Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

FLASH INFO

14 Juin 2011, 21:39pm

Publié par rovahiga

Déclaration à la presse du président de la HAT

 

Sur la résolution du sommet de Sandton

Rajoelina et le pouvoir de fait s’en tiennent à la feuille de route du 09 mars dernier paraphée par les partis présents ce jour là au CCI d’Ivato. Rajoelina réitère que cette feuille de route a été rédigée par la SADC elle-même, qui a précisé que les résolutions mentionnées ne peuvent souffrir d’amendement, ni d’aucun rajout ni  d’aucune soustraction, ni d’un véto. D’où la décision ferme et définitive de continuer dans la voie tracée par cette feuille de route pour sa réalisation dans son intégralité. Le régime de la HAT condamne et rejette la résolution prise par le sommet de Sandton du 13 juin 2011.

 

Sur les exilés

Sur le retour des exilés, le retour du président Ratsiraka Didier ne pose aucun problème. En ce qui concerne le président Ravalomanana Marc, le refus est catégorique car il a été stipulé que son retour dépend de la situation dans laquelle vit le pays et ne pourrait être envisagé avant que la situation le permette. En outre, aucune impunité ne sera acceptée et monsieur Ravalomanana doit répondre de ses crimes envers la nation. La HAT agit par la reconnaissance de la SADC de son Indépendance à décider du sort de ces exilés.

 

Sur la CENI

D’autre part, Rajoelina décide de donner toute l’aide qu’il faut à la CENI pour qu’elle puisse accomplir sa mission.

 

rov@higa

 

 

D'une autre source:

 

6h24 - 14/06/2011: Andry Rajoelina dans son point de presse de cette fin d'après midi a annoncé que la HAT va procéder à la mise en oeuvre de la feuille de route rédigée par la Sadc. Il a aussi précisé qu'il n'était pas contre le retour de Didier Ratsiraka; quant à Ravalomanana il pourra revenir quand le moment s'y prêtera et quand le pouvoir actuel l'aura décidé et devra répondre de ses actes auprès de la justice à son retour. Pour finir, il a déclaré que le soutien sera apporté à la Ceni pour la tenue d'élections crédibles, transparentes avec ou sans l'appui de la communauté internationale.

 

 

Selon AFP :

 

L'armée, la gendarmerie et la police malgaches sont opposées au retour dans le pays de l'ex-président Marc Ravalomanana, aujourd'hui en exil, ont annoncé les commandants des trois corps de sécurité lors d'une déclaration officielle à Antananarivo.

"Les forces de l'ordres malgaches composées de l'armée, de la gendarmerie nationale et de la police nationale (...) s'opposent fermement au retour dans l'immédiat de l'ancien président Marc Ravalamonana pour préserver l'ordre et la sécurité publique", ont-ils déclaré devant la presse dans la caserne abritant le commandement de la gendarmerie à Antananarivo. "Les forces de l'ordre expriment leur détermination à prendre toutes les dispositions nécessaires dans la mise en oeuvre de la présente déclaration", ont-ils ajouté.

Cette déclaration est co-signée par le chef d'état-major général des armées, le général de brigade André Ndriarijaona, le commandant de la gendarmerie, le général de brigade Jean Bruno Razafindrakoto et le directeur général de la police nationale, le contrôleur général Désiré Ranaivoson.

Cette prise de position fait directement référence aux conclusions du sommet de la Communauté de développement d'Afrique Australe (SADC) du 12 juin en Afrique du Sud, qui a demandé au régime actuellement en place à Madagascar de permettre le retour des réfugiés politiques, "y compris M. Marc Ravalomanana". Madagascar est engluée dans une crise politique et économique grave depuis le renversement en mars 2009 du président Marc Ravalomanana par le maire de la capitale, Andry Rajoelina, avec le soutien de l'armée.

 


Commenter cet article