Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

SORTIE DE CRISE : PAR QUELLE PORTE ?

27 Janvier 2011, 17:10pm

Publié par rovahiga

 

http://collectif-gtt.org/file/imagecache/small/fg/alt/ALAROBI-08-12-10/CAM_6869.JPG

 

Un autre candidat en vue pour les prochaines présidentielles. J’entends d’ici des voix qui s’indignent quand ce n’est pas leur candidat qui est en première ligne : « C’est quoi ça ? Juste un illustre inconnu, un arriviste… ! ». Le Professeur Andriantseheno Marcellin, un neuropsychiatre bien connu préside le parti « Gasikarako ». Très communicatif, ceux qui le connaissent dénote une certaine rigueur sinon une rigueur certaine dans ses approches. Nous pensons qu’à l’heure où les responsables malgaches s’accusent d’avoir des troubles mentaux  et que la population est gavée de promesses et de rêves inaccessibles (revin-gadra), un neuropsychiatre serait le bienvenu avant qu’on atteigne la république … « 18 » (hôpital psychiatrique se trouvant au kilomètre 18 d’Antananarivo) ! Clin d’œil à l’ami A. qui m’a soufflé les mots.

 

Où en sont les négociations pour une vraie sortie de crise ?

La célébration du 61ème anniversaire de la république de l’Inde a donné l’occasion d’en savoir un peu plus sur la question. Une chose est sûre, le corps diplomatique présent à Antananarivo parle comme un seul homme pour signifier qu’il soutient l’équipe de Leonardo Simao dans leurs efforts de mener à bien la médiation et de trouver la solution consensuelle mais surtout inclusive. Pour ce faire, cette mission de la SADC se concentre uniquement sur « la solution » et évite de prendre en considération tout ce qui pourrait promettre cette avancée. Le Dr. Simao reste clair là-dessus. Le problème des prisonniers politiques tout comme les plaintes déposées au tribunal et autres revendications doivent être mis de côté pour le moment, car ils seraient plus faciles à régler après une bonne solution de sortie de crise.

 

Les forces en embuscade

Si la mouvance Ravalomanana est en pleine négociations, les deux autres d’Albert Zafy et surtout de Didier Ratsiraka restent à distance respectable et se font prier. Les médiateurs pourront-ils conclure l’affaire sans la bénédiction de ces grands raiamandreny respectés sinon adulés par beaucoup de malgaches ? Si les accords de Maputo sont condamnés à rester comme des lettres mortes, il faudrait bien songer à passer par le corps de ces raiamandreny avant de crier victoire ! Le parti AREMA est loin d’être négligeable et se porte même mieux que ceux qui se font entendre à longueur de journée, la question du retour en terre malgache de l’amiral n’étant que l’arbre qui cache la forêt. Quant au professeur Zafy, il parait le seul politicien le mieux écouté par l’ensemble de tous les partis politiques de Madagascar. La position de repli qu’il adopte en ce moment ressemble au chat qui dort et auquel il ne faut pas tirer un seul poil du museau ! Sans avoir perdu le nord, il se rapproche de beaucoup du sud du pays et il réside depuis des dizaines d’années dans la capitale. Nous refusons simplement l’idée de sous estimer ces deux forces. Les prochains évènements plus tôt que tard, viendraient de ces deux côtés des mouvances. D’autres forces occultes attendent leur tour pour peser de tout leur poids sur le système quitte à le faire craquer, nous avons cité le MONIMA dont on attend les réactions.

Nous comprenons mieux maintenant pourquoi les médiateurs restent perplexes quant à ces autres forces. Comment le sommet de l’Union Africaine va-t-il gérer ce problème ?

 

rov@higa

Commenter cet article