Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

FLASH INFO : RENCONTRE "ENTRE TOUTES LES PARTIES"

21 Mai 2011, 09:07am

Publié par Justmad

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR

 

FLASH INFO : LE SOMMET DE LA SADC S'EN REMET A UNE RENCONTRE "ENTRE TOUTES LES PARTIES"

http://justmad.canalblog.com/archives/2011/05/21/21188366.html

Les chefs d'État et de gouvernement de la Sadc hésitent une nouvelle fois à trancher sur la sortie de crise. Ils s'en remettent à une rencontre « entre toutes les parties ».

Le Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l’organisation régionale qui s'est tenu ce 20 mai à Windhoek (Namibie), n’a pas pris de résolution définitive sur la feuille de route, comme l'avait fait le 31 mars la « Troïka », son organe de coopération chargé de la politique, de la défense et de la sécurité.

« Le Sommet a chargé le président de la Sadc, le président de la Troïka et le médiateur de la Sadc sur Madagascar, de convoquer dans les meilleurs délais, une réunion avec toutes les parties prenantes malgaches », indique le communiqué final. Celui-ci a « réitére la nécessité d'un processus ouvert à tous en vue de trouver une solution durable aux défis que connaît le pays » pour justifier le rendez-vous « qui se tiendra au siège de la Sadc à Gaborone, Botswana ».

Augusto Salomao, secrétaire exécutif du bloc économique régional a précisé : « C'est le dernier effort [...] pour tenter de convaincre toutes les parties qu'elles doivent prendre part à la feuille de route pour le bien de leur peuple. […] Ce sera la dernière rencontre », a-t-il prévenu.

Le Sommet a donc pris soin de ne pas trancher sur la feuille de route élaborée par l'équipe de médiation qu'il avait mandatée. Il a préféré se cantonner à indiquer qu'il a « examiné le rapport du médiateur de la Sadc sur Madagascar, [...] notant l'évolution de la feuille de route ».

La résolution du Sommet fait défiler le film des différentes discussions allant des Sommets de Maputo, en passant par celui d'Addis-Abeba ou encore la « réunion de la dernière chance » à Pretoria.

Derrière le communiqué final et malgré les explications d'Augusto Salomao, beaucoup de questions semblent rester en suspens. Des zones d'ombre subsistent sur le sort de la feuille de route et sur la sortie de crise. On est pour l’heure incapable de dire qui sont les « parties prenantes » convoquées pour cette ultime réunion, dans la mesure où deux approches restent sur la table, à savoir l'approche « parti » et l'approche « mouvance ».

On ignore également si le Sommet a déjà défini des scénarios ou s’il compte arrêter l’ordre du jour avec les entités sollicitées. Il en est de même de la position de la Sadc en cas de nouvel échec des discussions. L’Organisation régionale semble remettre en cause indirectement les décisions prises par le pouvoir de Transition après le paraphe de la feuille de route, notamment la formation du gouvernement dit « d'union nationale ». Il n’est pas fait mention non plus de l’adoption de la nouvelle Constitution.

Pour Tribune, les apparences laissent à penser que les déplacements des différentes délégations officielles de la HAT dans les pays de la Sadc n’ont servi à rien. Les déclarations du ministre des Affaires étrangères de Maurice en faveur de la feuille de route et son appel lancé à la communauté de la Sadc et à la communauté internationale n’ont pas permis d’infléchir la position des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Organisation régionale. Il semble évident que l’un des plus gros points de discorde au sein de la Sadc porte sur la possibilité de retour de Marc Ravalomanana à Madagascar pour se porter candidat aux élections présidentielles.

Pour L’Express, la rencontre de Gaborone pourrait être considérée comme une victoire, même relative, des mouvances des trois anciens présidents qui avaient revendiqué un tel rendez-vous de toutes les parties prenantes. Il reste à savoir comment va réagir le régime de Transition et les formations politiques qui ont paraphé la feuille de route.

Devançant cependant la tournure prise par les évènements, Jean Lahiniriko, vice-président du CST et président de l’UDR-C, une plateforme soutenant Andry Rajoelina, avait indiqué avant le début du Sommet de Windhoek : « Il n'y a que les élections qui constituent la seule voie de sortie de crise. Les autres propositions ne sont qu'une diversion ».

Des partisans du régime se sont pourtant montrés optimistes à l’issue de ce Sommet, croyant lire dans la résolution finale la bénédiction de la Sadc pour les actions engagées. « La feuille de route est OK. Il n'y a pas eu d'objections et il ne devrait pas y avoir de contestation », s'est réjouie Lanto Rakotomavo, vice-présidente du CST. Une caravane pro-régime a même circulé dans les quartiers d’Antananarivo pour annoncer la bonne nouvelle.

Madagate, site pro-régime, titre : « Feuille de route pour Madagascar acceptée ». « Une dernière étape à Gaborone achèvera sa mise au point finale. Ultime chance pour les politiciens des trois mouvances de participer à la Transition dirigée par Andry Rajoelina. […] Tomaz Salomao, le secrétaire exécutif de la Sadc, à la clôture du Sommet, a déclaré que « le sommet extraordinaire avait décidé de faire un dernier effort pour essayer de les convaincre de la nécessité d’appliquer la feuille de route ».

Commenter cet article