Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR (11/10/11)

12 Octobre 2011, 17:10pm

Publié par Justmad

11 octobre 2011

ARTICLES REMARQUES - OCTOBRE 2011

 

 

- 11 10 11 - Indice Ibrahim 2011 - Classement et scores des 53 pays africains dont Madagascar
- 11 10 11 -  Afrique Australe - Analyse détaillée par pays
L’indice Ibrahim gouvernance 2011 place la Grande Ile à la 33ème position sur 53 pays africains. Basé sur 4 catégories (développement économique, développement humain, sécurité et droits de l’homme), cet indice est publié depuis 5 ans par la Fondation Mo Ibrahim, milliardaire britannique d’origine soudanaise qui a fait fortune dans les télécommunications. Madagascar arrive derrière les Comores (31ème) et très loin des îles voisines (Maurice (1er) et Seychelles (4ème). Le communiqué indique que « 38 pays ont amélioré leur score dans le domaine du développement économique et aucun n'a reculé de manière significative » (dont Madagascar, donc, en dépit de la crise politique et la suspension des aides internationales). La Grande Ile est citée comme le pays qui « enregistre le recul le plus frappant [de l’indice global], dû en grande partie à ses mauvais résultats en matière de sécurité-souveraineté du droit et droits de l'homme ». Au niveau des sous-catégories, le pays obtient son classement le plus élevé pour l’environnement des entreprises (17ème) et le plus bas pour la souveraineté du droit (49ème). L’Indice Ibrahim se veut la collection la plus complète de données quantitatives fournissant une évaluation annuelle des performances de gouvernance dans chaque pays d’Afrique.
Lien pour le rapport de synthèse : http://www.moibrahimfoundation.org/fr/section/the-ibrahim-index

- 10 10 11 - Questions Vives - V8 n°15 - B. Gastineau et N. Ravaozanany - Égalité filles-garçons : où en est-on ?
En Afrique francophone où la scolarisation des filles est loin d’être systématique et fréquemment inférieure à celle des garçons, Madagascar fait figure d’exception. La scolarisation s’est fortement démocratisée et généralisée ces 10 dernières années : 90 % de la génération actuelle a accès à l’école primaire. La Grande Ile se démarque aussi par une grande parité dans les effectifs scolarisés : un élève sur deux (49 %) à l’école primaire en 2008-2009 est une fille. Le personnel enseignant est majoritairement féminin : 58 % des enseignants du primaire sont des femmes (année scolaire 2000-2001). Ces résultats sont remarquables dans un pays où 75 % des individus résident en milieu rural et près de 70 % vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Mais la parité entre les sexes dans les effectifs scolaires ne signifie pas que les inégalités de genre n’existent pas dans les écoles malgaches.
-------------------------------------------------------
<> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente.
-------------------------------------------------------

<>  07 10 11 - Amnesty international - Déclaration publique
Dans cette déclaration publique , Amnesty International demande aux autorités de transition de se soucier davantage des violations persistantes des droits humains et de veiller à ce que le respect et la protection de ces droits ainsi que la lutte contre l’impunité soient au centre de la mise en œuvre de la feuille de route de sortie de crise signée le 17 septembre 2011. L'organisation craint que des membres des forces de sécurité , dont la police, la gendarmerie et d’autres organes créés par la HAT ne continuent à se rendre coupables de graves violations des droits humains, dont des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et des arrestations et placements en détention illégaux et continent de jouir de l' impunité.

- 07 10 11 - Déclaration de Louis Michel sur la situation politique à Madagascar
Louis Michel, co-président de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE salue les efforts conjoints de l'Union Africaine et de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC) pour qu'un régime de Transition réellement neutre, inclusif et consensuel soit mis en place à Madagascar dans les plus brefs délais. Le communiqué invite fermement le pouvoir de Transition a mettre en oeuvre sans délais les mesures d'apaisement stipulées dans le feuille de route.

<>doc
07 10 11 - Publication des Forums sur la thématique « 2010, Madagascar en Transition ».
Dans le cadre des manifestations organisées à l’occasion du Cinquantenaire des Indépendances Africaines, le Centre Culturel Albert Camus et le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France à Madagascar ont programmé, avec le soutien du Fonds d’Alembert, une série de forums centrés sur la thématique : « 2010, Madagascar en Transition ». Ces actes rendent compte des communications présentées par les intervenants réunis au Centre Culturel Albert Camus de Tananarive pour débattre, lors des quatre forums répartis de mai à octobre 2010, des thèmes suivants :
- Etats fragiles, entre héritage historique et processus de reconstruction
- Economie, développement et enjeux du marché mondial
- Patrimoine et création contemporaine : dimension culturelle du développement
- Démographie et place des ressources humaines dans la dynamique du développement.
La réflexion conduite à cette occasion prenait aussi en compte le contexte de crise politique et économique aggravée qui prévaut actuellement à Madagascar.
Ouvrage téléchargeable (247 p.) : http://www.ambafrance-mada.org/spip.php?article1837

-
04 10 11 - L'Express - Humeur - Sylvain Ranjalahy - Dilatation numéraire
Le débat s’est engagé entre les formations qui soutiennent la feuille de route sur la prise en charge du coût de fonctionnement d’un "Parlement" élargi aux sensibilités non encore représentées.
La feuille de route ne prévoit pas de budget spécifique mais le document cadre prévoit l’assistance
delacommunautéinternationale. Le pouvoir espère donc pouvoir solliciter des aides financières. « Un Parlement de 600 membres et un gouvernement de 60 cabinets, il faut le faire.[…]. Quand on sait qu'en 40 ans, le pays s'est appauvri de 1000%, on se demande comment l'État peut se permettre de tels caprices et inepties, moralement et financièrement. […] L'excès semble avoir atteint son paroxysme avec la boulimie des politiciens qui ont signé la Feuille de route rien que pour l'intérêt supérieur de la Nation ».

- 03 10 11 - Sobika - Edito - Le sauve qui peut pour défendre ou acquérir un siège
Jamais encore les circonstances n’ont dessiné pareil schéma qui révèle aussi crûment les motivations profondes des groupes et des acteurs politiques pour la recomposition des institutions de la transition voulue par la feuille de route signée le 17 septembre. La bataille fait rage entre les tendances, à l’intérieur de chaque tendance... Chacun joue des coudes pour se retrouver en avant-poste avec la peur d’être largué au moment de la grande braderie. La désignation du Premier ministre focalise les efforts des forces en présence. Andry Rajoelina apparaît pour l’instant tenir le beau rôle. De l’autre côté de la rive Marc Ravalomanana s’égosille : sa voix obtient de moins en moins de résonnance et son message perd de plus en plus de crédibilité.

- 03 10 11 - Tribune - Edito - Ndimby A. - Le sens de l'Histoire
Encore une fois, la crise est potentiellement à un tournant important. Son issue va dépendre du courage politique et de la capacité des principaux acteurs à interpréter le sens de l’Histoire. Ce qui implique d’un côté l’abandon de l’unilatéralisme, et de l’autre, la faculté d’évaluer ses forces réelles. La HAT est-elle disposée à mûrir après la possibilité qui a été offerte à Andry rajoelina de s'exprimer à la tribune de l'AG de l'ONU ? Ce succès est un camouflet, voire une défaite pour les légalistes, mais au-delà, pour tous les démocrates. Cette abdication de la communauté internationale et cette victoire à l’usure s'explique par les rivalités et les divisions au sein de la communauté internationale. À ceci s’ajoute la perte d’influence de Marc Ravalomanana au niveau international. Reste que la reconnaissance internationale n'est pas encore acquise. Le régime reste sous surveillance.

- 03 10 11 - Le Courrier - "Zoma fanampiana" : Zoma à polémiques
La Présidence a lancé mi-septembre un nouveau programme social en direction des plus démunis. Par le biais du « Conseil Spécial de la Vie sociale », elle consacre la journée du « vendredi pour aider les plus nécessiteux » (« Zoma Fanampiana »), afin de répondre aux demandes des personnes ayant besoin d'aide. Le professeur d’Histoire, Manassé Esoavelomandroso, se dit interloqué. Le programme suscite des doutes sur le fond des intentions de ceux qui ont conseillé le président de la HAT dans cette entreprise. Deux grandes questions sont soulevées par Manassé Esoavelomandroso : pourquoi un vendredi ? Pourquoi un chef d’Etat se soumet-il à une telle besogne qui n'est pas de son ressort et qui ne répond pas aux besoins d’émancipation et de développement du pays ?

- 01 10 11 - Golias - Enquête sur un pillage organisé - Page1  Page 2  Page 3
Extrait de la revue Golias, n°204, 29 septembre au 5 octobre 2011. "Enquête sur l'accaparement des terres - Madagascar l'île au trésor". Dans de nombreux pays, l’accaparement de vastes territoires se poursuit et s’amplifie. Par des gouvernements étrangers désireux d’assurer leur propre production alimentaire à moindre coût,par les sociétés agroalimentaires et les investisseurs privés attirés par de nouvelles sources de profits dans un contexte de crise financière. Appuyé par l’arme de la corruption, le transfert massif de terres et ses effets dévastateurs touche de plein fouet les familles malgaches qui subissent  ressions, menaces et intimidations.

Commenter cet article