fa hitora-bato ny CST sy ny CT rehefa miakatra eo amin’ny Magro ireto farany.
Ny VAMI anefa dia nanamarika tetsy ankilany fa tsy mbola nanaratsy na iza na iza ary tsy nanenjika olona fa mitady amin’ny fomba rehetra kosa ny hamarenana ny Filoha RAVALOMANANA mba ahafahana mampandany azy ho Filoham-pirenena indray.
Fantatrao ve?
Asa raha fantatrin’ireto “mpifanandrina” mifandripaka an-trano toa mpamosavy malemy ireto fa miteraka baraingo amin’ny ankamaroan’ny sarababen’ny mpitolona ny toe-javatra toa izao. Sanatria toa hanome vahana ny zarazarao anjakany ka hanome laka ny mpanjanaka izay tomponantoka voalohany tamin’ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009. Ny andaniny toa miziriziry fa tsy manaraka fifampifehezana ny VAMI. Ny ankilany kosa manizingizina fa manafina ny ratsy ataony ny CST sy ny CT ka dia miezaka manadio tena. Ny vahoaka tsy mandady harona mandritra izany fotoana izany irariana fa efa maka fotoana hitsarana ny tsirairay tamin’ireo nampiaka-peo nivazavaza nefa fanehoan-kevitra hono no atao. Indraindray toa tsy tokony ho gaga ihany izay miseho ho tomponanandraikitra rehetra rahatoa ka tsy to teny amin’ny mpitolona intsony. Tsy tokony ho variana intsony ihany koa raha tsy mavitrika hitolona ny vahoaka sasanyraha tsy ny Filoha RAVALOMANANA no tonga eto an-toerana. Toa te-hisandoka ho tompony avokoa mantsy ka zary ny fisehoana mahavita sy ny doka tena no mibahana ny toerana tokony ho an’ny fitiavan-tanindrazana. Mazava ho azy fa ny fahatongavan’ny Filoha RAVALOMANANA ihany vahaolana amin’ny krizy rehetra na anatin’ny Ankolafy na ivelany. Iza moa no mahalala na fomba itarihana ny fivakisana manaraka ao amin’ny  Ankolafy indray ny  niseho androany?

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Pacifisme ou action ?

Publié le par rovahiga

http://www.topmada.com/wp-content/uploads/2009/03/manif-ambohijatovo-2303.jpg

Photo d'archive: topmada.com

 

 

L’eternel dilemme du mouvement pro-Ravalomanana. Des centaines ou des milliers de partisans appartenant apparemment à la majorité silencieuse ou plutôt condamnés à rester à l’écart, sont conscients du problème et préfère attendre une unité de décision et d’action propre et nette, que se mettre à travers d’autres résolutions qui vont à l’encontre de leur conviction et les mettraient  au banc des accusés de traitrise. A plusieurs reprises, des plaintes s’élèvent contre certaine velléité à traiter tout nouveau venu au Magro comme des espions à la solde de ceci ou de cela sans que cela ne soit toujours vrai.

Expliquer pourquoi le jour où il a fallu se rendre à Ivato pour accueillir Marc Ravalomanana, des centaines de milliers de partisans avaient fait le déplacement avec autant d’enthousiasme sinon plus, que ceux du Magro ? En tout cas, renier ou traiter de traitres ceux qui ne viennent pas tous les jours aux meetings, ou ceux qui émettent des propositions différentes nous semble excessif. Les dirigeants et leaders doivent gérer au mieux ce problème qui affecte la sympathie que l‘on éprouve à ce mouvement au risque de se faire eux-mêmes désignés comme des … « déviationnistes » ! Les grandes décisions appartiennent aux dirigeants sans cependant négliger les arguments fournis par les autres partisans qui ne demandent qu’à être convaincus par la justesse des mots d’ordre.

Que chacun prenne en compte le fait que cette grande mouvance nationale et internationale défendant les acquis et les avancées connus sous le régime Ravalomanana est composée de toutes les différences possibles :
-Ceux inconditionnels à l’ex-président,
-Ceux qui sont convaincus que le développement du pays aurait pu et pourrait encore se faire sous sa direction,
-Ceux qui pensent que Ravalomanana a ouvert la voie vers le progrès et il n’y a qu’à suivre le chemin indiqué, tout en voulant lui renvoyer l’ascenseur et prendre part à ce que sont retour soit effectif,
-Ceux qui désapprouvent le coup d’état de 2OO9 et veulent prendre leur revanche même sans Ravalomanana,
-  …

A un moment où tous les partis, associations, regroupements ratissent large pour faire triompher leurs idées, il est malvenu de rejeter les siens.

rov@higa

 

 

Entre pacifisme et descente dans les rues : le clash au Magro Behoririka
http://www.tananews.com/2012/01/entre-pacifisme-et-descente-dans-les-rues-le-clash-au-magro-behoririka/

 

Depuis qu’il a quitté Ambohijatovo pour se replier aux Magro et mener une « lutte pacifique » le mouvement de soutien à Marc Ravalomanana a perdu de sa vigueur face au régime, autant que sa crédibilité aux yeux de ses partisans. Ayant aujourd’hui perdu patience, un groupe de manifestants du Magro projette de descendre dans les rues et tient tête aux leaders habituels.
Des actions
Vahoaka Miray, c’est le nom que ce groupe de manifestants a choisi pour se démarquer du lot. Ce groupe s’indigne face au non-respect des dispositions de la Feuille de route et de l’inefficacité des membres de la mouvance Ravalomanana ayant intégré le régime dans la lutte pour le retour du PRM en exil. Quelque peu remontés, les meneurs de ce groupe ont dû forcer la main aux organisateurs pour avoir droit à la parole. Ils n’ont pas manqué de fustiger les meneurs pour avoir fragilisé le mouvement et avoir contribué à rendre le retour de Marc Ravalomanana presque impossible. « C’est cette lutte pacifique qui a poussé les jeunes à quitter nos rangs qui grossissait pourtant de jour en jour il y a plus de deux années », se sont-ils insurgés.
De ce fait las de ce pacifisme, ils ont menacé de mener le mouvement et les partisans qui leur suivront dans les rues, jusqu’à investir la place du 13 mai. « Le temps est aux actions », ont-ils lancé dans une détermination, tout en ajoutant qu’il appartient à présent aux jeunes de prendre en main la situation pour ramener le PRM en exil au pays. « La HAT a prouvé sa mauvaise foi et ce n’est pas en discutant qu’on opère avec ce genre de personnes », ont poursuivi ces meneurs.
Fauteurs de troubles
Cet avis n’est pas partagé par tous les militants du Magro. Ayant répondu aux meneurs du Vahoaka Miray par des huées et des sifflements, l’assistance, composée majoritairement des vétérans de la lutte estime que du sang a assez coulé depuis le début de la contestation en 2009. Faisant la morale aux plus jeunes, ils ont voulu expliquer qu’Andry Rajoelina a été déstabilisé depuis son accession au pouvoir sans qu’il y ait eu recours à la violence. Déstabilisé certes, mais loin de quitter son pouvoir.
Et comme à l’habitude, les leaders du Magro assagi ont la meilleure réplique pour prendre à revers quiconque affiche une telle effervescence. Les membres du Vahoaka Miray, pourtant familiers au Magro ont été accusés d’être des éléments infiltrés par le régime pour semer des troubles au sein du mouvement. « Ne vous laissez pas prendre par une telle initiative. Ils ont été payés pour mener certains d’entre nous dans les rues pour être en proie aux forces de l’ordre et se faire arrêter, voire se faire blesser », ont plaidé les parlementaires du TIM. Ils ont conclu qu’un tel évènement vise à discréditer le mouvement et donnera un prétexte au régime pour faire cesser les meetings du Magro.
Cette scission prévalait au sein des rangs des partisans de Marc Ravalomanana depuis deux années. La lutte pacifique suffira-t-elle aux militants du Magro pour arriver à leurs fins ? Un bref rétrospectif sur l’évolution de leur lutte permettrait de répondre plus facilement à la question.

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

Madagascar: Bernard Tapie, et la suite ?

Publié le par rovahiga

http://www.madagascar-tribune.com/IMG/jpg/P-264.jpg

 

 

Tout se sait tôt ou tard. Ainsi, Bernard Tapie accueilli en grande pompe à Madagascar pour aider nos dirigeants à réaliser des projets grandioses pour le peuple, ne pensait qu’à ses propres entreprises et à lui-même. Le président autoproclamé de la transition d’alors se retrouve maintenant malmené par son mécène car traité de menteur et d’autre chose …

Mais suivez l’enquête

rov@higa

 

 

Enquête

Tapie cherche des pépites à Madagascar

http://charliehebdo.wordpress.com/tag/madagascar/ 

 

 

Il a été ministre, taulard, chanteur, homme d’affaires, comédien, et se voit désormais en exploitant de mines dans la Grande île de l’océan Indien. Mais bon, attendons de voir: Tapie avait promis d’ouvrir une école sur place, et elle n’a jamais vu le jour…

Il paraît que «le problème de Tapie, aujourd’hui, c’est de s’amuser», se marre un proche. Redevenu multimillionnaire par la grâce de Sarkozy et du tribunal arbitral qui lui a signé un énorme chèque, en conclusion de l’affaire Adidas, il affirmait encore récemment se consacrer uniquement au théâtre. Pourtant le «président» de Madagascar, Andry Rajoelina, de passage à Paris la semaine dernière, dit carrément le contraire. A 37 ans, l’ancien maire de Tananarive, devenu l’homme fort de Madagascar en prenant la tête de la haute autorité de transition sans avoir été élu – ce que Sarkozy avait qualifié de «coup d’état» – est ... (Suivre le lien)

Publié dans Dossier

Partager cet article
Repost0

Madagascar : Haro sur la Françafrique !

Publié le par rovahiga

http://www.afrique2010.fr/IMG/rubon7.png?1306847347

Photo: survie.org

 

 

L’article de Fabrice Tarrit publié chez Survie.org nous renseigne encore mieux sur la Françafrique qui est loin de faire ses valises pour défendre ses « mallettes ». Tous les dirigeants français depuis l’indépendance de l’Afrique ont plus ou moins avoué que la Françafrique devrait être abandonnée, changée ou rectifiée. La vérité est que la France tient à garder ses acquis pour mieux servir ses intérêts.

A Madagascar, un temps très menacée par la politique de l’ex-président Marc Ravalomanana qui cachait mal ses affinités aux puissances anglophones, la Françafrique revenait en force avec le coup d’état de 2009 pour sceller semble-t-il notre destin. Mais cela se passe à une époque où le peuple africain se réveille, bien décidé à défendre les richesses de leur pays. L’année 2012 serait ainsi une échéance pour ces combattants contre le néocolonialisme ou le colonialisme économique bien caché dans le manteau de la mondialisation. Qu’en sera-t-il d’ici quelques années ? Qui vivra, verra !

rov@higa

La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?

 

http://survie.org/billets-d-afrique/2011/207-novembre-2011/article/la-francafrique-peut-elle-faire
Par Fabrice Tarrit
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une série d’article d’analyse sur le contexte de cette élection, les forces en présence, les propositions des candidats et... ce que l’on peut en attendre.
Même si cela est mal connu du grand public, la relation franco-africaine joue un rô¬le déterminant en France sur le plan politique, économique, militaire et institutionnel. La réformer implique de prendre des décisions importantes notamment sur les bases militaires françaises en Afrique, sur le franc CFA et sur les relations amicales entretenues avec ces régimes qui partagent des secrets inavouables avec ... (Suivre le lien)

Publié dans Dossier

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>