Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

SORTIE DE CRISE : LES POINTS DE VUE

4 Janvier 2011, 18:13pm

Publié par rovahiga

 

A l’heure où la communauté internationale fait la collecte des propositions de feuilles de route de tous les belligérants de la crise malgache, il s’avère intéressant de connaitre l’avis des uns et des autres :

 

MANANDAFY RAKOTONIRINA

Pour le président national du MFM, dans tous les discours prononcés jusqu’ici notamment ceux de Andry Rajoelina et de Marc Ravalomanana, la reconnaissance internationale ne semble pas leur priorité, alors qu’elle s’avère primordiale rien que pour se mettre au diapason de l’installation d’un bureau permanent de la SADC et de l’ONU. Pour ce qui est de la sortie de crise, Manandafy Rakotonirina rappelle le communiqué de L’Internationale Libérale fait par Il Van Baalen : qui soutient l’application des accords signés par les mouvances et qui recommande la garantie d’une force exécutoire pour ce faire. Il condamne  toute démarche unilatérale entreprise par la HAT qui néglige les règles de bases de la normalisation démocratique, et la restriction de libertés fondamentales des citoyens et les arrestations arbitraires des dirigeants.

 

MONIMA

Gabriel Rabearimanana, secrétaire général de ce parti, s’est exprimé sur des chines de télévisions privées, pour émettre ses craintes de ne voir en ces rapprochements des politiciens qu’une stratégie de partage de sièges qui ausculte les vrais problèmes et  surtout les intérêts du peuple. Le Monima refuse de devenir le complice d’une minorité avide de pouvoir. Il souhaite que les discussions soient élargies et ouvertes à toutes les forces vives du pays. La valeur démocratique défendue par la communauté internationale devrait aboutir à la libéralisation des détenus politiques, au non utilisation des institutions comme les forces de l’ordre et de la justice à des fins politiques.

 

MAMY RAKOTOARIVELO

Une rencontre de toutes les forces vives du pays assistée des médiateurs internationaux devra aboutir sur un accord politique global qui sera ratifié par toutes les parties prenantes dans le cadre du processus malgacho-malgache. Le secrétaire général de la mouvance Ravalomanana de préciser que la rencontre avec l’ex-mouvance Rajoelina vers la fin d’année 2010 avait pour but de débuter les négociations et la réconciliation entre les deux principaux protagonistes et leur camp respectif avant d’être élargies aux autres partis et plateformes politiques. La mouvance Ravalomanana se maintient à trois principes : le retour du président Ravalomanana, l’apaisement politique et social par la libération des détenus politiques et la mise en place d’une véritable transition consensuelle et inclusive.

 

MOUVANCE ZAFY ALBERT

Tabera Randriamanantsoa répondait aux questions des journalistes sur la position de la mouvance Zafy Albert. Selon ses dires, les  responsables de cette entité se penchent  sur la question en ce moment. Mais des doutes persistent quant aux démarches effectuées. On nous invite à « entrer » ou à nous intégrer dans le processus alors que ce régime est non reconnu par la communauté internationale. Il faudrait peut-être que ce  soit eux qui « sortent » de cette illégalité pour s’intégrer à nous !  

 

RASSEMBLEMENT POUR MADAGASCAR (RPM)

« Projet de gestion du processus malgacho-malgache» :

-Un premier ministre de consensus dès la première quinzaine de Janvier, nommé par le président de la Transition Andry Rajoelina, sur la proposition des partis et entités politiques autres que ceux proches du président de la HAT,

-Un gouvernement de 36 ministres dont les ministères de souveraineté reviennent d’office au président de la HAT,

-Les deux chefs de files présents à Madagascar Zafy Albert et Andry Rajoelina devraient se rencontrer avant les étapes de sortie de crise,

-CENI, CST, CT seront élargis,

-Le Conseil National de Réconciliation (CNR) sera composé de 36 membres et présidé par le professeur Zafy Albert,

-Andry Rajoelina devrait se présenter aux présidentielles, mais doit se conformer à la constitution de la IVè république sinon la lutte populaire de 2009 n’a pas sa raison d’être, ni d’ailleurs le renversement de Marc Ravalomanana. Tout le monde peut se présenter sauf ceux qui ont des antécédents pénaux, et la communauté internationale devra adapter sa propre vision à l’évolution de la situation malgache.

(Source : Ma-LAZA)

 

rov@higa 

Commenter cet article