Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

MADAGASCAR: Interpellation de la Suisse

4 Décembre 2011, 10:31am

Publié par GTT International Geneve

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

 

Lettre ouverte pour la Confédération Suisse et les parlementaires suisses

 MADAGASCAR: Interpellation de la Suisse suite à l'appui au régime putschiste

 

 

Dans un pays qui se bat depuis 3 ans pour se libérer d'un putschiste qui continue de défier la Communauté Internationale en forçant la légalisation du putsch, la Confédération a choisi de nommer un nouvel Ambassadeur. Celui-ci a déposé auprès des autorités de fait copies figurées des lettres de créance . Cette démarche est perçue par les Malgaches comme une reconnais-sance implicite de ce pouvoir illégalement installé.

Jusqu'ici, la démarche de la Suisse va clairement à l'encontre des efforts entrepris par la communauté internationale pour con-traindre le régime à suivre un processus consensuel de retour à un Etat de Droit. Les actions entreprises par l'Union Européenne et l'Union Africaine pour gérer les putschistes risquent tout simplement d'être sabordées par cette démarche de la Suisse.

L'Ambassadeur de la Suisse, Eric Mayoraz, n'est pas sans savoir les difficultés de la mise en oeuvre du processus consensuel, nous sommes choqués qu'il puisse affirmer que Madagascar est sur le bon chemin alors que la Suisse, un modèle de la démocratie, ne devrait pas encourager ce régime.

Depuis 2009, Rajoelina ne cesse de pousser à la légalisation de son pouvoir et bloque délibérément le bon fonctionnement du processus de conciliation entamé par la communauté internationale. Jusqu'ici les démarches des médiateurs ont rencontré un refus systématique de M. Rajoelina a céder le pouvoir qu'il a acquis par la
force.

Ainsi, la nomination récente d'un nouveau premier ministre de consensus est très contestée car elle viole la feuille de route signée denièrement.

Il n' y a pas d'équilibre du pouvoir. Rajoelina garde tous les pouvoirs. Les deux tiers sont des ministres issus du régime putschiste qui ont participé aux pillages des biens publics et au détournement de fonds qui minent toujours le pays. Tous les ministères de souveraineté notamment la justice, les finances, l'intérieur, les affaires étrangères et l'armée restent entre les mains de la mou-vance putschiste.

Rajoelina veut asseoir un Parlement de Transition où l'opposition n'occupe que 10% à 15% des sièges pour garantir l'unilatéra-lisme de ce pouvoir.

Face à cette situation, les mouvances de l'opposition ont déposé une plainte auprès de la Communauté Internationale contestant les conditions de formation de ce gouvernement et demandent à cette dernière de ne pas reconnaître gouvernement non consensuel.

Aucune des mesures d'apaisement mentionnées dans la feuille de route n'a été mise en place: les détenus politiques sont tou-jours en prison dans des conditions déplorables, le Président Ravalomanana est encore sous mandat d'arrêt suite à un procès politique et les radios privés sont interdits d'exploitation

Les exilés qui reviennent subissent répressions et menaces d'arrestations.

La corruption règne à tous les niveaux. Les pillages des biens publics et des richesses naturelles (sous sol et bois de roses) conti-nuent plusieurs membres de ce gouvernement dont Rajoelina en personne sont directement impliqués dans ce trafic.

Nous demandons à la Confédération de revoir la situation réelle sur le terrain et de s'abstenir à toute forme de reconnaissance de ce régime qui continue à mener le pays vers un désastre socio economique sans précédent.


La société civile et nous mêmes soutenons la tenue d'un Sommet des quatre chefs de file afin d'asseoir enfin un gouvernement réellement consensuel et inclusif. Nous demandons votre soutien pour des actions constructives et notamment l'organisation de ce sommet à Madagascar.


GTT INTERNATIONAL GENEVE, collectif de la Diaspora Malagasy
15 rue des savoises
1205 Geneve
collectifgtt@gmail.com
Gilbert Darsot, président

Commenter cet article