Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
rov@higa

ADDIS ABEBA : ALLER ET RETOUR.

, 19:28pm

Tout ce que Rajoelina a entrepris ne fait que démontrer, que la HAT et les forces du changement ne sont que des manœuvres inqualifiables bassement prémédités et obscurantistes pour cacher, un temps seulement, cette haine vouée à un seul homme. Quand aux autres malfrats, c’était la rage de prendre des revanches sur l’histoire qui les avait refusé le « pouvoir » dans son sens le plus abject. Le pustch du 17 mars 2009, n’était autre qu’un gigantesque hold-up d’un état qui s’était enrichi un peu trop vite à leur goût, et les enterrait dans l’oubli de la conscience populaire. La France « reny malala » s’est joint à eux pour les mêmes raisons.

Ces lâches aventuriers d’une autre époque n’ont pas hésité un seul instant à sacrifier le peuple malagasy, dans le but de se remettre politiquement en selle, mais en même temps de dilapider toutes les caisses de l’état et même celles des citoyens travailleurs (sociétés, commerces, usines, entrepreneurs, employeurs, particuliers, paysans…tout y passait). Bien évidemment, tout cela ne pouvait se faire sans victimes. Qu’à cela ne tienne ! Incendies, pillages, vols, viols, pousser des manifestants dans les couloirs des « abattoirs », là où des militaires ou autres agents de sécurités ne manqueront pas de se défendre. Des dizaines de morts pour la seule province d’Antananarivo et on en passe dans les autres. Ce scénario de mauvais film de série B se résume à ce que le « vahoaka » soit muselé et paie au prix fort leur arrogance de ne pas avoir élus ces messieurs et dames lors des dernières élections.                                                                            

 Evidemment, la France, elle, regarde et observe ! Elle n’a rien d’autre à faire, sinon quelques retouches (formations des militaires-mutins, des dotations en matériels de guerre, des opérations de séduction par çi,  des visites d’intimidation par là !). Et tout cela se faisait sous le nez pas du tout bienveillant de la communauté internationale ! Celle-là même qui s’était levée comme un seul homme pour condamner le COUP D’ETAT du 17 mars 2009. Quand le GIC et consort entrèrent dans le jeu, c’était pour créer des manœuvres de diversion réglées comme sur du papier à musique, pour enfin jeter le masque à la dernière seconde et annoncer dans le « couloir » que  « tout est réglé » (6 octobre 2009).

 Mais c’est compter sans le courage, la détermination et la volonté du peuple malagasy. Ce peuple averti en vaut deux, il a toujours lutté pour sa fiérté, sa liberté, son indépendance. Parions que leur silence n’est en fait qu’un prélude avant d’entamer la marche inexorable vers la LIBERATION ! Ce peuple s’exprimera inévitablement après ADDIS ABEBA quel qu’en soit l’issu.

Un dilemme de plus pour l’ORGANISATION des NATIONS UNIES qui ne sait plus sur quel pied danser.  

MASINA NY TANINDRAZANA !