Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

INFOS SUR "COUP D'ETAT"

17 Novembre 2010, 19:11pm

Publié par rovahiga

SI APRES DES INFOS RECOLTEES A LA HATE ; NOUS NOUS EXCUSONS POUR LA PRESENTATION

 

16H15 : Le lieutenant colonel Charles Andrianasoavina, depuis Ivato, se déclare "porte parole d’un directoire militaire qui met fin au pouvoir de la HAT".

 

Date : 17/11/10

 16H00 - REFERENDUM : Les autorités rappellent que les bureaux de vote ne fermeront qu’à 18 heures au lieu de 16 heures.

 

Date : 17/11/10

 live - 15H30 : Le Premier Ministre Camille Vital tiendra une conférence de presse dans quelques minutes, concernant la déclaration du "collectif des officiers".

 

Date : 17/11/10

 15H25 - IVATO : A travers un communiqué distribué à la presse, un collectif d’officiers demande "la libération immédiate des détenus politique, et le retour de tous les exilés sans distinction".

 

Date : 17/11/10

 15H05 - ELECTIONS : Les électeurs font la queue à cette heure-ci du côté de l’EPP Ambohipo. Le taux de participation y serait assez conséquent.

 

Date : 17/11/10

 14H35 - BUREAUX DE VOTE : Des électeurs se plaignent que dans certains bureaux de vote, des électeurs munis de CIN et inscrits dans la liste électorale sont interdits de vote faute de carte d’électeur.

 

Date : 17/11/10

 14H00 - REFERENDUM : Quel qu’en soit l’issue, les Etats Unis ont décidé de ne pas reconnaître le résultat du référendum de ce 17 novembre.

 

Date : 17/11/10

13H30 - REFERENDUM : Anomalie constatée à Tanjombato. Sur 2900 électeurs recensés, 2800 sont inscrits sur la liste électorale.

 

Date : 17/11/10

 13H00 - SECURITE : Les forces de l’ordre circulent partout en ville pour sécuriser les élections. Les membres du Ceni répartis dans toute l’île, effectuent des visites dans les bureaux de vote.

 

17 Novembre 2010 - 14h48 : extrait de la déclaration des militaires : "Devant la situation de crise qui persiste à Madagascar. Nous, Forces armées de la République déclarent que la prise de pouvoir (et de responsabilités) par les militaires, pour faire cesser les désordres, en vue de rétablir l'Etat de Droit et de réinstaurer l'égalité de tous les citoyens et de tous les hommes (et femmes) politiques, sera la seule solution envisageable aujourd'hui. Nous sommes conscients que la Nation a besoin de nous pour prendre notre part de responsabilité. Notre seule objectif est d'unifier la force malagasy, garant de la République et actuellement considérée comme dernier recours ."



17 Novembre 2010 - 14h45 : Dans sa déclaration le Colonel Charles a annoncé la dissolution de la HAT, le retour de tous les éxilés et le début de la réconciliation nationale.



17 Novembre 2010 - 14h44 : Les chefs de l'armée se sont réunis à la Primature  suite à la déclaration du colonel Charles Andrianasoavina annonçant la formation d'un "Conseil militaire pour le salut du peuple" chargé de gérer le pays.



17 Novembre 2010 - 14h42 : Le groupe de militaire a indiqué avoir dissous toutes les institutions gouvernementales et formé un conseil militaire.



17 Novembre 2010 - 14h40 : Un groupe d'officiers dont le colonel Charles a déclaré la fin de la HAT et la mise en place d'un comité militaire  qui va régir le pouvoir

Madagascar: l'armée annonce s'être emparée du pouvoir

il y a 15 min

·          

·          

·          

·          

·         Envoyer

·         Imprimer

ANTANANARIVO -- Un colonel de l'armée à Madagascar a annoncé s'être emparé avec d'autres officiers du pouvoir sur l'île alors que les Malgaches étaient appelés mercredi à se prononcer sur un projet de Constitution controversé.Lire la suite l'article

Le colonel Charles Andrianasoavina n'a pas dit où se trouvait le président de la Haute Autorité de transition (HAT) Andry Rajoelina, homme politique qui a pris de pouvoir l'an dernier dans l'île. Il semblerait que M. Rajoelina se trouve dans la capitale malgache.

Le colonel Andrianasoavina a déclaré que l'armée poursuivrait le processus de réconciliation nationale, et a annoncé la dissolution des institutions gouvernementales et la mise en place d'un comité chargé de conduire le pays au moins provisoirement. Il a également promis la libération des prisonniers politiques et appelé les exilés à revenir "pour travailler ensemble au sauvetage de notre patrie".

Il s'exprimait devant des journalistes convoqués sur une base militaire près de l'aéroport d'Antananarivo. AP

MONDE - Des putschistes affirment avoir dissous les institutions gouvernementales...

Alors qu’un référendum constitutionnel est en cours à Madagascar ce mercredi, des militaires revendiquent un coup d’Etat. L'état-major s'est réuni d'urgence après que ce groupe de 20 officiers supérieurs a affirmé s'être emparé du pouvoir dans la Grande Ile de l'océan Indien.

Les putschistes ont indiqué avoir dissous toutes les institutions gouvernementales et formé un conseil militaire. «S'il s'agit d'une mutinerie, nous devons intervenir. On ne peut pas négocier avec des mutins», a déclaré le général de police Andrianazary.

Un «Conseil militaire pour le salut du peuple»

Les chefs de l'armée se sont réunis à la Primature à la suite d'une déclaration du colonel Charles Andrianasoavina annonçant la formation d'un «Conseil militairepour le salut du peuple» chargé de gérer le pays.

Cette tentative de putsch apparente coïncide avec la tenue, ce mercredi, d'un référendum constitutionnel visant à légitimer le pouvoir du président Andry Rajoelina, arrivé au pouvoir en mars 2009 à la faveur d'un coup d'Etat avec l'aide d'une partie de l'armée.

 O.R. avec Reuters

http://fr.euronews.net/2010/11/17/madagascar-reunion-militaire-apres-un-putsch-d-officiers/

Un putsch ou une tentative de putsch lors du premier test électoral pour l’homme fort de Madagascar, Andry Rajoelina.

Alors que les Malgaches se prononcent ce mercredi par référendum sur un projet de Constitution, un groupe de 20 officiers de l’armée a affirmé s‘être emparé du pouvoir.

L‘état-major de l’armée s’est réuni d’urgence, en soulignant qu’il s’agissait d’une mutinerie.

L’ancien président malgache Marc Ravalomanana
a appelé au boycott de cette consultation, censé amorcer une sortie à la longue crise politique du pays. Une crise qui remonte au soulèvement populaire au début de l’année 2009.

Avec Reuters

Copyright © 2010 euronews





11h45->Le Cdt Roger Luc, Gal Noel Rakotonandrasana, Lt Col Charles Andrianasoavina ont déclaré au RFI Ivato : la Hat est dissoute, tous les ministres sont démis de leur fonction, les SG dirigent les ministères, le référendum est nul est de nul effet. Les prisonniers politiques seront libérés et les exilés politiques peuvent rentrer. (via Madagasikara Malalako sur FB) --> Coup d'Etat militaire raha izao pozipozin'izao. Ny fahamarinan'ny vaovao io tsy fantatra.

 

Date: 17 novembre 2010 - 16:01

Voici le Communiqué des militaires :

FANAMBARANA VOALOHANY

KOMITY MIARAMILA HO AN'NY FANAVOTAM-PIRENENA

Ry Vahoaka malagasy mpiray tanindrazana,

Valo amby folo volana izay no niandrandrantsika rehetra vahaolana maharitra mba ho famahana ny krizy politika eto amin'ny firenena. Indrisy anefa fa dia mbola samy miziriziry amin'ny heviny avy na ny andaniny na ny ankilany, ka ny malagasy no mizaka ny voka-dratsin'ny hambom-po diso toerana izay mitarika fahantrana mangitsokitsoka amin'ny vahoaka.

Manjaka ny tany tsy tan-dalàna sy ny fanaovana tantely afa-drakotra ny harem-pirenena, manjaka ny fanamparam-pahefana, very fanahy mbola velona na ny mpanao politika na ny mpandraharaha, indrindra ny vahoaka tsy mandady harona satria tsy misy ny fandriam-pahalemana amin'ny lafiny rehetra.

Eo anatrehan'izany dia mahatsiaro manana adidy ny foloalindahy malagasy koa nanapa-kevitra sy mandray izao andraikitra manaraka izao :

- Atomboka ny fampihavanam-pirenena tena izy, tsy misy anilihana na iza na iza

- Avoaka ireo rehetra voafonja noho ny antony politika

- Antsoina ireo rehetra voasesi-tany any ivelany hiveerina eto an-tanindrazana hiara-hanarina ny tanindrazana iombonana

- Rava manomboka izao ny andrim-panjakana rehetra misy ary ny Komity miaramila ho fanavotam-pirenena no mitantana vonjimaika ny raharaha-mpirenena

- Ankinina amin'ny sekretera jeneraly ny fampandehanana ny raharaham-panjakana eo amin'ny ministera isan'isany.

Koa antsoina ny miaramila sy zandary ary polisy hamonjy ny Toby niaviany avy.

Aoka ho tony isika vahoaka ary hifanome tanana aminay indrindra eo amin'ny lafiny fandriam-pahalemana;

HO AN'NY TANINDRAZANA

 

Madagascar : un général affirme avoir «suspendu» les institutions

Par RFI / AFP

Le général malgache Noël Rakotonandrasana, ancien ministre des Forces armées et actuellement sans affectation, a affirmé mercredi 17 novembre devant la presse avoir« suspendu » les institutions. Cette déclaration restait apparemment sans effet à Antananarivo, la capitale, où la situation était normale dans l'après-midi.

« A partir de maintenant, toutes les institutions existantes sont suspendues, et c'est un Comité militaire qui va gérer les affaires du pays », a affirmé le général Noël Rakotonandrasana.

Accompagné d'une vingtaine de militaires, l'officier s'exprimait au cours d'une conférence de presse organisée dans un camp militaire proche de l'aéroport d'Antananarivo, en périphérie de la capitale.

Cette déclaration était restée sans effet mercredi après-midi dans la capitale malgache où aucun déploiement militaire ou incident n'a été constaté. Elle intervient le jour-même de la tenue d'un référendum constitutionnel organisé par l'homme fort du pays Andry Rajoelina, première étape d'un processus de sortie de crise que conteste une partie de l'opposition.

« Nous sommes en réunion » 
à ce sujet, a réagi le Premier ministre Camille Vital, interrogé au téléphone par l'AFP. Nous essayons de trouver une solution pour apaiser la situation, car on ne veut pas perturber le référendum», a expliqué M. Vital. Avant d'ajouter : «Ils sont dans le camp, (...) ils sont au nombre de 18. (...) Il ne faut jamais sous-estimer personne mais notre souci est la bonne tenue du référendum 

 

Commenter cet article