Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

Pacifisme ou action ?

4 Janvier 2012, 15:25pm

Publié par rovahiga

http://www.topmada.com/wp-content/uploads/2009/03/manif-ambohijatovo-2303.jpg

Photo d'archive: topmada.com

 

 

L’eternel dilemme du mouvement pro-Ravalomanana. Des centaines ou des milliers de partisans appartenant apparemment à la majorité silencieuse ou plutôt condamnés à rester à l’écart, sont conscients du problème et préfère attendre une unité de décision et d’action propre et nette, que se mettre à travers d’autres résolutions qui vont à l’encontre de leur conviction et les mettraient  au banc des accusés de traitrise. A plusieurs reprises, des plaintes s’élèvent contre certaine velléité à traiter tout nouveau venu au Magro comme des espions à la solde de ceci ou de cela sans que cela ne soit toujours vrai.

Expliquer pourquoi le jour où il a fallu se rendre à Ivato pour accueillir Marc Ravalomanana, des centaines de milliers de partisans avaient fait le déplacement avec autant d’enthousiasme sinon plus, que ceux du Magro ? En tout cas, renier ou traiter de traitres ceux qui ne viennent pas tous les jours aux meetings, ou ceux qui émettent des propositions différentes nous semble excessif. Les dirigeants et leaders doivent gérer au mieux ce problème qui affecte la sympathie que l‘on éprouve à ce mouvement au risque de se faire eux-mêmes désignés comme des … « déviationnistes » ! Les grandes décisions appartiennent aux dirigeants sans cependant négliger les arguments fournis par les autres partisans qui ne demandent qu’à être convaincus par la justesse des mots d’ordre.

Que chacun prenne en compte le fait que cette grande mouvance nationale et internationale défendant les acquis et les avancées connus sous le régime Ravalomanana est composée de toutes les différences possibles :
-Ceux inconditionnels à l’ex-président,
-Ceux qui sont convaincus que le développement du pays aurait pu et pourrait encore se faire sous sa direction,
-Ceux qui pensent que Ravalomanana a ouvert la voie vers le progrès et il n’y a qu’à suivre le chemin indiqué, tout en voulant lui renvoyer l’ascenseur et prendre part à ce que sont retour soit effectif,
-Ceux qui désapprouvent le coup d’état de 2OO9 et veulent prendre leur revanche même sans Ravalomanana,
-  …

A un moment où tous les partis, associations, regroupements ratissent large pour faire triompher leurs idées, il est malvenu de rejeter les siens.

rov@higa

 

 

Entre pacifisme et descente dans les rues : le clash au Magro Behoririka
http://www.tananews.com/2012/01/entre-pacifisme-et-descente-dans-les-rues-le-clash-au-magro-behoririka/

 

Depuis qu’il a quitté Ambohijatovo pour se replier aux Magro et mener une « lutte pacifique » le mouvement de soutien à Marc Ravalomanana a perdu de sa vigueur face au régime, autant que sa crédibilité aux yeux de ses partisans. Ayant aujourd’hui perdu patience, un groupe de manifestants du Magro projette de descendre dans les rues et tient tête aux leaders habituels.
Des actions
Vahoaka Miray, c’est le nom que ce groupe de manifestants a choisi pour se démarquer du lot. Ce groupe s’indigne face au non-respect des dispositions de la Feuille de route et de l’inefficacité des membres de la mouvance Ravalomanana ayant intégré le régime dans la lutte pour le retour du PRM en exil. Quelque peu remontés, les meneurs de ce groupe ont dû forcer la main aux organisateurs pour avoir droit à la parole. Ils n’ont pas manqué de fustiger les meneurs pour avoir fragilisé le mouvement et avoir contribué à rendre le retour de Marc Ravalomanana presque impossible. « C’est cette lutte pacifique qui a poussé les jeunes à quitter nos rangs qui grossissait pourtant de jour en jour il y a plus de deux années », se sont-ils insurgés.
De ce fait las de ce pacifisme, ils ont menacé de mener le mouvement et les partisans qui leur suivront dans les rues, jusqu’à investir la place du 13 mai. « Le temps est aux actions », ont-ils lancé dans une détermination, tout en ajoutant qu’il appartient à présent aux jeunes de prendre en main la situation pour ramener le PRM en exil au pays. « La HAT a prouvé sa mauvaise foi et ce n’est pas en discutant qu’on opère avec ce genre de personnes », ont poursuivi ces meneurs.
Fauteurs de troubles
Cet avis n’est pas partagé par tous les militants du Magro. Ayant répondu aux meneurs du Vahoaka Miray par des huées et des sifflements, l’assistance, composée majoritairement des vétérans de la lutte estime que du sang a assez coulé depuis le début de la contestation en 2009. Faisant la morale aux plus jeunes, ils ont voulu expliquer qu’Andry Rajoelina a été déstabilisé depuis son accession au pouvoir sans qu’il y ait eu recours à la violence. Déstabilisé certes, mais loin de quitter son pouvoir.
Et comme à l’habitude, les leaders du Magro assagi ont la meilleure réplique pour prendre à revers quiconque affiche une telle effervescence. Les membres du Vahoaka Miray, pourtant familiers au Magro ont été accusés d’être des éléments infiltrés par le régime pour semer des troubles au sein du mouvement. « Ne vous laissez pas prendre par une telle initiative. Ils ont été payés pour mener certains d’entre nous dans les rues pour être en proie aux forces de l’ordre et se faire arrêter, voire se faire blesser », ont plaidé les parlementaires du TIM. Ils ont conclu qu’un tel évènement vise à discréditer le mouvement et donnera un prétexte au régime pour faire cesser les meetings du Magro.
Cette scission prévalait au sein des rangs des partisans de Marc Ravalomanana depuis deux années. La lutte pacifique suffira-t-elle aux militants du Magro pour arriver à leurs fins ? Un bref rétrospectif sur l’évolution de leur lutte permettrait de répondre plus facilement à la question.

Commenter cet article