Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Allez,...pour la route!

Publié le par rovahiga

Double cérémonie  militaire à Iavoloha pour la promotion d’un certain nombre d’officiers supérieurs et l’adieu aux armes pour ceux qui vont à la retraite. Ceci après que les forces de l’ordre réussirent à mater le mouvement populaire du 21 courant à Tsimbazaza. Le président du FAT dirigeait la séance. Tous les promus détiennent un poste dans les institutions du régime. Aucun cadeau n’est trop beau pour notre vaillante armée, pour service rendu à la patrie. Quand à ceux qui doivent quitter le bateau, ils faisaient profil bas et on leur comprend, car quitter un bateau en pleine tempête ne fait toujours pas bonne figure. Avaient-ils seulement le choix ?  « Vive la coopération militaire bilatérale ». Quelques heures auparavant, le ministre des forces armées annonçait que l’armée est prête à assumer des responsabilités au sein d’un gouvernement militaro-civil, si on les appelait. Tout le monde attend de ce fait la constitution de ce dernier, le temps de mettre le premier ministre Mangalaza  au dehors du palais de Mahazoarivo. Le climat se prêtait admirablement à ces actions et Rajoelina accumule les points à son score !                                                          
 
Du côté des trois mouvances, le président Zafy n’a pu réunir les membres du CNR de son quota, à Tsimbazaza : R.A.S ! Aucune ombre d’un brassard tricolore, mais quelques dizaines d’attroupements de manifestants qui ne savaient plus s’ils devraient rentrer chez eux ou attendre comme d’habitude. Les mots d’ordre ne circulent plus, car certaines voies autorisées jusqu’alors, se sont tues faute de micros, et de laisser faire ou plutôt de laisser dire de la ministre de la communication. Et comble de l’ironie, les trois mouvances décidèrent de se rallier à l’appel du pouvoir de fait, pour observer une trêve, et permettre à la population de fêter « dans la paix et l’allégresse » Noël, la fin d’année et le nouvel an. On aurait pu faire économie des blessés et des grenades quand même ! S’il était laborieux de rameuter tous les légalistes pour entreprendre des actions d’envergure, il semblerait plus aisé de les en dissuader. Prochaine étape, le 6 janvier 2010, on aurait vieilli d’UN AN pour assister à toute cette pagaille, et ce n’est pas fini ! Qui vous dit que ce jour là, le 6, d’autres décrets d’interdiction d’entrée et/ou de sortie ne pleuvraient pas de partout ?                                                                           « JOYEUX NOEL, CHERS COMPATRIOTES ! »  

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

SILENCE? ON TUE !

Publié le par rovahiga

Le GIC s’apprête à convoquer une autre réunion pour le 06 janvier 2010 ! Nous nous demandons  si on est vraiment sérieux dans cette affaire ! Ainsi, avec les grands dangers encourus non seulement par les trois mouvances et la population de la capitale, mais aussi par tout un peuple et leur avenir, la communauté internationale en générale, et l’UA en particulier, décident de ne rien faire et d’attendre sagement le mois prochain. A cette allure, il ne serait pas faux de penser qu’ils viendront pour la revue des effectifs, ou plutôt, en faire l’inventaire : « député X hospitalisé, untel décédé, président Y emprisonné, sénateur Z disparu, total ; 64 hospitalisés, 32 morts, 18 disparus et 12 emprisonnés ! ». Il s’agit d’un problème humain messieurs, il s’agit de sauver des êtres humains avant qu’il ne soit trop tard ! Est-ce que des facilitateurs trouveraient encore le moyen de se faire un peu de « blé » et feraient tout pour éterniser le problème, et « diriger » les résultats dans le sens où leur « sponsor » leur en donne l’ordre ? Ce qui se passe pour Madagascar dans les travées  et couloirs des réunions internationales  est tout simplement un scandale !

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

Encore la France !

Publié le par rovahiga

Le sang coule sans autre considération, des blessés sont toujours dans les blocs opératoires, ou en salle de réanimation. Les forces de l’ordre s’en donnent à cœur joie pour distribuer des coups de crosse de leur fusil, des coups de couteaux, pour tirer en l’air ou sur la foule sans faire de différence, ivres de leur force, de leur invincibilité.  Le pouvoir de fait compte les blessés comme on inscrit le score d’un match de volley sur une feuille de papier, rassuré que le mouvement de l’opposition n’ira pas plus loin. Le marché d’Analakely et les autres font le plein, les voitures s’empressent de se presser les unes contre les autres, comme pour empêcher les passants de se faufiler entre elles. Les marchands s’égosillent et deviennent verdâtre devant leurs étales qui  ne se vident pas du tout et meurent d’angoisse en pensant à leurs progénitures qui ne feront pas Noël comme « les autres ». Antananarivo de jadis, Antananarivo d’aujourd’hui, Antananarivo l’éternelle. C’est la vie, la nôtre. Demain tout recommencera, des gens vont mourir, peut-être.                                                    La journée du 23 sera un autre rendez-vous des trois mouvances sur les mêmes lieux, l’objectif reste aussi le même. Les forces de l’ordre seront plus nombreuses et encore mieux préparées et mieux dotées en matériels de répression. L’emploi  du gaz  au poivre ou gaz BBC, interdit par les législations internationales, serait  diffusé contre  les manifestants à Tsimbazaza ce 22 décembre ! Si l’information s’avère exacte, le pouvoir de fait tomberait en flagrant délit de mise en danger avec préméditation de la population. La violence appelant à la violence, les putschistes continuent de façon délibérée de provoquer  les forces légalistes et la communauté internationale.                                                                                                                                   De son côté, le ministre des affaires étrangères français n’a eu d’autres réactions que de faire savoir « qu’après tout, s’il s’agit d’organiser une élection (mars 2010), c’est dans le bon sens ! ». Ainsi les blessés graves, le coup d’état, le retrait des négociations et le reniement des signatures des chartes de Maputo et d’Addis Abeba, la démocratie bafouée, le non respect des droits de l’homme, le fait de museler les médias, tout cela va « dans le bon sens » ! Décidément, la France nous considère comme des moins que rien. Faut-il lui prouver le contraire avec un peu plus de rigueur ?   

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Info gasytiatanindrazana

Publié le par rovahiga

22/12/09

Employé depuis plus de 1500 ans mais interdit, en principe, dans les conflits armés modernes (guerre) les gaz lacrymogènes sont largement utilisés dans les opérations de maintien de l'ordre à travers le monde. Il en existe une quinzaine de variétés dans le monde mais 3 le sont plus particulièrement avec l'ajout d'un dernier venu... que nous pensons être celui utilisé aujourd'hui à Antananarivo.
Le CN ou Mace, que la France a largement utilisé dans les colonies jadis... On ne le trouve quasiment plus que dans les cartouches des pistolets d'autodéfense... Son odeur très particulière ressemble à la pomme... Il est cancérigène. Le DM a quasiment disparu. Reste le plus Célèbre le CS qui est le vrai gaz lacrymogène, en plus de faire pleurer il provoque une sensation d'intense brulure sur toutes les surfaces de la peau exposée et plus particulièrement sur la face... Son effet disparait très vite et il est inefficace sur les chiens, les drogués, les alcooliques et décuple l'agressivité des gens atteint de psychose, il laisse (grenade...) des traces blanches sur le sol.
Maintenant sont apparus les gaz OC (oléorésine de capsicum et capsaïsine ou gaz aux poivres : son effet peu perdurer 30minutes sur les personnes atteintes. pleurs intenses, brulures, toux voir vomissements... Il est particulièrement efficace sur des populations peu sujettes aux problèmes allergiques liés aux pollens... Ce qui est le cas à Madagascar.
Tous ces gaz se dispersent, et donc agissent, mieux par temps chauds, une pluie forte annule quasiment leurs effets sauf en cas de contact direct...

Les règles de bases pour s'en protéger, en l'absence des moyens professionnels tels que masque à gaz intégraux sont :
Avoir le visage lavé à fond avec du savon et ne mettre aucune crème (nivea par exemple) sur le visage le coté gras "fixant" le gaz.
Se couvrir les voies respiratoires avec un foulard mouillé avec du vinaigre ou du citron. Et les yeux avec des lunettes de piscine...
En cas d'exposition se laver à grande eau, la plus froide possible si possible avec du sel dedans à défaut d'avoir du sérum physiologique en grande quantité...
Sur l'instant la brulure est plus intense mais le soulagement intervient très rapidement...
Des personnes (journalistes, observateurs) risquant de se trouver touché par les gaz, peuvent emporter des ampoules plastiques de sérums physiologiques pour se laver en cas d'exposition accidentelle.

Fil info 23/12/09

 - 01h00 - D'après les premières images, l'arme chimique utilisée pour la première fois à Madagascar sur des civils serait la bombe BBC (à base Cyanure de a-bromobenzyle). Curieusement, la société qui la commercialise est basée dans le sud de la France et aurait des liens privilégiés (fournisseur) avec le nouveau PM de la HAT Camille Vital (lui même propriétaire d'une agence de sécurité à Tuléar).

- 00h00 - Confirmation de l'utilisation par la HAT d'armes de guerre interdites par les législations internationales. Les militaires de l'Emmoreg  sont équipés de gaz lacrymogènes classiques type CS. Des mercenaires civils infiltrés dans les rangs de ces militaires usent de bombes lacrymogènes chimiques  non répertoriés et non identifiés.

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

La journée s'annonce des plus rudes

Publié le par rovahiga

Le palais de Mahazoarivo est sous la garde du RFI. Le premier ministre de la Transition Eugène MANGALAZA refuse  de se soumettre au décret abrogeant sa nomination en rappelant qu’il a été nommé par la communauté international. Le vice-premier ministre de la HAT, MANOROANTA Cécile, venue pour négocier certainement son départ a essuyé un refus d’accès. Le FIS a voulu intervenir, mais la gendarmerie nationale s’y était opposé. De ce côté-là aussi, un réchauffement inhabituel de l’atmosphère se fait de plus en plus sentir. Avec un Tsimbazaza chauffé à blanc, ou les rôtis de dindes se feront dans un gigantesque four à la micro-onde, ou c’est carrément Noël qui va brûler ! Jusqu’au moment où nous écrivons, on ne sait toujours pas ce qui s’est dit lors de la rencontre du président Mamy Rakotoarivelo, de l’ambassadeur français Châtaignier et du président de la FAT.                                                    Les premières grenades lacrymogènes ont été lancées vers 11.30h. Le colonel, le célèbre colonel Ravalomanana, dirige les opérations et place ses gendarmes en position de tirs. 12.10h, première arrestation d’un jeune homme qui ne réalise pas ce qui lui arrive, par le colonel lui-même. Quelques rumeurs nous sont parvenues comme quoi, après Tsimbazaza, Mahazoarivo serait la prochaine cible de ce détachement de la gendarmerie.  

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

INFO MADATIAKO.

Publié le par rovahiga

DE MADATIAKO (source info-madagascar)


INFO: 

Vaovao voaray ny Zoma 18 Déc. 2009 tolakandro teo. 

Dia tena tsy mino mihitsy ny sasany hoe ny Frantsay no ao ambadik’io rahahara io! 

Information avy any Frantsa ho an’i Lavanify tamin’ny herinadro lasa teo: 

- PM vaovao ao anatin’ny 48 à 72h tsy maintsy tendrena => miaramila afaka manao fanerena henjana kokoa noho izay lasa rehetra izay, io PM vaovao io dia manana ny caractère ananan’i CAMARA tao Guinée. Hanao repression henjana ho an’ireo mpanohitra.. 

- Filaminam-bahoaka => akorontana ny eto Tana/ Madagasikara ka 48h à 72h aorian’ny fanendrena ny PM no tsy maintsy hanatanterahana izany => Amin’ny alalan’ny fanakaramana jiolahimboto hanao fanakorontanana hamotika sy hanimba ny fotodrafitr’asa frantsay (orin’asa, masoivoho, olon-tsotra), mba hanosoram-potaka ireo olona ao anatin’ny mouvances 3. Ka hosamborina ao antin’ny 48h à 72h ireo lohandohan’ny mouvances 3. 

- Tana no tena tiana hakorontana amin’ny alalan’ireo jiolahimboto voakarama hanimba sy mahotika ireo Frantsay sy ny zavat ra anana’ny Frantsay eto Madagasikara. 

- Rehefa tsy milamina ny tany (Pseudo tsy milamina, iniana atao izay tsy hampilamina azy), dia hanome ny fahefana ho an’ny directoire militaire i Lavanify. Ary ny directoire militaire kosa no hiantso ny firenena frantsay hanome tanana azy amin’ny fiarovana ireo tera-tany sy ny fotodrafitr’asa frantsay eto Madagasikara. Tonga eto Madagasikara ny TAfika Frantsay ary hanao fifanarahana amin’ny directoire militaire hamerenana ny base militaire frantsay eto Madagasikara , dia ao amin’ny Base aéronavale Ivato sy any Antsiranana. 

- Ny tanjon’izany rehetra izany dia ny hanakanana ny fihavian’ny tafika avy amin’ny UN / SADC satria araka iny fanapahan-kevitra noraisin’I Lavanify iny , ny fitsipahany ny soridalana hivoahan’ny Madagasikara amin’ny crise dia azon’ireo vondrona ireo atao ny ho tonga eto Madagasikara, satria misy ireo officiers superieur sy generaux sasany izay tsy miara-dia amin’ireo HAT ireo izay afaka mangataka ny hidiran’izany tafika izay. Ireo miaramila rehtra sy olon ampanohitra (lohandohan’ny mpanohitra izao HAT ) dia amin’ity PM vaovoa ity no hisamborana azy ary rehefa tsy vitan’iio dia ny DIrectoire militare amin’ny alalan’ny fifanarahana am in’ny frantsay no hanao azy. 

- Io PM vaovao io no napetraka (Frantsay) satria io dia bibibiby loha ka tsy hiantra mihitsy fa hisambotra sy hamono ireo mpanohitra izao HAT izao. Ka 48h à 72h aorian’ny fanendrena azy dia hatao izany fisamborana izany. 

- Ny tanjona tian’ny frantsay ho tratra dia ny tsy hisian’ny influencen’ireo mpanelanelana izay nitondra ny solution tokony hivavoahan’ny MAdagasikara ary io lalana aradalana tokony hiravona’ny olana io dia tena à 80% hitarika ny fahalanioan-dRAvalomanana ho president amin’ny fifidianana manaraka, ka vao miasa hahatonga ny Frantsay ho ratsy toeranan hatrany eto Madagasikara. Ka hahatonga azy ho partenaire commercial normale ho an’i Madagasikara . Ka tsy hahafahany maka amin’ny vidiny tena ambany sy zara fa misy ny harena ankibon’ny tany eto Madagasikara. NY politika Frantsay dia azo bangoina toy izao , madoa ariary teloamin’ny gasy izy ( fanampiana isankarazany, tetik’asa isan-karazany) mba hangalany ariary folo amin’ny Malagasy. Izany hoe ny ariary telony miverina, ny ariary fito tombony. 

Betsaka ny tsy mahatakatra izany fa revo amini’ny hoe Lafrantsa no partenaire voalohany ato Madagasikara amin’ny lafiny rehetra. 

- Ny Frantsay raha vao misy gasy tena mahay dia mailaka izy hanome ireo nationalité sy asa avy hatrany ireo gasy ireo. Satria lazaina fa any Madagasikara tsy misy hampiasan’izy ireo ny fahaizany dia omeny fahafahana manao izany ireo elite gasy. 

- Ankilany dia aty Madagasikara no ataon’ny frantsay fanariana ireo fakon’olona, fonctionnaire voaroka efa antitra nefa mbola tsy misotro ronono dia omen’ny fanjakana frantsay vola hananganany zavatra aty Madagasikara mba tsy ho charge ho an’ny fanjakana frantsay intsony, ary ny fanjakna frantsay no miantoka ny famerenana azy ireo any Frantsa raha misy tsy filaminana eo amin’ireo firaenana handefasana azy. Izay no mahatonga ireo Vazaha Frantsay betsaka eto Madagasikara, sady efa antitra no saiky betsaka amin’izy ireo no manambady gasy vavy tanora, satria tsy mbola manana zo hanana tany ireo vazaha, ka ny fananany vady gasy kely izay hanoratany ireo fanany ireo amin’ny Razazavavy. 

- RAha mitranga sahady ny fampiantsoana ireo lohandohan’ireo 3 mouvances dia efa ao antin’ny plan ity izany ary tsy iza no ao ambadik’io fa ny frantsay. 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Les forces en présence.

Publié le par rovahiga

A voir de près, l’arrivée de Camille Vital est une volonté de Rajoelina de se donner un peu d’air par rapport aux étreintes un peu trop serrées du FIS et du CAPSAT. Le nouveau « premier ministre » a plus de personnalité pour faire face aux assauts pressants de la bande des colonels et du « général Ramaroson ». Ce dernier pourrait trouver désormais  son pantalon trop juste. Mais le monsieur, n’est pas du genre à accepter facilement les situations inconfortables ; d’où le risque de « frottements » avec le « premier ministre ». Le camp Rajoelina tout entier va subir quelques secousses telluriques et ce sera à qui criera le plus fort. En face d’eux, et contrairement à eux, leurs adversaires subissent une transformation positive, qui unit et soude les clans en un ensemble homogène et prêt à tout. Tsimbazaza I serait ainsi un test grandeur nature pour constater quelles sont les pièces sur l’échiquier et comment évolueraient-elles. Comme de « coutume », les abords du terrain seraient occupés par les groupes de gros bras, les foules partisanes et les badauds qui se paieraient quelques jets de pierres et autres méfaits, comme pour se convaincre de leur virilité. Un grand inconnu dans la mêlée, les partis pris des différents corps de l'armée, de la gendarmerie et de la police.                                                                                                                            Dans tous les cas, des blessés et même plus, des arrestations, des chasses à l’homme s’ensuivront.    

Publié dans Réflexions

Partager cet article
Repost0

Courrier URGENT

Publié le par rovahiga

 De M. Andriamialisoa (reçu vers 19h)


UNE COTE
> D'IVOIRE-BIS SE PREPARE EN CE MOMENT : SOYONS VIGILANT
> !
>
> Des individus sont en train de fomenter le remake du 26
> janvier 2009 à Madagascar. Ce sont des individus payés par
> les anciens colons. Le but est de mettre sur le dos des
> légalistes et pro-Ravalomanana les actes de barbarie
> qu'ils veulent perpetrer de nouveau. Des pro-Ratsiraka
> et quelques pro-Zafy participent à ce dessein macabre pour
> faciliter l'arrestation de tous les pro-Ravalomanana
> comme ils ont fait avec Raharinaivo, Ralitera, Manandafy,
> Ihanta,....
>
> C'est dans ce but que le Colonel Vital a été
> "nommé" par le putschiste Andry Rajoelina, comme
> il a "nommé" Dolin en son temps à la mairie. Ils
> ont recruté des gros bras à travers l'île depuis plus
> d'un mois (après Addis-Abeba) pour créer un
> mécontentement populaire en s'attaquant aux intérêts
> français et karana à Madagascar. Le but est de mettre le
> pays dans le chaos total pour permettre à l'armée
> française d'intervenir sous le pretexte
> d'évacuation des ressortissants français et protection
> des intérêts des entreprises françaises, comme en Côte
> d'Ivoire. Ce qui permettrait à la France de
> s'incruster à Madagascar et protéger Andry Rajoelina
> pour en faire le successeur à vie de Bongo en Afrique. En
> ce moment, on propage la rumeur que la France veut se
> débarrasser de Rajoelina car il est "devenu
> incontrôlable" ! Ce n'est qu'un leurre pour
> endormir les esprits : ceci fait partie de leur connivence.
>
> Des responsables de l'Union africaine sont impliqués
> dans ce macabre projet : des responsables, habitués à
> préparer des troubles en Afrique et donner carte blanche à
> la France dans ce domaine sur le Continent.
>
Partager cet article
Repost0

L'ETAU.

Publié le par rovahiga

Au risque de me répéter, je tiens à mettre les points sur les « i ». Le coup d’état de Rajoelina du 17 mars dernier n’a pas encore abouti. Voilà les raisons pour lesquelles la France et son poulain s’impatientent vraiment, et il leur arrive même de se tirailler dans tous les sens pour trouver la voie de sortie. Donc tous les coups sont de légitime défense pour les manifestants légalistes, car ils découlent de la légalité bafouée par les putschistes. Aux yeux de la communauté internationale, comme aux yeux du peuple militant malagasy, le régime Ravalomanana n’est pas encore tombé ! Nous vivons actuellement une situation exceptionnelle où les putschistes restent bloqués entre deux couloirs, et les tenants légaux du pouvoir n’arrivent pas à s’asseoir convenablement sur leur chaise. La suite logique de cet imbroglio ne peut être que la confrontation inévitable entre les deux extrêmes, à moins que les hautes instances internationales tranchent dans le vif de façon définitive et sans l’ombre d’une quelconque hésitation. Là était aussi le rôle de l’armée, celle républicaine et soucieuse des intérêts suprêmes du peuple et de la nation.                                  Pour ceux qui doutent encore, imaginez que des malfaiteurs ont réussi à entrer chez vous par effraction (je ne vous le souhaite pas bien entendu). Vous avez pu quand même, donner des coups de sifflets avant l’introduction de ces individus, et le fokonolona commence à s’organiser pour aller à votre secours. Là, des éléments de la force de l’ordre pénètrent à leur tour, mais « pour donner un coup de mains aux voleurs » ! Dans la mêlée, vous avez pu vous sauver avec femme et enfants, mais les malfaiteurs et leurs complices sont restés bloqués dans la maison encerclée par le fokonolona. Est-ce que la maison devient propriété des malfrats ? Non.                                                                                                                                                                                       D’où l’appel constant à la communauté international, au bon sens de l’armée, et au patriotisme du peuple tout entier à agir au plus vite pour arrêter les malfaiteurs. Maputo I, II, III et Addis Abeba n’étaient qu’un leurre de la part de la mouvance Rajoelina qui tente toujours d’échapper au « tribunal du peuple » après ses forfaits. Alors, bon courage à nos valeureux justiciers !   

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

La catastrophe !

Publié le par rovahiga

La catastrophe, nous la vivons au quotidien dans ce pays, qui n’en serait plus un à cette allure ! des centaines de conteneurs de bois de rose continuent de s’exporter comme si de rien n’était. Aucun doute que le pouvoir de fait y est pour beaucoup, pour se constituer un trésor de guerre. Le plus écœurant, c’est l’inertie des instances internationales, au lieu de dénoncer ou  de traduire les responsables de cet état de chose devant les tribunaux internationaux. A leur décharge cependant, la manière dont les malagasy eux-mêmes traitent ce problème. Où sont les ONG, les associations qui défendent l’environnement, la société civile prompt à réagir quand il s’agit d’organiser des ateliers, des conférences et des séminaires de tout acabit ? Voilà le comble de la lutte pour la légalité, pour le retour à l’ordre constitutionnel quand tout le monde se détourne de la réalité vécue, en laissant le feu gagner toutes les maisons au prix d’UN MICRO ou d’une interview dans les médias, pour les besoins de la cause. NOUS VIVONS A L’ENVERS ! Tout le monde veut le pouvoir, mais personne n’est responsable ! A force d’accorder de nouveaux délais aux irresponsables, d’autres irresponsables se perdent dans des palabres inconscients. Où sont l’urgence, l’importance et l’essentiel ?    

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>