Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

Le règne du banditisme politique à Madagascar, appuyé par la France

26 Avril 2011, 09:24am

Publié par GTT International

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

TRADUCTION LIBRE

Political gangsterism rules in Madagascar, aided by France
[www.businessday.co.za]

PETER MANN: Gouvernance

Le règne du banditisme politique à Madagascar, appuyé par la France

Publié le : 2011/04/20

MADAGASCAR est peut-être mieux connu comme le nom d'un film fantastique d'Hollywood plutôt que d'un pays, mais d'une récente visite là-bas a révélé un sinistre film d'horreur aux relents des pires excès de

l'apartheid.

Tout d'abord, permettez-moi de déclarer mon parti pris. Je suis allé à Madagascar en tant que conseiller du président en exil Marc Ravalomanana, qui il y a plus de deux ans, a été chassé du pays à main armée, dans un coup d'Etat français qui a conduit à l'installation en tant que "président" d'une "haute autorité de transition » de Andry Rajoelina, un ancien disc-jockey de 34 ans élu maire de la capitale, Antananarivo.

Depuis, le pays a été plongé dans une lutte sur son avenir politique alors que le Southern African Development Community (SADC) tente de négocier une «feuille de route" pour la restauration d'un gouvernement constitutionnel.

La Sadc est aux abois pour trouver une solution, et a appelé à un sommet extraordinaire sur Madagascar le 20 mai à Windhoek.
It faces twin, possibly related, problems — full-on, flat-out interference by France in the internal affairs of another country; and the seeming corruption of the Sadc mediation team to the French view.
Elle fait face à deux problèmes liés à l'interférence d'arrache-pied par la France dans les affaires intérieures d'un autre pays, et à la corruption visible de l'équipe de médiation de la SADC vers la vision française.

Après le coup d'Etat en 2009, la SADC et la communauté internationale ont justement déclaré qu'ils n'auraient pas d'échanges avec un homme qui avait pris le pouvoir violemment et ils ont imposé des sanctions sur le régime illégal.

Aujourd'hui, la "feuille de route» des propositions du médiateur de la SADC, l'ancien ministre des Affaires étrangères du Mozambique Leonardo Simao, apparemment avec la complicité de l'ancien président mozambicain Joachim Chissano, est que le chef de la junte peut être nommé président d'un gouvernement de transition, et que le réel, président démocratiquement élu n'est pas invité à revenir de si tôt - de préférence pas avant les élections, si elles peuvent braver cela. (Le langage diplomatique proposée, c'est qu'il sera autorisé à revenir quand et si la situation sécuritaire le permet.)

Ce, dans un climat d'absence totale de droits de l'homme. Il ya des centaines, sinon des milliers, de personnes en détention sans jugement. Et, selon les rapports d'organismes internationaux et de diplomates, la torture est monnaie courante.

Dans son rapport annuel sur les pratiques des Droits de l'Homme selon les pays émis le 8 avril, le gouvernement américain dit que Madagascar est dirigé par un «régime civil non-élu et illégal» et qu'il «n'a pas réussi à établir une administration de transition légitime qui superviserait élections libres et ouvertes pour la restauration d'un gouvernement légal ". Il dit: «les chefs militaires continuent d'affirmer leur autonomie par rapport au pouvoir politique actuel, malgré leur soutien tacite du gouvernement de facto".

Il poursuit: « Les problèmes de droits humains suivants ont été signalés: les homicides illégaux et autres abus des forces de sécurité, les conditions de détention cruelles aboutissant parfois à des décès, les arrestations et détentions arbitraires avec longue garde-à-vue avant le procès, la censure, l'intimidation et les arrestations et les violences contre les journalistes , les restrictions à la liberté d'expression, de presse, et de réunion, restriction du droit des citoyens de choisir leur gouvernement, la corruption officielle et l'impunité, la discrimination sociétale et la violence contre les femmes, et la traite des femmes et des enfants et le travail des enfants, y compris le travail forcé des enfants. "

Deux exemples cités dans le rapport des États-Unis donnent un aperçu des actions du régime.
On November 23 last year, regime forces arrested a former judge of the International Court of Justice, Raymond Ranjeva, and his pregnant daughter, accusing Ranjeva of being involved in a November 17 coup attempt. Le 23 Novembre l'année dernière, les forces du régime ont arrêté un ancien juge de la Cour internationale de Justice, Raymond Ranjeva, et sa fille enceinte, accusant Ranjeva d'être impliqué dans une tentative de coup d'Etat du 17 Novembre. Ranjeva a été libéré sous conditions quelques heures plus tard, mais sa fille est restée en garde à vue pour avoir insulté les Forces du régime et a été condamnée à un mois de prison avec sursis.

Des sources malgaches me disent que Ranjeva a été arrêté pour montrer que personne dans le pays n'était "intouchable", et que l'arrestation de sa fille a été conçue pour l'intimider.

Le 15 mai l'an dernier, l'opposant politique Ambroise Ravonison a été violemment arrêté lors d'une interview à la radio. Deux autres personnes interrogées et trois membres du personnel de la radio ont été injuriés, et les équipements de la station de radio ont été vandalisés. Ravonison, un citoyen français, a obtenu une liberté provisoire et a fui le pays.

Le charcutage politique à Madagascar par le régime et son sponsor français défie l'entendement - et le monde ne semble pas s'en soucier d'un iota, occupé par les soulèvements en Egypte, la Libye, la Tunisie, le Yémen et la Côte d'Ivoire.

Le chef de la junte et sa femme restent cloitrés dans leur palais. Ils voyagent seulement dans un convoi de lumières bleues, qui rugit dans les rues étroites de la capitale - sans doute pour les protéger contre les attentats à la bombe.

L'ambassadeur français, Jean-Marc Chataigner, quand il est arrivé le lendemain du coup d'Etat, a été accueilli à bras ouverts par Rajoelina, qui a dit que Madagascar ne se séparerait jamais de la France,.

Il est largement rapporté et cru à Madagascar que Chataigner a un bureau au palais présidentiel. Il est également largement admis que la France finance la faillite du régime. Ses conseillers viennent directement de l'Élysée à Paris.

Il semble que, sous pression de la France, Rajoelina se prépare à tourner le dos à la médiation de la SADC, pensant que le rejet visible de la part de l'Afrique du Sud, la Zambie et le Botswana - pays de la SADC supervisant la "feuille de route" des médiateurs - en faveur du sommet extraordinaire sur Madagascar veut dire que son affaire est en train d'être rejetée par la SADC.

Et donc il y a eu une célébration (fête) d'amour (aux, des) français récemment quand le ministre des Affaires étrangères de l'île Maurice Arvin Boolell, ainsi que des représentants de La Réunion, des Seychelles et de la France, ont rencontré M. Rajoelina, sous l'égide de la peu connue Commission de l'océan Indien.

La stratégie d'inspiration française de Rajoelina semble être un pied de nez à la Sadc, en appelant à son simulacre d'élection en Septembre, et à la reconnaissance de son gouvernement par la France et ses substituts.

La question qui se pose à Madagascar est de savoir si la SADC s'opposera aux Français et ce qu'elle va faire pour arrêter les actions unilatérales du régime, qui sont même en violation flagrante de la feuille de route encore non approuvée de la SADC.

Pour exemple : la feuille de route propose un gouvernement de transition d'unité nationale pour superviser les élections libres et équitables sous contrôle international. Il est dit que si Rajoelina peut être président du gouvernement provisoire, il doit nommer comme premier ministre un candidat de l'opposition. Il a simplement reconduit son propre premier ministre à ce poste. Un homme d'affaires à Madagascar aurait payé 2 millions de dollars au régime pour être nommé au Cabinet.

Pendant que le charcutage électoral se poursuit, la population malgache est victime de pauvreté dévastatrice (plus de 75% vivent avec moins de 10 $ par mois) et d'une rupture totale de leurs libertés civiles par ce qui peut seulement être décrit comme du gangstérisme politique.

Un rapport d'évaluation de l'impact de paix et conflits préparé pour le Fonds des Nations Unies pour l'enfance par le Graduate Institute Centre on Conflict, Development and Peacebuilding l'an dernier dit que "la souveraineté de Madagascar serait bientôt sous la menace".

Il souligne «le cycle de l'extrême pauvreté, l'augmentation de la criminalité, la paralysie des forces armées et la prolifération concomitante des forces de sécurité« alternatives »(milics)", n'est pas de bon augure pour l'avenir".
"Alors que la crise politique se poursuit, les précieuses ressources du pays continuent d'être pillées ... et la population continue à mourir de faim. Avec chaque semaine des pillages de l'île de plus en plus impitoyables ...".

Mann est un ancien journaliste politique devenu conseiller en communication

Commenter cet article