Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

Désastre politique et social à Madagascar

20 Mars 2011, 10:12am

Publié par Jean Ribeaud

Nous vous invitons à suivre le débat qui se déroule sur le site de MADALIBRE suite à l’article (très interessant) de Jean Ribeaud ci-après, et de donner votre avis par rapport à ce que nous vivons actuellement à Madagascar.

rov@higa

Désastre politique et social à Madagascar

http://madalibre.wordpress.com/2011/03/19/desastre-politique-et-social-a-madagascar/#comments

MADALIBRE : NEWS ET DEMOCRATIE

 

José Ribeaud, journaliste, spécialiste de la grande île, tire un bilan des deux ans au pouvoir de l’autocrate Andry Rajoelina, qui prétendait démocratiser le pays. Résultat, les caisses sont vides, le pillage des ressources et la terreur règnent en maître.

Le 17 mars 2009, un putsch mené par un quarteron d’officiers malgaches contraignit l’ex-homme d’affaires Marc Ravalomanana à abandonner le pouvoir et à s’exiler. Pendant sa présidence (2002 à 2009), il s’était attiré l’antipathie de la France, l’ancienne puissance coloniale, et la colère d’une large frange de ses concitoyens qui lui reprochaient de confondre ses propres intérêts avec ceux de la nation. Un jeune francophile à l’ego démesuré, Andry Rajoelina (36 ans), maire de la capitale Tananarive et instigateur du coup d’Etat, s’empressait de monopoliser le pouvoir. Il voulait, clamait-il, gérer la transition et organiser des élections. En deux ans de gouvernance chaotique, de promesses reniées, d’accords non appliqués, cet «enfant capricieux» comme le qualifie un diplomate français a précipité la grande île de l’océan Indien dans une crise économique, sociale, humanitaire et écologique sans précédent.

 

Le pouvoir d’achat de la population régresse, le chômage de masse explose, l’analphabétisme progresse, les caisses de l’Etat sont vides, les grèves du personnel enseignant et administratif s’étendent, les prix des produits de première nécessité augmentent, la santé publique se dégrade, le tourisme stagne.

Les bailleurs de fonds internationaux et les investisseurs étrangers désertent l’île en raison de l’insécurité, du racket, des pillages et de la corruption omniprésente. Plusieurs gouvernements retirent ou ne remplacent pas leurs ambassadeurs. L’Union européenne, l’Union africaine et les Etats-Unis ont pris des sanctions à l’encontre de Rajoelina et de ses affidés. Le FMI a suspendu son aide et la Banque mondiale a abandonné le pays à son sort. La France joue, dans cette tragédie, un rôle ambigu. Le président Sarkozy a convenu qu’il s’agissait d’un coup d’Etat mais, sans la complaisance des diplomates français, le président putschiste aurait déjà dû plier bagage.

 

Toutes les tentatives de médiation de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) mandatée par l’Union africaine et toutes les propositions malgaches de sortie de crise achoppent sur l’intransigeance de l’impulsif et versatile autocrate. Quiconque s’enhardit à suggérer des solutions pour un retour à l’Etat de droit est traîné devant la justice. Ainsi, le professeur Raymond Ranjeva, ancien vice-président de la Cour internationale de justice et ancien recteur de l’Université de Tananarive, doit répondre de «complicité dans un complot pour atteinte à la sûreté de l’Etat». Son délit: la publication d’une feuille de route pour sortir de la crise. Ce sexagénaire intègre bénéficie d’une exceptionnelle aura internationale. Il pourrait former un gouvernement d’union nationale constitué de techniciens et de technocrates sans appartenance politique. Cette équipe serait chargée de gérer les affaires courantes, de rétablir l’ordre constitutionnel et d’organiser des élections parlementaires et présidentielles libres, transparentes et supervisées par des observateurs étrangers. Un tel processus démocratique est irréalisable avec les quatre mouvances qui se disputent la présidence, les ministères et les quelque trois cents formations politiques qui aspirent à des postes rémunérateurs. Pour preuve, les bisbilles et refus provoqués par la plus récente feuille de route négociée ces jours derniers par le médiateur africain.

 

Récemment, le président autoproclamé a prétendu avoir échappé à un attentat. Mais personne, à part son chauffeur, n’a été témoin de cet inoffensif guet-apens. La psychose du complot est prétexte à des arrestations arbitraires, des inculpations fantaisistes, des perquisitions brutales, des interrogatoires musclés de journalistes et de leaders de l’opposition. L’armée est désorganisée, divisée, politisée. La récompense promise aux officiers supérieurs aux ordres du pouvoir arrive sous forme d’étoiles de général. Certains se mutinent. D’autres s’adonnent à un trafic illicite de bois précieux: bois de rose, de palissandre et d’ébène. La direction du zoo de Zurich, qui finance depuis 15 ans la protection d’un parc national sur la péninsule de Masoala, affirme que des milliers de personnes détruisent et pillent la forêt pluviale en toute impunité. L’agence américaine pour le développement international (USAID), principal donateur pour la protection de la biodiversité à Madagascar, constate que des centaines d’arbres sont coupés chaque jour dans des forêts protégées puis exportés vers la Chine.

 

Il y a eu en novembre dernier l’adoption par référendum unilatéral d’une nouvelle Constitution qui légitime le coup d’Etat et fait de la justice un instrument du pouvoir. Mais ce n’est pas la proclamation de la IVe République qui soulagera la misère des quelque 20 millions de Malgaches. Ceux-ci attendent des autorités qu’elles rétablissent les libertés civiques et l’ordre constitutionnel, relancent l’économie, luttent contre les injustices sociales et fassent bénéficier la population des produits de l’exploitation par des compagnies étrangères des hydrocarbures et des gisements de minerais précieux.

 

En deux ans, Andry Rajoelina a fait la démonstration de son incompétence dans la gestion des affaires publiques et de sa répulsion à consentir des compromis pour rassembler les forces vives du pays. Avant-hier, il a reconduit au poste de premier ministre Camille Vital, un général à ses ordres. Il l’a chargé de former un gouvernement prétendument d’union nationale. Ce remaniement ministériel est boycotté et déjà contesté par les principales mouvances de l’opposition. La classe politique démontre une fois de plus son incapacité à surmonter ses dissensions et à s’unir pour sortir Madagascar du cycle infernal du sous-développement, de l’insécurité et de la misère.

 

José Ribeaud

Commenter cet article