Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

MADAGASCAR : NOTRE PAIN QUOTIDIEN …

25 Janvier 2011, 16:51pm

Publié par rovahiga

Des bus se renversent dans les rizières pour excès de vitesse ou pour défaillances techniques ou pour cause d’ébriété du chauffeur, des hommes femmes et enfants y ont perdu leur vie. Une petite fille de 7 ans a été mutilée à mort après avoir été violée. Ses agresseurs lui ont arraché les bras jusqu’à l’épaule, sa tête aussi et ont jeté le tout dans un ravin fourré dans un sac de jute. Des organes vitaux comme les yeux, la langue, le cœur. A Toliara, un « vazaha » (étranger de race blanche) a failli y laisser sa peau après s’être accouplé avec une  femme tout en se faisant filmé, sur un lieu « fady » (interdit par la coutume). Les jeunes gens du coin munis de frondes et de sagaies les ont ratés de peu. Le terrain où s’était passé les ébats amoureux, se trouvait à proximité de quelques cimetières.

 

De jeunes hommes se pendent ici et là dans leur maison, sans qu’aucune explication ne soit donnée. Les cadavres d’un jeune couple (un adolescent de 18 ans et une jeune fille de 15 ans) furent découverts dans le lac d’Andraikiba à Antsirabe ils étaient ou s’étaient attachés des pieds aux bustes. Une histoire d’amour qui a fini mal ? 12 Personnes du même village (Analavory) ont trouvé la mort à cause d’une maladie non connue.

 

200000 emplois supprimés de 2009 à 2010,  et 139 autres employés de la zone franche Galaxy Andraharo viennent d’être mis au chômage technique à partir d’aujourd’hui. Une serveuse travaillant dans un restaurant de Toamasina a été « vendue » à un étranger  par son patron. Après de très dures semaines de sècheresse, la pluie continue de tomber depuis quelques jours sans trop de violence mais assez pour inonder les zones basses de la capitale. Dans la partie nord de l’ile, on craint des risques d’inondations. Des orages et des vents violents sont annoncés dans la zone littorale d’Antalaha à Mahajanga.

 

A Ambohimarina Itaosy, une villa été attaquée par des hommes armés de fusils et d’armes de poing. A Soavina, après 2 hommes ont péris dans l’attaque. Les malfaiteurs ont averti le quartier de Fenoarivo qu’ils vont venir prendre d’assaut les habitants de ce fokontany. Au 67 ha Ambodin’Isotry, des détrousseurs se sont fait plaisir en jouant au passe-passe, comme dans un match de rugby  avec un sac contenant 1 million d’ariary appartenant à homme qui était dans sa voiture d’où le sac a été dérobé. La nuit, dans leur maison, les gens se relaient pour monter la garde car avec la pluie qui tombe, on ne peut s’attendre qu’à des attaques de voleurs armés ou pas !

 

Le prix du riz vient d’accuser une hausse après l’annonce du gouvernement d’une baisse prochaine. Et comme le prix de l’essence vient de monter, gageons que le riz s’achètera encore plus cher que maintenant.

 

Pas grand-chose ! C’est le quotidien de ceux qui ne sont pas au pouvoir. Voilà peut-être pourquoi les gens font de la politique, pour se mettre à l’abri plutôt que de nous mettre à l’abri.

 

Ecoutons ce que nous raconte « tananews.com » sur le sujet évoqué ici :

 

Désiré Ramakavelo : « Je ressens ce que la population endure actuellement »

Le Gal en retraite, Désiré Philippe Ramakavelo, et non moins membre du CST communique son opinion face à l’insécurité qui prend de l’ampleur depuis quelques mois. A cet effet ce politicien réclame davantage de responsabilité de la part des forces de l’ordre. « Si vous avez faits des efforts, faites-en plus. Mettez en place de la bonne stratégie, et donnez le matériel qu’il faut à la police communautaire » lance-t-il. Et d’ajouter qu’il peut ressentir ce que la population doit endurer actuellement, puis que lui-même a été victime d’une attaque à son domicile, il y a de cela quelques années. Par ailleurs, Désiré Philippe Ramakavelo s’est permis de s’étaler quelque peu sur ses traumatismes personnelles, vis-à-vis de cette fameuse attaque à son domicile. « Depuis on ne se sent plus en sécurité, on ne vit plus en paix, même le moindre aboiement de chiens dans les rues nous fait des rebondissements dans le cœur. Je suppose que la population vit la même chose, voire pire » a-t-il déploré. Un DJ à la présidence, un officier spécialiste des bombes qui fond en larmes, et maintenant un Général à la retraite qui a presque peur de son ombre, Madagascar est loin d’être un pays banal.

 

rov@higa


Commenter cet article

hjghhgjhgjhgj 12/06/2012 20:22


Bonjour ça serait tout simplement pour discutez des vérités cachés. Vous voulez ?