Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

EDUCATION, EDUCATION, EDUCATION.

4 Janvier 2011, 12:14pm

Publié par rovahiga

 

Tous nos hommes politiques se ruent sur la brèche ouverte de part et d’autre pour se faire un nom, et tant que se peut devenir d’un coup le chantre de la réconciliation. Etant ce qu’ils sont, on n’est même pas étonné d’entendre les grosses gueules et autres « courtisans de la cour »  prêcher le « Fihavanana » pour une fois dans le bon sens. Passez deux ans à diaboliser les gens, à les trainer au tribunal, les enfermer dans les prisons, à les harceler et les menacer de tous les maux pour finir par les adopter à cause de leur disponibilité à dialoguer, il faut le faire. Vous nous direz que c’est la politique, et vous avez raison. Seulement il y a eu morts d’hommes, des destructions de biens aussi bien publics que privés qui se chiffrent à des milliards d’ariary ou même d’euros. C’est trop cher payer ! Loin de nous l’idée de rejeter les solutions pour trouver une issue à la crise, mais nous voulons tirer l’alarme sur la pratique de la chose politique dans ce pays. Nous ne sommes pas obligés de suivre les mœurs, us et coutumes de ce qui ne possèdent pas le « Fihavanana » comme valeur de référence. Il n’est pas nécessaire d’être devin pour dire qu’on est encore loin de sortir de l’auberge. Entretemps, nos jeunes se préparent à emprunter les mêmes chemins que leurs ainés ont tracés en dehors de toute honnêteté et intelligence et ce ne sont ni la constitution, ni les lois qui changeront quoi que ce soit.

Comment redresser la barre ? Que les dirigeants montrent vraiment le sens du devoir, mettent en valeur le digne comportement d’un citoyen afin que la nouvelle génération se corrige d’elle-même, mais surtout que les éducateurs de tout bord puissent s’en inspirer pour leur indiquer la route à ne pas quitter. L’éducation devrait recouvrer son vrai sens.

Nous empruntons l’article de www.sobika.com/ pour nous faire mieux comprendre, et pour que chacun puisse se définir par rapport  à ce problème.

 

rov@higa

 

Voeux 2011 : reduire le déficit comportemental malagasy

http://www.sobika.com/edito.php?idnews=16544

 

Les voeux de bonne année n'en finissent plus d'arriver et comme 100% des gens, nous souhaitons une bonne année à tous ! Mais en ce qui concerne nos voeux, nous allons essayer de faire dans le concret. En 2011, nous espérons de tout coeur que ce sera l'année du changement des comportements des malgaches. En 2011, souhaitons qu'une politique d'éducation civique et comportementale soit mise en place par les ministères de tutelle ( ministère de la population, ministère de l'enseignement, ministère de la santé, ministère de la fonction publique ) pour que Madagascar puisse réellement changer intrinsèquement. Changer les comportements, qu'est ce que cela veut dire ? Cela veut dire, apprendre les règles de politesse de base : savoir dire bonjour, savoir dire merci, savoir dire au revoir. On pense à l'école bien sûr, mais les entreprises malgaches ont aussi leur carte à jouer en apprenant à leur personnel "commercial" à se comporter de manière civilisée.  Quand un client entre " c'est bonjour, merci, au revoir" . Idem pour le ministère de la fonction publique : qu'il apprenne à ses fonctionnaires à être au service de la population et non contre la population. Cela passe par un accueil cordial tout simplement .L'un des problèmes des malgaches, c'est qu'ils vivent dans une frustration continue : frustration de position sociale, frustration financière, frustration culturelle...Cela a pour effet de pervertir les relations sociales. Ainsi, dès qu'un malgache possède un "droit" ou un pouvoir, dans l'administration, dans les relations professionnelles ou dans les relations familiales, ils abusent de leurs positions. Cela conduit à des comportements "mauvais" comme certains maitres de maison contre leur employés de maisons ( où le code du travail n'existe pas ), comme ces chefaillons de services contre leur subalterne ou comme ces examinateurs du permis de conduire qui se prennent pour Dieu le Père, alors qu'ils sont incapables d'apprendre aux malgaches qu'il faut rouler sur la file de droite quand on est sur une voie rapide par exemple. Oui, les malgaches ont un grave déficit de comportement civilisé et c'est à cela qu'il faut travailler en urgence si on veut faire progresser le pays : respecter l'autre pour se respecter soi même, c'est la base. Si Madagascar est un pays pauvre, un pays en crise, avec une classe politique vénale et népotiste, c'est parce que nous n'avons pas les bases d'une éducation civique et comportementale saine et progressiste. Changer les comportements c'est possible...Il suffit d'avoir des idées et de la volonté. Mais c'est là que le bat blesse. On a des ministres qui gère des ministères, pas des ministres qui savent innover, bref difficile d'avancer avec eux. Sur ce, bonne année en 2011 et notre conseil : ne comptez que sur vous même, c'est le meilleur moyen de ne pas être déçu.

 

Commenter cet article