Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

GROSSES TÊTES, TÊTES EN L’AIR ET TÊTES A CLAQUES !

8 Septembre 2011, 15:27pm

Publié par rovahiga

JUGEZ-EN VOUS MÊMES :

 

rov@higa

 

 

ESCOPOL: Alain Andriamiseza et consorts évincés

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=15375&Itemid=55

Le scandale qui a éclaté au grand jour lundi dernier à l’hôtel du Louvre a poussé les membres de l’Escopol à se réunir en assemblée extraordinaire à Tsimbazaza. A l’issue de la réunion d’hier, l’assemblée générale a désigné huit nouveaux membres à la coordination de l’Espace de concertation des partis et organisations politiques (Escopol), évinçant par la même occasion les Alain Andriamiseza, Elia Ravelomanantsoa, Benjamina Ramanantsoa, Adolphe Ramasy et de Hery Rakotobe de la coordination de ladite formaton.

En remplacement de ces bouillants politiques, les membres de l’Escopol ont désigné des personnalités assez malléables et effacés telles que Olga Raveloarisoa (CST), Pierre Andrianantenaina (CST), Avimana (CT), Efraim Randrianasolo (CST), Ratovonomenjanahary (CT), Ludovic Edouard Mara (extra parlementaire), Doudou Michel Andriamparany (extra parlementaire), Pascal Raboniarisoa (Exopoles) et Henri Charles Randriamahefa (Exopoles) à la coordination générale de ce groupement politique. La guerre est donc ouverte entre les membres de l’Escopol.

Et, après la réorganisation de la coordination de l’Escopol, on peut aussi s’attendre à ce que les nouveaux chefs de l’Escopol appellent à un remaniement. Ces derniers pourraient être tentés de prendre leur revanche sur Benjamina Ramanantsoa, actuel ministre des Transports, et proche des Alain Andriamiseza, Elia Ravelomanantsoa, Adolphe Ramsy, Hery Rakotobe, … . Comme le HPM qui réclame un remaniement pour évincer Jean André Ndremanjary, l’Escopol pourrait aussi emboîter le pas pour avoir la tête de Benjamina Ramanantsoa à la veille d’un hypothétique remaniement … .

 

HPM : bientôt des propos... ethniques

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=15383&Itemid=55

On suivra avec intérêt les querelles intestines qui agitent le mouvement HPM. Une faction, dirigée par Ralison Roger, membre du CT et président du HPM, s’y oppose à un clan dirigé par Ndremanjary Jean-André, ministre des Sports, proposé à ce poste par le HPM. La guéguerre tient au fait suivant : lors de la réunion politique d’Ivato, les dirigeants du HPM ont quitté la salle alors que Ndremanjary Jean-André est resté rivé à son siège. Suite à cet acte d’indiscipline, le ministre des Sports fut dans un premier temps suspendu du HPM, puis en fut hier carrément exclu. Ndremanjary Jean-André se rebiffe et pointe aussi un doigt accusateur sur les chefs de l’autre faction.

Comme la tension monte entre les deux bords, les échanges pourraient bientôt prendre un tour ethnique. La situation est, en effet,  propice à la naissance d’un conflit à caractère tribal : un chef, qui bénéficie d’un siège doré et qui s’y plaît, est déstabilisé par un autre leader. Comme les deux dirigeants ne sont pas du même bord ethnique, on s’attend à ce que la querelle se déplace sur le plan tribal. Qui lancera la première remarque aigre à caractère ethnique ? On ne sait encore. Ce sera certainement  celui qui sera poussé à bout et qui sortira de ses gonds.

En tout cas, le régime de transition joue avec le feu en s’appuyant sur des chefs politiques uniquement soucieux de sièges dorés et d’intérêt matériels. Dans beaucoup de mouvements pro-Rajoelina actuellement, c’est la discorde et la cacophonie sur fond de lutte de sièges et de redistribution de postes dorés. Il en est ainsi au sein du HPM, mais aussi de l’Escopol, du Tim, etc.

Partout, ceux qui se sentent menacés dans leurs positions juteuses vont faire face et contre attaquer. De quelle manière ? En déplaçant l’affrontement sur un terrain qu’apprécient beaucoup de politiciens malgaches en manque d’arguments : le tribalisme…

 

Soutien à Ravalomanana : Le GMMR entretient l'ambiguïté

http://www.lexpressmada.com/soutien-a-ravalomanana-madagascar/27190-le-gmmr-entretient-l-ambiguite.html

Rien n'est officiel sur la position des dissidents de la mouvance Ravalomanana vis-à-vis de l'ancien président de la République actuellement en exil en Afrique du Sud. Cependant, à l'image du Groupement issu de la mouvance Marc Ravalomanana (GMMR), ils se sont déclarés en action pour le retour de ce dernier au pays. La manière de s'exprimer distingue les uns des autres.

Rina Andriamandavy VIIs'est, ainsi, montré fidèle à Marc Ravalomanana, malgré son adhésion au gouvernement Vital. « Moi, je le soutiens et je ne le trahis pas. (…) C'est pour le quota de la mouvance Ravalomanana que je participe à ce gouvernement », a-t-il déclaré lundi à l'hôtel Carlton à Anosy, à l'issue de la rencontre du GMMR dont il fait partie, avec la presse. Le ministre du Tourisme et de l'artisanat a affirmé qu'avec ou sans le retour de Marc Ravalomanana à Madagascar, il reste encore avec lui.

Par contre, l'ancien député Tiako i Madagasikara (TIM) devenu ministre de la Pêche du « gouvernement d'Union nationale », Hery Raharisaina, a conditionné son soutien à son ancien patron par le contexte. « Ce sont les questions relatives aux élections et à l'évolution de la situation qui vont déterminer la position à prendre », a-t-il indiqué toujours à Anosy lundi. Il a rappelé la cause du GMMR primant la mise en place des Institutions légales sur les sensibilités personnelles, pour se justifier.

De son côté, le ministre d'État chargé des Relations avec les Institutions, Yves Aimé Rakotoarison, semble confirmer la rupture avec les inconditionnels de Marc Ravalomanana, en affirmant catégoriquement que son équipe va poursuivre son chemin « pour l'intérêt supérieur de la Nation ».

Interrogé sur son appréciation concernant l'article 20 de la Feuille de route de sortie de crise, au sujet du retour des exilés politiques, dont Marc Ravalomanana, Yves Aimé Rakotoarison a été évasif. « Nous n'entrons pas dans les détails », a-t-il répondu.

 

Changement factice !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=19788:changement-factice-&catid=44:chut

Dans la liste des nominations aux Hauts Emplois de l’Etat, un nom a fait tiquer plus d’un, notamment celui de Rasoamaromaka Roy Nantenaina qui a été nommé Directeur de la promotion de la bonne gouvernance au sein du ministère d’Etat chargé des Relations avec les Institutions. En effet, un certain Rasoamaromaka, Hery de son prénom, qui est un membre influent au sein du TGV a déjà été cité dans nos colonnes alors du fait qu’il est le propriétaire de l’entreprise à qui a été confiée (!!!) la construction du nouvel hôpital de Mahajanga. Si ces deux personnes ne font pas partie d’une même famille, il s’agirait d’une formidable coïncidence, « ny anarana tanim-boanjo », comme le dit un adage malgache. Sinon, en quoi les autorités de la Transition seraient-elles redevables envers la famille Rasoamaromaka pour qu’elles les privilégient ainsi ?

On a beau condamner les anciennes pratiques, il en est qui collent et dont on ne peut se défaire, quelle que soit la volonté de changement qu’on affiche !

Commenter cet article