Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

COMMUNIQUE DES AGENTS PUBLICS DE L'ETAT

30 Mai 2011, 17:31pm

Publié par PCAPE

PLATE-FORME DE CONCERTATION 

DES AGENTS PUBLICS DE L’ETAT 

P C A P E

MADAGASCAR

 

COMMUNIQUE

 

Suite à la réunion des membres de bureau de la Plate-forme de Concertation des Agents Publics de l’Etat, ( PCAPE ) en date du 17 Mai 2011, nous avons l’honneur de dresser le présent communiqué, pour faire part à qui de droit, la position de la PCAPE Madagascar, quant aux différentes déclarations du Sieur Andry RAJOELINA, sur les antennes de la TV5 France le 15 Mai 2011, ainsi qu’à son arrivée à l’aéroport International d’Ivato dans la soirée du même jour.

 

DE L’AMINISTIE .

Tout d’abord, nous clamons haut et  fort pour la énième fois, qu’il n’y a jamais eu au mois de Février 2009 à Madagascar, un soulèvement populaire, contrairement à ce que M. RAJOELINA prétend,  mais bel et bien un putche militaro-civil. Les archives des différents média ( télévisé, écrit, parlé ) tant nationaux qu’internationaux en témoignent, ainsi que les révélations des différents acteurs principaux, et militaires de surcroît, en la personne du colonel  Charles ANDRIANASOVINA et du colonel Noël RAKOTONANADRASANA  tous deux « commandants » à l’époque.

 

M. RAJOELINA a volontairement omis de déclarer que c’est lui qui  a donné en personne,  l’ordre de prendre d’assaut le palais présidentiel d’Ambohitsorohitra, après avoir donné sa bénédiction à ses partisans. C’est son premier ministre putchiste comme lui,  qui a conduit la foule, comme des bêtes à l’abattoir, sachant pertinemment qu’ils les emmènent vers un lieu hautement stratégique en zone rouge.  Dès lors que la garde du palais présidentiel n’aurait fait que son devoir, les tirs meurtriers venaient de derrière et dans la foule même qui est dupe,  ainsi que  du côté des deux  bâtiments publics du trésor et du ministère des finances canalisant la foule. Etat de fait  vérifiable auprès des archives des médias nationaux et internationaux de l’époque.

Et que dire de tous ces patriotes tombés sous les balles des  putchistes, devant le palais de justice à anosy et à Ambohijatovo au mois de Septembre 2009, à l’ FIGN  le 20 Mai 2010,  et on en passe.

Que dire de tous ces innocents morts brûlés vifs, lors du pillage du trading Center à Analakely, ? de ces innocents morts écrasés, sous des tonnes de sacs de riz lors du pillage des magasins de stockage du MAGRO , actes prémédités et fomentés par les putchistes?

 

De tout cela il ressort que M. RAJOELINA  n’a pas du tout , mais pas du tout les mains propres, comme il veut le faire croire. QUI DONC A RELLEMENT BESOIN D’UNE AMNISTIE  DANS CE PAYS ?

S’il lui reste une once d’honnêteté, il devrait accepter la tenue d’une enquête internationale sur ces évènements de février 2009 à Madagascar.

 

 

DE LA CANDIDATURE  DE M. Andry  RAJOELINA  POUR LA PRESIDENTIELLE.

Que M. Andry RAJOELINA revienne sur sa décision n’est pas chose nouvelle et ne surprend

plus personne. C’est plutôt le motif de son volt face qui mérite d’être soulevé. En effet, il a déclaré « qu’il n’est plus lié à sa parole », du fait que la communauté internationale n’a pas tenu la sienne   : cette dernière disait-il n’avait pas reconnu jusqu’à présent son régime (de facto ), gage de sa non candidature à la présidentielle. Quel culot !  Est-il au moins conscient de ce qu’il déclare?

M. Andry  RAJOELINA a-t-il oublié qu’il avait déjà dans un passé récent renié sa signature à l’instance internationale ( quid de la charte de Maputo ) ?

 

De tels comportements -  changeant, imprévisible et menteur – émanant d’une personnalité se voulant d’Etat, inciteraient plus d’un, à  plus forte raison  la communauté internationale,

à réfléchir.

Qu’il se présente à la présidentielle importe peu. Mais qu’il interdise de l’autre côté les autres, de se présenter,  témoignent d’une certaine dictature et prouvent un réel anti-démocratie, de la part de l’intéressé. Pourrait –on faire confiance à un tel individu ?

DE LA  REUNION DES QUATRE CHEFS DE FILE DE MOUVANCEN, POUR UNE SORTIE DE CRISE MALGACHO-MALAGASY.

M. Andry RAJOELINA a déclaré que l’heure n’est plus à la négociation, et qu’il ira jusqu’aux élections, quoi qu’il en sort  du sommet de la SADEC le 20 Mai 2011 prochain.

Cela confirme ce que nous venons d’énoncer un peu plus haut à propos d’une  dictature à peine voilée de M. Andry RAJOELINA.

Ici encore il veut rééditer le forcing qu’il a fait pour la tenue unilatérale du « Fihaonambem-pirenena » et  du soi disant référendum qui le conforterait à la tête de sa transition et plus tard de la quatrième république.

 

EN CONCLUSION,

Nous, membres de bureau du PCAPE Madagascar, condamnons énergiquement les déclarations plus que provocatrices de M. Andry RAJOELINA d’une part, et que d’autre part nous nous posons la question sur le comportement réel de la Communauté internationale   :

-          Pour  n’avoir pas pris ses responsabilités, étant le garant de l’application de la charte de la transition établie à Maputo, (Accord politique de Maputo Chapitre X – Dispositions finales   : rôle de la communauté internationale, articles 20 et 21, du 08.08.09) de ladite charte, alors qu’un des signataires a purement et simplement  renié la sienne,

-          Pour avoir envoyer à Madagascar,  un arbitre partisan et non un médiateur en la personne du Dr Simao,

-          Pour avoir établit une feuille route, alors que la convention de Maputo n’est pas encore caduque, et

-          finalement, pour n’avoir pas su appliquer les sanctions internationales frappées à l’endroit des putchistes.

 

Antananarivo, le 17 Mai 2011

 

LES MEMBRES DE BUREAU

 

 

Source: MyDago.com

Commenter cet article