Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE KIOSQUE DU BLOG : 27/04/11

Publié le par rovahiga

http://superdupergames.org/images/fanorona-board.png

Fanorona

 

POLITIQUE / VIE DE PARTI

Point de vue : A l’heure des grandes manœuvres

http://www.matv.mg/?p=20874#more-20874

La date du 20 mai approche. Nous sommes aux grosses manœuvres actuellement. Grosses manœuvres qui ont de différentes motivations. Pour l’équipe au pouvoir, comment justement contrôler ce pouvoir tout en s’assurant de la reconnaissance internationale et de la possibilité de gagner haut la main les élections dont les présidentielles avec Andry Rajoelina comme candidat ?
Le PHAT n’a d’ailleurs pas caché qu’il ne se sent plus lié par sa déclaration de non candidature dans  la mesure où la communauté internationale n’a pas respecté l’accord. Celui d’une reconnaissance rapide et de l’appui aux différentes élections.
Les entités proches de Rajoelina, elles, ne souhaitent que se placer pour siéger dans le gouvernement et  dans les différentes institutions et pourquoi pas avoir la présidence d’institution ? Le poste de … (Suivre le lien)

 

AUDIENCE : Rajoelina attend un rendez-vous

http://lexpressmada.com/audience-madagascar/22957-rajoelina-attend-un-rendez-vous.html

 Andry Rajoelina, président de la Transition, reste au starting-block. Il attend une réponse favorable de la part de Jacob Zuma, président sud-africain, pour le rencontrer. Rencontre qui entre dans la deuxième étape de son offensive diplomatique pour défendre la Transition. Une source autorisée auprès de l'ambassade de l'Afrique du Sud a confirmé qu'il a demandé une audience auprès de Jacob Zuma, mais aucune réponse ne lui est encore parvenue. … (Suivre le lien)

 

Transition : Maintien des élections avec ou sans la reconnaissance de la SADC

http://www.matv.mg/?p=20865

Le régime de transition maintiendra la tenue des élections avec ou sans la reconnaissance de la SADC d’une part, et sans ou avec l’approbation de l’Opposition d’autre part, a affirmé une source informée. Cette institution régionale, de son côté, ne se penchera sur les dossiers malgaches que lors de son sommet extraordinaire prévu pour le 20 mai prochain.

En revanche, à Madagascar, la CENI et les autres institutions étatiques concernées par les préparations des scrutins se sentent déjà prêtes pour organiser ces élections. L’opinion n’attend plus que la fixation de la date officielle de ces dernières. Une tâche qui revient aux partis politiques ayant  paraphé l’accord politique d’Ivato.

Ce n’est pas la première fois que le régime en place prévoit de marcher en solo vers les élections. Il a déjà prouvé lors de l’organisation du référendum du 17 novembre dernier que la … (Suivre le lien)

 

Nouvelle alliance : Le Dr Joseph Randriamiarisoa salue l’initiative de la NACD

http://www.matv.mg/?p=20868

La mise en place de la plate-forme Nouvelle Alliance pour le Changement Démocratique commence à soulever des réactions au sein du microcosme politique. Cette nouvelle plate-forme qui regroupe des intellectuels et anciens ministres est entièrement approuvée et félicitée par des politiciens comme étant une prise d’initiative positive pour sortir le pays des crises cycliques.
Pour sa part, le Dr Joseph Randriamiarisoa de la mouvance Albert Zafy, a indiqué que … (Suivre le lien)

 

La médiation : Les griefs contre la mouvance Zafy Albert

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16354:la-mediation--les-griefs-contre-la-mouvance-zafy-albert&catid=43:a-la-une

Albert Zafy semble figé dans de longues analyses du passé. Il semble également profiter de la situation pour dénoncer les présumés actes répréhensibles du gouvernement, tout en exigeant la médiation à faire de même. Zafy a vu la transition comme un cadre ou un outil pour résoudre la plupart des problèmes auxquels Madagascar a été confronté depuis son indépendance. Ainsi, plutôt que d'avoir une courte transition menant à des élections pour la création d'un nouveau gouvernement démocratique et légitime, il veut une longue transition.
Deux jours après la réception de la feuille de route proposée, la mouvance Zafy a adressé une lettre à l'Equipe de Médiation de la SADC rejetant la feuille de route et s'excluant elle-même des négociations. La mouvance a … (Suivre le lien)

 

MÉDIATION : La CNOSC et le FFKM rejetés

http://lexpressmada.com/mediation-madagascar/22961-la-cnosc-et-le-ffkm-rejetes.html

Le Tiako i Madagasikara (TIM Ravalomanana) a lancé, le week-end dernier, un appel pour le retour du Conseil des Églises chrétiennes de Madagascar (FFKM) et de la Coordination nationale des organisations de la
Société civile (CNOSC) dans leur rôle de médiateurs de la crise malgache. Si les mouvances des trois anciens présidents de la République maintiennent leur « accord » sur les grandes décisions, il en est tout autre de certains partis et groupements politiques proches du régime de la transition.
Le parti au pouvoir, le Tanora malaGasy Vonona (TGV), n'y va pas par quatre chemins pour condamner cette démarche. « Ils ont déjà prouvé par le passé leur fait », a d’emblée répondu Haja Ramaherijaona, membre du … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

Les trois sociétés de pêche du Boeny en grande difficulté

http://www.madagascar-tribune.com/Les-trois-societes-de-peche-du,15807.html

Mahajanga est réputée être la première ville d’activités de pêches aussi bien marines que continentales, industrielles qu’artisanales.

Toutefois, cette réputation risque de mal tourner vu que les trois grandes sociétés que sont la SOMAPECHE (Société Malgache des Pêches), la REFRIGEPECHE et la PECHEXPORT font face à l’heure actuelle à de nombreux problèmes. En fait, les responsables de ces sociétés qui ont rencontré un à un le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques, Hery Raharisaina, jeudi 21 avril dernier, ont chacun évoqué trois problèmes majeurs communs qui ébranlent leurs sociétés : le tarissement des ressources halieutiques, l’envahissement des produits asiatiques sur le marché international et … (Suivre le lien)

 

Madagascar : une zone franche pour le nouveau port d’Ehoala ?

http://www.rfi.fr/afrique/20110427-madagascar-une-zone-franche-le-nouveau-port-ehoala?ns_campaign=nl_AFRIQUE270411&ns_mchannel=newsletter&ns_source=emailvision&ns_linkname=lire-6&ns_fee=0

Par : RFI

A Madagascar, on s’étonne souvent qu’une si grande île soit si mal équipée en infrastructure portuaire. Le port de Tamatave, à l’est, est le plus important, mais à l’échelle internationale, il apparaît limité. Il y a bientôt deux ans a été mis en service le port d’Ehoala, au sud, à côté de Fort Dauphin, et surtout de la gigantesque mine d’ilménite de Rio Tinto. Mais il est aujourd’hui loin d’être suffisamment exploité, et un séminaire va donc avoir lieu en fin de semaine pour qu’il obtienne à terme le statut de « port franc », c’est-à-dire pour qu’il soit accolé à une zone franche afin de développer son activité.

Si la crise n’a pas empêché Rio Tinto de démarrer son exploitation d’ilménite, elle a sérieusement compliqué la tâche du port d’Ehoala. En 2008, on pensait que le tout nouveau grand port de Fort Dauphin allait … (Suivre le lien)

 

Un salon des hydrocarbures … sans les pétroliers 

http://www.tananews.com/2011/04/un-salon-des-hydrocarbures-sans-les-petroliers/ 

Le bras de fer continue entre les pétroliers et l’Etat : les opérateurs pétroliers n’ont pas l’intention d’honorer de leur participation le Salon international des Mines et des Hydrocarbures, organisé par le ministère du même nom et prévu se tenir au CCI Ivato du 06 au 08 Mai prochain. La réponse dédaigneuse de ledit ministère ne s’est pas faite attendre : le salon est à vocation internationale et à destination des grands projets internationaux, les opérateurs pétroliers locaux ne sont que de simples petits détaillants, leur présence n’est pas obligatoire. Les « petits » épiciers pétroliers locaux apprécieront la remarque. (FIN)

 

Foire SIMH : Boycottée par les opérateurs pétroliers

http://www.matv.mg/?p=20871

La grogne monte à nouveau dans les rangs des opérateurs pétroliers locaux, en dépit d’un semblant de compromis avec le gouvernement sur les prix à la pompe.
Les opérateurs pétroliers locaux affichent actuellement une certaine réticence à participer au 1er Salon International des Mines et des Hydrocarbures (SIMH), prévu se tenir du 6 au 8 mai prochain au CCI d’Ivato.
Une telle attitude consisterait à afficher leur désapprobation de l’arrêté gouvernemental fixant le prix du litre du carburant à la pompe, a-t-on appris de source bien informée. Les opérateurs locaux estiment toujours que, par rapport à la conjoncture économique mondiale, la décision du gouvernement malgache n’a pas vraiment été satisfaisante dans la mesure où il aurait effectué un forcing en fixant les tarifs actuels. Le ministre des Mines et des Hydrocarbures a … (Suivre le lien)

 

Stéphane Raveloson (SIM) : « Unissons-nous pour le renforcement de notre tissu industriel »

http://les-nouvelles.com/spip.php?article117

Concurrence étrangère, insuffisance de débouchés… sont entre autres les facteurs exogènes qui handicapent l’industrie nationale. La crise sociopolitique n’a pas non plus amélioré sa situation. Mais le nouveau « patron » du Syndicat des industries de Madagascar (Sim) n’entend pas rester les bras croisés face aux défis qui interpellent cette industrie nationale.

A l’occasion de son élection à la présidence du Sim, Stéphane Raveloson a dévoilé plusieurs pistes d’actions qui sont censées renforcer le tissu industriel national qui se trouve aujourd’hui dans une « situation alarmante ».

En premier lieu, il s’agit de créer une alliance stratégique entre les industries pour … (Suivre le lien)

 

SOCIAL

Rentrée universitaire 2010-2011

http://www.madagascar-tribune.com/L-ultimatum-des-etudiants-en,15806.html

L’ultimatum des étudiants en médecine expire ce jour

Depuis quelques jours déjà, la tension monte chez les étudiants de la faculté de Médecine d’Antananarivo. Vendredi 22 avril dernier, ces étudiants ont essayé de fermer l’accès au campus à quiconque pour manifester leur mécontentement à l’égard des autorités, car jusqu’ici la date de la rentrée universitaire 2010-2011 n’a pas encore été fixée. Hier mardi 26 avril, ces étudiants ont manifesté sur l’esplanade et brandi des banderoles pour supplier les dirigeants au … (Suivre le lien)

 

SÉCURITÉ PUBLIQUE : Une Police des polices pour ramener l’ordre

http://les-nouvelles.com/spip.php?article120

A l’instar de l’armée et de la gendarmerie, la police aura aussi son service de l’Inspection générale dont les membres seront les plus hauts gradés de la Police nationale.

Cette entité fait fonction de « police des polices ».  

Le conseil de gouvernement qui s’est tenu hier au palais de Mahazoarivo a approuvé plusieurs propositions d’organigrammes émanant de divers départements.

Ainsi, le ministère de la Sécurité intérieure, département en charge de la police nationale portera désormais la dénomination de ministère de la Sécurité publique. Mais cette dénomination sera encore soumise à l’aval du conseil des ministres avant son adoption définitive.

Lors de sa communication à cet effet, le ministre Dieudonné Ranaivoson a expliqué que cette dénomination reflète la mission traditionnelle de la police nationale et constitue l’axe des efforts de son département… (Suivre le lien)

 

La fin de l'impunité ?

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16355:la-fin-de-limpunite-&catid=42:editorial

L'Inspection Générale de la Police Nationale, plus communément appelée "la police des polices" est enfin créée chez nous, selon le communiqué du conseil de gouvernement du 26 avril 2011. Ses membres seront les plus hauts gradés de la Police Nationale et "elle veillera non seulement aux différentes inspections des activités et des comportements des Policiers mais également à l'application stricte de l'éthique et de la déontologie policières", selon toujours le même communiqué. Sous d'autres cieux, cet organe est très craint des policiers et passer devant ses inspecteurs est toujours un très mauvais moment pour les policiers car l'inspection générale peut prendre diverses sanctions, pouvant aller jusqu'à … (Suivre le lien)

 

BY-PASS : Conflit entre deux ministères

http://lexpressmada.com/by-pass-madagascar/22960-conflit-entre-deux-ministeres.html

Le déplacement et la démolition des gargotes et des bars, localisées dans l’emprise du boulevard de Tokyo, provoquent un conflit entre le ministère de la Décentralisation et de l'aménagement du territoire (MDAT) et celui de la Population et des affaires sociales. « Nous attendons les instructions du ministère de la Population avant de démonter notre stand, suivant l'instruction du conseiller du ministre venu sur place, ce lundi », a confié, hier, Voahangy Razafindramavo, propriétaire d'un bar-gargote sur le bord de la route du By-pass, dans la commune d'Alasora.
Visions différentes
Mais le MDAT reste catégorique sur ce sujet. « Le déplacement ou la démolition de ces stands en dur relèvent d'une question technique voire même une obligation pour libérer la voie sans … (Suivre le lien)

 

ICI ET LA

Week-end pascal : La famille Rajoelina est rentrée de Doha

http://www.matv.mg/?cat=17

Parti dans la plus grande discrétion, le Président de la Haute Autorité de la Transition s’offre un week-end pascal dans un pays des Emirats Arabes Unis, le Qatar. 

Arrivé mercredi dernier en provenance du Mozambique, la petite famille présidentielle a rallié Doha, capitale du Qatar, jeudi dernier. Le Président Andry Rajoelina, accompagné de la première dame et de ses enfants sont rentrés au pays hier après-midi.
Rien n’a pour l’instant filtré de ce voyage pascal de la famille présidentielle que … (Suivre le lien)

 

rov@higa

 


Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Galliéni fait fusiller le ministre de l’Intérieur (2è partie)

Publié le par Jean Pierre Renaud

Cet article est publié avec l'aimable autorisation de l'auteur: Jean Pierre Renaud

http://eh-tique-media-tique.over-blog.com/

 

1895-1896: un épisode tragique de la conquête de Madgascar, Gallieni fait fusiller le ministre de l'Intérieur- 2° partie

 

Première partie sur : http://rovahiga.over-blog.com/article-1896-gallieni-fait-fusiller-le-ministre-de-l-interieur-de-madagascar-71779061.html

Retour historique sur un épisode tragique de la conquête de Madagascar (1895-1896)

A Madagascar, le 15 octobre 1896, le général Gallieni, nouveau proconsul de la France, fait fusiller le ministre de l’Intérieur de Madagascar

Deuxième partie du commentaire

Première partie sur le blog du   15 avril 2011

 

Le portrait du Prince de la Paix

« Il s’appelait Rainandriamampandry. On pourrait écrire avec traits d’union. Rain – Andria - Mampandry : parce que conformément à l’usage de la langue malgache, qui est, comme disent les philologues, agglutinante, ce nom propre est un conglomérat de mots empruntés à la langue usuelle. Il a donc un sens ;  Rain est un préfixe honorifique de courtoisie ; Andriamampandry signifie Prince de la Paix. Celui qui le portait était en effet un grand seigneur, tout à fait au sommet de la hiérarchie politique et administrative, « seizième honneur », pour adopter la tradition courante, non sans quelque regret… »

L’auteur a donc retenu, par commodité, la traduction de ce nom pour évoquer le personnage, et expliquait :

« Cette liberté qu’on se trouve amené à prendre avec un nom propre doit se concilier avec le plus grand respect pour l’homme qui l’a porté honorablement toute sa vie et dans sa mort violente. Prince de la paix a certainement laissé à Tananarivo des descendants qui ne peuvent pas manquer d’être légitimement fiers de lui, et dont on serait désolé de froisser la piété filiale. 

Si l’un d’eux fait jamais à ces quelques pages, l’honneur de les lire, il ne méconnaîtra pas, j’espère, qu’elles sont imprégnées au fond de sympathie déférente.» (page 69)

L’auteur proposait donc de tenter de comprendre ce haut personnage à partir de ses mémoires qu’il a eu la chance de pouvoir consulter.

Il introduisait donc le sujet en écrivant : « C’est Prince de la Paix qu’il s’agit de comprendre et il a été fusillé en 1896. »

L’auteur notait que le Prince de la Paix fut un écrivain en même temps qu’un homme politique, car il noircit donc beaucoup de livres, « le produit de ses veilles » :

« Quand on a parcouru ces gros livres, ils ouvrent un jour curieux sur l’âme d’un Malgache, élève des missionnaires, à la fin du XIX° siècle. »

« Son père était un haut fonctionnaire, à l’enterrement duquel on a tué un nombre incalculable de bœufs ; le corps était enveloppé de 60 suaires de soie, et 5.000 Francs en piastres ont été déposés dans le tombeau. »

L’auteur racontait donc :

« Moi aussi j’ai touché aux « grandes affaires », comme on disait au XVIIème siècle…J’ai été témoin de ce drame ; j’ai même appartenu, par la situation administrative que j’occupais alors, à cette catégorie de témoins que l’illusion d’une responsabilité oblige à nommer acteurs.

Chez un homme qui a passé le reste de sa vie sur la tour d’ivoire, dans une mémoire encombrée d’érudition livresque, cet épisode a laissé un lot de souvenirs incongrus qui font un contraste ridicule avec le reste…

Avouer que je fus, dans des circonstances graves, un administrateur d’une ineptie amusante, c’est risquer, il est vrai, d’atteindre indirectement celui qui m’a désigné pour ces hautes fonctions, mais celui-là, bien entendu et comme d’habitude j’imagine, c’est le hasard qui est au-dessus de tout discrédit….

Cela se passait dans le courant de 1896, si je ne me trompe, pendant l’insurrection qui suivit la conquête. Elle amena un changement de gouverneur, à M.Laroche succéda le général Gallieni, et le proconsulat militaire fut inauguré par la condamnation à mort et l’exécution du ministre malgache de l’intérieur et d’un prince de la famille royale. Cette exécution fit quelque bruit à l’époque et alimenta des polémiques de presse, aux uns elle parut un crime militaire monstrueux et inutile ; aux autres un geste énergique, équitable et bienfaisant. Naturellement tout fut oublié en quinze jours, on ne peut pas imaginer que ce détail d’histoire coloniale ait retenu plus longtemps l’attention publique.

Le prince malgache exécuté, qui se nommait Ratsimamanga, et qui n’était rien moins qu’oncle de la reine, m’était à peine connu, il avait chez les Malgaches une très mauvaise réputation, justifiée par ses mangeries, il n’avait pas beaucoup de tête et pas beaucoup de cœur…

La victime de premier plan fut certainement le ministre de l’intérieur, Prince de la Paix.

J’étais moi-même directeur des affaires indigènes par intérim, le ministre de l’intérieur malgache de l’intérieur était mon collaborateur ; dans les six mois qui ont précédé sa mort, je l’ai vu au bureau tous les jours matin et soir, je lui ai serré la main très régulièrement quatre fois par jour, et j’ai eu souvent avec lui de longues conversations amicales. La veille de son exécution, je faisais fonction d’interprète au conseil de guerre. En cette qualité, j’ai dû lui traduire la sentence de mort ; la salle du conseil était toute petite, on se touchait, je lui communiquai son arrêt comme on cause, les yeux dans les yeux, à trente centimètres de sa figure extrêmement connue. Je n’y ai vu aucune trace d’émotion, sauf trois petites gouttes de sueur qui perlèrent brusquement sur son front, et il répondit simplement « oui, oui » avec sa petite voix douce habituelle…

Je n’ai pas la prétention d’avoir compris Prince de la Paix au moment même de nos relations quotidiennes… Ainsi est-il advenu que je n’ai pas vu l’homme véritable au moment où je l’avais sous les yeux…

Dans cette période dangereuse  de troubles et de réorganisation qui suit immédiatement une conquête coloniale, que ç’ait été précisément moi qui fus chargé, en collaboration avec Prince de la Paix, de diriger la politique intérieure à Madagascar, je crois me souvenir que, dans ce temps-là, ça me paraissait après tout assez naturel. Aujourd’hui, quand je me reporte à ce passé lointain, j’ai bien le sentiment vif d’une disproportion considérable jusqu’au comique ente la tâche et la préparation professionnelle de l’ouvrier…

Le ministère malgache de l’Intérieur, au contrôle duquel j’étais préposé, fut installé dans le Palais « Au-dessus des désirs » (Tsy-azom-paniry). Ce n’était pas un édifice somptueux, mais il se dressait dans l’enceinte sacrée des palais, tout au sommet du roc de Tananarivo. On y avait à ses pieds presque toute l’Emyrne, l’immense plaine des rizières, et le cercle lointain des montagnes…

Vers le temps où j’eus le devoir très pénible de traduire à Prince de la Paix, mon collaborateur indigène, sa condamnation à mort, je fus moi-même mis à pied. Je m’imaginais alors que ces deux sentences, d’une sévérité inégale, étaient la punition du même crime, l’impéritie. Je sais aujourd’hui que je me trompais.. »

L’ancien directeur des affaires indigènes par intérim n’apprit la vérité que beaucoup d’années plus tard ! Innocence de sa part ou impéritie, allez savoir !

« Il appert que le palais « Au-dessus des désirs » n’a pas seulement favorisé inconsciemment l’insurrection par sa passivité officielle ; il a consacré beaucoup d’activités officieuses à l’organiser consciemment.

Prince de la Paix, mon collaborateur et ami, signait sa correspondance clandestine du pseudonyme « le Patriote ». Cela se dit en malgache Ra-tia-tanin-drazana, et ce substantif est à lui tout seul une petite phrase compliquée : cela signifie « le monsieur qui aime le pays et ses ancêtres »…

Pour Prince de la Paix, mon collaborateur et ami, l’usage d’un pseudonyme était une mesure de prudence bien naturelle. Mais ce pseudonyme était transparent, car les lettres étaient accompagnées de promotions et de brevets, expédiés en bonne et due forme, d’après les traditions de la chancellerie ; et le caractère officiel de toute la correspondance était donc patent…

J’essaie bien de me défendre contre la précision de ces révélations tardives. Le ministre de l’Intérieur fut exécuté pour connivence avec l’insurrection…

J’admets donc que feu mon collaborateur et ami s’est bien décidément moqué de moi outrageusement, et je lui pardonne de tout cœur…

De tout cela se dégage maintenant une figure toute nouvelle de Prince de la Paix, des détails biographiques épars s’harmonisent pour dresser l’image d’un homme extrêmement respectable…

Pendant la guerre de 1884, il commandait les forces malgaches à la côte Est, et il maintint ses positions de Farafate contre les attaques indécises de l’Amiral Miot…

Parmi tant de fonctionnaires peu estimables, Prince de la Paix avait tout de même la réputation d’avoir été, à tout prendre, probablement le plus honnête. C’est à ce titre qu’il fut nommé par le gouvernement français ministre de l’Intérieur, et au même titre exactement, il était naturel qu’il trahît l’étranger pour son pays…

Dans cet effondrement de l’indépendance malgache, où les dévouements et les énergies ont fait défaut, Prince de la Paix est le seul homme qui ait risqué sa vie délibérément.

Ç’aurait été une raison peut-être pour la lui laisser. »

Deux hauts fonctionnaires intervinrent auprès de Gallieni pour lui conseiller la clémence :;

« Messieurs, leur aurait répondu le Général, je vous remercie de votre conseil, mais je n’ai pas l’intention de le suivre »,

 mais, «  Plus tard, lorsqu’il connut le pays, il lui serait arrivé de dire à son Directeur des Finances et à son Directeur des Domaines :

« C’est vous qui aviez raison, Messieurs, j’ai regretté de ne pas vous avoir écoutés. »

« Avec un peu plus de chance le vieux Prince de la Paix aurait donc pu sortir vivant de l’épreuve redoutable. Il eût passé quelques années qui lui restaient à vivre dans l’apparat de ses dignités. On peut se demander si ces quelques années en valaient la peine. Il est permis de préférer pour lui la mort violente du héros, dans un moment de la vie de son peuple où l’héroïsme était rare. »

Deux simples commentaires :

Un jugement terrible sur le comportement de l’élite malgache de l’époque de la conquête.

Une décision du général Gallieni qu’il faut analyser et interpréter, alors qu’il ignorait tout de ce pays, qu’il avait été nommé à son nouveau poste dans un contexte d’insurrection, et enfin qu’il a toujours témoigné au cours de sa vie coloniale d’un amour sans doute trop exclusif de la nouvelle République française.

Et à observer le comportement des élites actuelles de ce beau et attachant pays – toujours dans un régime de transition, deux ans après un coup d’Etat -, il est possible de se demander si le premier commentaire n’a pas conservé toute sa valeur.

La France serait d’ailleurs bien inspirée de rappeler son ambassadeur à Madagascar, sauf pour l’auteur ou les auteurs du Coup d’Etat de février 2009, à cesser leurs palinodies et à accepter des élections libres et démocratiques sous le contrôle d’institutions internationales, et cela, dans un délai de quelques  mois !

Jean Pierre Renaud

Les caractères gras sont de ma responsabilité

PS : Le livre « Le vent des mots, le vent des maux, le vent du large » (Jean Pierre Renaud, Editions JPR) propose, entre autres (Soudan, Tonkin, et Fachoda), une analyse du déroulement de l’expédition de Madagascar sous l’angle de la communication technique, politique et militaire entre gouvernement et  chef militaire de l’expédition. En clair, quels ordres étaient donnés ? Comment ? Par qui étaient-ils exécutés ? Question : les généraux n’en faisaient-ils qu’à leur tête, en pratiquant la politique du « fait accompli » ?

Publié dans Dossier

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 26/04/11

Publié le par rovahiga

POLITIQUE / VIE DE PARTI

Reconnaissance Internationale : L’étau se resserre autour du Président de la HAT

http://www.matv.mg/?p=20810

Le Président de la Haute Autorité de la Transition n’en démord pas dans la conquête de la reconnaissance internationale. Les travaux de lobbying du régime se multiplient depuis la formation du nouveau gouvernement d’union nationale. La pression des politiciens se renforce également.
Pas plus tard que la fin de la semaine dernière, la plate-forme dénommée Nouvelle Alliance pour le Changement démocratique interpelle à la fois le régime actuel et les autres forces politiques concernées par la crise malgache. Un manifeste a permis à ses membres de rappeler les … (Suivre le lien)

 

Politique et diplomatie : Les raisons d'une capitulation

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16313:politique-et-diplomatie--les-raisons-dune-capitulation&catid=43:a-la-une

Le rapport de la médiation (qui est en faveur de Andry Rajoelina) sur cette fameuse feuille de route fortement contestée par les 3 mouvances (voir les observations de la mouvance Ravalomanana) apporte des éclaircissements sur le fléchissement du régime de la HAT à vouloir négocier une sortie de crise, mais il indique aussi que la communauté internationale s'est toujours méfiée de cette nouvelle coopération, ce qui   montre leur scepticisme quant à l'issue de ce sommet du 20 mai 2011.
Selon donc le document établi par les médiateurs, il  y a … (Suivre le lien)

 

Trois mouvances : descente sur la Place du 13 mai le 1er mai ?

http://www.moov.mg/actualiteNationale.php?articleId=668550
Devant ce qu’a décidé le récent sommet de la Troïka, les deux camps protagonistes de la crise sont actuellement conscients que le futur sommet extraordinaire de la SADC ne prendrait que des recommandations sur la crise malgache.
Le sommet ne serait pas décisif sur la résolution de la crise à Madagascar. Le déplacement privé à Qatar et à Dubaï du président de la HAT, Andry Rajoelina, présage quelque chose. Du côté des trois mouvances, on préparerait une descente sur la Place du 13 mai le dimanche 1er mai, fête du travail. Par ailleurs, les noms de futur président et du futur Premier ministre de la transition parallèle des … (Suivre le lien)

 

A l’approche du 20 mai : Fortes rivalités au sein de la HAT

http://www.matv.mg/?p=20816

Le régime de Transition commence à montrer des signes de scission, au niveau de ses membres. Une scission qui a suscité la polémique, ces derniers jours, notamment en cette période proche de la rencontre de la SADC pour le 20 mai prochain.
Certaines personnalités politiques, qui faisaient autrefois figure de symboles de la lutte menée par le Président Andry Rajoelina sur la place du 13 mai, entrent désormais dans une rivalité politique accrue. Par ailleurs, d’autres groupements politiques qui ont récemment paraphé la feuille de route d’Ivato se sentent écartés de la transition. De ce fait, la grogne monte progressivement au sein de la sphère des tenants du pouvoir. Entre Voninahitsy Jean Eugène et Roland Ratsiraka, la tension est monté d’un cran. Qui aurait cru que le premier lancerait une mise en garde à l’endroit du neveu de … (Suivre le lien)

 

La CENI pointée du doigt !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16314:la-ceni-pointee-du-doigt-&catid=44:chut

Selon la SADC, la crise actuelle n'est pas une exception. La sortie de crise doit donc être à travers des élections libres, justes et crédibles fondées sur des normes internationalement reconnues. A en juger l'expérience du référendum du 17 Novembre 2010, il est clair que Madagascar aurait … (Suivre le lien)

 

Manoeuvres et mensonges de la mouvance Ravalomanana, selon les médiateurs

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16310:manoeuvres-et-mensonges-de-la-mouvance-ravalomanana-selon-les-mediateurs&catid=67:en-coulisse

Les négociations sur la feuille de route ne peuvent pas et ne doivent pas être sans limites. Le texte de la feuille de route a été pratiquement bouclé. Le 08 Mars 2011, la Médiation de la SADC a publié une version finale de la feuille de route à être paraphée le 09 Mars 2011. Tous les principaux acteurs politiques malagasy, dont les trois Mouvances, ont été invités à assister à la cérémonie et à parapher la feuille de route. M. Ravalomanana a décidé de ne pas signer le document et de continuer à … (Suivre le lien)

 

Ratsiraka Didier . Le NOTAM frappe l’entretien familial

http://www.moov.mg/actualiteNationale.php?articleId=668558
Une fois de plus, l’Amiral Ratsiraka Didier Ignace est victime des mesures prises par le pouvoir en place.
Durant les festivités pascales de cette année, l’ancien président et consorts sont crucifiés. Le NOTAM, que l’autorité du PHAT a lancé à l’encontre de « Deba » et toute sa famille, a joué un mauvais tour. Toute la bande ne peut pas entrer au pays pour un enterrement de l’un de ses proches. Le fondateur du parti AREMA a perdu durant le week-end dernier des proches parents maternels, en l’occurrence Nicolas Rafilipo, le frère benjamin de sa mère Marcelline Ratsiraka Albert.
D’autant que le regretté Nicolas Rafilipo, bien qu’il soit son Zama ou Dadafara de Didier Ratsiraka, a joué ensemble avec le futur président de la république socialiste puisqu’il … (Suivre le lien)

 

Jean Jacques Rasolondraibe, Premier ministre malgré lui ?

http://www.tananews.com/2011/04/jean-jacques-rasolondraibe-premier-ministre-malgre-lui/

Selon des bruits de couloir lors des dernières rencontres en Namibie, pour le poste de Premier ministre de la Transition, l’actuel reconduit, Albert Camille Vital, ne récolterait pas l’adhésion de la SADC qui lui préfererait, au conditionnel, la personne de Jean Jacques Rasolondraibe, un général ratsirakiste pur jus, récemment rentré au pays après avoir été exilé sous … (Suivre le lien)

 

Olivier Rakotovazaha : «Le mois de Mai sera important»

http://www.matv.mg/?p=20807

Olivier Rakotovazaha a affirmé que le mois de mai sera d’une importance capitale pour les partisans des trois anciens Présidents malgaches. D’une part, il y aura la célébration des événements du 13 mai 1972 et d’autre part, la réunion extraordinaire de la SADC prévue pour le 20 mai prochain. Cette réunion de la SADC décidera du sort réservé à Madagascar, plus particulièrement au processus de sortie de crise. En outre, il a conclu que la transition approuvée par toutes les parties prenantes à la crise politique sera tôt ou tard mise à l’œuvre. (FIN)

 

Résorption de crise : Roindefo invité par Zuma

http://www.matv.mg/?p=20813

L’ancien Premier ministre Monja Roindefo se rendra ce jour en Afrique du Sud. Il sera l’invité de Jacob Zuma dans le cadre de la résorption de la crise malgache.
L’ancien PM de la Haute Autorité de la Transition, Monja Roindefo et non moins président national du parti Monima, reste une personnalité incontournable dans le processus de sortie de crise malgache. Selon ses explications de la fin de la semaine dernière, il est invité par la présidence de la République d’Afrique du Sud et cette invitation rentre dans le processus de sortie de crise malgache.
En revanche, l’ancien PM n’a pas modifié sa vision quant à … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

Carte carburant : une solution technique qui ne résout pas tout le problème

http://www.madonline.com/article.php?article_id=4825&lang=fr&utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+MadagascarOnlineLePremierMagazineDactualitEnLigneSpcialisSurMadagascar+%28Madagascar+Online+%3A+Le+premier+magazine+d%27actualit%C3%A9+en+ligne%2C+sp%C3%A9cialis%C3%A9+sur+Madagascar%29

Malgré la récente hausse des prix à la pompe concédée par l’Etat, la mesure exceptionnelle de fixation des prix prévue par la loi est toujours de rigueur. Sinon, les compagnies pétrolières auraient appliqué la vérité des prix avec une hausse bien plus importants que les 50 ariary par litre. La HAT tente de désamorcer une crise socioéconomique par une solution inédite qu’est la tarification à deux vitesses contrôlée par la carte d’approvisionnement.

La tarification réduite au bénéfice des transporteurs suscite encore des inquiétudes et des questions. La HAT prend les choses en main et fait appel à l’entreprise malgache spécialiste des … (Suivre le lien)

 

DENREE : Une baisse globale du prix du riz

http://lexpressmada.com/denree-madagascar/22896-une-baisse-globale-du-prix-du-riz.html

L'Observatoire du riz a fait état d'une baisse générale du prix de la nourriture de base des Malgaches. Le « vary mora » a contribué à cette baisse.Un soulagement pour les consommateurs. Grâce à l'abondance du riz issu de la dernière récolte sur le marché, le prix de cette denrée a connu une baisse globale. L'Observatoire du riz publie ce constat à travers son baromètre n° 12 du 20 avril concernant les prix des produits de première nécessité sur les grands marchés de la capitale. « Les prix du “vary gasy”, du “tsipala” et du “makalioka” ont tous diminué respectivement de 7 %, de 8 % et de 1 % par rapport à … (Suivre le lien)

 

SOCIAL

Cnaps-Meci. A la rescousse des chômeurs

http://www.moov.mg/actualiteNationale.php?articleId=668554
Suite à la crise qui perdure, bon nombre de gens ont perdu leur emploi.
Un cas social qui n’a pas échappé à la Cnaps et à la Meci (Mutuelle d’Epargne et de Crédit Inscae). Face à cette situation déplorable, ces deux entités ont décidé de prêter main forte à ces infortunés. A cet effet, la Cnaps se chargera du financement tandis que la … (Suivre le lien)

 

Réunion du FMI et de la Banque Mondiale : L'alimentation, une priorité absolue !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16306:reunion-du-fmi-et-de-la-banque-mondiale--lalimentation-une-priorite-absolue-&catid=35:economie&Itemid=61

Les pays membres du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale se sont réunis trois jours à Washington, à partir du jeudi 14 avril dernier, pour les réunions de printemps de deux institutions. Le G7 s'est réuni aussi de manière informelle à l'occasion de ce rassemblement, ainsi que le G20 finances.
Le Comité monétaire et financier international (CMF), organe d'orientation du FMI, et le Comité de développement, qui conseille la Banque Mondiale, ont également tenu des rencontres durant ces trois jours. Ces réunions ont été l'occasion pour les 187 Etats membres des deux institutions financières internationales de discuter d'un grand nombre de sujets. Ils ont exprimé une … (Suivre le lien)

 

Fêtes pascales : 322 blessés durant les 3 jours

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16293:fetes-pascales--322-blesses-durant-les-3-jours&catid=36:societe&Itemid=62

Contrairement à ce que l'on a souhaité, le lundi de Pâques a fait quand même des blessés liés aux accidents de circulation. Le bilan général durant les 3 jours festifs fait état de 322 blessés. Hier, jusque vers 17h, pour la seule journée du lundi de Pâques  on a recensé plus de 20 blessés. Parmi eux, de nombreux enfants dans la tranche d'âge des 10-13 ans. Certains d'entre eux ont été touchés au … (Suivre le lien)

 

Week-end Pascal : 2 ressortissants français retrouvés morts dans leur voiture

http://www.matv.mg/?p=20804

Les cadavres de deux ressortissants français ont été découverts dans leur voiture, dans la matinée de dimanche de Pâques. Selon les informations, les deux hommes venaient d’assister à une cérémonie de noces à Ampefy. La cause de leur mort semble pour le moment suspecte.
Les deux victimes étaient originaires de l’île de la Réunion. Ils avaient donc expressément fait le voyage à Antananarivo pour assister à un mariage. Ils avaient quitté la cérémonie avant la fin. Ils étaient 3 individus à bord d’un véhicule qui devait les conduire dans la Capitale. Le dernier … (Suivre le lien)

 

rov@higa

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

Le règne du banditisme politique à Madagascar, appuyé par la France

Publié le par GTT International

http://3.bp.blogspot.com/_n_2MMK4gZKw/TMGWIKOzjgI/AAAAAAAAAHw/k8v44K_edRw/S229/Logo_(Baner)_GTTgeDEFINITIF.png

 

TRADUCTION LIBRE

Political gangsterism rules in Madagascar, aided by France
[www.businessday.co.za]

PETER MANN: Gouvernance

Le règne du banditisme politique à Madagascar, appuyé par la France

Publié le : 2011/04/20

MADAGASCAR est peut-être mieux connu comme le nom d'un film fantastique d'Hollywood plutôt que d'un pays, mais d'une récente visite là-bas a révélé un sinistre film d'horreur aux relents des pires excès de

l'apartheid.

Tout d'abord, permettez-moi de déclarer mon parti pris. Je suis allé à Madagascar en tant que conseiller du président en exil Marc Ravalomanana, qui il y a plus de deux ans, a été chassé du pays à main armée, dans un coup d'Etat français qui a conduit à l'installation en tant que "président" d'une "haute autorité de transition » de Andry Rajoelina, un ancien disc-jockey de 34 ans élu maire de la capitale, Antananarivo.

Depuis, le pays a été plongé dans une lutte sur son avenir politique alors que le Southern African Development Community (SADC) tente de négocier une «feuille de route" pour la restauration d'un gouvernement constitutionnel.

La Sadc est aux abois pour trouver une solution, et a appelé à un sommet extraordinaire sur Madagascar le 20 mai à Windhoek.
It faces twin, possibly related, problems — full-on, flat-out interference by France in the internal affairs of another country; and the seeming corruption of the Sadc mediation team to the French view.
Elle fait face à deux problèmes liés à l'interférence d'arrache-pied par la France dans les affaires intérieures d'un autre pays, et à la corruption visible de l'équipe de médiation de la SADC vers la vision française.

Après le coup d'Etat en 2009, la SADC et la communauté internationale ont justement déclaré qu'ils n'auraient pas d'échanges avec un homme qui avait pris le pouvoir violemment et ils ont imposé des sanctions sur le régime illégal.

Aujourd'hui, la "feuille de route» des propositions du médiateur de la SADC, l'ancien ministre des Affaires étrangères du Mozambique Leonardo Simao, apparemment avec la complicité de l'ancien président mozambicain Joachim Chissano, est que le chef de la junte peut être nommé président d'un gouvernement de transition, et que le réel, président démocratiquement élu n'est pas invité à revenir de si tôt - de préférence pas avant les élections, si elles peuvent braver cela. (Le langage diplomatique proposée, c'est qu'il sera autorisé à revenir quand et si la situation sécuritaire le permet.)

Ce, dans un climat d'absence totale de droits de l'homme. Il ya des centaines, sinon des milliers, de personnes en détention sans jugement. Et, selon les rapports d'organismes internationaux et de diplomates, la torture est monnaie courante.

Dans son rapport annuel sur les pratiques des Droits de l'Homme selon les pays émis le 8 avril, le gouvernement américain dit que Madagascar est dirigé par un «régime civil non-élu et illégal» et qu'il «n'a pas réussi à établir une administration de transition légitime qui superviserait élections libres et ouvertes pour la restauration d'un gouvernement légal ". Il dit: «les chefs militaires continuent d'affirmer leur autonomie par rapport au pouvoir politique actuel, malgré leur soutien tacite du gouvernement de facto".

Il poursuit: « Les problèmes de droits humains suivants ont été signalés: les homicides illégaux et autres abus des forces de sécurité, les conditions de détention cruelles aboutissant parfois à des décès, les arrestations et détentions arbitraires avec longue garde-à-vue avant le procès, la censure, l'intimidation et les arrestations et les violences contre les journalistes , les restrictions à la liberté d'expression, de presse, et de réunion, restriction du droit des citoyens de choisir leur gouvernement, la corruption officielle et l'impunité, la discrimination sociétale et la violence contre les femmes, et la traite des femmes et des enfants et le travail des enfants, y compris le travail forcé des enfants. "

Deux exemples cités dans le rapport des États-Unis donnent un aperçu des actions du régime.
On November 23 last year, regime forces arrested a former judge of the International Court of Justice, Raymond Ranjeva, and his pregnant daughter, accusing Ranjeva of being involved in a November 17 coup attempt. Le 23 Novembre l'année dernière, les forces du régime ont arrêté un ancien juge de la Cour internationale de Justice, Raymond Ranjeva, et sa fille enceinte, accusant Ranjeva d'être impliqué dans une tentative de coup d'Etat du 17 Novembre. Ranjeva a été libéré sous conditions quelques heures plus tard, mais sa fille est restée en garde à vue pour avoir insulté les Forces du régime et a été condamnée à un mois de prison avec sursis.

Des sources malgaches me disent que Ranjeva a été arrêté pour montrer que personne dans le pays n'était "intouchable", et que l'arrestation de sa fille a été conçue pour l'intimider.

Le 15 mai l'an dernier, l'opposant politique Ambroise Ravonison a été violemment arrêté lors d'une interview à la radio. Deux autres personnes interrogées et trois membres du personnel de la radio ont été injuriés, et les équipements de la station de radio ont été vandalisés. Ravonison, un citoyen français, a obtenu une liberté provisoire et a fui le pays.

Le charcutage politique à Madagascar par le régime et son sponsor français défie l'entendement - et le monde ne semble pas s'en soucier d'un iota, occupé par les soulèvements en Egypte, la Libye, la Tunisie, le Yémen et la Côte d'Ivoire.

Le chef de la junte et sa femme restent cloitrés dans leur palais. Ils voyagent seulement dans un convoi de lumières bleues, qui rugit dans les rues étroites de la capitale - sans doute pour les protéger contre les attentats à la bombe.

L'ambassadeur français, Jean-Marc Chataigner, quand il est arrivé le lendemain du coup d'Etat, a été accueilli à bras ouverts par Rajoelina, qui a dit que Madagascar ne se séparerait jamais de la France,.

Il est largement rapporté et cru à Madagascar que Chataigner a un bureau au palais présidentiel. Il est également largement admis que la France finance la faillite du régime. Ses conseillers viennent directement de l'Élysée à Paris.

Il semble que, sous pression de la France, Rajoelina se prépare à tourner le dos à la médiation de la SADC, pensant que le rejet visible de la part de l'Afrique du Sud, la Zambie et le Botswana - pays de la SADC supervisant la "feuille de route" des médiateurs - en faveur du sommet extraordinaire sur Madagascar veut dire que son affaire est en train d'être rejetée par la SADC.

Et donc il y a eu une célébration (fête) d'amour (aux, des) français récemment quand le ministre des Affaires étrangères de l'île Maurice Arvin Boolell, ainsi que des représentants de La Réunion, des Seychelles et de la France, ont rencontré M. Rajoelina, sous l'égide de la peu connue Commission de l'océan Indien.

La stratégie d'inspiration française de Rajoelina semble être un pied de nez à la Sadc, en appelant à son simulacre d'élection en Septembre, et à la reconnaissance de son gouvernement par la France et ses substituts.

La question qui se pose à Madagascar est de savoir si la SADC s'opposera aux Français et ce qu'elle va faire pour arrêter les actions unilatérales du régime, qui sont même en violation flagrante de la feuille de route encore non approuvée de la SADC.

Pour exemple : la feuille de route propose un gouvernement de transition d'unité nationale pour superviser les élections libres et équitables sous contrôle international. Il est dit que si Rajoelina peut être président du gouvernement provisoire, il doit nommer comme premier ministre un candidat de l'opposition. Il a simplement reconduit son propre premier ministre à ce poste. Un homme d'affaires à Madagascar aurait payé 2 millions de dollars au régime pour être nommé au Cabinet.

Pendant que le charcutage électoral se poursuit, la population malgache est victime de pauvreté dévastatrice (plus de 75% vivent avec moins de 10 $ par mois) et d'une rupture totale de leurs libertés civiles par ce qui peut seulement être décrit comme du gangstérisme politique.

Un rapport d'évaluation de l'impact de paix et conflits préparé pour le Fonds des Nations Unies pour l'enfance par le Graduate Institute Centre on Conflict, Development and Peacebuilding l'an dernier dit que "la souveraineté de Madagascar serait bientôt sous la menace".

Il souligne «le cycle de l'extrême pauvreté, l'augmentation de la criminalité, la paralysie des forces armées et la prolifération concomitante des forces de sécurité« alternatives »(milics)", n'est pas de bon augure pour l'avenir".
"Alors que la crise politique se poursuit, les précieuses ressources du pays continuent d'être pillées ... et la population continue à mourir de faim. Avec chaque semaine des pillages de l'île de plus en plus impitoyables ...".

Mann est un ancien journaliste politique devenu conseiller en communication

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

AVIS A NOS VISITEURS

Publié le par rovahiga

 

JOYEUSES PAQUES A TOUS NOS VISITEURS,

 

TOUS NOS AMIS

 

SUR TWEETER, FACEBOOK …,

 

NOS BRAVES COMPATRIOTES MILITANTS,

 

NOTRE VAILLANT PEUPLE !

 

 

 

 

 

Prochaine mise à jour

Mardi 26 avril 2011

 

 

 

 

rov@higa

 


Publié dans Humeur

Partager cet article
Repost0

JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME à MADAGASCAR

Publié le par Justmad

ARTICLES REMARQUES - AVRIL 2011

<> 23 04 11 - L'Express - R. Jakoba - Solution à la crise politique - Un arbitrage plutôt qu’une médiation internationale
A peine l’encre qui a servi de paraphe le 9 mars 2011 à la feuille de route proposée par la médiation internationale a-t-elle séché, que sont apparues les premières distorsions quant à l’application de ladite feuille de route. En effet, la médiation internationale de la SADC n’a point réglé la crise malgache, bien au contraire, elle a attisé de nouvelles tensions. Et les évènements qui se sont succédé depuis la présentation de cette fameuse feuille de route - les vives contestations quant à la nomination d’un Premier Ministre de consensus, les interprétations divergentes sur la qualification d’un gouvernement d’union nationale, les atermoiements de la Troïka qui refile le dossier malgache au sommet extraordinaire de la SADC du 20 mai prochain, les manœuvres de la France à travers l’intrusion de la COI - sont les conséquences des défaillances du mode de règlement proposé par la communauté internationale à savoir la médiation. La technique de médiation qui a été adoptée par la SADC contient en elle-même un vice originel : l’absence du pouvoir de décision de la médiation.

-------------------------------------------------------
<> articles particulièrement signalés - <>doc documents à valeur permanente.
-------------------------------------------------------

<> 21 04 11 - Mamy - Questions foncières : pour les droits et les intérêts des Malgaches démunis
Les expulsions de familles de leurs terres d’habitation et de culture existent à Madagascar depuis quelques années. Des cas concrets de ce phénomène intolérable sont publiés dans la presse malgache ces derniers mois. Cet article informe sur des réalités du foncier peu connues sur lesquelles les autorités seraient en train de préparer des projets de lois et interpelle les responsables pour que les décisions prises n’aggravent pas la précarité des Malgaches démunis.
L'auteure, Mamy, est une militante de la société civile. Elle travaille en France et s’intéresse à tous les sujets liés au développement de Madagascar.

- 19 04 11 - Communiqué de la mouvance Ravalomanana - Les trois mouvances reçues par le président en exercice de la Sadc
La Transition et les trois mouvances entament une course contre la montre pour avoir le soutien des pays membres de la Sadc, avant le Sommet du bloc économique régional annoncé pour le 20 mai. Andry Rajoelina a été reçu par son homologue namibien, Hifikepunye Pohamba, président en exercice de l'organisation. Raharinaivo Andrianantoandro, président du Congrès, ancien proche de Marc Ravalomanana, qui sert de caution au processus actuel, l’a accompagné dans ce déplacement. Ils se sont ensuite rendus à Maputo, au Mozambique, pour rencontrer le président de la République, Armando Guebuza. La mouvance Ravalomanana a été reçue peu après par le président namibien et a publié un communiqué au nom des trois mouvances.

- 18 04 11 - La Gazette - Air Madagascar : les ailes plombées par Ravalomanana
La compagnie nationale Air Madagascar est menacée de figuer sur la liste noire des compagnies aérienne interdites de survoler l'Europe. Une affaire qui comporte une dimension politique, selon le quotidien, qui voit dans cette menace un complot "anti-Rajoelina" des européens supporters de Marc Ravalomanana. Le pouvoir en place met en cause les conditions très défavorables à la compagnie nationale des contrats de location de ses deux longs courriers et les erreurs de gestion de la compagnie durant la présidence Ravalomanana. La Turquie est sur les rangs pour sauver "l'étendard national".

- 16 04 11 - Madagoravox - Lalatiana Pitchboule - Mediator et à travers
L'auteur aurait été destinataire du rapport de mission complet du médiateur de la Sadc,  Leonardo Simao. Il précise que le document n’est pas authentifié mais que la source  est  des plus fiables. Très opposé au régime en place, il propose une lecture critique de 7 des  94 alinéas que contient le rapport.
Le rapport "officieux" complet :  Rapport du médiateur de la SADC - Version française

<>doc 15 04 11 - "Rapport de la mission francophone d’évaluation du processus électoral de sortie de crise à Madagascar" - Organisation internationale de la Francophonie, 101 pages
Ce rapport fait suite à une mission à Madagascar du  8 au 22 février dernier et a été présenté au cours d'un second séjour (10-18 avril 2011).
En réponse à une demande du président de la CENI du 22 janvier 2011, sollicitant le déploiement d’experts dans la perspective de la tenue d’élections, l'Organisation internationale de la Francophonie (Délégation à la Paix, à  la Démocratie et aux Droits de l'Homme) a présenté son rapport (101 pages). Cette mission, accompagnée du délégué à la paix, à la démocratie et aux droits de l’Homme, Hugo Sada, et conduite par le général Siaka Sangaré, Délégué Général aux élections du Mali et expert électoral de l'OIF, était constituée par Karine Sahli-Majira, démographe ; Jean Poirier, chef de projet pour le développement d’un système de gestion des événements électoraux auprès de la DG des élections du Québec ; Zahra Kamil Ali, responsable de projets à la délégation à la paix, à la démocratie et aux droits de l’Homme de l'OIF. Patrick Gaïa, professeur de droit public à l’Université de la Réunion, expert de la COI, a participé aux travaux. La mission a séjourné à Madagascar du 8 au 22 février 2011.

- 13 04 11 - Madagoravox - Guy Andriantsolo - Chroniques de Patagachie - Ministres congrus et célestes fantômes
"Dans cette ville dont le prince est un nourrisson, la partie du Monopoly gouvernemental semble pour le moment achevée. Elle a duré plus de trois mois et demi. Les abbés du tgvisme que sont nos ministres, sont maintenant traités à la portion congrue. Le nourrisson qui joue à Richelieu ou à Mazarin, a décidé de diminuer leurs salaires du quart de leur montant et toutes leurs indemnités de la moitié". L'auteur commente ensuite les graves difficultés dans lesquelles se débat la compagnie Air Madagascar, qui risque de figurer sur la liste noire de l'aviation civile européenne.

- 11 04 11 -Tribune - Edito - Ndimby A. - De la grandeur des petites gens
Haïti a donc élu un chanteur comme nouveau Président, en la personne de Michel Martelly, alias Sweet Micky. Avec le DJ Andry TGV, Monsieur Martelly pourrait créer un club des chefs d’État artistes et assimilés. Mais différence majeure : le Président Martelly a été élu, et tout le monde ne peut pas en dire autant. Réflexions désabusées sur les qualités qui font le bon dirigeant...
L'edito contient un lien vers la célébre chanson de Samoela "Si je serais président par hasard" :
http://www.youtube.com/watch?v=ro66eV6nBmI&feature=player_embedded#at=48

<>doc  11 04 11 - L'Express - Les Etats-Unis dénoncent le non respect des droits de l'homme à Madagascar Le régime de la transition est pointé du doigt pour ses exactions. - Le Département d’État américain, soit l’équivalent du ministère des Affaires étrangères, a publié sur son site web le rapport annuel pour 2010 du respect des droits de l’Homme, le 2010 Human Right report : Madagascar. Le document, uniquement en anglais et assez volumineux, présente le cas de Madagscar pour l’année écoulée sous un angle peu élogieux, n’hésitant pas à dénigrer ouvertement le régime de transition, « un régime non élu et illégal...
Voir le Rapport en anglais >>En ligne >>Télécharger pdf, 29 pages
Voir la Traduction libre en français publiée par Tananews (de médiocre qualité) >>En ligne Télécharger >>Télécharger pdf 17 pages

- 08 04 11 - La Gazette - JM F Richard - Sortie de crise à Madagascar : au nom de notre communauté de destin
La posture de la médiation de la SADC charge de faire des recommandations à l’organisme Régional quant au devenir du nouveau gouvernement d’unité nationale a laissé l’ensemble des protagonistes sur leur faim. Une "non-décision" qui pourrait représenter une opportunité pour la diplomatie mauricienne. Si cette dernière sait tirer profit de ses nombreuses affiliations (SADC Francophonie, Commonwealth, COI) elle pourrait prendre le leadership de la sortie de crise en proposant de réunir à Maurice le sommet extraordinaire de la SADC. Pour rappel Maurice assure en ce moment même la présidence de cette entité de proximité, porteuse incontestable d’une communauté de destin, historique, sociale et politique entre les iles de notre région de l’Océan Indien.

<> 05 04 11 - Tribune - Interview exclusive de l'ambassadeur de France JM Châtaigner
L'ambassadeur aborde de nombreuses questions sensibles sur le rôle de la communauté internationale et de la diplomatie française dans la situation d'instabilité chronique qui affecte Madagascar. Il donne notamment son point de vue sur les violations des principes de la démocratie, des droits de l’homme ou de la bonne gouvernance dont est accusé le régime de Transition. L'interview est suivie de l'édito de Patrick A. qui a recueilli  les propos de Jean-Marc Châtaigner avec son collègue Ndimby.

- 02 04 11 - Position de la Troïka de la Sadc - Guerre de communication
La Direction de la Communication à la Présidence de la  Transition a publié une partie du communiqué de la Troïka. Elle a par la même occasion commenté l’événement ou le non événement, c’est selon. La mouvance politique Marc Ravalomanana elle aussi n’a pu s’empêcher d’en faire autant. En tout cas, pour un même texte rendu public par la Troïka, il y a, à travers les deux entités concurrentes, deux lectures différentes...

<> 01 04 11 - SADC - Réunion de la Troïka - Communiqué officiel - 31 mars 2011
L'organe, dirigé par le président zambien Rupiah Banda et ses homologues sud-africain et mozambicain, Jacob Zuma et Armando Guebuza, avait à son ordre du jour l'examen de la situation à Madagascar, suite au paraphe de la feuille de route présentée par l'équipe de médiation par les formations politiques proches de la Transition. Il devait notamment se prononcer sur l'inclusivité de la nouvelle équipe gouvernementale conduite par Camille Vital, reconduit dans ses fonctions de Premier ministre.Il semble que le dossier zimbabwéen ait largement éclipsé le dossier de Madagascar.
Le Sommet a décidé de recommander la convocation d'urgence d'un Sommet extraordinaire afin d'examiner plus amplement le rapport [de la médiation] sur Madagascar.

Publié dans Dans le courrier

Partager cet article
Repost0

SOLUTION À LA CRISE POLITIQUE MALGACHE

Publié le par Raphaël Jakoba

http://www.cabinet-mci.com/admin/images/dg_mci_accueil.jpg

 

SOLUTION À LA CRISE POLITIQUE MALGACHE

Un arbitrage plutôt qu’une médiation internationale

 

A peine l’encre qui a servi de paraphe le 9 mars 2011 à la feuille de route proposée par la médiation internationale a-t-elle séché, que sont apparues les premières distorsions quant à l’application de ladite feuille de route.
En effet, la médiation internationale de la SADC n’a point réglé la crise malgache, bien au contraire, elle a attisé de nouvelles tensions. Et les évènements qui se sont succédé depuis la présentation de cette fameuse feuille de route-les vives contestations quant à la nomination d’un Premier Ministre de consensus, les interprétations divergentes sur la qualification d’un gouvernement d’union nationale, les atermoiements de la Troika qui refile le dossier malgache au sommet extraordinaire de la SADC du 20 mai prochain, les manœuvres de la France à travers l’intrusion de la COI-sont les conséquences des défaillances du mode de règlement proposé par la communauté internationale à savoir la médiation.
Car si la responsabilité de l’échec de la médiation est imputable à la classe politique malgache dans sa quête éperdue de situation de rente, il n’en demeure pas moins que la responsabilité directe de la médiation est avérée bien de son ressort !
Oui, la faute incombe à la médiation internationale aussi bien par le mode de règlement entretenu (la médiation), que par la personne du médiateur (la SADC), et enfin, la qualité des parties en litige (les 4 mouvances).

Première question :
• La médiation est-elle le moyen de règlement du litige le plus approprié ?

- Les modes de règlements du litige constituent tout un arsenal. La conciliation et la médiation procèdent de la même approche : l’intervention d’un tiers dénommé médiateur ou conciliateur dont le rôle varie. En effet, si le conciliateur a un rôle plus actif, le médiateur a pour mission d’encourager les parties à trouver une solution acceptable par elles. Mais son rôle est plutôt passif, il est donc lié par le bon vouloir de chaque partie, il peut proposer des solutions par ci par là sans véritable pouvoir de sanction. À l’opposé, l’arbitrage est un mode juridictionnel : la décision de l’arbitre tranche entre les prétentions des deux parties. C’est un véritable juge !
Dans le règlement de la crise malgache, la médiation de la SADC qui, comme on le sait, résulte du principe de subsidiarité est inappropriée. En effet, la SADC a fait tout faux en ayant recours à une médiation forcée plutôt qu’à une médiation d’accord parties ou conventionnelle, en usant d’un concept éculé qui se fonde sur le mécanisme de règlement inter-étatique prévu par le droit international dont la source d’inspiration est l’article 33 de la Charte des Nations Unies sur le règlement des conflits politiques alors qu’il s’agit d’un processus de réconciliation nationale, et en se fondant sur une approche conçue sur la base d’un conflit armé alors que le cas malgache a plutôt un caractère inter-personnel.
En outre, la méthode d’approche des médiateurs internationaux n’a pas pris en compte l’ampleur des contradictions internes : une armée divisée, une classe politique sans aucune répartition idéologique, et en arrière plan le poids des grandes puissances dont les manœuvres pipent les dés quand elles ne faussent pas les règles du jeu.
Enfin, la technique de médiation qui a été adoptée par la SADC contient en elle-même un vice originel : l’absence du pouvoir de décision de la médiation. C’est une médiation « émolliente ». Et dans une crise politique comme celle que Madagascar est en train de vivre actuellement, où les passions sont exacerbées, les tensions entre les deux bords
fortement teintées de frustrations, il faut une décision qui arbitre clairement entre les positions antagonistes des parties. Il n’y a point d’inclusivité ni de consensualité à attendre d’un processus de médiation !

Deuxième question majeure :
• Qui est la personne du médiateur ?

- Dans un processus de médiation, le personnage central en l’occurrence le médiateur doit bénéficier de la part des belligérants de préjugés favorables en termes de confiance et d’impartialité. Or, c’est tout le contraire qui s’est produit dans le cas malgache !
Comment en effet, imaginer que le médiateur d’un conflit intra-
malgache puisse être la SADC ? Médiateur non choisi, l’intervention de la SADC en tant que médiateur est plombée dès le début par les ressentiments psychologiques pour ne pas dire pathologiques des malgaches vis à vis des africains ! En un mot, la médiation Internationale a fait fi de l’exception culturelle malgache !
De surcroît, la posture de médiateur est éminemment critiquable. En effet, plus d’un observateur a remarqué que l’approche proposée par la SADC a été caractérisée par un mouvement de balancier. Plutôt que d’avoir une posture de neutralité basique, la position de la SADC a fait un virage à 180° partant d’une position initiale qui semblait favorable à l’ancien Président Ravalomanana pour arriver à une feuille de route en faveur de Andry Rajoelina Président de la transition. D’où une situation ubuesque où les détracteurs d’hier de la SADC deviennent leur principal thuriféraire. Pour la bonne et simple raison qu’il s’agit d’une médiation à géométrie variable. Cette posture de girouette qui varie selon le sens du vent est une violation du principe élémentaire de la médiation : neutralité, impartialité et indépendance du médiateur.

Troisième question :•Que dire sur le fond ?

- L’examen de la feuille de route proposée par la SADC est franchement inquiétant. En effet, il s’agit d’une succession de vœux pieux et d’engagements incantatoires. Il faut tout simplement se référer aux engagements énoncés dans les différents articles : l’engagement du Président de la Transition et du Premier Ministre à opérer une allocation juste et équitable des portefeuilles (l’article 6) quant à la formation du gouvernement d’union nationale. Et idem pour l’élargissement des autres institutions de la Transition (article 7). Plus grave, l’engagement des différents acteurs à prendre des mesures de confiance pour créer un climat d’apaisement notamment en mettant un terme aux poursuites judiciaires (article 15) Pire, la référence à la bonne foi ! (les acteurs sont invités à participer de bonne foi au processus de transition art 22). Cette litanie d’engagements suscite une interrogation : mais que valent les engagements moraux de nature vaporeuse, qui n’engagent que ceux qui veulent bien les recevoir, dans un conflit politique où l’éthique n’a plus sa place ?
Toutes ces dispositions de la feuille de route de la transition sont assises sur des ambiguïtés sinon des nœuds gordiens, sources d’interprétations divergentes. L’exemple le plus patent est la nomination du Premier Ministre. En effet, il eut été plus simple de prévoir tout simplement que le Premier Ministre soit issu de l’opposition. Il y a eu des Accords Politiques dans les conflits contemporains où la répartition des membres du gouvernement était réglée en détails par lesdits accords, notamment l’Accord politique d’Arusha du 28 août 2000, qui règle d’une manière détaillée la distribution des différents ministères et qui impose aux parties belligérantes une répartition obligatoire.
À partir du moment où l’application de la clause quant au choix du Premier Ministre de consensus a été faussée – une interprétation objective de l’article 5 aurait conduit à la nomination d’un Premier Ministre de l’opposition du type Morgan Tsvangirai au Zimbabwe - l’esprit de la feuille de route est du coup en complète violation de la règle de la médiation. Car donner à une partie (le Président et le Premier Ministre issus du même camp) à un litige le pouvoir d’apprécier à sa convenance et de manière discré- tionnaire l’application des clauses a un nom : être juge et partie dans un litige !
Enfin, la feuille de route est franchement dangereuse sur la mise en place des mécanismes de sanction et de mise en œuvre en cas d’infraction ou de contravention par les belligérants. En confiant le suivi à la société civile
(voir article 21), quant à l’application de la feuille de route, celle-ci fait tout simplement fausse route, car quelle sanction, quelle force dispose donc la société civile face aux violations de la feuille de route ? Comme dirait l’autre, la société civile combien de divisions ?

Quatrième question importante : • Avec quelle partie ?
- Associer les anciens Présidents Didier Ratsiraka et Zafy Albert au processus de règlement de crise participe d’un bon sentiment : solder les crises politiques sur un fondement historique et politique. Cependant, dans la pratique, l’intégration des anciens présidents s’est avérée plus un facteur de complication que de facilitation. Car on ne peut pas faire une médiation avec 4 parties, étant donné que le contentieux principal est entre Messieurs Ravalomanana et Rajoelina. Un consensus s’avère impossible lorsqu’on est en face d’un litige multipartite à quatre têtes où chaque partie tire à hue et à dia.
Quelles sont les conséquences d’une médiation défaillante ? Réponse : des consultations à n’en plus finir, des compromis boiteux qui ne règlent rien sur le fond et que chacun peut interpréter en sa faveur, et une feuille
de route assise sur des nœuds gordiens sources d’ambiguïtés pour ne citer par exemple que la valeur des paraphes, la version définitive ou non de la feuille
de route.

Dernière question :• Qu’est ce qu’il aurait fallu faire ?
- Il aurait fallu faire un vrai arbitrage politique qui tranche entre les prétentions contraires des parties, c'est-à-dire entre les belligérants principaux, Messieurs Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Car le contentieux principal est entre eux d’eux. Et l’arbitrage doit être fait par un panel d’arbitres malgaches, composés d’hommes de loi choisis par les 2 parties, bref une solution malgacho - malgache limitée rationae materiae sur l’organisation des élections présidentielles et législatives.
En effet, au moment où la seule solution de la crise politique réside dans les élections crédibles et transparentes, il n’est pas encore tard de mettre en place un véritable arbitrage politique portant sur les modalités d’organisation des élections présidentielles et législatives. Il s’agira dès lors de mettre en place une CENI qui donne des garanties d’une vraie indépendance, de confier l’organisation à une administration réellement neutre, de se mettre d’accord pour l’assis- tance de « vrais » observateurs internationaux et enfin de donner un cadre clair et transparent au financement des élections et des partis politiques. Car rien ne sert de faire des élections qui vont être contestées par la suite !
L’histoire politique contemporaine malgache a montré qu’un conflit politique, en l’occurrence la crise politique de 1991 a été solutionnée d’une manière quasi arbitrale. Il s’agit de la convention du Panorama du 31 octobre 1991, qui avait réglé d’une manière quasi-imposée la transition par des règles ayant valeur quasi-constitutionnelle.

Raphaël Jakoba
Ancien Conseiller spécial à la Cour Internationale d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale, Paris

Publié dans Opinion

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 23/04/11

Publié le par rovahiga

http://les-nouvelles.com/IMG/arton7392.jpg

 

LE KIOSQUE DU BLOG : 23/04/11

 

POLITIQUE / VIE DE PARTI

Tuerie du 7 février 2009 : Une commission internationale sera mise en place, selon Ravalomanana

http://www.matv.mg/?p=20735

Marc Ravalomanana a affirmé, lors de son énième intervention téléphonique sur la place du Magro, qu’une commission internationale indépendante sera sur pied pour se charger des enquêtes relatives à la tuerie du 07 février 2009 devant le palais d’Ambohitsorohitra. Selon ses propos : « je me suis entretenu avec le Président Joaquim Chissano, chef de la Médiation internationale, sur … (Suivre le lien)

 

Affaire de l’attentat contre Andry Rajoelina au Marais Masay

Encore des vagues et des perquisitions

http://www.madagascar-tribune.com/Encore-des-vagues-et-des,15799.html

Jeudi 21 avril dernier en début de soirée, selon le blog rovahiga qui rapporte des informations recueillies, des éléments des forces de l’ordre ont effectué des perquisitions dans l’enceinte de l’entreprise Alma à Ambohimahitsy, dans la commune d’Ambohimangakely. Un reporter d’un journal de la capitale les y a surpris, mais à son malheur car il y avait alors subi des traitements indignes de … (Suivre le lien)

 

Sortie de crise : Alliance citoyenne pour 7 personnalités

http://www.matv.mg/

Une nouvelle plate-forme dénommée Nouvelle Alliance Pour le Changement Démocratique dévoile son manifeste pour sortir le pays de la crise. Un manifeste qui interpelle à la fois la communauté internationale et les acteurs politiques malgaches.

Face à la situation politique malgache qui se trouverait dans l’impasse, la Nouvelle Alliance pour le Changement Démocratique propose de réformer le socle démocratique malgache. Dans cette … (Suivre le lien)

 

ALLIANCE : Une plateforme « secoue » la Transition

http://lexpressmada.com/alliance-madagascar/22891-une-plateforme-secoue-la-transition.html

Un mouvement d'anciens ministres monte au créneau pour suggérer une nouvelle voie transitoire de sortie de crise.

Un mouvement de contestation de plus. Des anciens membres du gouvernement et des intellectuels se regroupent au sein de la Nouvelle alliance pour un changement démocratique et fustigent le régime. Ils tentent de rallier l'opinion pour proposer une autre voie de sortie de crise par le biais d'un manifeste.
« Nous, auteurs et signataires de ce manifeste, sommes persuadés qu'il est … (Suivre le lien)

 

ÉLARGISSEMENT DU PARLEMENT : Les partis se préparent

http://lexpressmada.com/elargissement-du-parlement-madagascar/22893-les-partis-se-preparent.html

Les réunions se multiplient au niveau des états-majors politiques. L’enjeu est de ne pas rater l’entrée au Parlement.

La date avancée par le président de la Haute autorité de la transition, Andry Rajoelina, pour élargir le Parlement de la transition pointe le bout de son nez. Comme pour anticiper cette échéance, les principaux groupements politiques se positionnent. Depuis quelques jours, des réunions de ces groupements sont annoncées un peu partout, dans le but … (Suivre le lien)

 

Ambohipotsy : Le domicile des enfants Ravalomanana perquisitionné

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16254:ambohipotsy-le-domicile-des-enfants-ravalomanana-perquisitionne&catid=46:les-autres-titres

Effervescence hier dans le quartier d'Ambohipotsy en apercevant la présence des gendarmes devant le domicile loué par les enfants du Président démissionnaire Marc Ravalomanana. Selon un responsable du lieu, les forces de l'ordre y sont venues pour rechercher un certain William O., un des suspects dans l'attentat manqué contre le Président de la transition, Andry Rajoelina, au marais Masay. "Ils ont procédé ensuite à la perquisition de tous les appartements occupés du … (Suivre le lien)

 

Dans un jet Falcon 900 EX     

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16276:dans-un-jet-falcon-900-ex&catid=44:chut

Le propriétaire du Jet Falcon 900 EX (similaire à celui de celui de Vincent Bolloré) s'appelle Benjamin dit Bennie Shteinmetz, un juif Israëlien surnommé le roi du diamant qui a introduit le groupe Brésilien Vale (qui évolue dans la sidérurgie) auprès de l'ex-président de la transition guinéenne Sekouba Konate. Le plan de vol du Jet était prévu d'atterrir en Afrique du Sud, mais le rendez-vous prévu a … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

INDUSTRIE :Le secteur s'enfonce dans la crise

http://lexpressmada.com/industrie-madagascar/22886-le-secteur-s-enfonce-dans-la-crise.html

Situation alarmante de l'industrie. Le nouveau président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM), Stephane Hery Raveloson, a tiré la sonette d'alarme dans son discours, hier.

« L'économie en général est dans un cercle vicieux d'autodestruction car l'industrie a toujours été un vivier de création d'emplois et de valeur ajoutée ainsi que d'activités induites », a-t-il déclaré dans son discours. L'extrémité de son propos résulte de la réalité vécue par … (Suivre le lien)

 

Air Mad : Rétablissement de la situation d’ici 3 mois

http://www.matv.mg/?p=20722

L’administrateur délégué de la Compagnie Air Madagascar, Fidy Rakotonirina, a expliqué que la décision de l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne de ranger la compagnie aérienne dans l’annexe B doit être interprétée de manière positive.

Au cours de la conférence de presse organisée dans ses bureaux à Analakely hier, le responsable a tenu à apporter des éclaircissements sur les problèmes auxquels est actuellement confrontée la compagnie aérienne malgache. Les intervenants ont admis à cette occasion que la … (Suivre le lien)

 

Consommation : Une bière à bas prix sur le marché

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16266:consommation--une-biere-a-bas-prix-sur-le-marche&catid=35:economie&Itemid=61

Après le coup du beurre de 2.5 kg, l'histoire du fromage pourri. Désormais une nouveauté insolite envahit le marché populaire d'Isotry. Il s'agit de bière importée et dénommée Phœnix. Une bière qui ne coûte que 1 200 ariary et qui fait fureur en ce moment. Hommes et femmes s'y mettent tous, par curiosité mais également pour une célébration plus "païenne" de pâques et du lundi de pâques. Ce produit attire beaucoup de curieux. Toutefois, les petits détaillants se montrent méfiants et protecteurs envers … (Suivre le lien)

 

SOCIAL

Émigration des travailleuses malgaches

Le « rêve » risqué d’une vingtaine de jeunes femmes s’évanouit

http://www.madagascar-tribune.com/Le-reve-risque-d-une-vingtaine-de,15800.html

Jeudi 21 avril 2011, une vingtaine de femmes qui voulaient se rendre en Arabie Saoudite via Nairobi, n’ont pas pu monter à bord de l’avion qui devait les y conduire. Et pourtant, elles avaient des passeports déjà visés par l’État de destination. Selon le ministère de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales, leur voyage a été annulé conformément aux dispositions prises par le Conseil de gouvernement du mardi 19 avril selon lesquelles les contrats de travail à l’étranger devaient être visés par … (Suivre le lien)

 

VOHIPENO : Le chikungunya affecte 137 personnes

http://lexpressmada.com/vohipeno-madagascar/22894-le-chikungunya-affecte-137-personnes.html

En dix sept jours, du 4 au 20 avril, selon les chiffres du ministère de la Santé, 137 personnes, enfants et adultes, hommes et femmes sont atteintes du virus chikungunya. Le secrétaire général du ministère de la Santé, le professeur Dieu Donné Rakotomanga, confirme. « Le chikungunya existe à Vohipeno et dans la côte Est de Madagascar. C'est une maladie comme le paludisme. Elle est appportée par un moustique appelé Aedes Egypty », a t-il fait savoir. Selon lui, ce n'est pas mortel mais rend faible la … (Suivre le lien)

 

ICI ET LA

Antananarivo : Edgard Razafindravahy en Chine

http://lexpressmada.com/antananarivo-madagascar/22895-edgard-razafindravahy-en-chine.html

Depuis mercredi, le président de la délégation spéciale d'Antananarivo, Edgard Razafindravahy, est en mission en Chine. On devait s'en douter. Il s'agit d'un déplacement dans le cadre de la recherche des moyens pour atteindre l'objectif de la capitale, en l'occurrence une ville propre en permanence et organisée. Le PDS de Tana multiplie ainsi les ouvertures pour optimiser le développement de la ville. Cela devient une nécessité étant donné que la ville d'Antananaivo continue à … (Suivre le lien)

 

rov@higa

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

AMINATA TRAORÉ : L’ART DE VAINCRE SANS AVOIR RAISON EST LE PROPRE DE L’OCCIDENT

Publié le par Aminata Traoré

Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali. 

 VOUS AVEZ LONGTEMPS VÉCU ET TRAVAILLÉ EN CÔTE D’IVOIRE, QUE RESSENTEZ-VOUS À LA VUE DU CHAOS DANS LEQUEL EST PLONGÉ CE PAYS ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ : Je suis horrifiée. Nous devons cette nouvelle humiliation à notre immaturité politique qui consiste à réduire la démocratie aux élections en perdant de vue le jeu des intérêts dominants et l’asymétrie des rapports de forces.

L’attaque de la résidence du président Laurent Gbagbo et son arrestation ne sont ni plus ni moins qu’une illustration de ce que cheikh Hamidou Khan appelle l’art de vaincre sans avoir raison, qui est le propre de l’Occident.

Je suggère dans ma Lettre au président des français à propos de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique en général une inversion des priorités de manière à privilégier le projet de société, à faire de l’élection le choix de gouvernants capables de réaliser ce projet dans le respect des aspirations des peuples. Riches de leurs expériences individuelles, les principaux protagonistes de la crise ivoirienne (Laurent Gbagbo, Alassane Dramane Ouattara et Konan Bédié) auraient pu, dans une telle perspective, diagnostiquer les politiques économiques mises en œuvre et proposer des alternatives au système capitaliste qui a fait de la Côte d’Ivoire un réservoir de matières premières avec les conséquences sociales, politiques et écologiques que l’on sait.

L’absence de débats de fond sur les conséquences catastrophiques du système néolibéral sur l’emploi, l’agriculture et les sociétés paysannes, le revenu, l’éducation, la santé, la cohésion sociale, la relation au pouvoir et à l’argent nuit considérablement à la construction d’une démocratie conforme à la demande des Africains.

Je ne vois pas comment ni pourquoi la démocratie qui est en crise en Occident pourrait faire des miracles en Afrique au point de justifier une expédition punitive. Mais, à propos des dominés, les dominants ne se posent pas ce genre de questions.

COMMENT JUGEZ-VOUS LA PARTICIPATION DES MILITAIRES FRANÇAIS DE LA FORCE LICORNE À L’OFFENSIVE MILITAIRE QUI A DÉLOGÉ LAURENT GBAGBO DE LA RÉSIDENCE PRÉSIDENTIELLE, LE 11 AVRIL 2011 ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ : À ce sujet, on en entend des vertes et des pas mûres de la part des officiels français et des prétendus spécialistes de l’Afrique. Leur thèse peut être ainsi résumée : l’Afrique se mondialise et décide librement de faire du commerce avec les partenaires de son choix, la Chine étant l’un des plus importants. La France et les autres puissances occidentales ne voient pas, semble-t-il, de mal à cette situation. Elles seraient tout simplement soucieuses de nous mettre sur le droit chemin de l’État de droit, qui passe par des élections régulières, transparentes et propres.

Les Ivoiriens n’y seraient pas parvenus tout seuls par la faute de Laurent Gbagbo qui, après avoir été battu, semble-t-il, au deuxième tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010 par Alassane Ouattara, se serait accroché au pouvoir.

Les tenants de ce discours le classent aussitôt parmi les dictateurs à qui la France se doit de donner un « avertissement », comme l’a exprimé le premier ministre français, François Fillon, à l’Assemblée nationale. On est stupéfaits par une telle arrogance quand on se réfère à l’opinion que les Français se font de leur démocratie et à la cote de popularité du président Sarkozy, qui est au plus bas.

À mon avis, la France de Nicolas Sarkozy est intervenue militairement, avec les Nations unies en cheval de Troie, pour ce que je considère comme une action de dressage démocratique de l’homme africain. Une bonne partie des populations civiles à défendre ont non seulement présent à l’esprit le discours de Dakar, mais sont parfaitement conscientes des humiliations de l’immigration « choisie » dont le président français est le père. Son nouveau ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, en remet une couche en s’attaquant à l’immigration légale. Si nous comprenons bien, le soutien aux « révolutions » et à la « démocratisation » a des limites. La France nous aime libres et en démocratie. Mais entre nous et chez nous.


PEUT-ON RESUMER LA CRISE IVOIRIENNE À UNE CRISE POST-ÉLECTORALE, A UN CONTENTIEUX ENTRE UN PRÉSIDENT RECONNU PAR LA « COMMUNAUTE INTERNATIONALE » ET UN PENDANT ACCROCHÉ AU POUVOIR ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ : Le contentieux électoral est le prétexte qui, lorsque les enjeux économiques et géostratégiques l’exigent, peut servir de justification à toute sorte d’agression. Mis à part cette instrumentalisation, je ne vois aucune raison de mettre un pays souverain à feu et à sang. Point n’est besoin de rappeler que ce type de contentieux se règle souvent sans qu’aucune goutte de sang ne coule. Nous connaissons bon nombre de cas où les redresseurs de torts ont fermé les yeux sur les fraudes et sont même allés parfois jusqu’à inverser les résultats électoraux.

En somme, loin d´être un problème ivoiro-ivoirien, cette crise est l’une des expressions tragiques de la marche chaotique et macabre du monde depuis la chute du mur de Berlin.

LAURENT GBAGBO NE PORTE-T-IL PAS UNE LOURDE RESPONSABILITE DANS CETTE LONGUE CRISE ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ : Pas plus que la France et les Nations unies qui, depuis la mort de Félix Houphouët-Boigny, ont joué sans en avoir l’air la carte du « tout sauf Laurent Gbagbo ». Il suffit de se référer à l’édifiant documentaire de Patrick Benquet, la Françafrique, pour comprendre l’ingérence permanente dans nos affaires.

Le passé et le profil de Laurent Gbagbo ne répondent pas aux critères des maîtres du monde dans leur casting des dirigeants des pays dominés. Il fallait qu’il parte. Tous les leviers possibles et imaginables ont été actionnés pour atteindre cet objectif. La mauvaise volonté dans le désarmement de la rébellion, l’asphyxie, ces derniers mois, de l’économie ivoirienne, sans crainte aucune de la souffrance humaine induite par les privations et les pénuries, ainsi que le lynchage médiatique sont autant d’armes au service de l’ingérence et de la déstabilisation.

Je rends personnellement hommage à un homme de courage et de dignité qui a été le premier à défier l’un des hommes politiques les plus puissants du continent africain et à avoir fait de la prison avec sa femme au nom du multipartisme et de la démocratie.

QU’Y A-T-IL DE COMMUN ENTRE LES INTERVENTION EN CÔTE D’IVOIRE ET EN LIBYE ? LA PROTECTION DES CIVILS EST INVOQUÉE DANS UN CAS COMME DANS L’AUTRE, QUE PENSEZ-VOUS DE CETTE INVOCATION, QUI EST UN AUTRE NOM DU DROIT D’INGÉRENCE HUMANITAIRE ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ : Il y a lieu d’étudier de manière approfondie les similitudes et les différences entre ces deux situations. L’une de ces similitudes est l’instrumentalisation des populations civiles qui, dans le cas de la Côte d’Ivoire, sont d’abord victimes de la dérégulation et de la déprotection dans le cadre du libéralisme économique. Contentieux électoral ou pas, les Ivoiriens étaient déjà confrontés aux difficultés croissantes d’accès à l’emploi, à l’alimentation, aux soins de santé.

Ce sort qu’ils partagent avec l’immense majorité des Africains soumis aux diktats du « FMI » et de la « Banque mondiale (BM) » n’est pas de nature à perturber les dirigeants occidentaux qui, subitement, prétendent voler au secours de la veuve et de l’orphelin à coups de missiles « humanitaires ».

L’argument invoqué est le même dans le cas des deux pays en vue de susciter le maximum d’indignation à l’égard des dirigeants que l’Occident a décidé d’évincer.

La différence de taille entre la Libye et la Côte d’Ivoire, c’est que le lâchage de Muammar Kadhafi, qui était devenu un partenaire privilégié, se situe dans la droite ligne de celui de Zine El Abidine Ben Ali en Tunisie et de Hosni Moubarak en Égypte.

COMMENT JUGEZ-VOUS LE RÔLE JOUÉ PAR LES NATIONS-UNIES TOUT AU LONG DU PROCESSUS ÉLECTORAL, PUIS LORS DE L’OFFENSIVE CONTRE LAURENT GBAGBO ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ : Le rôle joué par l’« ONU » en Afrique est le même depuis la fin des années cinquante. Conçue par les grandes puissances, cette organisation sert leurs intérêts. l’« ONU » n’a jamais été un instrument de paix en Afrique. En 1960, à propos de la mort de Patrice Lumumba, Franz Fanon écrivait : « Il ne fallait pas faire appel à l’+ ONUONU + n’a jamais été capable de régler valablement un seul des problèmes posés à la conscience de l’homme par le colonialisme, et chaque fois qu’elle est intervenue, c’était pour venir concrètement au secours de la puissance colonialiste du pays oppresseur ». C’est dire jusqu’à quel point il est urgent de repenser le cadre normatif des relations entre les nations. +. l’+

COMMENT LE CONTINENT AFRICAIN PEUT-IL, DANS UN TEL CONTEXTE, REPRENDRE EN MAIN SON AVENIR ?

AMINATA DRAMANE TRAORÉ :L’intervention militaire conjointe de l’« ONUCI » et de la force française « Licorne » en Côte d’Ivoire constitue, de mon point de vue, l’un de ces grands moments de dévoilement de la nature injuste et cynique du monde actuel. L’assujettissement des classes dirigeantes africaines fait partie de l’agenda de l’Occident. Il leur faut aller à l’assaut de l’Afrique pour s’assurer le contrôle des matières premières, des ressources naturelles indispensables à leurs politiques de croissance et de compétitivité face à la Chine.

Nous sommes rattrapés, en Afrique, par des questions de fond qui n’ont pas été examinées avec rigueur. Nous nous devons de les mettre à plat. La première question qui me semble essentielle est : quelle Afrique voulons-nous à la lumière de l’état du monde globalisé, fragmenté et de plus en plus violent ?

Si nous parvenons à nous saisir de cette question au niveau de chaque pays, des différentes sous-régions et du continent en outillant les populations de telle sorte qu’elles puissent s’impliquer à fond dans l’analyse de l’état des lieux, la formulation, la mise en œuvre et le suivi des solutions pourront jeter les bases d’une démocratie africaine par et pour les peuples.

C’est un chantier gigantesque, mais exaltant, qui n’a rien d’impossible si les élites acceptent enfin de se réconcilier avec le continent.

http://tsimokagasikara.wordpress.com/2011/04/21/aminata-traore-lart-de-vaincre-sans-avoir-raison-est-le-propre-de-loccident/

Publié dans COMMUNIQUE

Partager cet article
Repost0

LE KIOSQUE DU BLOG : 22/04/11

Publié le par rovahiga

POLITIQUE / VIE DE PARTI

Rencontre : Ravalo-Rajoelina le 20 mai ?

http://www.matv.mg/?p=20632

Selon des indiscrétions recueillies auprès de certains individus proches du processus de sortie de crise malgache, les deux principaux protagonistes à la crise, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, pourraient être invités ensemble au prochain sommet extraordinaire de la SADC, prévu pour le 20 mai 2011. Cette invitation aurait pour but une ultime rencontre entre les deux personnalités malgaches. Elle devra leur fournir l’occasion de discuter du processus de sortie de crise malgache. En attendant, les travaux de … (Suivre le lien)

 

Andry Rajoelina : Jacob Zuma a refusé de le recevoir

http://www.matv.mg/?p=20641

Dans sa mission de lobbying dans les pays de la SADC, le Président de la Haute Autorité de la Transition a prévu de rencontrer le chef d’État Sud-africain, Jacob Zuma.

Finalement, la rencontre Jacob Zuma/Andry Rajoelina n’a pas pu se tenir mardi dernier. Selon une source bien informée, le Président sud-africain Jacob Zuma n’a pas voulu recevoir le numéro un malgache ce jour-là. La raison en était que Jacob Zuma a eu un empêchement de dernière minute causé par le décès d’un des membres de sa famille. En revanche, cette rencontre a été repoussée à … (Suivre le lien)

 

Sortie de crise : Les médiateurs internationaux rentrent bredouilles

http://www.matv.mg/?p=20629

Arrivés à Antananarivo dimanche dernier, quelques membres de l’équipe de Médiation internationale ont rejoint Johannesbourg, capitale d’Afrique du Sud, hier après-midi. Les deux émissaires de Joaquim Chissano, le Mozambicain Nino Thomas et le Tanzanien Sangiza Gerso, ont quitté la Grande Ile pour rentrer chez eux.

Les informations sur le motif de leur mission dans … (Suivre le lien)

 

Largesses intéressées !

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16243:largesses-interessees-&catid=44:chut

Andry Rajoelina et sa famille ont quitté hier soir Anta-nanarivo pour les Emirats du Qatar à bord d'un jet privé Falcon appartenant à un opérateur minier israélien. La famille séjourne en vacances, mais dans la législation internationale, cela s'appelle corruption.

Encore une fois, après le mensonge d'Etat, la nouvelle plainte des … (Suivre le lien)

 

En attendant le 20 mai 2011

http://www.madagascar-tribune.com/En-attendant-le-20-mai-2011,15791.html

La semaine du 18 avril est en train de s’achever mais il n’y a eu aucune nouvelle de la rencontre de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avec le ministère des Finances. Or le vendredi 15 avril, il avait été dit que dès la semaine suivante (l’actuelle donc), la CENI et le ministère des Finances devaient se pencher sérieusement sur les questions de financement de la CENI et qu’à l’issue de leur réunion, les fonds nécessaires seraient débloqués et transmis à la CENI afin qu’elle puisse sereinement conduire sa mission. Le président de la Haute autorité avait alors affirmé que point n’était besoin de … (Suivre le lien)

 

TRANSITION : Débat autour de l’élargissement du Parlement

http://www.lexpressmada.com/transition-madagascar/22843-debat-autour-de-l-elargissement-du-parlement.html

Les avis des acteurs politiques divergent sur l'ampleur de l'extension du Parlement. La feuille de route prévoit le projet, sans être précis sur les modalités y afférentes.

Après la mise en place du gouvernement, c'est l'un des dossiers chauds que le régime devrait gérer. L'avis est partagé au sein des membres des institutions sur la question concernant le choix de l'élargis- sement du Congrès et du Conseil supérieur de la transition.
Pierre Holder Ramaholimasy, conseiller spécial de Andry Rajoelina et membre du Conseil supérieur de la transition, est plutôt favorable à une « retouche » pour « rectifier un peu le tir ». « À mon avis, théoriquement, ceux qui ne sont pas représentés ou qui sont … (Suivre le lien)

 

GOUVERNEMENT : Yves Aimé Rakotoarison à Analamahitsy

http://www.lexpressmada.com/gouvernement-madagascar/22865-yves-aime-rakotoarison-a-analamahitsy.html

Le ministre d’État chargé des relations avec les institutions affirme être opérationnel. « Oui, j’ai maintenant mon bureau », s’est exclamé Yves Aimé Rakotoarison, mercredi à Ivato. Prenant quartier à Analamahitsy, il partage l’ancien bâtiment du Sénat, avec le Comité Militaire de Défense Nationale (CMDN).

Yves Aimé Rakotarison, issu de l’aile dissidente de la mouvance Ravalomanana, affirme également disposer d’un personnel « au nombre de 503 maintenant » … (Suivre le lien)

 

Souveraineté nationale : L'Otrikafo convaincu par la déclaration du SECES

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16241:souverainete-nationale--lotrikafo-convaincu-par-la-declaration-du-seces&catid=43:a-la-une

L'Otrikafo, à l'écoute de toutes les composantes de la société malgache, trouve pertinentes les analyses avancées par le SECES dans les résolutions de son Conseil National du 11 et 12 avril 2011. L'Otrikafo est convaincu notamment sur la perte de la … (Suivre le lien)

 

ECONOMIE

Tourisme : Des réservations annulées

http://www.lexpressmada.com/tourisme-madagascar/22841-des-reservations-annulees.html

La haute saison touristique s'annonce bien. Mais le nombre d' arrivées en progression est compromise par la situation d'Air Madagascar.

Le tourisme demeure fragile. L'interdiction de vol aux deux Boeing d' Air Madagascar sur l'Europe se répercute déjà sur les réservations touristiques. Des visiteurs qui ont programmé leurs voyages avec la compagnie aérienne nationale ont procédé à des annulations. Selon les explications des agences de voyage, le renchérissement du coût du voyage, dû à la suppression des … (Suivre le lien)

 

Boisson : Malta Soleil dans les rayons

http://www.lexpressmada.com/boisson-madagascar/22842-malta-soleil-dans-les-rayons.html

Une boisson sucrée à base de malt étoffe les rayons du marché malgache. Importée d’Allemagne, elle est disponible en grandes surfaces et stations services à 2700 ariary la bouteille, après des ventes test lors de la dernière Grande Braderie.

Dans la capitale, pour le moment, la société distributrice programme les … (Suivre le lien)

 

Sériciculture : Une stratégie nationale sera bientôt adoptée

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16236:sericiculture--une-strategie-nationale-sera-bientot-adoptee&catid=35:economie&Itemid=61

Afin de mieux développer la filière soie à Madagascar, une stratégie nationale de développement de la sériciculture sera bientôt adoptée. Actuellement se tient à Nanisana un atelier où participent toutes les régions productrices telles que la Haute Matsiatra, Amoron'i Mania, Vakinankaratra, Itasy et Analamanga. Les séances sont appuyées par le Programme de Soutien aux … (Suivre le lien)

 

SOCIAL

Vie nationale : Le Conseil national du SECES, pas tendre envers le régime

http://www.madagascar-tribune.com/Le-Conseil-national-du-SECES-pas,15790.html

La résolution du Conseil national du SECES les 11 et 12 avril 2011 redore dans une certaine mesure le blason de la société intellectuelle ou plus généralement, celui de la société civile. Ci-après des larges extraits de cette résolution.

 

- Le SECES constate et dénonce :

1- L’absence actuelle de souveraineté nationale de Madagascar :

Sur la feuille de route : ingérence de la Communauté internationale dans les affaires internes de Madagascar. Cette feuille de route n’est qu’une mascarade.

C’est la communauté internationale qui dicte les solutions de sortie de crise.

Sur nos îles Eparses qui doivent être revendiquées par Madagascar, étant situées sur notre plateau continental (lies Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, Tromelin) … (Suivre le lien)

 

Masay : Le marais aux multiples fonctions

http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=16218:masay--le-marais-aux-multiples-fonctions&catid=36:societe&Itemid=62

La fièvre du marais Masay continue. Des dizaines de riverains envahissent désormais le marais dès cinq heures du matin, le meilleur moment pour pêcher, et nul ne se soucie plus de se faire attraper car personne ne semble s'occuper d'eux. Le nombre de pêcheurs de Masay augmente considérablement, ce qui est loin de faire plaisir aux anciens occupants.

Les poissons n'apprécient pas les eaux troubles, confie un petit pêcheur. Il est donc impératif d'arriver avant les autres. Les poissons sont généralement revendus moins chers ou … (Suivre le lien)

 

rov@higa

Publié dans La Presse

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>