Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SERASERA, TENY MALAGASY : 13/04/11

Publié le par rovahiga

 

Resaka fifidianana «Aza maimaika !», hoy i Manandafy

 

http://tiatanindrazana.com/uploads/manandafy_rakotonirina_(7).jpg

 

http://tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3947&idcat=2&une=1

Niangavy mafy ny mba hihaona amin’ny ankolafy telo, ny delegasion’ny OIF tarihin’i Hugo Sada rehefa avy nitety ireo lehiben’ny andrimpanjakana najoron’ny FAT, nanomboka tamin’i Andry Rajoelina, nanamafy ny fanohanany izao tetezamita izao, sy ny fankasitrahany ny sori-dalana ka hirosoana amin’ny fikarakarana fifidianana amin’izay hamaranana ny krizy.

Tsy nanda ny fihaonana ny ankolafy Ravalomanana. Nihaona teny amin’ny Carlton ny roa tonta omaly hariva. Efa nataon’ny ankolafy Ravalomanana an-tsoratra ny votoatin’ny resaka hifanaovany amin’ity delegasiona vahiny ity, tsy hisian’ny resaka mifandiso na koa fandikana vilana, ary dia natolotra an-tanana. Andriamatoa Manandafy Rakotonirina, filoha nasionalin’ny antoko MFM sady filoha mpiara-mitantana ny ankolafy Ravalomanana no manao sonia ny taratasy, izay nilaza tamin’ny fomba diplaomatika fa tsapa ny fitadiavam-bahaolana amin’ny krizy eto Madagasikara ataon’ny OIF, anisan’izany ny tokony hikarakarana fifidianana malalaka, mangarahara, eken’ny rehetra hamaranana tanteraka ny krizy.

Na izany aza dia ny fehin-kevitry ny Troika SADC no fantatray sy mbola tananay, ka aoka aloha aza maimaika manao sarety mialoha omby, hoy i Mananadafy. Lavinay, koa hoy izy, ny fikarakarana samirery fifidianana ataon’ny FAT. Na izany aza anefa, hoy ny ankolafy Ravalomanana dia antenaina fa hanao tolotanana ny OIF amin’ny fikarakarana fifidianana eo ambany fiahian’ny Firenena Mikambana.

 

Famonoana dokotera tao Toamasina Miala any sahady ny sakantsakana sy fandrahonana

http://tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3945&idcat=6

Mbola resabe ao Toamasina ny famonoana tamin’ny fomba feno habibiana ny Dr Laivao. Ao anaty fanadihadiana lalina ny polisy amin’ireo 12 efa voasambotra, izay mety mbola hitatra. Rahampitso alakamisy no mety hiakatra fampanoavana ireo 12 voarohirohy, ahitana dokotera, mpitsabo mpanampy, miaramila misotro ronono, olon-tsotra ary mpiasan’ny Colas miasa amin’ny RN2. Re anefa izao fa misy sahady ny fandrahonana sy fanakantsakanana ny tsy hahavitana ny famotorana. Tapa-kevitra hatramin’ny farany anefa ny polisy sy ny zandary, fa tsy maintsy hivoaka ny marina.

Ny fikambanan’ny dokotera ao Toamasina, tarihan’ny filohany Ratiarison Nestor koa nitaky ny hamoahana ny marina rehetra sy hanasaziana izay nahavanon-doza manodidina ity nahafaty ny naman’izy ireo ity. Tsy ny mpanao fanadihadiana ihany no tratry ny fandrahonana izao, fa lasibatra hatramin’ilay olon-tsotra nanome ny fiarany hanaovana ny fanarahan-dia ny jiolahy tamin’ny lalam-pirenena faha-2 ihany koa. Nanomboka ny alakamisy lasa teo dia mahazo fandrahonana tsy miato ity olon-tsotra tsara sitrapo ity, ka mahazo antso toy hoe “anjaranao sy anjaranareo indray izao ny manaraka”. Tsy misy mihemotra eto, hoy ny mpitandro ny filaminana. “Ny marina tsy mba maty”, hoy kosa ireo fianakavian’ny maty sy ireo mpiara-miasa aminy. “Tsy maintsy mamita ny saziny, izay mety ho sazy mandra-pahafaty no miandry ireo mety nahavanona sy mpiray tendro aminy raha ny lalàna malagasy no arahina”, hoy kosa ireo mpahay lalàna miandry ireo voarohirohy tamin’ity raharaha hiakatra eo aminy tsy ho ela ity.

 

SECES Mivaha ny olana ara-bola vao miditra ny mpianatra

http://tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=3951&idcat=6

«Tsy mbola voavaha ny fitakianay matoa izahay nanatanteraka ity «Conseil National» ity», hoy Rasoamiaramanana Armand, filohan’ny SECES. Nambarany anefa fa misy tsirim-panantenana ihany ny fahitam-bahaolana raha ny fihaonana nataon-dry zareo niaraka tamin’ny minisitra vaovao sady filohan’ny Oniversiten’i Mahajanga, Rabesa Zafera Antoine. «Miankina amin’ny fanatanterahan’ny fanjakana amin’ny fomba haingana ny anjara andraikiny ny daty fidiran’ny Oniversitem-panjakana manerana ny Nosy taom-pianarana 2010-2011», hoy ny SECES. Mikasika ny raharaham-pirenena dia nanambara ny SECES fa « tsy misy zavatra miova ny amin’ny famahana ny krizy eto amin’ny firenena ankehitriny, mihitsoka tanteraka isika ary mbola miha mitombo aza ny fahantrana, ny fandriampahalemana tsy ahitam-bahaolana.

Hita fa mihavery ny fiandrianam-pirenena fa miditra manelanelana daholo izao fikambanana samihafa izao. Endrika vaovao hamerenana ny fanagiazana ara-politika sy ara-toekarena ny Malagasy mitovy amin’ny any amin’ireo tany Afrikanina hafa ny zava-misy, tena fiverenan’ny fanjanahantany amin’ny endriny vaovao. Variana amin’ny krizy misy ny Malagasy fa ao ambadika ry zareo vahiny mitrandraka ny harem-pirenena. Mitaky ny handraisan’ny fitondram-panjakana andraikitra ny amin’izany ny SECES, mitaky ihany koa ny hampitsaharana ny fanosihosena ny zon’ny Malagasy fa «izahay dia handray ny andraikitra tandrify anay».

Tsy hisy taom-pianarana misokatra eny amin’ny Oniversite 6 eto amin’ny Nosy raha tsy voavaha ny fitakiana nataonay, hoy ry zareo ao amin’ny SECES na ny Sendikan’ny mpampianatra mpikaroka eny amin’ny sampam-pampianarana ambony omaly nandritra ny famaranana ny Filankevi-pirenena nataon-dry zareo nandritra ny roa andro teny Ankatso.

 

Monja Roindefo: Mitohy ny fanatonana ny ankolafy telo

http://www.basyvava.com/2011/04/13/monja-roindefo-mitohy-ny-fanatonana-ny-ankolafy-telo/

Nanomboka tamin’ny fanamarihana ny datin’ny 29 martsa lasa teo izay fahatsiarovana ny tolona nataon’ireo mahery fo tamin’ny 1947 no nahitana an’andriamatoa Monja Roindefo, praiminitra teo aloha sy filoha mpitarika ny antoko Monima amin’izao niaraka tamin’ny ankolafy telo (ankolafy Ravalomanana sy Ratsiraka ary Zafy Albert) nanatitra fehezam-boninkazo. Taorin’io dia maro ireo mpikambana tao amin’ny ankolafy telo no tsy nankasitraka ny fiarahana amin’andriamatoa Monja Roindefo. Anisan’izany andriamatoa Manandafy Rakotonirina avy amin’ny ankolafy Ravalomanana. Ny antony moa dia ny fanagadrana ireo mpikambana teo amin’ity ankolafy ity ihany fony andriamatoa Monja Roindefo praiministra niaraka tamin’ingahy Andry Rajoelina. Na dia nisy aza anefa izany rehetra izany dia … (Araho ny rohy)

 

FIHETSIKETSEHANA TAO SOAVINANDRIANA

Nitaky ny fanalana ny CB-n’ny zandary ny mponina

http://taratramada.com/spip.php?article8841

Fanararaotam-pahefana, fihetsika mamoafady… nataon’ny kaomandin’ny Borigadin’ny zandary”. Ireo no voalaza fa anton’ny fihetsiketsehana nataon’ny mponina tao Soavinandriana, Itasy.

Fanararaotam-pahefana, fihetsika mamoafady… nataon’ny kaomandin’ny Borigadin’ny zandary”. Ireo no voalaza fa anton’ny fihetsiketsehana nataon’ny mponina tao an-tampon-tanànan’i Soavinandriana, Itasy, nanoloana ny borigadin’ny zandarimaria, omaly tolakandro. Omaly ihany, araka ny fantatra, dia efa nesorina tao amin’io borigady io ity tompon’andraikitra ity. 

Raikitra ny savorovoro tao an-tampon-tanànan’i Soavinandriana Itasy, omaly. Nitangorona teo anoloan’ny tobin’ny zandary sy teo amin’ny fivondronana ny olona tany an-toerana. Fitakiana ny hamoahana tovolahy roa nosamborin’ny zandary sy fitakiana ny hamoahana ny kaomandin’ny … (Araho ny rohy)

 

Ankolafy telo: « Tsy ho ela ny tetezamita tena izy »

http://www.taratramada.com/spip.php?rubrique7#

Tsy hiandry ny fivorian’ny Sadc ny fananganana ny tetezamita iraisana sy tenierana. Efa eo amin’ny fampitoviana hevitra ny ankolafy telo ka ho fantatra rahampitso (anio) izany”, hoy ny depiote Mektoub tao amin’ny Magro Behoririka, omaly. Mety hiara-dalana amin’izy ireo ve izany i Monja Roindefo sy Raymond Ranjeva ?

Ho an’ny ankolafy telo, efa lany andro ny fitondrana Rajoelina. “Tsy ara-dalàna ny tetezamita ary efa naneho ny tsy fankatoavany izany ny amerikanina ka tsy misy intsony ny sakana”, hoy ihany izy.

Etsy andaniny, nambaran’i Olivier Rakotovazaha fa na hikoropaka aza ny Fat tsy … (Araho ny rohy)

 

rov@higa


Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

LA MOUVANCE RAVALOMANANA A LA DELEGATION DE L’OIF

Publié le par rovahiga

 

http://www.tananews.com/2011/04/lettre-de-la-mouvance-ravalomanana-a-loif/

 

http://www.matv.mg/wp-content/uploads/2011/03/624.jpg

 

La Mouvance Marc Ravalomanana
A

Messieurs les Chefs de délégation de l’OIF

Hôtel Carlton Antananarivo.

 

Messieurs,

Nous avions pris bonne note de votre position pour solutionner la crise politique à Madagascar, en particulier sur la nécessité d’organiser des élections libres, transparentes et crédibles en vue du règlement définitif de ladite crise.
Comme vous le savez, nous nous en tenons à la décision du Troïka du SADC. En conséquence, nous estimons précoces et inopportunes toutes actions contraires à cette décision dont des élections décidées et préparées unilatéralement par la H A T et nous ne pouvons y accorder crédit.
Cependant, nous comptons sur votre appui sous la supervision des Nations Unies pour les élections définies après signature définitive des accords politiques de règlement de la crise.

 

Veuillez agréer, Messieurs, nos hautes considérations.

 

Pour la Mouvance Ravalomanana

 

Signé Manandafy Rakotonirina
Co-Chef de délégation

 

 

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 13/04/11

Publié le par rovahiga

 

A LA UNE

Carburant : la suspension de la distribution frôlée de peu.

http://www.tananews.com/2011/04/carburant-la-suspension-de-la-distribution-frolee-de-peu/

http://www.tananews.com/wp-content/uploads/2011/04/station-s.jpg

 

La menace de suspension de la distribution de carburant faite par les gérants des stations-services a entrainé une réaction de panique chez les consommateurs. Aussi, de longues files d’attente se sont fait remarquées auprès de la majorité de ces points de vente, hier dans l’après-midi. Plus de peur que de mal, la décision du GPGLSS (Groupement Professionnel des Gérants Libres de Stations-services) a été annulée à la dernière heure. En effet, le ministre des mines et des hydrocarbures, Mamy Ratovomalala a finalement cédé sur la revendication des gérants de stations-services. Une hausse des prix à la pompe étant toujours préférable à une suspension de distribution, une révision de 50ar/litre a été accordée par le ministère. Cette hausse concernera l’essence sans plomb 91, aussi bien que le super sans plomb 95 et le gasoil. Selon le ministre Mamy Ratovomalala, cette solution a été adoptée en tenant compte des contraintes de tout un chacun, allant des gérants des stations-services à la masse populaire, en passant par les transporteurs publics et particuliers. Les membres du  GPM (Groupement des Pétroliers de Madagascar) demeurent toutefois perdants vis-à-vis de cette mesure. Ces derniers s’engagent toujours dans une vente à perte, un fait auquel ils ont dû faire face depuis plusieurs mois. Effectivement, la hausse de 50 ar est toujours loin d’être à la hauteur des prix mondiaux du brut, malgré leur tendance à baisser depuis quelques jours. Malgré tout, Mamy Ratovomalala a indiqué que les pétroliers malgaches ont un devoir de concession afin de contribuer à la stabilité sociale de la population. Encore des opérateurs qui doivent payer de leurs propres frais les bêtises et incompétences du régime.

 

HAUSSE DE 50 ARIARY/L À LA POMPE

http://les-nouvelles.com/spip.php?article9124

Les gérants satisfaits, les pétroliers déçus, les autorités jubilent 

Fausse alerte. Les stations-services ne fermeront pas cette matinée. Les usagers pourront tranquillement s’approvisionner en carburants dans toutes les stations services du pays.

Les gérants sont revenus sur leur décision de « fermer boutique » après avoir eu gain de cause en ce qui concerne leurs marges. Par contre, les pétroliers ont été plus que déçus après avoir rencontré les autorités qui s’en sont bien tirées d’une situation délicate. 

Le problème de la fixation des prix à la pompe reste entier. Les décisions prises lors de la rencontre d’aujourd’hui avec toutes les parties concernées n’ont pas pu satisfaire tout le monde.

Une rencontre s’est tenue hier au ministère des Finances et du budget, au cours de laquelle le … (Suivre le lien)

 

POLITIQUE / VIE DE PARTIS

Non-respect des Droits de l’Homme, le régime prend la totale.

http://www.tananews.com/2011/04/non-respect-des-droits-de-l%E2%80%99homme-le-regime-prend-la-totale/

A travers un document long de 29 pages, les Etats-Unis condamnent les actes de non respect de Droits de l’Homme perpétrés par le régime d’Andry Rajoelina. Ce régime, cité une fois de plus comme étant issu d’un Coup d’Etat appuyé par des hommes armés, a récolté un panoplie de points négatifs, allant de privation de la liberté d’expression à un scrutin référendaire organisé unilatéralement, en passant par les arrestations arbitraires la corruption ou encore la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Ce rapport des Etats-Unis sur le non-respect des Droits de l’Homme à Madagascar établi en effet la suite logique sur les mouvements de protestations contre le régime qui ont été … (Suivre le lien)

 

Agitation !!!

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15919:agitation--&catid=44:chut

 Le rapport sur le respect des droits de l'Homme par le Département d'Etat du gouvernement américain prouve bien que le régime de Andry Rajoelina n'est pas en odeur de sainteté avec Obama et son équipe. Quand on sait que jusqu à présent l'Union Européenne s'en tient à sa déclaration du mois de février 2010, rejetant la nomination du PM Vital et dénonçant le caractère unilatéral du processus, les observateurs se posent la question si … (Suivre le lien)

 

Tentative de regroupement des opposants à la HAT

http://www.madonline.com/article.php?article_id=4811&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+%28Madagascar+Online+%3A+Le+premier+magazine+d%27actualit%C3%A9+en+ligne%2C+sp%C3%A9cialis%C3%A9+sur+Madagascar%29

Les trois mouvances des anciens présidents ne seront probablement plus seules pour longtemps pour s'opposer à la Haute autorité de la Transition. D'autres entités sont sur le point de s'allier pour faire face à Andry Rajoelina et à son équipe.

Parmi les nouveaux venus dans le giron de l'opposition, on peut citer le mouvement "Vonjy Aina" du professeur Raymond Ranjeva. Ce dernier a revendiqué la direction d'une nouvelle Transition depuis plusieurs mois, mais en vain. La situation a tourné en sa défaveur, quand la HAT l'avait soupçonné d'avoir soutenu la mutinerie du camp de la BANI en novembre 2010.

D'autres entités pourraient également grossir le rang d'un nouveau groupement de l'opposition. Une nouvelle alliance anti-HAT verra sans doute le jour très bientôt. Une première réunion avait déjà eu lieu dans la capitale. (FIN)

 

Négociations : Bras de fer autour de la Feuille de route

http://lexpressmada.com/negociations-madagascar/22603-bras-de-fer-autour-de-la-feuille-de-route.html

Le régime de la Transition, tout comme les Trois mouvances, ne souhaitent faire aucune concession à propos du texte de la Feuille de route paraphée.

Le jour de son départ de Madagascar, la délégation de la Communauté de l’océan Indien (COI), a laissé clairement entendre que « la Feuille de route n’est pas close jusqu’à sa signature ». Une affirmation adressée aux différentes positions politiques, du régime et de l’opposition, qui laisse entrevoir d’éventuelles modifications du texte paraphé à Ivato, et éventuellement de trouver de nouveaux accords. En réaction, chaque camp essaye de maintenir sa position d’avant la venue de cette délégation conduite par Arvin Boolell, ministre mauricien des Affaires étrangères. L’opposition, incarnée surtout par les mouvances des trois anciens présidents, les Trois mouvances, ont clairement affirmé leur … (Suivre le lien)

 

Mission de la COI: Arvin Boolell fustige une certaine presse

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=11889&Itemid=55

Rentré à Maurice après avoir mené une délégation de la Commission de l’Océan Indien, le ministre mauricien des Affaires étrangères a tenu une conférence de presse dont de larges extraits du compte-rendu publié par l’Express Mauricien (lundi dernier), sont rapportés ci-après.

Le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell nie que sa visite à Madagascar durant le week-end ait provoqué des tensions, voire un attentat à la bombe. Les articles de presse sur des incidents qui se seraient produits durant la visite de la délégation de la Commission de l’Océan Indien ne sont pas fondés, soutient le ministre.

Arvin Boolell est furieux. Rentré de Madagascar, hier, le ministre dit l’être «avec raison». En effet, selon  la presse malgache et repris ici par les radios privées, selon lesquels, sa … (Suivre le lien)

 

André Rasolo : « Oui aux élections, mais... »

http://lexpressmada.com/andre-rasolo-madagascar/22604--oui-aux-elections-mais...-.html

Le membre de la Coordination nationale des organisations de la société civile (CNOSC) exige des conditions favorables en vue des élections crédibles.

 

• Quelle est la position de la CNOSC face à la détermination de la Haute autorité de la transition (HAT), avec la France et la COI, d'aller vers les élections ? 

- La HAT a raison de donner la voix aux électeurs. Cependant, la CNOSC n'a pas tort de chercher à créer des conditions favorables avant l'organisation des élections crédibles. Il s'agit pour nous de … (Suivre le lien)

 

CENI : Risque de grève des agents électoraux

http://www.matv.mg/

Des problèmes se posent déjà concernant les préparatifs des futures consultations populaires dont le premier responsable désigné est la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Quelques semaines après le démarrage officiel de la campagne de refonte des listes électorales, les agents électoraux grognent, faute de motivation.
En effet, les Chefs des 192 fokontany de la Commune Urbaine d’Antananarivo réunis au sein du « Fokontany Iarivo Miray » (FIAM) ont exprimé leurs inquiétudes. Selon les explications du Président du FIAM, Francis Alain Ratiananirina, les agents électoraux manquent de motivation dans l’exécution de leurs tâches. Ceci du fait qu’ au … (Suivre le lien)

 

Trois mouvances : un nouveau gouvernement aussi

http://www.madaplus.fr/Trois-mouvances-un-nouveau-gouvernement-aussi_a1449.html

Les trois mouvances (Zafy Albert, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana), plus solidaires que jamais, vont ériger un gouvernement eux aussi, probablement au – delà du 31 mars. Cette date n’est pas fortuite, puisqu’il s’agit du jour annoncé pour la réunion de la Troïka de la SADC – Communauté de Développement de l’Afrique australe- afin d’examiner la feuille de route paraphée à Ivato. L’idée de ce gouvernement supplémentaire relève de la fin de la transition, selon l’Ordonnance ayant institué la Haute Autorité de la Transition, ont expliqué les partisans des trois mouvances. Tsivahiny Hermann, par exemple, Président de l’association « Tsy vahiny fa tompontany » de Toamasina, a expliqué que … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

Dans la jungle !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15918:dans-la-jungle-&catid=42:editorial

La vie économique de Madagascar ressemble pour les simples gens à une vie dans la jungle dans laquelle chacun essaie de travailler dans son coin à l'abri des regards indiscrets des journalistes critiques ou pertinents. A l'abri aussi et surtout de ses concurrents qui sont un peu trop regardants et qui risquent de les absorber, de lui débaucher sa clientèle ou de séduire ses fournisseurs. Chacun tente de ne pas attirer ou de susciter les appétits des plus puissants que soi. Quelques opérateurs ont des manières de faire pour être ami avec l'Administration et obtenir des privilèges ou pour … (Suivre le lien)

 

Commerce illégal d’or: L’Etat laisse faire

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=11888&Itemid=55

Une période de transition est certes complexe mais ce n’est pas une raison pour cautionner de fait l’illégalité. C’est le cas notamment du commerce d’or qui du côté d’Analakely, le long de la rue du lycée Rabearivelo qui par téléphone par l’intermédiaire des annonces de presse qu’un certain journal publie sans savoir si la pratique est légale ou non, du moment que l’argent rentre ; l’argent n’a pas d’odeur, n’est-ce pas ?

La hausse des cours du métal jaune sur le marché international expliquerait sans doute la prospérité de ce commerce dans la rue. En tout cas, ce dernier confirme l’existence de richesses aurifères dans le pays qui … (Suivre le lien)

 

SOCIAL

Enseignement supérieur : Rentrée universitaire incertaine

http://lexpressmada.com/enseignement-superieur-madagascar/22596-rentree-universitaire-incertaine.html

La crise minant l'enseignement supérieur connait une amélioration. Mais la nouvelle est loin de réjouir les étudiants.

L'optimisme du Syndicat des enseignants chercheurs de l'enseignement supérieur (Seces) après sa rencontre avec le ministre de l'Enseignement supérieur, Antoine Zafera Rabesa, n'a pas permis de déterminer la date prochaine de la rentrée universitaire. Le Seces réitère même sa détermination de ne pas entamer une nouvelle année universitaire sans la satisfaction de ses revendications. « Nous n'allons pas revenir dans les salles de classe sans … (Suivre le lien)

 

Cenam 67 ha : Un village artisanal déserté

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15910:cenam-67-ha--un-village-artisanal-deserte&catid=35:economie&Itemid=61

Les artisans du CENAM lancent actuellement un appel de détresse. "tsy misy tsena" (pas de marché) annonce une brodeuse, "tsy misy olona" (pas de client) ajoute une confectionneuse. Les produits sont intéressants, certes, mais les commerçants ne rigolent pas sur le prix. Destinées aux touristes, ces boutiques s'adressent également aux amateurs d'art malagasy ainsi qu'aux jeunes filles qui portent fièrement ces produits comme un phénomène de mode perpétuel. Malheureusement, … (Suivre le lien)

 

ICI ET LA

Sabotsy Mahitsy : Un monomoteur crashe

http://lexpressmada.com/sabotsy-mahitsy-madagascar/22614-un-monomoteur-crashe.html

L'avion de trois Français s'est écrasé en montagne. Les rescapés ont du être évacués en hélicoptère.

Trois ressortissants français ont frôlé la mort à 24 kilomètres de l'aéroport international d'Ivato, hier en fin d'après-midi. Aux alentours de 16h30, leur monomoteur s'est abimé dans les collines environnantes de Sabotsy, un petit village situé du côté de Mahitsy. D'emblée, la tour de contrôle a donné l'alerte. Un hélicoptère a été dépêché sur les lieux avec une équipe médicale à bord. Les rescapés ont été acheminés jusqu'à l'aéroport international d'Ivato en hélicoptère où un véhicule de l'assistance médicale les attendait. Ils ont été ensuite évacués dans un … (Suivre le lien)

 

rov@higa

 

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Contre les agressions impérialistes françaises en Afrique

Publié le par Michel Collon info

 

 

http://www.michelcollon.info/Contre-les-agressions.html

Les frappes françaises du 4 avril à Abidjan démontrent plus que jamais quelle option a choisi la France dans sa politique étrangère en Afrique. En détruisant aujourd’hui ce qu’il a « aidé » à construire hier sous le règne d’Houphouët Boigny à coup de prêt à taux préférentiels et d’aide liée, le gouvernement français confirme aux yeux du monde son image de force impérialiste en Afrique au service du capital international.

Après avoir poussé la communauté internationale à intervenir contre le régime Khadafi, anciennement ami de Mr Sarkozy et entraîné la Lybie vers une guerre civile déstabilisante pour tout le Maghreb, la France, par cette dernière action plonge toute la nation ivoirienne vers le déchirement et renforce un peu plus le sentiment francophobe dans ce pays autrefois considéré comme un miracle économique du système libéral.

 

Le miracle ivoirien est bien loin et tout sera à reconstruire au sortir de cette guerre civile dont les plus grands vainqueurs seront les entreprises françaises, qui seront rappelées par leur ami Allassane Ouattara pour la reconstruction du pays. Et ce alors que depuis dix ans, ils ont aidé à le détruire, en finançant chacun des camps en conflit. L’histoire de la Côte d’Ivoire ces dix dernières années a été construite par des acteurs politiques véreux contre un peuple et son développement. Ce peuple meurtri dans son identité est entrain de vivre les moments les plus troubles de son existence après cinquante années « d’indépendance ».

 

En effet, traumatisée par un coup d’Etat militaire en décembre 1999, elle n’a pu se remettre d’une élection en 2000 qui, de mémoire, était tout aussi calamiteuse. Celle-ci ayant été animée par la rhétorique xénophobe issue d’un concept tant abject que trivial, résumé par le vocable « ivoirité ».

 

La suite, nous la connaissons : une rébellion qui va éclater le 19 septembre 2002, coupant le pays en deux. Après plusieurs accords politiques, une gestion collégiale du pouvoir intervient entre les deux parties ennemies. Le dernier des accords fut l’accord politique de Ouagadougou (APO), décidant de la tenue d’une élection présidentielle avec un code électoral spécial et de la mise sur pied d’une commission électorale particulière. Présentée comme l’issue finale après dix ans de conflit, dont les conséquences en vies humaines restent incalculables, cette élection voit sombrer définitivement un peuple autrefois envié de toute l’Afrique.

 

Des milliers de mort-e-s, de disparu-e-s et de réfugié-e-s pour en arriver à un coup de force impérialiste de la France et de l’ONU sans que l’Afrique ait son mot à dire.

 

En solidarité avec les peuples meurtris par les agressions, les réseaux CADTM Afrique et ATTAC Afrique appellent à une mobilisation des peuples contre les visées impérialistes du capitalisme néolibéral mondialisé en Côte d’ivoire, tout comme en Libye, et contre les interventions militaires françaises répétées en Afrique. Les réseaux ATTAC Afrique et CADTM Afrique exigent de la France le démantèlement de ses bases militaires en Afrique, par le biais desquelles elle continue sa politique néocoloniale sur le continent.

 

Source : CADTM

Alassane Ouattara - Françafrique - Houphouët Boigny - Impérialisme - ONU - Sarkozy

 


Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

ANTICIPEZ, ANTICIPEZ !!!

Publié le par rovahiga

 

Les trois mouvances et  les partis de l’opposition sont ils conscients de « la trop grande importance » qu’ils accordent au régime putschistes ? Ou posons la question autrement : que feront les opposants si le régime putschistes repousse toute autre proposition de partage de pouvoir dans une vraie transition ? Car quoi qu’on en pense, une institution internationale comme la Commission de l’Océan Indien dont fait partie la France appuyée par l’Organisation Internationale de la Francophonie et des pays comme la Turquie, le Pakistan, … fait son poids dans l’arène de la diplomatie. Et comme le régime de fait est dirigé du plus haut de l’échelle en passant à la primature jusqu’au ministère des affaires étrangères par des français … ! Qu’est-ce qui fait courir la « reny malala » (la mère patrie) de la Tunisie à la Libye, de la Côte d’Ivoire à Madagascar et j’en passe, sinon la vague de libération des peuples qui leur court  après depuis 50 ans, et la recherche de terrain favorable à leur dessein ?

 

Il ne s’agit pas bien sûr de se faire peur, mais d’inviter nos grands décideurs de l’opposition à rester réalistes jusqu’au bout. Deux ans qu’on nage pour atteindre l’autre rive cela suffit, à moins d’avoir l’âme d’un masochiste. Ce sont toutes les richesses nationales qui partent en fumée entretemps pour se faire re-colonialiser et on n’a eu comme solution que de prier le chef putschiste de bien vouloir renégocier ! Pendant qu’on tourne en rond, ces messieurs-dames se constituent de vraies caves d’Ali baba de façon éhontée ! Le peuple à côté se débat comme des forcenés pour ne pas vendre leur âme au diable histoire de se mettre quelque chose sous la dent. La nouvelle alliance qui se dessine revigore un tant soit peu nos militants qui ne savent plus sur quel pied danser. Ne les décevons surtout pas sous peine d’encaisser des  réactions ou vents contraires.

 

La ministre des affaires étranges vient de nous démontrer  pleine de conviction, que la mission de la COI qui vient de prendre fin a eu avant de venir à Madagascar la bénédiction de la SADC ! Et moi bonne poire que dois-je raconter aux gens, et me croiront-ils ? Si la lutte qu’on mène se résume à attendre de délai en délai, j’aurais du patienter jusqu’au mois de mai 2011 avant d’ouvrir ce blog. Comme cela, je pourrai encore tenir jusqu’en 2013 pour raconter « la prise de pouvoir du pasteur Mailhol !», une autre paire de manche

 

rov@higa


Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

La politique des États-Unis à l’égard de l’Afrique en 2011

Publié le par Département d'état US

 

Discours de M. Johnnie Carson sur la politique des États-Unis à l’égard de l’Afrique en 2011 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/db/Johnnie_carson_africom_2009.jpg/200px-Johnnie_carson_africom_2009.jpg Johnnie Carson

 

WASHINGTON, 11 avril 2011/African Press Organization (APO)/ — Département d’État

Allocution de M. Johnnie Carson, secrétaire d’État adjoint Bureau des affaires africaines

 

Centre Woodrow Wilson

Washington

Le 5 avril 2011

 

La politique des États-Unis envers l’Afrique en 2011 : les enjeux du temps présent

 

Je tiens à remercier Steve McDonald et le centre Woodrow Wilson de m’avoir invité à prendre la parole aujourd’hui. C’est un plaisir pour moi d’être en compagnie d’amis et de collègues de longue date. Le centre Woodrow Wilson joue un rôle vital en proposant aux décideurs, dont je fais partie, des réflexions et analyses profondes qui nous guident dans nos travaux.

 

Mon intention au départ était de brosser les grandes lignes des questions et orientations principales que nous pressentons pour l’année à venir. Mais avant de le faire, je voudrais attirer votre attention sur deux situations qui préoccupent les États-Unis par leur nature grave et immédiate. La première a été largement éclipsée par l’actualité au Japon, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Elle ne fait pas les gros titres dans la presse écrite et les réseaux de télédiffusion ne s’y intéressent pas beaucoup non plus. Pourtant, c’est une situation à laquelle nous devrions tous faire attention. Je veux parler des élections au Nigéria.

 

Le Nigéria est l’un des deux pays les plus importants d’Afrique subsaharienne, et ce qui se passe au Nigéria a des conséquences pour l’Afrique, les États-Unis et la communauté mondiale. Le week-end dernier, le Nigéria devait tenir la première d’une série d’élections qui imprimeront la direction du pays le plus peuplé d’Afrique et de la deuxième économie du continent.

 

Le Nigéria n’a pas connu d’élections nationales crédibles depuis 1993, et surmonter un tel héritage négatif demeure un obstacle de taille. On l’a bien vu samedi, quand la commission électorale nationale indépendante (l’INEC) est intervenue quelques heures seulement après l’ouverture du scrutin pour annoncer le report du premier tour des élections législatives. Ce report était motivé par diverses considérations logistiques, notamment le fait que de nombreux bureaux de vote à travers le pays n’avaient pas reçu le matériel électoral nécessaire. Nous partageons la déception de l’INEC et du peuple nigérian face au report de cette importante échéance électorale et renouvelons notre appel à des élections crédibles et transparentes dans ce pays africain d’importance critique.

 

Comme vous êtes nombreux à le savoir, les dernières élections nationales, en 2007, avaient été entachées de déficiences profondes et elles ne reflétaient en aucune façon l’aptitude et la capacité du Nigéria d’organiser et de mener des élections. En outre, elles avaient plongé bien des Nigérians dans l’embarras. Des manouvres frauduleuses et le vol des urnes s’étaient déroulés sous les yeux du public. La violence était endémique, et dans bien des endroits personne n’avait même voté. Les résultats annoncés par la commission électorale n’avaient rien à voir avec la réalité.

 

La majorité des observateurs nigérians et internationaux s’étaient accordés à qualifier les élections de 2007 de revers sérieux pour la démocratie en Afrique. Si le président de l’INEC de l’époque, Maurice Ewu, a quitté la commission, à ce jour personne n’a été tenu responsable de la fraude et de la mauvaise gestion de ces élections.

 

La nomination d’Attahiru Jega en juin dernier à la tête de la commission électorale nationale a renforcé l’espoir que les élections de cette année allaient satisfaire aux critères élémentaires de crédibilité. M. Jega est un administrateur universitaire, professeur et militant de la société civile respecté et sa désignation a apporté à cette fonction une intégrité et une compétence dont le besoin se faisait grandement sentir. Il a incité de nombreux Nigérians à s’impliquer bien plus activement dans le processus électoral et à exiger une transparence accrue afin de combattre la fraude.

En outre, M. Jega a accru l’accès des observateurs internationaux à la commission électorale et il s’est montré réceptif aux conseils des experts électoraux d’Amérique latine, d’Afrique et des États-Unis.

 

Toutefois, comme nous l’avons vu le week-end dernier, un homme, à lui seul, ne peut surmonter des problèmes systémiques et logistiques considérables de même qui ni un seul homme ni un seul scrutin ne peuvent transformer une culture politique où le trucage électoral constitue la norme depuis des décennies. Les défis logistiques et la confusion inévitable associés à l’administration d’élections dans un pays de la taille du Nigéria et avec sa démographie – sans parler de la médiocrité de son infrastructure – créent des occasions propices à la manipulation politique. Certaines personnalités politiques ont agi de manière à compliquer la tâche déjà difficile d’une supervision électorale adéquate.

 

Bien que le degré de violence associé aux élections de 2011 puisse, dans certains endroits, paraître réduit en comparaison de ce que nous avons vu en 2007, il n’empêche que toute violence électorale est inacceptable et elle jette une ombre sur la totalité du processus électoral. L’assassinat de candidats, les attentats à la bombe, les émeutes, les jets de pierres sur les cortèges de voitures et d’autres formes de vandalisme politique doivent être condamnés. Il ne faut pas laisser triompher ceux qui essaient de tout gâcher.

 

Malgré le faux départ du week-end dernier, nous encourageons tous les Nigérians à exercer leur droit de vote et à exiger que le dépouillement s’effectue ouvertement et de manière transparente. Le fait que les électeurs nigérians se soient rendus aux urnes en grand nombre et dans le calme samedi dernier est une indication positive de leurs aspirations démocratiques. Nous continuons de soutenir pleinement M. Jega et les autres responsables électoraux de même sensibilité qui s’efforcent de produire de meilleurs résultats. Mais nous suivons l’environnement politique de près. La démocratie est importante et nous sommes prêts à prendre les mesures voulues à l’encontre des individus qui bafouent les normes démocratiques fondamentales, comme nous l’avons fait, par exemple, en Côte d’Ivoire, au Zimbabwe et à Madagascar.

 

Notre gouvernement ne va pas fermer les yeux sur une réédition des violences politiques et du vol électoral général qui se sont produits en 2007. Si les prochaines élections nigérianes ne se passent pas sensiblement mieux qu’en

2007 et qu’elles ne répondent pas aux attentes de la majorité de l’électorat, la nation et ses citoyens perdront confiance en leurs chefs, en leurs institutions démocratiques et en la capacité du pays de maintenir le cap de la démocratie.

 

Nous pensons que le Nigéria a une occasion historique de donner à son peuple la possibilité d’élire ses représentants aux échelles locale, étatique et nationale dans un climat affranchi de toute violence et de toute intimidation. Nous espérons que cette occasion ne sera pas perdue.

 

La crise actuelle en Côte d’Ivoire est une autre situation qui préoccupe gravement les États-Unis. Depuis quatre mois, l’Union africaine (UA), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les Nations unies ne cessent d’exhorter Laurent Gbagbo à accepter le choix des électeurs ivoiriens et à céder le pouvoir à Alassane Ouattara, vainqueur des élections présidentielles de novembre dernier. Les observateurs accrédités, tant ivoiriens qu’internationaux, ont déterminé que les premier et second tours du scrutin avaient été libres, justes et crédibles. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies a effectué une analyse séparée approfondie de plus de 20.000 feuilles de pointage obtenues de tous les bureaux de vote et a convenu de la détermination faite par la Commission électorale indépendante ivoirienne que M. Ouattara avait remporté le second tour avec 54 % des voix. Mais le Conseil constitutionnel de la Côte d’Ivoire a entrepris d’annuler les résultats de plusieurs circonscriptions du nord du pays pour éliminer la marge de victoire d’Alassane Ouattara – ce qu’il a fait sans se soucier d’expliquer dans la transparence les contestations sur lesquelles il avait fondé sa décision.

 

Ayant perdu les élections mais refusant de céder le pouvoir, Laurent Gbagbo a fait le pari maintenant que le chaos actuel, la violence et la crise humanitaire pousseraient l’Union africaine et la communauté internationale à faire marche arrière et à accepter un compromis. Son intransigeance a exacerbé les tensions et a déclenché la violence dans tout le pays ; M.

Gbagbo et ses ministres ont ouvertement menacé l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), qui est chargée de protéger les civils pris dans le tir de ses ambitions politiques. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées, et après la violence de la semaine dernière, il est probable que le nombre des morts dépasse maintenant le millier.

 

Les efforts de M. Gbagbo pour s’accrocher au pouvoir sans se soucier aucunement de leurs conséquences pour les millions de citoyens ivoiriens, la stabilité régionale et la réputation de l’Afrique sont une insulte directe aux millions d’Africains qui ont tant fait au cours des dernières années pour promouvoir le développement économique, les réformes démocratiques et la stabilité politique.

 

On compare souvent la situation en Côte d’Ivoire à celle de la Libye par rapport au devoir de la communauté civile de protéger les civils innocents.

Cette comparaison est tout simplement erronée. Depuis quatre mois, les États-Unis collaborent étroitement avec leurs partenaires africains et internationaux pour trouver une solution pacifique à la crise ivoirienne.

Une force internationale de maintien de la paix robuste se trouve dans le pays depuis 2002, sous forme d’abord d’une opération de la CEDEAO qui a été convertie en 2004 en une initiative menée sous l’égide de l’ONU. Les soldats de maintien de la paix ont empêché que la situation ne se transforme en une autre guerre civile prolongée semblable à celles de la Sierra Leone et du Libéria de la décennie précédente, comme le craignaient de nombreux analystes. Au cours des derniers quatre mois, les Casques bleus ont contribué à décourager et à endiguer la violence tandis que la CEDEAO et l’UA tentaient de trouver une solution diplomatique à la crise. Les forces françaises ont aussi joué un rôle clé pour prévenir l’escalade de la guerre civile au cours de la dernière décennie en Côte d’Ivoire, et comme nous le voyons cette semaine, elles passent à l’action de concert avec les forces onusiennes pour éliminer les armes lourdes de Gbagbo et réduire ainsi les dangers pour la population civile d’Abidjan. Je pense que ces mesures prouvent la volonté et la capacité des forces onusiennes et françaises de s’adapter aux circonstances changeantes d’une situation qui est devenue très volatile. Il ne fait aucun doute que la situation en Côte d’Ivoire serait pire sans la présence des Casques bleus.

 

En général, l’intervention de la communauté internationale en Côte d’Ivoire a été adéquatement adaptée aux conditions politiques et militaires sur le terrain. Laurent Gbagbo n’a virtuellement pas d’aviation militaire, et l’ONUCI, avec l’aide de la France, a réussi à neutraliser ses armes lourdes, une situation qui diffère beaucoup de celle de la Libye. Nous devons néanmoins être humbles dans nos attentes quant aux résultats de toute intervention externe. Nous sommes régulièrement en contact avec le président Ouattara et son premier ministre Soro et insistons pour que les forces qui luttent en leur nom, fassent preuve de retenue et ne commettent pas d’actes de violence contre la population civile, de pillages ou autres excès. Nous sommes encouragés par les directives données par le président Ouattara et le premier ministre Soro, demandant à leurs forces de faire preuve du plus haut respect à l’égard des civils, et par leurs appels en faveur d’enquêtes internationales transparentes sur toutes les violations des droits de l’homme qui sont signalées. Nous avons aussi exprimé notre inquiétude par rapport à la violence perpétrée par les forces pro-Gbagbo aux représentants de son régime en déclin. Nous avons clairement indiqué que tous les acteurs, quel que soit le côté auquel ils sont affiliés, seront tenus responsables des crimes de guerre ou autres atrocités qu’ils auront commis.

 

Dans le reste de mes propos aujourd’hui, je voudrais donner une perspective des mois prochains et de certaines priorités spécifiques de notre politique.

Je serais heureux de répondre ensuite à vos questions, mais aussi d’écouter vos idées et vos suggestions.

 

Certains d’entre vous sont peut-être familiers avec les cinq points principaux de notre politique africaine : renforcer la démocratie et la gouvernance ; contribuer à l’atténuation des conflits ; promouvoir la croissance économique et le développement ; concourir à la solution des questions de santé ; et travailler au règlement de certains problèmes transnationaux. Au cours des deux dernières années, l’Afrique a fait des gains dans certains domaines, a maintenu le statu quo dans d’autres, et a connu quelques revers.

 

Le récent référendum au Soudan méridional a été un grand accomplissement pour le pays et aussi pour toute l’Afrique. Il y a un an, l’Accord de paix global semblait menacé d’échec. Nous avons réagi en renforçant notre engagement diplomatique et en accroissant nos contributions en personnel et en matériel. Nos partenaires internationaux, notamment l’ONU et l’UA, ont dirigé les négociations sur le référendum et son déroulement, mais nos interventions à des moments cruciaux ont aidé à maintenir le progrès et l’élan. C’est l’un de nos plus grands accomplissements des deux dernières années.

 

Des initiatives diplomatiques à plus petite échelle mais tout aussi intenses, menées en collaboration avec la CEDEAO, nos partenaires européens et les dirigeants guinéens, ont permis d’éviter qu’une guerre n’éclate en Guinée-Conakry, et ont mis le pays sur la voie d’une transition qui a conduit aux élections crédibles de l’an dernier. De même, notre collaboration avec la CEDEAO a facilité l’éventuelle transition à un gouvernement démocratiquement élu au Niger.

 

J’aurais voulu pouvoir inclure le Zimbabwé et Madagascar sur la liste de pays qui ont fait des progrès l’an dernier, mais il est clair que la situation reste au point mort alors que leurs dirigeants entêtés cherchent encore à manipuler le processus démocratique en leur faveur. Par ailleurs, la répression politique accrue et la stagnation économique en Érythrée ont fait de ce pays l’équivalent de la Corée du Nord.

 

Au cours de l’année à venir, nous entendons nous consacrer, en collaboration étroite avec nos partenaires d’Afrique et d’ailleurs, à relever les nombreux défis qui se posent dans ce continent tout en tirant parti des grandes possibilités qui y existent déjà. L’événement le plus historique pour l’Afrique subsaharienne cette année sera vraisemblablement l’accession du Sud-Soudan à l’indépendance le 9 juillet 2011. Le référendum n’était qu’un des éléments d’un processus toujours inachevé. Le Nord et le Sud doivent encore négocier et appliquer une vaste gamme d’accords, et le Sud-Soudan doit commencer à construire les fondements d’un gouvernement stable et d’une économie dynamique. Les États-Unis ont déjà affecté des centaines de millions de dollars à l’exécution de l’Accord de paix global et nous devrons y rester engagés au cours des mois et des années à venir.

 

Les 17 élections nationales prévues cette année en Afrique méritent également mention. Bien que la démocratie comporte plus que des élections, celles-ci peuvent être perçues comme un baromètre de la gouvernance générale et nous devons nous appliquer à favoriser leur succès. L’élection qui doit se tenir en République démocratique du Congo en novembre revêtira une importance cruciale en vue de consolider la paix encore fragile et de renforcer la confiance populaire dans ce gouvernement. Le peuple congolais et la communauté internationale s’inquiètent de plus en plus vivement de la performance du gouvernement dans des domaines tels que la primauté du droit, la corruption, les droits de l’homme et la réforme du secteur de la sécurité.

 

Les conflits tenaces au Darfour, en Somalie et dans l’est de la RDC demeureront sans doute des domaines de préoccupation majeure au cours des douze prochains mois. Nous avons récemment chargé un diplomate chevronné, l’ambassadeur Dane Smith, d’intensifier nos efforts en faveur d’un règlement du conflit au Darfour. D’autre part, l’ambassadeur Princeton Lyman vient d’être désigné la semaine dernière comme l’envoyé spécial du président, en remplacement de Scott Gration. Nous encourageons les mouvements armés qui ne participent pas au processus de paix de Doha à envoyer une délégation à Doha pour essayer de résoudre ce problème. La perspective d’une normalisation des relations entre Khartoum et les États-Unis, telle que la décrit la feuille de route présentée par le sénateur Kerry aux autorités du nord du Soudan il y a quelques mois, constitue également un nouveau contexte pour développer des relations diplomatiques constructives entre Khartoum et Washington.

 

En ce qui concerne la Somalie, l’an dernier nous avons élaboré une approche modifiée relative à cette crise qui dure depuis vingt ans. Nous l’appelons une « stratégie à deux voies » car elle prévoit le maintien de l’appui au gouvernement fédéral de transition mais reconnaît aussi le rôle potentiel que pourraient jouer d’autres acteurs en vue de mettre fin au conflit et de fonder des institutions gouvernementales de base. Sans aucun doute, le gouvernement de transition reste faible et fortement tributaire de la Mission de l’Union africaine en Somalie, l’AMISOM, pour sa sécurité et sa survie. Son mandat expire en août et ses membres devront trouver un moyen crédible d’en assurer la légitimité future. Quant à l’autre volet de notre stratégie à deux voies, nous entendons continuer à soutenir l’AMISOM et à accroître notre engagement et notre appui en faveur du Somaliland, du Puntland et d’entités administratives locales et de groupes de la société civile dans le centre-sud de la Somalie, telle l’administration locale actuelle de Galguduud.

 

Le passage de la secrétaire d’État Hillary Clinton à Goma en 2009 a souligné l’importance que nous attachons à la cessation de la violence dans la partie orientale de la RDC. Nous comptons redynamiser nos efforts diplomatiques au cours des prochains mois, grâce notamment à la présentation d’une stratégie révisée. Nous avons entendu de nombreux appels à la désignation d’un envoyé spécial itinérant, mais nous pensons, pour diverses raisons, que nos ambassadeurs et leurs équipes à Kinshasa, à Kigali et dans d’autres capitales sont dans une excellente position pour s’attaquer à ces problèmes.

 

L’opération de maintien de la paix des Nations unies, la MONUSCO, a elle aussi un rôle capital à jouer au Congo et nous explorons les moyens d’en améliorer la capacité et d’en renforcer le mandat. La réforme du secteur de la sécurité revêt un aspect vital en vue d’accroître le professionnalisme de l’appareil militaire de la RDC et d’en éliminer les éléments responsables d’atrocités passées. La récente loi américaine Dodd-Frank sur les « minéraux des conflits » nous donne un outil de plus pour améliorer la situation en RDC.

 

Au cours de mes quarante ans de carrière, j’ai vu beaucoup de situations jugées « insolubles » finir par se régler, à la grande surprise des pessimistes. C’est pourquoi j’ai appris à être persistant et à employer les outils dont nous disposons. En dépit du manque de progrès au Zimbabwé, à Madagascar et en Érythrée, nous ne relâcherons pas nos efforts. On ne gagne pas un match de basket-ball par un smash époustouflant ou un tir de vingt mètres. Ces paniers-là ne sont décisifs que si on a réussi à maintenir le score au moyen, surtout, de tirs courts, répétitifs, peu spectaculaires, des tirs ordinaires de l’intérieur des couloirs. Il en va de même de la diplomatie.

 

Pleinement conscient de l’importance stratégique de l’Afrique, le gouvernement Obama est résolu à focaliser davantage l’attention sur sa promesse et son potentiel énormes. Ce fait revêt une importance particulière dans le domaine économique, où on prend de plus en plus conscience des potentialités de l’Afrique en tant que marché à forte croissance et en tant que lieu de destination des investissements. Nous demeurons très attachés au renforcement et à la redynamisation de l’AGOA et prévoyons avec un vif intérêt de participer au Forum de l’AGOA qui se tiendra en juin prochain à Lusaka, en Zambie. Mais il nous faudra faire davantage dans le domaine des affaires pour rester compétitifs.

 

Je n’ai abordé que quelques-uns des problèmes et des événements prioritaires que nous prévoyons cette année. Mon équipe va également s’atteler à diverses autres tâches diplomatiques « normales » de dimension internationale, par exemple la préparation de la prochaine Conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui aura lieu en Afrique du Sud, la mise en ouvre de programmes destinés à améliorer la sécurité alimentaire et la santé, la promotion de la coopération économique régionale, une attention accrue à la condition des femmes et des filles, un dialogue plus suivi avec la société civile et la jeunesse, et la défense des droits des handicapés. Mais nous engageons également le dialogue afin de faire face aux nombreux défis qui se posent en Afrique.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

 


Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 12/04/11

Publié le par rovahiga

 

Demain, un « Mercredi Blanc » pour le carburant.

 

http://mw2.google.com/mw-panoramio/photos/small/5360467.jpg

 

POLITIQUE / VIE DE PARTIS

Madagascar : fin de la visite de la délégation de la Commission de l'océan Indien

http://www.rfi.fr/afrique/20110411-madagascar-fin-visite-delegation-commission-ocean-indien?ns_campaign=nl_AFRIQUE110411&ns_mchannel=newsletter&ns_source=emailvision&ns_linkname=lire-2&ns_fee=0

La Commission de l’océan Indien veut peser de tout son poids dans la sortie de crise malgache. Une délégation était en visite à Madagascar jusqu’au 10 avril 2011. Dirigée par le ministre mauricien des Affaires étrangères, elle a rencontré pendant trois jours des membres de la classe politique, de la société civile et du corps diplomatique. La délégation est repartie avec une mission : plaider en faveur de la feuille de route proposée par la médiation internationale. Le document a été paraphé, mis en œuvre par le régime, mais n’a toujours pas l’assentiment de la SADC, la Communauté de développement de l’Afrique australe.

En 2009, l’île Maurice était un des premiers Etats à condamner la prise de pouvoir d’Andry Rajoelina. Aujourd’hui, en tant que membre et président de la Commission de l’océan Indien, Maurice a décidé de … (Suivre le lien)

 

COI - Elections à Madagascar : un appui de facto pour la HAT

http://www.madonline.com/article.php?article_id=4810&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+%28Madagascar+Online+%3A+Le+premier+magazine+d%27actualit%C3%A9+en+ligne%2C+sp%C3%A9cialis%C3%A9+sur+Madagascar%29

A quel jeu joue la COI ? Impatiente de voir Madagascar passer aux élections sans résoudre la crise politique, la grande famille de l’Océan Indien veut plaider la cause de la HAT auprès de la SADC. La feuille de route Simao permettrait d’étouffer les questions politiques pour passer à des élections unilatérales susceptibles d’être reconnues par la communauté internationale.

La nouvelle implication de la Commission de l’Océan Indien dans la résolution de la crise malgache met la pression sur la SADC pour entériner la feuille de route Simao qui donne à la HAT le moyen de finir la transition comme elle avait commencé : unilatérale. Pas de grande déclaration mais des gestes significatifs. La visite sur le premier ministre de consensus de la mouvance Rajoelina vaudrait une reconnaissance.

Dans le discours, « Madagascar mérite d’être soutenu », se justifie Arvin Boolell, le ministre des Affaires Etrangère mauricien. C’est le pays et non pas le régime. Quoiqu’il en soit, la COI veut aider l’autorité de fait à passer aux élections sans que les conditions d’une transition démocratique n’aient jamais été remplies. Sur le plan diplomatique, il ne … (Suivre le lien)

 

La HAT ne peut que jubiler

http://www.madagascar-tribune.com/La-HAT-ne-peut-que-jubiler,15744.html

 « La reconnaissance s’acquiert petit-à-petit  » a déclaré ce lundi 11 avril, le chef de la diplomatie malgache, Yvette Sylla, et ce peu après avoir reçu une délégation de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), conduite par Hugo Sada, délégué à la paix, la démocratie et les droits de l’Homme et incluant l’expert malien en matière électorale, le général Siaka Sangara.

La veille, la ministre avait été invitée officiellement par la Turquie à participer à la 4è Conférence des Nations unies sur les Pays les moins avancés (PMA) qui se tiendra à Istanbul. Ce même lundi 11 avril, l’ambassadeur de Turquie à Madagascar, Ercumünd Ahmet Enç, a remis en main propre au président de la Haute autorité de transition (HAT), Andry Rajoelina au palais d’Iavoloha, la lettre du président turc l’invitant à cette conférence sur les PMA qui se déroulera du 9 mai au 13 mai 2011.

La Turquie se démarque de la communauté internationale. Étant dans l’antichambre de l’Union européenne, la Turquie a encore un autre pied à l’extérieur et depuis plusieurs années a prévu d’étendre son champ d’application en Afrique. Elle n’est pas assujettie aux Accords de Cotonou ni aux décisions de la Commission paritaire UE/ACP. En tout cas, elle a les coudées franches par rapport à la France, obligée de jongler avec les mots, les … (Suivre le lien)

 

Forces armées : Rakotoarimasy déplore

http://lexpressmada.com/forces-armees-madagascar/22565-rakotoarimasy-deplore.html

Le général André Lucien Rakotoarimasy persiste et signe. Le ministre des Forces armées confirme d’une manière indirecte le message qu’il a adressé aux responsables de la Grande muette, mais dévoilé par l’ancien Premier ministre Monja Roindefo. « Malgré tous les efforts qui sont menés par les responsables au sein des Forces armées, il est clair qu’il y a encore des personnes ou des entités qui souhaitent diviser les éléments en son sein », a indiqué l’officier général, en marge d’une œuvre caritative organisée par son épouse à Betongolo, samedi. Le général Rakotoarimasy n’a pas … (Suivre le lien)

 

Alliance : L'opposition s’élargit

http://lexpressmada.com/alliance-madagascar/22574-l-opposition-s-8217-elargit.html

Les opposants se réorganisent. Les Trois mouvances et d'autres entités comptent former un bloc.

Les mouvances alliées Ravalomanana, Zafy et Ratsiraka veulent donner un nouveau souffle à leur mouvement. Leurs dirigeants, réunis à la villa Elisabeth à Ivandry hier, ont défini des perspectives d'actions avec d'autres entités partageant les mêmes points de vue. Le rapprochement va aboutir à la signature d'un texte assimilable à un accord. Des représentants de l'association « Vonjy Aina » du professeur Raymond Ranjeva, de celle des 192 fokontany de Bernard Joseph, de l'Association des maires de Madagascar (AMM) ainsi que de la formation « légaliste » d'Ambroise Ravonison se sont, entre autres, ralliés aux responsables des Trois mouvances lors de la séance de travail à Ivandry. Leur présence à la … (Suivre le lien)

 

4ème Conférence des Pays Moins Avancés : Andry Rajoelina invité en Turquie

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15686:4eme-conference-des-pays-moins-avances--andry-rajoelina-invite-en-turquie&catid=34:politique&Itemid=60

Le Président de la Haute Autorité de la Transition (HAT), a reçu en audience, hier matin au Palais d'Etat d'Iavoloha, l'Ambassadeur de la République de Turquie à Madagascar, Ercumünd Ahmet Enç.  L'entretien s'est tenu à huis clos. A cette occasion, outre le raffermissement des relations liant les deux pays qui y a été discuté, l'Ambassadeur turc a remis, en mains propres, au Chef de l'Etat la lettre d'invitation, émanant du Président de la République de Turquie, l'invitant officiellement à participer à la 4ème Conférence des Nations Unies sur les Pays Moins Avancés (PMA) qui … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

PRIX A LA POMPE : Le bras de fer entre l’Etat et les opérateurs se durcit

http://les-nouvelles.com/spip.php?article9095

Un nouveau pas est franchi depuis hier dans le bras de fer qui oppose l’Etat aux opérateurs pétroliers. Toutes les parties avancent des arguments. Mais dans tout l’imbroglio qui en résulte, est-ce que quelqu’un pense au consommateur ?

Le bras de fer entre l’Etat d’un côté, et les opérateurs pétroliers (distributeurs pétroliers, gérants de stations services) de l’autre, monte d’un cran. La preuve en est que plus de 120 gérants de stations services répartis dans toute l’île ont décidé hier, qu’ils ne vendront aucun produit dans la matinée de mercredi pour contester le fait qu’aujourd’hui, « ils vendent avec des marges négatives ».

D’un côté les opérateurs clament à cor et à cri qu’ils enregistrent, dans l’état actuel de leurs exploitations respectives, des pertes. Et, de l’autre, l’Etat, par l’intermédiaire du ministère des Mines et des hydrocarbures, campe sur sa position : il exige des opérateurs la preuve qu’ils enregistrent effectivement des pertes dans … (Suivre le lien)

 

Demain, un « Mercredi Blanc » pour le carburant.

http://www.tananews.com/2011/04/demain-un-%C2%AB-mercredi-blanc-%C2%BB-pour-le-carburant/

Une journée blanche, c’est ce qui a été décidé lors de la dernière assemblée générale des gérants de stations services. De ce fait, aucune goutte de carburant ne coulera des pompes de carburants pour la journée de  demain, Mercredi 13 avril 2011, puis que tous les stations-services fermeront leurs portes. Cette mesure de suspension provisoire de la distribution a été prise par le GPGLSS (Groupement Professionnel des Gérants Libres de Stations-services) afin de contraindre le régime de Transition à trouver un compromis avec le GPM (Groupement des Pétroliers de Madagascar). Ce dernier-même à … (Suivre le lien)

 

Brèves : Indices

http://lexpressmada.com/breves-madagascar/22557-indices.html

Taux de pauvreté plus élevé Le rapport de la Banque mondiale sur le développement 2011 révèle qu'environ 1,5 milliard de personnes vivent aujourd'hui dans les pays en voie de développement, marqués par des violences politiques et criminelles. Le taux de pauvreté dans ces pays est de 20 points plus élevé par rapport aux autres. 75 % des pommes en provenance de Vakinankaratra La région de Vakinankaratra constitue le premier fournisseur en pomme dans la Grande Île. Elle représente plus de 75 % de la production avec Soandrariny et Ambano comme principaux producteurs. Le prix des PPN reste stable Aucune hausse notoire n'a été constatée au niveau des produits de première nécessité ces derniers jours. Les consommateurs ont pu souffler un peu, étant donné que depuis quelque temps, nouvelle semaine signifie nouvelle hausse à attendre. (FIN)

 

Importations: Des fraudes massives dans la filière savon

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=11876:importations-des-fraudes-massives-dans-la-filiere-savon&catid=45:newsflash&Itemid=58

4,5 milliards d’ariary pour 3 400 t. C’est la valeur et le volume de bondillons ou de nouilles de savon importés frauduleusement en 2010. Si l’on détaille ces importations, un savonnier a effectué 13 importations totalisant 1 876 t pour 2,6 milliards d’ariary. Un autre a fait 9 importations de 891 t pour 1,3 milliard d’ariary et un autre encore a effectué 5 importations de 452 t pour 535 millions d’ariary... Le directeur général de la Savonnerie tropicale, Thierry Ramaroson dénonce ce problème qui génère des pertes de marché pour les savonniers respectant les règles, et un manque à gagner pour l’Etat. Dans une lettre adressée aux autorités datée du 21 mars 2011, il livre ses propres calculs comme quoi, ces importations causent un manque à gagner de 721,3 millions d’ariary de droit de douane et de 144,2 millions d’ariary de TVA. A l’heure où … (Suivre le lien)

 

SOCIAL

Soavimbahoaka : Une centaine d'orphelins intoxiqués

http://lexpressmada.com/soavimbahoaka-madagascar/22562-une-centaine-d-orphelins-intoxiques.html

Des assistants sociaux ont donné une triple dose de vermifuge à 105 orphelins à Soavimbahoaka dimanche. Ces derniers ont frôlé la mort.

Drame à Soavimba-hoaka. Dimanche aux alentours de 22 heures, la panique s'est emparée d'un centre d'accueil pour orphelins. Plus d'une centaine d'enfants ont présenté des symptômes inquiétants qui se manifestent par des vomissements et des maux de tête. Quelques-uns avaient même du mal à respirer. Préoccupés, les responsables du centre les ont évacués au service de réanimation médicale de l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) d'Ampefiloha. Les sapeurs-pompiers, venus à la rescousse leur ont prêté main forte. Au total, 105 enfants ont été admis en réanimation. La plupart des victimes y avaient passé la nuit, placées sous soins intensifs sur leur lit d'hôpital. Selon un médecin de l'HJRA, elles ont été victimes d'overdose de vermifuge. Le cauchemar de ces enfants qui ont évité le pire, de justesse, a commencé aux … (Suivre le lien)

 

Enseignement supérieur : Le SECES maintient sa position

http://www.matv.mg/?p=19897

Le syndicat des enseignants chercheurs (Seces) maintient sa position et ne sera pas par conséquent, disposé à reprendre les activités pédagogiques avant le paiement de leurs indemnités.

Rasoamiaramanana Armand, président national du Seces, explique que comme condition préalable au retour à la normale de l’enseignement supérieur, l’Etat devrait mettre à la disposition de l’Université au moins, le montant des 3 mois de budget de fonctionnement et de bourses d’étude, le salaire du Personnel Administratif et Financier, les heures complémentaires et notamment, les indemnités de … (Suivre le lien)

 

ICI ET LA

Affaire LOC: De nouveaux rebondissements…

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&task=view&id=11856&Itemid=55

Un dossier loin de connaître un dénouement. Surtout pas heureux au vu notamment de l’insatisfaction qui gagne en ce moment les entreprises concernées directement par cette sale et tumultueuse affaire engageant presque malgré elle l’Eglise catholique (ECAR), dont les dernières dispositions prises ne cadrent donc pas aux attentes des responsables de ces entreprises de construction en leur qualité de maîtres d’œuvres dans le cadre de la concrétisation de certains projets de l’Eglise promus, à Madagascar en 2009, par la société LOC ; mais dont les travaux d’exécution avaient été stoppés en juillet 2010 en raison plus particulièrement du non paiement jusqu’ici des colossaux arriérés de ces mêmes entreprises chiffrés à environ Ar 550 milliards. Alors que dans certains cas, ces entreprises affirment avoir fourni tous les travaux ou presque concernant entre la construction et/ou réhabilitation d’églises, d’établissements scolaires ainsi que … (Suivre le lien)

 

Bois de rose et palissandre: Plus de 1 000 pièces saisies dans l’Anosy

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=11877:bois-de-rose-et-palissandre-plus-de-1-000-pieces-saisies-dans-lanosy&catid=45:newsflash&Itemid=58

Les efforts de la région de l’Anosy et le ministère de l’Environnement et des Forêts ont permis ces saisies. Hier au restaurant Mon goûter à Andrefan’Ambohijanahary, le chef de région, Guy Venance Randriatefiarison a expliqué que ces efforts étaient mal acceptés par les uns et gênaient les autres. C’est ce qui a provoqué la manifestation de la semaine dernière qui voulait son limogeage. Le chef de région a suspendu l’exploitation du palissandre, une essence qui fait l’objet d’une exploitation illicite dans la région. La preuve en est qu’environ 1 000 pièces de palissandre ont été saisies, contre 115 pour le bois de rose. Mais pour saper les efforts de la région et du ministère, certains ont répandu la rumeur comme quoi la suspension concerne aussi toute exploitation forestière dont la fabrication de charbon de bois, la coupe d’essences ordinaires pour les constructions etc. Ils ont également véhiculé l’information comme quoi, la … (Suivre le lien)

 

Bizarre !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15878:bizarre-&catid=67:en-coulisse

Un quotidien de la place a publié un extrait d'un pv d'enquête relatant une conversation téléphonique entre un opérateur indopakistanais célèbre dénommé Galib, propriétaire de plusieurs entreprises, Saïd de la quincaillerie "Sambatra" et un dangereux malfrat en cavale du nom de Rivopiso recherché pour kidnapping de Karana et compagnon du fameux Solovelo Régis abattu par le FIS Toamasina.

Au delà du secret de l'instruction, ce qui intrigue les observateurs c'est que comment ces hommes d'affaires considérés comme des plus proches du président de la Transition sont arrivés à être mêlés dans … (Suivre le lien) 

 

Eglise "Apokalipsy " : Des véhicules impressionnants pour prêcher la Bible

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15664:eglise-qapokalipsy-q--des-vehicules-impressionnants-pour-precher-la-bible&catid=36:societe&Itemid=62

Beaucoup s'interrogent sur l'origine des biens dispendieux de l'église "Apokalipsy", fondée et dirigée par André Christian Dieu Donné, mieux connu comme étantle Pasteur Mailhol. Le "fahafolon-karena" ou la dîme, un concept qui n'est pas étranger aux chrétiens est pris très aux sérieux par les adeptes d'Apokalipsy. La prépondérance de cette église d'après le pasteur est généralement due à l'efficacité de cette pratique religieuse à laquelle il … (Suivre le lien)

 

rov@higa

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Les trois mouvances refusent une COI partisane comme médiateur

Publié le par rovahiga

 
Lettre des trois mouvances: Les trois mouvances refusent une COI partisane comme médiateur

 

 

 SUIVRE LE LIEN:

 

 

http://dk9.ti1ca.com/get/41.188.11.177/5iflpl16/vii_09_110408_Lettre%20mouvance_avril2011.jpg

 

 L'état de la photo de la lettre ne nous permet pas de la publier

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 11/04/11

Publié le par rovahiga

 

Droit de l'homme à Madagascar : Hillary Clinton dénonce…

 

http://images.google.com/images?q=tbn:ANd9GcRFk-Es2-_cvrnGT_h27QoAP2iRSYVdBNJJ-qMLap69xH28EykJak1RVWE:turbo.indyposted.com/wp-content/uploads/2010/12/hillary-clinton1.jpg

 

 

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15639:droit-de-lhomme-a-madagascar-hillary-clinton-denonce&catid=46:les-autres-titres

Vendredi dernier, Hillary Clinton, le secrétaire d'État a fait état du respect des droits de l'homme dans le monde en 2010. Ainsi, elle a évoqué le cas de Madagascar, avec un dossier de 29 pages, qui dénonce la situation actuelle dans la grande Île.
"Au mépris d'un accord négocié avec l'Union africaine et les dirigeants politiques locaux, le régime a échoué à établir une administration de transition légitime qui superviserait élections libres et ouvertes pour la restauration d'un gouvernement légal". C'est ce qu'énonce l'introduction du rapport sur Madagascar tout en continuant que "les chefs militaires continuent d'affirmer leur neutralité par rapport à la direction politique actuelle, en dépit de leur soutien tacite au gouvernement de facto Rajoelina".
Pour Hillary Clinton et le bureau de la démocratie, droits de l'homme et du travail au sein de l'Administration américaine, le référendum du 17 novembre 2010 est unilatéral et non reconnu internationalement comme constitutionnel. Ce référendum a aussi déclenché une tentative de coup d'état par un petit … (Suivre le lien)

 

Sortie de crise : Sommet à quatre à Windhoek

http://www.matv.mg/?p=19827

Une source proche de l’ancien Président Marc Ravalomanana a affirmé que les quatre chefs de file de mouvance malgaches assistés par les leaders de plate-forme et autres grandes formations politiques, pourraient à nouveau se retrouver autour d’une même table. Cette nouvelle rencontre entre dans le cadre de la recherche de solutions à la crise politique malgache. Elle pourrait se tenir à Windhoek, en Namibie, vers la fin de ce mois.
La SADC tiendra un sommet extraordinaire la semaine prochaine pour discuter  de la crise politique malgache. Si l’on croit notre source, cette organisation régionale proposera une nouvelle feuille de route et tentera de remettre d’accord les parties prenantes au processus de sortie de crise. Cette directive de sortie de crise de la SADC sera débattue par les protagonistes malgaches lors d’un sommet à Windhoeck, a poursuivi notre source. A cette occasion, des représentants de grandes institutions internationales pourraient assister à une éventuelle signature d’une feuille de route définitive approuvée par les parties prenantes au processus de sortie de crise, a conclu notre source. (FIN)

 

Coopération régionale : « La COI a besoin de Madagascar »

http://www.madagascar-tribune.com/La-COI-a-besoin-de-Madagascar,15741.html

Le séjour à Madagascar de la délégation de la Commission de l’océan indien (COI) a pris fin hier dimanche 10 avril. Avant de prendre l’avion, le ministre mauricien des Affaires étrangères, chef de la délégation et président en exercice du Conseil des ministres de la COI, Arvin Boolell, a expliqué les tenants et aboutissants de la raison de cette visite à Madagascar.

Ainsi, dans le cadre de l’instauration d’un nouveau paysage politique dans l’Océan indien, la COI a besoin de Madagascar à ses côtés, a fait comprendre le ministre Arvin Boolell, car dorénavant la COI doit se transformer en une communauté dont la structure accorde une place essentielle à Madagascar. À en croire le ministre mauricien, il faut en quelque sorte rehausser le statut de la COI surtout celui de Madagascar. C’est la raison de la mission de soutien de la COI à Madagascar, pour lui permettre de retrouver sa place dans les instances régionales et internationales. Dans ce but, la … (Suivre le lien)

 

COI : Lobbying et pression à plusieurs niveaux

http://les-nouvelles.com/spip.php?article9066

En attendant le prochain sommet des chefs d’Etats de la Sadc, la COI annonce sa ferme détermination à plaider la cause de la Grande Ile sinon du régime de la Haute autorité de la Transition auprès de toutes les instances concernées.

En attendant le prochain sommet des chefs d’Etats de la Sadc qui, dit-on, sera décisif en ce qui concerne le traitement du dossier de Madagascar, la Commission de l’océan Indien (COI) annonce sa ferme détermination à plaider la cause de la Grande Ile sinon du régime de la Haute autorité de la Transition (HAT) auprès de toutes les instances concernées en vue d’un processus électoral de sortie de crise le plus crédible possible et accepté par tous.

La mission de la délégation de la COI conduite par le ministre mauricien des Affaires étrangères, Arvin Boolell, s’est terminée hier. Durant les trois jours de son séjour malgache, la délégation a pu s’enquérir de toutes les réalités qui prévalent actuellement dans le pays et ce, à travers les rencontres qu’elle a eues avec les différents responsables étatiques, politiques et de la société civile.

Peu avant son embarquement hier à l’aéroport international d’Ivato, Arvin Boolell s’est déclaré très satisfait de cette mission qu’il a conduite. Ses explications se résument globalement au fait que la COI entend apporter sa contribution à la recherche d’une solution à la crise actuelle… tout en tenant compte, à l’instar des médiateurs de la Sadc, de l’importance du processus malgacho-malgache déjà initié et adopté par les … (Suivre le lien)

 

Trois mouvances : « La COI n'est pas une instance de médiation »

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15642:trois-mouvances--l-la-coi-nest-pas-une-instance-de-mediation-r&catid=43:a-la-une

Les trois mouvances ont décliné officiellement l'invitation de la délégation de la Commission de l'Océan Indien (COI) dirigée par le Dr Arvin Boolell, ministre des Affaires étrangères de Maurice. Mais, samedi dernier, il y a eu quand même une rencontre entre Arvin Boolell et une délégation des trois mouvances à l'Ambassade de l'Île Maurice à Manakambahiny. A première vue, il s'agit d'une rencontre pour une simple remise de la lettre des trois mouvances. Toute,fois selon Arvin Boolell, il y a eu des échanges entre lui et la délégation des trois mouvances.
Dans la lettre des trois mouvances, il était écrit que « nous les mouvances Albert Zafy,  Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana ne reconnaissons pas la COI comme instance de médiation à la crise politique malgache ». Pour les … (Suivre le lien)

 

Liberté d'expression : Polémique autour des autorisations

http://lexpressmada.com/liberte-d-expression-madagascar/22544-polemique-autour-des-autorisations.html

Le rejet de la demande d'autorisation du Comité pour la Défense de la Démocratie (KMD) en vue d'une réunion publique à Ambohijatovo, ainsi que la réponse favorable « mais au dernier moment » à la demande du Mouvement des Ecclésiastiques (HMF) qui a envisagé de rassembler ses partisans au théâtre de verdure d'Antsahamanitra, ont engendré les mêmes réactions, indiquant une régression de la liberté d'expression. Mais les mesures ont été prises pour une simple raison de réglementation, selon les autorités. Francis Odilon Rasoanaivo, préfet de police de la capitale, a relevé des vices de forme sur la demande d'autorisation du KMD pour justifier la décision. Il a mentionné l'inscription de deux dates (9 et 16 avril) dans le même dossier, entraînant une difficulté de discernement pour les autorités. « Seuls deux responsables sur trois ont … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

Hugues Rajaonson : Relance économique impossible  durant la transition

http://www.matv.mg/?p=19817

Hugues Rajaonson, Coordonnateur National du Cercle de Réflexion des Economistes nous fait part de sa vision de la situation économique malgache actuelle lors d’une interview exclusive le week-end dernier.
Ma-LAZA : Etes-vous pessimiste ou optimiste par rapport à la relance de l’économie malgache ?
Hugues Rajaonson : Il ne s’agit pas d’être pessimiste ou optimiste. Il faut plutôt avoir une vision réaliste. Pendant la période de la Transition, la politique de relance économique s’avère impossible à réaliser. Il convient de préparer le terrain en vue de l’avènement de la IVème République dans les meilleures conditions possibles et permettre ainsi une reprise de l’économie malgache dans les 4 ou 5 années à venir. Les probabilités quant à une croissance forte d’ici 2012 restent faibles, pour les simples raisons que non seulement notre capacité de production demeure sous exploitée, mais … (Suivre le lien)

 

Conjoncture : Riz, pétrole… pour qui sonne le glas ?

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15641:conjoncture--riz-petrole-pour-qui-sonne-le-glas-&catid=43:a-la-une

En mars 2011, la baisse des cours mondiaux s'est poursuivie en raison des disponibilités exportables abondantes. En même temps, la demande d'importation a été relativement active. Avec des prix plus attractifs, les importateurs sont de retour sur le marché. L'annonce des limitations de certains exportateurs et la situation au Japon n'ont finalement pas eu grande incidence sur le marché mondial. Au Japon, les zones touchées par la catastrophe sont assez éloignées des principales régions de production rizicole. En outre, l'offre d'exportation destinée au marché japonais, essentiellement des Etats-Unis et de l'Australie, est largement suffisante pour couvrir les besoins japonais.
Si les conditions climatiques se maintiennent normalement, la tendance baissière des cours mondiaux devrait se poursuivre encore dans les mois à venir. En mars, l'indice OSIRIZ/InfoArroz (IPO) a reculé de 9,4 points à 228,0 points (base 100=janvier 2000) contre 237,4 en février. Début avril, l'indice IPO était à 224 points.
Telle est le point de la situation du produit riz sur le marché international. Une situation qui ne peut qu'interpeller quand le pays est en train encore de vivre des importations de riz que les "tsena mora" et autre … (Suivre le lien)

 

Gilbert Raharizatovo : «10 T d’or sont sorties de Madagascar»

http://www.matv.mg/?p=19821

« Des renseignements  ont révélé que 10 tonnes d’or sont sorties illégalement de Madagascar», a affirmé Gilbert Raharizatovo lors de l’émission Resabe sur Ma-TV.
Ce dernier de poursuivre que les traces  de ces dossiers ne sont  visibles ni aux ministères concernés ni à la Banque centrale. Il a ajouté que ce sont les étrangers qui pillent nos ressources naturelles et minières.
Par ailleurs, il estime qu’à chaque crise politique  au pays, des nouveaux riches malgaches émergent de la société. « Les citoyens, notamment les politiciens devraient se … (Suivre le lien)

 

SOCIAL :

Selon le PNUD : Madagascar dans une extrême pauvreté

http://lexpressmada.com/selon-le-pnud-madagascar/22530-madagascar-dans-une-extreme-pauvrete.html

La représentante du PNUD a souligné que Madagascar figure parmi les trois pays les plus pauvres au monde en terme de malnutrition et de scolarisation. Des Malgaches contestent.

Avec l'Afghanistan et Haïti, Madagascar est le pays le plus frappé par la malnutrition. Cette déclaration fracassante de la coordinatrice résidente du PNUD à Madagascar, Fatma Samoura crée la polémique. Une chaîne télévisée privée a rapporté ces propos en disant que selon les statistiques, Madagascar est classé parmi les trois pays les plus pauvres au monde, principalement en matière d'insécurité alimentaire et de scolarisation. Les derniers chiffres de l'Unicef montrent que plus de 50,5 % de la population malgache souffre de malnutrition. Dans le sud du pays, notamment dans l'Androy, Anosy et Atsimo Andrefana, 70 % de la population en sont victimes. Les femmes et les enfants seraient les plus vulnérables. En ce qui concerne l'éducation, la représentante résidente du PNUD a avancé que plus de 50 000 élèves en âge de scolarité ne fréquenteraient jamais l'école. Madagascar n'a pas pu atteindre les trois des objectifs à savoir l'éducation primaire pour tous, la réduction de la mortalité infantile et l'amélioration de la santé maternelle, lesquels font partie des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). De plus, selon la source auprès du PNUD, le pays s'éloigne de plus en plus de ces objectifs. Contestations
Des responsables malgaches contestent ce constat. « Dire que Madagascar est derrière l'Haïti ou … (Suivre le lien)

 

Jeunesse incomprise… un appel au secours !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=15643:jeunesse-incomprise-un-appel-au-secours-&catid=42:editorial

Jeunesse effrontée, génération de dégénérés dit on… des remarques généralement faites par ces " raiamandreny " hâtifs dans leurs jugements. " Has been ", " out ", " laissez-nous respirer ", ça aussi c'est courant. Pas très civilisés venant de jeunes qui affirment pouvoir faire leurs propres choix et assumer leurs existences. L'alcool, le tabac et les progrès de la technologie qui figent, hypnotisent nos jeunes dans une jolie prison dorée.  Ce n'est pourtant pas toujours le cas. Caprice, dit-on, mais tous ces artifices font également objet de carapace. Carapace vide ou pleine, là n'est plus la question. Le droit à l'expression ? Opter pour le Hip hop pour obtenir quelques minutes d'attention… pas si bonne idée que ça apparemment puisqu'on leur a trouvé une raison de plus pour les traiter de drogués.
Beaucoup de jeunes travaillent tôt, pas uniquement par esprit rebelle mais par nécessité aussi. Si les projecteurs sont trop souvent braqués sur les jeunes citadins, qu'en est-il de ceux en zone rurale et ceux des régions. Peuvent-ils en faire de même ? il faut croire que non, car beaucoup s'investissent dans un … (Suivre le lien)

 

Toamasina. Une journée sans médecins, ce jour
http://www.moov.mg/actualiteNationale.php?articleId=665943

"Suite à une assemblée générale extraordinaire des médecins qui s'est tenue vendredi dernier à l'hôpitaly Kely, il est décidé à l'unanimité, que la journée du lundi 11 avril sera une journée de deuil pour les médecins exerçant à Toamasina. De ce fait, cette journée sera une journée sans médecins".

C'est en substance la teneur d'un communiqué "médecin en deuil" du conseil régional de l'ordre des médecins de Toamasina. Après le week-end prolongé des médecins fonctionnaires, c'est au tour des médecins du secteur public, privé, libre, interne et externe de s'associer à la même cause. Seul le service des urgences du centre hospitalier "Hôpitaly Be" travaillera et accueillera des patients. Ceci après l'assassinat de l'un des leurs d'une manière odieuse: il a été torturé par … (Suivre le lien)

 

rov@higa

 

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Madagascar Environmental Justice Network

Publié le par madagascarenvironmentaljustice

 

Madagascar Environmental Justice Network: Rajoelina vend le pays aux chinois

Réseau Madagascar justice environnementale

Source : http://gtt-international.blogspot.com/2011/04/madagascar-environmental-justice.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+GttInternational+%28GTT+International%29

Universitaires, aux militants et professionnels: Impacts sociaux de la politique des ressources naturelles

 

Un message à tous les membres de Madagascar de l'environnement Réseau de la justice

 

Suite au communiqué de développement dans le monde Nouvelles Mouvement distribué plus tôt, l'article ci-dessous peut être éclairante à certains égards. Une question pourrait être: faut-il ceux qui sont concernés par les questions des sables bitumineux de chercher à Londres, RBS et Madagascar Oil, en France et Total ou peut-être plus à l'Est à la Chine et le Songanol China International Fund .....?

Election des fonds? Essayez Hong Kong

3F http://www.africa-asia-confidential.com/article/id/521/Election-funds% Essayez-Hong-Kong

Antananarivo est à la recherche de ressources pour les bonnes affaires avec des investisseurs asiatiques à recueillir des fonds pour une campagne électorale pour les intérimaires leader Andry Rajoelina

Février 2011

 

Le régime de transition dirigé par Andry Rajoelina menace d'annuler les licences d'exploration de pétrole détenus par les investisseurs occidentaux et de les remettre à la Hong Kong China International Fund. Rajoelina, qui a pris le pouvoir avec l'appui de l'armée en Mars 2009, a besoin d'argent pour lutter contre l'élection présidentielle prévue à la mi-année, qui sont en voie de devenir une confrontation amère avec desposed président Marc Ravalomanana, et de plusieurs autres candidats.

 

Refusant de reconnaître la légitimité d'Andry Rajoelina, après le putsch qui l'a porté au pouvoir, le Southern African Development Community, l'Union africaine et l'Union européenne exigent des conditions strictes pour un retour à un régime constitional dans Madgascar. Toutefois, M. Rajoelina a été en mesure de constituer une solide base de soutien politique local et gagnez des finances sur la traite des ressources naturelles à partir indiens, chinois et pakistanais companies.The objectifs immédiats pour le régime de Rajoelina sont les quatre licences détenues par cotée à Londres Madagascar Oil, dont le opérations sur le champ pétrolier Tsimororo sont désormais soumis à un contrôle de l'État. Si les audits constater que Madagascar Oil a violé les réglementations locales, l'Etat va appuyer sur ses allégations de racheter les licences.

 

fonctionnaires de l'Etat à Antananarivo prévoyons également de vérifier les activités de l'Irlande Tullow Oil, Essar en Inde, et de deux sociétés britanniques, Sterling Energy et Wilton Petroleum - qui seraient soumis à des sanctions pour toute erreurs opérationnelles. Ces licences pourraient ensuite être repris par une nouvelle société holding, une joint-venture entre les États-malgache et la China International Fund (CIF) à investir dans des projets miniers locaux et des activités commerciales.

 

Hery Rajaonarimampianina, le ministre des Finances, dit-il publiera plus de détails avant la fin de Mars. Selon Mamy Ratovomalala, des Mines et des Hydrocarbures ministre, le plan est d'évaluer tous les projets d'exploration pétrolière et minière et à emporter licences des entreprises non respect des lois minières ou ne pas pousser de l'avant rapidement avec les plans de production. Ratovomalala probablement réaffecter plusieurs des licences de prospection pétrolière à Sonangol CIF partenaire de la Chine, qui a été en Angola et en Guinée.

 

Une société de portefeuille joint-venture entre Madagascar et le CIF a été lancé à un 15 Décembre Conseil des Ministresmeeting. La réunion a autorisé la création de la Société de développement Madagascar (MDC), qui gérera les projets de l'entreprise dans tout le pays, la même structure utilisée en Guinée (AAC Vol 2 No 12). Le MDC plans de travail sur l'agriculture, l'industrie, le tourisme et les projets miniers. CIF prendra 85% du capital; le gouvernement d'Antananarivo aura 15%. La clé de ces accords avec le régime Rajoelina est Mahmoud Thiam, la Guinée, l'ancien ministre des Mines et actuel directeur des filiales guinéenne CIF.

 

Dans ce qui pourrait être la première reprise par l'entreprise CIF-conduit, les fonctionnaires du ministère des Mines a appelé Madagascar Oil cadres à une réunion à Antananarivo le 26 Janvier. Les fonctionnaires ont expliqué le programme du ministère des audits et a formellement demandé à racheter des permis de la compagnie sur des blocs pétroliers 3104, 3105, 3106 et 3107.

 

L'Office des mines nationales et des industries Stratégiques à Antananarivo avait averti Madagascar Oil sujet de la vérification dans une lettre après une réunion à la mi-Décembre. La vérification de l'accord Madagascar Oil partage de la production reprendrait mois, selon les autorités. Pourtant, le 24 Janvier, ministre Ratovomalala renvoyé à un nouveau NE 1,2 milliard. naturelle des ressources du projet qui avait démarré sans donner de détails précis.

 

Madagascar Oil dit qu'il a investi plus de 200 millions de dollars dans le projet pétrolier Tsimiroro. Le gouvernement prévoit un audit intervient au moment où la société a été cotation sur le marché de Londres Alternative Investment. Les champs Tsimiroro avoir au moins 200 mn. de barils de pétrole, mais certains prétendent qu'il pourrait rapporter plus de 3 milliards de barils. Compte tenu des investissements importants Madagascar Oil dans le projet, la décision du gouvernement est susceptible d'être fortement contestée.

 

Jusqu'à présent, les deux parties parlent de l'état des contrats de partage de production, mais pas le permis de Bemolanga, détenu en partie par le géant international Total. Le gouvernement peut utiliser le montant de $ 7 mn. en arriérés d'impôts dus par Total en 2010 comme un levier pour pousser l'entreprise hors de sa licence.

 

Une société peu de chances d'être perturbé par les vérifications, Sino Union Energy Investment Group (Sunpec), qui détient les droits de blocs 2101, 2104, 3112 et 3113. Sunpec et ses autres partenaires chinois a trouvé du pétrole sur le bloc 3113 en Octobre. En Novembre, Sunpec nommé Yves-Roger Rajoelina, père du président et d'un colonel de l'armée, comme son conseiller spécial.

 

Pourtant, le bilan du CIF sur mobiliser des capitaux en Angola et en Guinée donne à penser qu'il faudra des mois avant que le régime est payé pour les licences, ni réattribué ni obtient recettes provenant des projets de coentreprise. CIF - mis en place à Hong Kong en 2003 et de fonctionnement parfois à Singapour - est une société privée dont le véritable capacité financière est mise en doute. Mais la réalité est que Madagascar est assiégée Haute Autorité de la Transition (HAT) régime, dirigée par Andry Rajoelina, a du mal à trouver des financements à partir de n'importe quelle source.

 

donateurs d'aide étrangère ont bloqué de nouveaux crédits depuis la mi-2010 car ils ne reconnaissent pas la HAT que des offres de financement légitime et précédentes viennent à échéance. La discipline budgétaire a permis à Antananarivo de continuer à payer les salaires et les charges de base, mais nouveaux projets de développement ont presque au point mort en dépit des assurances de Rajoelina.

 

Le régime de besoins de trésorerie à la fois de maintenir son soutien populaire et à renforcer la position de Rajoelina dans les négociations supervisées par la SADC et l'UA. Rajoelina fait pression sur ses rivaux, y compris les anciens présidents Marc Ravalomanana, Albert Zafy andDidier Ratsiraka, à accepter l'élection présidentielle que les plans de régime pour la mi-année.

 

Le régime a eu un certain succès à convaincre la Chine de fournir des investissements pour les projets miniers. À la mi-2010, Hong Kong Wisco Guangxin Kam Wah Ressources payé mn 100 $ US. prime de signature à un fonds présidentiel pour les droits au dépôt de minerai de fer de Soalala (AAC Vol 3 No 10).

 

Pourtant, il ya déjà des problèmes avec l'engagement du consortium à financer le projet Soalala. Kam Hing International Holdings, une société de Hong Kong-vêtement basé en Chine et Madagascar, dit maintenant que c'était un prétexte pour d'autres intérêts. Le 1er Février, Kam Hing a annoncé qu'il allait vendre 75% de Kam Hing International Limited, qui détient 20% de la mine de Soalala, pour 30 millions de dollars. Selon l'accord, Kam Hing reçoit un autre paiement pouvant aller jusqu'à $ 70 mn. si le consortium estime que solala contient plus de 200 mn. de tonnes de minerai.

 

Le nouveau propriétaire de la participation de 75% est un para-étatiques nom n'a pas encore chinois qui nécessite l'approbation de la Chine National Development and Reform Commission d'effectuer des paiements. D'autres investisseurs dans Soalala appartiennent à l'État Wuhan Iron and Steel (Wisco) et l'État Guangdong commerce extérieur du Groupe.

 

Les perspectives pour les offres CAF à Madagascar sont incertaines étant donné les doutes de sa capacité financière et de gestion ainsi que la stagnation économique et l'instabilité politique dans le pays. Un autre risque est l'absence du régime de M. Rajoelina de la reconnaissance internationale. Un futur gouvernement malgache peut renégocier les accords signés avec le régime transitoire. Pourtant, pour l'instant Rajoelina est le favori pour remporter une élection après les négociations politiques - en dépit de sa promesse antérieure de ne pas courir.

 

Un grand merci à la personne qui a présenté ce point ci-dessus, il est très apprécié!

 

Visitez Madagascar Environmental Justice Network à l'adresse: http://madagascarenvironmentaljustice.ning.com/?xg_source=msg_mes_network

 

Publié dans Dossier

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>