Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

Malagasy Mandroso : COMMUNIQUE

11 Novembre 2011, 10:42am

Publié par Malagasy Mandroso

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2011/11/Malagasy-mandroso.png

 

 

Si la désignation de M. Omer Beriziky est une violation évidente de la Feuille de route, comme vient le conforter le fait que la quasi-totalité de la communauté internationale n’a pas reconnu le Premier ministre de Transition, il faut en même temps dé-noncer ceux qui vont empêcher, et empêchent depuis trop longtemps, l’instauration de la paix à laquelle aspire le peuple mal-gache.

En tout premier lieu, M. Andry Rajoelina, et ses partisans encore en place à la HAT : Ils cherchent la reconnaissance internatio-nale d’une Transition qu’ils auront établie en faisant croire qu’elle est élargie à des mouvances d’opposition, et cela leur semble être l’application de l’article 34* de la Feuille de route. En s’efforçant d’appliquer  à leur façon ladite Feuille de route, ils espè-rent la levée des sanctions, comme le prévoit l’article 41*, et s’attribuer le retour des soutiens économiques et financiers de la communauté internationale , alors que c’est par leur putsch et leurs agissements illégaux qu’ils ont attiré les sanctions sur Ma-dagascar.

La stricte lecture que nous faisons de la Feuille de route et à laquelle se sont engagés tous les signataires ne permet pas d’autoriser de telles manipulations. Mais, bien évidemment, la France a exprimé sa satisfaction du choix de M. Beriziky.
Ensuite, précisément, les néo-coloniaux occidentaux qui s’autorisent des ingérences, toutes néfastes dans l’absolu, et desquelles notre pays doit se dégager définitivement pour son honneur et son indépendance: La France a joué ces derniers jours, et anté-rieurement, un rôle plus qu’ambigu. Est-elle derrière le régime actuel ? L’altercation de l’ambassadeur Chataigner avec M. Rako-toarivelo en est-elle une pitoyable illustration ? Si la France veut se montrer crédible et neutre, elle doit renvoyer son ambassa-deur et se positionner clairement en faveur du processus consensuel et inclusif. Aujourd’hui, il n’en est rien : la France et la HAT auraient agi dans le même sens. Le reste du monde s’entendra-t-il pour s’associer à cet attelage ?

Favorisée par la France, ou peut-être bien non désirée par elle, mais comme elle aura été préparée par la HAT, régime approuvé par ce pays, la nomination de M. Beriziky n’est pas acceptable. Elle doit être refusée pour trois raisons :  parce qu’elle est le fruit de tractations où priment d’autres intérêts que ceux de la Nation malgache, ensuite parce que sa candidature était une décision unilatérale, sans concertation des deux principales mouvances d’opposition, enfin parce que M. Beriziky est issu du parti Leader Fanilo et de la plate-forme qui soutient M. Andry Rajoelina. Les critères posés par l’Accord sont pourtant nets à cet égard.

Dans ces conditions, la mouvance Ravalomanana s’est retirée du processus jusqu’à ce qu’il soit à nouveau conduit avec intégrité, et que soit mis en oeuvre ce qui y est stipulé de fondamental : le retour des exilés, car sans la participation du Président Marc Ravalomanana, le processus ne peut être consensuel et juste, et la libération immédiate des prisonniers politiques, ce qui signi-fierait le commencement d’une ère nouvelle, après deux ans et demi de censures et de bâillonnements de la liberté. D’ici là, il n’est donc pas question de contribuer à la formation d’un gouvernement sans légitimité morale. Dans son intervention du 4 novembre, le président Marc Ravalomanana laisse, pourtant, ouverte la porte d’un réengagement de la mouvance, mais sur les bases du respect de ce qui a été signé. Les autres chefs de l’opposition, s’ils ont le même discernement, devraient courageuse-ment se retirer eux aussi.

Nous ne voulons pas la perpétuation des manipulations de la HAT qui s’appuie sur ceux qui veulent s’accaparer  les richesses du pays.
Nous ne voulons plus des réseaux d’un parti disqualifié, motivé par la soif de pouvoir et d’enrichissement, et qui a dévasté notre pays.

Nous demandons à la Communauté internationale de maintenir fermement sa vigilance et de ne pas se laisser abuser par les intrigues du régime en place. Nous demandons à la SADC de considérer nulle et non avenue la désignation de M. Omer Beriziky, Premier ministre de Transition, et de tout faire pour un retour de la légalité.

Nous voulons l’Union nationale que le monde approuvera, parce qu’elle sera juste, débarrassée de toutes les bassesses d’une politique pernicieuse. Nous voulons l’Union nationale qui construira un avenir auquel ont droit tous nos compatriotes.

Malagasy Mandroso – Malagasy en Mouvement – Malagasy on the Move

 

* Article 34: Reconnaissance internationale du Président et du Gouvernement de Transition de Madagascar, après la mise en place des institutions de transition inclusives et consensuelles
* Article 41: Suspension et levée progressive et conditionnée des sanctions imposées à Madagascar en fonction de la mise en œuvre des étapes fixées dans cette feuille de route

 

Paris, le 10 novembre 2011

Commenter cet article