Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

Collectif pour La Défense des Terres Malgaches – TANY

14 Décembre 2011, 11:47am

Publié par rovahiga

Collectif pour La Défense des Terres Malgaches – TANY
Maison des Associations du 11ème  -  boîte n°89
8, rue du Général Renault
75011 – Paris – France


Destinataires :

Monsieur Le Président de la Haute Autorité de la Transition,
Monsieur Le Premier Ministre,
Monsieur Le Vice Premier Ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du Territoire,

Objet : Demande de transparence sur les terres malgaches



Monsieur Le Président de la Haute Autorité de la Transition,

Depuis sa création le 29 décembre 2008, en vue de « défendre les terres malgaches en collaboration avec les populations et organisations à Madagascar », le Collectif pour la Défense des Terres Malgaches – TANY, a demandé aux autorités de faire preuve de transparence sur tous les dossiers relatifs aux terres.

Le Collectif TANY a réitéré cette revendication majeure dans la pétition « Halte aux expulsions des familles malgaches et à l’accaparement des terres à Madagascar » qui a été envoyée aux autorités et aux medias malgaches le 12 septembre 2011 (1).

Différentes informations inquiétantes concernant des transactions sur les terres malgaches circulent ces derniers temps sans que les hauts responsables de l’Etat malgache ne réagissent.

Nosy Be. Des extraits de l’émission « Combien ça coûte » de la télévision française TF1 ont été largement diffusés sur Internet ces dernières semaines ; plusieurs personnes françaises y déclarent avoir acheté des terrains à Nosy Be pour 2 euros le m2 (2).

Les responsables de l’Etat sont priés de bien vouloir informer les citoyens sur ces ventes et préciser le statut actuel des terres de l’île de Nosy Be. Combien d’hectares appartiennent désormais à des étrangers et qui sont-ils ?

Par ailleurs, la disparition des plantations de canne à sucre de Nosy Be, de Dzamandjar et des environs d’Ambilobe serait due à la vente et à la distribution des terrains de l’usine Sirama par lotissements. Qu’en est-il exactement ? Qui a mené les transactions? L’Etat, la région, les communes  ou une autre entité ? A qui ont profité les ventes et distributions ?

Nosy Iranja, près de Nosy Be, et Nosy Mitsio (3), dans la baie de Diégo-Suarez, sont également mentionnés parmi les territoires malgaches vendus à des étrangers. Il est urgent que les autorités malgaches délivrent des informations précises sur ces îles d’autant plus que Nosy Mitsio est un lieu sacré pour les populations de la région.

La région Ihorombe, dans le Centre Sud de Madagascar, est victime d’accaparements de terres de vastes surfaces par deux investisseurs bien identifiés, les sociétés Landmark d’origine indienne et Tozzi Green, d’origine italienne. Comme de nombreux Malgaches des autres régions, nous avons appris en août 2011 que des évènements graves s’y déroulent depuis quelques années : des intimidations diverses, des déplacements de populations, des destructions de tombeaux et d’autres encore (4). Nous condamnons ces faits et demandons l’intervention des autorités pour un arrêt définitif de ces actes inacceptables perpétrés par ces deux sociétés dans le cadre de leur installation respective. Des informations complémentaires nous ont appris que Tozzi Green aurait acheté au moins 52 ha et disposerait actuellement de 100 000 ha en bail emphytéotique. Cette société prévoit une énorme extension de ses exploitations dans le futur.

Nous demandons aux autorités que toute la lumière soit faite en priorité sur les ventes déjà réalisées ou en cours dans les zones citées. Devant la gravité des faits dans l’Ihorombe, il est particulièrement urgent que  les citoyens malgaches soient informés sur l’ensemble des transactions réalisées ou en cours de négociation dans cette région.

Dans tous les cas de transactions sur les terres, les autorités doivent rendre transparents les détails en précisant la vente ou la durée du bail, les noms des acheteurs ou locataires, les surfaces concernées, la nature des productions envisagées, la destination des produits.

Nous incluons dans ces revendications une transparence sur les contrats miniers, notamment ceux de la société indienne Varun qui a annoncé la découverte d’énormes gisements de minerais précieux et rares dans plusieurs régions, incluant l’Ihorombe (5). L’ouverture d’un guichet unique pour les services des domaines et topographie à Ihosy en juillet 2011 laisse présager d’un nombre important de délivrance de titres fonciers et d’autres actions à venir sur les terres dans l’Ihorombe (6). L’annonce d’un projet d’aéroport confirme l’importance des productions agricoles et minières destinées à l’exportation attendues dans cette région (7).

La Constitution votée le 17 novembre 2010 mentionne la transparence sur les informations concernant les terres dans son article 34 (8). Par ailleurs, Madagascar a adhéré à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries d’Extraction (9). Cela signifie que les autorités doivent mettre en place différents moyens de consultation des citoyens et d’information du public sur les contrats et ventes des ressources naturelles.

Comptant sur votre réponse rapide à notre requête, nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Président, l’expression de notre très haute considération.

Paris, le 13 décembre 2011

Pour le Bureau du Collectif pour la Défense des Terres Malgaches - TANY
La présidente du Collectif
Mamy Rakotondrainibe


(1) http://terresmalgaches.info/spip.php?article40

(2) https://www.facebook.com/video/video.php?v=307723729256534

(3) http://terresmalgaches.info/spip.php?article23

http://www.laverite.mg/actualites-a-madagascar/des-notables.html

Suite à la tentative d’acquisition de l’intégralité des terres de Nosy Mitsio par la société dite Assist Développement, et en dépit des explications selon lesquelles elle agit au bénéfice de la conservation et du développement de la région Diana, et qu’elle a fait ses preuves, les villageois restent sur leur garde et sont loin d’être rassurés.

« Pour être franc, Assist Développement ne nous apporte rien de nouveau dans sa prétendue politique de développement local et elle n’est pas la première à vouloir investir dans notre île, et sauf erreur de notre part, une étude socio-économique et un plan d’aménagement de celle-ci, certes concerté, sont déjà faits », explique un « Ray aman-dreny » de cette île. « Nous avons appris qu’un des directeurs de cette société, un certain Alain Chatard, et un responsable du service Topo, Velonjara dont nous tenons à préciser qu’il est à l’origine de nombreux litiges fonciers de cette région, ainsi que d’autres responsables de la localité, comptent débarquer chez nous dans les prochaines semaines pour une prospection de notre île et pour accélérer les dossiers se rapportant aux propriétés de tous les villageois. Dans quel but ? Nous l’ignorons, mais nous avons la nette impression que c’est une autre manœuvre de leur part pour entrer en possession de nos terres. Surtout, qu’ils ne nous disent pas qu’ils vont faire tout cela pour les beaux yeux de la reine », devait-il poursuivre. « Nous sommes peut-être des pauvres paysans, mais nous ne sommes pas dupes pour autant. Assist Développement n’aurait jamais voulu discuter si elle ne s’était pas aperçue que nous sommes déterminés à défendre les terres que nos ancêtres nous ont laissées après son forcing. Donc c’est par pure hypocrisie que ses responsables cherchent à se rapprocher de nous. Aucune société, ne s’est comportée comme cherche à faire Assist Développement avec nous. Nous sommes des citoyens malagasy à part entière et nous jouissons de tous nos droits. Ce n’est pas parce que le fils d’un haut dignitaire de l’Etat se cache derrière cette société que nous devons tous baisser l’échine devant ses hommes de main », devait renchérir un autre notable de la localité, avant de conclure qu’ils vont saisir le président Marc Ravalomanana s’il le faut, si ce fils à papa avec ses associés persistent dans leurs mauvaises intentions.

Quoi qu’il en soit, pour le bien de cette île et de ses habitants, et afin de pallier à une éventuelle révolte de ces derniers, les autorités compétentes doivent tenir compte de quatre grandes lignes, à savoir les propriétés et biens de ces habitants, les lieux sacrés, les autres demandes d’acquisition de terrains en cours, et l’utilité publique telle que routes, piste d’atterrissage, etc.

(4) http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=17943%3Aoctroi-de-terrains-aux-etrangers-attention-danger-&catid=57%3Ala-une&Itemid=1


(5)  http://www.varunmadagascar.com/index.php?option=com_content&view=article&id=64&Itemid=80&lang=fr ;
http://money.sulekha.com/varun-industries-ltd-varun-energy-corporation-madagascar-has-entered-into-a-memorandum-of-understanding-with-a-psu-under-dep_news_42132

(6) http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=13910:reforme-fonciere-un-guichet-unique-pour-ihosy&catid=45:newsflash&Itemid=58

(7) http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=12795:investissement-dans-lihorombe-les-multimilliardaires-du-golfe-persique-interesses&catid=45:newsflash&Itemid=58

Investissement dans l’Ihorombe: Les multimilliardaires du Golfe Persique intéressés

Mardi, 17 Mai 2011 06:05

Au cours de son déplacement dans la région d’Ihorombe, l’ancien Premier ministre Tantely Andrianarivo a annoncé qu’un investisseur de Dubaï visitera Madagascar avant la fin de cette année. L’ancien chef du gouvernement a souligné que l’ex-province de Fianarantsoa a reculé économiquement vu l’inexistence d’une desserte aérienne d’Air Madagascar dans l’ex-province de Fianarantsoa alors qu’il existe des aéroports pour les appareils de la compagnie nationale. A lui alors d’annoncer que l’investisseur dubaïote a été séduit par le potentiel de l’ex-province de Fianarantsoa qui serait intéressé par l’agro-industrie et qui serait disposé à investir 50 millions de dollars. Il s’agit du plus gros portefeuille financier investi dans cette partie de Madagascar, si cela se réalise.

Mais, à l’ancien Premier ministre de souligner qu’il faut mériter la confiance des investisseurs. Aussi, le projet ne verra le jour que lorsqu’il y aura une stabilité politique à Madagascar avec un gouvernement reconnu.

(8) Art. 34 de la Constitution soumise au referendum le 17 novembre 2010 : « […] L’Etat assure la facilité d’accès à la propriété foncière à travers des dispositifs juridiques et institutionnels appropriés et d’une gestion transparente des informations foncières. »

(9) http://eiti.org/UserFiles/File/keydocuments/factsheetaugust05french.pdf

Commenter cet article

Titany 06/04/2013 07:21


Et est ce que le phat a répondu a cette lettre ? en attendant pourquoi tous les habitants, tous les malgaches au courant de ces Faits ne réagissent pas? là  maintenant nous avons une
explication pour  les phénomènes remenabila et le saccage dans le sud soit disant pour chasser les dahalo, alors qu'en fait  il fallait exterminer les populations locales pour faciliter
l'implantation de tozzi green et varun ai nsi que landmark dansdans le sud! 


et allez voir la contrepartie de ces bails emphyteotiques !!! surement le financement de la candidature de certains aux prochaines elections ! et pourkoi personne ne dit rien et ne fait rien???