Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (22/11/11)

22 Novembre 2011, 10:40am

Publié par Justmad

 

FLASH INFO : FORMATION CONTROVERSE D'UN GOUVERNEMENT D'UNION NATIONALE

 

 

21 novembre 2011

Un gouvernement d’union nationale a été présenté ce jour à Antananarivo, en présence du corps diplomatique, malgré l’absence de 5 représentants de l’opposition pourtant nommés ministres.

Ce gouvernement compte 35 membres en plus du Premier ministre de consensus Omer Beriziky, dont 2 vice-Premiers mi-nistres, parmi lesquels Pierrot Botazaza, chargé de l’Economie et de l’Industrie et qui avait été proposé au poste de chef de gouvernement par le président évincé Marc Ravalomanana.

Il s’inscrit dans un processus de sortie de crise initié le 17 septembre par la signature d’une feuille de route de sortie de crise par 10 groupements politiques malgaches (sur un total de 11 identifiés par la SADC, la mouvance Ratsiraka ayant refusé de signer en l’absence de son chef de file toujours en exil en France).

Selon un calendrier établi avec la SADC, qui dirige la médiation, ce nouveau gouvernement aurait du être présenté le 17 no-vembre.

Mais, insatisfaite du processus de nomination, l’opposition représentée par les mouvances des anciens présidents Marc Ravalo-manana et Albert Zafy, ainsi que celle de l’ex-Premier ministre Monja Roindefo, avait alors demandé un report de l’annonce.

Ces trois mouvances ont finalement obtenu 12 postes, mais pas forcément ceux qu’elles avaient réclamés, et 5 ministres - 2 du camp Zafy et 3 du camp Ravalomanana - n’ont donc pas assisté à la cérémonie.

La nouvelle équipe compte 9 femmes et 3 militaires. 13 ministres du gouvernement Vital II ont été reconduits mais pas néces-sairement dans les mêmes attributions.
Christine Razanamahasoa a annoncé à Iavoloha que sa reconduction à la tête du ministère de la justice a obtenu l’approbation du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM).
Botozaza Pierrot, vice-Premier ministre chargé de l’économie et de l’industrie, a fait savoir qu’il a accepté d’intégrer le gouver-nement d’union nationale afin de mettre fin à la souffrance de la population. En réaction aux propos de Mamy Rakotoarivelo, Botozaza Pierrot a faire savoir qu’il a été nommé à ce poste en tant que candidat de la mouvance Ravalomanana, mais si cette dernière décidait de l’écarter, il ne s’y opposerait pas.
Par l’intermédiaire de Mokgheti Monaisa, chef intérimaire du bureau de liaison de la SADC et ambassadeur de l’Afrique du Sud, la Troïka de la SADC a donné son approbation au nouveau gouvernement et se dit prête à soutenir Madagascar dans l’organisation des élections qui se tiendront en 2012.

« Il y a encore ceux qui doutent, ceux qui se sentent lésés. C’est leur droit le plus absolu de ne pas venir et de pouvoir prendre un peu plus de recul avant d’intégrer le groupe », a déclaré le Premier ministre Omer Beriziky à l’issue de la cérémonie.

« Mais j’ai la nette conviction qu’il va falloir avancer, et que ces personnes, poussées par leur patriotisme, vont rejoindre le pro-cessus », a-t-il ajouté.

Alors que l’opposition réclamait le remplacement de plusieurs ministres-clés de l’ancien gouvernement, la plupart de ceux-ci (Finances et Justice notamment) sont restés en place.

Les ministres des Forces armées et de la Gendarmerie nationale ne changent pas, tandis que le Contrôleur général de police Arsène Rakotondrazaka prend en charge la Sécurité intérieure.

On note le remplacement de la ministre des Affaires étrangères Yvette Sylla par Pierrot Rajaonarivelo.
Liste des membres du gouvernement Beriziky (en gras les ministres reconduits, pas nécessairement dans les mêmes fonctions)

Premier ministre, Chef du Gouvernement : Jean Omer Beriziky

Vice-Premier ministre chargé du Développement et de l’aménagement du Territoire : M. Randrianiainarivelo Hajo Herivelona

Vice-Premier ministre chargé de l’Economie et de l’Industrie : M. Botozaza Pierrot

Ministre des Affaires étrangères : M. Rajaonarivelo Pierrot (nouvelle fonction)

Ministre de l’Agriculture : M. Ravatomanga Roland

Ministre du Commerce : Mme Ramalason Olga

Ministre de la Communication : M. Harry Laurent Rahajason

Ministre de la Culture et du Patrimoine : Mme Ravelomanantsoa Elia

Ministre de la Décentralisation : Mme Tsiranana Ruffine

Ministre de l’Eau : M. Reboza Julien

Ministre de l’Education nationale : M. Manoro Régis

Ministre de l’Elevage : Mme Randriamandrato Ihanta

Ministre de l’Energie : M. Raharindriaka Nestor

Ministre de l’Enseignement supérieur : M. Razafindehibe Etienne Hilaire

Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle : M. Ndremanjary Jean André

Ministre de l’Environnement et des Forêts : M. Randriamiarisoa Joseph

Ministre des Finances: M. Hery Rajaonarimampianina

Ministre de la Fonction publique: M. Randriamanantsoa Tabera

Ministre des Forces armées : Général Rakotoarimasy Lucien

Ministre de la Gendarmerie nationale : Général Randrianazary

Ministre des Hydrocarbures : M. Marcel Bernard

Ministre de l’Intérieur : M. Rakotoarisoa Florent

Ministre de la Jeunesse et des Loisirs : M. Randriantiana Jacques Ulrich

Ministre de la Justice: Mme Ranazamahasoa Christine

Ministre des Mines: Mme Randrianfeno Tolotrandry Ranto Daniela

Ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques : M. Manondriaky Sylvain

Ministre de la Population : Mme Vaomalala Olga

Ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies : M. Andriamanjato Ny Hasina

Ministre de la Promotion de l’Artisanat : Mme Elisa Zafitombo Alibena

Ministre des Relations avec les Institutions : M. Manantsoa Victor

Ministre de la Santé publique : Mme Ndahimananjara Johanita

Ministre de la Sécurité intérieure : Contrôleur Général de police Rakotondrazaka Arsène

Ministre des Sports : M. Botralahy Gérard

Ministre du Tourisme : M. Rakotomamonjy Jean Max

Ministre des Transports: Ramanantsoa Ramarcel Benjamina

Ministre des Travaux publics et de la Météorologie : Colonel Boto Manova Tsara


Selon le document cadre de mise en œuvre de la feuille de route, la prochaine étape consiste à la nomination des membres du Congrès de Transition (CT) et du Conseil supérieur de la transition (CST) qui devrait être réalisée avant le 30 novembre.

Commenter cet article