Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

MEDIATION

31 Août 2011, 16:20pm

Publié par rovahiga

http://www.courrierdemada.com/mg/images/stories/c4278.jpg

Photo: courriermada

 

Et crac !!! La médiation devient elle-même un non sens. Est-ce qu’il pourrait en être autrement après cette manie de vouloir toujours avoir raison par rapport aux autres. La vérité devient « les vérités », la justice « les justices », … Un tuyau pour ceux  qui sont encore en reste, les raiamandreny mijoro peuvent être multiplié à l’infini : exemples, raiamandreny mipetraka, matory, mitsambikina, mitsongoloka, mitsipaka … Et pourquoi ne pas interdire les partis et  les remplacer par des plateformes de médiation ? Là est  bien le mal malgache, vouloir devenir à tout prix calife à la place du calife, président à la place du président, chrétiens à la place des chrétiens, mpiandry à la place des mpiandry …

 

Ce qui poussa peut-être Guy Maxime Ralaiseheno le célèbre maire d’Ankaraobato à dire que le temps des médiations est dépassé. L’art de faire de la politique, c’est aussi cette faculté de tout tourner à la dérision et monsieur le maire désenchantera vite quand les autres auront décrété la réconciliation ou la conciliation comme un produit « périmé » !

 

D’où l’indispensable leader politique (ou pas) qui sera craint ou du moins respecté par tous, pour apporter un nouveau souffle à la démocratie et à la pratique politique. Mais après trop de temps de cuisson, on ne distingue plus dans notre marmite  les carottes des autres légumes ! En attendant pour être périmé, le pouvoir de fait est  largement au-delà de la date d’utilisation. Il serait sûrement urgent de le changer. Mais il va encore discourir bientôt sur des thèmes d’un autre temps.

 

En tout cas, la CNOSC se prépare pour sa grande sortie de septembre pour la non moins grande table ronde de tous les protagonistes de la crise. Il en sortira ce qui en sortira, mais les résultats dessineront à l’encre indélébile deux blocs bien distincts ou même plus « ny amin’ny fandehan’ilay raharaha, aoka hazava ! » (suivant le cours des choses, que ce soit clair !)

 

Je découvre chaque jour avec une sourde appréhension, pourquoi il y a des guerres civiles et des guerres tout court.

 

rov@higa  


 

Commenter cet article