Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

Madagascar : Silence on meurt !

3 Avril 2012, 14:46pm

Publié par rovahiga

Le pouvoir non légitime et illégal en place, condamné par la plupart des membres de la Communauté Internationale (d’où l’obligation d’obtenir la reconnaissance internationale) est en train de lancer le compte à rebours pour se saborder. Toutes les mesures prises que ce soit unilatérales ou pas ne suffiront plus pour arrêter le temps. D’où cette volonté féroce et sauvage d’amasser de façon illicite et éhontée les richesses se trouvant dans tous les tiroirs  de la caisse publique jusqu’à la Banque Centrale de Madagascar, et surtout les trésors enfermés dans nos sous-sols. Mais l’objectif final est bien de se placer en première force financière dans les courses électives qui s’annoncent débridées.

Ces élections seront ce que la Communauté Internationale déciderait d’en faire, aussi vrai que la démocratie qu’elle nous impose. Rien à dire, leurs intérêts seront préservés jusqu’au dernier centime avant que nous puissions retrouver nos esprits ! Tout a été préparé dans les moindres détails bien avant 2009. Le problème réside sur le fait de trouver un semblant de « consensualité » !

La suite ? Trois forces s’affronteront à mort lors de ces élections : les tenants du pouvoir de fait (les putschistes), ses valets et complices, ceux qui chercheront à en finir avec les putschistes et enfin les nouvelles têtes qui se disent gardiennes de toutes les valeurs ancestrales ! Les résultats dépasseront les pires craintes car dominés quoi qu’il en soit par des lobbies internationaux. Une  fois encore « la lente vérité ne surpassera pas les mensonges bien divulguées (*)», mais finira par faire jour tôt ou tard. En attendant, le peuple peu crever lentement comme depuis la nuit des temps.    

A moins que … A moins que le peuple ne se transforme d’un coup en justicier donc connaissant la justice et la vérité, en peuple souverain donc connaissant son droit et l’exige, en souverain averti donc intelligent, d’ici là …

 (*) : Traduction libre du proverbe malgache : «Ny marina mitavozavoza tsy mahaleo ny lainga tsara lahatra »                 

 

rov@higa                                              

Lettre ouverte à la Mouvance Ravalomanana: Amnistie et 29 mars 1947

Gasy Tia Tanindrazana

 

Les dernières évolutions de la situation nationale nous préoccupent fortement, en particulier sur deux sujets:

Le premier concerne l’amnistie. Le Mémorandum élaboré par la SADC laisse transparaitre un caractère sélectif et partial des décisions prises à l’endroit du président Ravalomanana.

“...Selon les propositions de la SADC, une loi d’amnistie large devrait être appliquée sur les affaires incluses dans la période du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2009.
Le document élaboré par la SADC veut le retour sans condition des citoyens malgaches en exil pour des raisons politiques, y compris Marc Ravalomanana. De ce fait, aucune mesure administrative ne devra être prise pour restreindre aux exilés pour des raisons politiques la liberté de rentrer à Madagascar.
Le retour des exilés politiques dans le pays n’implique toutefois pas une exemption de poursuite judiciaire. La SADC laisse le sort des citoyens malgaches au système juridique du pays, en ce qui concerne les crimes allégués. Ces crimes concernent les infractions graves aux droits de l’homme, aux génocides et au crime contre l’humanité...”

Nous rappelons qu’une amnistie, dont l'origine grecque signifie « oubli », est une notion de droit public pénal, qu'on peut définir comme l'acte qui dispose que des fautes passées devront être oubliées, et qui interdit à quiconque de les rechercher ou de les évoquer sous peine de sanctions.
Le Président Ravalomanana, dans les faits, n’est nullement concerné par une quelconque poursuite pénale légale. La Justice qui le condamnait à la suite des événements du 7 Février 2009 (une trentaine de décés devant le palais présidentiel d’Ambohitsirohitra) est issue d’un gouvernement de fait, putschiste, qui ne bénéficie jusqu’à maintenant d’une quelconque reconnaissance de la Communauté Internationale.

 Aussi, nous demandons à la Mouvance, qui a rejoint ce gouvernement de Transition, de s’opposer publiquement à une telle décision. Car la SADC, de nouveau, laisse aux autorités putschistes le sort de notre Président. Une parodie de justice en somme. Le second sujet, la commémoration du 29 Mars 1947, s’apparente ni plus ni moins à un “hold-up” d’une page héroïque de notre Histoire. Doit-on rappeler que le 29 mars 1947 est une date douloureuse dans les annales des guerres d’indépendance malagasy. La répression française va provoquer des dizaines de milliers de victimes civiles et innocentes. Rajoelina a décidé que toute commémoration en dehors de celle qu’il prévoit de faire à Manakara avec l’ambassadeur de France, Mr Chataignier, est interdite. C’est une récupération éhontée de l’histoire à l’égard de nos martyrs.

Nous attendons les réactions de la Mouvance pour dénoncer ces agissements malhonnêtes. Les martyres et le 29 Mars en particulier, appartiennent au peuple et ne doivent pas être “volées” par une bande de putschistes, soutenue par la France.
Aussi, une réaction rapide et indignée s’impose pour tout Malagasy patriote.


GTT INTERNATIONAL – GENEVE
15, rue des Savoises
1200 – Genève (CH)
collectifgtt@gmail.com
http://gtt-international.blogspot.fr/

 

 

DEBATS SUR L’AMNISTIE

Débats sur l’amnistie au Parlement: La disqualification de Ravalomanana en jeu 

http://www.matv.mg/?p=40766

( … )  La mouvance Zafy, pour sa part, a avancé que le projet de loi en question a été élaboré par l’Exécutif et non par le Conseil du Fampihavanana Malagasy. Le CFM est censé être le concepteur du projet de loi sur l’amnistie, a précisé Jean Marcel Miandrisoa, chef de délégation de la mouvance Zafy.

Le parlement de la transition sera convoqué à une session extraordinaire de 12 jours à partir de demain 3 avril 2012,  pour l’adoption de ce projet de loi portant amnistie. Des tensions pourront surgir pendant ces 12 jours de session, ont avancé certains parlementaires.

 

Au centre des débats sur l’amnistie à partir de ce jour au Parlement

http://www.madagascar-tribune.com/Au-centre-des-debats-sur-l,17305.html

Le dernier conseil des ministres a décidé de convoquer le Parlement de transition pour une 4e session extraordinaire à partir de ce mardi 3 avril et ce pour 12 jours au maximum pour examiner et adopter deux grands projets de loi, le Code d’éthique et de conduite politique d’une part et l’amnistie pour la réconciliation nationale d’autre part. Deux autres projets de loi devraient aussi, selon d’autres sources, être examinés et adoptés, dont celui portant sur le Comité pour le Fampihavanana malagasy (CFM).

Les débats sur le projet de loi relatif à l’amnistie promettent d’être houleux car d’ores et déjà, des parlementaires, tel le général Désiré Philippe Ramakavelo, déclarent qu’il est inconcevable qu’une   (Suivre le lien)

Commenter cet article