Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SURVOL HEBDO 13/2011 - DU 26 MARS AU 03 AVRIL

Publié le par Justmad

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR

 

http://justmad.canalblog.com/archives/2011/04/03/20790950.html

 

La crise politique

 ±Formation du gouvernement Vital II « d’union nationale ». Après la récente reconduction de Camille Vital dans ses fonctions de chef du gouvernement, les portefeuilles ministériels ont été répartis entre les différentes tendances qui ont approuvé la feuille de route, au terme d'une laborieuse période de présélection sur CV et de consultations. Les forces politiques restées fidèles aux 3 anciens présidents ne sont pas représentées dans ce nouveau cabinet. Deux ministères d’Etat sont créés : l’Economie et l’Industrie revient à l’ambitieux Pierrot Rajaonarivelo, pourtant sous le coup d’une condamnation aux travaux forcés datant de 2006 et qui avait appelé à voter Non au référendum constitutionnel ; le portefeuille des Relations avec les Institutions, attribué à un dissident de la dernière heure de la mouvance Ravalomanana, symbolise l’inclusivité. D’autres anciens compagnons de lutte de l’ancien président font une entrée en force. La nouvelle équipe est composée de 32 membres. 8 ministres de l’ancien gouvernement sont reconduits à des postes clés. Le parti Tgv n’est représenté que par 2 ministres reconduits, les seuls « rescapés » des nominations intervenues sur la place du 13-Mai en février 2009. Au niveau régional, les provinces d’Antananarivo et de Toliara (la province d’origine de Camille Vital) sont largement représentées. Midi affirme que le critère d’équilibre régional prévu dans la feuille de route n’a pas été respecté. L’équipe ne compte que 6 femmes, ce que déplore le parti Vert. La parité minimale au niveau de la Sadc est de 30%. Les objectifs de parité fixés par Marc Ravalomanana lors de sa présidence ne sont pas atteints.

Pour certains observateurs, il s’agit d’un consensus de façade, qui masque un gouvernement unilatéral. Le « recrutement » n’a pas été décidé à l’issue d’un accord de partage du pouvoir. Le Premier ministre fait observer que son équipe est composée de personnalités issues de différentes sensibilités et que lui-même n’a pas d’appartenance politique. Tribune concède qu’« avec un renouvellement de plus de deux tiers incluant des Ratsirakistes et Ravalomananistes notoires mais défroqués, ce gouvernement peut donner l’illusion que c’est le gouvernement de consensus et d’union nationale qui était attendu. De quoi donc satisfaire la Troïka de la Sadc ».Pour La Gazette, ce nouveau gouvernement est même « la crème de la classe politique »Camille Vital a été capable de « brasser les éléments chevronnés et les novices » et  « d'ouvrir le gouvernement au maximum de partis. On aura même remarqué un fait : pour faire de la place aux groupements dérivés des trois mouvances, les partis pro-gouvernementaux ont été contraints à de larges concessions». Le parti Tgv se pose en victime du changement de gouvernement et demande la reconnaissance internationale. Dans un courrier adressé aux médiateurs, il fait remarquer que plusieurs de ses ministres présents dans l’ancien gouvernement ont été évincés et non remplacés. Le parti dit s’être sacrifié pour l’intérêt de la nation.

±La Troïka de la Sadc n’a pas tranché sur le cas de la Grande Ile. Ellerecommande la tenue d’urgence d’un Sommet extraordinaire. Le communiqué final, rédigé en langage diplomatique, joue sur des non-dits et donne lieu à des interprétations contradictoires. Le pouvoir croit y lire la légitimation de son action et l’ambassadeur de France déclare à l’occasion d’une conférence de presse tenue avec la ministre des Affaires étrangères, Yvette Sylla, que : « la feuille de route est bien acquise ». Pour plusieurs observateurs, la Sadc a botté en touche par défaut de consensus. Aucun représentant de haut niveau malgache ne s'est déplacé en Zambie. En revanche, Marc Ravalomanana s’y est rendu afin de mener un travail de lobbying.

±Attentat contre le véhicule d’Andry Rajoelina : Mamy Rakotoarivelo libéré après 15 jours de garde à vue. Le Parquet lui a accordé une liberté provisoire, ainsi qu’à 3 autres prévenus. Une décision interprétée comme un geste en faveur de l'instauration d'un climat d'apaisement, à l’approche de la réunion de la Sadc. La détention du secrétaire général du Tim avait provoqué des réserves sur le plan international, notamment de la part de la France, qui a réagi à l'alerte donnée par des organisations de défense des droits de l'homme. La DST avait affirmé peu avant que Mamy Rakotoarivelo était bien impliqué dans cette affaire.

23 grenades offensives découvertes chez un français. La DST a indiqué qu’un métis de nationalité française a été identifié comme étant impliqué dans l’attentat. Elle a retrouvé à son domicile 23 grenades offensives et 18 bouchons allumeurs. Le commissaire Nakany Charly évoque une piste « sud-africaine ». Le ressortissant français avait déjà été mis en cause à l’époque des bombes artisanales en 2009 et dans des affaires antérieures mais il est resté insaisissable. Trois de ses proches ont placés en détention préventive.

±Le Conseil de Réconciliation Nationale (CRN) en marche. Un avant-projet de loi relative au « Conseil du Fampihavanana Malagasy » est en gestation, indique Alain Tehindrazanarivelo, président du groupe parlementaire « Réconciliation nationale » du CST.

±La CENI a réalisé une « Charte des élections » avec l’appui de la société civile. Elle va soumettre le texte au Parlement. Le document, intitulé « Charte de l’éducation civique et de l’observation des élections », devrait être annexé au Code électoral. Elle stipule que l’État « ne peut participer à une quelconque prise en charge des frais d’observation ». Une position qui n’est pas partagée par la société civile. La question fait débat, le financement public pouvant s’apparenter à une « redevance » de ces organisations vis-à-vis de l’État, qui deviendrait dès lors son « pourvoyeur de fonds ». L’Escopol préconise l’attribution de la présidence de la CENI à une personnalité neutre, à l’instar de Raymond Ranjeva.

±Rapprochement entre Monja Roindefo et les trois mouvances. Le premier chef de gouvernement de la HAT, intronisé sur la place du 13-Mai, a rallié le mouvement des trois anciens présidents lors de la commémoration des martyrs de l’insurrection du 29 mars 1947. Albert Zafy a déclaré que le ralliement de Monja Roindefo « n’était qu’un début », rappelant qu’un gouvernement parallèle à celui de la HAT est toujours à l’ordre du jour. Les résolutions finales de la Troïka de la Sadc du 31 mars étaient attendues pour concrétiser cette menace.  Ce rapprochement a provoqué des tensions au sein des trois mouvances, qui voient dans Monja Roindefo l’un des responsables du coup d’Eta perpétré contre Marc Ravalomanana.

±Le quotidien La Vérité (pro-Tgv) dénonce la préparation d’’un nouveau coup d‘Etat militaire visant à destituer Andry Rajoelina. 70 millions de dollars auraient été consacrés à cette opération qui mettrait en cause l’avocate de Marc Ravalomanana, Me Hanitra Razafimanantsoa, et Monja Roindefo.

±Université : les enseignants refusent de débuter une nouvelle année universitaire, sans la réalisation de l'entente conclue en janvier avec le ministère de tutelle. Celui-ci rétorque qu’il n’a toujours pas reçu les justificatifs d’heures complémentaires que doivent fournir les enseignants. En attendant une issue favorable, le Seces ne veut pas valider la rentrée universitaire prévue en avril.

 Droits humains, gouvernance

±Culte interdit. Le « Mouvement des Ecclésiastiques » (HMF) n’a pas été autorisé par la préfecture de police à tenir un culte au théâtre de verdure d’Antsahamanitra en commémoration de l’insurrection du 29-Mars 1947. Les membres du HMF dénoncent une atteinte à la liberté de culte et de religion.

± « Comité de solidarité aux victimes du non-droit » : la libération de 50 à 70 détenus en négociation. Fetison Rakoto Andrianirina, président du Comité, a établir un bilan des activités de l'association. Sa sortie de la prison d'Ambatolampy a été le premier résultat, avec celle de Zafilahy Stanislas Rakotomandimby et d’Edouard Tsarahame. La libération des 6 personnes arrêtées suite à l'incendie de la radio Soatalilyà Toliara fait également suite aux démarches du Comité. Fetison Rakoto Andrianirina a indiqué qu'après examen des dossiers d’une cinquantaine de personnes, le Comité estime leur détention injustifiée. Les démarches engagées sont axées sur l'obtention d'une liberté provisoire, comme pour les 6 détenus de Toliara. « Nous n'interférons pas dans les procédures de la Justice », a-t-il souligné, ajoutant que des « poursuites politiques » appellent des décisions politiques. Christine Razanamahasoa, ministre de la Justice, affirme qu’aucune négociation n’est en cours. Pour la Garde des Sceaux, l'apaisement devrait se concrétiser essentiellement par le biais de l'amnistie, qui relève d’une décision politique. Fetison Rakoto Andrianirina a obtenu le soutien de l’Escopol, qui insiste sur l'importance de la liberté provisoire en faveur de ceux qui la méritent, dans l'objectif d'instaurer un climat d'apaisement.

±Fraude massive à l’Université d’Antananarivo. Quelques 800 étudiants sont suspectés de fraude et ont été placés sur liste rouge pour avoir rendu des copies similaires lors du concours d’entrée en première année de la filière Droit. « Cette situation serait due à une fuite de sujet », annonce Jean-Eric Rakotoarisoa, vice-président de l'Université. « Les étudiants auraient obtenu le sujet dans des cours de préparation », qui fleurissent dans la capitale, confie une source anonyme. Cette fuite risque de contaminer d'autres départements. Les responsables de l’Université ont demandé au Bianco d’enquêter.

±Andry Rajoelina exige des nouveaux ministres un comportement exemplaire. Il leur demande de faire une déclaration de patrimoine. Une déclaration qu’il s’est engagé à faire lui-même lors de sa prise de pouvoir en 2009 mais qu’il refusera de concrétiser, prétextant que la formalité avait déjà été accomplie à sa prise de fonction de maire de la capitale. La lutte contre la corruption et la bonne gouvernance constituent des conditionnalités incontournables pour l'obtention des aides des institutions de Brettons-Wood et des autres bailleurs de fonds. Il était donc inévitable qu’Andry Rajoelina soit contraint de faire ce rappel mais le Bianco donne l'impression de se limiter à la sensibilisation des personnalités concernées par l’obligation légale de déclaration de patrimoine, écartant l'option répressive, pourtant prévue par une loi de 2004. Dans un communiqué, il se contente d’espérer que les responsables sauront écouter le message qui leur a été adressé. « Nous devrons harmoniser nos actions avec la Justice et avec l'Ordre des huissiers pour appliquer cette mesure », soutient son directeur. Une voie extrajudiciaire est prévue pour exiger des responsables étatiques qu’ils se soumettent à leurs obligations après un rappel infructueux mais cette voie n'est pas encore mise en œuvre. Des parlementaires avaient déjà refusé de se soumettre à la déclaration, prétextant l'exemption du président déchu. Le Bianco indique que seuls 9 ministres du gouvernement sortant avaient déclaré leurs avoirs, et ce, malgré la sensibilisation menée au cours d'un Conseil du gouvernement.

Commentaire de L’Express : 

« 8 ans après l'adoption de la loi anti-corruption, et au moment où les Hummer et les 4x4 les plus chers se vendent comme des petits pains dans un pays où la population est de plus en plus pauvre, il est plus que temps pour les responsables de la lutte contre la corruption d'enclencher la vitesse supérieure »

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

Réaction des chefs de file relative à la décision de la Troïka

Publié le par Patrick Gearing

 

http://collectif-gtt.org/

http://u.jimdo.com/www31/o/s05214760ce221b35/img/i9b6bce801377527a/1299407709/std/image.jpg

 

Déclaration

 

 

Madagascar les trois principaux mouvements politiques

Bienvenue au sommet extraordinaire de la SADC sur la feuille de route

Johannesburg, le 1 avril 2011 - Madagascar les trois principaux mouvements politiques - ce qui représente plus de 80% de la population malgache - ont salué l'annonce par la SADC «Troïka» qu'il est de convoquer un sommet extraordinaire d'urgence sur le pays, en disant qu'ils ont tiré Madagascar au bord du gouffre de la catastrophe.

S'exprimant au nom de lui-même et les anciens présidents Ratsiraka et Zafy, les dirigeants des grands mouvements politiques, exilés le président malgache Marc Ravalomanana a déclaré: «Nous sommes ravis que la feuille de route de la SADC n'a pas été acceptée par la troïka et qu'ils ont effectivement réaffirmé que le régime à Madagascar a été et est toujours illégal.

«Nous avons maintenant une chance de paix dans notre pays. Au lieu de l'action en cours unilatérale, nous pouvons travailler avec l'équipe de médiation en vue d'une société véritablement inclusive gouvernement d'unité nationale l'unité.

"Il est significatif que le communiqué officiel de la réunion de la troïka, et en rappelant réitérant ses décisions de Mars 2009 sur la nécessité urgente de restaurer l'ordre constitutionnel dans Madagascar, réfute fermement les actions du chef de la junte qui agit unilatéralement en tentant de mettre en place son propre gouvernement.

"Il est également significatif que le communiqué lui-même s'engage à nouveau à Malagacho-malgache le dialogue doit être guidée par consensus, l'inclusivité et la transparence », le président  Ravalomanana a dit.

"Ce qui se passe Madagascar est exactement le contraire de ce que la SADC appelle à. L'  régime tente de faire avancer sans consensus, car aucune des trois grandes politiques mouvances ont accepté la feuille de route de la SADC. Il n'y a pas d'inclusivité et il n'ya pas la transparence - le régime continue de prison et de détenir ses opposants politiques. Il est également  gardant les principaux acteurs politiques en dehors du pays.

"La troïka de la SADC semble avoir reconnu que la feuille de route de la SADC est vouée à l'échec.

Leur intervention nous a donné espoir. Ils ont reconnu que la seule chose qui restaurer la paix à Madagascar est sous contrôle international des élections libres et justes-.

"Les trois mouvances politiques sont prêts à jouer leur rôle honnêtement et ouvertement, rejet de la violence que nous nous efforçons de participer pleinement à l'avenir politique de notre pays », a-t-il dit.

 

Fin

Patrick Gearing, Communications Meropa

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 02/04/11

Publié le par rovahiga

 

http://www.madagascar-tribune.com/local/cache-vignettes/L139xH198/d10-07e6f.jpg

 

Position de la Troïka : Guerre de communication

http://www.madagascar-tribune.com/Guerre-de-communication,15705.html

La Direction de la Communication à la Présidence de la Haute autorité de transition (HAT) a publié une partie du communiqué de la Troïka. Elle a par la même occasion commenté l’événement ou le non événement, c’est selon.

La mouvance politique Marc Ravalomanana elle aussi n’a pu s’empêcher d’en faire autant.

En tout cas, pour un même texte rendu public par la Troïka, il y a, à travers les deux entités concurrentes, deux lectures différentes. Ce qui étonne toutefois, c’est que le communicateur donne l’impression d’oublier dans ses commentaires certains principes de base de l’honnêteté tel par exemple dans le point six (6) du communiqué de la Troïka.

Dans le cas de la mouvance Ravalomanana, rien d’étonnant sachant que le porte parole est foncièrement un politicien et ne s’en cache pas.

Nous vous livrons ci-après les deux communiqués. En premier le … (Suivre le lien)

 

SOMMET DE LA TROIKA : 3 mouvances et HAT sont renvoyées dos à dos

http://les-nouvelles.com/spip.php?article8864

La Troïka n’a pas répondu aux attentes des trois mouvances ni de la Haute autorité de la Transition au cours du sommet en Zambie. Elle a laissé aux chefs d’Etat le soin de prendre les décisions sur le cas malgache au cours d’un sommet extraordinaire.

Suite à l’examen de la situation politique et sécuritaire de la Grande île et du Zimbabwe, la réunion de la Troïka a décidé de ne pas répondre directement ni aux attentes des trois mouvances ni à celles de la Haute autorité de la Transition. Elle a recommandé la « convocation d’un sommet extraordinaire afin de considérer de toute urgence le rapport sur Madagascar ».

« Le sommet a examiné le rapport du médiateur de la Sadc et a pris note de l’état d’avancement de la feuille de route pour le retour du pays à l’ordre constitutionnel ». C’est ce que la Troïka a avancé pour décider de recommander la convocation du sommet extraordinaire. Cependant, la date de la mise en œuvre de … (Suivre le lien)

 

Feuille de route Dr Simao : Le sommet de la Troïka a pris acte

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15365:feuille-de-route-dr-simao-le-sommet-de-la-troika-a-pris-acte&catid=43:a-la-une

La réunion du sommet de la Troïka de l'organe de coopération en matière de politique, défense et sécurité de la SADC affirme avoir examiné le rapport du Médiateur de la SADC et a noté qu'une feuille de route a été élaborée en vue de ramener le pays à la normalité constitutionnelle. La Troïka n'a mis dans son communiqué final, aucune mention exprimant un rejet de la feuille de route proposée par le Dr Leonardo Simao, l'émissaire de Joaquim Chissano ; aucune mention non plus de l'approbation claire et nette. En tout cas, la Troïka n'a validé ni la feuille de route, ni le changement de gouvernement. Le Sommet a décidé de recommander la convocation d'urgence d'un Sommet extraordinaire afin d'examiner plus amplement le rapport sur Madagascar.

Les membres de la troïka, réunis dans la ville de Livingstone, en Zambie, avant-hier n'ont … (Suivre le lien)

 

Médiateur de la SADC : Réunion des 4 mouvances le 24 avril

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15367:mediateur-de-la-sadc--reunion-des-4-mouvances-le-24-avril&catid=34:politique&Itemid=60

Commentant le communiqué issu de la réunion au sommet de la Troïka de la SADC, des politiciens et observateurs sont convaincus que la communauté internationale n'est pas satisfaite sur plusieurs points dans la conduite de la médiation et souhaite une solution qui puisse assurer la pérennité des institutions. A leur avis, c'est la … (Suivre le lien)

 

Sommet de la SADC : « A Madagascar avec nous quatre», propose Ratsiraka

http://www.matv.mg/?p=18845

Les membres de la Troïka de l’Organe politique, défense et sécurité qui se sont  réunis à  Livingstone, République de Zambie, ont décidé, par recommandation, la tenue d’un Sommet extraordinaire en vue de discuter davantage  du rapport concernant Madagascar comme étant une question d’urgence. Face à  cette décision de la Troïka, l’amiral Didier Ignace Ratsiraka, par la voix d’un de ses proches, le prince Elakovelo, réagit en indiquant qu’il approuve la tenue de ce sommet à Madagascar.

La mouvance Didier Ratsiraka se dit favorable à une rencontre au  sommet afin de traiter le cas « Madagascar ». Toutefois, la date ainsi que l’endroit qui abritera ce sommet ne sont pas encore définis.

La mouvance Ratsiraka fait déjà part de sa proposition. « Nous souhaitons que  ce sommet extraordinaire de la SADC se tienne à Madagascar et non … (Suivre le lien)

 

La troïka sur Madagascar: Il y a de l’espoir ...

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=11563:la-troika-sur-madagascar-il-y-a-de-lespoir-&catid=57:la-une

A l’heure où nous mettons sous presse (1 heure 20 du matin), aucune nouvelle de Livingstone. La troïka n’a fait la moindre déclaration sur Madagascar. Elle reste muette (lire page 5). Le cas du Zimbabwe a, apprend-on, pris le dessus. Celui de la Grande Ile est ainsi considéré comme étant un sujet de moindre importance. Merci.

Néanmoins, hier avant le débat, Tomas Salomao, secrétaire exécutif de la SADC, a affirmé que « Madagascar doit reprendre sa place dans le concert des nations » (sic). Selon notre confrère Jeannot Ramambazafy : ce matin du 31 mars 2011, à Livingstone (Zambie), Tomas Salomao a déclaré, entre autres, aux … (Suivre le lien)

 

Feuille de route : La Troïka botte en touche

http://www.lexpressmada.com/feuille-de-route-madagascar/22283-la-troika-botte-en-touche.html

Il faudra encore attendre le Sommet extraordinaire de la SADC pour avoir une idée claire de la position du bloc économique régional sur le processus de sortie de crise.

La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) joue la prolongation. La Troïka, l'organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité du bloc économique régional, s'en remet au sommet des chefs d'Etat pour clarifier les règles du jeu dans la gestion de la crise malgache.

« Le Sommet a décidé de recommander la convocation d’urgence d’un Sommet extraordinaire afin d’examiner plus amplement le rapport sur Madagascar », a fait part le communiqué final de la réunion des membres de la Troïka, composé de Rupiah Banda, de Jacob Zuma et d'Armando Guébuza, respectivement Président zambien et ses homologues sud-africain et mozambicain, qui s'est tenue à Livingstone, en Zambie le 31 mars. La date et l'endroit de … (Suivre le lien)

 

En coulisse / Présidence de la HAT : Haja Resampa limogé

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15362:en-coulisse-presidence-de-la-hat-haja-resampa-limoge&catid=46:les-autres-titres

Annoncé par un organe de presse de la capitale hier, le limogeage du Secrétaire général de la Présidence de la HAT est confirmé par d'autres sources politiques proches de l'instance concernée. Haja Resampa est remplacé par Nirhy Lanto Andriamahazo. Un ancien ministre de casé pour Andry Rajoelina, en attendant la suite.

On aurait quand même aimé que Nirhy Lanto décharge Augustin Andriamananoro de ses nombreuses charges en reprenant, par exemple, la présidence du CA de la SONAPAR. A moins que le président de la HAT ne craigne que l'ancien ministre ne refasse ses mêmes erreurs au sein de cette société. Comme on dit, "tànana zatra mitsotra" que l'on peut traduire par "l'habitude est une seconde nature" ! (FIN)

 

Magro Behoririka : Roindefo crée la zizanie

http://www.lexpressmada.com/magro-behoririka-madagascar/22287-roindefo-cree-la-zizanie.html

Coup de théâtre, jeudi, au Magro de Behoririka lors de la manifestation des mouvances alliées Ravalomanana, Zafy et Ratsiraka. Les discours apparemment contradictoires de Manandafy Rakotonirina, président du parti « Mpitolona ho amin'ny fandrosoan'i Madagasikara » (MFM) et de Manoela de l'ancienne formation au pouvoir « Tiako i Madagasikara » (TIM) ont viré aux échauffourées entre leurs partisans respectifs. La question du ralliement de l'ancien Premier ministre de la Haute autorité de la transition (HAT), Monja Roindefo, aux Trois mouvances se trouve à l'origine de la divergence.

Lors de sa prise de parole, Manandafy Rakotonirina a ainsi lancé que si Monja Roindefo veut rejoindre les Trois mouvances, il devrait présenter ses excuses devant les manifestants de Magro et abattre un bovidé. Un geste que, selon lui, le politicien devrait faire dans la mesure où « il était parmi les responsables du coup d'État contre Marc Ravalomanana ».

Manandafy Rakotonirina a souligné, dans la foulée, que malgré ses propos, il n'a aucun problème avec Monja Roindefo. « C'est mon frère. Nous étions, tous les deux, sous l'aile de Monja Jaona », a-t-il soulevé pour calmer le jeu.

Tension

Mais cela n'a pas empêché Manoela, à son tour, de … (Suivre le lien)

 

MAE : Yvette Sylla reçoit l’ambassadeur de France

http://www.matv.mg/?p=18833

A l’issue de la visite de courtoisie que l’Ambassadeur de France a rendue hier à la Ministre malgache des Affaires Etrangères, Yvette Sylla, SEM Jean Marc Châtaigner a souligné qu’il faut que les parties qui n’ont pas encore paraphé la feuille de route rejoignent le processus. Et ce, afin d’aboutir à des élections libres et transparentes.

L’ambassadeur de France s’est exprimé avec optimisme sur le communiqué de la SADC issu de la réunion du 31 mars dernier de la troïka à Livingstone, un des sujets de discussion qu’il a eu avec le Ministre malgache des Affaires Etrangères. Il a rappelé l’article 10 du communiqué qui stipule que «le sommet de la Troïka s’est engagé à renforcer et à protéger les acquis durant le processus de médiation et a exhorté tous les partis politiques à … (Suivre le lien)

 

Océan Indien : Madagascar encerclé ?

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=11562&Itemid=55

Mayotte devient le 101ème département français. Cet archipel comorien de 375 km2, situé au nord de Madagascar, est donc définitivement intégré dans la République française. L’histoire de Mayotte, avec ses quelque 190 000 habitants (dernier recensement), est étroitement liée avec celle de Madagascar. N’oublions pas, en fait, que ce fut un roitelet malgache, Andriantsoly, qui régna dans l’archipel, qui a offert, sur un plateau d’argent, Mayotte à la France, en 1841… Une cession qui devait, 170 ans plus tard,  aboutir à cette « départementalisation » de l’île qui ne fait pas le bonheur de tous, particulièrement des opposants qui dénoncent toujours la division des Comores. A noter aussi que Mayotte devint en 1912 un territoire de la colonie de « Madagascar et dépendances ».

La suite de ces événements : … (Suivre le lien)

 

Lucile Rabearimanana et le massacre du 1er avril 1972 : "Richard Ratsimandrava s'est déjà repenti"

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15364:lucile-rabearimanana-et-le-massacre-du-1er-avril-1972-qrichard-ratsimandrava-sest-deja-repentiq&catid=46:les-autres-titres

"En septembre 1973, le général Richard Ratsimandrava a avoué publiquement la répression dans le Sud de Madagascar en avril 1971 et a reconnu ses responsabilités", a affirmé hier, à l'hôtel Colbert, Lucile Rabearimanana, à l'occasion de la commémoration du massacre du 1er avril 1971 dans le Sud. En effet, Richard Ratsimandrava, lieutenant-colonel à l'époque et commandant de la gendarmerie malgache depuis 18 octobre 1969, avait commandé la répression violente de l'insurrection paysanne dirigée par Monja Jaona en avril 1971 dans le Sud de la Grande Île.

Selon Lucile Rabearimanana, Richard Ratsimandrava était en service commandé, sous l'ordre de Philibert Tsiranana, étant président de la République et ainsi chef suprême de l'armée. Elle a aussi pointé du doigt le Général Bocchino, chef d'état-major particulier de Philibert Tsiranana, l'équivalent actuel du ministère de la Défense.

Selon toujours cette historienne, après sa rédemption, Richard Ratsimandrava et la gendarmerie nationale ont tiré leçon concernant leur devoir moral de refus de tout massacre sauvage et barbare des … (Suivre le lien)

 

HAT : quand l’économie est freinée par la politique

http://www.madonline.com/article.php?article_id=4793&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+%28Madagascar+Online+%3A+Le+premier+magazine+d%27actualit%C3%A9+en+ligne%2C+sp%C3%A9cialis%C3%A9+sur+Madagascar%29

Deux ans après la mise en place d’une transition et d’une autorité de fait, Madagascar souffre encore de la suspension des aides et financements internationaux. Le nouveau ministre de la HAT chargé de l’Economie espère la reconnaissance internationale pour changer la donne. Pierrot Rajaonarivelo sollicite l’aide de la communauté internationale pour relancer l’économie. Les prévisions d’amélioration annoncée pour 2011 ne se dessinent pas encore.

Pour le nouveau ministre de l’économie de la HAT, seul le déblocage de la situation politique marquée par la reconnaissance internationale, peut relancer l’économie. « Le  manque d’activité des entreprises contribue à la dégradation des conditions économiques et sociale, aux difficultés dans les ménages », a souligné Pierrot Rajaonarivelo. Il sollicite l’aide de la communauté internationale pour relancer l’économie dans un contexte peu favorable.

Le ministre de l’Economie du nouveau gouvernement Vital estime que … (Suivre le lien)

 

rov@higa



Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

COMMUNIQUE DE LA MOUVANCE RAVALOMANANA

Publié le par Mouvance Ravalomanana

 

http://mydago.com/2011/04/communique-de-la-mouvance-ravalomanana-4/

 

La Mouvance Ravalomanana salue les sages décisions prises par la Troïka de la SADC telles qu’elles sont résumées dans son Communiqué du 31 mars 2011, notamment en ce qu’elles:

  • – rappellent et réitèrent, en point 6 dudit Communiqué, les décisions prises le 30 mars 2009 par le Sommet Extraordinaire de la SADC tenu au Royaume du Swaziland, dont les points focaux 14, 15, 18 et 19 sont:
    • 14. Le Sommet extraordinaire condamne dans les termes les plus durs les actes anticonstitutionnels qui ont conduit à l’éviction du gouvernement démocratique de Madagascar et appelle à un retour immédiat à l’ordre constitutionnel;
    • 15. Le Sommet extraordinaire ne reconnaît pas M. Rajoelina comme Président de Madagascar en ce que sa prise de pouvoir constitue non seulement une violation de la Constitution de Madagascar et des principes démocratiques, mais viole le coeur même des principes et valeurs du Traité de la SADC, de l’Acte Constitutif de l’Union Africaine et de la Charte des Nations Unies;
    • 18. Le Sommet extraordinaire souligne que dans le cas de non soumission aux décisions sus-rappelées, la SADC sera amenée, en collaboration avec l’Union Africaine et les Nations Unies, à envisager d’autres options en vue de la restauration de la normalité constitutionnelle.
    • 19. Le Sommet extraordinaire appelle la Communauté internationale à ne pas reconnaître la nomination de M. Rajoelina et à faire pression sur l’autorité de facto à Madagascar pour le rétablissement de l’ordre constitutionnelle dans les plus brefs délais.
  • – Constatent le peu d’avancement du processus de résolution de la crise institutionnelle et politique, ce malgré le projet de « feuille de route » récemment présenté, et décident en conséquence de recommander, en point 8 dudit Communiqué, la tenue d’un Sommet Extraordinaire pour examiner plus avant la situation à Madagascar.

Le point 18 du Communiqué du 30 mars 2009 avait été suivi d’effet puisque devant la persistance du caractère anticonstitutionnel et illégal du pouvoir de la HAT, l’Union Africaine a été amenée à décider, le 17 mars 2010, de sanctionner individuellement et sélectivement le Président de la HAT et plus d’une centaine d’autres de ses collaborateurs, les sanctions ainsi décidées ayant été confirmées lors du Sommet de l’Union Africaine le 31 janvier 2011.

La poursuite des efforts de l’Équipe Internationale de Médiation, de même que celle du dialogue malgacho-malgache, doivent ainsi s’inscrire dans une seule perspective : «laisser place à un Gouvernement apte à opérer un retour à la normalité constitutionnelle, ce dans un esprit consensuel et inclusif et dans un contexte apaisé et de transparence».

Dans cette logique, les élections visées au point 10 du Communiqué de la SADC en date du 31 mars 2011 pourront se dérouler selon les standards démocratiques admis, et ce dans la liberté, la transparence, l’équité, afin qu’elles soient crédibles.

Dans ces conditions, la Mouvance Ravalomanana considère qu’une nouvelle ère, plus confiante et constructive, devrait pouvoir s’ouvrir pour Madagascar et le Peuple malgache, et elle invite l’ensemble de la classe politique malgache à s’engager courageusement et résolument dans cette voie.

Dans cette mesure, la communauté internationale, celle de notre appartenance naturelle, les pays membres de l’Union Africaine, mais bien sûr également celle comprenant les partenaires principaux de Madagascar regroupés au sein du GICMADAGASCAR, sont amenées à appuyer cette démarche afin que Madagascar, en se conformant à nouveau aux principes et valeurs partagées évoqués en point 15 du Communiqué du Sommet Extraordinaire de la SADC du 30 mars 2009, réintègre définitivement et à la satisfaction de tous la communauté des nations civilisées.

Le 2 avril 2011
Le Porte Parole de la Mouvance Ravalomanana
Guy Rivo RANDRIANARISOA

 

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

SERASERA, TENY MALAGASY: 01/04/11

Publié le par rovahiga

Troika SADC tao Livingstone Voatsipaka ny sori-dalana, tsy nekena ny tetezamita

 

http://tiatanindrazana.com/uploads/une(41).jpg

 

http://tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3879&idcat=2&une=1

Nilaza ny heviny ny Troika SADC ary namoaka fanapahan-kevitra miendrika didy taorian’ny fivoriany natao omaly.

Voatsipaka ambavafo ny Dr Leonardo Simao sy ny sori-dalany. Izay ny vaovao farany azo omaly avy any Livingstone, renivohitr’i Zambia. Efa nampoizina ihany izany satria manana ny maha izy azy ny filoha Ravalomanana izay nitondra ny tenin’ny filoha telo nifandimby, izy rahateo dia tonga nanatrika ny fotoana tany an-toerana. Voatsipaka ambavafo ihany koa ny iraky ny FAT izay efa nalefa andro maromaro nialoha ity fivoriam-ben’ny Troika ity. Tsy nahomby ny dian’izy ireo na dia teo aza ny fahaizana miresaka nataon-dRatsirahonana Norbert Lala sy ny tariny. Mazava izany izao fa notsipahin’ny Troika izay hivondronan’ny filoha Zambianina Rupiah Banda, ny filoha Afrikanina tatsimo Jacob Zuma ary koa ny filoha mozambikanina Armando Guebuza ilay sori-dalana. Izy ireo dia mitana ny sampana politika, fandriampahalemana ary filaminana eo anivon’ny firenena mpikamban’ny vondrona SADC. Ny tsy fankatoavana ity sori-dalan’ny Dr Simao ity dia midika ho tsy fankatoavana ny Governemanta Vital izay lazain’ny FAT fa iombonana ary natsangany faran’izay maika raha vao vita tetsy Ivato ny alarobia 09 martsa 2011 ny rangopohin’ny sori-dalana. Izany ihany koa dia midika ho tsy fankatoavana ny rafitra rehetra efa napetraky ny FAT toy ny Filankevitra ambonin’ny tetezamita (CST) na koa ny filankevitry ny tetezamita (CT). Raha adika amin’ny teny tsotra, dia tsy nankatoavina ny fanjakana tetezamita. Tsy mahasolo sonia ny rangopohy, ary dia mbola manan-kery izay niaraka natao sonia tany Maputo sy Addis Abeba.

Raha araka ny fantatra dia nanainga ny Troika ny Filoha Ravalomanana mba handray andraikitra avy hatrany momba ny krizy eto Madagasikara. Hisy, araka ny loharanom-baovao, ny fampahafantaran’ny Troika ireo filoham-pirenena mpikambana ao amin’ny SADC ny zava-misy sy ny fandehan’ny fanelanelanana, hahafahana mandrafitra sori-dalana ifanarahana. Nandresy izany ny tolon’ny raiamandrenin’ny nosy dia ny filoha telo nifandimby, Pr Zafy Albert, Didier Ratsiraka ary Marc Ravalomanana, otronin’ny vahoaka Malagasy maro an’isa sy ireo betsimiteny. Noraisin’ireo oloben’ny firenena afrikanina ny fitarainan’izy ireo. Mizotra hatrany amin’ny tokony ho izy ny tolona mba ho fiverenan’ny…ara-dalàna.

 

Fehin-kevitry ny Troïka- Fihaonam-be an-tampony no handinihana ilay sori-dalàn'i Simao

http://collectif-gtt.org/

Nivoaka ny fehin'ny fivorian'ny Troïka. Mazava ny tari-dàlana, tsy maintsy " iraisana ny tetezamita". Mbola amporisihina ny fifampiresahana eo amin'ny samy Malagasy ary isan'ny laharam-pahamehana ny fanatanterahana ny "sommet des chefs de file". Tsy nankatoavin'ity rafitra mpanapaka eo anivon'ny SADC ity arak'izany ialy tondrozotra ntolotr'i Simao sy ny governemanta natsangana taorian'ny fanaovana rangompohy izany soridalana izany. Araky ny voalaza ao anatin'ny fanambarana farany dia hampiantso fivoriam-be eo anivon'ny SADC ny TROIKA mba handinihana ny momba an'i Madagasikara.

Mahakasika izao fanapahan-kevitry ny TROIKA izao indrindra dia nitondra fanazavana manoloana ireo mpitolona ao amin'ny Kianjan'ny Finoana Magro Behoririka ny Filoham-pirenena Marc RAVALOAMANANA :  

HENOHY NY HAFATRY NY FILOHA RAVALOMANANA ao amin’ny  http://collectif-gtt.org/  

 

Tsy misy mankato ny FATE : mijoroa ry mandatehezana

http://collectif-gtt.org/content/01042011-tsy-misy-mankato-ny-fate-mijoroa-ry-mandatehezana-vid-o

Samy nampanantenaina fankatoavana iraisam-pirenena avokoa na ireo niditra ao amin’ny governemanta na ny foloalindahy. Ireto farany dia nasaina nilamina aloha satria efa manakaiky hono ny “reconnaissance” ka hivaha ny olan’ny vahoaka. Zary laza masaka ihany anefa izany satria ny rafitra voalohany tokony hankato mihitsy no nitsipaka. Rehefa tsy ankatoavin’ny TROIKA mantsy dia lavin’ny SADC ary tsipahin’ny Vondrona Afrikana sy ny FIrenena Mikambana avy hatrany.

Sahia

Raha tena tomponandraikitra politika tokoa dia tokony sahy mandray fepetra rehefa misy ny trangan-javatra toy izao. Azo atao avy hatrany ny mametra-pialana satria ny mason-tsivana fototra mihitsy no tsy voahaja. Tsaroana etoana ny tenin’ingahy Yves Aimé hoe “tsy miditra amin’io rafitra io izahay raha tsy efa fantatray fa hahazo fankatoavana io”. Ankehitriny anefa fa mety tsy hoan-tany tsy am-parafara ihany ireto nisitaka ny tolona farany ireto satria misy ny elatra ao amin’ny HAT izay mitaky ny handravana ny goverenmanta rehefa tsy azahoana fankatoavana. Ny mpitolona koa anefa dia tsy te-hiherika azy ireo mihitsy. Mety ho zary mpanao politika “basin’ariary fito” ireo mpanaraka azy telo mirahalahy lasa minisitra ao amin’io governemanta Vital io atsy ho atsy.

 

Namana - Tolotra manaraka fepetra

http://collectif-gtt.org/content/01042011-namana-tolotra-manaraka-fepetra-vid-o

Tsy izay rehetra mitady hiara-dia akory dia raisina avokoa satria tsy azo atao ny mitsambiki-mikipy rehefa firenena no tsinjovina. Na izany aza tsy azo lavina ny fahamarinan’ny fahendren’ny Ntaolo hoe : “izay be no basy”. Ny basy koa mila mitodika any amin’ny haza fa tsy mikendry izay hahafaty ny namana. Izany hoe mila ampitoviana tsara  aloha ny tanjona sao hifandripaka anaty eo rehefa tafaraka. Io no tena ilana ny fahaiza-mandrindra avy amin’ireo Raiamandreny mpitari-tolona rehetra. Hatreto aloha dia ny famerenana ny Filoham-pirenena RAVALOMANANA Marc no tanjon’ny vahoaka ka niaretany teny an-kianja roa taona mahery izao.

Rehefa izay tanjona izay no iombonana dia azo atao ny miara-dalana saingy tsy maintsy miaiky ny helony aloha raha mpanao politika avy amin’iny lalana iny no hiverina amin’ny ara-dalàna. Isan’ny antoka iray ilain’ny vahoaka tsy mandady harona izany ahafahany mino fa tsy handetika tolona fa hiasa miaraka amin’ny famerenana ny ara-dalàna eto amin’ny Firenena.

 

Tanoran’i Marc Ravalomanana «Tsy vahaolana ny fizirizirian’olon-tokana»

http://tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3878&idcat=2

Nanavao ny birao mpitantana azy ny Tanoran’i Marc Ravalomanana. Nanangana komity mpandrindra nasionaly vonjimaika izy ireo hahafahany miatrika kokoa ny fanatanterahana ny tanjony. Tsy inona fa ny famerenana ny filoha Ravalomanana an-tanindrazana, izay hany toavin’izy ireo ka andraisana toromarika, ary koa ny fampandaniana azy indray amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy. Manamafy ny fitakiana efa nataony ny TMR dia ny hamoahana tsy misy fepetra ireo gadra politika rehetra mba hisian’ny fitoniana politika sy hilaminan’ny fiarahamonina. Mampahatsiahy koa izy ireo fa tsy vahaolana velively ny fizirizian’olon-tokana hitondra samy irery ny firenena Malagasy, fa fifanarahan’ireo ankolafin-kery tsy ankanavaka irery ihany no ahafahana mametraka tetezamita tena izy, sy manatanteraka fifidianana malalaka, mangarahara, eo ambany fanaraha-mason’ny fianakaviambe iraisam-pirenena.

 

Fitsarana Politika !

http://tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3880&idcat=9

Rehefa avy notanana am-ponja vonjimaika nandritra ny 15 andro noho ny fanadihadiana tsy maintsy natao taminy dia nomen’ny fitsarana fahafahana vonjimaika i Mamy Rakotoarivelo sekretera jeneralin’ny TIM sady mpitarika ny ankolafy Ravalomanana. Fiaikena heloka nataona olona roa moa izay nanamafy sy nanambara fa izy no naniraka azy ireo hikarakara ny fitaovana rehetra tamin’ilay fanapoahan-javatra teny amin’ny Marais Masay ny alakamisy 02 martsa, ka nifofoana ny ain’ny filohan’ny tetezamita, no nisamboran’ny DST avy hatrany an’i Mamy Rakotoarivelo. Nambara fa niaiky heloka izy mirahalahy nandray anjara mivantana tamin’ny fanamboarana ilay baomba, na dia nandà mafy ny amin’ny maha meloka azy ireo aza ny fianakaviany fa tsy nihaino izany ny fitsarana fa nanohy hatrany ny fanadihadiana ary dia nampiditra teny Antanimora ireto niaiky ny heloka nataony ireto. Niteraka adihevitra be ity raharaha ity satria maro loatra ny zavatra manjavozavo taminy sady nifanandrify tamin’ny fanendrena ny praiministry ny marimaritra iraisana koa moa ilay izy, koa maro no nieritreritra fa nisy nidiran’ny resaka politika ny raharaha Marais Masay sy Mamy Rakotoarivelo.

Efa nahatalanjona ny rehetra aloha ilay hoe fanadihadiana roa samihafa no natao, dia ny nataon’ny zandary sy ny DST izany, ary araka ny fantatra dia samy hafa ny zavatra hitan’ireo fanadihadiana ireo, saingy nanamafy moa ny manampahefana fa afaka nifameno tsara ny vaovao azo fa tsy nifanipaka izany. Manaraka izay dia nahagaga ihany ilay fisamborana faran’izay haingana ireo nambara fa nandray anjara tamin’ilay teti-dratsy sy ny tonga dia naneken’izy ireo avy hatrany ny zavatra nataony. Naverimberina tamin’ny haino aman-jery io fieken-keloka io, mba hilazan’ny mpanadihady angamba, fa tena azo antoka ny fahamarinan’ny fanambarana sy ny fiaikena heloka. Ny nahagaga indray anefa dia hoe nomena fahafahana vonjimaika i Mamy Rakotoarivelo izay nambara fa atidoha nikotrika sy fikasana hamono ny filohan’ny tetezamita.

Ka mipetraka eto ny fanontaninana hoe : f’angaha tsy efa azo antoka indray fa marina sy mitombina ny fiaikena heloka nataon’ireo voarohirohy mirahalahy, sa nisy zava-baovao, ka hambara indray afaka andro vitsivitsy rehefa atao ny fitsarana fa nafahana noho ny fisalasalana na noho ny tsy fahampian’ny porofo i Mamy Rakotoarivelo ? Fanamarihana fahatelo manitikitika ny sain’ny maro dia ny hoe samy nanao «aveu» izy mirahalahy voarohirohy tamin’ny raharaha Marais Masay sy ny lietna kolonely Charles Andrianasoavina niampy ny jeneraly Noel Rakotonandrasana izay samy nanamafy fa fanonganam-panjakana no natao teto tamin’ny 2009, kanefa nahoana no nekena sy noraisina avy hatrany ny an’iretsy roa voalohany, fa nambara kosa fa tsy salama saina ary tsy tompon’ny tenany ny lietna kolonely Charles ka dia tsy azo raisina sy tsy misy lanjany ilay taratasy fiaikena heloka nataony ? Atao ny fanovana governemanta avy eo dia tafajanona tsara amin’ny teorany ny minisitry ny fitsarana izay anisan’ny nahazo fanakianana be indrindra tamin’ireo mpikambana tao amin’ny governemanta ? Hafahafa izany rehetra izany ary tokony hampieritreritra ny tsirairay hoe : mandeha araka ny tokony ho izy ihany ve ny raharaham-pitsarana eto Madagasikara amin’izao fotoana sa tena fitsarana politika marina araka ny ambaran’ny mpanohitra no misy eto, ka izay baiko avy any ambonimbony any ihany no tanterahanan’ny mpanao fanadihadiana sy ny mpitsara ?

 

Fivorian’ny Troïka-Krizy eto Madagasikara

http://www.gazetiko.mg/gazetiko/

Mbola hiantso fihaonana an-tampony tsy ara-potoana vao hanapa-kevitra

Nifarana omaly tany Livingstone Zambie ny fihaonana an-tampony nataon’ny Troika eo anivon’ny SADC.  Tamin’izany no nivoahan’ny fehinkevitra ofisialy momba ity fihaonana ity.  Mikasika an’i Madagasikara manokana,  nohamafisin’ny Troïka ao amin’ny andininy faha 5 amin’ity fehinkevitra ity ny tokony hamerenana ny firenena malagasy ao anatin’ny rafitry ny ara-dalàna. Ankoatra izany, nambaran’izy ireo fa tsy tokony hisy ny fampiasan-kery eo amin’ireo mpanao politika mandritra ny Tetezamita. Eo ihany koa ny tokony hiarovana ny zavatra efa vita nandritra ny … (Suivre le lien)

 

Firafitry ny governemanta : Mety hisy fanovàna atsy ho atsy !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15318:firafitry-ny-governemanta--mety-hisy-fanovana-atsy-ho-atsy-&catid=50:malagasy&Itemid=80

"Raha toa ka tsy hahazo ny fankatoavana ireo governemanta vao najoro ireo, dia mety handrava izany ny filohan'ny HAT, ka hametraka avy hatrany ny ekipany izay tsy mbola azony napetraka noho ny fifanarahana politika izay natao, kanefa kosa somary mifanipaka amin'ilay sori-dalana", hoy ny mpanao politika iray izay efa tsy zoviana amin'ny maro. Notsipahan'ny filohan'ny tetezamita avokoa hoy ity farany ireo ministra izay niaraka taminy teny amin'ny kianjan'ny 13 May, na izany aza dia mety hametraka ireo governemanta izay tena mifanaraka amin'ilay sori-dalana izy aorian'ny tsy fahazoan'ireto vao notinendry ny fankatoavana iraisam-pirenena.

Mety hitombina ihany ny filazana fa mety hisy fanovana mpikambana ao amin'ny governemanta, manomboka any amin'ny Praiministra ka hatrany amin'ireo minisitra isan-tokony indray atsy ho atsy. Na dia efa miasa aza mantsy ireto mpikambana ao amin'ny governemanta iraisana ireto dia … (Suivre le lien)

 

 

rov@higa


 

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Southern African leaders criticise Zimbabwe stand-off

Publié le par AFP

 

LIVINGSTONE, Zambia (AFP) - Southern African leaders sharply criticised Zimbabwe's political deadlock after Prime Minister Morgan Tsvangirai complained of a pre-election crackdown by President Robert Mugabe.

The security organ of the 15-nation Southern African Development Community (SADC) closed its summit with a statement slamming the slow progress of Zimbabwe's power-sharing deal, known as the Global Political Agreement (GPA), echoing many of the concerns raised by Tsvangirai and tacitly blasting Mugabe.

"The summit recalled past SADC decisions on the implementation of the GPA and noted with disappointment insufficient progress thereof and expressed its impatience in the delay of the implementation of the GPA," said SADC executive secretary Tomaz Salomao, reading from the summit's final communique.

While the statement did not mention either rival by name, it raised many of the concerns voiced by Tsvangirai, who says Mugabe is cracking down on his MDC party ahead of new elections expected later this year.

Tsvangirai, who went on a two-week tour to lobby regional leaders ahead of the summit, accuses Mugabe's ZANU-PF party of stepping up a campaign of violence and intimidation against his supporters, including a wave of arrests of top party officials, activists and journalists.

"The summit noted with grave concern the polarisation of the political environment as characterized by, inter alia, resurgence of violence, arrest and intimidation in Zimbabwe," the statement said.

"There must be an immediate end of violence, intimidation, hate speech, harassment, and any other form of action that contradicts the letter and spirit of the GPA."

The communique featured unusually strong language for the 15-nation SADC, which helped negotiate the power-sharing deal more than two years ago but has shown reluctance to step in when the rivals have squabbled over implementing it.

Mugabe and Tsvangirai both attended the summit in the Zambian resort town of Livingstone, near the famed Victoria Falls, and had separate meetings with the participating presidents -- South Africa's Jacob Zuma, Mozambique's Armando Guebuza, Zambia's Rupiah Banda and Namibia's Hifikepunye Pohamba.

Tsvangirai emerged from his meeting smiling but refused to make a statement to the press, telling journalists to wait for the final communique.

Mugabe left his meeting scowling but said it had gone "very well".

"I have always been happy with the outcome of SADC meetings," he said.

Both men have said they are ready for elections that would put an end to their unlikely unity government, formed in February 2009 in a bid to end rampant violence surrounding disputed 2008 elections and stem an economic crisis that saw hyperinflation hit world-record levels.

While the power-sharing government has succeeded in halting the economy's tailspin, mainly by ditching the local currency, Tsvangirai and Mugabe have repeatedly locked horns over implementing the deal.

The agreement envisaged a new constitution within 18 months, followed within six months by fresh elections. But the process, which has been marred by renewed political violence, is running nearly a year behind schedule.

Tsvangirai had asked SADC to create a road map to guide the country to fresh polls, a request the summit appeared to grant with a pledge to help "formulate guidelines that will assist in holding an election that will be peaceful, free and fair".

The summmit also addressed the stand-off in Madagascar, which has been locked in political crisis since former president Marc Ravalomanana was forced from power two years ago by strongman Andry Rajoelina in a military-backed ouster.

The security organ urged the Indian Ocean island's feuding political leaders to reject violence, and recommended SADC convene an extraordinary summit to tackle the deadlock.

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

RÉUNION DU SOMMET DE LA TROÏKA DE L’ORGANE DE COOPÉRATION

Publié le par rovahiga

http://resize.over-blog.com/150x150.png?~aHR0cDovL3d3dy5hZnJpay5jb20vbG9jYWwvY2FjaGUtdmlnbmV0dGVzL0wxNjB4SDE2MS9hcnRvbjIwNTc4LTIxYzgxLmpwZw==

RÉUNION DU SOMMET DE LA TROÏKA DE L’ORGANE DE COOPÉRATION EN

MATIÈRE DE POLITIQUE, DÉFENSE ET SÉCURITÉ DE LA SADC

31 MARS 2011

LIVINGSTONE (ZAMBIE)

C O M M U N I Q U É

1. Le Sommet de la Troïka de l’Organe des chefs d’Etat et de gouvernement de la SADC s’est réuni au niveau du Sommet à Livingstone (République deZambie) le 31 mars 2011 afin d’examiner la situation politique et sécuritaire dans la région, en particulier à Madagascar et au Zimbabwe.

2. La réunion s’est déroulée sous la présidence de Son Excellence Rupiah Bwezani Banda, Président de l’Organe de coopération en matière de politique, défense et sécurité de la SADC et Président de la République de Zambie.

3. Etaient présents à la réunion les chefs d’Etat et de gouvernement suivants :

Pour la Namibie : Son Excellence le Président Hifikepunye

Pohamba,

Pour l’Afrique du Sud : Son Excellence le Président Jacob Zuma,

Pour le Mozambique : Son Excellence le Président Emilio Guebuza.

4. Étaient également présents Son Excellence Robert G. Mugabe, Président du Zimbabwe, Son Excellence Morgan Tsvangirai, Premier ministre du Zimbabwe, Son Excellence Arthur Mutambara, Vice-premier ministre du Zimbabwe, le Professeur Welshman Ncube, Président du MCD-M, et le Dr Tomaz Augusto Salomão, Secrétaire exécutif de la SADC.

5. Le Sommet a félicité S.E. Jakaya Mrisho Kikwete, Président de la

République-Unie de Tanzanie et son parti, le Chama Chama Mapenduza

(CCM) pour leur victoire aux élections générales tenues en novembre 2010.

6. Le Sommet s’est rappelé les décisions qu’il avait prises en mars 2009 sur la nécessité urgente de rétablir l’ordre constitutionnel à Madagascar, les a réitérées et s’est engagée de soutenir pleinement les efforts entrepris par l’équipe de médiation de la SADC pour aider le peuple malgache à trouver une issue durable à la crise.

7. Le Sommet a examiné le rapport du Médiateur de la SADC et a noté qu’une feuille de route a été élaborée en vue de ramener le pays à la normalité constitutionnelle.

8. Le Sommet a décidé de recommander la convocation d’urgence d’un Sommet extraordinaire afin d’examiner plus amplement le rapport sur Madagascar.

9. Le Sommet a exhorté tous les acteurs politiques malgaches de rejeter toute violence ou toute menace de recours à la violence durant la transition.

10. Le Sommet s’est engagé à consolider et à protéger les acquis obtenus dans le cadre du processus de médiation et a exhorté tous les partis politiques de coopérer ensemble et de soutenir les travaux de la Médiation de la SADC dans la perspective de la tenue d’élections libres, justes et crédibles.

11. Le Sommet a réitéré la nécessité pour que le dialogue malgacho-malgache continue d’être guidé par les principes de consensus, d’inclusivité et de transparence.

12. Le Sommet a salué S.E. Joaquim Chissano, ancien Président du Mozambique et Médiateur de la SADC à Madagascar pour les efforts qu’il entreprend pour trouver une solution durable à la crise malgache.

13. Abordant la question du Zimbabwe, le Sommet a entendu un rapport sur la situation politique et sécuritaire dans le pays, présenté par le Facilitateur de la SADC, S.E. Jacob Zuma, Président de l’Afrique du Sud.

14. Le Sommet a apprécié la franchise avec laquelle le Facilitateur a présenté le rapport.

15. Se rappelant les décisions prises par la SADC sur la mise en oeuvre de l’Accord politique global, le Sommet s’est déclaré contrarié des avancées insuffisantes réalisées à cet égard et a exprimé son impatience devant les retards pris dans la mise en oeuvre de l’Accord politique global.

16. Le Sommet a noté avec une préoccupation sérieuse la polarisation du climat politique, attestée notamment par la reprise de la violence, les arrestations et les actes d’intimidation au Zimbabwe.

17. Dans ce contexte, le Sommet a adopté les résolutions suivantes :

(a) Il faut immédiatement mettre un terme à la violence, à l’intimidation, aux discours de haine, aux actes de harcèlement et à toute autre forme d’action qui est contraire à la lettre et à l’esprit de l’Accord politique global.

(b) Toutes les parties prenantes à l’Accord politique global doivent mettre en oeuvre toutes les dispositions de ce dernier et instaurer un environnement favorable à la paix, à la sécurité et à la liberté de l’action politique.

(c) Le Gouvernement inclusif du Zimbabwe doit conclure toutes les mesures nécessaires à la tenue des élections, et notamment, finaliser l’amendement de la Constitution et le référendum.

(d) La SADC doit aider le Zimbabwe à formuler des lignes directrices susceptibles de contribuer à la tenue d’élections pacifiques, libres et justes, conformément aux principes et aux lignes directrices de la SADC régissant les élections démocratiques.

(e) La Troïka de l’Organe doit nommer une équipe de fonctionnaires chargée de rejoindre l’équipe de facilitation et collaborer avec le Comité conjoint de suivi et de mise en oeuvre (JOMIC) afin de veiller au suivi, à l’évaluation et à la mise en oeuvre de l’Accord politique global. Elle devra élaborer les termes de référence et le calendrier y relatif et soumettre régulièrement des rapports d’avancement, dont le premier sera à présenter au prochain Sommet extraordinaire de la SADC. Le Sommet fera le point des progrès accomplis dans la mise en oeuvre de l’Accord politique global et entreprendra les actions appropriées à cet égard.

18. La Troïka du Sommet a entériné le rapport du Facilitateur de la SADC sur le dialogue au Zimbabwe et l’a félicité.

19. Se penchant sur les développements survenant sur le Continent au plan politique et sécuritaire, le Sommet s’est déclaré fortement préoccupé de la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire en Côte d’Ivoire, qui a débouché sur l’accroissement du nombre de décès, sur le déplacement des personnes et sur l’influx de réfugiés.

20. Le Sommet a appelé M. Laurent Gbagbo à céder avec effet immédiat le pouvoir à M. Allisane Ouattara, le vainqueur reconnu des élections présidentielles ivoiriennes au plan international, et ce, afin d’éviter toute nouvelle effusion de sang.

21. Abordant les événements se déroulant en Libye, le Sommet a noté avec préoccupation les mesures regrettables prises par certains pays qui vont au-delà de la lettre et de l’esprit de la résolution no. 1973 du Conseil de sécurité des Nations Unies concernant l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne. À cet égard, le Sommet a appelé à l’adhésion à la piste politique qui avait été initiée par l’Union africaine (UA) en faveur de solutions politiques conformes aux résolutions.

22. La Troïka du Sommet a remercié S.E. Rupiah Banda et le Gouvernement et le peuple zambien de leur hospitalité chaleureuse et de l’excellence des dispositions mises en place à l’intention des délégués.

 

Livingstone (Zambie)

Le 31 mars 2011.

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 01/04/11

Publié le par rovahiga

 

http://razafimahazo.free.fr/Descendants/ReporterARR2/img0705/ohlala.jpg

 

Réunion de la Troïka : Rude journée pour Madagascar 

http://www.lexpressmada.com/reunion-de-la-troika-madagascar/22255-rude-journee-pour-madagascar.html 

Le suspens est resté entier jusque tard dans la soirée sur l'avenir de la transition. Les membres de la Troïka de la SADC se sont réunis jusque tard dans la soirée pour discuter du cas de Madagascar. 

Stop ou la suite ! La Troïka, l'organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a planché sur le sort de la transition à Madagascar au cours d'une réunion, occultée par le dossier zimbabwéen. 
Le suspens a duré pendant une partie de la nuit. À minuit, à Livingstone aucune information officielle n'est encore publiée concernant la position de l'organe, dirigé par le président zambien Rupiah Banda et ses homologues sud-africain et mozambicain, Jacob Zuma et Armando Guebuza.
Rejet du gouvernement
Cela n'a pas empêché les parties malgaches d'évoquer le sujet à Antananarivo. Le gouvernement continue d'afficher son optimisme concernant l'issue de … (Suivre le lien)

 

Très loin des rêves qu’on se faisait

http://www.madagascar-tribune.com/Tres-loin-des-reves-qu-on-se,15698.html

Reconnaissance internationale ou pas, le régime est en train de faire vivre au pays une période des plus incertaines depuis la crise. C’est ce que pensent quelques chefs politiques et une poignée d’observateurs. Le gouvernement qui est mis en place est foncièrement politique et ne rassure guère quand on recense parmi ses membres des ténors de la politique politicienne et que l’objectif principal est la marche vers les élections pour concrétiser la 4è République. Jusqu’à maintenant rien n’est encore précis quant au calendrier de ces élections ; le seul repère est le mois de septembre 2011. Les tendances dominantes sont pour l’instant des élections jumelées des présidentielles et des législatives.

Mais jusqu’à maintenant non plus, aucun citoyen ne sait qui sont les candidats ni quels sont leur programme et leur projet. Quand sur la place publique on clamait un changement, on s’attendait à vivre des débats publics sur des thèmes bien précis et non sur des personnes. On rêvait que … (Suivre le lien)

 

Manandafy Rakotonirina : « Mifona aloha … izay vao mihavana »

http://collectif-gtt.org/

Nitaky fifonana am-pahibemaso tamin’ny praminisitra voalohany teo amin’ny FATE ny Filoha nasionalin’ny MFM sady mpikambana ao amin’ny “direction collégiale” mitarika ny Ankolafy RAVALOMANANA eto an-tanindrazana. Misy sarin-tsarina fiarahana mitady hipoitra manko amin’izao fotoana izao ka mailo ny tenany manoloana izany. Notsiahiviny fa efa nampitondra faisana ny vahoaka mpandala ny ara-dalàna ity tanan-kavanan’I TGV teo aloha ity nadritry ny fotoana naha-teo amin’ny toeran’ny praiminisitra azy.

 “Tsy hanaiky fotsiny olona mety hitondra antsika hotifirina isika” hoy … (Suivre le lien)

 

Magro : clash des leaders autour du sujet Roindefo.

http://www.tananews.com/2011/04/magro-clash-des-leaders-autour-du-sujet-roindefo/

Finalement, les partisans des 3 mouvances (ou les zanak’i Dada) n’ont pas la mémoire courte. C’était lorsque Jean-Louis Rakotoamboa du parti Teza a annoncé hier, une visite probable de Monja Roindefo au Magro que les discours de routines ont pris une tournure énigmatique. « J’admets que s’allier avec Monja Roindefo pourrait être une bonne idée, cependant, je tiens à vous rappeler que  ce Monja Roindefo était de ceux qui ont provoqué la chute de Ravalo. Ce même Monja Roindefo était de ceux qui disaient que Ravalo ne pouvait pas rentrer au pays », a réagi Manandafy Rakotonirina. Et d’ajouter qu’avant de s’allier avec les trois mouvances, Monja Roindefo devra s’entretenir en privé avec lui et rendre des comptes aux manifestants du Magro. « Il n’y a point de réconciliation sans … (Suivre le lien)

 

Libération des détenus politiques : Razanamahasoa riposte

http://www.lexpressmada.com/liberation-des-detenus-politiques-madagascar/22252-razanamahasoa-riposte.html

La contradiction est manifeste au sujet de la mesure de libération des détenus dont les poursuites seraient liées à des raisons politiques. Christine Razanamahasoa, ministre de la Justice, a fustigé les dirigeants du Comité de Solidarité aux victimes du non-droit de leur annonce quant au bon déroulement des négociations à l'aboutissement à la mise en liberté provisoire de 50 à 70 personnes. Fetison Rakoto Andrianirina, président du Comité, avait pourtant l'air confiant sur la démarche, samedi, face à la presse. 
Christine Razanamahasoa a indiqué hier qu'elle n'était pas encore saisie de … (Suivre le lien)

 

Rentrée universitaire 2011 suspendue à l’exécution de ce qui a été convenu entre le SECES et l’État

http://www.madagascar-tribune.com/Rentree-universitaire-2011,15695.html

Le syndicat des enseignants chercheurs SECES persiste et signe : l’année universitaire 2011 ne débutera pas tant que l’Etat n’exécutera pas ce qu’il a convenu avec lui. Le SECES a observé et satisfait ce qui lui revient dans la convention conclue avec l’État ; les examens ont été conduits à terme et les résultats ont été publiés. Les concours d’entrée en première année ont été achevés et pédagogiquement tout est prêt pour que l’année universitaire 2011 débute. Mais les enseignants du SECES section Antananarivo ont décidé d’attendre.

C’est la décision prise en assemblée générale ce mercredi 30 mars 2011 à l’amphi 24 de la Fac des Lettres à Ankatso par les membres du syndicat des … (Suivre le lien)

 

Rabesa Zafera Antoine et la rentrée U 2011 : Gérer au mieux avec le ministère des Finances et le SECES

http://www.madagascar-tribune.com/Gerer-au-mieux-avec-le-ministere,15697.html

 « La rentrée universitaire 2011 est une des garanties de la sécurité publique dans le pays » déclare le Professeur ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Rabesa Zafera Antoine. À son avis, les nouveaux bacheliers ont été sur les bancs des écoles et lycées pour la dernière fois en septembre 2010. Sans parler des étudiants universitaires qui attendent la réinscription. « Tôt ou tard, ils réclameront leur droit d’étudier » a-t-il précisé. Il est persuadé que si l’on n’arrive pas à gérer cette … (Suivre le lien)

 

Universités de Madagascar : le ministre négociera.

http://www.tananews.com/2011/04/universites-de-madagascar-le-ministre-negociera/

Contrairement à Athanase Tongavelo, son successeur au ministère de l’enseignement supérieur, Antoine Zafera voit les problèmes des universités d’Antananarivo d’un œil plus vigilant. En effet, le nouveau ministre craint d’énormes troubles sociales dans le pays dans le cas où la grève du SECES perdurerait. Les nouveaux bacheliers ont étudié pour la dernière fois en septembre 2010 et ils pourraient se lever à tout moment pour réclamer leur droit, a-t-il précisé. Afin d’y pallier, Antoine Zafera compte établir une étroite collaboration avec le ministère des Finances et du Budget et engager parallèlement un dialogue avec les enseignants chercheurs. Rappelons que les revendications du SECES se basent toujours sur … (Suivre le lien)

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

MESSAGE D'UN LECTEUR

Publié le par A. (France)

 

Nous n'avons pas la source du texte en question, mais notre ami nous la communiquera plus tard sûrement

rovahiga

 

Voici le texte original en anglais « Leaders of the Southern African Development Community (SADC) on Thursday midnight called for an end to the conflicts in the southern African region, in particular those in Zimbabwe and Madagascar. In a statement, the leaders urged Madagascar to immediately restore constitutional order, pledging full support to the SADC Mediation Team to help Madagascar find a lasting solution to the crisis ».

Traduction : Les Chefs de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC), ce jeudi à minuit, ont appelé à mettre un terme aux conflits dans la région d’Afrique australe, en particulier au Zimbabwe et à Madagascar. Dans une déclaration, ces Chefs ont pressé Madagascar à restaurer dans le plus bref des délais l'ordre constitutionnel, en promettant un soutien total à l'équipe de médiation SADC pour aider ce pays à trouver une solution durable à la crise.

 

A. (France)

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

La SADC juge le changement de régime "inacceptable"

Publié le par AFP

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2011/03/rajoelina-foza.jpg

 

http://www.france24.com/fr/20090330-sadc-retrouve-discuter-madagascar-andry-rajoelina-sanctions-ravalomanana  

 

La Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) estime que le changement de régime à Madagascar est "inacceptable", et pourrait décider de nouvelles sanctions à l'encontre du gouvernement d'Andry Rajoelina

AFP - Le changement de régime à Madagascar est "inacceptable", a déclaré lundi la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) à l'ouverture d'un sommet à Mbabane, la capitale du Swaziland.
  
"Cette prise de pouvoir inconstitutionnelle par un régime de facto à Madagascar viole les principes de base, les protocoles et les traités (du bloc régional) et est inacceptable", selon un communiqué lu par le roi swazi Mswati III.
  
"Nous sommes réunis pour discuter des meilleurs moyens de répondre à la situation actuelle à Madagascar", a poursuivi le monarque qui préside actuellement l'organe de sécurité de la SADC.
  
Le 19 mars, cet organe avait refusé de reconnaître les nouvelles autorités de transition malgaches et menacé de les sanctionner. L'opposant Andry Rajoelina est arrivé au pouvoir à la mi-mars après la démission forcée de l'ex-chef d'Etat, Marc Ravalomanana, lâché par l'armée.
  
La crise politique à Madagascar, qui est l'un des 15 Etats membres de la SADC, a fait plus d'une centaine de morts depuis fin janvier, et paralyse le pays notamment au niveau économique.
  
Lundi, personne ne représentait cette île de l'océan Indien à l'ouverture du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la région.
  
Les présidents sud-africain Kgalema Motlanthe (actuellement à la tête de la SADC), zimbabwéen Robert Mugabe, mozambicain Armando Guebuza et de République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila étaient en revanche présents.
  
Le Zimbabwe, où un gouvernement d'union nationale a été formé à la mi-février, figure également au menu de leurs travaux. Les leaders doivent discuter d'un plan de reconstruction pour ce pays à l'économie moribonde.
  
Fin février, les ministres des Finances de la SADC réunis au Cap avaient promis d'aider Harare à rassembler deux milliards de dollars (1,5 milliard d'euros), sans toutefois promettre d'aide directe.

 

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8