Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

DEMOCRATIE ? TOUT UN CIRQUE !

15 Septembre 2011, 16:12pm

Publié par rovahiga

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2011/09/paon-1.jpg

Photo: tananews.com

 

Qui font les spectacles pour amuser la galerie dans un cirque : Les clowns, et les animaux dressés ! Maintenant, lisez ce qui suit et vous en serez fixés sur notre « démocratie ». Une seule question cependant, comment agiraient les forces de l’ordre si l’opposition se manifestait aussi ? Les dindons de la farce, ce sont bien les forces de l’ordre ! La honte pour toute une institution dernier rempart de la légalité.

 

rov@higa

 

 

Accueil de la délégation ministérielle de la SADC : un cirque !

http://www.madagascar-tribune.com/Accueil-de-la-delegation,16401.html

L’arrivée des différentes vagues de la mission technique composée de hauts fonctionnaires de la Troïka de la SADC, mais surtout de la délégation ministérielle, a fait l’objet de campagne médiatique et d’un accueil spécial. La télévision nationale rediffuse depuis quelques jours un condensé des événements du 7 février 2009 et les hauts faits du président de la HAT.

Ce mercredi 14 septembre, des minibus ont été affrétés pour transporter des étudiants à Ivato. L’EXOPOLES, dissident de l’ESCOPOL, a organisé une manifestation bien encadrée et tenue sous les yeux des forces de l’ordre, le long de la route près de l’aéroport ; soit disant pour faire pression pour que la SADC et les acteurs politiques mettent fin à la crise sinon, selon son chef, Cyrille Rasambozafy, le groupement incitera et conduira une descente dans les rues. Des haies de foules nombreuses apparemment racolées ici et là ont brandi des banderoles réclamant, ici à l’adresse de la SADC, une solution à la crise ; là-bas, des banderoles signifiant à la SADC que Marc Ravalomanana est un assassin.

Mais le plus « ingénieux » ou le plus spectaculaire aura été ce parterre de jeunes gens, vêtus de tee-shirts blanc (distribués pour l’occasion) entachés de peinture pour figurer le sang et allongés pour donner l’impression de cadavres gisant sur le sol à l’entrée du site de l’hôtel Paon d’or Ivato.

Et tout cela sans que les forces de l’ordre n’interviennent, même s’il y avait gêne à la circulation des piétons. Il aura fallu que ces manifestants tentent d’entrer dans l’enceinte du site du Paon d’or pour que les forces de l’ordre lèvent le petit doigt pour les en empêcher.

Voulait-on dans ce jeu de cirque impressionner ces hauts fonctionnaires et surtout ces ministres de la SADC qui sont arrivés cet après-midi du mercredi 14 septembre ? En tout cas, le ministre mauricien des Affaires étrangères, Arvin Boolel, arrivé en tant que président de la COI mais également représentant du pays membre de la SADC ayant proposé l’envoi d’une Troïka ministérielle, et le vice-ministre des Relations internationales et de la Coopération de la République sud-africaine, Marius Fransman, ont vu les manifestants mais il très peu probable que ce spectacle les ait bouleversé outre mesure dans leur mission. Car finalement c’était enfantin d’autant plus que les médias de l’époque avaient déjà très largement diffusé et étayé le carnage.

 

Macabre scénario !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=19917:macabre-scenario-&catid=42:editorial

En politique, tous les coups sont permis et c’est de bonne guerre si, profitant que l’adversaire est interdit de manifester en dehors d’un espace clos, l’on se permet de monter toute une mise en scène à Ivato pour impressionner les ministres de la Troika sur une soi-disant aversion que porteraient les habitants de Tana à l’endroit de l’ancien président Ravalomanana dont le retour sans condition figure dans la feuille de route de la SADC.

Ainsi en dehors des vaines tentatives de racoler les étudiants de l’Université d’Ankatso en affrétant des bus pour accueillir nos hôtes de marque et l’enrôlement de figurants qui déploient des banderoles dénonçant le retour de l’exilé, il y a eu ces figurants en tee-shirt sanglants allongés par terre rappelant la tuerie d’Ambohitsorohitra à Ivato. Comme scénario macabre, qui ferait mieux ?  C’est pathétique peut-être mais pas loin du ridicule ! En effet, le monde entier a déjà visualisé de drame via internet et a en mémoire les images tragiques, d’autant plus que des enquêtes internationales ont été effectuées dont on attend les résultats. Alors émouvoir ces représentants de la Troïka par cette mise en scène et les faire changer d’avis subitement - si tel est l’objectif des réalisateurs, semble puéril. D’ailleurs, pour ces ministres de la Troïka, l’amendement de la feuille de route par le Dr Salomao que les proches du régime veulent à tout prix signer, est une «erreur» qu’ils entendent rectifier…

Et que dire de cette présence dissuasive des forces de l’ordre à Ivato ? Etait-elle là pour empêcher les dérives et pour protéger les illustres représentants de la Troïka ? Ou bien tient-on vraiment à montrer à ces derniers que la question sécuritaire ou politique n’est pas encore propice ou opportune pour le retour de Ravalomanana ?

Des gesticulations inutiles quand même, selon des observateurs qui estiment qu’à ce stade de haute politique, ni les états d’âme ni les intimidations n’entrent plus en ligne de compte. A preuve, la Troïka après avoir rencontré le G10 au Paon d’Or persiste toujours dans ses arguments en soulignant l’«erreur» du Dr Salomao. Une «erreur» inconcevable et impossible rétorque un membre influent du G10 qui ne signerait une autre feuille de route que celle de Salomao. D’ailleurs, à l’heure où nous mettions sous  presse, ce dernier brille toujours par son absence alors que sa venue à Madagascar était programmée le 13 septembre dernier.

Quoi qu’il en soit, il reste encore deux jours pour ce dialogue de sourds.

 

1 poids 2 mesures

http://www.tananews.com/2011/09/2-poids-2-mesures/

Nous avons volontairement retardé l’éditorial de cette semaine pour pouvoir garder une certaine distance par rapport aux événements et notamment l’arrivée de cette délégation de la SADC à Madagascar en vue de la résolution de la crise.

En espérant secrètement qu’un mini miracle aurait lieu et que les protagonistes, dans un ultime sursaut, mettront de côté leurs intérêts partisans au profit enfin du fameux intérêt supérieur de la nation.

Résultat des courses ? Rien. Toujours rien. Au contraire.

Tout d’abord, aller accueillir les délégations de la SADC avec des banderoles « pro pro » ou « anti anti », nous sommes désolés pour les champions de la communication qui ont eu cette brillante idée, mais c’est complètement nul, immature et stupide.

La SADC, malgré ses évidentes contradictions internes, n’est pas là pour forcer qui que ce soit à signer quoi que ce soit : elle va faire ses propositions et ce sera à prendre ou à laisser. Donc, le coup des banderoles et du soi-disant vahoaka qui crie au « Marc Ravalomanana assassin » est digne du grand n’importe quoi, même avec des banderoles soigneusement commandées en grand nombre par on ne sait qui (ou au contraire on sait très bien par qui), avec les T Shirts « tâchés de sang » bien comme il faut.

Deuxio, 1 poids 2 mesures titrons nous. Si des hurluberlus payés on ne sait combien s’arrogent le droit de se pavaner au Paon d’or, sous encadrement (protection?) du FIS, la liberté de manifester existe donc bel et bien à Madagascar et rien n’empêchera donc les excités du Magro de faire de même aujourd’hui ou demain ?

Un fait est cette fois mis au grand jour : une petite poignée d’individus tiennent bel et bien Madagascar en otage et mettront tout en œuvre pour protéger leurs intérêts personnels, et ce, à tout prix. À n’importe quel prix. Quitte à provoquer un bain de sang voire même, comme dirait l’un de nos brillants politiciens, à aller jusqu’à la « Somalisation » de Madagascar.

Nous sommes peut être alarmiste, mais jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, le constat s’impose : la situation s’aggrave.

 

Commenter cet article