Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

QUE DIRE ?

28 Avril 2011, 18:49pm

Publié par rovahiga

Que dire en cette période de certitude pour les uns et de doute pour les autres sinon que les luttes intestines au sein des partis et groupements politiques font rage. Du côté du régime de la HAT une réorientation de sa politique étrangère pousse quelques personnalités vers la sortie au bénéfice de nouvelles têtes considérées comme mieux aguerris dans le domaine. Tout ce beau monde se positionne sur l’ouverture des institutions à de nouveaux membres au nom d’une certaine « inclusivité » qui n’a rien d’inclusif que son nom. Mais on ne va pas revenir dessus sous risque de radoter. Tout a été dit en deux ans, avec cependant ce danger rampant d’exclusion mise en branle par les autorités de fait. Comment peut-on concevoir que la paix reviendra dans ces conditions et qu’une bonne moitié du peuple sera mis sur la touche au bénéfice des pro-HAT et croyez-vous vraiment qu’on ira jusqu’aux élections quand une bande à part se croit pouvoir tout faire selon son seul bon vouloir ? On verra.

 

Encore un peu moins d’un mois pour être fixé sur les décisions des médiateurs internationaux. D’ici là, de l’eau passera sous les ponts (tetezana), qu’ils soient illégaux ou pas. Quelque changement dans le paysage politico-politique nous rappelle à longueur de journée que la crise demeure sans devoir se défaire. Le régime de fait se sent-il renforcé ou affaibli par ces vagues d’adhésion sans foi ni loi, ou ces nouvelles têtes nommées pour raffermir une équipe qui y croit de moins en moins ?

Du côté de l’opposition non plus rien n’est sûr. Leur prochaine sortie annoncée pour le premier mai, tout en sachant qu’elle n’aurait jamais la bénédiction des autorités, serait-elle un bluff de plus pour se faire rappeler de son existence ou une stratégie bien ficelée qui ferait trembler les murs de Jéricho ? Elle se cherche encore et toujours incapable de mener une lutte qui aboutisse vers des résultats probants, loin des déclarations sulfureuses qui déçoivent à chaque fois ses militants et sympathisants. Autrement, ces derniers se mobiliseraient depuis avec des convictions à toutes épreuves, même des … balles !

 

Quant aux médiateurs internationaux, à l’image du Conseil de la Paix et de la Sécurité de l’Union Africaine, ils reconnaissent qu’à Madagascar rien n’a évolué selon les constats du commissaire Ramtane Lamamra. Tout le monde est suspendu à la réunion extraordinaire de la SADC du 20 mai. Encore un mois en espérant que les résolutions sortiraient bien ce jour !   

 

rov@higa

Commenter cet article