Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

PELE-MELE DE L’AMI « A. (France) »

16 Novembre 2010, 11:09am

Publié par A. (France)

PELE-MELE DE L’AMI  « A. (France) »

Nous vous publions ces extraits de journaux à la demande de notre ami "A.(France": tel quel !

rov@higa

 

http://f239.mail.yahoo.com/ya/download?mid=1%5f416077%5fAF9z%2bFcAALmhTOGg7AH7mnj6PZE&pid=2&fid=Inbox&inline=1

 

ZAFY ALBERT : Antso ho an’ny vahoaka mpiray tanindrazana

Manoloana ny zava-mitranga sy miseho eto amin’ny tany sy ny firenena dia nanao antso avo ho an’ny vahoaka malagasy mpiray tanindrazana aminy ny profesora Zafy Albert 15 novembre 2010

Tsy milamina ny tany. Mandry tsy lavo loha ny vahoaka. Tandindomindoza ny Firenena ! Manjaka ny jadona sy ny Kolikoly.

Manjaka ny fankahalana. Manjaka ny valifaty. Loza aman’atambo ny Jadona. Ota ny Jadona Fady ny Malagasy ny Jadona. Porofoin’izany ny fisian’ny rà mandriaka miverimberina, nateraky ny fitondrana Jadona nifanesisesy teto amin’ny Firenena. Vokatry ny tantara izany.

Tsy hay kosehina ny tantara. Ny tantara no Aina sy Fanahy mahafirenena ny firenena.

Koa manao antso avo amin’ny Tafika malagasy aho. Manao antso avo ami’ny Fitsarana malagasy Izay tandroka aron’ny vahoaka tsy manan-tsiny, Fanentanan’ny marina, Mpanavotra ny vahoaka voan’ny tsindry hazo lena.

Raiso ny andraikitrareo Rendrika ny Firenena

Manao antso avo amin’ny vahoaka. Raiso ny andraikitra tandrify anareo.

Ndao samy hifandray tànana, Hanao tongotra miara-mamindra, Hivaoahana amin’izao krizy izao.

Ho ela velona anie ny Firenena. Ho ela velona ny Firaisankina sy ny Fifankatiavana.

Antananarivo, 16 novambra 2010

 

RANJEVA RAYMOND : Manameloka ny FAT momba ireo fisamborana sy fanagadrana !

Nanao fanambarana mikasika ny fanagadrana an’Atoa Fetison sy pastora Edouard ary Atoa Zafilahy ny profesora Ranjeva Raymond. Nambarany fa nataon’ny fanjakana ireny mba tsy ahafahan’ny sasany hamoaka ny heviny mikasika ny toe-draharaha eto amin’ny firenena. 15 novembre 2010

Ankoatr’izay dia nomarihany tsara fa mifanohitra amin’ny lalàna mifehy ny zon’olombelona ny fitsangan-javatra toy ireny.

Mba hanafoanana izany anefa dia tokony handray fepetra ny rehetra hoy ihany izy ka anisan’izany ny fananganana rafitra tetezamita vaovao tsy hiandany na amin’iza na amin’iza mba ahafana’ny rehetra mamoaka ny heviny amin-kahalalahana sady izany rahateo koa izao no ilain’ny vahoaka Malagasy hoy izy

 

 

Crise : Zafy se tourne vers les armées et la justice

Dans un appel à la Nation lue ce lundi à la villa Elizabeth- Ivandry, l’ancien chef d’Etat Zafy Albert s’est tourné vers les forces armées et la justice pour qu’elles prennent désormais leur responsabilité. Son objectif étant de les inviter à « mettre fin à la dictature, à la corruption et à l’absence de l’Etat. »

Chapeau de paille et sac Vuitton noir sur la table, l’ex- président de la République ne s’est pas départi de sa légendaire modestie qui s’est déteinte d’ailleurs sur son appel : rédaction au ton sec, et bref ; contenu qui laisse planer de nombreux questionnements que même les interrogations des journalistes n’ont pas pu démêler.

 

Dernier rempart


Qu’est- ce qui se trame alors derrière cet appel à la fois sobre et solennel ? Nul ne le sait d’autant que les trois mouvances ont multiplié ces derniers jours les déclarations et les communiqués de la même teneur. Qui plus est, ils s’adressent tous aux forces armées lesquelles restent pour l’heure le dernier rempart des putschistes. Ce qui détonne dans les propos de Zafy Albert sera son appel à la justice réputée pourtant corrompue. Bref, on ne sait pas trop comment qualifier cet appel à quelques heures du référendum constitutionnel unilatéral de la hat s’il s’agissait d’un avertissement ou s’il était question de marquer sa présence !

la une...

 

 

RATSIRAKA ARRIVE JEUDI OU VENDREDI

Cette fois, sera- ce la bonne ? Didier Ratsiraka fait sa valise actuellement à Paris pour rentrer au pays jeudi. « Ou vendredi », précisent nos sources. En tout cas, cette annonce correspond à ce qui a été dit par les mêmes disant que la presse sera avisée cinq jours avant l’arrivée de l’ancien président.

Ce qui laisse supposer que Xavier Ratsiraka, son garçon unique, a recouvré la santé et que son épouse Céline Ratsiraka se porte bien. Et que lui- même irait comme un charme ! Ce qui attend en effet l’ancien chef d’Etat au pays n’a rien d’une promenade de santé. Jeudi ou vendredi, c’est après- référendum. Un scrutin fortement contesté par l’opinion en général et la classe politique en particulier.


Sous la pression

 

Didier Ratsiraka aura vécu près de huit d’exil volontaire en France de juillet 2002 à novembre 2010. Défait par Marc Ravalomanana à la présidentielle de 2001, il a du abandonner le pouvoir sous la pression conjuguée des urnes, de la rue, des militaires et aussi de la communauté internationale. Depuis, il s’est terré dans son bel appartement parisien d’où il est sorti de sa réservé en décembre 2008 pour dénoncer la dérive de Marc Ravalomanana. Dans ce coup d’Etat, il n’a jamais affirmé son implication personnelle tout en laissant entendre clairement que des « hommes à lui sont tombés le 7 février 2009 » lors des assauts du palais d’Ambohitsorohitra par les putschistes. Actuellement, sa mouvance s’affiche avec celles de Zafy Albert et de Marc Ravalomanana. Leurs proches respectifs disent que les trois présidents ont fait la paix.

 

Coup d’envoi

 

Lors du coup d’envoi de la campagne référendaire il y a quarante jours, Didier Ratsiraka a annoncé son retour prochain au pays sans en préciser de date. Cette sortie médiatique a eu le mérite d’occulter le début de la propagande. Ce retour, disait l’ancien président, est conditionné par la santé de son fils. Entre temps, Tantely Andrianarivo, son bras droit, est aussi rentré. Il a eu pour mission de lui préparer le terrain et les esprits. Et aussi, celle de raccommoder  les Arema. Ratsiraka rentre jeudi ou vendredi signifierait que le fruit est mûr. En tout cas, il est attendu de pied ferme par ses partisans dans un pays où ne réside plus celui qui l’a battu en 2002. Ceci explique cela, dirait l’autre.

 

De l’ami « A. (France)

 

Commenter cet article