Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rov@higa

AIR MADAGASCAR: C'EST CONFIRME !

20 Avril 2011, 10:03am

Publié par fr.news.yahoo.com

http://www.az-aviation.com/forum/photos/air-madagascar-2.jpg

 

Les deux Boeing de la compagnie ne répondent plus aux normes de sécurité. Leur entretien est négligé faute de moyens financiers.

http://fr.news.yahoo.com/73/20110419/tfr-air-madagascar-interdite-sur-les-aro-0e31ec3.html

À deux reprises en moins d'un mois, les Boeing 767 d'Air Madagascar ont été contrôlés sur des aéroports européens et présentaient des défaillances graves. Un des avions a même été immobilisé trois jours au sol et autorisé à regagner Antananarivo, mais sans passager. Depuis le début de l'année, Bruxelles note plus d'une dizaine de problèmes techniques qualifiés de "majeurs" sur les avions. Ils doivent alors être réparés sur place. Une porte de soute, notamment, fermait mal et aurait pu s'ouvrir en vol en provoquant une dépressurisation brutale de la cabine. Lors du vol suivant, la réparation n'avait pas été correctement effectuée. Aussi la Conférence européenne pour l'aviation civile (CEAC), instance européenne qui réunit les directions générales de l'aviation civile, va-t-elle notifier demain à la compagnie malgache l'interdiction d'accès des aéroports des 27 pays européens et d'autres comme la Suisse.

Maintenance coûteuse

La compagnie elle-même n'est pas placée sur une liste noire, mais ce sont ses deux Boeing 767-300 qui ne sont pas souhaités dans les cieux européens. L'un, loué à Muzun Leasing One Ltd, date de 1991. L'autre, construit en 1992, appartient au loueur Airplanes. "Ces deux appareils sont de vrais boulets pour la compagnie, note un expert aéronautique. Ils consomment beaucoup d'un carburant très cher et, âgés, sont très coûteux en maintenance." Air Madagascar, qui dispose pourtant d'ateliers de maintenance réputés, n'a plus les moyens de les entretenir sérieusement. Avec le coût actuel du carburant, la trésorerie est très difficile à assurer et l'équipage doit payer comptant le plein de l'avion. Le contexte politique local, avec des élections toujours en attente, ne favorise pas une saine gestion de la compagnie. Les avions moyen-courrie... lire la suite de l'article sur Lepoint.fr 

Commenter cet article